Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Troisième partie

Dunkerque, Louis XIV et Cromwell

Texte intégral

  • 4 Cité par L. Lemaire, Dunkerque sous la première domination française (1646-1652). Dunkerque, 1923, (...)

1Changement, peut-être trop soudain, de scène et d’acteurs… Dans son testament, le cardinal Richelieu († 1642), premier ministre du roi de France Louis XIV, avait écrit de la ville de Dunkerque : « les Espagnols n’ont dans tous les Pays-Bas que ce seul port duquel par leurs pirateries ils incommodent tout notre commerce. »4 Cette déclaration explique pourquoi, dans sa lutte longue et acharnée contre les Habsbourgs d’Espagne pour l’hégémonie politique en Europe, la couronne de France mettait tout en œuvre pour déplacer les frontières du royaume vers le nord. Les Français avaient fait alliance avec les Provinces Unies – les Pays-Bas du Nord devenus indépendants au terme du Traité de Westphalie – afin de refermer la nasse autour des Pays-Bas du Sud restés sous domination espagnole. Une région surtout, le comté de Flandre, avait souffert dès 1644 de terribles destructions et en 1646 les Français avaient chassé la garnison espagnole de Dunkerque et s’étaient également rendus maîtres des villes environnantes, Gravelines, Mardyck, Bergues et Furnes.

  • 5 Cité par L. Lemaire, o.c., p. 171.

2La conclusion en 1648 du Traité de Westphalie n’avait pas eu d’influence directe sur cette situation car c’est seulement en 1652 que les Espagnols lancèrent une contre-offensive : c’était maintenant au tour des Français de prendre la fuite. À la grande joie du reste des Dunkerquois : « Plusieurs habitants estant allés voir la sortie des dernières trouppes de France hors de Flandre, y tesmoignèrent de la joye. Entre autre, un qui fust accompagné d’un joueur de violon, ayant un ballet [= balai] à la main, faisoit jouer la Bergh Marche [= la marche de Bergues] pendant que luy ramonoit les ordures (comme il disoit), hors du pays. Ce qu’un officier françois remarquant luy dict : « Mon amy, vous vous resjouissez trop tost, asseurez-vous que nous retournerons plus tost que vous croyez dans vostre pays »5 Cette petite scène, digne du Carnaval de Dunkerque dont les racines remontent précisément à cette période, se révéla, hélas, prémonitoire.

  • 6 Cité par L. Lemaire, Histoire de Dunkerque des origines à 1900. Dunkerque, 1927 (réimpr. à Bruxelle (...)

3C’était une époque de misère générale ; les opérations militaires, avec leurs changeantes fortunes, avaient multiplié les ravages. Deux voyageurs hollandais notent vers cette époque : « C’est chose pitoyable de voir la misère et la pauvreté de ces villes et de leurs gouvernements. Qu’ils témoignent assez en demandant la passade aux voyageurs. »6

4Davantage encore d’intérêts internationaux y étaient en jeu, car à côté des fameux corsaires de Dunkerque, prenait également une part active à la partie de chaises musicales politico-militaires le chef d’État anglais, le Lord-Protector Oliver Cromwell. Au lieu d’accepter la proposition des Espagnols qui voulaient conquérir pour lui la ville de Calais, position stratégique pour les Anglais, il fit alliance avec les Français ; ce seraient eux qui prendraient Dunkerque pour son compte.

5Le 14 juin 1658, les troupes, commandées par le Maréchal Turenne pour la France et par le duc de Condé pour l’Espagne, se trouvaient face à face, l’enjeu étant la possession de Dunkerque. L’affrontement qui est entré dans l’histoire sous le nom de « Bataille des Dunes » se déroula sur la plage et dans les dunes des petits villages de Leffrinckoucke et de Zuydcoote, et fut aisément remporté par Turenne. Le 25 juin, Dunkerque elle-même était prise ; le Roi-Soleil Louis XIV y fit son entrée solennelle, mais, comme le prévoyait l’accord passé avec Cromwell, la ville fut le jour même encore cédée aux Anglais. Cette situation durerait jusqu’à ce que les Français la rachètent en 1662 pour la garder depuis en leur possession. Dans les jours et semaines qui suivirent la prise de Dunkerque, tombèrent aussi, entre autres, les villes de Bergues, de Furnes et de Dixmude.

