Version classiqueVersion mobile

Figures d’empire, fragments de mémoire

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

C. Prosopographie, histoire sociale et administration

16. Administrer et exploiter les mines en Gaule méridionale : le rôle de Narbonne (ier siècle av. J.-C – iie siècle ap. J.-C.)

Maria-Luisa Bonsangue

Résumé

De nouvelles découvertes épigraphiques et archéologiques permettent de ré-évaluer le rôle joué par la cité de Narbonne dans l’exploitation des mines de Gaule méridionale entre le ier siècle av. J.-C et le iie siècle ap. J.-C. Ces données, combinées aux apports de la bibliographie récente, tendent à montrer que cette cité a eu une part importante dans la mise en valeur des ressources minières de son arrière-pays. Sous la République, c’est à Narbonne, alors capitale provinciale, que le gouverneur procédait à l’affermage des districts miniers aux entrepreneurs spécialisés. Lieu d’immigration privilégié, c’est dans l’emporion de Narbonne que confluaient hommes d’affaires italiens et publicains, fascinés entre autres par les revenus à tirer des mines d’argent des Cévennes. Des citoyens de la colonie pouvaient, aussi, directement participer à cette activité d’exploitation. Au début du Haut Empire, la cité sert encore de point d’appui à des entrepreneurs italiens impliqués dans l’extraction du fer de la Montagne Noire. Au iie siècle, l’inscription du conductor ferrariarum témoigne de l’intérêt toujours vif de certains Narbonnais envers l’extraction des métaux des mines du territoire, que celles-ci aient appartenu à l’État ou à la cité.

Texte intégral

  • 1 Plin., nat., 3, 138 : metallorum omnium fertilitate nullius cedit terris sed interdictum id uetere (...)

1L’exploitation minière dans le monde romain a largement participé à l’enrichissement des individus, des cités et de l’État, aussi bien sous la République que sous l’Empire. Les mines qui appartenaient au domaine public faisaient l’objet d’une attention particulière de la part des autorités romaines, car elles constituaient l’un des principaux revenus de l’État : elles produisaient les métaux nécessaires à la frappe de la monnaie, à l’armement militaire et aux constructions publiques (notamment les scellements des blocs architecturaux et les canalisations pour le transport de l’eau). Bien que selon Pline l’Ancien, l’Italie ne fût pas dépourvue de mines, la plus grande partie des revenus miniers de l’État provenait des provinces1.

  • 2 Plin., nat., 34, 164 et 37, 77 ; Strabon, Géogr., III, 5, 11 ; III, 2, 8 ; V, 1, 12.
  • 3 Cl. Domergue, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, Paris, P (...)
  • 4 Pour un bilan de ces questions voir J. Andreau, « Recherches récentes sur les mines à l’époque roma (...)
  • 5 S. Mrozek, « Aspects sociaux et administratifs des mines d’or en Dacie », Apulum, 1968, p. 307-326  (...)
  • 6 Sur la question voir, Cl. Domergue, Mines antiques, p. 202-203.
  • 7 Pour la bibliographie la plus récente sur les mines en Gaule, se référer à Cl. Domergue, V. Serneel (...)
  • 8 R. Sablayrolles, « L’administration des mines de fer en Gaule romaine », dans Mineria y Metallurgia (...)

2C’est donc dans les provinces que l’activité minière était principalement concentrée à l’époque romaine. Déjà, les textes anciens célébraient la richesse en métaux de l’Espagne, de la Gaule, de la Bretagne et de l’Illyricum2. Les travaux de Cl. Domergue et, en particulier un ouvrage de publication récente, contribuent aujourd’hui à fournir une vision assez détaillée de la géographie minière du monde romain, des techniques de production ainsi que des modes de gestion et d’exploitation des mines3. Cependant, notre information sur l’administration des mines du monde romain demeure inégale selon les régions et reste conditionnée par la diversité de la documentation disponible4. Les cas de la Péninsule Ibérique, de l’Illyricum et de la Dacie sont bien connus grâce à de riches dossiers documentaires5. En revanche, beaucoup de doutes persistent sur la Sardaigne, les Gaules, la Bretagne et les Germanies6. En ce qui concerne la Gaule, la recherche archéologique a accompli d’énormes progrès depuis une trentaine d’années7. Il est possible désormais de dessiner une carte des principaux sites miniers de l’espace correspondant aux quatre provinces gauloises. Tous les métaux y étaient extraits : du fer surtout, mais aussi, dans une moindre mesure, de l’or, de l’argent, du plomb, du cuivre, et de l’étain ; de grands et de petits districts sont concentrés dans l’Ouest, dans la région en amont de la Seine, et, dans le Sud, du Massif central aux Pyrénées. Quant à la gestion et à l’administration des mines des Gaules, une étude de R. Sablayrolles présentée en 1985 semblait avoir abordé, et en partie résolu, les questions majeures8. Mais cette étude ne concernait que l’époque impériale et les modes d’exploitation des mines sous la République en Gaule ont été totalement ignorés, faute de documents.

