Version classiqueVersion mobile

Tombeau de Léonard De Vinci

 | 
Jean-Pierre Guillerm

Vincis. Dossier iconographique

Texte intégral

LA JOCONDE (gravure par Calamatta, 1853)

LA JOCONDE (gravure par Calamatta, 1853)

Phot. Bibl. Nat. (C 77856).

She is older than the rocks among which she sits ;
Like the Vampire,
She has been dead many times,
And learned the secrets of the grave ;
And has been a diver in deep seas,
And keeps their fallen day about her ;
And trafficked for strange webs with Eastern merchants.
And, as Leda,
Was the mother of Helen of Troy,
And, as St Anne,
Was the mother of Mary ;
And all this has been to her but as the sound of lyres and flutes,
And lives
Only in the delicacy
With which it has moulded the changing lineaments,
And tinged the eyelids and the hands.

(Mise en poème du texte de Walter Pater par Yeats pour l'Oxford book of modem verse)

SAINT JEAN BAPTISTE (Musée du Louvre)

SAINT JEAN BAPTISTE (Musée du Louvre)

Cliché des Musées Nationaux (73 EN 5845).

Anges de Signorelli, Saint Jean de léonard, punisseur de l’Eden et coupable d’Ereck, messager du mystère et moyen du miracle, céleste ambassadeur, tu es le point suprême où notre exil de matière peut concevoir l’esprit : tu es la visibilité où la Norme céleste peut se manifester à la prière. Los à toi !

Vrais anges du vrai ciel, brûlants Séraphs et Kerubs abstracteurs, tenants des trônes de Iavhé, Seigneurie et essence Déiforme ! Prince du Septenaire, qui tour à tour commandes et obéis. O sexe initial, sexe définitif, absolu de l’amour, absolu de la forme, sexe qui nies le sexe, sexe d’éternité ! Los à toi, Androgyne !

(Joséphin Péladan, De l’Androgyne, 1910)

L’HERMAPHRODITE
Vers l’archipel limpide, où se mirent les Iles,
L’Hermaphrodite nu, le front ceint de jasmin,
Epuise ses yeux verts en un rêve sans fin ;

Sa cambrure élastique, et ses seins érectiles
Suscitent le désir de l’impossible hymen.
Et c’est le monstre éclos, exquis et surhumain,
Au ciel supérieur des formes plus subtiles.

La perversité rôde en ces courts cheveux blonds.
Un sourire éternel, frère des soirs profonds,
S’estompe en velours d’ombre à sa bouche ambiguë ;

Et sur ses pâles chairs se trame avec amour
L’ardent soleil païen, qui l’a fait naître un jour
De ton écume d’or, ô Beauté suraiguë.

(Albert Samain, Au jardin de l’Infante, 1893)

BACCHUS (Musée du Louvre)

BACCHUS (Musée du Louvre)

Cliché des Musées Nationaux (76 EN 4460).

Entrez au Musée du Louvre, dans la grande galerie, à gauche vous avez l’ancien monde, le nouveau à droite. D’un côté les défaillantes figures du frère Angelico de Fiesole, restées aux pieds de la Vierge du moyen âge ; leurs regards malades et mourants semblent pourtant chercher, vouloir. En face de ce vieux mysticisme, brille dans les peintures de Vinci le génie de la Renaissance, en sa plus âpre inquiétude, en son plus perçant aiguillon. Entre ces choses contemporaines, il y a plus d’un millier d’années.

Bacchus, saint Jean et la Joconde dirigent leurs regards vers vous : vous êtes fascinés et troublés, un infini agit sur vous par un étrange magnétisme. Art, nature, avenir, génie de mystère et de découverte, maître des profondeurs du monde, de l’abîme inconnu des âges, parlez, que voulez-vous de moi ? Cette toile m’attire, m’appelle, m’envahit, m’absorbe ; je vais à elle malgré moi, comme l’oiseau va au serpent.

