Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Première partie

Maria Hughe

Texte intégral

  • 98 Voir annexe ci-après.

1Nous rencontrons Maria Hughe (ou Huyghe) dès le 2 novembre 1635, quand elle devient marraine d’une fille Gassesmet. Son nom apparaît également dans une des pièces en latin du recueil malinois de plaintes, une liste des neuf griefs à l’endroit du curé Schuermans.98 Elle était concernée par chacun des neuf :

  1. Que le curé d’Ename, au village de Dudzele-lez-Bruges s’est comporté de façon suspecte avec Maria Huyghe.

    • 99 On peut lire en néerlandais ‘Is dat niet een schoon backhuys ?’ (C’est pas une jolie frimousse, ça  (...)

    Que cette Maria a au pied de son lit un portrait du susdit curé, habillé en cardinal et qu’elle demande aux autres « N’a-t-il pas une jolie frimousse, celui-là ? »99

  2. Qu’ils y marchaient ensemble dans la rue, la main dans la main, au vu et au su de tous, et qu’ils se rendaient même ainsi à l’église. Qu’ils allaient deci de là à deux, en particulier à Lissewege, dans la maison de Maarten de Vos et à Bruges, et qu’ils en sont revenus seuls ; qu’on les a remarqués longuement assis dans un champ et qu’ils sont allés à la mer à Blankenberge, d’où ils sont revenus ivres.

  3. Qu’à cause de ces scandales, il est interdit au curé d’Ename de dire la messe dans l’église de Dudzele.

  4. On croit du curé d’Ename qu’il a été entretenu par la susdite Maria, et qu’il est ensuite et jusqu’à maintenant venu régulièrement lui rendre visite à Dudzele. La chose a été constatée par les gens qui gardent la porte de Damme à Bruges, et plus précisément par le gardien en titre.

  5. Le bruit court que le curé, Maria et Christoffel de Bruyne, un habitant de Dudzele, y ont dansé nus ensemble.

  6. Que cette Maria est tout entière charnelle, qu’elle excite les hommes à un comportement scandaleux en leur marchandant de petits baisers, en montrant ses jambes nues et en faisant étalage de la blancheur de sa peau, et qu’elle est à considérer comme une putain, et qu’elle aurait déjà été enceinte.

  7. On dit que, pour le susdit curé et Maria, on a publié des bans à L’Écluse en vue d’un mariage à conclure entre eux.

  8. Maria dort dans la même alcôve que ledit Christoffel et sa femme, et quand elle va se coucher, elle se déshabille et se promène sans habits dans la chambre. L’épouse de Christoffel en est très affectée et à cause de cela il lui est arrivé de s’enfuir une nuit de la maison de son mari.

2Sur ces points peuvent témoigner : monsieur le curé et le sacristain de Dudzele, ainsi que l’épouse dudit Christoffel. En outre sur le point 7 peut témoigner une servante qui habite avec sa mère, une veuve, à Westkapelle. [Ainsi que] le gardien de la porte de Damme à Bruges. »

L’alcôve, 1656

L’alcôve, 1656

Gravure tirée de J. Cats, Tachtigh-jarige Bedenckingen, 1656 (Collection privée)

3Cette pièce n’est pas datée avec précision, mais on peut la situer fin mai ou début juin 1649. Schuermans se trouvait alors à L’Écluse (Sluis), fuyant le cachot et poursuivi par l’Official, le juge ecclésiastique du diocèse de Bruges.

4Naturellement, ce qui nous intéresse surtout ici, c’est Maria Hughe et le milieu où elle évoluait avec Schuermans. Quelques toponymes fournissent déjà des indications : Dudzele, Lissewege, Blankenberge, Westkapelle, L’Écluse et Bruges, en d’autres termes l’axe Bruges – L’Écluse. Le traité de Westphalie qui ouvre cette histoire, avait détaché la région de L’Écluse du comté de Flandre pour la rattacher aux Provinces Unies. C’est pourquoi on lui avait donné le nom de « Staats-Vlaanderen » (Flandre des États – l’actuelle Flandre zélandaise). Une frontière internationale reconnue sinuait désormais entre Bruges et L’Écluse, piétinant toutes appartenances et traditions séculaires.

5Les registres paroissiaux des villages susdits et de ceux des environs nous ont été conservés dès le début du dix-septième siècle, et pour Dudzele, ils remontent même jusqu’en 1574. Le nom Hughe ou Huyghe y apparaît sporadiquement, mais à aucun moment il ne s’agit du foyer de la famille. Il faut donc continuer à chercher dans les villes de Bruges ou de L’Écluse. Les registres de L’Écluse ont hélas été détruits, avec le reste des archives communales, au cours de la Seconde Guerre mondiale. Nous n’avons plus rien non plus pour l’Église Réformée, où on aurait peut-être pu trouver quelque trace du point huit de l’acte d’accusation : la publication des bans de Maria Huyghe et Jan Schuermans… dans la mesure où il ne s’agit pas d’une calomnie.

