Version classiqueVersion mobile

Journal d’un maître d’école d’Île-de-France (1771-1792)

 | 
Pierre Louis Nicolas Delahaye

Préface

Jean-Pierre Jessenne

Texte intégral

  • 1 Henri Platelle, Journal d'un curé de campagne au xviiie siècle, Paris, Le Cerf, 1965 rééd. Septent (...)

1Dans les changements culturels du xviiie siècle, la pratique élargie de l’écriture a sans conteste participé de la recherche d’une plus grande maîtrise individuelle et collective sur le monde ; elle a revêtu des formes diverses, de l’éclosion des écrits philosophiques à la plus fréquente fixation sur le papier des actes de la vie courante (contrats, procédures judiciaires, etc). Mais l’écriture, au fil de la vie, sous la forme de correspondances, de mémoires ou de chroniques des événements vécus, procède aussi de cette démarche, qui demeure toutefois exceptionnelle dans le petit peuple des villes et des campagnes. Par conséquent, les témoignages de personnages, à la fois immergés dans la vie quotidienne des Français ordinaires et placés dans une situation d’observateurs avisés par les circonstances de leur vie ou de leur profession, acquièrent une portée historique inestimable. Quelques exemples ont donné lieu à des publications et à des commentaires connus : journaux du curé de Rumégies, en Hainaut, au temps de Louis XIV, ou d’un bourgeois de Bégoux, en Quercy, à la fin du xviiie siècle, mémoires de Jamerey-Duval ou de Jacques-Louis Ménétra1 par exemple.

2Mais, dans cette veine, il manquait un type d’auteur. Il suffit en effet de se souvenir du rôle majeur joué dans les collectivités villageoises, jusqu’à une époque récente, par les secrétaires de mairie - instituteurs pour concevoir que leurs homologues du xviiie siècle, les clercs laïcs, étaient sans nul doute des observateurs et des acteurs privilégiés de la vie rurale sous l’Ancien Régime. Beaucoup d’historiens ont donc rêvé de trouver le journal personnel de l’un deux.

3Or Jacques Bernet nous donne justement à lire un de ces trésors, grâce à sa familiarité avec les sources de l’histoire et les historiens du pays aux confins de l‘Ile de France, de la Picardie et de la Champagne. Qu’on ne s’y trompe pas en effet ! Si le manuscrit de Pierre-Louis-Nicolas Delahaye, clerc paroissial et maître d’école de Silly, porte pour titre « Etat des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Silly-en-Multien et autres événements remarquables et curieux... », c’est bien davantage qu’un simple registre paroissial que laisse ce clerc qui conjugue, avec une remarquable constance, les observations sur les étapes importantes de sa vie personnelle et familiale et les notations d’événements qui scandent la vie locale par leur régularité ou, au contraire, par leur caractère exceptionnel. Ainsi se dessine un tableau villageois vivant et aux facettes si variées que la lecture du volume peut cheminer selon une hiérarchie des centres d’intérêt propre à chacun. Celle que je propose n’est donc rien d’autre qu’une étroite sélection personnelle.

4De l’ensemble du journal, c’est d’abord la stratégie sociale de ce clerc entreprenant qui se dégage : il cumule les activités complémentaires de son emploi principal, de l’arpentage à la vente de la fiente des pigeons du clocher paroissial ; il participe activement à des transactions de toutes sortes, dans une économie rurale animée par des échanges multiples et finit par acheter des biens nationaux. Notre homme est dur en affaires et défend avec énergie ses intérêts face à des parents mauvais payeurs.

5Plus largement, ce sont de nombreux aspects concrets de la vie quotidienne des habitants de Silly qui nous sont décrits : pratiques alimentaires et pénuries débouchant sur des émeutes frumentaires en 1775, confrontations collectives aux intempéries et accidents ou violences individuelles, fêtes ou jeux (Saint-Nicolas, tir à l’arc), etc.

6Toutefois, Nicolas Delahaye est d’abord clerc paroissial ; à ce titre il nous apprend beaucoup à la fois sur les pratiques religieuses et sur le fonctionnement des institutions et des finances locales. On peut notamment relever que l’auteur du journal est très engagé dans les relations souvent difficiles, parfois conflictuelles, entre lui-même, les marguilliers, le curé ou le vicaire, dont il fait les louanges ou condamne les mœurs sans retenue. Plus globalement, ce témoignage illustre à merveille le mélange de solidarités et d’affrontements qui caractérisent les communautés villageoises à la fin de l’Ancien Régime.

7Il n'est donc point étonnant que l’un des grands intérêts de ce texte soit de nous faire appréhender avec force l’irruption de l’événement révolutionnaire au village. Autant, de l'Ancien Régime, peut parfois se dégager l’impression que le temps défile sans relief, autant, dès le printemps 1789, Nicolas Delahaye nous fait sentir que sa vie et celles des ruraux qui l’entourent ont pris un rythme nouveau, scandé par la succession rapide des événements et la multiplication des possibles : réunions préparatoires aux Etats généraux, Grande Peur, orgie de chasse, élection de la municipalité, formation de la Garde nationale, puis luttes pour le pouvoir, organisation d’un « syndicat » d’achat de biens nationaux, installation paisible d’un curé constitutionnel, mais réaction outrée à la fuite du roi, etc. Décidément, le clerc paroissial montre qu’au village aussi la Révolution existe et donne un tour nouveau à la vie collective comme aux comportements individuels.

8Mais le seul moyen de prendre la mesure de la richesse de ce témoignage est que chacun le lise à sa convenance mais jusqu’à son terme, sans se laisser rebuter par certaines répétitions qui participent des rythmes de cette vie rurale, et en tirant parti du guide avisé que nous offre Jacques Bernet dans sa présentation initiale et dans ses notes.

Notes

1 Henri Platelle, Journal d'un curé de campagne au xviiie siècle, Paris, Le Cerf, 1965 rééd. Septentrion, 1997 ; Christiane Constant-Le Stum, Journal d'un bourgeois de Bégoux : Michel Célarié (1771-1836), Cahors, Publisud et C.G. du Lot, 1992 ; Valentin Jamerey-Duval, Mémoires, enfance et éducation d’un paysan au xviiie s. ed. J.M. Goulemot, Paris, Le Sycomore, 1981 ; Daniel Roche (ed.), Journal de ma vie, Jacques-Louis Ménétra, compagnon-vitrier au xviiie siècle, Paris, Montalba, 1982.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search