Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Deuxième partie

De retour à Ename

Texte intégral

  • 10 Il est peut-être à identifier avec Adriaan vander Haeghen, un huissier lié au Conseil de Flandre (R (...)

1Schuermans avait donc attendu une réponse favorable à Gand, chez le procurator van der Haeghe, à l’ombre de la cathédrale Saint-Bavon.10 Il continuait à considérer comme plus sûr de rester hors de son diocèse et pourtant assez près, à une journée de marche de son ancienne paroisse. Il n’aurait pu espérer être fixé plus rapidement. L’archevêque Boonen décida « après examen des scandales que le requérant avait provoqués, de [l’]admettre à nouveau aux fonctions de curé qu’il avait si scandaleusement désertées » (« Iudicat Illustrissimus Dominus attentis scandalis quae supplicans dedit, eundem novum admittendum in hunc pastoratum quem scandalose deseruit »). On reste sidéré qu’il ait pris lui-même une décision dans une affaire qui était normalement traitée au niveau de l’archidiacre. Il estimait sans doute que cela en valait la peine, bien que la hâte avec laquelle tout fut réglé fasse soupçonner et de pressantes instances de Calenus auprès de lui et l’agacement extrême de Malines. Toutefois cette décision ne mettait pas un terme au déroulement du procès ; c’était une mesure administrative et non une sentence.

2La rentrée de Schuermans à Ename prit encore presque un mois : faut-il attribuer cette lenteur au retard de son information ou à une hésitation personnelle pour une quelconque raison ? Il revint « quelques jours avant Noël ». Ce ne fut manifestement pas du goût de chacun, et sûrement pas de celui du doyen de chrétienté Van Huffel qui, depuis des années, avait fait de tels efforts pour conforter le niveau religieux de son district, dans l’esprit de la Contre-Réforme, avec l’aide et dans la ligne de la hiérarchie supérieure. Il voyait maintenant son chef suprême, le vieil archevêque, réintroduire Schuermans dans la paroisse. Damianus Van Huffel était dépité que son dossier, en l’attente d’une sentence, n’eût même pas entraîné une suspension. Il fallait s’attendre à ce qu’il couverait d’un œil d’aigle l’exilé revenu, prêt à fondre à nouveau sur lui dès que possible.

3L’occasion ne s’en fit guère attendre. Cette fois, ni les femmes ni la boisson n’étaient pourtant la cause directe du charivari. Le dimanche 30 janvier 1650, Philippus Schamp, maire d’Ename et de Nederename, vint au cimetière de ce dernier village publier ce qu’on appelait les « commandements de l’église », c’est-à-dire proclamer des décisions échevinales à la sortie de la grand-messe. En tant que maire, Schamp était responsable du maintien de l’ordre public et de la convocation des échevins, fonction qu’il tenait de l’abbé en sa qualité de seigneur d’Ename et de Nederename.

4Jusqu’alors Schamp n’avait été qu’une seule fois impliqué dans l’affaire Schuermans : avec d’autres notables de la paroisse, il avait témoigné – à décharge – que Schuermans avait, jusque tard dans la soirée, participé à Ename à la célébration de la Paix de Westphalie.

5Dès avant le début de la grand-messe, il y avait de l’électricité dans l’air. Nous le savons par la déposition d’Andries Raes, le coutre, devant Gillis van Hameije « notaire public admis auprès des Hauts et Puissants Messieurs du Conseil ordonné en Flandre, résidant à Audenarde », à la demande du Sieur Melchior Lutens, haut-bailli de la Seigneurie de l’abbaye d’Ename. Il y déclarait qu’avant le début de la messe, alors qu’il était en train de « disposer les ornements sur l’autel », Schuermans lui avait demandé « au cas où le maire Philippus Schamp viendrait à la messe, de lui dire que le curé avait à lui parler après la messe. » Sur quoi le curé partit confesser. Schamp s’était déclaré prêt à attendre le curé devant le cimetière mais entendait bien annoncer d’abord quelques « commandements de l’église ».

6La sortie de la messe fut moins sereine que prévu. Schamp proclama ses « commandements de l’église », sur quoi Schuermans accourut furieux. Jan van Heijlesone, un des témoins, déclarerait à ce sujet que le curé « courroucé a demandé au susdit maire s’il avait fait une copie de l’ordre qu’il avait de prendre possession de ses tombes, qui lui revenaient à lui en tant que curé de par le Sieur Prélat d’Ename. » Quel était donc le motif de l’esclandre ? Pour respecter les formes, Schamp aurait dû, comme c’était du reste la coutume, informer le curé qu’on avait saisi les revenus provenant des enterrements, précédemment concédés par l’abbé.

