Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Première partie

Maijken de Ruddere

Texte intégral

1Le 2 juin 1649, quelques habitants d’Ename étaient convoqués pour déposer, à la demande du prévôt de l’abbaye, Antoon de Loose, par devant Gillis van Hameije, notaire, au sujet d’événements fâcheux touchant la personne du curé. Les enquêtes ne se mènent plus à Pamele mais à Ename et plus particulièrement à l’abbaye.

  • 59 AAM, Benediktijnenabdijen, 334, Déposition de Maijken de Ruddere, Joos de Weert, Jacquemijne de Cle (...)
  • 60 RAR, Registres paroissiaux d’Ename-Nederename, 1.
  • 61 RAR, Abdij Ename, 1289, f° 21r.

2Le personnage principal est Maijken de Ruddere, parfois aussi appelée de Riddere, « veuve de Jan de Poortere, âgée de 38 ans. »59 Cette sympathique personne était née à Ename le 12 septembre 1610, comme nous avons pu le lire, par un hasard heureux, dans le petit registre des baptêmes des années 1609-1614 qui s’est conservé.60 Elle était fille de Daniel et de Catharina de Ruddere. Un bordereau de salaire de l’abbaye mentionne cette ascendance et signale également le nom de son mari. Le 14 octobre 1640, on note en effet un paiement au profit de « Hans de Poorter qui est marié à la fille de Daniel de Ruddere ».61 Le prévôt De Loose identifiait donc Hans par le biais de sa femme, ce qui indique qu’il connaissait mieux la famille de cette dernière. Cela peut accréditer l’idée que Hans venait d’une autre paroisse : en effet, aucune famille De Poorter – on usait alors du terme souche (struik) toujours employé dans le parler local – n’habitait Ename. La remarque suggère aussi que le couple n’était pas marié depuis longtemps.

  • 62 RAR, Abdij Ename, 1289, f° 11r-v ; 1290, f° 11r – 12v ; 1291, f° 10v – 12v.
  • 63 RAR, Abdij Ename, 1293, f° 6r.
  • 64 RAR, Oud Gemeentearchief Ename (Anciennes archives municipales d’Ename), 43 (déclaration des échevi (...)

3On peut préciser davantage encore l’arrière-plan social de Maijken : son père travaillait également pour l’abbaye, comme menuisier, tout comme son frère du reste. Son nom apparaît coup sur coup dans les bordereaux de salaires (conservés depuis 1640), parfois avec sa femme et ses filles, jusqu’à sa mort le 9 novembre 1651.62 Ces années-là (et d’après les mêmes sources), Maijken assistait régulièrement son mari dans son travail, le travail le plus léger s’entend, car il était bûcheron. Ce métier lui procurait aisément de l’ouvrage, car l’abbaye possédait aux confins d’Ename un vaste bois (partiellement conservé et classé) – Bos t’Ename – d’où elle tirait son bois d’œuvre et de chauffage. De temps à autre, De Poorter travaillait également dans le potager de l’abbaye, le lochtynck. Nous ne connaissons pas son âge, mais nous savons par contre que Schuermans l’enterra le 14 décembre 1647. Dès avant la fin de l’année, sa veuve et sa postérité se présentaient à l’abbaye pour solder les travaux réalisés.63 Nous ignorons combien le couple avait d’enfants. Ce qui est sûr, c’est que ses hoirs ne restèrent pas dans un complet dénuement. Le 16 décembre 1648 – un an et un jour après donc, importante échéance dans l’ancien droit coutumier – Maijken comparaissait devant les échevins d’Ename à propos de l’achat d’une parcelle de terre à labour de dix-huit verges, soit quelque 550 m2, engagé par son mari.64

  • 65 RAR Abdij Ename, 1282 (sans f°). – Dans cette année ces 75 livres correspondent à environ 2650 litr (...)

