Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Première partie

Kathelijne Schamelhaut

Texte intégral

1Nous voici à Pamele, la partie de la ville d’Audenarde située sur la rive droite de l’Escaut. La localité avait joui pendant tout le moyen âge d’une identité propre. Après son absorption administrative par Audenarde, elle ne constituait plus, en ce milieu du dix-septième siècle, qu’une paroisse autonome appartenant, comme le reste de la ville, au diocèse de Gand : elle écornait ainsi la frontière traditionnelle formée par l’Escaut entre l’Évêché de Gand et l’Archevêché de Malines.

  • 5 AAM, Ib., 344, Déposition de Kathelijne Schamelhaut ; déposition de Mayken Dhont ; SAO, registres p (...)

2C’est dans ce Pamele, le 3 février 1649, que Catharina ou Kathelijne Schamelhaut donna le jour à un enfant. C’était un petit garçon que le curé baptisa le jour suivant dans la charmante église Notre-Dame au style gothique primitif. Il reçut le nom de Joannes.5 Rien là de bien remarquable, vu que chaque année il naissait quelque soixante enfants dans la paroisse.

  • 6 Ce couple s’y était marié le 27 novembre 1613.
  • 7 Les Schamelhauts constituaient une famille qui avait reçu ses titres de bourgeoisie dès le 5 mars 1 (...)

3Kathelijne avait été tenue sur les mêmes fonts baptismaux le 5 octobre 1614. Elle était l’aînée de Judocus Schamelhaut et de Margaretha van Hoolandt, qui habitaient la Bergstraat (Rue du Mont).6 Cette rue quitte la ville en direction du village voisin d’Ename puis des villes d’Alost et de Termonde. Du côté paternel, la famille habitait déjà depuis huit générations à Audenarde.7

4La naissance de ce bébé avait ceci de particulier qu’elle ne laissait pas de soulever bien des problèmes moraux. Le 9 mars, le 20 mai et derechef le 4 août 1649, on interrogea la maman, d’abord à la requête du prévôt de l’abbaye d’Ename, puis du doyen de chrétienté de Renaix. On voulait savoir ce qui s’était passé après les festivités organisées à Audenarde suite à la proclamation de la Paix ; on voulait plus précisément démêler les faits dont elle avait été soit la victime, soit la complice.

  • 8 AAM, Aartsbisschoppen (Archevêques), Boonen, 4. Richtlijnen voor de aartspriesters (Directives pour (...)

5Les enquêteurs avaient « activement recherché qui était le père de son enfant, qu’elle avait conçu hors mariage », à quoi Kathelijne avait répondu que ce n’était personne d’autre « que le sieur Joannes Schuermans, curé d’Ename. » La sage-femme également, Maijken Dhont, était venue déclarer que Kathelijne, au paroxysme des douleurs de l’enfantement, avait désigné le même Jan Schuermans comme étant le père de son bébé. Les sages-femmes étaient tenues de démasquer ce genre de paternités ; elles étaient en outre assermentées parce qu’elles avaient à faire avec la vie, la plus importante réalité d’ici-bas ; aussi le métier était-il soumis à un strict contrôle social et ecclésiastique.8

Église de Notre-Dame à Pamele

Église de Notre-Dame à Pamele
  • 9 G. Berings, Landschap, geschiedenis en archeologie in het Oudenaardse, Audenarde, 1989, pp. 149 - 1 (...)

6Le problème, en ce qui concerne la paternité de Jan Schuermans, était naturellement sa qualité de prêtre. Il était curé d’Ename et de Nederename, deux petits villages au nord d’Audenarde. Le premier surtout était célèbre par l’abbaye bénédictine qu’on y avait fondée dès 1063. Elle avait été détruite au seizième siècle, au temps des Gueux, mais elle faisait l’objet d’une prestigieuse reconstruction dans les années où se déroulèrent les événements que nous décrivons ici.9

  • 10 AAM, Benediktijnenabdijen, 344, Dossier du ‘Procurator causarum officii’ : ‘Quod circa noctis mediu (...)

