Version classiqueVersion mobile

Walter Benjamin, le critique européen

 | 
Heinz Wismann
, 
Patricia Lavelle

Avant-propos

Heinz Wismann et Patricia Lavelle

Texte intégral

1Dans une lettre célèbre, Benjamin inscrit son œuvre sous le signe de la critique littéraire. Il voulait ainsi placer ses travaux dans un domaine de la prose qui, fréquenté autrefois par les romantiques mais aussi par Nietzsche et d’autres, se situe entre la littérature et la philosophie. Marquée par cette double appartenance, sa production se caractérise moins par l’unité de la matière que par le mode de mise en forme de matériaux historiques les plus divers. Car Benjamin ne visait pas la construction systématique d’une théorie, mais la recherche d’une certaine expérience théorique. C’est dans cette perspective que la critique peut être considerée comme la forme même de sa pensée.

2La critique a chez lui une double dimension : celle de la reconstruction méthodique de l’objet signifiant et celle de l’instauration de l’écart qui, préparé déjà par la distance historique, fait éclater son unité de sens. Ce geste, qui se fonde sur la philosophie du langage du jeune Benjamin, renvoie également à la théorie de l’histoire de sa maturité. Mais c’est dans la réflexion sur le concept de critique d’art qu’il élabore le paradigme intellectuel qui, au sein même de l’œuvre, prend appui sur la conception romantique d’une critique immanente à l’objet qu’elle achève.

3L’objectif de la rencontre qui est à l’origine de cet ouvrage était de réfléchir aux fondements théoriques du geste critique chez Benjamin, en revenant sur les sources littéraires et philosophiques de sa pensée. Loin des célébrations empathiques et des actualisations superficielles qui ont souvent caractérisé la première réception française de l’auteur, nous avons proposé aux participants d’adopter un regard critique à l’égard du critique et de privilégier la discipline des textes, la patience des lectures qui insistent sur les détails et cherchent à comprendre ce qui se dérobe à première vue. Cependant, la cohérence du résultat n’implique pas l’unanimité des points de vue ou le consensus entre les auteurs : l’unité qui se dégage de ce recueil est celle d’une constellation, où les renvois entre les contributions ne montrent pas seulement l’accord possible entre des hypothèses d’interprétation ou des manières d’approcher les textes, mais indiquent bien souvent un désaccord fertile, qui suscite et alimente la discussion.

4Dans Monsieur Teste et le caractère destructeur, Gérard Raulet étudie les essais critiques de Benjamin sur la littérature française et en particulier sur Valéry, tout en confrontant les positions théoriques de l’écrivain et du penseur. Uwe Steiner (Walter Benjamin et sa critique du Romantisme allemand) examine attentivement la critique benjaminienne des romatiques, tout en abordant, comme G. Raulet, le rapport entre esthétique et politique. Il partage avec Patricia Lavelle (L’arbre et le jugement. Les racines criticistes de la philosophie du langage de Benjamin), qui cherche à identifier les fondements criticistes de la réflexion sur le langage à partir de la notion de jugement, l’intérêt pour les sources kantiennes de la pensée de Benjamin. Marc de Launay (Messianisme et philologie du langage) thématise également la philosophie du langage, mais sous un autre angle : en indiquant le lien entre messianisme et langage, il examine la notion de nom dans une perspective critique à l’égard des positions de Benjamin.

5À partir de la lecture de « Deux poèmes de Friedrich Hölderlin », texte de jeunesse dans lequel s’amorce une première réflexion sur le commentaire d’œuvres littéraires, Marino Pulliero (Généalogies benjaminiennes) retrace les généalogies de la notion de critique de Benjamin dans les courants de pensée de l’Allemagne wilhelmienne. Les thèses de l’auteur, examinées dans leur rapport complexe au contexte d’époque, sont ainsi relativisées et critiquées. Dans le même esprit de recherche, Emmanuel Levaufre (« Donner leur physionomie aux dates ». Benjamin et le Cercle de George) s’intéresse aux rapports complexes de Benjamin avec le Cercle de George et identifie chez l’auteur la reformulation de certains aspects de l’idéologie esthétique et historiographique des georgiens. Jean Lacoste (Le tombeau de Benjamin : une lecture de « Loggias »), qui a traduit Enfance berlinoise autour de 1900, commente ce projet autobiographique à partir de la lecture attentive de « Loggias », le premier chapitre de sa dernière version. « En ce moment la contemplation d’œuvres d’art est peut-être le seul domaine où je progresse » : Walter Benjamin dans les musées, de Robert Kahn, cherche à présenter, à partir de la lecture de la correspondance, l’appréciation que l’auteur avait de l’art plastique, et notamment des avant-gardes de son époque, dans une approche également biographique. Michael Schmidt, quant a lui, (L’allégorie entre écriture et instant) aborde la problématique de l’allégorie dans Origine du drame baroque allemand à partir des catégories de contenu concret et de contenu de vérité. Pour conclure, encore une critique du critique : Jean Bollack (Benjamin devant Kafka) met en question les catégories interprétatives dans lesquelles Benjamin saisit l’œuvre de Kafka, tout en s’intéressant lui-même à la lecture et à l’interprétation de l’écrivain.

Auteurs

Heinz Wismann, directeur d’études à l’EHESS, a consacré de nombreuses études à la philosophie antique, à l’histoire des traditions savantes, ainsi qu’à l’émergence des philosophies de la culture dans le sillage du criticisme kantien. Il a contribué à faire connaître l’œuvre de Benjamin en France avec l’organisation, en 1983, du colloque international « Walter Benjamin et Paris ».

Docteur en philosophie et sciences sociales à l’EHESS, où elle enseigne actuellement, responsable de l’organisation du programme de formation « Figures de l’herméneutique ». Partant de l’étude des sources kantiennes de la pensée de Benjamin, ses recherches portent sur le statut symbolique de la rationalité réflexive. CRIA

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search