Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Première partie

Enfance et jeunesse de Jan Schuermans à Louvain

Texte intégral

  • 27 L’affirmation qu’il proviendrait du diocèse de Bois-le-Duc (‘s-Hertogenbosch) est une erreur que ne (...)

1Qui était donc ce Jan ou Joannes Schuermans ? Il était né à Louvain ; toutes les sources concordent, à une près.27

  • 28 SAL (Stadsarchief Leuven), Registres paroissiaux.
  • 29 À l’exception du père de Jan, il semble en effet qu’aucun autre Schuermans portant le prénom d’Hend (...)

2Le 3 mai 1620, il y fut baptisé en l’église Saint-Michel en tant que fils d’Henricus Schuermans et de Petronella Bretsip (ou Vanbredsom).28 Il était le troisième enfant d’une fratrie de huit, l’aîné et unique fils à un près. Sa sœur aînée, Maria, était née le 13 mai 1614 ; la seconde, Dymphna, le 9 avril 1617. La dernière de la série, Adriana, avait vu le jour le 15 janvier 1629. Il est très vraisemblable que son père avait déjà une fille d’un premier lit.29

3Le mariage des parents de Jan avait été célébré le 3 novembre 1616 en l’église Saint-Jacques. Un mariage vers la fin de 1616, alors que leur petite fille Maria était née le 13 mai 1614 ! En effet, son père Hendrik et sa mère Petronella eurent leur premier enfant deux ans et demi avant leur mariage. Rigoureux comme le sont d’habitude les registres paroissiaux, ils nous apprennent naturellement que Maria était née « ex fornicatione », du péché. Ses parents ne se pressèrent guère de se marier : ils ne le firent que quand Petronella était déjà enceinte de quatre mois d’un second enfant. Comment expliquer tout cela ? Les registres sont muets à ce sujet. La première épouse d’Hendrik vivait-elle encore quand il fit un enfant à Petronella ? Ou Hendrik, veuf, s’était-il installé chez Petronella et n’était-il tout bonnement pas pressé de se marier ? Ou attendait-il de Rome telle ou telle dispense pour pouvoir contracter un mariage valide ? On n’en sait rien, sauf que tous les rites de passage se déroulèrent à la paroisse Saint-Jacques : la naissance des deux premiers enfants, tout comme le mariage. La mère de Jan, Petronella, appartenait du reste à une famille qui y était établie de mémoire d’homme ; elle-même y avait été baptisée le 27 février 1591.

Plan de Louvain, 16e siècle

Plan de Louvain, 16e siècle

Jan Schuermans est vraisemblablement né dans une des maisons accolées, en haut de la route centrale, appelée maintenant Wakkerzeelsebaan.

Extrait de V. van der Haeghen, Atlas des villes de la Belgique, Bruxelles, 1895

  • 30 SAL, C 3321, f° 78r.

4Après leur mariage et après la naissance de leur seconde fille, les parents du curé Schuermans déménagèrent à la paroisse Saint-Michel. C’est là qu’il vit le jour et, après lui, ses autres sœurs et frère. La famille n’habitait pourtant pas la ville même. En 1631 – Jan a onze ans – une liste de contribuables situe la famille dans le hameau de Wilsele, juste en dehors de l’enceinte urbaine. Hendrik y habite avec sa femme et une bonne ; ce genre de listes n’a pas coutume de signaler les enfants. De même elle ne mentionne que rarement les professions. On sait cependant que le père ne possédait pas de charrue. Était-il donc aubergiste, ou forgeron, ou tenait-il une échoppe le long de la chaussée qui menait à la ville ? La documentation reste muette. Selon le montant de l’impôt, la famille se situe pourtant à la troisième place des douze familles du cru ; une seulement est vraiment riche.30

 

5Jan fit également ses études à Louvain. On se perd en conjectures sur les motifs de ses choix scolaires. Ni du côté paternel ni du côté maternel il ne descendait d’une famille en vue, et comme il fallait nourrir et ensuite marier un grand nombre d’enfants, on se doute bien que la poursuite d’études n’allait pas de soi. Bien qu’il s’agît de Louvanistes, le nez collé sur leur célèbre Université, il n’y avait pas trace chez ses ascendants d’une quelconque tradition estudiantine, et la remarque vaut pour les deux côtés de la famille. Aucun des patronymes des aïeux n’apparaît dans les matricules de l’université. Cela donne l’impression que Jan entra dans les études par suite de ses mérites propres, plus précisément de son intelligence.