  • 9 G. Barruol et R. Gourdiole, « Les mines antiques de la haute vallée de l’Orb (Hérault) », dans Cl. (...)
  • 10 Vell., 1, 15, 1 ; Cic., Font., 5, 13 et Strabon, IV, 1, 12.
  • 11 G. Rancoule et Y. Solier, « Les mines antiques des Corbières audoises », dans Mines et mineurs en L (...)
  • 12 Voir cependant, V. Barouillet, A. Lamy, G. Mut, J. Pinéda, A. Siret, « Mines et fonderies antiques (...)
  • 13 M. Gayraud, Narbonne Antique, des origines à la fin du iiie siècle (RAN, suppl. 8), Paris, 1981, p. (...)

3Or, depuis les années 1980, de nouvelles découvertes épigraphiques (sur pierre et sur instrumentum) et archéologiques (terrestres et sous-marines) ont permis d’enrichir ce tableau. Ces progrès importants ont concerné, entre autres, le secteur méridional du monde gaulois, plus précisément la partie occidentale de la province de Gaule Transalpine, devenue sous Auguste la Gaule Narbonnaise. Ces découvertes apportent de nouveaux éléments pour mieux comprendre l’administration des mines de Gaule méridionale et le commerce des métaux extraits. Elles concernent plus précisément les mines de fer de la Montagne Noire et les mines d’argent des Cévennes exploitées par Rome dès le ier siècle av. J.-C9. Cette région était occupée par la cité de Narbonne, colonie romaine fondée en 118 av. J.-C., capitale de la province de Transalpine/Narbonnaise, et emporion « de la Celtique entière » : elle constituait donc un foyer d’animation économique de premier plan en territoire gaulois ainsi qu’une plaque tournante des trafics méditerranéens en Gaule pendant la République et le tout début du Haut-Empire10. Mis à part ces deux pôles majeurs, rappelons que d’autres districts miniers étaient exploités à l’époque romaine autour de Narbonne : celui proche des Corbières (au sud de Narbonne), prospecté à partir des années 197011, et les secteurs plus éloignés du Canigou (Pyrénées orientales) et des Cabrières (Hérault), qui sont en revanche moins bien connus12. Cette concentration de sites miniers autour de Narbonne invite à s’interroger sur la manière dont la cité pouvait éventuellement intervenir dans leur exploitation et dans leur gestion à partir du moment où ces gisements étaient entrés dans les mains de Rome. Ce problème avait déjà été abordé par M. Gayraud au début des années 1980 dans son ouvrage de référence sur Narbonne13. Malgré les brillantes intuitions de cet auteur, la documentation alors disponible ne fournissait de données certaines que pour le iie siècle ap. J.-C. et ne permettait que de formuler des hypothèses sur le rôle de Narbonne dans l’exploitation des mines à l’époque républicaine et au ier siècle ap. J.-C. Il en ressortait alors que si des liens entre Narbonne et les mines de la partie occidentale de la Gaule méridionale pouvaient être supposés, aucune preuve ne pouvait être avancée quant à leur réalité effective et leur nature, notamment pour les périodes les plus anciennes. L’emprise économique de l’emporion de Narbonne sur son arrière-pays demeurait donc mal connue et assez floue. Dans ce contexte, l’ensemble des découvertes accomplies depuis les travaux de M. Gayraud, désormais présentées succinctement dans le dernier ouvrage de Cl. Domergue, invitent à rouvrir le dossier de l’administration et de la gestion des mines de Gaule méridionale et à réévaluer le rôle qu’a pu jouer Narbonne dans leur exploitation sous la République et le Haut-Empire.

4Il est donc possible de se demander dans quelle mesure l’emporion de Narbonne a contribué à la gestion et à la mise en valeur des mines de Gaule méridionale entre le ier siècle av. et le iie siècle ap. J.-C. Pour tenter de répondre à cette question, il est nécessaire de distinguer les relations entre Narbonne et les différents secteurs miniers de son arrière-pays en fonction de la chronologie, car, selon les époques, le système d’exploitation du domaine minier a connu des changements considérables.

