Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Avant-propos

Texte intégral

1Aux Archives de l’Archevêché de Malines, on conserve une chemise de documents du dix-septième siècle sur l’abbaye d’Ename-lez-Audenarde, sise en Flandre belge à une vingtaine de kilomètres au Sud de Gand. Elle contient les pièces du dossier juridique établi contre Jan Schuermans, curé des paroisses d’Ename et Nederename entre 1645 et 1655, essentiellement pour des manquements à la morale sexuelle.

  • 1 Dans : Handelingen van het genootschap voor geschiedenis te Brugge, 132, 1-2, 1995, pp. 165-174.

2Ce dossier nous a permis de reconstituer la « petite histoire » de Schuermans et d’un petit groupe de ses proches, sur fond d’« Histoire avec un grand H ». Nous avons pu replacer les personnages dans leur milieu social et pénétrer le cercle de leurs relations. Pour ce faire, nous avons eu recours aux données malinoises, complétées, vérifiées et éclairées par toutes autres sources possibles : bordereaux de salaires, actes échevinaux, registres paroissiaux, comptes du conseil de fabrique, comptes rendus de visites ecclésiastiques, matricules universitaires, terriers, cartes et une foule d’autres encore. C’est à dessein cependant que nous avons limité le nombre des notes ; pour les registres paroissiaux, nous ne renvoyons pas au numéro ni à la pagination. Les indications du texte lui-même suffisent à les retrouver aisément. S’il le souhaite, le lecteur pourra d’ailleurs trouver tout justificatif utile dans l’original néerlandais du présent ouvrage (De indiscrete charme van Jan Schuermans, pastoor van Ename (1545-1655), (Anvers, Baarn, 1994) et dans sa suite, écrite en collaboration avec Véronique Lambert, « De indiscrete charme van Jan Schuermans, pastoor van Ename (1545-1655). Het vervolg ».1

3Les fragments de textes en latin et en néerlandais font toujours l’objet d’une traduction, qui tente de sauvegarder au mieux la couleur du temps. Pour la même raison, nous avons toujours respecté l’orthographe des noms, qui varie légèrement au gré du temps et des sources sans jamais prêter toutefois à confusion.

4Notre quête, qui fut parfois un vrai travail de détective, nous mena dans bien des archives et bien des bibliothèques. Nous tenons à remercier tout spécialement les archivistes, bibliothécaires et curés pour leur aide amicale et leur obligeance. Mon merci cordial va aussi aux amis qui ont lu le manuscrit et m’ont suggéré des corrections. Comme à l’accoutumée, mon épouse a lu, relu et, souvent, entendu lire le texte, et m’a indiqué ce qui était acceptable ou non. Encore une fois, à toutes et à tous ma reconnaissance.

 

5Le texte que le lecteur a sous les yeux n’est pas une simple traduction de l’édition originale ; la poursuite des recherches a en effet apporté son lot d’informations complémentaires. Je dois de ce fait des remerciements tout particuliers à Véronique Lambert, qui, disposant d’un septième sens pour débusquer des documents là où on ne les attendrait pas, m’a stimulé à poursuivre l’enquête avec enthousiasme. J’exprime aussi toute ma gratitude à Jacques Fermaut pour sa traduction, à la fois méticuleuse et élégante.

Notes

1 Dans : Handelingen van het genootschap voor geschiedenis te Brugge, 132, 1-2, 1995, pp. 165-174.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search