La ‘Vierschaar’(cour de justice seigneuriale) à Ename

La ‘Vierschaar’(cour de justice seigneuriale) à Ename
  • 11 Il l’avait assisté lors de l’achat de dix-huit verges de terres à labour à Ename.

7Que valait le témoignage de Jan van Heijlesone ? C’était un parent de Maijken de Riddere qui brûlait peut-être de venger les privautés dont elle avait été victime.11 Toutefois, d’autres témoins vinrent raconter à peu près la même chose. La raison de la mainmise de l’abbé sur les sous du curé, on la devine à la lecture d’un document du 28 février, donc très exactement postérieur de quatre semaines, où il apparaît que Schuermans avait dû venir s’expliquer devant les échevins sur des magouilles supposées dans les comptes de l’église. Nous y reviendrons plus tard. Cette confiscation faisait-elle l’objet de la proclamation de Schamp ? Nous ne le savons pas explicitement, mais cela semble fort vraisemblable. Schuermans avait espéré que les choses prendraient une autre tournure, s’il avait pu parler au maire avant la proclamation, mais comme Schamp en avait lu le texte – comme prévu – immédiatement après la messe, notre curé se trouvait berné. Schuermans ne reculait ni devant les accusations ni devant les injures à l’adresse de ses adversaires. Il avait déjà dans le passé traité les moines d’engrosseurs et de coureurs de putes.

8D’autres témoins confirmèrent les déclarations de Jan van Heijlesone. L’expression que l’altercation avait eu lieu dans un accès de colère fut également employée par Adriane Schietcatte, l’« épouse de Pieter vander Base » – patronyme qui nous est familier –. Le coutre Raes parlait de « grands mots » mais prudent comme toujours et soucieux de ménager la chèvre et le chou, il disait « qu’il n’y avait pourtant pas prêté une attention particulière ». Selon un autre témoin, Joosine Bijtebier, Schuermans fondit « de l’église sur le susdit maire, les mains sur les hanches, et tout à fait hors de lui à ce qu’il lui paraissait. » Lieven de Wachtere mentionnait lui aussi que Schuermans était « tout à fait hors de lui (à ce qu’il lui paraissait) et les mains sur les hanches. » L’emploi répété des mêmes mots et tournures dans les témoignages jette une ombre sur la manière de noter et peut-être d’interroger. On dirait que les réponses, ou du moins leur formulation, avaient été suggérées par le notaire.

9Tous les témoins en tombent d’accord, Schuermans avait traité le maire de « faux jeton ». Joosijne Bijtebier l’entendit aussi qualifier de « menteur » et elle se rappelait que le maire avait même dû faire un saut en arrière pour éviter un soufflet. Jan van Heijlesone ajouta que Schuermans menaçait « de le faire fouetter et bannir ». Adriane Schietcatte témoignait elle aussi en ce sens, cependant que Jan de Cordier, tout comme Joosijne Bijtebier, entendit « qu’il le livrerait au Procureur Général » – la plus haute instance judiciaire de Flandre – ce qui équivalait à évoquer flagellation et bannissement.

  • 12 E. Beaucarne, Notice historique sur la commune d’Eename, I. Gand, 1893, p. 26.

10Schamp ne tint pas compte des récriminations : il se contenta de faire son travail. Sur quoi Schuermans se fâcha plus encore et se rabattit sur le registre social : « Oh, quels dommages ce faux jeton ne cause-t-il pas aux pauvres gens, s’il me trompe déjà comme ça, moi son curé. » C’est ce que quelques témoins entendirent crier « avec de grands mots ». L’altercation continuait. Le maire n’était pas le seul à en prendre pour son grade, le collège des échevins aussi. Ce sont aussi des « faux jetons » d’après le témoignage de Van Heijlesone et de Guillaume Everaert, cependant que Bijtebier et Schietcatte avaient en outre entendu injurier le bailli. Les moines qui semblent avoir soufflé aux échevins la décision de s’en prendre à son argent, ne furent naturellement pas épargnés. Van Heijlesone et Schietcatte entendent traiter les « Messieurs du monastère d’Ename de gredins ». Schamp ne pouvait laisser passer cela. Il s’agissait d’une violation flagrante de la Costume, le droit coutumier, qui punissait « qui offense les messieurs ou la loi du fait de leur fonction. »12 Il menace de prendre des mesures, à quoi le curé réplique qu’il en a plein le dos de lui. Les paroles rapportées par Van Heijlesone, furent pratiquement répétées mot pour mot par les autres.

