Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Première partie

Le niveau moral de l’abbaye d’Ename : vérité et affabulations

Texte intégral

1Qui pouvait représenter une menace pour Schuermans ? Pas seulement le doyen de chrétienté naturellement, mais aussi l’abbaye d’Ename, quoiqu’en qualité de patronus des églises paroissiales d’Ename et de Nederename, elle n’eût en principe rien à voir avec les spiritualia. Toutefois, un curé luxurieux faisait scandale, désordre que toute instance religieuse fuyait comme la peste.

2Qui à Ename pouvait très concrètement se montrer menaçant ? Deux noms s’imposent : celui de l’abbé, à l’époque Petrus Ernestus Garnier, et celui du prévôt, Antoon de Loose.

3Pourquoi ce dernier se serait-il mêlé de l’affaire ? En tant que prévôt, il s’occupait des intérêts séculiers de l’abbaye, comme la perception des rentes, fermages, amendes, etc., qui relevaient et provenaient de la Seigneurie. Ces versements se faisaient à la « Conciergerie », l’édicule compris dans l’enceinte de l’abbaye, attenant à sa propre prévôté, et où logeait Schuermans. Il ressort de la déclaration de Kathelijne Schamelhaut du 9 mars que le prévôt ne procédait à l’audition de témoins que sur ordre de son abbé. Antoon de Loose lui-même n’apparaît qu’avec discrétion dans tout le recueil de plaintes.

  • 92 L. Milis, ‘Abbaye de Saint-Sauveur à Eename’, dans : Monasticon belge. Tome VII. Province de Flandr (...)

4Pourquoi l’abbé Garnier se serait-il soucié de Schuermans ? Il avait soixante-deux ans lors des événements et descendait d’un haut lignage bruxellois. Entre 1646 et 1650, il siégea aux États de Flandre, l’élitaire assemblée de ces siècles-là. Auparavant, il avait piloté son abbaye à travers toutes sortes de différends avec l’archevêché de Malines à propos d’une affaire qui tirait son origine de la destruction de l’abbaye au temps des Gueux. Suite à sa dévastation, l’Archevêché avait en effet tenté de soumettre l’abbaye à son autorité et d’en toucher les revenus, alors que la communauté exigeait de conserver sa séculaire exemption, son indépendance vis-à-vis de l’autorité diocésaine.92

  • 93 AAM, Aartsbisschoppen (Archevêques), Boonen, 32 : 1622, le 4 mai ‘Praepositus Eenamensis dixit Livi (...)
  • 94 AAM, Benediktijnenabdijen, 344, Déposition d’Adrianus de Muldere, le 2 mars 1617.

5Tout cela marque bien l’engagement de l’abbé pour son abbaye, mais ne prouve rien encore quant à ses normes morales. Une source fortuite nous vient en aide : un dossier des Archives de l’archevêché sur des scandales survenus en 1617 au sein de l’abbaye. Le lecteur abbatial de l’époque, le curé Adrianus de Muldere, licencié en théologie, était venu témoigner que les moines faisaient bon marché de leur vœu de pauvreté (qui comporte la renonciation à toute propriété personnelle) et disposaient de revenus propres.93 Mais il était surtout question du fait que les moines suspectaient leur abbé, Hugo van Edingen (Hugues d’Enghien), alors âgé de trente-huit ans, de passer la nuit chez les Sœurs noires de Pamele, et le soupçonnaient d’entretenir une liaison avec une certaine Sœur Maria Valcke, âgée de vingt-cinq ou vingt-six ans. Ces années-là, Garnier était prévôt et il avait mis en place un réseau de surveillance nocturne : les moines se relayaient pour espionner la porte de la chambre de leur abbé. De Muldere avait pu rapporter que, deux nuits consécutives, Maria Valcke n’avait pas quitté la chambre de l’abbé.94

6La suite de l’histoire d’Hugo van Edingen et de Maria Valcke ne nous intéresse pas, si ce n’est pour prouver que Garnier, même s’agissant de son propre abbé, avait des principes moraux bien arrêtés sur ce qui était licite ou non.

  • 95 RAR, Abdij Ename, 160.

7Une dizaine d’années plus tard, en 1628, l’abbé de Saint-Vaast d’Arras était venu visiter l’abbaye sur l’ordre de la Congrégation des monastères exempts des Pays-Bas. La situation se révéla fort satisfaisante, mais on s’y plaignit que l’exercice de la justice seigneuriale amenât bien des gens – hommes et femmes – dans l’abbaye parce que la prévôté (où on les accueillait normalement) n’avait toujours pas été reconstruite.95

Femme au décolleté, 1648

Femme au décolleté, 1648

Aquarelle anonyme, Femme au décolleté, 1648.