  • 7 Lemaire, o.c., pp. 183-5.

6Lors de la conclusion de leur alliance, les Français et les Anglais avaient convenu qu’au cas où Dunkerque devenait anglaise, le catholicisme y serait cependant maintenu et ne serait pas remplacé par la religion d’État d’Angleterre, l’anglicanisme. Cette promesse n’inspirait pas grande confiance aux habitants et certainement pas aux membres du clergé, dont un certain nombre voulurent se réfugier en territoire sûr, religieusement parlant, soit resté espagnol soit – tant pis – tombé aux mains des Français. Jaak van der Cruyce, curé de l’église Saint-Éloi de Dunkerque, incarna alors le courage et l’héroïsme. Il refuserait le serment de fidélité que le Lord-Protector Cromwell avait exigé de ses nouveaux sujets, aussi dut-il s’expatrier tant que les Anglais restèrent les maîtres. Ses vicaires par contre jurèrent et restèrent en place : c’est du moins ce que nous content les travaux d’histoire locale.7

La ville de Dunkerque

La ville de Dunkerque

tiré de L. Guicciardini, Beschrijvinghe van alle de Nederlanden anderssins ghenaemt Neder-Duijtslandt, 1612

  • 8 L. Ceyssens, La fin, II, p. 298 (le 28 décembre 1658).

7Des mois durant, la situation demeura incertaine dans toute la région. L’évêque d’Ypres, De Robles, mandait fin 1658 à l’internonce papal de Bruxelles « qu’à Ypres et dans les territoires occupés par les Français, les ecclésiastiques s’acquittaient au mieux de leur tâche », mais il s’attendait toutefois à ce que le clergé dunkerquois fût expulsé.8

 

8Pourquoi les joueurs d’échec de l’Europe, Louis XIV et Cromwell, apparaissent-ils dans cette biographie du petit curé aux abois Schuermans ?

  • 9 BAG, Acta episcopatus, reg. 8, f° 128v-129r.

9Nous en trouvons la raison dans une déclaration que Jan fit quelque mois plus tard, lorsqu’il dut se présenter à l’évêché de Gand. Il dit que « du fait de l’invasion de l’ennemi au cours de l’été passé, il avait été contraint d’abandonner la fonction de curé qu’il exerçait au sein du diocèse d’Ypres, dans les parages de Dunkerque. »9

10Il est donc évident qu’en 1655, au terme de ses quatre années de bannissement, Schuermans a continué à traînailler dans le diocèse d’Ypres. S’était-il refait depuis une crédibilité qui lui permettait d’assumer à nouveau une fonction de curé, ou bien cette crédibilité était-elle si relative qu’il ne trouvait à s’employer que sur un littoral dangereux et ravagé, où la guerre faisait rage, où les églises étaient dévastées, où la population vivait dans l’angoisse et l’indigence et où, l’on s’en doute, les candidats au pastorat ne se pressaient pas ?

11Schuermans déclarerait donc plus tard à Gand qu’il avait exercé le rôle de curé dans les parages de Dunkerque. Il aurait certes pu être plus précis, ne fût-ce que pour faciliter nos recherches ; voulait-il tendre un rideau de fumée devant les vicaires-généraux gantois qui l’appelaient à se justifier ? Nous laissons provisoirement la réponse de côté.

Fragment de l'évêché d'Ypres : entre Dunkerque et Nieuport

Fragment de l'évêché d'Ypres : entre Dunkerque et Nieuport

gravure dans A. Sanderus, Verheerlykt Vlaandre, 1735

  • 10 Le texte est conservé aux Archives départementales du Nord (ADN), 20 G 1 et partiellement publié pa (...)

12Il n’est pas facile de déterminer à quel endroit précis Schuermans aurait exercé sa fonction, bien qu’il n’y ait que huit villages à entrer en ligne de compte. Nous n’avons plus de registres paroissiaux et les listes de curés ne mentionnent pas son nom. Pis encore, c’est à peine si ces églises avaient alors un curé résident. D’après ce que nous apprend une enquête d’octobre-novembre 1659 réalisée par Isaac Ketelaer, le doyen de chrétienté de Bergues, les églises avaient en effet été complètement détruites par tous les excès guerriers de l’époque passée.10 Cependant cette enquête présentait apparemment la catastrophe sous un jour encore un peu plus sombre qu’en réalité, car, dans diverses autres sources, on mentionne bel et bien des curés dans des villages qui, à en croire Ketelaer, n’étaient pas desservis régulièrement. Il semble que l’objectif de Ketelaer fût de rétablir la situation après le départ des Français du territoire conquis en 1658 (comportant Dunkerque, encore toujours anglaise).