Compte-rendu de la séance des échevins soupçonnant des malversations financières

Compte-rendu de la séance des échevins soupçonnant des malversations financières

avec en bas la signature de Jan Schuermans, pastoir van beijde de Eenamen

Renaix, Rijksarchief, Abdij Ename, 471

11Dans un petit village comme Ename et face à un appareil judiciaire répressif, on ne manquait pas de peser ses paroles et ses silences. Jan van Heijlesone, Adriane Schietcatte et Lieven de Wachtere n’avaient guère de peine à se souvenir de ce qui s’était précisément passé un jour avant, mais voici que leur mémoire se fait défaillante. Du coutre Raes, nous savons déjà qu’il n’avait pas prêté une « attention particulière » aux injures, comme si ce genre de querelle était son pain quotidien ; il était passé « par hasard » alors qu’il allait reporter la clé de l’église à Goddefroot Crauwijn, le « sonneur ». Jan de Cordier de son côté déclara qu’il « n’était pas bien sûr d’avoir retenu exactement » une partie de la discussion, Guillaume Everaert qu’il « n’avait pas fait attention » à bien des paroles, et Joosijne Bijtebier ajouta à son témoignage pourtant fort circonstancié qu’elle « ne se souvenait pas bien du reste parce que le curé avait parlé à mi-voix », ce qui était bien sûr en contradiction flagrante avec la réalité, car on avait crié à tue-tête. Et affirmer ne pas avoir retenu les paroles parce qu’on les avait prononcées à mi-voix, constitue une absurdité manifeste.

12Les déclarations furent enregistrées à la demande du haut-bailli, le plus haut fonctionnaire de la Seigneurie, en vue de leur donner une suite judiciaire. On courut les présenter aux moines qui cette fois ne perdirent pas de temps. Du côté de l’archevêché aussi, on fit diligence. L’envoi d’un messager d’Ename à Malines ou Bruxelles et le temps de réflexion nécessaire à la formulation d’une réponse prirent en tout et pour tout quatre jours bien comptés. Le 5 février, Calenus écrivit à Van Huffel une lettre (non conservée) pour l’informer que Schuermans faisait à nouveau des siennes. Le doyen de chrétienté, qui attendait de fondre sur sa proie, réagit immédiatement. Il déplora que le curé qui « ne pouvait donner du fruit en ce lieu » – allusion au bon arbre et au mauvais arbre des Évangiles de Matthieu et de Luc – eût été rétabli dans ses fonctions. La lettre de Calenus était parvenue à Van Huffel le 8 février et, le jour suivant, il se trouvait déjà à Ename. Il fit faire une copie des témoignages par le notaire Van Hameije, et, en qualité de doyen de chrétienté, et donc de juge ecclésiastique local, il convoqua à nouveau un certain nombre de témoins. Il leur lut leurs dépositions et demanda si leur transcription concordait avec ce qu’ils avaient dit et s’ils étaient prêts si nécessaire à témoigner sous serment. Jan vander Heijlesone déclara « persister » et signa prestement de son nom. Le coutre Raes et Jan de Cordier en firent autant. Ce dernier fit ajouter que les gens présents étaient restés pantois que le curé et le maire « se fussent si vilainement disputés à un tel moment et en un tel lieu. » Joesijne Bijtebier abonda dans ce sens et fit remarquer : « Monsieur, si nous nous chamaillions ainsi, on nous traînerait devant la Cour Ecclésiastique », ce qui manifeste une fois de plus la terreur des poursuites qui habitait la population. Cette Joesijne ne savait pas écrire, mais sa marque a été tracée d’une main ferme. Adriaene Schietkatte de son côté apposa une petite croix tremblante. Hésitante comme elle devait l’être, elle doutait tout à coup si elle avait bien entendu le curé menacer « de fouetter et de bannir » et reprocher à Schamp de tromper les simples villageois. Le premier interrogatoire avait-il vraiment été si suggestif que les témoins en avaient déclaré plus qu’ils n’en avaient entendu, ou Adriaene reculait-elle maintenant devant les possibles répercussions de ses paroles ? Je m’en tiens à cette deuxième possibilité.

