Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Première partie

Jacobus le Secq et sa sœur Maria

Texte intégral

  • 108 UBG, Ms. 2326, Obituaire de l’Abbaye d’Ename, f° 18v (avec une transcription de date erronée : 1749 (...)
  • 109 Ces données collent. C’est en effet à Bruxelles qu’il fut ordonné diacre le 6 mars 1632 et prêtre l (...)
  • 110 Son nom apparaissait notamment dans un procès verbal établi le 31 mai 1637 lorsque l’abbé d’Oudenbu (...)

1Nous avons déjà été frappés de ce que le patron de Kathelijne Schamelhaut, Franciscus de Lattre, se fût plutôt tenu à l’écart sitôt la naissance de Jantje. Il se contenta pratiquement de chasser sa domestique. Le chirurgien Gassesmet avait agi tout autrement en s’entremettant aussitôt. Cette réserve s’expliquait-elle totalement par l’ignominie qui frappait sa maison et par l’accouchement imminent de son épouse ou y avait-il plus ? Cette question appelle une réponse positive qui doit être cherchée à l’abbaye d’Ename, où, le jour même de la naissance de Jantje, décédait un des pères, Jacobus le Secq.108 Dans l’obituaire de l’abbaye, le registre des noms des religieux et bienfaiteurs décédés, on trouve en effet mention du décès de 3 février de : « R(everendus) D(ominus) Jacobus le Secqs, oeconomus » (« Le révérend dom Jacob le Secqs, économe »). On précise en outre qu’il avait quarante-quatre ans, qu’il était religieux depuis vingt-trois ans et prêtre depuis seize ans.109 Son accession à l’économat lui donnait le quatrième rang en dignité, après l’abbé, le prieur et le prévôt, dans une communauté vieillissante composée traditionnellement d’un abbé et de douze moines.110

  • 111 Son parrain et sa marraine appartenaient tous deux à sa famille maternelle, les Vande Woestijnes. S (...)

2Quel rapport Dom Le Secq pouvait-il bien avoir avec l’affaire Schuermans ? Il était le frère de Maria le Secq et donc le beau-frère de Franciscus de Lattre. Maria était un peu plus jeune que son frère. Elle avait été baptisée le 8 octobre 1609 à l’église Sainte-Walburge111 et elle était, tout comme les deux épouses de Gassesmet, une habitante d’Audenarde, alors que leurs maris étaient des immigrants de première génération.

  • 112 Sur cette maladie, voir par exemple S.-W. Jackson, Melancholia and Depression. From Hippocratic Tim (...)
  • 113 Ce sont à nouveau les registres de Pamele qui vont devoir nous fournir l’identification – et donc l (...)
  • 114 Vander Baere est le même nom que celui de la mère du prévôt De Loose ! Pourtant on ne peut établir (...)

3Le Père Le Secq mourut donc le jour même où la servante de sa sœur et de son beau-frère accouchait de son fils naturel. Il mourut de mélancolie, de dépression, maladie que les conceptions médicales de l’époque attribuaient à la bile noire, une des humeurs dont parlait déjà l’Antiquité.112 Le deuil de la famille De Lattre suffirait à lui seul à expliquer leur apparente inertie devant la honte qui frappait leur servante. Mais, encore une fois, cette inertie était-elle réelle ? Dans sa déposition du 9 mars, Kathelijne déclara qu’elle avait informé Schuermans de la naissance « dans une lettre cachetée qui lui avait été portée par Margriete vander Base, résidant au Château d’Audenarde ». Margriete était-elle une des amies de Kathelijne, susceptible d’assumer une mission aussi délicate et confidentielle ? Sans doute, car elles étaient à peu près du même âge et se connaissaient naturellement depuis l’enfance.113 Toutefois le nom des parents de Margriete, Jan vander Baere et… une certaine Maria le Secq, suggère une autre explication, à savoir que ce n’était pas Kathelijne qui faisait elle-même appel à une confidente, mais sa patronne.114 Cette dernière dépêchait sa propre cousine Margriete chez Schuermans. La famille De Lattre-Le Secq ne resta donc pas à l’écart de l’affaire comme on le supposait, du moins pas la dame du logis, même si son frère décédait à ce moment précis.