7Si nous pouvons en croire Kathelijne – et pourquoi ne le ferions nous pas, dès lors qu’elle déclare dans sa déposition qu’elle respecte en tout la vérité, et plus encore dès lors que le doyen de chrétienté qui l’interrogeait était convaincu de sa sincérité – le fils naturel qu’elle enfantait, n’était pas le fruit d’une relation durable avec Schuermans, mais le fruit d’un unique faux pas : une séduction ou peut-être même un malheureux viol. Aux enquêteurs tâchant de savoir « combien de fois il avait eu un commerce charnel avec elle », elle répondit « une seule fois », et ceci au domicile de son maître Frans de Lattre. À la question si elle était seule dans la chambre où eurent lieu les faits « le soir vers les onze heures », elle répond que « la fillette de son maître, nommée Claercke, [et âgée de cinq ans, dormait] à ses côtés ». Sur les circonstances « de ce commerce charnel », l’acte d’accusation auquel Schuermans serait confronté par la suite précise : « Qu’il serait venu au milieu de la nuit dans la chambre à coucher de Kathelijne, qu’il l’aurait déshabillée, aurait eu commerce avec elle et l’aurait fécondée ».10 Nous réservons la question courante en matière de délits sexuels, à savoir si la victime connaissait l’agresseur.

  • 11 Franchois de Latere f(iliu)s Pieters est selon le « Poortersboek van Verzitters » (Livre de bourgeo (...)

8Que savons-nous de plus au sujet de Kathelijne ? La citation ci-dessus montre qu’elle logeait chez un certain Frans de Lattre en qualité de servante ; l’acte de baptême de son bébé, mentionne l’adresse : Smallendam à Pamele, Smallendam signifiant « quai étroit » (de l’Escaut).11

  • 12 AAM, Ib., 344, Dossier du Procurateur, art. 4.
  • 13 AAM, Ib., 344, Déposition de Kathelijne Schamelhaut.

9En fait, lors de l’accouchement de Kathelijne Schamelhaut, c’était surtout de parjure et d’infamie qu’il s’agissait. Cela faisait déjà quelque temps que Schuermans se savait géniteur d’un enfant naturel. Dans les jours qui précédèrent l’accouchement, il avait promis par tous les saints du ciel à la future mère qu’il assumerait l’entretien de l’enfant afin de recoller au moins matériellement les pots cassés moralement.12 Mais une fois Jantje né, le père se révéla beaucoup moins pressé de tenir parole. Sitôt l’accouchement, Kathelijne « l’en avait averti dans une lettre cachetée qui lui avait été portée par Margriete vander Base, résidant au Château d’Audenarde ». Celle-ci la lui avait remise et « en avait apporté une autre de Monsieur le Curé lui-même, où il déclarait qu’il écarterait l’enfant ».13 Il l’écarterait donc de sa mère pour le « faire prendre en charge » ; très concrètement il ferait chercher l’enfant pour le placer lui-même en nourrice. Mais il ne se hâta guère, si bien que, le jour suivant, Maître Henri Gassesmet, un ami chirurgien, dut faire pression sur lui pour qu’il se dépêche de s’occuper de l’enfant.

  • 14 AAM, Ib., 344, Dossier du Procurateur, art. 1.
  • 15 AAM, Ib., 344, Il s’agit d’un témoignage à la demande du révérend Joannes Schuermans.

