Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Première partie

Jan vande Kerchove, un père inventé de toutes pièces

Texte intégral

1Jantje, le petit bâtard de Jan Schuermans, avait reçu de sa mère le nom de Vande Kerchove (écrit Vander Kerchoeven dans le registre), lors de son baptême à Pamele. Comme cimetière se dit kerkhof en néerlandais, il pouvait s’agir d’une raillerie acerbe de Kathelijne Schamelhaut à l’adresse de son séducteur ou violeur, d’un jeu de mots sur ce curé que sa fonction obligeait à passer une partie de ses journées au cimetière. Ou, encore, voulait-elle faire allusion à son patron, en traduisant simplement son nom De Lattre (De l’aître) qui a le même sens ? On peut en douter car on voit mal comment cette flamande peu instruite aurait pu faire un tel rapprochement savant dans des circonstances aussi pénibles.

  • 117 Les Schamelhauts n’étaient manifestement pas propriétaires de leur maison de la Bergstraat. Elle a (...)

2On peut aussi chercher une autre explication, une piste plus sérieuse celle-là. Pour ce faire, il faut consulter le Terrier d’Audenarde, ce qui nous amène à la prudente conclusion que la famille Hannoteau (chez qui les parents de Kathelijne étaient apparemment en service) possédait, comme à point nommé, une maison partout où habitaient des protagonistes de cette histoire – les Schamelhaut donc, les De Lattre et les Gassesmet –, et que, du moins dans le cas De Lattre-Le Secq, on peut déceler une parenté.117

3Abandonnons l’information de ce terrier et mettons-nous en quête dans les registres paroissiaux de personnes portant le nom de vande Kerchove (ou des variantes orthographiques de ce patronyme). Elles pullulent manifestement, si bien qu’indiquer un porteur de ce nom comme père de son enfant, n’était pas du tout aussi neutre qu’il y paraît, une mention nominale par le curé de Pamele pouvant être fâcheuse et périlleuse.

4Les registres de baptême mentionnent en effet six personnes qui portent le nom de Jan vande Kerkhove. Elles n’entrent que théoriquement en ligne de compte, car on ne dispose pas de registres de décès pour la période considérée, et, parmi ces six, certains étaient vraisemblablement déjà morts en 1649. Les trois premiers ont été baptisés le 11 juin 1590, le 20 juin 1593 et le 2 décembre 1596. Est-il plausible que Kathelijne ait imputé la paternité de son Jantje à des cinquantenaires, à supposer qu’ils vécussent encore ? Du point de vue biologique, une paternité à cet âge ne pose pas de problème, mais il paraît quand même préférable de chercher plus jeune. Un autre Jan, domicilié au Smallendam, a été baptisé le 2 novembre 1614 ; un autre encore, habitant la Baarstraat, le 5 octobre 1625, et un dernier, également de la Baarstraat, vit le jour le 24 mai 1628.

  • 118 Elle était sans doute la sœur de Philips, donc la fille de Luys, et la cousine de la Livina que no (...)

5C’est sur ce Jan que doit porter notre attention. En effet, qui est sa mère ? Livina Hannoteau. Cela ne peut être un hasard ! Précisément une femme qui appartenait à la famille propriétaire, selon toute vraisemblance, des maisons où habitaient nos protagonistes.118

6La déclaration de Kathelijne Schamelhaut selon laquelle c’était un certain Vande Kerchove qui avait procréé l’enfant, était donc bien plus que l’attribution d’un surnom à un curé. Elle alla même jusqu’à l’accusation inique, quand elle désigna un certain Jan. Ménager Schuermans – car c’était quand même pour cela qu’elle fournissait un faux nom au curé de Pamele – a dû pour elle justifier le risque encouru !

  • 119 AAM, Benediktijnenabdijen, 344 Déposition de Maijken Dhondt, 9 mars 1649.

