Version classiqueVersion mobile

Journal d’un pasteur protestant au XIXe siècle

 | 
Jean-Baptiste Pruvot

Avant-propos

Madeleine Thomas

Texte intégral

L’Histoire racontée à mes enfants

1Le pasteur Jean-Baptiste Pruvot avait cinquante-cinq ans et il était depuis trois ans le pasteur de l’église protestante de Verdun quand il entreprit, en 1858, la rédaction de ses Mémoires sous le titre : Histoire racontée à mes enfants.

2Il ne destinait pas son œuvre à d’autres lecteurs que ses enfants et ses petits-enfants et il lui est arrivé, au cours de son récit, de s’adresser directement à eux comme s’il avait voulu créer l’illusion de leur présence. Conscient de ce que sa vie avait pu avoir d’exceptionnel et peut-être d’exemplaire, il souhaitait sans doute leur en faire saisir la leçon sans pour autant s’en attribuer le mérite : « Il [le Seigneur] m’a donné son Saint-Esprit pour m’instruire et m’éclairer. De pauvre ouvrier tisseur que j’étais, il m’a fait prédicateur de sa Parole » (H.E., p. [278]).

3Une première partie de ses Mémoires s’achève avec le mois d’avril 1839. A partir des souvenirs d’enfance et de jeunesse de l’auteur, elle est aussi une histoire des protestants de Bertry, son village natal, et un témoignage sur le « Réveil » protestant dans le nord de la France et principalement en Cambrésis. La précision des dates va rarement au-delà du mois, de la saison ou même de l’année.

4Après un séjour de trois ans à Douai, de 1836 à 1839, Jean-Baptiste Pruvot revint à Bertry comme évangéliste de la Société Baptiste Américaine. Il fut consacré au pastorat en septembre 1840. Dès avril 1839, il avait tenu un journal qui lui fournissait les éléments de ses rapports à la Société Baptiste. Il en interrompit la rédaction en 1850 pour ne la reprendre qu’en 1855, à Verdun, et cette fois à l’intention de la Société Centrale d’Evangélisation, son employeur. Ce sera donc à partir de ce journal qu’il poursuivra la rédaction de l'Histoire racontée à mes enfants jusqu’aux tout derniers jours de sa vie, ce qui explique la précision de son récit, même quand, à l’évidence, il l’avait rédigé longtemps après la date des faits rapportés. Il put ainsi reproduire les termes d’anciennes conversations et redonner vie à des épisodes marquants de son passé.

5Il avait été nourri de littérature religieuse et la seule influence que trahit son style est celle de la Bible, sa lecture quotidienne. Ses études avaient été tardives. Il avait commencé à trente-deux ans à apprendre la grammaire et l’orthographe et à acquérir une relative maîtrise du français et de la langue écrite, mais il n’assimila jamais vraiment les règles de l’orthographe. Il usait volontiers de tournures du langage oral et de mots appartenant au patois de son village. Son style conservait un certain archaïsme. En prédicateur expérimenté, il savait ne jamais lasser l’attention de son auditoire et il a eu le mérite de conserver dans ses écrits la vivacité de ton de l’orateur.

6Complétée par une Histoire des protestants de Bertry, l'Histoire racontée à mes enfants est d’abord une autobiographie, le récit d’un parcours qui amène un pauvre orphelin de père, presque illettré, mis sur le « métier » à huit ans, jusqu’au pastorat, mais aussi un parcours heurté, hérissé de difficultés familiales, sociales, professionnelles, de combats contre la précarité matérielle, le dénuement parfois, les deuils.

7Toutefois, l’intérêt du texte de J.B. Pruvot va bien au-delà de la reconstitution d’un itinéraire personnel : il apporte, sur le plan strictement religieux quantité d’informations sur un protestantisme populaire parfois méconnu, sur l’activité des sociétés évangélistes baptistes, très présentes dans cette région, sur leurs relations avec le clergé catholique, avec les églises réformées officielles. On y perçoit aussi les échos des grands événements de la vie nationale, ressentis au niveau d’un modeste citoyen, chute de l’Empire, Révolution de 1830, Révolution de 1848, guerre de 1870 sur laquelle J.B. Pruvot est un témoin particulièrement passionnant puisqu’il était alors pasteur à Verdun et qu’il relate avec beaucoup de détails et d’impressions vécues les épreuves que connut alors la ville, assiégée et bombardée.

8Enfin, ce récit nous offre aussi une reconstitution vivante du milieu des petites gens du Cambrésis au XIXe siècle : habitat, relations familiales, condition ouvrière, retentissements, parfois dramatiques des crises nationales sur l’activité économique locale, un monde en grande partie disparu, ressuscité par ce témoignage concret, où le quotidien est transcendé par la foi.

9Comme préliminaire à la lecture de ce texte exceptionnel, il n’était pas inutile de tenter de le décrypter, en recourant parfois à une tradition orale, sans pour autant lui ôter sa saveur et son ton propre.

© Presses universitaires du Septentrion, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search