  • 11 Archives communales de Bergues (ACB), CC 313 (2) : Reeckenynghe, bewijs ende relyqua de welcke doet (...)

13Une recherche poussée dans les archives ne nous a livré qu’une seule trace directe. Dans un compte présenté le 21 septembre 1656 au magistrat de la ville et châtellenie de Bergues-Saint-Winoc sur l’administration des wateringues, on mentionne que « le sieur et maître Joannes Schuermans en qualité de curé de Leffrynckhoucke » fut taxé pour « les terres de sa cure ». Il refusa toutefois de payer car il n’était pas, dit-il, au courant que ces terrains fussent soumis à impôt.11 Il n’était donc guère familier de la situation sur place : pour quelqu’un qui n’avait pu arriver au plus tôt qu’une année auparavant, en avril 1655, ayant purgé sa peine, il n’y avait pas lieu de s’étonner.

14Le petit village de Leffrinckoucke était tapi au sein des polders dans le triangle formé par Dunkerque, Bergues et la dépression inondée appelée Moëres. Lorsque le doyen de chrétienté Isaac Ketelaer y vint en visite le 15 juillet 1654, il n’y trouva plus de paroissiens. L’église Sainte-Catherine, un jour couverte de chaume, était complètement détruite en 1644, et son mobilier avait connu le même sort : l’autel, la cloche, les fonds baptismaux, les vases sacrés et la sacristie. C’est donc moins d’un an après cette pénible visite que Schuermans serait arrivé. Etait-ce donc là l’amorce du nouvel avenir riant dont l’ambitieux théologien doit avoir rêvé en des jours meilleurs ?

  • 12 ACB, CC 313 (1B), compte du 16 juin 1656.

15Pourtant, les villageois s’étaient, ces mois-là, donné la peine de retaper la « chapelle », l’église paroissiale en fait (à cet emplacement, seule une petite chapelle moderne et le nom de la rue – dite de Sainte-Catherine – rappellent encore son souvenir) : au moins six artisans avaient réalisé toutes sortes de travaux.12 Tout colle apparemment : une église restaurée et préparée au service divin, et un nouveau curé qui essaierait de faire de son mieux dans des circonstances difficiles. En outre le droit de collation à Leffrinckoucke appartenait à l’évêque d’Ypres et c’était dans cet entourage que Schuermans avait trouvé du soutien. Ou bien toute cette reconstitution n’a-t-elle pas la clarté et l’évidence suggérées par les textes cités ?

16Dans l’enquête évoquée ci-dessus, où le doyen de chrétienté Isaac Ketelaer notait la situation spirituelle et matérielle lamentable de son district, il écrit le 29 octobre 1659 au sujet de Leffrinckoucke : « Le dernier curé ici était le desservant sieur Boudewijn Stappaerts, en l’année 1644, lequel, en de bonnes périodes avant la guerre, n’avait pas plus de cent communiants. » Il était décédé l’année suivante et « depuis cette époque plus personne n’a été curé ici, parce que l’église a été complètement dévastée en 1644 et que les paroissiens ont pris la fuite. Des curés des environs administrent depuis les sacrements par pitié pour les paroissiens. » Dans cette description, pas un mot de Schuermans, et nous savons pourtant qu’en 1656, il joue « le rôle de curé ». Ce silence ne peut qu’être délibéré, mais quelle en était dès lors la raison ? Ketelaer avait, tout comme Schuermans, étudié la théologie à Louvain. Était-il parfaitement au courant du passé de Jan et ne tenait-il pas particulièrement à ce qu’un tel personnage exerçât dans son district une dignité ecclésiastique, si modeste fût-elle ? Quant aux Leffrinckouckois eux-mêmes, ils avaient bien dû se demander plus d’une fois ce qu’un personnage comme Schuermans, avec son titre ronflant de « sieur et maître », venait faire chez eux parmi toutes ces ruines. Mais même si Ketelaer estimait inopportun pour cette raison de le mentionner, il n’aurait quand même pas pu prendre des libertés avec la vérité si Schuermans y avait effectivement été un curé à part entière.