Narbonne et les mines d’argent de la vallée de l’Orb (ier siècle av. J.-C.)

  • 14 Strabon, IV, 2, 2 : « Chez les Pétrucores se trouvent de belles ferrières ainsi que chez les Bituri (...)
  • 15 R. Gourdiole et Chr. Landes, Transalpine, p. 57-59.
  • 16 Sur la question très discutée de la date d’annexion de ce peuple à la province, voir M. Christol, « (...)
  • 17 Cic, Font., 6, 14-15.
  • 18 En effet, selon le droit romain, il n’y avait pas de différence entre la propriété du sol et la pro (...)
  • 19 R. Gourdiole et Chr. Landes, Transalpine, p. 62. Sur les thermes de Lascours, voir A. Bouet, Les th (...)
  • 20 G. Barruol et R. Gourdiole, Mines, p. 79-93.
  • 21 Ibidem, p. 61.
  • 22 Se référer par exemple, à la Societas Argentariarum Fodinarum Montis Ilucronensis Galena qui exploi (...)

5Dans la description géographique de la Gaule qu’il a livrée, Strabon rappelait l’existence de mines d’argent et de plomb argentifère aux pieds des Cévennes dans le secteur de la Haute vallée de l’Orb14. L’archéologie a montré que ces gisements avaient été exploités dès la fin du iie siècle av. J.-C. et pendant tout le ier siècle ap. J.-C15. Le secteur était habité par le peuple des Rutènes, en partie intégré dans la province de Transalpine, probablement à la suite du passage de Pompée en Gaule méridionale dans les années 70 av. J.-C16. Son territoire, qui eut à souffrir des confiscations effectuées par Pompée, évoquées dans le Pro Fonteio de Cicéron17, était vraisemblablement inscrit dans l’ager publicus populi Romani, le domaine public de l’État romain. De ce fait, les mines de cette région devaient être la propriété de l’État qui en administrait l’exploitation18. Dans cette zone, sur le site de Lascours, des fouilles récentes ont mis au jour les vestiges d’un véritable village minier, actif au cours du ier siècle av. J.-C19. Les découvertes ont montré qu’il s’agissait d’une bourgade conçue pour des Italiens, avec une rue principale, des murs bâtis en dur et des thermes privés qui rappellent ceux qui existaient en Italie au milieu du ier siècle av. J.-C. La découverte à cet endroit d’un bon nombre de tessères et d’étiquettes en plomb permet de connaître les modes d’exploitation de ce secteur minier20. Ces documents datent d’une période qui se situe entre les années 70 et les années 30 av. J.-C. et mentionnent une SOC(ietas) ARG(enti) FOD(inarum) ROT(enorum)21. L’association en question était une société italienne anonyme, impliquée dans la mise en valeur des mines de Transalpine et semblable à celles que l’on trouve dans les mines de la Péninsule Ibérique22, ayant fait du village minier son centre d’opérations. Comment interpréter son activité dans ce secteur ?

  • 23 Le système d’exploitation des mines aux mains des privés et des cités est inconnu. Voir Cl. Domergu (...)
  • 24 Pour un tableau complet et mis à jour voir, Cl. Domergue, Mines Antiques, p. 192-196.
  • 25 Voir à ce propos, Cl. Nicolet, « Deux remarques sur l’organisation des sociétés de publicains à la (...)
  • 26 Cl. Domergue, Mines, p. 241-252.
  • 27 A. Mateo, Manceps, redemptor et publicanus. Contribución al estudio de los contratistas públicos en (...)
  • 28 Cl. Domergue, « Le régime juridique des mines du domaine public à Rome. À propos d’un ouvrage récen (...)
  • 29 Par exemple Cn. Atellius T. f. Me(nenia) attesté par un lingot de plomb trouvé au large de Carthagè (...)
  • 30 Voir par exemple la société de L. Gargilius T. f. et M. Laetilius M. l., attestée par un lingot pro (...)
  • 31 C’est-à-dire désignées par le nom du district ou du métal ou les deux : Societas Sisaponensis Cic.,(...)
  • 32 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 194-195.
  • 33 Voir Cl. Domergue, Régime, p. 223.
  • 34 Le régime de l’occupatio se fondait sur le principe de la libre occupation du domaine minier. Les o (...)
  • 35 C’est la procédure que Cl. Domergue considère comme vraisemblablement pratiquée à côté de l’occupat (...)
  • 36 La reconstitution proposée par Cl. Domergue, à la suite des travaux d’A. Mateo, détache les procédu (...)