4Cette petite propriété, la parcelle où se trouve maintenant la poste, était loin de suffire à sa subsistance, si bien que la jeune veuve n’avait d’autre solution que de travailler hors de chez elle. Où l’aurait-elle pu ailleurs qu’à l’abbaye ? Dans sa déclaration dans l’affaire Schuermans, elle disait « qu’elle avait habité dans la susdite abbaye en tant que vachère, treize mois durant, jusqu’à la fin d’avril dernier », donc du premier avril 1648 au 30 avril 1649. Sa déclaration concorde avec le registre des salaires où l’on peut lire, sous la rubrique « Koemaerte », donc vachère, qu’elle abandonna « ce jour-là de son propre chef son service ». Le dernier versement de plus de 75 livres, que le prévôt De Loose lui devait au moment de son départ, survint le 2 juin, le jour même où elle vint déposer pour ce même prévôt contre Schuermans.65 Peut-on parler de hasard ?

Les amoureux

Les amoureux

A. van Ostade, Les amoureux. Gand, Universiteitsbibliotheek, Prentenkabinet.

  • 66 RAR, Abdij Ename, 1292, f° 12r (année 1645) et 1293, f° 9v (année 1647).
  • 67 Notamment RAR, Oud Gemeentearchief Ename, 10, passim (par exemple le 28 février 1650, f° 16r) ; 43,(...)

5Était-ce le scandale autour du curé qui l’avait convaincue de quitter son emploi ? Ce n’est pas vraisemblable car elle était innocente des privautés que le curé s’était permises « six semaines environ après sa prise de service ». Peut-être la croissante affection qu’elle portait à un homme – un autre homme, s’entend – explique-t-elle mieux son départ. Du vivant de son mari, il arrivait parfois qu’un certain Jan (van) Cuenebrouck vînt payer des journées de travail au nom de l’abbaye.66 Admettons qu’il venait alors simplement pour des affaires d’argent et pas (encore) pour Maijken. Mais dès son veuvage, fin 1647, il en fut autrement. Rien de plus normal pour deux connaissances que de nouer une nouvelle relation. Et nous sommes tentés de penser que Maijken abandonna son emploi pour épouser Cuenebrouck. Il était, d’après les normes d’Ename, d’un milieu élevé, savait couramment écrire son nom, fut échevin de longues années durant, et à l’époque des événements, il était même le plus éminent.67 Un coup de foudre ou, plus vraisemblablement, un amour raisonné liait l’échevin arrivé, un peu plus âgé, et l’accorte vachère : sa sécurisante épaule en échange de son charme… qui n’avait naturellement pas échappé à un connaisseur comme Schuermans.

Esquisse du plan d’Ename, vers 1660

Esquisse du plan d’Ename, vers 1660

J. Bale, Esquisse du plan d’Ename, vers 1660 (fragment : l’abbaye). Audenarde, Hôtel de Ville. Photo Instituut Archeologisch Patrimonium, Zellik.

  • 68 La vie suivait son cours. Le 19 octobre suivant mourait le petit garçon que Jan van Cuenebrouck ava (...)

6Leur mariage serait célébré (par Schuermans ?) le 28 février 1650. Ce même jour – nous le verrons tantôt – le collège des échevins, marié compris, siégerait en tribunal à quelques deux cents mètres, pour entendre le curé au sujet d’une possible magouille financière !68

7Qu’advint-il du nouveau couple ? Jan et Maijken semblent ne pas avoir eu d’enfants. Maijken vivait certainement encore en 1662, quand un Terrier fut rédigé, mais on ne trouve pas trace de son décès dans les registres paroissiaux. Il semble qu’elle ait quitté le village après la mort de son mari, le 15 octobre 1677. L’automne et l’hiver de cette année-là, sévissait dans ces contrées une terrible épidémie de dysenterie ; entre le 19 septembre et le 3 février, en quatre mois et demi, quatre-vingt quatre habitants en moururent, sur un total d’environ six cents, soit quelque 15 pour cent.

Identification des bâtiments

Identification des bâtiments

1. église abbatiale - 2. cloître - 3. quartier abbatial - 4. prévôté - 5. bâtiments d’activités artisanales

8Mais que s’était-il exactement passé entre Maijken et Jan Schuermans ? Vers le milieu de mai 1648 – environ trois semaines avant l’attentat à la pudeur commis sur Kathelijne Schamelhaut – Schuermans avait attiré Maijken dans la conciergerie en lui demandant de faire son lit. Elle avait refusé sur le champ parce qu’« elle avait compris qu’il était trop frivole pour le rencontrer en tête à tête ». Sa réputation était donc déjà faite. Mais le curé insista, sur quoi « se rendit à la Conciergerie, demandant ce qu’il souhaitait, et lui, fermant la porte, se mit à la tirer, essayant même des attouchements impudiques, ce qu’elle a empêché en se débattant et en menaçant de le dire à monseigneur le Prélat. »