10De Lattre, qui était donc le patron de Kathelijne, se tint dans l’ombre ces jours-là. Il est clair qu’il ne se sentait pas à l’aise après ce qui s’était passé dans sa maison. Il était sous le coup de la honte : Kathelijne fut chassée de la maison, et à en croire les déclarations ultérieures de Jan Schuermans, elle ne serait réintégrée que neuf jours plus tard. Toutefois, les sources contredisent que De Lattre n’aurait été saisi de honte qu’au moment de l’accouchement de sa servante. Une allusion pourrait suggérer que Kathelijne ait longtemps caché sa grossesse au monde extérieur, et cela ne paraît pas impossible vu qu’entre la conception et la naissance, il n’y avait même pas huit mois pleins. Dans le milieu où nous sommes, un viol ou une séduction, commis(e) par un ami de la famille – par un prêtre, pour corser l’affaire – et de plus en présence de la fillette du maître de céans, n’était certes pas considéré(e) comme une peccadille. On peut imaginer les termes bien sentis dont usa Maître Gassesmet pour sommer Schuermans de se rendre à Audenarde « afin de discuter ensemble de l’affaire ». Le fait que le curé menaçait d’a-bandonner à son sort « la fille séduite » en ne prenant pas immédiatement soin de leur petit Jan, était tout à la fois une vilenie vis-à-vis de Kathelijne et une iniquité vis-à-vis de la vie qu’il avait conçue. « Je ne voulais pas de quelque chose de vivant » aurait-il dit à la mère, comme si c’était elle qui avait provoqué la grossesse et la naissance ! Il y avait en outre atteinte à l’hospitalité que De Lattre avait offerte au curé en goguette, après le grandiose feu d’artifice.14 Bien que Schuermans ne niât pas sa paternité dans son comportement vis-à-vis de Kathelijne, il essayerait plus tard de trouver un alibi pour nier sa présence physique à la fête, et même d’imputer sa paternité à un autre. Six notables bourgeois d’Ename – ils savent tous écrire leur nom d’une plume alerte – déclarèrent le 2 août 1649 qu’ils avaient vu Schuermans à la fête qui avait été organisée à l’abbaye le jour de la Sainte Trinité de l’année précédente (le dimanche 7 juin), « également le soir » et « après neuf heures ».15 S’il était à Ename, il ne pouvait lutiner une servante à Audenarde : tel était le raisonnement que Schuermans avait suggéré aux témoins. Mais on ne soufflait mot de son emploi du temps du lundi, le deuxième jour de la fête d’Audenarde. Son alibi pour le dimanche à Ename implique que « tout » s’est passé le lundi à Audenarde ! Et cela implique aussi que nous en savons plus maintenant que Kathelijne ne se souvenait quand elle fit sa déposition devant le doyen de chrétienté de Renaix, car elle hésitait entre le dimanche et le lundi.

Plan d’Audenarde, 16e siècle

Plan d’Audenarde, 16e siècle

J. van Deventer, Plan d’Audenarde, 16e siècle (extrait de : V. Van der Haeghen, Atlas des villes de la Belgique, Bruxelles, 1895)

Les bâtiments :
1. L’église Notre-Dame de Pamele,
2. L’abbaye de Maagdendale,
3. Le couvent des Sœurs noires,
4. Le château (‘borcht’),
5. L’église Ste-Walburge d’Audenarde
Les rues :
a. Bergstraat,
b. Smallendam,
c. Tussenbruggen

11La suite des événements et l’acte d’accusation établi ultérieurement par l’archevêché de Malines contre Schuermans, montrent que Maître Gassesmet, avec un sens aigu de ses responsabilités, s’était entremis après la naissance. Bien sûr, il n’était en rien responsable des « faits » eux-mêmes, mais il se sentait quand même concerné, en tant que pivot d’une petite clique d’amis qu’il avait peut-être constituée dans un passé vierge de tout soupçon.

12Le vendredi après la naissance, Hendrik Gassesmet invita le curé à passer chez lui afin d’élaborer une solution et de pourvoir aux soins du bébé. Hendrik se montra un ami sûr : il limita le dommage moral pour la famille De Lattre, couvrit partiellement le scandale que Schuermans avait fait retomber sur un peu tout le monde, à commencer par lui-même, et adoucit également les soucis de Kathelijne qui, en ces circonstances pénibles, n’avait pas trop du soutien d’un bon conseiller et ami de la maison.

