Version classiqueVersion mobile

Les souvenirs de Charles Bonnier

 | 
Gilles Candar

Préface

Madeleine Rebèrioux

Texte intégral

  • 1 Pour une réflexion d’ensemble, cf. La Part des militants, sous la direction de Michel Dreyfus, Cla (...)
  • 2 Premier cas, celui de Marie Jean, dit Deibler, mineur à Epinac, né en 1880 : il a laissé des souve (...)
  • 3 Cf. les Mémoires d’un militant ouvrier du Creusot, Jean-Baptiste Dumay, publiés en 1976 chez Maspe (...)

1Rien n’était plus à la mode, il y a un quart de siècle, que les autobiographies de militants. Un vaste chantier avait été ouvert par les notices du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, « le Maitron1 » : en rassemblant ces tessons de l’histoire, il arrivait que l’on découvrît des récits restés inconnus ; il arrivait aussi qu’on donnât « des idées » à des militants vieillissants2. Les récits de vie surgissaient, dans la mouvance du vieux mouvement socialiste, fier des combats menés naguère, ou du nouveau syndicalisme des enseignants3. Les Editions sociales créaient une collection au beau titre, « Souvenirs », où la parole était donnée à des militants de la mouvance communiste, souvent anarchistes dans leur jeunesse, dans une diversité exemplaire. Ceux qui avaient perdu la faveur de leur parti trouvaient sans grande difficulté d’autres lieux. Ce fut parfois difficile cependant : comment accepter de n’être pas publié par les siens ? C’est ce qu’atteste le choix de Madeleine Colin, syndicaliste féministe, communiste, dont le rôle à la tête d’Antoinette fut si grand : je m’honorerai toujours d’avoir préfacé ses Traces d’une vie qui parurent à compte d’auteur en 1989.

  • 4 Cf. les textes de Christophe Charle et de Claude Pennetier dans La Part des militants.
  • 5 Bernard Marrey, Louis Bonnier (1856-1946), Mardaga, 1988.

2Rédigés de longue date – entre 1914 et 1924 –, les Souvenirs de Charles Bonnier ont bénéficié à demi, à demi seulement, de ce sursaut patrimonial, de ce désir d’accéder à la diversité des êtres, avant que ne sonne l’heure de la biographie sociale4. Il y a une bonne quinzaine d’années en effet que par l’intermédiaire d’un ami commun dont les recherches concernaient Louis Bonnier, un des trois frères de Charles5, sa famille me fit parvenir ce manuscrit. Je fis appel à la tradition socialiste, si forte à Lille, pour en proposer une première lecture. Quoi de plus normal pour l’homme du Nord qu’était l’auteur et pour le militant guesdiste qu’il resta tout au long de sa vie militante ? Nulle déception : Pierre Mauroy fit réaliser le tapuscrit. Merci à lui. Restait à trouver un éditeur. Echec sur échec. Jusqu’au jour où les nuées se sont dissipées grâce aux Presses universitaires du Septentrion. Voici donc « le Bonnier », pourvu de l’appareil critique et de la synthèse biographique dus à Gilles Candar. Il y a un peu de romanesque, voire de roman-feuilleton, dans l’histoire de ce texte, dans son double retour aux sources. Un peu de poésie, aussi, peut-être ? Cela n’aurait pas forcément déplu à Charles Bonnier, cet homme du Nord, amoureux de Templeuve-en-Pévèle, sa terre natale, et qui choisit d’y revenir lorsqu’il quitta l’Angleterre à la fin de 1913. Il ne dédaignait pas d’ailleurs de taquiner la muse, sans beaucoup plus de succès que Jaurès auquel il va m’arriver, plus d’une fois, de le comparer dans les quelques lignes qui suivent.

  • 6 Cf. l’imposante bibliographie rassemblée et commentée par Vincent Duclert à la fin de La Postérité (...)
  • 7 Cette édition a commencé de paraître chez Fayard en 2000 et progressera au rythme de deux volumes (...)

3Ce livre il est vrai – Gilles Candar le dit clairement – ne nous apprend pas grand-chose sur la fédération du Nord du Parti ouvrier français, base rouge de Guesde, comme le fut pour Jaurès la fédération du Tarn, et celle de Paris pour Vaillant. Quand Charles vint s’installer dans la capitale avec ses frères à la fin de 1882, il avait dix-neuf ans, et s’il lui arriva plus tard d’écrire dans Le Réveil du Nord, il ne revint jamais militer sur ses terres. Deuxième handicap : les Souvenirs sortent au moment où le centenaire de l’affaire Dreyfus a placé sous les feux de l’actualité éthique et politique cet épisode dont on reconnaît aujourd’hui le caractère majeur6 et où Charles Bonnier se situa clairement du côté antidreyfusard ; dans les rangs du socialisme organisé, fort d’une amitié quasi fraternelle ou demi-filiale avec Guesde, il s’est opposé constamment à toute lecture jaurésienne de l’Affaire. Or ce sont les deux responsables de l’édition en dix-huit volumes des Œuvres de Jaurès7 qui en assument la présentation. Provocation ? Volonté, sournoise, de dénigrement ? En aucun cas.