13Hormis le fait que Schuermans était prêtre, il n’y avait rien dans ce dossier d’injures qui pût être utilisé pour s’engager à nouveau dans le labyrinthe hiérarchique de la Cour Ecclésiastique. Si Van Huffel voulait obtenir une meilleure écoute de Calenus ou même de Boonen, alors que le procès était toujours en cours, il fallait jouer de cordes plus sensibles : les femmes et la boisson.

  • 13 P.-Fr.-X. De Ram, Nova et absoluta collectio synodorum tam provincialium quam dioecesanorum, I. Mal (...)
  • 14 P.-Fr.-X. De Ram, Ib., p. 543.

14La fréquentation des auberges était interdite aux prêtres par leurs supérieurs hiérarchiques et s’ils passaient outre, ils se faisaient taper sur les doigts. Quelques années après l’entrée en vigueur dans les Pays-Bas, de Groningue à Arras, du nouveau découpage des diocèses, le Premier Synode de la Province Ecclésiastique de Malines (1570) avait décidé que les clercs « devaient s’abstenir complètement de la fréquentation des auberges, de l’ivresse, des banquets et de commerce suspect et de cohabitation avec des femmes, qu’ils ne prolongeraient pas les repas du midi jusqu’en début de soirée, ne danseraient pas, et que, ni dans la rue ni chez eux, ni de nuit ni en plein jour, ils ne se promèneraient avec des masques ; et si quelqu’un enfreignait ces interdictions, en guise de sanction, les revenus de sa fonction ou de son bénéfice lui seraient retirés pour un mois. »13 Début 1645, l’année de l’accession à la prêtrise de Schuermans, dans le même ordre d’idées, l’Épiscopat avait prêté une oreille favorable à une proposition de l’évêque de Gand, Triest, qui stipulait « qu’on prononcerait des sanctions plus sévères contre les curés, vicaires et tous ecclésiastiques qui fréquentent les auberges, car ce vice est extrêmement répandu et provoque énormément de scandale. »14

15Alors que Van Huffel était à Ename pour vérifier les témoignages de l’altercation, il convoqua aussi l’aubergiste, le « tavernier » comme on disait alors, Jan de Pecker. Ce dernier témoigna que Schuermans « avait été chez lui et y avait bu avec le maire et d’autres personnes, restant le soir chez lui deux à trois heures sans s’être assis. » C’était « un dimanche, quelque huit jours environ avant la date d’aujourd’hui. » Il ajouta – et c’était le point essentiel de son témoignage – « ne pas avoir remarqué que le susdit curé eût été saoul ou se fût laissé aller en paroles ou en actes à quoi que ce fût d’irrégulier. » Le curé était même parti le premier avec son valet.

16Un autre témoignage émanait de l’échevin Pieter van Cauwenberghe. Il avait rédigé l’année précédente la déclaration des six notables établissant que Schuermans, le 7 juin 1648, avait fêté la Paix à Ename. Il savait écrire et signer d’une plume alerte. Ce témoin autorisé avait vu Schuermans à l’auberge de De Pecker ce même jour, « le dimanche avant la Chandeleur », le 30 janvier, et il s’empressa d’ajouter que c’était « en bonne compagnie ». Schuermans y était resté « deux à trois heures dans la soirée. »

17Le dimanche 30 janvier… Quelques heures donc après que l’altercation au cimetière eut fait un esclandre, Schuermans et Schamp s’étaient déjà retrouvés à l’estaminet. Il n’y avait certainement pas eu de querelle, sinon les témoins n’auraient pas manqué de le dire. Qu’on y ait juré amitié paraît invraisemblable, car c’eût été passer un peu vite l’éponge sur la dispute. Sans doute la « bonne compagnie » avait-elle essayé, autour d’un cruchon de bière brune, de rabibocher les excès de langage.

