Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Première partie

Jan Schuermans, Kathelijne Schamelhaut et Jantje

Texte intégral

  • 21 AAM, Ib., 344, Déposition de Kathelijne Schamelhaut.
  • 22 RAG, Fonds abdij Boudelo, 249.
  • 23 Elseneers naquit en 1611 à Malines et fut immatriculé à l’Université de Louvain le 25 novembre 1631 (...)

1Même si Schuermans semblait s’appliquer à ruiner sa propre réputation, il ne laissait pas d’y être attaché. Il avait insisté auprès de Kathelijne pour qu’elle ne le mentionne pas comme père lors du baptême de l’enfant et de l’inscription dans les registres paroissiaux de Pamele. Il ne voulait pas que son confrère, le curé de la paroisse, fût au courant de sa paternité, à quoi Kathelijne avait répliqué qu’elle ne pouvait la taire, car ce curé « était un véritable ami ».21 Anthonius Elseneers – puisqu’ainsi il se nomme – appartenait sans aucun doute au cercle d’amis de la famille De Lattre et donc au cénacle de petite bourgeoisie dont Gassesmet et Schuermans faisaient également partie.22 Nous pouvons assez bien nous l’imaginer : il était licencié en théologie et jouissait d’une honnête fortune.23

  • 24 AAM, Benediktijnenabdijen, 344, Déposition de Kathelijne Schamelhaut, 9 mars 1649.

2Schuermans ne se faisait pas seulement du mauvais sang pour ce que penserait son confrère Elseneers. Lorsque Kathelijne Schamelhaut l’avait mis au courant de sa grossesse, il avait répondu : « Le diable s’en mêle ! Ne cours pas à Maagdendale raconter ça à Dame Marie. On penserait que je suis pas un homme sérieux. »24 Maagdendale était une abbaye cistercienne sise derrière l’église de Pamele et Schuermans tenait apparemment beaucoup à garder la bonne réputation dont il jouissait auprès de cette moniale-là. Les tenants et les aboutissants de cette affaire, nous les apprendrons plus tard.

Inscription de Jan vander Kerchoeven, le fils de Jan Schuermans et de Kathelijne Schamelhaut, dans le registre des baptêmes

Inscription de Jan vander Kerchoeven, le fils de Jan Schuermans et de Kathelijne Schamelhaut, dans le registre des baptêmes

Audenarde, Stadsarchief

  • 25 AAM, Ib., 344, Déposition de Maijken Dhont.
  • 26 Le mot dicunt qui suit fut immédiatement (et à juste raison) biffé.

3Kathelijne mentionna dans ses dépositions ultérieures, d’abord devant le notaire Van Hameije et ensuite devant l’archiprêtre Damianus van Huffel, doyen de chrétienté de Renaix, et devant Joannes van Ballaer, curé de Maarke, le nom de la sage-femme qui l’aida à accoucher. Celle-ci, Maijke Dhont, fut appelée à témoigner en tant que sage-femme assermentée. Elle savait que l’acte de baptême de l’enfant avait été falsifié : Kathelijne lui avait raconté avoir désigné comme père un certain Jan vander Kerchoven. Les sages-femmes n’étaient pas seules avides de découvrir les noms des pères d’enfants nés du péché, « ex fornicatione », les curés l’étaient tout autant. Selon la sage-femme, Kathelijne déclara « une autre personne comme père lors du baptême de l’enfant pour couvrir l’honneur du susdit curé. »25 Toute l’explication de la falsification est exacte. Le registre paroissial conservé aux Archives de la Ville d’Audenarde, comporte en effet une déclaration maculée où l’on a biffé des mots à deux moments différents, et ajouté, d’une autre encre, après le prénom Joannes le nom « vander Kerchoeven ». On pouvait y lire à l’origine que « Hac 4ta Februarii baptizatus est Joannes ex fornicatione, declarunt iuvenem cognomen [sic] Joannem [espace] et Catharine [sic] Schamelhaut (Patrini Judocus Schaemelhaut et Livina Maes). Natus vero 3tia, hora 10 vesperi »26 (« Ce 4 février a été baptisé Jean né du péché ; ils déclarent (que le père serait) un jeune homme du nom de Jean [espace] et de Kathelijne Schamelhaut (Parrain et marraine : Joos Schaemelhaut et Livina Maes). Il était toutefois né le trois à dix heures du soir »). Après tout le tripotage, le texte donne ceci : « Hac 4ta februarii baptizatus est Joannes ex fornicatione et parentem dedit obstetrix Joannem vander Kerchoeven et Catharinam Schamelhaut » (« Ce 4 février a été baptisé Jan, né du péché, et la sage-femme désigne (comme père) un parent, Jan vander Kerchoeven, la mère étant Kathelijne Schaemelhaut ») Le latin branlant trahit une déclaration du même acabit. Dommage que le registre des décès de ces années, et donc le patronyme de Jantje, n’aient pas été conservés. Quel nom y aurait-il donc porté : Schuermans, Schamelhaut ou Vander Kerchoeven ?

Notes

21 AAM, Ib., 344, Déposition de Kathelijne Schamelhaut.

22 RAG, Fonds abdij Boudelo, 249.

23 Elseneers naquit en 1611 à Malines et fut immatriculé à l’Université de Louvain le 25 novembre 1631. (A. Schillings, Matricule de l’Université de Louvain. Bruxelles, 1962, V, p. 248, n °239). Ordonné prêtre à Malines le 22 mars 1636 (AAM, Mechliniensia, 62, f° 84 r), il fut curé de Pamele jusqu’au 10 mars 1653.

24 AAM, Benediktijnenabdijen, 344, Déposition de Kathelijne Schamelhaut, 9 mars 1649.

25 AAM, Ib., 344, Déposition de Maijken Dhont.

26 Le mot dicunt qui suit fut immédiatement (et à juste raison) biffé.

Table des illustrations

Titre Inscription de Jan vander Kerchoeven, le fils de Jan Schuermans et de Kathelijne Schamelhaut, dans le registre des baptêmes
Crédits Audenarde, Stadsarchief
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search