Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Deuxième partie

Le doyen van Huffel dans ses œuvres

Texte intégral

1Il avait suffi de trente quatre jours pour convaincre l’abbé et le prévôt d’entreprendre des démarches. Gassesmet, son épouse et leur fils, De Lattre et son épouse, Schamelhaut et sa sœur, le curé d’Ename, la sage-femme, le curé de Pamele : l’un des dix au moins avait la langue trop longue. À ce moment-là, il n’existait de toute l’affaire qu’une seule trace écrite : la déclaration barbouillée des registres de baptême de Pamele. La moindre allusion suffisait naturellement à faire de l’événement un scandale retentissant, car, dans les milieux ecclésiastiques, il y avait déjà quelque temps que Schuermans était tenu à l’œil, par son supérieur direct, le doyen de chrétienté, et les jeunes femmes d’Ename savaient, par la rumeur ou par expérience, qu’il valait mieux ne pas se rendre chez lui.

  • 2 RAG, Fonds Bisdom, M 16, f° 15v.

2Le 21 avril, quelque six semaines après que l’abbé et le prévôt eurent fait pour la première fois enregistrer des témoignages, le doyen de chrétienté Damianus van Huffel écrivit une lettre acerbe à son supérieur, l’archidiacre Calenus. Dans le dossier malinois, c’est en fait la pièce la plus ancienne car les dépositions du 9 mars n’y ont été jointes qu’après le 20 mai sous forme de copies des originaux conservés à l’abbaye. Fallait-il vraiment six semaines avant que la chronique scandaleuse parvînt d’Ename à Malines par l’intermédiaire du doyen de chrétienté de Renaix ? Les moines avaient-ils voulu accorder une dernière chance au curé, et l’avait-il gâchée vers la mimars en manifestant près du bac un intérêt excessif pour ce que cachaient les jupes de Maria Hughe ? Ou bien les moines ont-ils voulu attendre que Damianus van Huffel entreprenne son annuelle visite pastorale – effectivement le 21 avril !2 – pour lui en parler ? Il semble bien. Une fois averti de ce qui s’était passé, le doyen de chrétienté saisit sa plume le jour même encore. Il est vrai qu’il était bien dans le caractère de cet ecclésiastique rigoureux et rigide de ne pas y aller de main morte.

3Il rappelait à Calenus qu’il lui avait déjà écrit au sujet de Schuermans. On ne peut retrouver cette lettre ou ces lettres dans le dossier, mais tout indique qu’il n’y était question que de Dame Marie. Calenus n’y avait pas prêté suffisamment attention, selon Van Huffel. C’est pourquoi il sortait maintenant la grosse artillerie verbale : « les oreilles vous tintent d’apprendre sans cesse ici ce qu’on raconte partout à son sujet. » Sur ce, Van Huffel réitérait l’accusation de « conduite indiscrète et suspecte» de Schuermans avec l’ex-Dame Marie ; il rappelait qu’il l’avait aidée à obtenir la levée de ses vœux religieux ; le doyen suggérait même que c’était lui qui l’avait poussée à quitter le voile. Si nous nous rappelons la déclaration de Kathelijne Schamelhaut selon laquelle Schuermans aurait mis son capital dans la liquidation du procès de Dame Marie, Van Huffel racontait effectivement la vérité. Comme ses propres remontrances n’avaient aucun effet, poursuivait Van Huffel, il convenait de chercher « un remède plus adapté et plus contraignant », et de surcroît de faire diligence, sinon Schuermans « avec grand dommage pour la religion et pour la couronne de la prêtrise, s’engagerait par son infidélité sur la voie de la damnation. » Cela nous éclaire bien sur les conceptions du doyen de chrétienté : l’intervention de la hiérarchie doit surtout profiter au salut de l’âme du pécheur.