18Le dimanche suivant, Pieter van Cauwenberghe avait vu le curé assis à l’« hostellerie van St. Antonis » (hôtellerie Saint Antoine), où l’on logeait à pied et à cheval au centre du village, le long de la Dendermondse Heerweg (Chaussée de Termonde). À nouveau, il y était en bonne compagnie et tout se passait à nouveau « sans aucun excès ». L’échevin profita de la circonstance pour indiquer à Van Huffel, qui l’interrogeait, que Schuermans exerçait maintenant ponctuellement sa fonction de curé et il mentionna explicitement la célébration de la messe, l’écoute en confession, la conclusion des mariages et l’administration du sacrement des malades. Qui plus est, l’échevin assistait lui-même à l’office le dimanche et les jours de fête, allait se confesser à lui… et, garantie supplémentaire, il avait deux ou trois fois fréquenté une auberge en compagnie du curé. Le coutre Andries Raes dut lui aussi témoigner : c’était donc la seconde fois ce jour-là. Nous connaissons sa circonspection ! Cette fois encore, ses phrases étaient truffées de verbes au conditionnel. Il déclara avoir vu « que le susdit curé aurait (!) fréquenté une auberge, à savoir St. Antonis à Ename. » Lui aussi signalait l’exercice ponctuel de « toutes sortes d’offices pastoraux ». Comme ils l’avaient déjà fait précédemment, Raes et Van Cauwenberghe faisaient donc de leur mieux pour redorer le blason bien terni de Schuermans. Van Huffel n’obtenait que des avis positifs, ce qui n’était pas du tout son objectif. Il ne lui restait plus qu’à changer de cap. Peut-être l’autre corde sensible, le sexe, répondrait-elle mieux.

  • 15 M. Cloet, ‘Antoon Triest, prototype van een contrareformatorische bisschop, op bezoek in zijn Gents (...)

19Les femmes inspiraient sans doute toujours autant Schuermans, mais après la succession de scandales des deux années précédentes et l’incertitude quant à l’issue de son procès, il était quand même devenu plus prudent. Dans les dépositions de De Pecker, Van Cauwenberghe et Raes, il n’était pas question de femmes. Le doyen de chrétienté se vit donc forcé de recourir à la suggestion qu’il pourrait y avoir quelque chose. De Pecker avait en effet raconté aussi que Schuermans et son valet, après leur passage à l’estaminet, s’étaient rendus à la maison de Lowijs van Braeckel pour y faire, comme à l’accoutumée, leurs emplettes pour le repas. Van Huffel tenait enfin sa chance ! Lowijs avait en effet une femme qui avant son mariage « avait une très mauvaise réputation parce qu’elle ne se contrôlait pas sexuellement », particularité qu’il connaissait de source sûre. Van Huffel aurait au moins pu mettre au crédit de Schuermans qu’il employait un valet et non une servante, et avait donc lui même supprimé un motif de suspicion. L’effroi des visiteurs ecclésiastiques devant les bonnes de curé, censées être les instruments du diable, particulièrement s’il s’agissait de jeunes dames épanouies, les hantait depuis toujours, et l’évêque gantois Triest venait encore d’exprimer ses préoccupations à ce sujet.15

20Nous ne savons pas dans quelle mesure la nouvelle attaque de Van Huffel influença le déroulement du procès. Sa lettre et les pièces annexes furent classées à l’Archevêché sans la moindre apostille. Il est clair que Malines était plus excédé encore que trois mois auparavant et surtout qu’on pouvait y avoir l’impression que l’attitude du doyen s’expliquait par une antipathie et une rancune personnelles.

Notes

10 Il est peut-être à identifier avec Adriaan vander Haeghen, un huissier lié au Conseil de Flandre (RAG, Raad van Vlaanderen (Conseil de Flandre), 13194 et autres (J. Buntinx, Inventaris van het Archief van de Raad van Vlaanderen, II. Bruxelles, 1964, p. 325 et autres)).

11 Il l’avait assisté lors de l’achat de dix-huit verges de terres à labour à Ename.

12 E. Beaucarne, Notice historique sur la commune d’Eename, I. Gand, 1893, p. 26.

13 P.-Fr.-X. De Ram, Nova et absoluta collectio synodorum tam provincialium quam dioecesanorum, I. Malines, 1828 (Réimprimé à Liège en 1996), p. 118.

14 P.-Fr.-X. De Ram, Ib., p. 543.

15 M. Cloet, ‘Antoon Triest, prototype van een contrareformatorische bisschop, op bezoek in zijn Gentse diocees (1622 – 1657)’, dans : Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis der Nederlanden, 91, 1976, pp. 394 - 405.

Table des illustrations

Titre La ‘Vierschaar’(cour de justice seigneuriale) à Ename
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Compte-rendu de la séance des échevins soupçonnant des malversations financières
Légende avec en bas la signature de Jan Schuermans, pastoir van beijde de Eenamen
Crédits Renaix, Rijksarchief, Abdij Ename, 471
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71259/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 411k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search