Version classiqueVersion mobile

Die Doppelmonarchie Österreich-Ungarn

 | 
Eva Philippoff

Avertissement

Texte intégral

1Rares sont les époques comme celle de la fin du règne des Habsbourg en Autriche où tant d’hommes de pensée et de plume ont éprouvé le besoin de se pencher sur leur vécu, dans l’instant ou en rétrospective. De ce fait, nous avons pu puiser dans un grand réservoir de textes littéraires, biographiques ou journalistiques, pour illustrer ce moment de vie et de culture intenses, sans pour autant négliger de fournir le support événementiel indispensable par des textes de la vie publique et politique. Si les dates et les faits forment, pour ainsi dire, le squelette, les pages d’auteurs sont censées l’enrober de chair, donner un visage et des couleurs à cette période si riche et si brusquement disparue.

2Puisque nous avons voulu répondre à la question de savoir comment vivaient les gens d’alors et qui ils étaient, nous avons préféré à une chronologie stricte une ordonnance selon des chapitres thématiques, à l’intérieur desquels les textes sont censés s’éclairer mutuellement tout en focalisant les phénomènes saillants. Quant à l’orthographe, il nous a semblé que celle des origines conservait mieux le parfum de l’époque, et nous n’avons rien changé par rapport aux sources.

3D’aucuns pourront peut-être imaginer qu’un livre qui traite de la « Monarchie Austro-Hongroise » pourrait contenir des textes provenant d’outre Leitha,-le fleuve qui séparait la « Transleithanie » (Hongrie) de la « Cisleithanie » (Autriche)-or, il n’en est rien, et cela pour plusieurs raisons : d’abord parce que c’est un livre qui s’adresse aux germanophones, voire germanistes, livre qui s’appuie donc nécessairement sur des textes écrits en allemand, c’est aussi un livre d’histoire autrichienne, et si le destin de la Hongrie a été pendant longtemps lié à celui de l’Autriche, l’inverse n’est pas vrai : la Hongrie n’a été pour l’Autriche qu’un épisode, certes prépondérant à partir de 1867, mais épisode quand même, le destin de l’Autriche étant en revanche étroitement lié à celui du Saint Empire Romain Germanique. Bien évidemment il sera opportun et possible maintenant de compléter les recherches à l’est de la Leitha par celles des Hongrois, ou du moins par les travaux des chercheurs-historiens bilingues. Ce sera tout aussi intéressant en ce qui concerne la Bohême, la Pologne, et les Slaves du sud.

4Nous espérons en revanche que ce livre rendra justice aux années soixante-dix et quatre-vingt du xixe siècle, années quelque peu oblitérées par l’engouement pour la brillante « culture 1900 », et leur donnera leur juste place dans l’étude des événements ainsi que celle des mœurs.

5Pour finir, nous voudrions remercier pour sa disponibilité Mme Perrisson Waldmüller, bibliothécaire à l’Institut Culturel d’Autriche à Paris, Monsieur Alfred Strasser, collègue et lecteur-correcteur attentif de ces pages, les maisons d’édition et les particuliers pour nous avoir permis l’utilisation gracieuse des textes : Verlag C.H. Beck, Verlag Christian Brandstätter, Verlag J.H.W. Dietz, Fischer Verlag, Frau Dr. Elisabeth Freismuth, Verein fur Geschichte der Arbeiterbewegung, Buchverlag Langen Müller Herbig, Eigenverlag der Museen der Stadt Wien, Verlag Suhrkamp (Karl Kraus Texte), Dr. Andreas Thomasberger, Paul Zsolnay Verlag, Verlag Ephelant, Ed. Hölzel Ges.m.b.H.

6Auprès des éditeurs et personnes que nous n’avons pas réussi à atteindre et dont les droits n’auraient donc pas été pleinement respectés, nous présentons nos excuses.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search