Bacchus ou saint Jean, n’importe, c’est le même personnage à deux moments différents. “Regardez le jeune Bacchus au milieu de ce paysage des premiers jours. Quel silence ! quelle curiosité ! il épie dans la solitude le premier germe des choses, le bruissement de la nature naissante : il écoute sous l’antre des cyclopes le murmure enivrant des dieux...” (Quinet).

(Jules Michelet, Renaissance, 1855)

TETE DE LEDA (dessin naguère attribué à Léonard, Castello Sforzesco, Milan)

TETE DE LEDA (dessin naguère attribué à Léonard, Castello Sforzesco, Milan)

Cliché « GIRAUDON » (LA 20457).

Ses figures expriment une sensibilité et un esprit incroyables ; elles regorgent d’idées et de sensations inexprimées. A côté d’elles, les personnages de Michel-Ange ne sont que des enfants placides dont l’âme endormie n’a pas vécu. Les siennes sentent et pensent par tous les traits de leur visage et de leur physionomye ; il faut un certain temps pour se mettre en conversation avec elles : non pas que leur sentiment soit trop peu marqué, au contraire il jaillit de l’enveloppe entière, mais il est trop délié, trop compliqué, trop en dehors et au-delà du commun, insondable et inexplicable.

(Hippolyte Taine, Voyage en Italie, 1866)

TETE DE MEDUSE (attribué actuellement à l’école hollandaise du XVIIe siècle, Musée des Offices)

TETE DE MEDUSE (attribué actuellement à l’école hollandaise du XVIIe siècle, Musée des Offices)

Cliché ANDERSON-GIRAUDON (320/128).

It lieth, gazing on the midnight sky,
Upon the cloudy mountain peak supine ;
Below, far lands are seen tremblingly ;
Its horror and its beauty are divine.
Upon its lips and eyelids seem to lie
Loveliness like a shadow, from which shine,
Fiery and lurid, struggling underneath,
The agonies of anguish and of death.

*

‘Tis the tempestuous loveliness of terror;
For from the serpents gleams a brazen glare
Kindled by that inextricable error,
Which makes a thrilling vapour of the air
Become a ( ) and ever-shifting mirror
Of all the beauty and the terror there-
A Woman’s countenance, with serpents locks.
Gazing in death on heaven from those wet rocks.


Florence, 1819.
(P.B. Shelley, “On the Medusa of Leonardo da Vinci
in the Florentine Gallery”, poème inachevé)

LA MONACA (portrait d’une inconnue dite “la Monaca”, attribué à Bugiardini, Galerie Pitti, Florence)

LA MONACA (portrait d’une inconnue dite “la Monaca”, attribué à Bugiardini, Galerie Pitti, Florence)

Cliché ANDERSON-GIRAUDON (321/9).

Les portraits me frappent plus que tout le reste, parce qu’ils font saillir la particularité de la personne individuelle. L’un deux, attribué à Léonard de Vinci, s’appelle la Religieuse. Un voile blanc semblable à une guimpe est posé sur sa tête ; la poitrine nue jusqu’au milieu du sein se gonfle avec une froideur superbe au-dessus d’une robe de velours noir. Le visage est sans couleur, sauf les fortes et étranges lèvres rouges, et la physionomie tout entière est au repos avec une expression inquiétante. Ce n’est pas là une créature abstraite sortie du cerveau d’un peintre, c’est une femme réelle qui a vécu, une sœur de la Monna aussi compliquée, aussi pleine de contrastes intérieurs, aussi indéchiffrable que l’autre. Est-ce une nonne, une princesse ou une courtisane ? Peut-être les trois à la fois [...] Avec la pâleur mate du cloître, elle a la splendide nudité du monde, et l’incarnat de ses lèvres sur l’immobile figure blanche semble une fleur de pourpre éclose sur un sépulcre. Il y a une âme, une âme inconnue et dangereuse qui dort ou veille sous cette poitrine de marbre.

(Hippolyte Taine, Voyage en Italie, 1866)

PORTRAIT DE GINEVRA BENCI (Washington, National Gallery)

PORTRAIT DE GINEVRA BENCI (Washington, National Gallery)

Cliché HANFSTAENGL-GIRAUDON (LA 247/247).