6Il faut d’abord essayer de voir comment s’organisait l’exploitation des mines appartenant à l’État sous la République23. Le système employé était celui de la ferme républicaine. Les travaux de Cl. Domergue ont beaucoup insisté sur la fonction des personnages impliqués dans ce système et permettent d’esquisser le tableau suivant24. L’État possédait les mines : il en affermait l’exploitation à des particuliers qui devaient payer un uectigal (une redevance soit en nature soit en argent) à l’aerarium de Rome. En outre, l’État procédait à l’affermage de la perception du uectigal sur l’exploitation des mines à d’importantes sociétés anonymes de publicains (organisées selon les provinces comme celles qui percevaient le portorium d’Asie et de Bithynie)25. Dans sa thèse d’État consacrée aux mines de la Péninsule Ibérique26, Cl. Domergue pensait qu’exploitants et publicains pouvaient se confondre, c’est-à-dire que les compagnies fermières des revenus miniers pouvaient aussi assurer l’exécution concrète des travaux d’extraction et de réduction du minerai. Très récemment, inspiré par les recherches du savant espagnol A. Mateo27, l’auteur a changé d’avis28. Il est désormais convaincu que les publicains, organisés en sociétés de grande envergure, ne faisaient que recouvrir la perception du uectigal, au service de l’État, alors que des particuliers, soit individuellement29, soit réunis en petites ou moyennes sociétés de droit privé30, dont certaines « anonymes »31, procédaient à la réalisation matérielle des travaux d’exploitation. Les noms de ces exploitants individuels et les dénominations des sociétés minières exécutant les travaux de mise en valeur des gisements se retrouvent attestés par les estampilles sur les lingots de plomb ou d’argent hispanique32. Ces entrepreneurs payaient le montant du uectigal, qui devait peser sur la production33, aux publicains. Ceux-ci, après en avoir estimé le montant de manière forfaitaire et l’avoir versé à l’avance à l’aerarium public, se remboursaient de ces versements anticipés sur les exploitants. Or, si l’adjudication de la perception des redevances et taxes qui pesaient sur les mines se faisait à Rome (par locatio censoria tous les cinq ans), les travaux d’exploitation étaient affermés aux particuliers dans les provinces mêmes. C’était le gouverneur qui se chargeait de cette opération : le droit d’exploitation était obtenu soit par la procédure de l’occupatio34, soit par le biais d’enchères publiques35. Le gouverneur enregistrait les déclarations des occupants des mines, tenait à jour les registres et pouvait ainsi établir l’assiette du uectigal. C’est donc de cette manière qu’il faut désormais entendre l’expression de ferme républicaine : affermage par les gouverneurs aux entreprises minières spécialisées et non aux societates publicanorum. Les exploitants pouvaient ainsi mener les travaux de mise en valeur des mines sans aucun contrôle de la part des autorités. Le métal extrait leur appartenait entièrement et ils pouvaient ensuite le revendre pour sa commercialisation. Ce système permettait aux petites et moyennes entreprises privées de participer de manière considérable aux profits miniers. Cependant, il n’empêchait pas les abus de la part des grandes compagnies de publicains. Celles-ci pressuraient les exploitants lors de la levée des contributions dues et en tiraient d’énormes bénéfices financiers. En effet, ces structures vectigaliennes, échappant au contrôle direct de l’État, devenaient de plus en plus riches et puissantes, surtout vers la fin de la République36.

  • 37 Cl. Domergue, Mines, p. 261, n. 16 ; J. Andreau, Mines, p. 95 et R. Gourdiole et Chr. Landes, Trans (...)
  • 38 Cl. Domergue, Mines Antiques, p. 194.
  • 39 Cic., Font., 5, 12 et 20, 46 ; ces sociétés de publicains percevaient aussi d’autres uectigalia pro (...)
  • 40 Pour une liste exhaustive des sociétés minières « anonymes » attestées en Péninsule Ibérique, voir (...)
  • 41 J. Andreau, « Negotiator », Der Neue Pauly, 2000, 8, col. 783-785. Pour une autre définition de ce (...)
  • 42 Cic., Quinct., 3, 12 et 4, 14.
  • 43 Sur la question, voir M. Christol, « Narbonne : un autre emporion à la fin de l’époque républicaine (...)
  • 44 G. Barruol, et R. Gourdiole, Mines, p. 61.
  • 45 Cl. Domergue, Mines, p. 258, 263 et 274.