  • 16 SAO, Registres paroissiaux.

13La grande hâte à régler le placement de Jantje ne s’expliquait-elle que par les ragots du voisinage ? Il semble plutôt que Kathelijne n’ait pas eu assez de lait pour nourrir le bébé. Comme on n’avait pas pu trouver immédiatement une nourrice, Maître Gassesmet proposa de faire allaiter le petit par sa propre épouse. Elle avait, elle aussi, donné le jour, le 8 janvier 1648, à un enfant qu’elle continuait à allaiter, bien qu’il eût déjà treize mois.16 C’était un beau geste de la part de Gassesmet de recourir à sa propre épouse pour sauver le petit Jan. Pourtant un accord en bonne et due forme entre Gassesmet et Schuermans fut couché par écrit, ce qui ne témoignait pas précisément d’une grande confiance. Car Schuermans semblait ne pas tenir davantage sa promesse (verbale) à Kathelijne Schamelhaut d’assurer la subsistance de l’enfant. L’accord fut dénoncé ultérieurement, mais des témoins vinrent déclarer que Schuermans dut dédommager financièrement Maître Gassesmet et son épouse pour l’allaite ment.

  • 17 AAM, Ib., 344, Dossier du Procurateur, art. 9 et 10.

14Mais toutes ces dispositions ne profitèrent pas au petit Jan ; il mourut « le neuvième jour après sa naissance ». D’emblée les chances de survie de Jantje étaient très limitées : il était prématuré et le lait de sa nourrice, Dame Gassesmet, ne constituait certainement plus une nourriture adéquate. Les frais d’obsèques – sans doute bien modestes – furent assumés par Schuermans. Il dédommagea également Maître Hendrik pour les frais engagés, conformément aux stipulations du contrat.17 Ce neuvième jour nous rappelle quelque chose ; c’est alors que, selon les déclarations ultérieures de Schuermans, Kathelijne avait pu réemménager chez ses patrons.

  • 18 SAO, Registres paroissiaux.
  • 19 M. Cloet, ‘Bisschop Triest op bezoek te Pamele (1624-1652), dans : Gedenkboek 750 jaar Pamelekerk. (...)
  • 20 RAG Bisdom, B 3614 ; voir aussi M. Cloet, Itinerarium visitationum Antonii Triest episcopi Gandaven (...)

15Franciscus de Lattre, le patron de Kathelijne, s’était-il seulement monté la tête en l’occurrence ou faut-il imputer son comportement au fait que son épouse Maria le Secq attendait également un bébé ? Le 7 mars en effet, donc environ un mois plus tard, en l’église Sainte Walburge d’Audenarde, de l’autre côté de l’Escaut, c’était le baptême de leur petit garçon, également prénommé Joannes.18 Il est frappant que Maria le Secq ait conçu à peu près au même moment que Kathelijne. La célébration de la Paix de Westphalie avait visiblement stimulé les ardeurs sexuelles, ce que l’on peut d’ailleurs déduire de l’inhabituelle fréquence de naissances en général et de bâtards en particulier dont témoignent les registres de baptêmes de Sainte Walburge et de Pamele. Cela n’enlevait rien à la réputation de bonne paroisse peuplée de bons paroissiens dont jouissait Pamele. Les visites de l’évêque de Gand Antoine Triest nous le confirment.19 Quelques années plus tard, en 1650, il n’y trouva ni n’entendit rien qui méritât sanction. Certes, il remarqua bien qu’on n’observait pas suffisamment les fêtes obligatoires, mais il attribua benoîtement ces manquements à la misère qui sévissait.20

 

16Qu’advint-il de Kathelijne ? Faut-il l’identifier à la Catharina Schamelhaut qui épousa en 1665 un certain Michael Anjuijn ? Nous ne le savons pas avec certitude, mais ce nom n’apparaît pas souvent, ce qui réduit à peu de choses les risques de confusion. Elle aurait eu alors cinquante et un ans. Le fait que le nom de son mari n’apparaît pas dans les registres donne à penser qu’il était originaire d’un village des environs d’Audenarde, sinon d’une autre contrée.