Plus pâle que l’aube d’hiver, plus blanche que la cire des cierges ;
Ses deux mains ramenées sur sa poitrine plate,
Elle se tient très droite dans sa robe rouge
Du sang des cœurs qui sont morts à saigner pour elle.
La perversité niche aux coins de sa bouche ;
Ses sourires sont empennés de dédain ;
Dans ses yeux pers, diamants céruléens
Qui fixent de lointaines chimères,
Sa pensée file le rouet des impossibilités.

*

Toi qui as refusé ta lèvre au baiser profane, qui a repoussé la cyathe
Bourbeuse de la passion, et qui es restée dans ta continence de sainte,
Fidèle à ton vœu monstrueux, ô Fille du Vinci, Muse
Dépravante de l’esthétique du mal, ton sourire peut s'effacer sur la toile,
Il est fac-similé dans mon cœur, où, ainsi que la pierre jetée au gouffre
Il décrira des remous circulaires, grandissants et qui élargiront
Jusqu’à ma mort ton désir des A mours impossibles, – le Mien.
Chimère, ta vue m’altère de cette soif du Beau Mal,
Que tu es morte sans assouvir.
O sueur de la Joconde, ô sphinx pervers, je t’aime !

(Joséphin Péladan, “Rittrato muliebre”, in Le vice suprême, 1884)

LA TETE DE CIRE (Musée des Beaux-Arts de Lille)

LA TETE DE CIRE (Musée des Beaux-Arts de Lille)

Cliché des Musées Nationaux.

L’expression des traits de la Tête de cire n’est pas moins remarquable. Il y a là un poème étrange que chacun interprète d’après son sentiment, mais qu’il est impossible de déchiffrer en entier ; d’autant que la figure a, suivant l’angle sous lequel elle se présente, deux ou trois expressions absolument différentes [...] Je ne sais si cette mobilité de l’expression, qu’on ne retrouverait peut-être au même degré dans aucune autre sculpture, est une beauté de plus pour les formalistes ; j’admets que ce soit une recherche maladive. Mais, ce que je puis affirmer, c’est que l’effet produit est irrésistible, qu’il est soudain et que, pour ceux qui ont eu quelque commerce avec la petite charmeuse, cet effet se transforme inévitablement en une sorte de culte. Je l’ai dit, la Joconde et la Tête de cire sont sœurs.

(Louis Gonse, “Le musée Wicar”, in La gazette des beaux-arts, 1878)

Cette tête est divine... Elle est le grand Tout en un petit volume, car son expression donne l’image de la vie, et la matière dont elle est faite donne la sensation de la mort. Ce que nous avons écrit ensemble depuis plusieurs années est prodigieux.

(Alexandre Dumas fils, lettre à un ami, à propos d’une copie qu’il fit faire de la Tête de cire et qui ornait son cabinet de travail)

TETE DU REDEMPTEUR (dessin avec reprises à la détrempe, Milan, Brera)

TETE DU REDEMPTEUR (dessin avec reprises à la détrempe, Milan, Brera)

Cliché « GIRAUDON » (LAC 20455).

Le Vinci pour représenter le plus compréhensif des hommes, celui qui lit dans les cœurs, ne lui donne pas le sourire railleur dont il est le prodigue inventeur, ni cet air dégoûté qui m’est familier ; mais le Christ qu’il peint accepte, sans rien vouloir modifier. Il accepte sa destinée et même la bassesse de ses amis : c’est qu’il donne à toutes choses leur pleine signification. Au lieu d’étriquer la vie, il épanouit devant son intelligence la part de beauté qui sommeille dans le médiocre.

(Maurice Barrés, Un homme libre, 1887)

Que ce Christ est pauvre ! Que sa beauté est nulle, doucereuse et vraiment faite pour enlever tous les suffrages ! Ni homme ni dieu, il n’est que fade. Léonard de Vinci y fait la confession d’une grandeur et d’une défaite égales : un amour de la perfection beau comme elle ; mais il reste en deçà de la victoire : et c’est, non pas qu’il faut être parfait, mais qu’il faut atteindre la vie.

