Version classiqueVersion mobile

Les fils d’un entrelacs sans fin

 | 
Philippe Guisgand

Notes

Texte intégral

1) On trouvera une excellente chronologie des œuvres dans le livre Rosas/Anne Teresa De Keersmaeker, Tournai, La Renaissance du livre, 2002. Cette chronologie est mise à jour au fil de la vie de la compagnie sur le site www.rosas.be.

2) Les entretiens avec Anne Teresa De Keersmaeker, Fumiyo Ikeda, Johanne Saunier et Vincent Dunoyer ont été intégralement publiés dans Lire le corps : une voie interprétative. La danse dans l’œuvre d’Anne Teresa De Keersmaeker (thèse de doctorat, Université de Lille 3, 2005), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Thèse à la carte », 2007. Cette thèse est également publiée en ligne à l’adresse suivante : http://www.univ-lille3.fr/​theses/​GUISGAND_PHILIPPE/​html/​these.html.

3) La compagnie Rosas met à disposition du public les captations de ses spectacles et certaines vidéodanses dans une collection audiovisuelle intitulée Rosas Visual Library.

  • 1 Dirk Lauwaert, « Herman Sorgeloos, une recherche », in H. Sorgeloos, Rosas Album, op. cit., p. 123.

4) « Le photographe de théâtre doit être un spectateur grand et intense. Il se trouve fraternellement aux côtés du critique, lequel par les mots exprime les expériences des spectateurs. Le critique-spectateur idéal essaie, en regardant, de comprendre le visible lui- même, de distinguer ce qui est général dans ce qui est concret, l’abstrait dans le détail, la philosophie dans les données physiques. Qui, mieux que le spectateur photographe, peut saisir le détail concret, visible ? Aucun critique ne peut l’imiter. Mais quel photographe est capable de suggérer, au moyen de l’instant volé, une généralité, de visualiser une idée claire ? »1

1C’est en lisant ces lignes que j’ai décidé de faire cohabiter quelques clichés, choisis parmi les centaines que recèlent les archives de Rosas. Ils ponctuent davantage le texte, convoquent la mémoire du lecteur-spectateur ou donnent un point de départ à l’imaginaire de qui n’a pas vu le spectacle. Ces photos ont en commun un cadre neutre, proche de la captation, auquel se mêle un instant d’intensité de la représentation. Cette instantanéité de l’image me renvoie à mon propre défi : aligner des mots faits pour être lus à propos d’une chose faite pour être vue.

2Les droits de reproduction des photographies ont été cédés gracieusement par Herman Sorgeloos ; qu’il en soit ici remercié.

Notes

1 Dirk Lauwaert, « Herman Sorgeloos, une recherche », in H. Sorgeloos, Rosas Album, op. cit., p. 123.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search