Version classiqueVersion mobile

Journal d’un maître d’école d’Île-de-France (1771-1792)

 | 
Pierre Louis Nicolas Delahaye

Note sur l’établissement du texte

Texte intégral

  • 1 Les quatre derniers cahiers de la période 1771-1783 sont consacrés à des données démographiques et (...)

1Le journal manuscrit de Pierre Louis Nicolas Delahaye est rédigé sur 39 cahiers reliés de deux bi-folios (rectangles pliés en deux puis emboîtés, formant au total 8 pages), pour la période 1771-17831 La mise en page présente deux marges : à gauche, l’indication des baptêmes, mariage et sépultures ; à droite, la comptabilité afférente aux opérations décrites dans le texte et, enfin d’année, une récapitulation démographique, des annotations, compléments ou rectifications. Au sommet droit de chaque page, deux piqûres correspondent à la marge latérale droite, selon la tradition des codices médiévaux. Les cahiers sont reliés par un fil qui les traverse de part en part, avec deux tranchefiles noués au dos terminant la reliure, sans la protéger efficacement.

  • 2 Encre noire exclusivement, devenue bistre avec le temps, sauf pour la page de couverture et la prés (...)
  • 3 On note ainsi, en 1782, p. 226 du manuscrit, un paragraphe cancellé concernant une somme prêtée au (...)

2La lecture du manuscrit révèle des changements de plume et d’encre2, permettant d’apprécier la rédaction dans le temps, les ajouts et rectifications, qui attestent le travail de réécriture accompli par l’auteur sur son manuscrit3 On note aussi la tendance à augmenter régulièrement le nombre de lignes par page, par souci d’économie ou parce que l’auteur a eu de plus de choses à dire.

3Il existe, sous le même titre, deux versions du manuscrit de P.L.N.

4Delahaye. La première, moins élaborée, s’apparente à un brouillon ; la seconde, sorte de mise au propre définitive, nous a servi de référence privilégiée et est ici proposée. Nous y avons néanmoins ajouté quelques passages de la première mouture, escamotés par la seconde, qui nous ont paru apporter des compléments intéressants. (Ces ajouts, éventuellement soulignés par une note infrapaginale, figurent entre crochets dans un caractère plus petit). Nous avons également opéré un certain nombre de coupures, ne retenant de l’énumération fastidieuse des actes de baptême, mariage et sépulture, faciles à retrouver dans les registres paroissiaux, que ceux, assez nombreux, ayant donné lieu à des commentaires particuliers. Nous avons aussi fait l’économie de longueurs, comme la liste des acquéreurs des places de l’église ou celle des obits de la paroisse, ainsi que le procès-verbal des assemblées électorales tenues au bailliage de Senlis en mars 1789, texte imprimé à l’époque. Ces omissions volontairement limitées - il reste bien des passages redondants, mais non totalement dépourvus d’intérêt - sont toujours signalées et leur contenu résumé par une note.

5L’orthographe et la ponctuation du texte ont été généralement respectées ; l’usage, abusif des majuscules a été toutefois réduit et la ponctuation partiellement modernisée. L’excellente calligraphie du texte - l’auteur était un maître d’école - n’a posé aucun problème paléographique et les rares incertitudes ont généralement pu être généralement résolues par la confrontation des deux versions.

6Enfin, nous avons rajouté quelques sous-titres, surtout dans la première partie du texte, de manière à faciliter la lecture et le repérage des événements majeurs évoqués.

Notes

1 Les quatre derniers cahiers de la période 1771-1783 sont consacrés à des données démographiques et à une « table » des individus mentionnés, ou l’auteur s’est livré à des essais statistiques, calculant notamment l’âge moyen des (grandes) personnes décédées, établissant des comparaisons par tranches d’âge en fonction d'une moyenne de référence de 55 ans.

2 Encre noire exclusivement, devenue bistre avec le temps, sauf pour la page de couverture et la présentation des modèles de lettres, où ont été utilisés le rouge et le violet (cf. reproduction).

3 On note ainsi, en 1782, p. 226 du manuscrit, un paragraphe cancellé concernant une somme prêtée au maître d’école par son frère Etienne, « pour avoir pris un billet de soldat à la milice au lieu et place de Mr Lerminier fils », accompagné des différentes opérations de remboursement jusqu’au 25 août 1783.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search