7Si l’on pensait au départ que les tessères en plomb de Lascours mentionnaient une société de publicains37, il faut désormais reconnaître, comme Cl. Domergue38, qu’elles se réfèrent à une association privée désignée du nom du district minier assurant seulement des travaux d’exploitation. Le recouvrement des redevances et taxes, le uectigal, devait en revanche être l’apanage des compagnies de publicains anonymes (societates publicanorum), ce qui constituait d’ailleurs leur activité caractéristique dans chaque province dans laquelle elles opéraient. Celles-ci existaient certainement en Transalpine dans les années 70 av. J.-C. comme le montre le Pro Fonteio de Cicéron. En effet, l’avocat qui défend Fonteius montre à plusieurs reprises dans son plaidoyer que, parmi les soutiens du gouverneur, il y avait aussi de nombreux publicains qui prenaient à ferme les revenus provinciaux39. Quant à la Societas Argentifodinarum Rutenorum, mentionnée sur les tessères en plomb de Lascours, elle était constituée par des individus certainement originaires d’Italie, comme les sociétés qui sont aussi présentes en Péninsule Ibérique40. Ces sociétés d’exploitants (sociétés minières) étaient composées par des hommes d’affaires qui s’installaient dans les nouvelles provinces conquises par Rome à la recherche de profits à réaliser. Il est certain que ces individus, que l’on appelle parfois negotiatores41, devaient faire de Narbonne, capitale de la province, leur point d’appui officiel pour entamer l’exploitation des ressources provinciales. Cette idée serait d’ailleurs confirmée par le Pro Quinctio de Cicéron, prononcé en 81 av. J.-C. Le plaidoyer évoque l’installation en Gaule méridionale d’une société de spéculateurs italiens, aux intérêts orientés vers l’agriculture, ayant fait de Narbonne le point de passage obligé pour la gestion de leurs affaires42. Or, ce témoignage laisse supposer qu’un mouvement migratoire à des fins spéculatives a pu largement concerner la capitale provinciale dès les années 80 av. J.-C43. Par ailleurs, on peut se demander si la Societas Argentifodinarum Rutenorum avait le monopole de l’exploitation des mines d’argent de l’Orb. Certes, on ne connaît pas l’extension du district minier exploité par cette société, mais on peut douter qu’elle ait pu en avoir l’exclusivité. En effet, la présence à Lascours d’une seule tessère avec la légende SOC(ietas) ARC(entifodinarum) S(…) S(…)44 pourrait suggérer l’activité d’une autre société concurrente dans le même secteur, comme cela se produisait en Hispanie dans les mines de Posadas, au cœur de la Sierra Morena45.

  • 46 M. Christol et G. Bellan, « Une inscription romaine à Villemagne-l’Argentière : le site de St. Mart (...)
  • 47 Après le milliaire de Gn. Domitius Ahenobarbus, trouvé dans l’Aude et datant de 118 av. J.-C. (AE, (...)
  • 48 AE, 1986, 470 : [---]erei (Gaiae) [l.---] / [---] T. f. Pol. t[ribu ?]. Sur les différentes possibi (...)
  • 49 Voir M. Clavel, Béziers et son territoire dans l’Antiquité, Paris, 1970, p. 161-167.
  • 50 Cic., Quinct., 4, 14, rappelle l’existence à Narbonne d’auctiones.
  • 51 On peut aussi supposer un partage des secteurs miniers entre sociétés anonymes et entrepreneurs ind (...)
  • 52 M. Clavel-Lévêque, « Terres, contrôle et domination. Révoltes et cadastres en Transalpine », Forms (...)