  • 100 Le fait que la deuxième, la troisième et la cinquième de cette série étaient d’un même père, Willem (...)

6Heureusement, nos recherches dans les registres paroissiaux de Bruges ont été couronnées de succès. La lignée Hughe, on rencontre parfois aussi Hughes, Huyghe ou Huige, habitait, à en juger par la grande concentration du nom, la paroisse Notre-Dame. Le prénom Marie offrait même l’embarras du choix. Cinq filles du même nom reçurent ce même prénom au baptême : en 1589, 1593, 1593, 1599 et 1601, puis plus aucune dans les vingt ans qui suivent. Pour l’identification, notre préférence va à la plus jeune, « Maijken », fille d’un certain Guillelmus.100

  • 101 RAB, Kerkarchief Dudzele, reg. 185, 29r.
  • 102 Selon l’usage du temps, il ne doit donc pas encore y avoir eu droit, ni comme théologien (« maître  (...)

7Jan Schuermans aussi a laissé des traces ici dans les sources du plat pays. On peut lire son nom dans les comptes de l’église de Dudzele pour les années 1641-1645 « comme le porteur d’une lettre de Nicolaus de la Place, couvreur ardoisier, concernant la livraison de plomb à l’église. »101 Impossible de retrouver l’année précise, mais la place dans le compte suggère 1645 et certainement pas plus tard. Schuermans ne portait du reste encore aucun titre.102 Le fait qu’il « apportait » une lettre indique qu’il n’habitait pas lui-même Dudzele.

  • 103 RAR, Abdij Ename, 1282 (sans pagination).

8Il se trouve que nous savons par l’accusation que sa liaison avec Maria Hughe a certainement duré quelque temps. Le scénario a-t-il été le suivant ? Peu de temps après son arrivée à Ename, il aurait fait la connaissance de Maria chez Frans de Lattre ou Hendrik Gassesmet, il en serait tombé amoureux et aurait cherché un prétexte pour lui rendre visite à Dudzele, où elle était partie entre-temps. L’excuse fut une lettre, peut-être une facture d’un maître couvreur en ardoise hennuyer et donc presque voisin d’Ename. L’abbaye elle-même, pour ses chantiers de 1640 avait également fait appel à un artisan de cette région limitrophe.103

  • 104 Cela dépasse les bornes, car tout le scénario qu’on en tire ne tient pas debout : comment croire en (...)

9Tout indique que Maria Hughe avait définitivement quitté Audenarde, car, selon l’accusation, elle logeait chez Christoffel de Bruyne. Était-ce en tant que servante ? Ce n’est pas très vraisemblable, car on ne l’aurait sans doute jamais demandée comme marraine pour une fille de Gassesmet. Elle se vantait de la blancheur de sa peau, ce qui – à moins qu’il ne soit agi d’une pigmentation particulière – prouvait qu’elle ne devait travailler ni dans les champs ni au jardin et qu’elle appartenait donc à la bonne société. Selon le point cinq de l’accusation, elle entretenait d’ailleurs le curé. Mais comment était-elle donc arrivée dans le foyer De Bruyne ? Comme une concubine plus ou moins déguisée de Christoffel ? Selon l’accusation, l’épouse de ce dernier était consternée de la voir gambader nue. Tout ceci plaide-t-il donc en faveur de la présomption de la fille-qui-habite-chez-sa-mère-à-Westkapelle, que Maria Hughe, était une grue ?104 Son témoignage sent la calomnie de vieille fille, car ce qu’elle allègue n’est pas de nature à caractériser Maria comme femme légère.

10Schuermans et Maria se rendaient visite, tantôt à Dudzele, tantôt à Ename. Le portrait au pied du lit de Maria, qui représentait Schuermans en cardinal, tout de rouge vêtu, avec « sa jolie frimousse » dénote des relations de longue durée. C’était donc un garçon attirant, à la vingtaine finissante, qui fréquentait en douce une amie de dix-neuf ans son aînée. Il n’hésitait pas à effectuer le long voyage d’Ename à Dudzele pour la voir. Le portrait donne à penser qu’elle n’avait pas de liaison stable avec Christoffel, sinon aurait-il toléré d’être continuellement confronté, près du lit de Maria (et non loin du sien) au rappel d’un concurrent ? À moins qu’au contraire, Christoffel n’ait vu dans le portrait un argument et une échappatoire pour faire taire chez sa propre femme tout soupçon d’adultère avec Maria ?

