Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Deuxième partie

Les affaires suivent leur cours

Texte intégral

1Le 22 mai, Calenus avait encore écrit en termes mesurés à Schuermans pour l’exhorter à une moindre crainte de la prison et à une plus grande confiance au bon sens de ses supérieurs. Tandis que la sœur de Schuermans se trouvait à L’Écluse en qualité de messagère, la lettre de Van Huffel et le paquet de témoignages arrivèrent au palais archiépiscopal. Pour la première fois l’archidiacre se trouvait confronté à davantage qu’aux courriers du doyen de chrétienté. Car si celui-ci avait déjà lancé des accusations très graves, il ne s’agissait que de déclarations sans preuves. Van Huffel n’avait-il pas été dupe d’un réseau de calomnies tissé autour de Schuermans ? Van Huffel n’avait-il pas péché par excès de zèle ? Voici que la situation changeait du tout au tout. Les témoins avaient déclaré très nettement que ce qu’ils avaient dit était exact : Kathelijne la repentante, le chirurgien plein d’autorité, et tout cela, sur ordre de l’abbé, mis en forme par un fonctionnaire public, un notaire.

2C’est aussi vers cette époque qu’a dû arriver de Bruges à l’archevêché le compte rendu des escapades avec Maria Hughe. Schuermans était bien informé quand, dans la lettre à Calenus qu’il remit à sa sœur le 24 mai, il disait que l’official de Bruges était sur ses talons. C’était sans aucun doute son amie Maria Hughe et ses amis et parents (à elle) qui l’avaient averti que l’official avait fait sa ronde dans les petits villages autour de Bruges, Dudzele, Lissewege et Westkapelle afin de constituer un dossier pour le piéger.

3Il semblait qu’on fît cette fois donner la grosse artillerie. Van Huffel avait manifestement établi, par-dessus la tête de Calenus, des contacts directs avec l’évêché de Bruges, comme s’il avait le pressentiment que sans cela toute l’affaire finirait aux oubliettes. Le rapport venu de Bruges et la persévérance têtue de son doyen de chrétienté avaient une fois de plus tourné Calenus en ridicule.

4Vers ce moment, les moines aussi entrèrent en action. Peut-être Van Huffel avait-il reçu une copie du rapport que l’official du diocèse de Bruges avait envoyé à Malines et était-il allé frapper à la porte de l’abbaye pour demander d’entreprendre ensemble une action qui cette fois devrait mener rapidement à des mesures. Quoi qu’il en soit, vers le jour où la messagère venue de L’Écluse, la sœur de Schuermans donc, est de retour et déclare que son frère est prêt à revenir avec un sauf-conduit – mais uniquement avec ce document ! – le prévôt De Loose prépare un nouvel élément du dossier.

5Tout ce qu’on avait jusqu’à maintenant imputé à Schuermans, c’était son implication dans la réduction à l’état laïque de Dame Marie, son comportement indécent avec elle, son commerce charnel avec Kathelijne Schamelhaut et sa paternité. Les racontars parmi les filles d’Ename s’étaient maintenant mêlés à des spéculations sur le départ soudain de leur curé et à des commérages parmi les Audenardois sur la servante-de-la-sœur-de-feu-le-père-Le-Secq. De Loose se devait de connaître le fin mot de toutes les rumeurs qui bourdonnaient jusque dans la cuisine même de sa propre abbaye. Il voulait cette fois avoir une vue parfaitement claire de ce qui se passait à l’intérieur des murs de son monastère, quasiment à sa porte. Et c’est ainsi que Maijken de Ruddere rejoint la collection de femmes dont on savait que Schuermans avait jeté les yeux sur elles. Pourtant, contrairement à Dame Marie, à Kathelijne Schamelhaut et à Maria Hughe, qui avaient succombé au charme du jeune Louvaniste, ou qui – à regarder les choses d’un autre point de vue - l’avaient attiré dans leurs bras, Maijken avait éconduit Schuermans.

6Peut-être le moment d’« attirer et de tirailler » était-il mal choisi parce que le chagrin de la perte de son mari n’était pas encore tout à fait apaisé, à moins qu’elle n’ait eu une dent contre les curés à la sexualité débridée, eux qui devaient « écoécoler» une autre morale.