9Maijken déclara également que deux ou trois mois plus tard (cela doit donc être en septembre-octobre, alors que Kathelijne Schamelhaut avait déjà depuis longtemps informé le curé de sa grossesse), il l’avait appelée la nuit sous prétexte qu’il avait besoin de lumière pour partir en voyage. Sur ses instances, elle avait accepté « d’allumer sa chandelle et, ayant ouvert sa porte, elle demanda sa chandelle, et lui, une fois introduit, ne lui a[vait] pas donné de chandelle. » Il commença alors « à la tirer, à l’embrasser et à la tripoter. Tant et si bien qu’elle ne fut pas seulement obligée de le repousser, mais aussi d’appeler. Malgré cela, il persévéra dans ses mauvaises intentions, pendant au moins un quart d’heure. » Ce n’est que quand elle menaça de prévenir l’abbé qu’il s’en alla en disant « Ce n’est pas pour partir en voyage que je t’ai réveillée, mais pour être auprès de toi, car il n’est que minuit. »

  • 69 Il était né en 1619. Dans les listes salariales de l’abbaye, son nom et celui de son père reviennen (...)
  • 70 D’ailleurs, ce genre d’éthique professionnelle lui coûterait cher quelques années plus tard, car il (...)

10Au sujet de ces mêmes événements, on interrogea encore un autre témoin : Joos de Weert « fils de Jan, âgé de 35 ans », homme énergique et résolu.69 Il avait vu ce qui s’était passé – ou avait failli se passer – entre Jan Schuermans et Maijken de Ruddere dans cette nuit de la fin de l’été 1648, à cause de son ardeur à la besogne. Il était « resté la nuit… à l’atelier pour se dépêcher de mettre la dernière main à un travail. »70

L’abbaye d’Ename. Peinture du 19e siècle d’après A. Sanderus

L’abbaye d’Ename. Peinture du 19e siècle d’après A. Sanderus

Anonyme, L’abbaye d’Ename. Peinture du 19e siècle d’après A. Sanderus, Flandria Illustrata. Olsene, Château Meheus. Photo Instituut Archeologisch Patrimonium, Zellik.

  • 71 Les confréries étaient, depuis la fin de moyen âge, devenues une expression classique de la dévotio (...)
  • 72 Son épouse Judoca Scaepcooman fut, comme tant d’autres au village, victime de l’épidémie de dysente (...)

11Ce Joos de Weert et son père Jan étaient menuisiers, tout comme le père de Maijken de Ruddere, mais semblent avoir été plus qualifiés et employés à des travaux plus fins. On rencontre leur nom dans un compte de 1656 de l’église paroissiale Saint-Laurent, portant sur les années précédentes, et ils participèrent également aux travaux d’aménagement du presbytère. En outre Joos est l’un des rares autochtones à figurer parmi les membres de la « Confrérie de Saint-Laurent » qui serait (re)fondée en 1663 à Ename.71 Peut-être se sentait-il moralement tenu d’en faire partie du fait des commandes que son père et lui avaient plus d’une fois reçues. Il est possible aussi qu’il ait pressenti l’imminence de sa propre mort – bien qu’il n’eût que quarante-cinq ans –, laquelle survint le 10 octobre 1668.72