  • 13 R. Giard, o.c., p. 69 (concernant Leffrinckoucke) et p. 50 (concernant Ketelaer lui-même). Dans une (...)

17Il semble donc qu’on fasse une allusion à notre « héros » dans la phrase suivante du rapport de visite : « Aux bonnes époques, il y avait habituellement ici un vicaire, ou ils (les paroissiens) avaient un prêtre-envoyé de Dunkerque qui y disait la messe du petit matin. »13 Les bonnes époques appartenaient manifestement au passé, et l’on pourrait donc identifier Schuermans au « prêtre-envoyé », emissarius presbyter selon le texte latin. Il aurait donc fait la navette entre la ville et le village, pour s’en occuper à l’occasion et en tant qu’ambulant de la pastorale, parce que personne ne pouvait ou ne voulait y résider et qu’il fallait quand même bien quelqu’un pour administrer les sacrements. Il était donc un des prêtres qui, à Dunkerque même, gravitaient autour du curé local, Jaak van der Cruyce.

  • 14 Archives Municipales de Dunkerque (AMD), 312 (comptes de l’église Saint-Éloi (consultés pour les an (...)

18Cette supposition est appuyée tant par les comptes de l’église que par les registres paroissiaux de l’église Saint-Éloi de Dunkerque.14 Année après année, ces comptes mentionnent les ecclésiastiques officiellement en place. Il s’agit du curé Van der Cruyce, de ses trois vicaires nominativement mentionnés et en outre du personnel chargé d’ajouter au lustre de la liturgie. Nous retrouvons systématiquement les noms du curé et des vicaires dans les registres paroissiaux, et quelques autres noms y apparaissent sporadiquement. De qui ne parle-t-on jamais ? De Schuermans, dont nous savons qu’il a dû être présent en cet endroit. Il ne peut donc que se cacher dans la mention générale des « prêtres et compagnons de chœur » dont on ne précise pas le patronyme ou comme l’un des « trois prêtres qui font office de diacre et de sous-diacre. » Le fait que les comptes et registres soient très précis et détaillés et que pourtant son nom n’y apparaisse pas, prouve simplement la modestie de son statut, en responsabilité, en considération et certainement aussi en revenus. Sa tâche occasionnelle de prêtre-envoyé à Leffrinckoucke ne pouvait guère le valoriser. Il se retrouvait donc aussi bas, ou plus bas encore, qu’à l’époque où, sous-diacre, il était attaché à cette autre église dédiée à sainte Catherine, celle, somptueuse, de Bruxelles.

19Hélas les registres paroissiaux de Leffrinckoucke ne permettent pas de se former un jugement sur le caractère permanent ou non de sa pastorale : ils n’ont pas été conservés.

  • 15 BAG, Acta episcopatus, reg. 8, f° 78v. – Ce Van de Vyvere a aussi noté une unique fois un baptême d (...)

20Le fait qu’il n’était pas un curé officiellement affecté à ce village, apparaît du reste également au cours de l’été 1658, quand l’évêque d’Ypres, pour mettre bon ordre à la situation dans la région, se mit en quête d’un prêtre susceptible d’être nommé curé-titulaire de Leffrinckoucke. Il apparaît qu’on n’a pas pensé au remplaçant occasionnel Schuermans, mais bien à un certain Jacobus van de Vijvere. L’évêque de Gand lui délivra, le 12 avril, un certificat qui confirmait qu’il avait reçu ses premiers ordres à Gand.15

21Cette éviction, Schuermans a sans doute dû la ressentir comme son enième échec. Qu’est-ce qui pouvait encore le retenir là, après toutes ces misères et ces frustrations accumulées, quand la situation devint encore plus désespérée après la Bataille des Dunes ? Il prit la poudre d’escampette, des sources gantoises nous l’apprennent, mais il ne suivit pas son curé Van der Cruyce dans son exil douloureux, car celui-ci s’éclipsa seulement quand les Anglais eurent pris les rênes du pouvoir. En refusant de prêter le serment de fidélité, il allait survivre dans la mémoire collective comme « héros de la résistance. »