7Le 2 juin, Maijken de Ruddere vint faire sa déposition devant le prévôt et le notaire et, le même jour, on lui paya le solde de ce que l’abbaye lui devait encore pour son travail de vachère. Ces mois-là, Maijken n’habitait-elle plus à Ename : avait-on profité de la circonstance pour faire d’une pierre deux coups ? Les sources ne nous renseignent pas sur ce point. Mais même si Maijken habitait toujours Ename – et pourquoi pas après tout : n’y possédait-elle pas une terre à travailler – on peut décemment supposer que son témoignage fut récompensé par le dernier versement de ce que le prévôt lui devait encore. Si ce raisonnement est exact, son témoignage pourrait y perdre en valeur, même si d’autres personnels de l’abbaye et d’autres habitants étaient également venus raconter ce qu’ils avaient vu ou entendu.

Fragment de la carte de l’évêché de Bruges : entre Bruges et L’Écluse

Fragment de la carte de l’évêché de Bruges : entre Bruges et L’Écluse

Fragment de la carte de l’évêché de Bruges, de J. et C. Blaeu, [1641]. Gand, Universiteitsbibliotheek, Prentenkabinet

8Quand ces déclarations furent-elles envoyées à Malines ? Le furent-elles via Van Huffel ou non ? Nous n’en savons rien. Mais il est clair que ni De Loose, ni Van Huffel n’ont attendu longtemps de le faire, tout comme il est clair que le paquet ne faisait que grossir la correspondance et l’appareil de preuves déjà en dépôt… et surtout en repos chez Calenus. Plus d’un mois de silence. Van Huffel se contenait à peine et lorsque, le 15 juillet, il envoya par messager à Malines les comptes rendus des visites de son district, il ne put se retenir de rappeler une fois encore l’affaire dans une lettre d’accompagnement. Il résume la situation générale : les curés ont dénoncé leurs paroissiens pécheurs, mais parmi ces curés il y en a hélas « qui ne se soucient guère de démasquer les vices, et d’enseigner, surtout au sujet des hérésies et des manquements publics [au repos] les jours de fête, qui sont considérés ici comme n’étant rien. » Au sujet des curés eux-mêmes, Van Huffel n’a pas de plaintes : « Je les ai, par la grâce de Dieu, trouvés libres de grandes incartades ». Il ajoute toutefois que certains pâtissent d’un penchant excessif à la boisson et d’autres de cupidité. Mais il fallait que tout cela restât un peu en mineur pour ménager un savant crescendo : « Je ne parle pas des débauches du sieur Schuermans dont j’estime qu’il aura de la peine à s’en sortir par des paroles ; il ne paraît pas non plus sincère dans ses démarches et n’emprunte pas une voie qui puisse mener à un dénouement favorable. » C’est naturellement une allusion à sa menace de porter le différend devant le « Tribunal ecclésiastique », au lieu d’obéir, dans une dévote soumission, au doyen de chrétienté. Et voici qu’il plaque l’accord final : « Récemment, cette nonne défroquée était encore avec lui à Ename, elle semblait encore plus sauvage dans l’amour du vin et elle l’accompagne partout, non sans faire beaucoup jaser. » Est-elle bien juste cette dernière affirmation ? Schuermans est-il soudainement revenu à Ename, comme ça, sans sauf-conduit, se jeter dans la gueule du loup, près de ces « infâmes moines » dont la menace d’incarcération avait précisément motivé sa fuite ? Non, je ne crois pas ce que Van Huffel raconte ici. Schuermans n’était pas un homme courageux, bien au contraire ; venir à Ename aurait été d’un héros. Un mensonge donc, ou du moins une fausse présentation des faits, que le mot « récemment » interdit d’étayer d’une date concrète… qui n’aurait pu se situer qu’avant sa fuite à L’Écluse.

9Cette insistance eut quand même quelque effet, car, début août, on entendit à nouveau des témoins. Si l’on tient compte du temps écoulé entre l’envoi de la lettre précédente (le 15 juillet), des lenteurs administratives, de l’envoi d’une réponse et de la convocation des témoins, on arrive aux environs du deux août, date à laquelle les deux camps déplacent leurs pions, l’un avec plus de succès que l’autre, même si aucune des parties ne prouve rien.