Notes

5 AAM, Ib., 344, Déposition de Kathelijne Schamelhaut ; déposition de Mayken Dhont ; SAO, registres paroissiaux.

6 Ce couple s’y était marié le 27 novembre 1613.

7 Les Schamelhauts constituaient une famille qui avait reçu ses titres de bourgeoisie dès le 5 mars 1400.

8 AAM, Aartsbisschoppen (Archevêques), Boonen, 4. Richtlijnen voor de aartspriesters (Directives pour les archiprêtres), 24 april 1653. L’archevêque y insistait pour que les sages-femmes prêtassent serment avant d’être engagées.

9 G. Berings, Landschap, geschiedenis en archeologie in het Oudenaardse, Audenarde, 1989, pp. 149 - 187.

10 AAM, Benediktijnenabdijen, 344, Dossier du ‘Procurator causarum officii’ : ‘Quod circa noctis medium eiusdem Catherinae cubiculum ingressus sit, eamdem denudaverit et carnaliter cognoverit et ingravidaverit’.

11 Franchois de Latere f(iliu)s Pieters est selon le « Poortersboek van Verzitters » (Livre de bourgeoisie des résidents) (SAO) un Brugeois d’origine. Il demanda sa bourgeoisie le 27 janvier 1647 et l’obtint le 28 janvier 1648, lorsque, selon la procédure habituelle, il vint, avec comme témoins des voisins, établir qu’il avait habité la ville pendant la période requise. Ses ascendants, issus d’une famille originaire de Béthune en Artois, vinrent se fixer à Bruges dans la paroisse Sainte-Anne. Une source ultérieure lui donne le titre de « Sieur », ce qui ne renvoie pas à un titre de noblesse mais dénote toutefois une certaine considération. Il exploitait un magasin et vendait plusieurs produits à l’abbaye et à l’église d’Ename.

12 AAM, Ib., 344, Dossier du Procurateur, art. 4.

13 AAM, Ib., 344, Déposition de Kathelijne Schamelhaut.

14 AAM, Ib., 344, Dossier du Procurateur, art. 1.

15 AAM, Ib., 344, Il s’agit d’un témoignage à la demande du révérend Joannes Schuermans.

16 SAO, Registres paroissiaux.

17 AAM, Ib., 344, Dossier du Procurateur, art. 9 et 10.

18 SAO, Registres paroissiaux.

19 M. Cloet, ‘Bisschop Triest op bezoek te Pamele (1624-1652), dans : Gedenkboek 750 jaar Pamelekerk. Audenarde, 1985, pp. 151 - 166. Cf. M. Cloet, N. Bostyn, K. De Vreese, Repertorium van dekanale visitatieverslagen betreffende de Mechelse kerkprovincie (1559-1801). Louvain, 1989.

20 RAG Bisdom, B 3614 ; voir aussi M. Cloet, Itinerarium visitationum Antonii Triest episcopi Gandavensis (1623-1654). De visitatieverslagen van bisschop Triest, Louvain, 1976, p. 453.

Table des illustrations

Titre Église de Notre-Dame à Pamele
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Plan d’Audenarde, 16e siècle
Crédits J. van Deventer, Plan d’Audenarde, 16e siècle (extrait de : V. Van der Haeghen, Atlas des villes de la Belgique, Bruxelles, 1895)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Les bâtiments : 1. L’église Notre-Dame de Pamele, 2. L’abbaye de Maagdendale, 3. Le couvent des Sœurs noires, 4. Le château (‘borcht’), 5. L’église Ste-Walburge d’Audenarde Les rues : a. Bergstraat, b. Smallendam, c. Tussenbruggen
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71179/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search