4Outre le scandale avec la nonne, voilà que de nouveaux indices contribuaient à ruiner davantage encore la réputation déjà bien entamée du curé, notamment des renvois explicites à sa paternité et aux témoignages que le notaire Van Hameije avait recueillis à ce propos. On insistait surtout sur le fait que Kathelijne, devant la sage-femme, avait maintenu catégoriquement qu’elle n’avait couché avec aucun autre homme. Van Huffel avait vu ces déclarations, mais le temps lui avait manqué – une visite pastorale ne durait qu’un demi-jour, voyage compris – pour en prendre copie. Schuermans ignorait que Van Huffel avait pu compulser les témoignages et ce dernier voulait lui aussi garder le secret là-dessus. Il insistait pour qu’on « eût recours ici au jugement d’un supérieur », autrement dit, il demandait instamment à l’archidiacre d’appeler le curé à rendre des comptes et de ne lui accorder aucune chance de s’y préparer. La marche à suivre s’imposait. « Il serait bon pour un homme de cet acabit que votre jugement impliquât sa mutation », car le stigmate du péché qu’il avait contracté – comme une maladie – il n’avait pas trop d’une vie pour l’expier. Un tel homme ne peut pas non plus sanctifier ses paroissiens, surtout dans ce village « où le souvenir perdure des extravagances commises par son prédécesseur. » Si Van Huffel avait une dent contre Schuermans, il en avait une également contre l’ex-curé Livinus Vinck que nous connaissons par la chronique scandaleuse des agissements des moines qu’il était venu, vingt ans auparavant, susurrer aux oreilles de Malines. L’abbé s’est vu obligé, conclut le doyen, d’interdire à Schuermans l’accès de l’abbaye. Nous ne savons pas où le curé trouvait à se loger ; il devait bien y avoir un coin disponible dans le presbytère en ruine ? Ce que nous savons bien par contre, c’est que l’abbaye n’avait guère de chance dans le choix de ses curés.

Fragment de la carte de l’archevêché de Malines : le doyenné de Renaix

Fragment de la carte de l’archevêché de Malines : le doyenné de Renaix

C. Van Gestel, Historia archiepiscopatus Mechliniensis, 1725

5Cette lettre comminatoire avait informé Calenus succinctement et vigoureusement. Van Huffel indiquait en outre ce qu’il convenait de faire : muter le trublion. Schuermans reçut le 30 avril de l’Archevêché une convocation à se présenter une semaine plus tard, le 5 mai, à Bruxelles. Cette lettre avait été envoyée le 28 avril et avait donc mis deux jours pour arriver à destination. C’était la durée normale. Calenus avait sans doute reçu le 23 avril la lettre de Van Huffel du 21 avril et avait donc mis cinq jours à prendre une décision. L’archidiacre avait naturellement bien d’autres affaires, plus pressantes, en tête, dont la moindre n’était pas la défense des thèses théologiques de Jansenius contre l’autorité de la curie romaine.

6La lettre de Calenus à Schuermans ne s’est pas conservée, mais on peut en déduire le contenu de ce que ce dernier écrivait lui-même au doyen de chrétienté Van Huffel. « Je m’interroge sur ce qu’on me dira à Bruxelles qu’on ne peut pas ou à peine me faire savoir par lettre. S’il reste toutefois quelque chose de ce genre, je prie Votre Révérence de me le mander, car j’ai de toute façon l’intention de me défendre. » C’est tout craché le style de Schuermans : une réaction de panique avec un relent de menace. Il avait sans doute exagéré et présenté les choses à Van Huffel comme si l’archevêque lui-même l’avait convoqué, alors qu’il ne s’agissait que de l’archidiacre. Calenus de son côté suivait la tactique que Van Huffel avait suggérée, laissant le curé dans l’incertitude au sujet des accusations pour le placer soudainement devant le fait accompli.