12Nous nous sommes quelque peu éloignés de Maijken de Ruddere, dont il s’agit au premier chef. Joos de Weert avait donc fait des heures supplémentaires, ce soir de septembre ou d’octobre 1648, et avait vu Schuermans frapper à la porte de la vachère. Joos présente l’événement avec plus de réalisme que Maijken ne l’avait fait dans sa déposition, car il « déclare avoir vu que le Curé, tenant d’une main sa virilité, avait saisi de l’autre la susdite Maijken, l’embrassant et, à ce qu’il lui sembla, voulait lui forcer la main autour de celle où il tenait sa virilité. » Nous ne trouvons pas trace de cette « virilité » dans la déclaration de Maijken elle-même. Ou bien Joos manifestait une imagination plus vive, interprétant de travers la chandelle apportée par le curé, ou bien Maijken n’a-t-elle raconté qu’une partie de la vérité. Une réticente pudeur aura sans doute marqué sa déclaration. Certes, la vachère qu’elle était vivait bien assez près des réalités de la nature, mais venir en parler en détail devant le prévôt et un notaire, dans une affaire qui risquait de passer devant le « Tribunal spirituel » de l’archevêché, c’était trop lui demander. Les gens des Pays-Bas espagnols avaient appris depuis des décennies qu’il valait mieux ne pas trop en dire. Pour une femme, venir parler de verge – l’organe… et non la mesure de surface –, pouvait prêter à des commentaires très négatifs, surtout dans des milieux ecclésiastiques, où la femme était traditionnellement considérée comme celle qui portait la faute, celle qui avait provoqué le Péché originel, et où la luxure (luxuria) passait pour le vice féminin par excellence. Aussi Maijken préférait-elle n’en souffler mot, mais Joos avait vu !

13Heureusement, par son témoignage, le menuisier manifesta clairement la répulsion de la jeune veuve pour les instances de Schuermans. Elle avait – aux dires de Joos – réagi avec indignation : « indignée elle repoussa sa main et l’accabla de reproches tant et si bien que le Curé dut s’enfuir de honte. » Cette déclaration selon laquelle Maijken avait éconduit le curé concordait-elle avec la première impression de Joos ? Peut-être pas, car il témoigna que, quelques jours après les faits, il avait lui-même invectivé Maijken « au sujet de ce qui s’était passé », à quoi elle avait répondu « qu’il ne s’était rien passé de mal, mais que le Curé avait bien essayé de l’y pousser ». Défenseur valeureux de l’innocence menacée, Joos déclara ensuite « qu’il avait fait de sévères remontrances au Curé à ce propos, surtout parce qu’il avait été témoin de toute l’affaire. » Bien sûr, Schuermans n’aurait jamais pu supposer que quelqu’un pût le voir. Et voilà que, non content d’avoir été éconduit par Maijken, il risquait de voir toute l’affaire éclater au grand jour… à un moment où il avait déjà sur les bras la grossesse de six mois de Kathelijne Schamelhaut. Et ses relations avec Maria Hughe et avec Dame Marie, la nonne de Maagdendale, n’ajoutaient-elles pas davantage encore de touches érotiques à sa vie ? Pris de panique, Schuermans répliqua : « Eh bien, Joos, je ne t’ai jamais cherché noise ni en chaire ni ailleurs ; aussi dois-tu également me promettre de ne pas raconter ce que tu as vu se passer entre Maijken et moi, et de garder le silence là-dessus. » Cette réaction cadre tout à fait avec l’image que nous nous faisons du caractère du curé : une panique assez immature qui ne tarde pas à déboucher sur des menaces. N’avons-nous pas déjà noté son faible pour les femmes mûres, ce qui peut révéler une certaine immaturité émotionnelle ?

14Deux jours après l’avoir importunée, Schuermans était venu rendre visite à Maijken dans la cuisine de l’abbaye. Aussitôt, elle l’avait assailli « avec beaucoup d’audace » de remontrances, sans se soucier de la présence du personnel de service. Le curé essayait de faire taire Maijken, à quoi elle répliqua : « si vous aviez voulu que je me taise, vous n’aviez qu’à ne pas venir dans ma chambre. » Le personnel de cuisine, comment y couper, fut lui aussi entendu. Naturellement, ils n’avaient rien vu des privautés elles-mêmes, ils avaient seulement entendu la dispute qui avait éclaté dans la cuisine.

15Aussi n’avaient-ils pas grand-chose à raconter à l’audience, si bien qu’ils firent une déposition commune. Leurs paroles n’en valaient pas moins de l’or, car, en témoins fidèles, ils se souvenaient, plus littéralement que Maijken, des paroles exactes et du ton. Maijken était passée à l’offensive dès l’intrusion du curé dans la cuisine et elle lui avait demandé « en termes revêches et réprobateurs » « s’il n’avait pas honte de venir ainsi taper à sa porte et se livrer à de telles obscénités. J’aurais dû vous envoyer ma main dans la figure, vous qui devriez donner le bon exemple aux autres. » Le curé avait seulement répliqué « tais-toi, tais-toi », et avait pris la poudre d’escampette.