(André Suarès, Voyage du Condottière, 1910)

LE SAUVEUR DU MONDE (attribué aujourd’hui à Gianpietrino, musée des Beaux-Arts de Nancy)

LE SAUVEUR DU MONDE (attribué aujourd’hui à Gianpietrino, musée des Beaux-Arts de Nancy)

Cliché MANGIN (265382).

La toile du Vinci, le Sauveur du monde, encore qu’elle ne soit pas des meilleures, signifie de grandes choses. Deux doigts levés en geste d’initiation, ce Christ à longue figure d’ascète, les yeux vers la splendeur de l’Univers animé par son essence, indique du geste comment les harmonies rythmiques gouvernent les apparences du monde. Les yeux du Christ sont tout dans ce tableau par l’expression d’au-delà qu’ils conservent, évoquant la multitude des oracles et des lois et les merveilles des raisons morales. Car il ne faut point omettre que le Vinci fut initié de bonne heure aux secrets des sciences occultes, à la philosophie cosmique transmises par les traditions chaldéennes jusque chez les hommes de son temps, et que ses toiles retracent, soit par des pentacles, c’est-à-dire des groupements de personnages symbolisant l’alliance ou l’antagonisme des forces naturelles, soit des portraits d’extatiques, dans lesquels il a voulu rendre la béatitude de la volonté contemplant les beautés de sa création mentale.

(Paul Adam, “Les primitifs en Lorraine”, in La vogue, 1887)

AUTOPORTRAIT PRESUME (dessin à la sanguine, Turin, Bibliothèque nationale)

AUTOPORTRAIT PRESUME (dessin à la sanguine, Turin, Bibliothèque nationale)

Cliché ANDERSON-GIRAUDON (322-136).

Ce regard était vif et perçant. Mais ce n’était plus une énergie indomptable, une volonté surhumaine qui se reflétaient sur cette noble physionomie ; c’était un abattement profond, une lassitude infinie. Dans les plis de ses joues creuses, dans sa lèvre inférieure un peu proéminante, dans les coins abaissés de sa bouche fine, se trahissait une amertume dédaigneuse, un insurmontable dégoût. C’était encore Prométhée, mais un Prométhée résigné, vieux, presque caduc.

(Dmitri Merejokovsky, La résurrection des dieux)

On conte qu’il était de haute taille, la mine noble, aimable et brillant, athlète et beau cavalier. Sa beauté n’a jamais plu sans doute aux femmes : avec toute sa douceur, il se faisait craindre : elles ont peur de la pensée. Et lui-même ne paraît pas les avoir aimées, sinon pour les disséquer et les peindre. Il n’en voulait pas embarrasser sa vie. Il s’était marié à la science. Qu’il ait été le beau jeune homme qu’on dit, je ne m’en soucie guère. Je ne veux le voir que sous les traits d’un magnifique et saint vieillard, d’un Hermès Trismégiste. Tel il est dans l’admirable sanguine de Turin. On ne veut plus, à présent, que ce soit lui : à cette image de vieux lion, on préfère le dessin de Windsor fade, fat et sans accent.

(André Suarès, Voyage du Condottière, 1910)

MODESTIE ET VANITE (attribué aujourd’hui à Bernardino Luini, collection privée)

MODESTIE ET VANITE (attribué aujourd’hui à Bernardino Luini, collection privée)

Cliché BERGHOLZ (8102).

Cette allégorie subtile où la vie contemplative et la vie passionnelle sont figurées d’une manière intense sans accessoire : le calme de l’expression donne à cette peinture la grandeur d’un bas-relief ancien quoique la complexité de la Renaissance y rayonne [...] Les deux femmes se comprennent, l’emmêlement des mains l’exprime. Ce sont les deux soeurs éternelles dont l’Antiquité faisait des frères : Eros et Antéros.