7Jan Schuermans se faisait du souci, beaucoup de souci. Que lui mettrait-on sur le dos à Bruxelles ? Lui demanderait-on des comptes pour son attitude dans l’affaire de Dame Marie, pour la naissance de Jantje – avait-elle donc quand même été ébruitée, devait-il penser – ou bien pour le récent mini-scandale au bac avec Maria Hughe (si ce bruit courait déjà) ? Il lui sembla que le pavé lui brûlait les pieds. C’est en vain qu’Hendrik Calenus, le 5 mai 1649, attendit la visite de Schuermans dans le palais de l’archevêque de Malines à Bruxelles. Il ne se présenta pas. Mais, quelques jours plus tard, admettons le 8 mai, on remettait à Calenus une lettre de L’Écluse. L’expéditeur avait payé « double port », certainement pour accélérer son acheminement. Le curé avait filé, juste au-dessus de la frontière, dans un territoire qui se trouvait sous l’autorité des États de Hollande. Il y était en sécurité vis-à-vis de tous les rouages du pouvoir que le « Très Catholique Roi d’Espagne », pouvait mettre en œuvre et il y échappait à l’emprise de Malines. Bien sûr, il fallait qu’il inventât une échappatoire (et de préférence plusieurs) pour s’être dérobé à la convocation.

  • 3 Tragédies, éd. L. Herrmann. Paris, 1968, p. 141, vers 154.
  • 4 L. Thorndike, A History of Magic and Experimental Science, VIII. New York, 1958, pp. 503-538.

8L’attaque est la meilleure défense. C’est la tactique de la lettre qui, conformément à la bonne tradition de l’éloquence, commence par une citation lapidaire de la Medea de Sénèque, tragédie classique sur l’infortune d’une magicienne : « Promissa perdunt odia vindictae locum » (« la haine qui s’exprime perd le moyen de la vengeance »).3 La maxime vise les moines qui, à l’en croire, veulent le faire jeter au cachot. Elle avait naturellement tout d’un clin d’œil intellectualiste mais pédant à l’adresse de l’archidiacre. Dans ses excuses, le prêtre en fuite devait anticiper sur ce qu’on pouvait lui imputer. Le cas Schamelhaut donc. Et, bien sûr, en l’occurrence ce sont les moines d’Ename les grands scélérats. « Ils m’ont menacé du cachot parce que j’ai dit publiquement la vérité. Le lendemain de la Chandeleur, décéda un moine d’Ename, le Secq, des œuvres duquel, le jour même de son décès, accoucha la servante de sa sœur. Pour sauver son honneur, ils essaient de me mettre cette faute sur le dos. L’accouchée a été plusieurs fois poussée à me désigner comme père. Pourtant le défunt lui-même m’avait confié avant sa maladie qu’il avait engrossé cette servante et il me demandait ce qu’il devait faire. » Avec aplomb, Schuermans ajoutait : « d’ailleurs, il est mort de mélancolie. » Cette maladie (selon les lumières de l’époque) – ce siècle l’étudiait intensément – se caractérisait par un dégoût de la vie et des accès d’angoisse, souvent consécutifs à un chagrin d’amour. Pour Schuermans, l’explication s’imposait : le révérend était décédé, épuisé par les soucis et par l’amour.4 N’invoquant guère de témoins, Schuermans en appelait d’emblée au plus grand possible : « J’invoque Dieu comme témoin ; Il peut m’interdire Sa magnifique Face pour l’éternité si je mens. » Un argument bien lourd pour qui croit à l’éternité. Schuermans était-il simplement victime d’un sombre complot ou était-ce un mensonge sacrilège qui sortait de sa plume ? « [Le Secq] ne me l’a pas seulement raconté à moi mais aussi à deux parents qui refusent de dire la vérité. Je ne sais pas ce qu’ils diraient sous serment. » Les parents sont naturellement le couple De Lattre, mais ce que Schuermans ne savait pas c’est que Maître Gassesmet et son épouse Joanna Behaghel avaient également témoigné contre lui. « Je pense que c’est pour cela que je suis assigné », ajoutait-il encore, se perdant en conjectures. Il estimait – à juste titre – qu’il était préférable pour lui de pouvoir préparer sa défense hors du cachot qu’en y croupissant, aussi concluait-il : « je vais demeurer quelque temps à L’Écluse, mais absolument pas avec l’intention d’abjurer. » Van Huffel lui aussi avait déjà fait allusion à l’abjuration ; il jugeait donc Schuermans fort capable d’abandonner la foi catholique romaine après sa fuite dans une contrée qui depuis le Traité de Westphalie relevait définitivement de l’autorité protestante. Il en appelait au soutien de l’archevêque pour « prononcer un jugement équitable contre ces fils de Bacchus et de Vénus (je veux dire les moines susdits). Parmi eux il y en a, en vérité, qui procréent des enfants et entretiennent des prostituées. Il n’est pas nécessaire que je les noircisse davantage ; l’archevêque les connaît aussi, tout comme leur style de vie. »

