Versione classicaVersione mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Première partie

De l’archevêque au curé : la pyramide hiérarchique malinoise

Testo integrale

1Dans les mois qui suivirent la naissance de Jantje, on lança une enquête sur les agissements de Schuermans. Naturellement, l’initiative en revenait aux instances ecclésiastiques car on réglait entre soi les égarements des hommes d’église. L’« affaire Schamelhaut » fut engagée auprès de l’archevêché de Malines parce que Schuermans était curé d’Ename et Nederename, villages du ressort de l’archevêché. On ne tint aucun compte de la localisation de la mésaventure de Kathelijne à Pamele, qui dépendait du diocèse de Gand.

  • 84 P. Piolin, Gallia Christiana. Paris, 1877, tome V, cc. 14 - 16. Voir à son sujet : L. Ceyssens, ‘Bo (...)

2L’archevêque de Malines était le Primat de l’ensemble des Pays-Bas. À cette époque, exerçait cette dignité Jacobus Boonen, personnage d’une exceptionnelle culture qui descendait d’une famille noble bruxelloise, mais était né à Anvers en 1573. Il avait été élevé à Cologne, Maastricht et Pont-à-Mousson, et avait étudié à Louvain. Il avait ensuite accédé au décanat du chapitre métropolitain de Malines et avait été promu official – c’est-à-dire juge – de l’archevêché. Puis il fut trois ans durant évêque de Gand et, en 1620, il fut nommé archevêque de Malines, dignité qu’il exerça jusqu’à sa mort, survenue en 1655. Il contrôlait très strictement la qualité des ordinands.84

3On pourrait naturellement s’attendre à ce qu’en 1649 Boonen ne s’occupât plus personnellement de rendre la justice, bien qu’en vertu du droit canon il fût le juge suprême. De fait, depuis des siècles, ce pouvoir avait fini par être délégué aux officiaux diocésains. Mais on peut admettre qu’en tant qu’archevêque il élaborait lui-même les directives générales de la répression des abus commis dans son archevêché. Et le cas Schuermans le touchait, dans une certaine mesure, personnellement.

A. Triest, évêque de Gand

A. Triest, évêque de Gand

Aquarelle anonyme, représentant vraisemblablement A. Triest, évêque de Gand, 1681.

Gand, Universiteitsbibliotheek, Prentenkabinet.

  • 85 De Universiteit te Leuven. 1425-1975. Louvain, 1976, p. 177.
  • 86 L. Ceyssens, ‘Calenus Hendrik’, dans : Nationaal Biografisch Woordenboek, 4, Bruxelles, 1970, cc. 1 (...)

4Sous l’archevêque se trouvait le vicaire général : ces années-là, nous l’avons déjà dit, il s’agissait d’Henricus Calenus. Lui aussi était un grand intellectuel, né Hendrik van Calen en 1593, décédé à Bruxelles en 1653. Il avait étudié les artes et la théologie à Louvain et s’était lié d’amitié avec le théologien Cornelius Jansenius, professeur d’exégèse biblique à Louvain et depuis 1635 évêque d’Ypres.85 Jansenius était l’auteur, fort controversé dans les milieux romains, de l’« Augustinus ». C’était d’ailleurs Calenus qui publiait cet ouvrage à Louvain après la mort de son ami en 1640. L’« Augustinus » fut à l’origine du Jansénisme, ainsi appelé du nom de son auteur, mouvement dont la doctrine de la grâce, marquée d’une profonde spiritualité, était jugée non-orthodoxe par Rome, et dont les tenants, dans une seconde phase, seraient persécutés durant plusieurs décennies. En 1644, telle ou telle dignité épiscopale échapperait du reste à Calenus du fait de ses convictions jansénistes. Ses fonctions de curé d’Asse, puis de doyen de chrétienté d’Alost et par la suite de doyen de chrétienté de Bruxelles l’avaient rompu à tous les aspects de la pastorale. Sa nomination de vicaire-général en 1642 et d’archidiacre en 1643 lui confiait la responsabilité du contrôle du clergé de l’archevêché et, plus spécialement, c’est à lui que revenait la nomination des curés.86

5Les curés, nous l’avons vu, étaient normalement nommés par l’évêque du lieu, après un concours organisé au niveau diocésain, et ce sur proposition du patronus ou collator de la paroisse. Le curé était responsable vis-à-vis de ce dernier pour ce qu’on appelait les temporalia, c’est-à-dire la gestion de l’église paroissiale et de ses revenus, laquelle devait naturellement servir les intérêts dudit patron. À l’égard de l’évêque, le curé était responsable des spiritualia, c’est-à-dire de la pastorale. En fait, il avait à servir deux maîtres et, ce qui n’était pas rare, deux intérêts divergents.