  • 7 Nous le rencontrons sous l’hypocoristique Lippe entre 1640 et 1676 comme bûcheron, notamment dans R (...)

10Pour tout être humain doué de logique, la possibilité de paternité de Schuermans dépendait de sa présence physique à Pamele après le feu d’artifice. Calenus doit avoir chargé Van Huffel de démêler plus précisément la chose. Van Huffel convoqua comme témoin Philips de Muleneere, « âgé d’environ 37 ans, résidant à Ename et y étant ouvrier de l’abbaye. »7 Son témoignage fut déposé par devant Van Huffel qui en prit note dans un style et un vocabulaire bien plus proche du dialecte local que celui des autres « dépositions ». Cette constatation suggère que le notaire Van Hameije, lorsque qu’il enregistrait les déclarations, transposait la langue parlée en néerlandais standard. Avec une croix au bas du texte, Philips confirma sa déclaration : « un jour qu’on fêtait à Audenarde la Paix entre les États de Hollande et Sa Majesté d’Espagne, [Schuermans] était présent au monastère d’Ename, où on la fêtait également alors, et […] il y avait vu le susdit Schuermans le soir après neuf heures, avec d’autres religieux et domestiques du monastère. » Sur ordre de l’abbé, De Muleneere y avait, avec d’autres villageois, « tiré au mousquet ». Au lieu du grondement du canon que l’internonce papal avait décrit à Bruxelles, ici, dans ce petit village riverain de l’Escaut, on se contentait de la détonation d’un fusil. Mais ce qui détonait plus encore, avec les attentes de Van Huffel cette fois, c’était cette déclaration. Schuermans avait été vu à l’abbaye vers le moment où il était censé lutiner Kathelijne Schamelhaut à Pamele.

  • 8 Comme tant d’autres villageois, il succomberait en 1677, le 24 octobre, à la dysenterie. Cf. RAR, O (...)

11Dans le petit village, chacun avait naturellement remarqué, ce deux août, que Van Huffel était à nouveau de sortie et qu’il avait appelé un valet de l’abbaye à témoigner. Mais Schuermans avait également des amis au village. Tous ne croyaient pas ce qu’on racontait de lui, et même s’ils le croyaient, les impératifs claniques devaient suffire, si l’une des parties se déclarait pour, à pousser l’autre à se déclarer contre. Sur ce, six personnages assez considérables du village signèrent une déclaration sur l’emploi du temps de Schuermans au moment décisif. Tous les six savaient écrire et n’avaient nul besoin d’un tiers pour coucher les mots sur papier. La déclaration fut rédigée par Pieter van Cauwenberghe, l’un des échevins du village. Contresignèrent notamment Lieven Thijs, un échevin de Nederename, Jan Foccaert, l’« officiarius » ou substitut du maire d’Ename, Andries Raes, le coutre, et Philips Schamp, le « maire des deux Enames ».8 Ils étaient tous en bonnes relations avec l’abbaye : le maire, les échevins et l’officier devaient d’ailleurs leur fonction à l’abbé, en sa qualité de chef de la Seigneurie. Et pourtant ils témoignaient en faveur de Schuermans. Raes était le plus proche de son curé, et on pourrait s’attendre de sa part à un peu de complaisance. Tout compte fait, la déclaration témoigne de leur indépendance à tous vis-à-vis de l’appareil ecclésiastique. Mais que disent-ils précisément ? Le ton est passablement grandiloquent : « à la demande du Révérend Sieur Joannes Schuermans, prêtre, licencié en Théologie, curé des deux Enames, lector de l’Abbaye d’Ename », ils témoignent qu’il était présent « le 7 juin 1648, étant le jour de la Très Sainte Trinité, étant le même jour la célébration de la paix signée entre les Très-Puissants Messieurs États de Hollande et notre Roi Très Catholique, dans l’Abbaye d’Ename. » Pour renforcer leur déclaration, ils ajoutèrent à la relecture qu’il avait été présent « en personne ». Quelle autre précision pouvaient-ils donner dans une affaire de débauche ? Ils appuyaient l’alibi de Schuermans : il avait « aussi le soir assisté à la célébration qui se déroula dans cette même abbaye avec les paroissiens des mêmes Enames, en présence de Monseigneur le Prélat de la susdite Abbaye et des susdits paroissiens. » À première vue, Schuermans semblait marquer un point avec ces deux témoignages. Mais, comme nous l’avons déjà suggéré, cette déclaration ne prouvait rien. Le seul alibi que De Muleneere et les six notables pouvaient fournir concernait l’emploi du temps du 7 juin, le dimanche. Ils ne parlaient pas du lundi, alors que la fête battait toujours son plein à Audenarde. Or, il était évident que c’est ce lundi que Kathelijne avait eu des rapports avec le jeune curé.