9Tout semblait indiquer que l’abbé et le prévôt avaient entendu les témoins pour pousser Malines à prendre des mesures et il est clair que c’était aussi la politique de Van Huffel. Schuermans pensait d’emblée à un véritable procès. Témoin la menace qu’il introduit : « Si un soutien m’est refusé, j’envisage de faire appel au Pape, mais si l’on décide d’un procès donnant satisfaction, je vais produire les éléments à décharge. » Il lançait en outre une attaque, rusée et pourtant faiblarde, contre Kathelijne : « entre-temps il faut forcer cette fille à reconnaître la vérité, même s’il faut la soumettre à la question. » Il est bien possible que sous la torture elle aurait effectivement désigné le révérend Le Secq comme père… « Je sais que la sage-femme – et je le prouverai avec l’aide de Dieu – a été achetée par la sœur du susdit défunt, et elle a aussi circonvenu sa servante avec de belles promesses, notamment en la reprenant chez elle neuf jours après, en vérité parce que sans cela la vilenie de son frère aurait été révélée ; le bruit s’en est d’ailleurs répandu comme une traînée de poudre à travers la ville d’Audenarde. Si le révérend n’était pas le père, elle n’aurait jamais réintégré sa servante. » Chacun prenait un coup de patte, chaque témoin était discrédité par avance. Seuls les Gassesmets (il n’avait sans doute pas eu vent de leur témoignage)… et naturellement lui-même, restaient épargnés.

10Il lui fallait encore convaincre Calenus qu’il était un bon pasteur, même si un bon pasteur n’abandonne jamais son troupeau. Qu’à cela ne tienne : il suffisait de trouver des pasteurs de remplacement. Schuermans faisait appel aux Récollets – ceux d’Audenarde, je suppose –, frères mendiants d’inspiration franciscaine, qui se mêlaient de pastorale. Ses paroissiens ne devaient naturellement pas connaître la véritable raison de son départ à L’Écluse : il était une fois de plus bien naïf d’espérer étouffer la rumeur. Il leur avait raconté qu’il serait absent « en partie pour affaires – que j’ai réellement ici – en partie pour circuler et voyager en Hollande maintenant qu’il y a la paix. » Il ajoutait encore : « S’il plaît à votre Révérence de m’écrire ou de m’envoyer un messager, je loge sur la Grand-Place de L’Écluse à l’auberge « Le Lion Rouge » (« De Rode Leeuw »), et je vous prie de me mander toutes les accusations que des gens iniques portent contre moi. » Cette argumentation avait tout d’un excellent plaidoyer : tour à tour il salissait des adversaires (présumés), il invoquait l’aide des autorités supérieures et en implorait l’équité, il menaçait en outre d’un appel au pape, enfin, il citait Dieu comme témoin-clé. Que faire de plus ? Mais… et si d’aventure Calenus ne savait rien de toute l’affaire Schamelhaut, le curé se retrouvait, au figuré certes, mais non moins piteusement, en chemise ; il réveillait le chat qui dort. Peut-être se contenterait-on de remettre tout bonnement sur le tapis la seule affaire de Dame Marie. Un post-scriptum à son sujet ne ferait donc pas de mal, même s’il impliquait l’aveu qu’on pouvait lui imputer au moins deux scandales. « Jamais non plus je ne me suis ingéré dans les affaires d’une religieuse dont la profession a été déclarée nulle et non avenue par décision de justice. J’ai agi en toute bonne conscience et j’ai seulement demandé un jugement équitable. » Une fois de plus se manifeste ce que nous savions déjà : Schuermans en appelait toujours au droit, même si ce qu’il faisait était tortueux.