11Il est si facile d’imaginer le tableau : Jan Schuermans et Maria en route pour le polder. Ils respiraient la vie à pleins poumons : se promener main dans la main le long de la mer, s’ébattre dans les prés, gambader nu et s’enivrer, au point que même les gardiens d’une porte de Bruges en conservent le souvenir gravé dans la mémoire, eux qui en avaient pourtant vu d’autres.

12Elle vint lui rendre visite à Ename, à la mi-mars 1649, quelque six semaines après la naissance de Jantje, comme en témoigne Philips de Doncker, le brasseur-boulanger : « qu’à la fin du carême dernier [..] il […] a vu que monsieur le Curé de l’église paroissiale d’Ename, vers le soir, accompagnait Maria Hughe jusqu’au bac sur l’Escaut et que, comme elle embarquait, il lui a relevé les jupes (manifestement à ce qu’il lui parut pour ne pas les salir au bateau, car le temps était pluvieux), et le susdit curé étant le premier monté dans le bateau, a donné la main à Maria et, elle étant venue dans le bateau, il a vu que le Curé lui avait soulevé les jupes jusqu’aux épaules, alors Maria s’est assise sur la caisse de poisson, et le susdit Curé à ses côtés, ils ont ainsi traversé l’Escaut, donnant comme raison de ce qu’il savait qu’il l’avait vu lui-même si publiquement et si clairement depuis la Prévôté. »

13Un amour intense, sensuel : Maria Hughe était « toute entière charnelle » et elle aimait mener les hommes par le bout du cœur : Jan Schuermans s’enflammait vite pour la beauté féminine et il aimait la boisson. Ils maintenaient leur liaison sans cohabitation depuis un certain nombre d’années déjà et seule la perturbation de cet équilibre, suite à l’affaire Kathelijne Schamelhaut, peut fournir une explication à leur projet de se marier à L’Écluse. Après le 30 avril 1649, Schuermans s’était pressé de s’y réfugier pour échapper à une comparution devant l’archidiacre cinq jours plus tard à Bruxelles. L’Écluse où, selon sa lettre du 5 mai à Calenus, il logeait au « Rode Leeuw » (Le Lion Rouge) sur la Grand-Place, lui offrait l’avantage de ne plus appartenir aux Pays-Bas espagnols. Il pouvait, s’il le voulait, défroquer, se marier et, dans ce milieu dominé par les protestants, commencer une nouvelle vie avec la femme qu’il aimait. Mais on n’en vint pas à de telles extrémités. Et si, après le procès, la mûre Maria Hughe disparaît définitivement des sources, elle ne disparut peut-être pas de son cœur.

  • 105 L’arbre généalogique se présente comme suit :

14Qui étaient d’ailleurs Christoffel de Bruyne et sa femme, de Dudzele, et cet autre personnage que mentionne l’accusation, ce Maarten de Vos de Lissewege ? Ici il faut recourir à l’arbre généalogique tiré des registres des deux paroisses. On peut en déduire que Maarten, qui reçut la visite de Maria Hughe et de Jan Schuermans au cours de l’une de leurs escapades, était par sa femme le beau-frère et en même temps le beau-fils de Christoffel de Bruyne, chez qui logeait Maria Hughe.105

  • 106 Il fut baptisé à Bruges le 25 mars 1590. Le père de Guillelmus et de Maria s’appelait aussi Guillel (...)

15Maria Hughe et Christoffel de Bruyne étaient du reste également parents, et ceci par la femme de ce dernier, Adriana (den) Hughe. Que trouve-t-on dans les registres paroissiaux ? Une certaine Adriana Hughe naquit le 20 décembre 1615 à Moerkerke et le fait que ce patronyme apparaît rarement en dehors de Bruges, nous incline à l’assimiler à la précédente. Son père s’appelait Guillelmus Hughe et était selon toute vraisemblance le frère aîné de Maria.106 Aussi s’explique-t-on aisément que la famille De Bruyne-Hughe ait sans méfiance hébergé Maria – sans doute l’appelaient-ils tante Marie –. Certes viendrait le moment où Adriana commencerait à avoir des objections à l’hébergement de la tante, à ses gambades et à ses danses nues avec Christoffel et le curé, mais elle ne pouvait pas encore le prévoir alors.