12Van Huffel doit avoir compris immédiatement que Schuermans avait et continuait à avoir ses partisans dans le village, et qu’on ne pouvait prouver qu’il n’était pas resté ce dimanche à Ename. Il ne restait à notre homme d’autre solution que de soumettre une fois de plus Kathelijne Schamelhaut à la question, au sens figuré s’entend, alors que Schuermans bluffait qu’il fallait l’y soumettre littéralement pour lui faire déclarer la paternité de dom Le Secq. Nous savions déjà que Van Huffel appréciait la jeune femme, parce qu’en dehors de cet unique faux pas, elle avait toujours vécu honorablement. Kathelijne, toujours en service chez De Lattre, confirma le 4 août, dans la maison du vicaire de Pamele, qu’elle « n’avait qu’une seule fois » couché avec Schuermans, « le soir vers onze heures quand elle était dans sa chambre et qu’elle était étendue à se reposer sur son lit avec une petite fille de cinq ans à ses côtés. » Plus question d’importunités. Elles n’avaient vraisemblablement jamais eu lieu ou avaient été fort bénignes, si l’on excepte les exigences du rituel sexuel. Il est vrai qu’il s’agissait essentiellement de contrôler l’alibi. Depuis sa première déposition, Kathelijne avait déjà avancé toute la scène d’une heure, ce qui du reste arrangeait le curé, car on l’avait encore vu à Ename après neuf heures. Hélas pour lui, la brave fille n’arrivait plus à se souvenir si ç’avait été « le dimanche ou le lundi », ce qui infirmait totalement l’alibi d’Ename. Elle revint longuement sur la naissance de Jantje, raconta comment elle avait fait porter une lettre, comment l’enfant avait été emporté par dame Gassesmet, et comment – au su du curé de Pamele – on avait noté un faux nom pour le père afin d’épargner Schuermans. Kathelijne signa de sa marque – une croix prise dans un demi-cercle – son énième interrogatoire.

Les signatures (sous forme de croix) de Kathelijne Schamelhaut, Adriaene Schietkatte et Joesijne Bijtebier

Les signatures (sous forme de croix) de Kathelijne Schamelhaut, Adriaene Schietkatte et Joesijne Bijtebier

Malines, Archives de l’archevêché, Ename, 344

13C’est alors seulement que Schuermans parut piégé. Plus moyen de prouver qu’il n’était pas le père : les nouveaux détails donnés par Kathelijne, par exemple la fausse déclaration, contrôlable, que l’illettrée qu’elle était n’avait quand même pas pu arranger elle-même, refermaient la nasse.

14Toutefois, sur un seul point, Schuermans paraissait encore marquer des points. Il semblait maintenant qu’il ne serait pas purement et simplement victime d’une mesure disciplinaire, ce qui avait toujours été l’objectif de Van Huffel. On s’acheminait vers un procès en règle.