11Le 5 mai, Calenus avait donc attendu en vain la venue de Schuermans. Seule sa lettre arriva quelques jours plus tard. Quelqu’un attendait de son côté des nouvelles de Malines : Van Huffel. Comme il savait que les lettres mettaient deux jours, l’impatience commença à le gagner vers le huit. Il se contint quelques jours, pas plus. Il n’était d’ailleurs pas resté inactif ces quelques jours, il avait également recueilli des informations sur la situation à Ename, et avait vérifié si le curé s’était réellement présenté à Bruxelles. Une fois sûr que Schuermans ne s’était pas rendu au palais archiépiscopal, il écrivit, le 12 mai, une nouvelle lettre à Calenus. Van Huffel était en effet convaincu que Schuermans devait comparaître devant l’archevêque Jacobus Boone en personne, ce qui prouve qu’il tenait cette information du curé lui-même et que Calenus ne lui avait rien fait savoir personnellement. Nous connaissons le ton très suggestif de Van Huffel. « On dit qu’il s’est rendu à Bruges pour expédier des affaires pour cette fille qui vient de quitter le couvent de Maagdendale, avec laquelle il manifeste une bien trop suspecte et scandaleuse familiarité. Toute la ville d’Audenarde et tous ceux qui sont au courant, en font des gorges chaudes. » Et plus loin : « Il a si mauvaise réputation auprès des habitants d’Audenarde que les enfants le montrent du doigt, si bien qu’il ose à peine aller en ville. » Comme dans sa lettre précédente à Calenus, il essayait à nouveau de le pousser à des mesures énergiques. Sans le dire, il craignait que Malines ne trouvât quelque peu exagérée la manière forte. « Même des gens indulgents s’étonnent qu’il soit traité avec tant de clémence. Il serait bon qu’il partît d’ici et œuvrât ailleurs, où sa réputation est intacte. » Il joint pour information la lettre – mais à quoi peut-elle bien servir ? – qu’il avait lui-même reçue de Schuermans et où celui-ci lui demandait des informations sur ce qu’on lui reprochait.

12Calenus disposait maintenant de deux sortes de vérité, de deux demi-vérités. Il savait que Schuermans se trouvait à L’Écluse (et il y avait son adresse) et il apprenait maintenant que le curé était en route pour Bruges ; ces villes étaient certes voisines, mais de part et d’autre de la frontière internationale créée depuis peu. Voilà qu’on liait tout à coup son goût des voyages à Dame Marie. Qui était donc en train de mentir ? Schuermans était-il si parfaitement hypocrite ou Van Huffel était-il si perfide qu’il ne reculât devant rien pour peu que l’Église en tirât profit ? À nouveau Calenus se trouvait le dos au mur. La longanimité qu’il avait manifestée à Schuermans avait naturellement ses limites, mais bien lointaines. Il laissa à nouveau passer quelques jours avant d’envoyer une réaction.

13C’est vers le 16 qu’il dut demander à Van Huffel d’établir une copie des témoignages que le notaire Van Hameije avait consigné le 9 mars, pour le compte de l’abbaye. Le 20 mai en effet, Kathelijne Schamelhaut et Maître Gassesmet viennent confirmer leurs déclarations antérieures. Sont présents, outre le doyen de chrétienté lui-même, son adjoint le curé Van Ballaer, et à nouveau le notaire. On n’ajoute rien aux dépositions de début mars, si ce n’est que les personnes concernées sont prêtes à les réitérer sous serment. Calenus doit donc quand même avoir écrit à Van Huffel que Schuermans lui-même réclamait un procès.