7Y a-t-il, à côté du nom de sa mère, un indice supplémentaire qui rende l’identification avec ce Jan-là la plus plausible des six ? Dans l’inscription de Jantje au registre, il avait été question d’un parens, un parent, comme père, et ce n’est qu’après qu’on ajouta le faux nom. La réalité de la parenté de Kathelijne avec Jan ou quelque autre Vande Kerchove, rien ne la prouve ; on a du reste biffé parens lors de l’ajout du faux nom. Dans ces moments de panique, alors qu’il fallait escamoter la vérité, on a dû quand même penser à une connaissance, et nous revenons à la suggestion que les parents de Kathelijne appartenaient au personnel de service des Hannoteaux de la Bergstraat. Impossible d’en supposer ou d’en prouver davantage, mais indiquer Jan vande Kerchove comme père n’était absolument pas sans risques pour Kathelijne. En tout état de cause, une telle déclaration fallacieuse devait paraître crédible. Jan vande Kerchove avait-il peut-être un jour eu une affaire avec Kathelijne, et pouvait-elle de ce fait faire croire qu’il était le père ? Dans les douleurs de l’accouchement, elle avait toutefois reconnu qu’elle ne connaissait pas d’autre père que le curé Schuermans.119 Ou bien Jan vande Kerchove, membre d’une famille aisée, l’avait-il poursuivie de ses assiduités, elle, la domestique de ses proches ? Ce comportement n’avait certes rien d’inhabituel vis-à-vis du personnel de service. Ou Kathelijne, dans un nouvel instant de panique, avait-elle pensé qu’en dénonçant ce Jan, elle pourrait tempérer le courroux de Franciscus de Lattre et de sa femme, une Le Secq ? Ou, sans beaucoup réfléchir, s’était-elle tout simplement convaincue que ce qu’elle racontait et que le curé de Pamele notait complaisamment, resterait caché pour l’éternité, le registre de baptême une fois fermé ?

8Le fait que Kathelijne voulût, en dépit de tout, épargner Jan Schuermans – comme en témoignait la sage-femme et comme le prouve l’acte de baptême – impliquait de faire porter le chapeau à un autre Jan. Simplement par déférence et respect pour la soutane de Schuermans ? Ou voulait-elle lui épargner cette honte, parce qu’elle l’aimait ? Nous l’ignorons, mais si c’était le cas, ce lundi de juin 1648, après les pétarades du feu d’artifice, c’est apparemment de séduction et non de viol qu’il fut question, séduction exercée par qui, on ne sait pas trop non plus. Le dossier nous informe au passage de la condamnation de Kathelijne par les échevins d’Audenarde – sans doute au pilori – ; cela nous apprend qu’ils lui reconnaissaient une part de responsabilité. Malheureusement, les registres de sentences de ces années-là ne nous ont pas été conservés.

Notes

117 Les Schamelhauts n’étaient manifestement pas propriétaires de leur maison de la Bergstraat. Elle appartenait – c’est ce que nous avons conclu – aux Hannoteaux. Si nous nous mettons en quête de la famille De Lattre - le Secq sur le Smallendam, nous nous rendons compte qu’ils n’étaient pas davantage propriétaires. Il y avait bien dans cette rue une maison qui avait été vendue le 19 novembre 1624 à ‘ Luys Annotheau et Philips Annotheau’. Nous connaissons ce Philips par les registres de baptême : il fut baptisé le 30 décembre 1596 en l’église Sainte-Walburge en tant que fils de Luys. Sa marraine était Livina Hannoteau et nous connaissons déjà une Livina portant ce patronyme qui fut marraine de Maria le Secq in 1614 ! C’est précisément elle qui forme le trait d’union qui nous a permis de relier les familles Hannoteau et le Secq.

118 Elle était sans doute la sœur de Philips, donc la fille de Luys, et la cousine de la Livina que nous avons rencontrée comme marraine de Philips. Cette dernière Livina était la marraine de baptême de Maria le Secq. La « jeune » Livina épousa en 1623, en l’église Sainte-Walburge, Jacobus (lors du baptême de son fils en 1628, on l’appelle à tort Joannes) vande Kerckhove.

119 AAM, Benediktijnenabdijen, 344 Déposition de Maijken Dhondt, 9 mars 1649.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search