Dessin dans un cours de philosophie d’un étudiant en 1649

Dessin dans un cours de philosophie d’un étudiant en 1649

Louvain, Stedelijk Museum (Musée de la Ville), tiré de : De Universiteit van Leuven, 1425-1975, p. 164.

6Qu’il ait eu la vocation au sens où il aurait ambitionné une carrière ecclésiastique inspirée par de sincères convictions religieuses et une conscience claire de ce qu’elles impliquaient, voilà qui n’apparaît pas vraiment. Une source ultérieure estimerait que son comportement prêtait à critique, et cela dès ses études, et surtout que, jeune curé, quasiment dès son arrivée à Ename, il se serait révélé être un ivrogne patenté et un fieffé coureur de jupons, ce qui ne plaide pas en faveur d’une piété profonde ou du moins susceptible de contrebalancer la faiblesse de son caractère. Il en ressort qu’il faut chercher une autre raison au choix de la carrière ecclésiastique, et cette raison pourrait bien être des capacités intellectuelles si supérieures à la normale qu’il fut remarqué dans sa ville ou sa paroisse et qu’on lui offrit une bourse pour étudier à l’université de sa ville. On peut sans doute considérer le prêtre qui tenait l’école de la paroisse Saint-Michel comme l’inspirateur de ses choix estudiantins : Jan, n’optait-il pas pour la théologie ? Sinon, il serait sans doute entré en faculté de droit ou de médecine, leurs débouchés étant plus rentables.

7L’étude de la théologie équivaut naturellement à choisir une carrière religieuse, même si l’on a l’impression que chez les Schuermans piété et religiosité n’étaient guère de mise. La paternité d’Henri et la maternité de Petronella avant mariage ne suggèrent pas non plus une morale très stricte, même si leurs débuts « dans le péché » peuvent avoir conduit vingt ans après à un pieux repentir. Maman Petronella chérissait-elle plus que de raison son fils aîné, qui était de surcroît son premier enfant à ne pas avoir été conçu « dans le péché » ? Avait-il un lien privilégié à sa mère qui expliquerait qu’au cours de ses escapades sexuelles il se mît en quête de femmes plutôt mûres ? Ou faut-il imputer aux gâteries de la bonne la lâcheté avec laquelle il fuirait un jour ses responsabilités ? Si vraisemblables, ou gratuites, qu’apparaissent ces suppositions, les sources ne nous fournissent aucune indication en la matière.

8Peut-on évaluer ses capacités intellectuelles ? Nous pourrions examiner la qualité du latin de ses lettres, mais cela ne prouverait que son initiation à l’érudition classique et ne trahirait donc que son niveau d’études. La preuve nous est plutôt fournie par le fait que, jeune curé – il a vingt-cinq ans quand il est nommé à Ename – il devient également d’emblée « lector » (« maître ès lecture ») à l’abbaye, autrement dit le personnage dont les moines pensaient que par ses prêches il pourrait stimuler leur propre connaissance philosophique et théologique, l’approfondissement de leur religiosité et l’affinement de leur conscience. Il possédait des diplômes universitaires, ce qui n’était généralement pas le cas des moines, si intelligents et dévots qu’ils fussent : à cette époque, ils faisaient tous leurs études de philosophie et de théologie dans leur abbaye même.

  • 31 A. Schillings, Matricule de l’Université de Louvain, V, p. 335, n° 325.