(Joséphin Péladan, Modestie et Vanité, 1902)

Ce ne sont que deux figures de femme sur un fond sombre. Ici, comme par contraste, ce qu’il y a d’idées est incroyable. Cet homme est le plus profond, le plus pensif de tous les peintres, un penseur raffiné qui a des curiosités, des caprices, des délicatesses, des exigences, des sublimités, peut-être des tristesses au-delà de tous ses contemporains [...] L’expression de la figure qui représente la Vanité est incroyable [...] Elle sourit étrangement, tristement, de ce sourire propre à Vinci, avec la plus singulière supériorité mélancolique et railleuse, une reine, une femme adorée, une déesse qui aurait tout et trouverait que c’est bien peu aurait ce sourire.

(Hippolyte Taine, Voyage en Italie, 1866)

LA MORT DE LEONARD DE VINCI (gravure d’après le tableau de Gigoux du musée de Besançon)

LA MORT DE LEONARD DE VINCI (gravure d’après le tableau de Gigoux du musée de Besançon)

Cliché Bibl. Nat. (81C 105825).

Les invasions françaises ayant détruit sa fortune, il se décida à aller manger le pain de l’étranger. Depuis longtemps François 1er, qui avait vu ses chefs d’œuvre et qui connaissait sa position précaire, lui offrait un honorable asile. Malgré ses soixante-dix ans, le Vinci accepta l’offre généreuse du monarque, et partit pour la France. François 1er le reçut avec de grands témoignages de joie et d’affection. Léonard ne vécut que cinq ans auprès de son admirateur, et n’eut point le temps d’achever les différents tableaux qu’il avait commencés pour lui. Le chagrin d’avoir été surpassé, de son vivant, dans une seule partie de l’art abrégea ses jours. Quand il sentit sa fin approcher, il se prépara à la mort avec la plus parfaite résignation. Léonard avait toujours été très religieux ; il reçut les sacrements de l’Eglise avec une grande dévotion. Au moment de la communion, il se fit descendre de son lit, disant qu’il ne devait recevoir son Dieu qu’à genoux ; ses amis et ses serviteurs le soutenaient. Le Roi, qui le visitait souvent avec amitié, survint alors. Léonard, plein de respect pour le prince, se mit sur son lit, et lui racontant les accidents de sa maladie, demanda pardon à Dieu et aux hommes de n’avoir point fait pour son art tout ce qu’il aurait pu. Le roi se leva, et lui tint la tête pour alléger son mal ; mais comme si ce divin artiste eût senti qu’il ne pouvait espérer un plus grand bonheur sur cette terre, il expira dans les bras du monarque.

(F. Valentin, Les peintres célèbres, 1841)

AFFICHE DU SALON DE LA ROSE – CROIX DE 1894 (Joseph d’Arimathie, premier maître du Graal, figuré sous les traits approximatifs de Léonard de Vinci, fait face à Dante)

AFFICHE DU SALON DE LA ROSE – CROIX DE 1894 (Joseph d’Arimathie, premier maître du Graal, figuré sous les traits approximatifs de Léonard de Vinci, fait face à Dante)

Cliché Musée des Arts Décoratifs (232).

CIRCE par Lucien Lévy-Dhurmer, 1897 (pastel, Brest, musée des Beaux-Arts)

CIRCE par Lucien Lévy-Dhurmer, 1897 (pastel, Brest, musée des Beaux-Arts)

Cliché des Musées Nationaux (72 EN 8675).

comme un reflet superficiel d’un Vinci, – d’un Vinci regardé déjà à travers une grâce luinesque [...] ce souvenir de Léonard est évoqué chez Lévy-Dhurmer par cette prédilection pour les sourires fuyants, les regards noyés et les visages inclinés [...] Son goût des sentiments complexes devait nécessairement s’arrêter de préférence à ces traits extérieurs qui en sont le signe...

(Gustave Soulier, “Lévy-Dhurmer”, in Art et décoration, 1898)

LA MORT DU FOSSOYEUR par Carlos Schwabe, 1901 (Aquarelle, cabinet des dessins du musée du Louvre)

LA MORT DU FOSSOYEUR par Carlos Schwabe, 1901 (Aquarelle, cabinet des dessins du musée du Louvre)

Cliché des Musées Nationaux (72 EN 1606).