Gand, Universiteitsbibliotheek, Prentenkabinet.

  • 96 AAM, Benediktijnenabdijen, 344.

8Mais tout le monde n’était pas également convaincu du respect total de la Règle de saint Benoît à l’intérieur des murs. Le successeur du curé et lecteur De Muldere, Livinus Vinck, était venu le 15 décembre 1629 à Malines déclarer que les abus ne manquaient pas à l’abbaye depuis son arrivée, douze ans auparavant, dans le village scaldéen.96 Tout comme son prédécesseur, il disait pis que pendre des Sœurs noires de Pamele. D’ailleurs, du fait de situations interlopes, l’achevêque avait déposé la mère supérieure.

9Selon Vinck, ces petites visites continuaient et les sœurs allaient jusqu’à importuner les moines à l’intérieur même du dortoir. Il put raconter que, lorsque l’archevêque Mathias Hovius était venu effectuer sa visite canonique, elles avaient dû déguerpir en vitesse. Après la mort de ce dernier, les escapades avaient recommencé de plus belle et les nonnes avaient derechef dut s’égailler quand l’abbé de Saint-Vaast était venu en visite. C’est pourquoi ce dernier n’avait rien remarqué de répréhensible.

10Vinck se lançait dans des récits plus colorés encore sur ce qui s’était passé vers 1623. À cette époque, une servante de l’abbaye, Maria Roti, avait enfanté ou avorté, et les sœurs l’y avaient aidé, ce qui avait déclenché un beau scandale. Il affirmait en outre « que nombre de petites femmes aux mœurs légères fréquentaient le monastère susdit à la grande honte de la communauté ; elles y pénétraient dans le dortoir et les latrines, sortaient en catimini avec des moines et s’enivraient à une table dressée à part. » Et il citait nominalement trois femmes d’Ename, toutes mariées. Vinck reprochait aux révérends pères de recevoir la visite d’une foule de coquettes d’Audenarde. Il poursuivait ses ragots par une histoire qui datait de 1626 ou 1627. Le curé d’un village voisin, Zegelsem, était venu au monastère avec Apollonia, sa fière bonne. Ivre, elle avait déambulé dans les couloirs et les chambres, et le jour suivant, à table chez l’abbé, on avait pour le moins donné dans la désinvolture.

11Vinck demandait qu’on gardât sa déposition secrète, très conscient du contrecoup qu’elle pouvait avoir sur sa position ainsi que sûrement inquiet qu’on lui reproche d’avoir exagéré. Qu’il y eût des moines qui pussent être soupçonnés d’avoir des relations avec des femmes coïncidait sans doute avec la réalité, mais en faire un phénomène général, c’était vraiment aller trop loin. La seule présence de Garnier suffisait à le garantir.

  • 97 RAR, Abdij Ename, 161.

12Plus tard, le 11 octobre 1656, lorsque l’abbé de Lobbes vint en visite canonique, il insista lourdement sur l’interdiction d’organiser des « collationes aut compotationes in hortis vel in cellulis privatis » (des festins ou des beuveries dans les jardins ou les cellules individuelles), d’admettre des femmes au monastère, de laisser les moines fréquenter les auberges d’Ename, Audenarde et environs ou quitter l’abbaye, même si la grand-porte était ouverte. L’envoyé du Pape à Bruxelles, l’internonce di Vecchi, entérina ce compte rendu.97

13Les normes morales honorées par Garnier et certainement aussi par De Loose ne font pas de doute. Impossible d’y échapper : Schuermans devrait plier ou casser.

Notes

92 L. Milis, ‘Abbaye de Saint-Sauveur à Eename’, dans : Monasticon belge. Tome VII. Province de Flandre orientale, vol. 2, pp. 44-45.

93 AAM, Aartsbisschoppen (Archevêques), Boonen, 32 : 1622, le 4 mai ‘Praepositus Eenamensis dixit Livinum Vinchanum modo bene agere in pastoratu’.

94 AAM, Benediktijnenabdijen, 344, Déposition d’Adrianus de Muldere, le 2 mars 1617.

95 RAR, Abdij Ename, 160.

96 AAM, Benediktijnenabdijen, 344.

97 RAR, Abdij Ename, 161.

Table des illustrations

Titre Femme au décolleté, 1648
Légende Aquarelle anonyme, Femme au décolleté, 1648.
Crédits Gand, Universiteitsbibliotheek, Prentenkabinet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search