9Mais n’anticipons pas sur les faits. Après une (supposée) préparation à l’école secondaire – une « École latine » –, Schuermans opta pour l’imposante université qui depuis plus de deux siècles déjà s’était acquis une réputation de centre de la foi et de la science. Schuermans s’inscrivit au Collège (ou « Pédagogie ») « Le Château », le 11 janvier 1638. Il avait alors l’âge normal pour ce faire : dix-sept, dix-huit ans.31

10Toutefois cette inscription ne coïncide pas exactement avec ses premiers pas à l’université. Les étudiants avaient l’habitude d’observer quelque temps la tournure des événements avant de régler la lourde scolarité. Il arrivait même souvent qu’on dût les mettre en demeure, l’autorité académique disposant en dernier recours de la menace efficace de l’interdiction d’examen pour qui n’était pas inscrit.

La tour de l’église de Sainte-Catherine à Bruxelles

La tour de l’église de Sainte-Catherine à Bruxelles

Le seul vestige de l’église reconstruite par Calenus

  • 32 Rijksarchief Leuven (RAL), Oude Universiteit Leuven (Ancienne Université de Louvain), 861, f° 5r : (...)

11Nous trouvons la première trace de Schuermans le 12 octobre 1637, lors de son inscription au Château en Logique, matière dont les cours avaient commencé début octobre.32 En tout quelque cent étudiants s’étaient inscrits, mais beaucoup d’entre eux ne tarderaient pas à décrocher.

12L’étude de la logique faisait partie du programme des Artes ; nous parlerions aujourd’hui de « Lettres et Sciences humaines ». C’étaient les études de base qui remontaient au système d’enseignement de la fin de l’Antiquité et avaient été maintenues durant tout le Moyen Âge dans les milieux instruits. Quiconque voulait étudier la médecine ou la théologie devait d’abord passer par les Artes.

13Quelque deux ans après le début de ses études, Schuermans réapparaît dans les sources. Le 15 novembre 1639, avait lieu une grande promotion de licenciés ès Artes. Ce genre de cérémonie entraînait, semble-t-il, son lot de chahut, car trois jours auparavant, de possibles incidents figuraient à l’agenda du Conseil de la Faculté.

  • 33 RAL, Oude Universiteit Leuven, 716, f° 510v.

14« Le Doyen et la Faculté des Artes de l’université en la ville de Louvain veulent élaborer une parade adéquate aux débordements qui accompagnent la cérémonie publique et solennelle de promotion ou licence ès artes. Des indignités inqualifiables la troublent et l’entravent en effet depuis quelques années. Ils décident et ordonnent sévèrement à tous les étudiants des quatre Pédagogies qui lui [à la faculté] sont subordonnées, que personne n’ait l’audace de se laisser aller à quelque débordement que ce soit au cours de la cérémonie publique, ni par bagarre, ni par injures, ni par jet de toutes sortes d’objets, ni de toute autre manière. Sont prévus [comme sanction] l’emprisonnement, la punition publique, l’exclusion ou toute autre sanction que le doyen et la faculté jugeront bon d’imposer. Fait à Louvain, le douzième jour de Novembre 1639. »33 Il fut stipulé en outre que le « promotor » responsable de la discipline des étudiants, disposerait de six acolytes avec lesquels il patrouillerait dans les rues et surtout dans le quartier estudiantin pour veiller à leur comportement.

  • 34 RAL, Oude Universiteit Leuven, 716, f° 51lr.

15Trois jours plus tard avait lieu la promotion solennelle. Cent soixante-cinq étudiants obtinrent leur licence ; en onzième place, nous trouvons « Joannes Schuermans Lovaniensis ».34 La supposition d’excellence de notre étudiant se vérifie, les étudiants étant classés en fonction de leurs résultats.

  • 35 AAM, Mechliniensia, Regestum ordinatorum, n. 62, f° 142r et 172v.
  • 36 L. Ceyssens, ‘Calenus Hendrik’, dans : Nationaal Biografisch Woordenboek, 4, Bruxelles, 1970, cc. 1 (...)