15La pièce suivante du dossier malinois, le montre nettement. C’est une expositio établie par un avocat quelques jours avant le 28 août. Cela comporte qu’entre l’envoi des dépositions au sujet de l’alibi et la demande au Procurator Officii, procureur de la Cour Ecclésiastique, d’intenter un procès, s’il estimait souhaitable de le faire, on avait perdu peu de temps. Car il fallait prendre contact avec Schuermans à L’Écluse, celui-ci devait s’assurer le conseil d’un juriste et envoyer son expositio. Cet exposé s’articule en trois points. Dans le premier, il déclare qu’on a, à tort, répandu le bruit qu’il a procréé un enfant et ce bruit, avec d’autres accusations, est même parvenu aux oreilles de l’archevêque. Il est « totalement innocent d’un tel forfait et pourtant ses supérieurs l’empêchent pour ainsi dire d’exercer sa fonction de curé. » Dans un second article, il demande quand « on chargera le promotor de cette Cour – en qualité de Ministère Public – d’intenter une action du chef de ce qui précède et des autres affaires. » La mention d’un promotor et non d’un procurator Officii, ce qui était la titulature usuelle à Malines, indique probablement que son texte n’a pas été rédigé par un juriste malinois. Dans le dernier article, le curé en fuite propose comme son procurator, son défenseur, un certain Gislebert vander Moeren. Dans une petite note d’accompagnement sans adresse, mais qui fut donnée de façon anonyme et informelle à Calenus (sinon elle n’aurait pas été conservée au dossier, mais écartée par le destinataire) Schuermans dit « qu’il n’est pas habitué à mener des procès et ignore donc s’il faut envoyer cet exposé à Malines ou à Bruxelles. » En effet, dans les deux villes siégeait une « Cour Ecclésiastique », toutes deux dépendant naturellement de l’Archevêché. Il supplie le Reverendus admodum Dominus – appellatif officiel de Calenus – de vouloir confier le dossier « à un avocat fiable qui s’investirait résolument pour mon innocence. » Même alors, Schuermans comptait toujours sur le soutien de Calenus.

  • 9 AAM, Mechliniensia, 74, f° 166v - 168v ; il y a aussi un texte à peu près analogue pour le Procureu (...)

16Le 28 août, l’Official de l’archevêché, le président donc de la Cour Ecclesiastique et (par le pouvoir que lui déléguait l’archevêque) le juge suprême, écrivait en marge de l’exposé : « Intentet Officii Procurator actionem suam, si quam habere existimet contram [sic] supplicantem », « Que le Procureur de la Cour engage une action s’il estime qu’il faut en lancer une contre le requérant. » Il laissait donc le choix au procureur d’aller ou non jusqu’au procès. La démarche était d’ailleurs conforme aux instructions en matière de procédure, l’« Instructie voor den Procureur van Officie van’t Geestelyck Hoff des Aertsbisdoms van Mechelen tot Brussele residerende » (Instructions pour le procureur de l’Office de la Cour Ecclésiastique de l’Archevêché de Malines résidant à Bruxelles), texte rédigé la même année, le 2 janvier, par l’archevêque Boonen. L’article 5 y stipulait que « Dès que le Procureur de l’Office aura pris connaissance de quelque délit de notre juridiction, il en fera part par écrit à notre Official afin de recevoir de lui l’ordonnance et la directive de prendre les informations préparatoires, à savoir si de tels délits étaient commis par des ecclésiastiques ou autres personnes de considération. »9 Et qu’il fallût en venir à un procès, ce n’était pas en effet seulement l’opinion du Procureur de l’Office. L’Official lui-même, Amatus Coriache, partageait cet avis. Il ne pouvait passer outre à tous les éléments qui, les derniers mois, venant de sources différentes et portant sur diverses affaires, étaient venus gonfler le dossier. Jusqu’alors, comme preuve à décharge, Schuermans avait seulement pris Dieu à témoin.

17Le curé obtiendrait donc son procès. Certes pas tout à fait comme il l’avait espéré. C’est lui-même qui siégerait au banc des accusés et non « les faux témoins », comme il l’avait espéré quelques mois auparavant.