16Par ces paroles décidées, Maijken avait balayé tous les soupçons qui pouvaient peser sur elle, tant aux yeux du témoin De Weert, qu’à ceux du personnel de cuisine, et qu’à ceux des enquêteurs. Personne ne doutait de sa sincérité. Et tout comme pour Kathelijne Schamelhaut, la réaction immédiate de Schuermans comportait une preuve éclatante de culpabilité. Il n’avait guère pu répliquer que « tais-toi, tais-toi ».

17Dans sa déposition, Maijken avait dit que Schuermans « était [réputé] trop frivole pour qu’elle pût se rendre seule chez lui ». Il avait donc déjà importuné d’autres femmes, et celles qui lui avaient fait cette mauvaise réputation n’étaient naturellement pas ses amies attitrées. Il devait cette aura sulfureuse à sa manie « d’attirer et de tirailler », selon les termes des témoins. Connaissant la rigueur mécanique avec laquelle les autorités ecclésiastiques enquêtaient sur tous les faits, on peut s’attendre à ce qu’elles aient recherché les racines de cette réputation. Avait-il importuné toute une série de femmes ou leur nombre restait-il somme toute assez restreint ? En tout cas, on convia un autre témoin à rapporter ses déboires. Son unicité ne signifie pas forcément qu’il n’y eût pas (ou peu) d’autre(s) victime(s). Peut-être les femmes importunées ne tenaient-elles pas à divulguer leurs mésaventures.

  • 73 Il avait manifestement plus de difficultés à écrire que, par exemple, le second mari de Maijken, Ja (...)

18Ce témoin était Janneke (Jeanneton) Blondel, la fille d’un certain Steven Blondel, demoiselle de vingt-deux ans « encore célibataire ». Sans doute servante, elle logeait chez Betken Noterman. Elle était la plus jeune de la série de femmes par qui Schuermans se sentait attiré et, fait exceptionnel, elle avait quelques années de moins que lui. Son récit date lui aussi de mai 1648, le mois qui, avec celui de juin, constitua le climax de la conduite libidineuse (connue) de Schuermans. Le scénario de son entreprise semble une réplique de celui qu’il avait imaginé la première fois pour Maijken de Ruddere. La fille venait « à l’Abbaye susdite chercher une pinte de petite bière, et, alors qu’elle se trouvait dans l’allée devant l’abbaye, le curé de la même paroisse, se tenant à la fenêtre de la Conciergerie, lui avait dit qu’à son retour elle vienne dans sa chambre, ce qu’elle lui promit de faire. » Elle se rendit effectivement dans sa chambre – et donc apparemment ne se méfia pas d’emblée… ce qui n’avait pas été le cas de Maijken de Ruddere le même mois ! – et « comme elle lui demandait ce qu’il voulait, il répondit qu’il l’avait appelée pour faire un brin de causette avec lui. » Elle répondit – et cette fois transparaît une certaine hésitation et donc l’écho des bruits qui couraient – « qu’elle ne tenait pas à causer avec lui ». Sur quoi « le curé lui saisit le tablier, ce qui éveilla sa défiance, elle se cramponna à la porte de la chambre afin qu’il ne pût la claquer, et lui, le curé, essayait de la fermer, et aussi de l’amener à l’intérieur en vue de quoi il s’efforçait d’attirer et de tirailler. » Elle haussa le ton « si bien que le Curé lui dit : « ne parle pas si fort ». » Janneken déclare aussi que « le Curé était pris de boisson » et qu’elle « a [vait] réussi à échapper à ses mains et [à sortir] de sa chambre ». Elle s’était plainte ensuite de ce qui s’était passé à sa patronne de l’époque, la femme d’un certain Pieter de Brabandere, tout comme elle le raconterait aussi à sa patronne ultérieure, Betken Noterman. Pieter de Brabandere appartenait aux notables du village. Il était échevin et, en cette qualité, il prit part début 1650 à l’enquête sur des magouilles supposées de Schuermans avec l’argent de l’église.73

19Ces témoignages se trouvent rassemblés dans le dossier Schuermans aux Archives de l’archevêché de Malines dans le petit recueil intitulé « De actibus impudicis », « Des gestes impudiques ». Y figure également la déposition que nous aborderons plus loin, dans laquelle Philips de Doncker avait vu Jan Schuermans relever la jupe de son amie Maria Hughe et passer ainsi l’Escaut en barque.