22Et les autres membres du clergé, restèrent-ils à leur poste, comme on peut parfois le lire ? Le vicaire Scorie, le second en hiérarchie à Saint-Éloi, disparaît soudain et définitivement des registres paroissiaux à compter du 21 juillet 1658… soit une semaine exactement après la bataille et quatre jours avant la prise de Dunkerque. L’explication n’est pas à chercher bien loin : Scorie avait enfilé la venelle, et il n’est pas difficile de subodorer en compagnie de qui. Certes, Schuermans n’était pas un homme courageux, mais, de plus, il n’avait rien à perdre ni à gagner. Même Leffrinckoucke, à moitié déserté, ne lui était pas promis. Partir pouvait difficilement être pis que rester.

  • 16 V. Busin, La correspondance de l’internonce di Vecchi. Bruxelles, Rome, 1999 (Analecta Vaticano-Bel (...)

23Schuermans et Scorie devinrent donc des réfugiés dans leur propre pays, et ils n’étaient pas les seuls : l’internonce Di Vecchi parle dans son rapport hebdomadaire au pape de la masse humaine qui se hâte vers Bruxelles avec tout ce qu’elle possède, car le chef de l’armée française, Turenne, sème la terreur en Flandre.16

Notes

4 Cité par L. Lemaire, Dunkerque sous la première domination française (1646-1652). Dunkerque, 1923, p. 4.

5 Cité par L. Lemaire, o.c., p. 171.

6 Cité par L. Lemaire, Histoire de Dunkerque des origines à 1900. Dunkerque, 1927 (réimpr. à Bruxelles, 1976), p. 174.

7 Lemaire, o.c., pp. 183-5.

8 L. Ceyssens, La fin, II, p. 298 (le 28 décembre 1658).

9 BAG, Acta episcopatus, reg. 8, f° 128v-129r.

10 Le texte est conservé aux Archives départementales du Nord (ADN), 20 G 1 et partiellement publié par R. Giard, ‘Enquêtes des doyens de Bergues en 1659 et 1673’, dans : Annales du Comité Flamand de France, 30, 1912, pp. 92-92. Cf. aussi BAB, N85, Clergé du diocèse d’Ypres, pp. 89-111.

11 Archives communales de Bergues (ACB), CC 313 (2) : Reeckenynghe, bewijs ende relyqua de welcke doet ende presenteert Jacques Tijteca... over de waterynghe van de prochie van Leffrijnckhoucke van den jare ende wateryngheschoote 1656..., f° 11r.

12 ACB, CC 313 (1B), compte du 16 juin 1656.

13 R. Giard, o.c., p. 69 (concernant Leffrinckoucke) et p. 50 (concernant Ketelaer lui-même). Dans une note sur le clergé du diocèse d’Ypres, on signale du reste encore d’autres ecclésiastiques à Leffrinckoucke : en 1650, Jan Preuvost, en 1659, Willem Cardinael (BAB, N85, p. 104).

14 Archives Municipales de Dunkerque (AMD), 312 (comptes de l’église Saint-Éloi (consultés pour les années 1651-1660 (1658-1659 manque)) ; registres paroissiaux (baptêmes, mariages).

15 BAG, Acta episcopatus, reg. 8, f° 78v. – Ce Van de Vyvere a aussi noté une unique fois un baptême dans le registre paroissial de Dunkerque (10 oct. 1654) : sans doute était-il donc, tout comme Schuermans, un des clercs anonymes du lieu. Il ne devint jamais, lui non plus, curé de Leffrinckoucke. Par contre on le mentionne en 1673 en qualité de curé du village limitrophe de Téteghem (R. Giard, o.c., p. 90.)

16 V. Busin, La correspondance de l’internonce di Vecchi. Bruxelles, Rome, 1999 (Analecta Vaticano-Belgica, 2-A, XVI), p. 196, no 577, (le 14 septembre 1658).

Table des illustrations

Titre La ville de Dunkerque
Crédits tiré de L. Guicciardini, Beschrijvinghe van alle de Nederlanden anderssins ghenaemt Neder-Duijtslandt, 1612
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fragment de l'évêché d'Ypres : entre Dunkerque et Nieuport
Crédits gravure dans A. Sanderus, Verheerlykt Vlaandre, 1735
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search