  • 8 Dans la mesure toujours contestable où l’histoire tranche.
  • 9 Dernière édition dans Jaurès-Lafargue-Guesde, Le Grand Débat, Le Temps des cerises, 1994. Ce petit (...)

4Ce que nous voulons dire, et montrer – car l’histoire n’est pas que discours sur l’histoire – c’est que l’affaire Dreyfus coïncide moins avec une mystique, pour reprendre le mot de Péguy, qu’avec un moment hautement politique de notre histoire : elle suggère une lecture du rôle de l’armée et de la justice, ces institutions essentielles, dans la République. Elle sollicite des analyses qui peuvent diverger de la part des socialistes. Et même si, comme on dit, l’histoire, c’est-à-dire la suite des événements et la passion pour la vérité, a tranché8, il n’y eut rien de honteux dans ces affrontements, rien de vulgaire : c’est ce dont témoigne ce classique du socialisme français, le dialogue sur « les deux méthodes », tenu à l’hippodrome de Lille en novembre 19009. Surtout, les Souvenirs de Charles Bonnier séduisent aujourd’hui pour maintes autres raisons. Je n’ai nullement l’intention d’en dresser la liste. J’aimerais seulement attirer l’attention sur ce qui, de façon peut-être fugace, souligne leur modernité.

5Quelques mots d’abord sur le caractère « nordique » de sa vie. De Lille à Paris, de Paris à Berlin et à Halle, de Halle à Londres, Oxford et Liverpool. Non, ce n’est pas de l’histoire européenne du charbon qu’il s’agit. A la différence de Jaurès ou de Basly, Bonnier n’a fréquenté ni les hommes de la mine ni leurs frères les verriers. Le socialisme, il le voit comme une doctrine émancipatrice de tous les travailleurs : pas si mal, non ! Mais les porteurs de cette doctrine, du socialisme moderne, c’est du côté des intellectuels qu’il les a fréquentés. Des intellectuels engagés, profondément, du côté des ouvriers, même s’ils en connaissent peu la vie quotidienne. Wilhelm Liebknecht et Bebel, Engels et Bernstein, Lafargue et Guesde, il a vécu, à des degrés divers, dans leur intimité, et cela nous vaut des portraits chaleureux et vivants. Ce sont tous des hommes de la Social-démocratie, pour qui entre le socialisme et le syndicalisme, nulle feuille de buvard ne peut être glissée sans risque de trahison. Des hommes de l’Europe du Nord. En proie à sa propre mémoire, Bonnier ne trouve ni Athènes, ni Milan ou Rome, ni Madrid. Encore bien moins Alger. Le monde du Nord, chaleureux, opprimé, combatif, est stable. Le temps ne fait rien à l’affaire : ni les Eléates, chers à Jaurès, ni Marx dont la lecture est comme figée, forte assurément, ô combien !, étrangère à toute dialectique.

  • 10 La confrontation Paris-Bayreuth est empruntée à Christophe Prochasson, Paris 1900. Essai d’histoir (...)

6Du moins en politique. Car dès qu’il s’agit de la vie intellectuelle, mille fleurs s’épanouissent et se renouvellent. Or l’histoire culturelle s’y intéresse passionnément. Voici Bonnier au cœur de toutes les curiosités. Au centre, la musique. Le Nord comme famille, comme région, y tient une grande place : aux cantiques transmis par sa mère se mêlent les chants républicains chers au père. Les vieilles chansons picardes, il aimerait plus tard leur consacrer un travail. Mais l’opéra aussi : dimanche « on joue Mignon ! ». Quelle aventure, dans les provinces. Alors la France seule ? Que non ! Quand les nationalistes de bazar sifflent Lohengrin, Charles et ses frères traversent l’Allemagne pour aller écouter Les Maîtres Chanteurs, Parsifal et Tristan. Bayreuth ! Quel rêve ! La capitale de Wagner ne sera opposable à Paris qu’après 189010. Au fil des années 1880, malgré les efforts de Catulle Mendès et de la Revue wagnérienne, l’auteur du Ring n’est même pas à la mode parmi les avant-gardes. Bonnier fait figure, si j’ose ce néologisme, de primo-avant-gardiste. Et il se rit, à bon droit, de toutes les références au caractère « allemand » du vieil homme que son frère et lui auraient pu rencontrer – hélas ! – quelques mois avant sa mort en 1883. Loin de madame Cosima et du piétisme qu’elle entretient. Et, à l’avance, à bas Hitler ! La musique est universelle.