14Les témoignages confirmés ne furent envoyés que le 22 mai. Van Huffel attendit donc deux jours. Avait-il encore des affaires urgentes à traiter, ou voulait-il réfléchir mûrement à sa stratégie, pas tellement vis-à-vis de Schuermans – pour lui, c’était clair : il fallait carrément l’écarter ! – mais surtout vis-à-vis de son supérieur Calenus, dont il savait qu’il était bien disposé à l’égard de Schuermans ? Ce qui est sûr, nous pouvons le déduire de sa lettre, c’est qu’il se rendit chez les Récollets d’Ename, les pères à qui Schuermans avait demandé de le remplacer durant son absence. Aux yeux du doyen, il était naturellement impensable qu’un défroqué désignât les responsables de la pastorale. Van Huffel alla donc officiellement confier la pastorale aux Récollets. Il anticipait ainsi sur les suites escomptées par lui : à savoir que Schuermans jamais, au grand jamais, ne reprît ses fonctions à Ename. Calenus avait dans sa lettre (non conservée) indiqué au doyen que le curé jouissait ailleurs d’une réputation favorable et que, de ce fait, ces plaintes l’étonnaient. C’est ainsi que nous comprenons cette petite phrase de la réponse de Van Huffel : « mais s’il [jouit] ailleurs d’une bonne réputation, il l’a certainement perdue ici », à quoi il ajoutait aussitôt que les témoignages seraient difficiles à réfuter. Van Huffel abordait lui-même la valeur de ces déclarations. Il était bon d’imaginer d’ores et déjà des arguments pour le cas où on en viendrait à un procès, et il pouvait supposer que Schuermans rejetterait les dépositions faites par les amis et parents du père Le Secq. Aussi son argument le plus fort était-il l’intégrité morale de Kathelijne Schamelhaut. Certes elle avait fauté en ayant des relations sexuelles et un enfant hors mariage, mais, « elle qu’on dit avoir toujours été honnête et honorable, maintient son accusation avec beaucoup de constance. » En outre, affirmait-il, Schamelhaut avait déjà subi la peine méritée. Elle avait payé sa maternité d’une peine infamante : le juge séculier lui avait infligé une « publica amenda » – c’est-à-dire le pilori ou la pénitence à travers la ville – et s’il le fallait, Van Huffel était disposé à en fournir certificat. Il est manifeste que les faibles laïcs, même si la gravité de leur faute était bien inférieure, étaient sanctionnés plus rapidement que les clercs, imbus de corporatisme.

  • 5 Eccli. 19 : 2.

15Calenus avait aussi écrit que Schuermans avait invoqué le témoignage de Dieu, à quoi Van Huffel avait assez laconiquement répliqué que le temps était venu « d’une confession authentique et sincère de ses méfaits » et que le curé Jan ferait bien « de se pénétrer de la maxime que le vin et les femmes dévoient les sages ». Il faisait ainsi référence à la Bible5 : coup d’épingle dérobé et narquois du pasteur de terrain à l’adresse de l’intellectuel. Quoi qu’il en fût, des mesures s’imposaient pour préserver l’Église de toute tache.

16Le 22 mai fut un jour à courrier. C’était la veille de la Pentecôte. C’est alors que Van Huffel envoya son rapport à Malines, et qu’au même moment – sans en avoir eu connaissance – Calenus répondit à la lettre de Schuermans du 5 mai. Sa missive était loin de montrer la sévérité qu’on aurait pu attendre de la part d’un influent prélat conscient d’être mené en bateau par un biaiseur consacré ; au contraire, le ton était fort affable, et au dos de la lettre il écrivit même sous l’adresse un amical salut. Il trouvait que Schuermans n’aurait pas dû prendre la poudre d’escampette, car on ne jette pas ainsi au cachot un « homme qu’on accuse à la légère ». « Je voulais seulement découvrir la vérité et entendre votre défense. » L’archidiacre lui promet de le soutenir, lui Schuermans, s’il est innocent, et il va plus loin, très loin à vrai dire : « Même si votre faute est patente et que vous la confessiez, je vous traiterai avec miséricorde ». Au cas où l’archevêque lui même estimerait quand même une mutation souhaitable, il lui garantit une carrière où ses revenus seront assurés et où « il pourra déployer ses talents. » Calenus ne pouvait pas encore imaginer à quel point ces mots respiraient l’ambiguïté.