œuvre émouvante, dont le caractère et le sentiment s’imposent irrésistiblement, alors que certains dessous de la signification profonde voulue par l’auteur pourraient échapper.

(Gaston Soulier, “Œuvres récentes de Carlos Schwabe”, in Art et décoration, 1901)

LA BELLE FERRONNIERE

LA BELLE FERRONNIERE

Cliché des Musées Nationaux (66 DN 1812).

GLOUCOUNDA (Char du Carnaval de Nice, Gustave-Aldophe Mossa, 1912, Musée Masséna)

GLOUCOUNDA (Char du Carnaval de Nice, Gustave-Aldophe Mossa, 1912, Musée Masséna)

Cliché Michel de Lorenzo.

Table des illustrations

Titre LA JOCONDE (gravure par Calamatta, 1853)
Crédits Phot. Bibl. Nat. (C 77856).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre SAINT JEAN BAPTISTE (Musée du Louvre)
Crédits Cliché des Musées Nationaux (73 EN 5845).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre BACCHUS (Musée du Louvre)
Crédits Cliché des Musées Nationaux (76 EN 4460).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre TETE DE LEDA (dessin naguère attribué à Léonard, Castello Sforzesco, Milan)
Crédits Cliché « GIRAUDON » (LA 20457).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre TETE DE MEDUSE (attribué actuellement à l’école hollandaise du XVIIe siècle, Musée des Offices)
Crédits Cliché ANDERSON-GIRAUDON (320/128).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre LA MONACA (portrait d’une inconnue dite “la Monaca”, attribué à Bugiardini, Galerie Pitti, Florence)
Crédits Cliché ANDERSON-GIRAUDON (321/9).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre PORTRAIT DE GINEVRA BENCI (Washington, National Gallery)
Crédits Cliché HANFSTAENGL-GIRAUDON (LA 247/247).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre LA TETE DE CIRE (Musée des Beaux-Arts de Lille)
Crédits Cliché des Musées Nationaux.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre TETE DU REDEMPTEUR (dessin avec reprises à la détrempe, Milan, Brera)
Crédits Cliché « GIRAUDON » (LAC 20455).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre LE SAUVEUR DU MONDE (attribué aujourd’hui à Gianpietrino, musée des Beaux-Arts de Nancy)
Crédits Cliché MANGIN (265382).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre AUTOPORTRAIT PRESUME (dessin à la sanguine, Turin, Bibliothèque nationale)
Crédits Cliché ANDERSON-GIRAUDON (322-136).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre MODESTIE ET VANITE (attribué aujourd’hui à Bernardino Luini, collection privée)
Crédits Cliché BERGHOLZ (8102).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre LA MORT DE LEONARD DE VINCI (gravure d’après le tableau de Gigoux du musée de Besançon)
Crédits Cliché Bibl. Nat. (81C 105825).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre AFFICHE DU SALON DE LA ROSE – CROIX DE 1894 (Joseph d’Arimathie, premier maître du Graal, figuré sous les traits approximatifs de Léonard de Vinci, fait face à Dante)
Crédits Cliché Musée des Arts Décoratifs (232).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre CIRCE par Lucien Lévy-Dhurmer, 1897 (pastel, Brest, musée des Beaux-Arts)
Crédits Cliché des Musées Nationaux (72 EN 8675).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre LA MORT DU FOSSOYEUR par Carlos Schwabe, 1901 (Aquarelle, cabinet des dessins du musée du Louvre)
Crédits Cliché des Musées Nationaux (72 EN 1606).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre LA BELLE FERRONNIERE
Crédits Cliché des Musées Nationaux (66 DN 1812).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre GLOUCOUNDA (Char du Carnaval de Nice, Gustave-Aldophe Mossa, 1912, Musée Masséna)
Crédits Cliché Michel de Lorenzo.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/69434/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 732k

© Presses universitaires du Septentrion, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search