La rue Smallendam, avec vue sur l’église Sainte-Walburge

La rue Smallendam, avec vue sur l’église Sainte-Walburge

Carte postale Nels, vers 1920.

  • 115 Si l’on pointe, dans le Terrier d’Audenarde du début du dix-septième siècle, les maisons, leurs usa (...)

4Comment Kathelijne était-elle entrée au service de la famille De Lattre en qualité de servante et d’aide au magasin ? Nous ne disposons pas de sources directes, mais rien n’empêche une supposition plausible. La famille dont descendait Kathelijne Schamelhaut, habitait (nous le savons déjà) la Bergstraat, sans doute en qualité de personnel de service d’un certain Anthonis Hannoteau, lié d’amitié avec la famille Le Secq.115 Le fait que la fille aînée de Schamelhaut soit entrée en service comme bonne chez le couple De Lattre-Le Secq, est parfaitement admissible.

  • 116 Lorsqu’en 1656 Antoon de Loose est nommé prieur, la chose n’est manifestement pas du goût d’un cert (...)

5Revenons à Schuermans qui ne perdit pas cette chance de convaincre l’Archevêché qu’il n’avait rien à voir avec l’affaire Schamelhaut. Dans sa lettre du 5 mai 1649, adressée à l’archidiacre Calenus, il accusait le révérend Le Secq d’être le père de l’enfant de Kathelijne. Il était commode de désigner un défunt comme géniteur, ce dernier ne pouvant plus démentir ! Il suffisait à Schuermans de rendre plausible que les pères d’Ename fussent susceptibles de débauche, non seulement (comme nous l’avons vu) dans les années 1617-1628, mais aussi un quart de siècle plus tard. Aussi accusait-il les moines d’avoir des enfants et d’entretenir en catimini des prostituées.116 Il pensait manifestement que la meilleure défense était l’attaque. Il invoquait du reste un argument supplémentaire pour établir la paternité de Le Secq. Pourquoi, disait-il, Maria Le Secq aurait-elle repris sa servante neuf jours après la délivrance de celle-ci, si ce n’est parce qu’elle avait accouché d’un enfant de son frère ? Certes la position de Schuermans était des plus branlantes. En répondant à la convocation de Gassesmet, en discutant avec lui d’une nourrice quelques jours après l’accouchement et en concluant un contrat avec lui, il avait implicitement reconnu sa paternité. La nier ensuite, dénotait, tout comme sa fuite – il se trouvait alors à L’Écluse et refusait de comparaître devant l’archidiacre – une bonne dose de lâcheté.

Notes

108 UBG, Ms. 2326, Obituaire de l’Abbaye d’Ename, f° 18v (avec une transcription de date erronée : 1749 au lieu de 1649).

109 Ces données collent. C’est en effet à Bruxelles qu’il fut ordonné diacre le 6 mars 1632 et prêtre le 24 septembre de l’année suivante (AAM, Mechliniensia, 62, f° 37r en 53r). Les registres d’Audenarde, une fois de plus, ne nous laissent pas tomber : le 28 octobre 1606, un Jacobus, fils de Judocus le Secq et de Joanna vander Woestijne, fut baptisé par un des curés de l’église Sainte-Walburge. Il reçut le prénom de son grand-père, qui fut également son parrain de baptême.