17L’archidiacre à la rigoureuse morale n’avait manifestement guère ajouté foi à ce que lui avait écrit l’aussi rigoureux Van Huffel ; il s’en remettait plutôt à l’impression que lui avait laissée dans le passé l’intelligent jeune homme. C’est pourquoi il entendait continuer à se former en tout une opinion personnelle, par avance favorable au curé, bien qu’il ne se fût pas présenté à Bruxelles. Les jours suivants, Calenus lui même s’était mis en quête d’un messager fiable, de préférence quelqu’un d’étranger aux degrés de la pyramide ecclésiastique. Une des sœurs de Schuermans fit l’affaire.

  • 6 Matth. 5, 10.

18La lettre de Calenus du 22 mai fut livrée à L’Écluse deux jours plus tard. Jan répondit sur le champ. Le style de l’archidiacre avait signifié pour lui un sérieux soulagement. Dans le plus strict respect des formes, le curé signait « humilissimus famulus et cliens », « votre très humble serviteur et protégé » mais il ne négligea pas d’ajouter lui aussi à côté de l’adresse « amica manu », « d’une main amicale ». C’est clair : ils se connaissaient fort bien et s’appréciaient tout autant, à tort ou à raison. Schuermans réfutait en termes soigneusement pesés ce que l’archidiacre avait écrit : il avait bel et bien peur du cachot où le prélat de l’abbaye et tout son couvent voulaient le voir, et il trouvait regrettable qu’on ne lui eût toujours pas dit explicitement ce qu’on lui reprochait. Quoi qu’il advînt, il ne reviendrait qu’après sentence prononcée dans un procès. L’archidiacre n’avait pas à craindre une conversion au protestantisme et il serait préférable que le doyen de chrétienté prêtât une oreille moins complaisante à ces infâmes moines et eût plus de considération pour ses propres confrères. Schuermans dit en effet avoir appris de source sûre que « le doyen de chrétienté lui-même, à la demande des moines d’Ename, avait confié au Révérend Sieur Official de Bruges le soin de [l’]arrêter. » Schuermans se réclame derechef de Dieu, cette fois des paroles du Christ « Beati qui propter iustitiam patiuntur persecutionem », « Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la jusjustice.»6 Et en conclusion il demande quand on peut s’attendre au début du procès, car, et la menace perce, « je demande instamment une sentence, selon les règles du droit. » La justesse de l’allusion à l’official de Bruges trouve naturellement une preuve indirecte dans la déclaration en neuf points, anonyme et non datée, sur les déportements de Jan avec Maria Hughe à Dudzele et environs.

19La réponse ne fut pas transmise directement à Calenus mais à un secrétaire qui en fit suivre le texte le 30 mai de Malines à Bruxelles, accompagné d’une note. Il dit avoir eu contact avec la sœur de Schuermans qui a su le convaincre que Jan consentait à regagner sa paroisse, mais seulement si l’archevêque lui signait un sauf-conduit susceptible de lui éviter d’échouer en prison. Son beau-frère pourrait porter cette lettre à L’Écluse.

20C’est donc ainsi que sont disposés les pions fin mai 1649. Le curé réside à L’Écluse, accusé d’il ne sait quoi, mais menaçant d’un procès, craignant le cachot et très monté contre les moines. Le doyen est à ses postes de Renaix et de Schorisse ; il exige que le curé soit muté, mais pressent qu’il pourrait y avoir un procès. L’archidiacre subit les pressions du doyen de chrétienté, ne peut ignorer les accusations, mais a de la sympathie pour l’intelligent jeune homme et veut lui laisser une chance. L’abbé et les moines observent – dans les sources écrites – un remarquable silence.

Notes

2 RAG, Fonds Bisdom, M 16, f° 15v.

3 Tragédies, éd. L. Herrmann. Paris, 1968, p. 141, vers 154.

4 L. Thorndike, A History of Magic and Experimental Science, VIII. New York, 1958, pp. 503-538.

5 Eccli. 19 : 2.

6 Matth. 5, 10.

Table des illustrations

Titre Fragment de la carte de l’archevêché de Malines : le doyenné de Renaix
Crédits C. Van Gestel, Historia archiepiscopatus Mechliniensis, 1725
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search