18L’acte d’accusation ou « Liber conventionalis » date du 12 novembre. Sa rédaction avait donc encore pris deux mois et demi. Le procureur énumère en dix-huit points tout ce qu’on pouvait imputer à Schuermans, après avoir d’abord établi qu’il était effectivement soumis à la juridiction de la Cour. Il constate successivement : (1) qu’il logeait à Audenarde chez De Lattre, (2) que Kathelijne Schamelhaut était en service chez ce dernier, (3) que Schuermans l’avait déshabillée vers minuit, avait eu des rapports avec elle et l’avait engrossée, (4) qu’il avait promis de faire recueillir l’enfant, (5) que le petit garçon naquit et que la mère au cours des douleurs de l’enfantement déclara le curé comme père, (6) que Gassesmet menaça de venir déposer l’enfant à Ename si Schuermans ne cherchait pas de solution, (7) que le jour suivant on fit un arrangement, (8) que dame Gassesmet accepta d’allaiter l’enfant et qu’on établit un contrat à ce sujet, (9) que l’enfant mourut, (10) qu’après paiement le contrat fut déchiré, (11) qu’il avait vainement tenté de « connaître charnellement » Maijken de Ruddere, (12) qu’elle lui avait fait des reproches à ce sujet, (13) qu’il importuna encore d’autres filles, notamment Janneke Blondel, (14) qu’il avait une fréquentation suspecte avec Maria Hughe, (15) qu’il faisait des sorties intimes avec elle et (16) qu’il lui avait troussé les jupes ; (17) tout ce qui lui est reproché est « public et de nature à provoquer le scandale. » On peut lire dans le dernier point « Qu’il est assigné pour ces raisons, et qu’il doit être condamné à une peine adéquate et aux dépens. » Nous connaissions tous ces points ; ils avaient été tirés des autres pièces du dossier, qui existent toujours.

19On ne pipait mot par contre de l’affaire avec Dame Marie, bien qu’à en croire la correspondance de Van Huffel elle eût provoqué un « scandale à vous faire tinter les oreilles ». On étalait ici le manteau de la discrétion sur les membres de son propre groupe. On n’avait même pas pris la peine de rassembler des témoignages à ce propos, quoique tout Audenarde fût prétendument au courant.

20Dix jours après la date de l’acte d’accusation, Schuermans adressa à nouveau une lettre à Calenus, la dernière à nous être conservée. Le curé inculpé résidait alors à Gand chez un avocat et avait demandé l’aide de ses confrères du district de Renaix. Ils avaient rédigé une pétition pour le faire rétablir dans ses fonctions de curé. Le ton est concret et neutre, sans clin d’œil intellectualiste et sans salut amical spécial. Calenus, déjà si souvent ridiculisé par Van Huffel, l’était en fait encore davantage par le jeune homme en qui, en dépit de sa rigueur janséniste, il avait mis sa confiance. La sentence était loin d’être tombée et il semble que Schuermans ait encore essayé in extremis de l’éviter. Peut-être la stratégie lui était-elle suggérée par Calenus. Personne ne soufflait mot de la prise à témoin de Dieu – un blasphème caractérisé au regard de l’importance de ses torts –. La seule espérance de Schuermans était de pouvoir revenir à Ename comme curé et il signait de ce titre sa lettre à l’archidiacre.

21Deux jours plus tard, le 24 novembre 1649, l’archevêque décidait personnellement, en dépit des scandales, de rétablir Jan Schuermans dans ses fonctions.

Notes

7 Nous le rencontrons sous l’hypocoristique Lippe entre 1640 et 1676 comme bûcheron, notamment dans RAR, Abdij Ename, 1290, f° 9r ; 1295, f° 219r - 224r. – Son nom est également mentionné dans le Terrier (RAR, Abdij Ename, 1457, parcelle 68) et sur la carte des terrains affermés datant de 1663 (UBG, Manuscrit 3678, parcelle 173).

8 Comme tant d’autres villageois, il succomberait en 1677, le 24 octobre, à la dysenterie. Cf. RAR, Oud Gemeentearchief Ename, 10 (passim, par exemple f° 165r) et 43.

9 AAM, Mechliniensia, 74, f° 166v - 168v ; il y a aussi un texte à peu près analogue pour le Procureur de l’Office de la Cour de Bruxelles (Ib., f° 168v - 170v).

Table des illustrations

Titre Fragment de la carte de l’évêché de Bruges : entre Bruges et L’Écluse
Crédits Fragment de la carte de l’évêché de Bruges, de J. et C. Blaeu, [1641]. Gand, Universiteitsbibliotheek, Prentenkabinet
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Les signatures (sous forme de croix) de Kathelijne Schamelhaut, Adriaene Schietkatte et Joesijne Bijtebier
Crédits Malines, Archives de l’archevêché, Ename, 344
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search