  • 74 RAR, Abdij Ename, 1294, f° 81 ; également 1282 (sans foliation). Selon le Terrier, il possédait div (...)

20Dans le contexte de ce petit village où chacun voyait tout de chacun, nous pouvons également situer ce De Doncker. Pour « la pinte de petite bière » que Janneken Blondel allait chercher quand elle passa devant la conciergerie, c’est lui en effet qu’elle devait voir. Les bordereaux de salaires de l’abbaye le mentionnent en effet comme boulanger et brasseur74. Dans la brasserie, située juste derrière l’abbaye au bord de l’Escaut, il reçut certainement bien souvent la visite du curé, car le penchant du curé pour la boisson, tant Janneken Blondel que les témoins west-flamands du dossier (encore à venir) de Maria Hughe en parlent. Il est probable qu’en ce domaine aussi Schuermans était un gourmet. Louvain, sa ville d’origine, avait – tout comme Audenarde – toute une tradition brassicole.

Notes

59 AAM, Benediktijnenabdijen, 334, Déposition de Maijken de Ruddere, Joos de Weert, Jacquemijne de Clercq, Frans Gheestelijnc, Janneken Blondel, Philips de Donckere. Ces dépositions sont reprises dans l’édition en néerlandais : L. Milis, De indiscrete charme van Jan Schuermans, pastoor van Ename (12645-1655), Anvers – Baarn, 1994, pp. 133-138.

60 RAR, Registres paroissiaux d’Ename-Nederename, 1.

61 RAR, Abdij Ename, 1289, f° 21r.

62 RAR, Abdij Ename, 1289, f° 11r-v ; 1290, f° 11r – 12v ; 1291, f° 10v – 12v.

63 RAR, Abdij Ename, 1293, f° 6r.

64 RAR, Oud Gemeentearchief Ename (Anciennes archives municipales d’Ename), 43 (déclaration des échevins, original daté) ; 10, f° 131v-132r.

65 RAR Abdij Ename, 1282 (sans f°). – Dans cette année ces 75 livres correspondent à environ 2650 litres de blé ou à 692 poules (J. Vermaut, ‘Mercuriale van de abdij van Ename (markt Oudenaarde)’, dans : C. Verlinden, Dokumenten voor de geschiedenis van prijzen en lonen in Vlaanderen en Brabant (XVe -XVIIIe eeuw) - Documents pour l’histoire des prix et des salaires en Flandre et au Brabant (XVe -XVIIIe siècles). Bruges, 1959, I, pp. 84-87.

66 RAR, Abdij Ename, 1292, f° 12r (année 1645) et 1293, f° 9v (année 1647).

67 Notamment RAR, Oud Gemeentearchief Ename, 10, passim (par exemple le 28 février 1650, f° 16r) ; 43, passim ; RAR, Abdij Ename, 471.

68 La vie suivait son cours. Le 19 octobre suivant mourait le petit garçon que Jan van Cuenebrouck avait eu de sa première femme, le petit beau-fils donc de Maijken.

69 Il était né en 1619. Dans les listes salariales de l’abbaye, son nom et celui de son père reviennent régulièrement. Ils sont menuisiers, et comme nous l’apprend un des registres, les journées de travail étaient notées au moyen d’encoches dans une latte de bois (RAR, Abdij Ename, 1293, année 1647, f° 17 ; 1294, année 1649, f° 79).

70 D’ailleurs, ce genre d’éthique professionnelle lui coûterait cher quelques années plus tard, car il fut condamné, le 12 mai 1654, par le sévère doyen de chrétienté Damianus van Huffel, notre vieille connaissance, pour avoir travaillé un jour de ‘fête obligatoire’, l’Annonciation, (J. De Brouwer, ‘Deken Damiaan van Huffel en de bestraffing van de overtreders van de kerkelijke wetten in de dekenij Ronse’, dans : Het Land van Aalst, 19, 1967, p. 24). Ce comportement violait l’obligation du repos dominical, délit très ponctuellement sanctionné par Van Huffel. Ce dernier, dans une lettre à Calenus en date du 15 juillet 1649, considérait que c’était une honte que le repos dominical obligatoire fût si peu respecté. Joos s’en était tiré cette fois-là avec une amende de 5 deniers.