16Sur ce, Schuermans passa en Faculté de Théologie. Parallèlement au cours de ses études, il accéda aux ordres requis pour son accession au clergé. Le 20 décembre 1641, il reçut à Bruxelles la tonsure ainsi que l’acolytat. Il fut ordonné sous-diacre, également à Bruxelles, le 19 décembre 1643, et lié en cette qualité à l’église Sainte-Catherine, en plein centre de la ville.35 Cette nomination survint sans doute sur intervention de l’archidiacre de l’Archevêché de Malines, Henricus Calenus, qui avait lui-même été archiprêtre de Bruxelles et curé de Sainte-Catherine entre 1624 et 1636 ; il y avait fait réaliser de grands travaux.36 En 1643, Calenus était vicaire-général de l’Archevêché de Malines avec siège à Bruxelles. Il faut retenir son nom : sa présence court comme un fil rouge à travers tout ce qui suit.

  • 37 RAL, Oude Universiteit Leuven, 388, f° 189v.
  • 38 BAG, Bisdom, B 4916 – RAB, Nieuw Kerkarchief, 188.
  • 39 La suggestion qu’il serait allé étudier quelque temps à Douai en Flandre gallicante, l’unique autre (...)

17Impossible de retrouver les ordinations de Schuermans au diaconat et à la prêtrise dans les registres de l’Archevêché de Malines. Elles eurent donc lieu ailleurs, mais où ? Peut-être peut-on établir une relation avec une décision prise près d’un an plus tard par le Conseil de la Faculté de Théologie : « Le 9 décembre [1644] il a été convenu avec le sieur Schuermans qu’il pourra répondre au cours des deux derniers jours de vacances parce qu’il envisage de s’absenter de Louvain ».37 Le mot « répondre » signifie qu’il aurait à réfuter ou commenter un certain nombre de thèses théologiques que le jury d’examen lui proposerait. Cette épreuve constituait en même temps la dernière partie de son examen pour l’obtention du baccalauréat. On ne sait pas exactement quelle signification attribuer à cette absence de Louvain, mais il est fort tentant d’y voir un premier séjour exploratoire au petit village d’Ename. En outre, en 1645, on retrouve sa trace à Bruges et environs. Malheureusement, on n’a pas conservé les listes d’ordination de l’évêché de Bruges, d’Ypres et de bon nombre d’autres évêchés de la province ecclésiastique de Malines, et son nom ne figure pas non plus dans les registres – conservés – de l’évêché de Gand ou d’Anvers.38 Impossible de savoir où il fut ordonné mais, vu les contacts fréquents de Calenus, on penche pour Ypres.39

  • 40 Rijksarchief Ronse (Archives de l’État à Renaix) (dorénavant RAR), Abdij Ename, 1292, f° 40r.

18Et pourtant nul doute que Schuermans ait été ordonné prêtre à vingt-cinq ans, l’âge minimum prescrit. Après son sous-diaconat à l’église Sainte-Catherine de Bruxelles, Schuermans arriva dans la paroisse jumelle d’Ename-Nederename. Sa première mention locale, « Monsieur Schuermans » date du 24 novembre 1645 : un compte de l’abbaye le nomme parmi les servants pour un emprunt d’habit.40

  • 41 AAM, Mechliniensia 161, f° 186 v.
  • 42 RAL, Oude Universiteit Leuven, 388, f° 221r.
  • 43 De Universiteit te Leuven. 1425-1975. Louvain, 1976, p. 119.

19À l’époque, il n’avait pas encore sa licence de théologie en poche, car lorsque l’archidiacre Calenus le nomma curé l’année suivante, il était encore « S.T.B.F. », ce qui signifie Sacrae Theologiae Baccalaureus Formatus, l’étape immédiatement antérieure à l’obtention de la licence.41 Il n’obtint ce grade que l’année suivante : le 24 novembre 1647, il fut autorisé à passer son presentamen et deux jours plus tard, il mettait un terme à ses études.42 Seul un bachelier sur onze atteignait ce niveau, ce qui constitue une nouvelle preuve des capacités intellectuelles de Schuermans, gage d’une carrière prometteuse.43

Notes

27 L’affirmation qu’il proviendrait du diocèse de Bois-le-Duc (‘s-Hertogenbosch) est une erreur que ne commet qu’un registre malinois des ordinations (AAM, Mechliniensia, Regestum ordinatorum, n. 62, f° 172v).