110 Son nom apparaissait notamment dans un procès verbal établi le 31 mai 1637 lorsque l’abbé d’Oudenburg vint solennellement annoncer aux moines d’Ename que le roi d’Espagne avait élevé leur prévôt Garnier à la dignité d’abbé, et que la communauté fut priée d’entériner ce « choix » (E. Beaucarne, Notice historique sur la commune d’Eename. 2e partie. Histoire de l’abbaye d’Eename. Gand, 1895, p. 291). À cette époque Le Secq occupe l’avant-dernier rang dans la liste des moines, et ce rang dépend de l’ordre d’entrée. Vu qu’il avait alors trente ans, cela indique une communauté vieillissante. C’est précisément ce processus de vieillissement qui explique que le Secq devint ensuite économe, et qu’un jeune moine comme Antoon de Loose ait pu si vite après son entrée devenir prévôt et abbé.

111 Son parrain et sa marraine appartenaient tous deux à sa famille maternelle, les Vande Woestijnes. Son parrain est Maître Arnoldus, mais on ne voit pas à quoi ce titre de maître renvoie. Par contre, il indique que nous avons affaire à une famille aisée. L’ascendant Olivier le Secq avait acquis en 1541-1542 la bourgeoisie d’Audenarde (P. Van Butsele, Poorterboeken van Oudenaarde. Tome II, f° 326v ; Id., Poorterboeken van Oudenaarde. Tome I, f° 245, p. 296). Il était originaire de la petite ville d’« Hesdijn int lands van Arthois », Hesdin donc, qui fut rasée par Charles Quint en 1553.

112 Sur cette maladie, voir par exemple S.-W. Jackson, Melancholia and Depression. From Hippocratic Times to Modern Times, New Haven (Conn.), 1986. Une anthologie de textes antiques avait été publiée en 1540 à Anvers par M.-Th. Melanelius, De melancholia, sive atrae bilis morbo, ex Galeni, Rufi, Aëtii… et circulait encore au dix-septième siècle.

113 Ce sont à nouveau les registres de Pamele qui vont devoir nous fournir l’identification – et donc la solution –. Et en effet, le premier octobre 1611, Margareta vanden Baese naquit dans la rue Tussenbruggen et elle épousa le 7 février 1638 Adrianus Duere.

114 Vander Baere est le même nom que celui de la mère du prévôt De Loose ! Pourtant on ne peut établir de parenté.

115 Si l’on pointe, dans le Terrier d’Audenarde du début du dix-septième siècle, les maisons, leurs usagers et propriétaires, on n’y rencontre pas de Schamelhauts. Par contre, éveille notre intérêt la maison d’un certain Anthonis Hannoteau (SAO, Landboek, reg. 95, tome 3, f° 343-344 (Cf. S. Minnaert, Inventaris van het Landboek van Oudenaarde. Audenarde, 1956, p. 45)), qui avait été baptisé le 15 novembre 1615 à Pamele et était mentionné comme habitant la Bergstraat. Or, une certaine Livina Annotaux, une parente d’Anthonis, était marraine d’une (troisième) Maria le Secq, laquelle était naturellement une parente de « nos » Marias et de Jacobus le Secq. Elle fut baptisée le 19 janvier 1614. Les Hannoteaux étaient donc certainement des amis des Le Secqs ; de ce fait, supposer que les parents de Kathelijne logeaient dans la maison d’Anthonis Hannoteau en qualité de personnel de service, ce n’est pas chercher si loin. Cela explique leur absence du Terrier, alors que nous avons la certitude qu’ils habitaient Audenarde et la rue. – Dans une liste des moines de 1637, Johannes Hannoteau et Jacobus Le Secq sont mentionnés côte à côte (Cf. E. Beaucaire, Notice historique sur la commune d’Eename. 2e partie. Gand, 1985, p. 291). Étaient-ce des amis, entrés ensemble au monastère ?

116 Lorsqu’en 1656 Antoon de Loose est nommé prieur, la chose n’est manifestement pas du goût d’un certain nombre de pères, lesquels poussent même l’impudence jusqu’à brûler de fond en comble la demeure du prieur (E. Beaucarne, Notice historique sur la commune d’Eename, 2e partie, p. 318)

Table des illustrations

Titre La rue Smallendam, avec vue sur l’église Sainte-Walburge
Crédits Carte postale Nels, vers 1920.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search