  • 87 AAM, Mechliniensia, 74, charte sur parchemin ; AAM, 16, f° 265r.
  • 88 KBR, Manuscrit 22484 (cat. 6376).
  • 89 RAG, Bisdom, M 16. Cf. J. De Brouwer, ‘Deken Damiaan van Huffel’, dans : Het Land van Aalst, 19, 19 (...)
  • 90 AAM, Mechliniensia, 74, f° 188.
  • 91 AAM, Mechliniensia, 161, f° 193r ; 16, f° 265r.

6S’agissant de Schuermans, on ne brandit pas de sanction sitôt la naissance de Jantje. La distance entre Ename et Malines et, selon les normes d’un archevêché très important, la portée limitée des événements enlevaient toute vraisemblance à une intervention rapide de la pointe de la pyramide. Certes le doyen de chrétienté de Renaix, Damianus van Huffel, pouvait bien constituer une certaine menace. Nous avons déjà rencontré son nom plusieurs fois. Il était le supérieur direct de Schuermans et exerçait, dans le district de Renaix, le niveau le plus bas de la justice déléguée par l’archevêque. Il avait obtenu à Louvain le grade de bachelier en théologie, ce qui signifiait qu’il avait en poche un diplôme inférieur à un certain nombre de curés soumis à son contrôle, ce dont il éprouvait peut-être quelque frustration. Le premier octobre 1619, il avait été nommé curé de Schorisse (Escornaix), un petit village au sud-est d’Audenarde. Son sens aigu du devoir et sa conception rigoriste des valeurs religieuses avaient attiré l’attention de Malines. Il paraissait un organisateur et un contrôleur adéquat, en ces confins du grand archevêché. Le 4 août 1643, l’archevêque Boonen l’avait nommé doyen de chrétienté du district de Renaix ou archiprêtre, au regard de ses qualités de « sérieux, érudition, discrétion, humilité et zèle »87. Le compte rendu de tout ce zèle nous a du reste été conservé dans un mémorial commencé en 1632, où il a consigné minutieusement les installations de nouveaux curés, les amendes payées pour non-respect du repos dominical et de la morale conjugale, et l’impôt paroissial versé à l’archevêché (le cathedraticum).88 Les archives de l’évêché de Gand conservent un registre similaire pour les années 1649-1660.89 Sa carrière connut son couronnement en juin 1648. Comme le doyen du vénérable chapitre Saint-Hermès de Renaix était décédé depuis longtemps et que les chanoines n’avaient pas procédé à temps à l’élection d’un successeur, l’archevêque usa de son droit de dévolution. Il nomma Van Huffel doyen du chapitre et ordonna aux chanoines renaisiens de le reconnaître comme tel.90 Van Huffel ne mourut qu’en 1669.91

Note

84 P. Piolin, Gallia Christiana. Paris, 1877, tome V, cc. 14 - 16. Voir à son sujet : L. Ceyssens, ‘Boonen Jacobus’, in : Nationaal Biografisch Woordenboek, 2, Bruxelles, 1966, cc. 74-89.

85 De Universiteit te Leuven. 1425-1975. Louvain, 1976, p. 177.

86 L. Ceyssens, ‘Calenus Hendrik’, dans : Nationaal Biografisch Woordenboek, 4, Bruxelles, 1970, cc. 121-125.

87 AAM, Mechliniensia, 74, charte sur parchemin ; AAM, 16, f° 265r.

88 KBR, Manuscrit 22484 (cat. 6376).

89 RAG, Bisdom, M 16. Cf. J. De Brouwer, ‘Deken Damiaan van Huffel’, dans : Het Land van Aalst, 19, 1967, pp. 21-31.

90 AAM, Mechliniensia, 74, f° 188.

91 AAM, Mechliniensia, 161, f° 193r ; 16, f° 265r.

Indice delle illustrazioni

Titolo A. Triest, évêque de Gand
Legenda Aquarelle anonyme, représentant vraisemblablement A. Triest, évêque de Gand, 1681.
Credits Gand, Universiteitsbibliotheek, Prentenkabinet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71209/img-1.jpg
File image/jpeg, 266k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search