28 SAL (Stadsarchief Leuven), Registres paroissiaux.

29 À l’exception du père de Jan, il semble en effet qu’aucun autre Schuermans portant le prénom d’Hendrik n’ait vécu à Louvain au cours de ces années-là, et une fille d’un Henri Schuermans est enregistrée sous le nom de Maria Schuermans, baptisée le 13 octobre 1611. De sa mère nous ne conservons que le prénom d’Élisabeth. Aussi est-il impossible de rechercher si elle est morte (peu de temps) après la naissance de sa fille, et s’il s’agit effectivement d’un seul et même père, prénommé Henri. Le fait qu’aussi bien la sœur aînée de Jan, que sa probable demi-sœur se soient toutes deux appelées Maria, n’a rien d’étonnant en soi. Le dix-septième siècle était en effet très fortement porté à la dévotion mariale, à tel point qu’il y avait jusqu’à 20 % des filles à porter ce prénom (M. Cloet, ‘ De voornaamgeving in het hertogdom Brabant (17de-20ste eeuw)’, dans : Cultuurgeschiedenis in de Nederlanden van de Renaissance naar de Romantiek. Louvain, Amersfoort, 1986, pp. 101-117). Pour stimuler ce culte, les archiducs Albert et Isabelle avaient par exemple fait construire à Scherpenheuvel (Montaigu) en Brabant un lieu de pèlerinage à Notre-Dame et prodigué leur munificence au culte de Notre-Dame de Bollezeele, en Flandre maritime.

30 SAL, C 3321, f° 78r.

31 A. Schillings, Matricule de l’Université de Louvain, V, p. 335, n° 325.

32 Rijksarchief Leuven (RAL), Oude Universiteit Leuven (Ancienne Université de Louvain), 861, f° 5r : ‘Nomina eorum qui inscripti sunt pro Logica anno 1637 in initio octobris’. – Ce fonds d’archives était jusque récemment conservé aux Archives Générales du Royaume à Bruxelles.

33 RAL, Oude Universiteit Leuven, 716, f° 510v.

34 RAL, Oude Universiteit Leuven, 716, f° 51lr.

35 AAM, Mechliniensia, Regestum ordinatorum, n. 62, f° 142r et 172v.

36 L. Ceyssens, ‘Calenus Hendrik’, dans : Nationaal Biografisch Woordenboek, 4, Bruxelles, 1970, cc. 121-125.

37 RAL, Oude Universiteit Leuven, 388, f° 189v.

38 BAG, Bisdom, B 4916 – RAB, Nieuw Kerkarchief, 188.

39 La suggestion qu’il serait allé étudier quelque temps à Douai en Flandre gallicante, l’unique autre université des Pays-Bas espagnols, ne peut pas être vérifiée. On n’y a pas conservé de listes d’inscription. D’éventuelles ordinations dans le diocèse auraient pu être retrouvées dans les archives diocésaines d’Arras, mais celles-ci ont malheureusement été détruites au cours de la Première Guerre Mondiale.

40 Rijksarchief Ronse (Archives de l’État à Renaix) (dorénavant RAR), Abdij Ename, 1292, f° 40r.

41 AAM, Mechliniensia 161, f° 186 v.

42 RAL, Oude Universiteit Leuven, 388, f° 221r.

43 De Universiteit te Leuven. 1425-1975. Louvain, 1976, p. 119.

Table des illustrations

Titre Plan de Louvain, 16e siècle
Légende Jan Schuermans est vraisemblablement né dans une des maisons accolées, en haut de la route centrale, appelée maintenant Wakkerzeelsebaan.
Crédits Extrait de V. van der Haeghen, Atlas des villes de la Belgique, Bruxelles, 1895
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Dessin dans un cours de philosophie d’un étudiant en 1649
Crédits Louvain, Stedelijk Museum (Musée de la Ville), tiré de : De Universiteit van Leuven, 1425-1975, p. 164.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre La tour de l’église de Sainte-Catherine à Bruxelles
Légende Le seul vestige de l’église reconstruite par Calenus
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search