  • 11 L’Enquête sur l’évolution littéraire publiée en 1892 (rééd. Thot, 1982 et Corti, 1997) et largemen (...)
  • 12 Cf. le tome 16 des Œuvres de Jaurès, Critique littéraire et critique d’art, édition établie par Mi (...)

7Passe pour la musique : nous avons, dit-on, des oreilles pour entendre. Mais la modernité de Charles Bonnier, c’est sur la poésie aussi qu’elle s’exerce. Le naturalisme, dit-on, est en passe de rendre l’âme : on peut en discuter. Mais il est vrai qu’au Quartier latin l’avant-garde est devenue symboliste. Le théâtre parisien, celui des « élites » ne cesse de jouer, en ce domaine, ses propres représentations. La violence des réponses au questionnaire diffusé en 1891 par Jules Huret, ce pionnier de l’enquête collective, l’atteste11. Peu loquace sur ces thèmes tant qu’il vit à Paris, Bonnier les fait siens lorsque, de Londres, il lui arrive de revenir en France. Les « mardis » de Mallarmé, il les fréquente, un ou deux ans avant que Jaurès, pour La Dépêche de Toulouse, prenne en charge, non seulement l’auteur de Vers et proses, mais, de Maeterlinck à Villiers de L’Isle-Adam, de Verlaine à Péladan et de Léon Daudet à Gustave Geffroy, cet agent de liaison entre écriture et peinture, l’ensemble de l’avant-garde littéraire12.

8J’ai pour ma part trop longtemps questionné la difficulté des liens entre les avant-gardes politiques et culturelles pour rester insensible aux heures où se réalise, peu ou prou, cette rencontre. Nous ne savons pas quand Bonnier adhère au Parti ouvrier. Et nous savons que Jaurès refuse toute « mise en carte » tant qu’elle n’est pas indispensable, à la fin de 1898, à la représentation non pas de sa propre personne, mais de ses amis. Cette fraîcheur, ce bonheur, n’est-ce pas la marque même de ce que Péguy, au tournant du siècle, désignera sous le nom de « socialisme jeune homme ». On peut se féliciter de ce que les processus de rupture et de renouvellement aient, à très peu d’années de distance, été partagés par Jaurès, ce second héros du dreyfusisme après Zola, et par Bonnier que ses choix ont si longtemps confiné dans l’oubli. Il en sort. Bravo !

Notes

1 Pour une réflexion d’ensemble, cf. La Part des militants, sous la direction de Michel Dreyfus, Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule, Les Editions de l’Atelier, 1996.

2 Premier cas, celui de Marie Jean, dit Deibler, mineur à Epinac, né en 1880 : il a laissé des souvenirs personnels manuscrits dont une partie a été publiée dans Le Mouvement social, no 70. Pour le second cas, cf. Pierre Dormoy (1876-1970), un militant syndicaliste et socialiste qui exerça de hautes responsabilités dans la Seine. La confiance qu’il témoigna aux auteurs de sa biographie l’avait conduit à souhaiter « rassembler ses souvenirs ». La mort ne lui laissa pas le temps.

3 Cf. les Mémoires d’un militant ouvrier du Creusot, Jean-Baptiste Dumay, publiés en 1976 chez Maspero par Pierre Ponsot, et les Mémoires d’un instituteur syndicaliste d’André Delmas, Albatros, 1979.

4 Cf. les textes de Christophe Charle et de Claude Pennetier dans La Part des militants.

5 Bernard Marrey, Louis Bonnier (1856-1946), Mardaga, 1988.

6 Cf. l’imposante bibliographie rassemblée et commentée par Vincent Duclert à la fin de La Postérité de l’affaire Dreyfus, Michel Leymarie éd., Lille, Ed. du Septentrion. Encore s’arrête-t-elle en 1997, temporairement, il faut l’espérer.

7 Cette édition a commencé de paraître chez Fayard en 2000 et progressera au rythme de deux volumes par an sous la direction de Madeleine Rebérioux et de Gilles Candar.

8 Dans la mesure toujours contestable où l’histoire tranche.

9 Dernière édition dans Jaurès-Lafargue-Guesde, Le Grand Débat, Le Temps des cerises, 1994. Ce petit volume comporte aussi le débat Jaurès-Lafargue de 1894-1895.

10 La confrontation Paris-Bayreuth est empruntée à Christophe Prochasson, Paris 1900. Essai d’histoire culturelle, Calmann-Lévy, 1999.

11 L’Enquête sur l’évolution littéraire publiée en 1892 (rééd. Thot, 1982 et Corti, 1997) et largement fondée sur un questionnaire adressé aux auteurs était d’abord parue en 1891 dans L’Echo de Paris.

12 Cf. le tome 16 des Œuvres de Jaurès, Critique littéraire et critique d’art, édition établie par Michel Launay, Camille Grousselas, Françoise Laurent-Prigent, Fayard, 2000.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search