71 Les confréries étaient, depuis la fin de moyen âge, devenues une expression classique de la dévotion populaire. En leur sein, contre une contribution annuelle, on promettait une série d’avantages d’ordre spirituel, par exemple des messes ou des prières lors du décès, parfois même l’organisation (et la prise en charge du coût) des obsèques. Jusqu’au milieu du vingtième siècle, les confréries restèrent indissolublement liées à la mobilisation dévotionnelle des fidèles. Le culte de Saint-Laurent était traditionnellement bien vivant à Ename. Dès la fondation d’Ename à la fin du dixième siècle, on organisait une foire annuelle le 10 août, fête du saint-patron. De tous côtés on y apportait des produits, au dix-septième siècle également, et le marché aux chevaux qui s’y tient de nouveau est le fruit tardif d’un passé glorieux. Un livre de comptes qui consigne le rapport des troncs à offrandes pour les années 1665-1749 prouve à quel point il était nécessaire, pour l’équilibre de la gestion financière de l’église, de maintenir et d’activer ce culte (UBG, Fonds Vliegende Bladen, I E 38).
Peut-être la confrérie avait-elle été créée dans le but d’assurer des ressources extraordinaires à la décoration de l’église, comme le suggère le premier folio du registre. On y trouve mention d’un tableau de l’artiste audenardois Simon (II) de Pape. (Voir à son sujet et au sujet de sa famille : E. Vandermeersch-Lantmeeters, Kunstenaarsfamilies van Oudenaarde. Audenarde, 2001, pp. 18-122 (en particulier pp. 69-74).
Les archives paroissiales d’Ename, conservées au presbytère, comportent notamment la liste des membres, le ‘Registrum Sacrae Divi Laurentii Confraternitatis erectae x. Augusti 1663 in Ecclesia Eenamiae’ (Registre de la sacrée Confrérie de Saint-Laurent, fondée le 10 août 1663 en l’église d’Ename’). Des centaines de noms y figurent, mais on est frappé par la faiblesse du nombre d’Enamois.

72 Son épouse Judoca Scaepcooman fut, comme tant d’autres au village, victime de l’épidémie de dysenterie et mourut à la Toussaint 1677.

73 Il avait manifestement plus de difficultés à écrire que, par exemple, le second mari de Maijken, Jan van Cuenebrouck, lequel était également échevin. Lorsque Pierre nous gratifie d’une signature anguleuse et raide, il nous arrive de lire ‘Pieter de Brabrater’. Il n’était donc pas capable d’orthographier convenablement son nom. Il mourut le 30 août 1655, alors que son épouse vivait encore en 1663, lorsque Jan Bale établit la carte cadastrale des terrains affermés par l’abbaye d’Ename. Diverses parcelles sont à son nom.

74 RAR, Abdij Ename, 1294, f° 81 ; également 1282 (sans foliation). Selon le Terrier, il possédait divers biens immobiliers, dont un également à Nederename, et, entre autres, la parcelle qui jouxtait celle de Maijken de Ruddere (RAR, Abdij Ename, 1452 en 1456, nos 17, 45, 56 et à Nederename n° 114/184). Il mourut le 2 août 1671.

Table des illustrations

Titre Les amoureux
Crédits A. van Ostade, Les amoureux. Gand, Universiteitsbibliotheek, Prentenkabinet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Esquisse du plan d’Ename, vers 1660
Crédits J. Bale, Esquisse du plan d’Ename, vers 1660 (fragment : l’abbaye). Audenarde, Hôtel de Ville. Photo Instituut Archeologisch Patrimonium, Zellik.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71199/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Identification des bâtiments
Légende 1. église abbatiale - 2. cloître - 3. quartier abbatial - 4. prévôté - 5. bâtiments d’activités artisanales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71199/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre L’abbaye d’Ename. Peinture du 19e siècle d’après A. Sanderus
Crédits Anonyme, L’abbaye d’Ename. Peinture du 19e siècle d’après A. Sanderus, Flandria Illustrata. Olsene, Château Meheus. Photo Instituut Archeologisch Patrimonium, Zellik.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71199/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search