16Les familles avec lesquelles Schuermans était lié d’amitié dans la région de Bruges et de L’Écluse, étaient – parfois même littéralement – imbriquées les unes dans les autres, et dans sa fuite à L’Écluse, il pouvait compter sur elles pour le soutenir et pourvoir à son entretien, et surtout sur Maria elle-même.

  • 107 RAB, Registres paroissiaux de Dudzele.

17Adriana supportait difficilement la vie aux côtés de son Christoffel : elle était « très affectée » par ses agissements ; il lui était même arrivé une fois d’abandonner le domicile conjugal parce qu’il se permettait une trop grande intimité avec la tante qu’ils hébergeaient. Plus tard, Christoffel voulut sans doute réparer tout cela à titre posthume ; lorsqu’Adriana mourut le 13 octobre 1654, il fit réciter pour elle neuf leçons, cérémonial dont ne bénéficiaient que fort peu de paroissiens de Dudzele.107 La famille ne manquait manifestement pas de ressources financières.

Notes

98 Voir annexe ci-après.

99 On peut lire en néerlandais ‘Is dat niet een schoon backhuys ?’ (C’est pas une jolie frimousse, ça ?) dans ce texte rédigé par ailleurs en latin. Voir annexe.

100 Le fait que la deuxième, la troisième et la cinquième de cette série étaient d’un même père, Willem, indique que les deux plus âgées étaient vraisemblablement mortes en bas âge, si bien qu’il ne subsiste que les ‘Maijkens’ baptisées en 1589 (13 mai), en 1599 (13 novembre) et en 1601 (15 juin) comme amies possibles de Schuermans. Le fait qu’en 1635 la famille de Gassesmet ait choisi Maria Hughe comme marraine suppose qu’elle n’était plus une jeune femme. La Maria de 1589 est trop âgée pour la suspecter de grossesse des œuvres de Schuermans – chef d’accusation numéro 7.

101 RAB, Kerkarchief Dudzele, reg. 185, 29r.

102 Selon l’usage du temps, il ne doit donc pas encore y avoir eu droit, ni comme théologien (« maître ») ni comme curé (« révérend sieur » ou « monsieur »).

103 RAR, Abdij Ename, 1282 (sans pagination).

104 Cela dépasse les bornes, car tout le scénario qu’on en tire ne tient pas debout : comment croire en effet que, toute jeune fille, elle se soit rendue à Audenarde pour y travailler ou s’y prostituer ; qu’elle ait appris à connaître Hendrik Gassesmet et Frans de Lattre par le biais de son métier, et ainsi le groupe d’amis autour d’eux. Si tel était le cas, on ne l’aurait certainement pas choisie comme marraine de baptême.

105 L’arbre généalogique se présente comme suit :

Image 100000000000029C0000010C7B030275DA828FDB.jpg

La mère de Maarten s’était donc remariée, alors qu’il avait douze ans, avec Christoffel de Brune, qui avait lui-même, d’un premier mariage un fils Christoffel et une fille Catharina. Cette fille, qui avait alors quatre ans, avait elle-même, moins de douze ans plus tard, donné le jour à un enfant procréé par Maarten, le fils donc de sa belle-mère. À cette époque, à n’en pas douter, ils habitaient encore chez leurs (beaux-) parents, et ce n’est qu’un an après qu’ils se marièrent. Le jeune âge de la mère ne constituait pas un empêchement légal, car, pour l’église, le seuil se situait encore plus bas. Par contre, l’étroite parenté exigeait bien une demande de dispense. La correspondance de l’internonce de Bruxelles traite souvent de dispenses, mais en règle générale il n’indique pas de noms. Ces agissements sexuels avaient certainement fait scandale, le seul mollet dénudé de Maria Hughe suffisant déjà à la faire soupçonner de prostitution.

106 Il fut baptisé à Bruges le 25 mars 1590. Le père de Guillelmus et de Maria s’appelait aussi Guillelmus et il procréa en tout huit enfants entre 1589 en 1601. La mère d’Adriana s’appelait Goelken Duplays, mais le patronyme est assez négligemment écrit, comme si le curé qui notait le baptême n’était pas familier du nom. Rappelonsnous la lettre que Jan Schuermans avait apportée à l’église de Dudzele : il en avait été chargé par Nicolaus de la Place. La tentation est grande d’y voir le même patronyme que Duplays, et s’il en est ainsi, Schuermans aurait – en 1645 – rendu service à un parent éloigné de Maria afin d’être dans ses petits papiers.

107 RAB, Registres paroissiaux de Dudzele.

Table des illustrations

Titre L’alcôve, 1656
Crédits Gravure tirée de J. Cats, Tachtigh-jarige Bedenckingen, 1656 (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search