8Non loin du village de Lascours, à quinze kilomètres de ce dernier, un fragment d’inscription a été trouvé en 1986, dans un site au nom évocateur de Villemagne l’Argentière. L’inscription très lacunaire présente un gentilice au génitif ou au nominatif pluriel à terminaison typiquement italienne (-ereius) et cite un anonyme inscrit dans la tribu Pollia. Il s’agit d’un document très ancien, qui peut être daté, selon M. Christol qui a publié cette inscription, aux environs du milieu du ier siècle av. J.-C46. Il pourrait même s’agir d’une des plus anciennes inscriptions provenant de Gaule méridionale47. La datation du texte concorde avec la période la plus intense d’exploitation des mines de la vallée de l’Orb. Il reste à savoir comment interpréter ce document. L’inscription, probablement funéraire, fait référence à des personnages qui s’étaient installés à proximité du village minier en rapport avec l’activité de mise en valeur des gisements de métaux de la région. Elle mentionnerait selon toute vraisemblance des exploitants des mines d’argent de la vallée de l’Orb. Dans ce contexte, il est intéressant de constater que l’ingénu anonyme, cité dans le document et inscrit dans la tribu Pollia, était certainement originaire de Narbonne, car cette tribu fut celle qui caractérisa les premiers colons déduits dans la cité en 118 av. J.-C48. Rappelons qu’à cette haute époque la colonie de Béziers, fondée en 36 av. J.-C., n’existait pas encore et que Narbonne était la seule ville romaine de la province49. Or, comme les travaux de Cl. Domergue l’ont bien souligné, c’était le gouverneur siégeant dans la capitale provinciale qui accordait la concession des puits miniers à des particuliers ou à des sociétés privées. La cité de Narbonne disposait alors des structures administratives qui permettaient ce genre d’opérations50. On pourrait supposer qu’un citoyen de Narbonne ait pu prendre à ferme des concessions minières dans son arrière-pays. Par conséquent, la présence d’un Narbonnais dans ce secteur, éloigné de la ville d’environ 60 km, ne peut s’expliquer que par la perspective des profits à tirer des mines du territoire. Si les tessères de Lascours montrent que des immigrés italiens réunis en sociétés minières « anonymes », en faisant de la capitale provinciale leur point de passage obligé pour prendre à ferme les concessions, devaient procéder à l’exploitation des mines de l’Orb, l’inscription de Villemagne prouve que même des citoyens de Narbonne ont pu y participer51. Ainsi, à cette haute époque, la cité de Narbonne n’était pas seulement une colonie de paysans modestes lotis à l’époque post-gracquienne, ou un lieu prospère pour le commerce maritime, mais elle abritait aussi des individus intéressés par l’activité minière de l’arrière-pays. Le lien entre Narbonne et les mines d’État de l’Orb apparaît alors d’une manière nouvelle : leur mise en valeur s’est faite à partir de l’emporion de Narbonne. Ce n’est qu’après la fondation de la colonie de Béziers et l’installation des vétérans de la VIIe légion en 36 av. J.-C. que l’emprise sur ces gisements passa probablement aux mains des Biterrois, comme semble le montrer la prolongation du cadastre colonial, de Béziers C, qui aurait eu pour but de rationaliser l’exploitation systématique du piémont des Cévennes52. Mais pour cette période les sources épigraphiques restent muettes. Par la suite, ces filons de plomb argentifère se seraient épuisés au cours du ier siècle ap. J.-C.

  • 53 F. Laubenheimer-Leenhardt, Recherches sur les lingots de cuivre et de plomb d’époque romaine dans l (...)
  • 54 Cl. Domergue et Chr. Rico, « Questions sur l’origine des lingots de métal trouvés au large des côte (...)
  • 55 Pour les lingots de cuivre, voir Cl. Domergue et Chr. Rico, « À propos de deux lingots de cuivre an (...)
  • 56 CIL, XII, 4475 ; 4456 et 4519.

9Quant au commerce des métaux extraits, argent et plomb argentifère, il est probable que les exploitants des mines de l’Orb aient vendu les lingots produits à des négociants privés, pour qu’ils en assurent la diffusion. En revanche, on ne sait pas si les métaux extraits dans ce secteur étaient destinés à une exportation à large échelle, même s’il est possible de le supposer. Certes, les lingots de plomb et d’argent trouvés à présent le long du littoral transalpin semblent plutôt d’origine ibérique53. Mais il faut reconnaître que, malgré des progrès récents54, une étude systématique et mise à jour de la provenance de ces lingots disséminés dans les épaves repérées au large des côtes transalpines fait encore défaut55. Une donnée certaine est qu’une partie au moins de ces métaux allait trouver un marché de diffusion dans la ville même de Narbonne. Ils étaient employés certainement pour les travaux publics (conduites d’eaux en plomb, canalisations etc.) mais ils constituaient aussi des matières premières alimentant l’artisanat local. En effet l’épigraphie narbonnaise atteste, à partir de l’époque augustéenne, une production artisanale assez vivante portant, entre autres, sur le travail de l’argent et du plomb : les inscriptions citent des fabri argentarii, anularii, des uascularii56.

10En définitive, ces données montrent que, dans les premiers temps de l’implantation romaine dans la province, Narbonne a joué un rôle majeur dans l’exploitation des mines d’argent de la vallée de l’Orb. Emporion de premier plan en Gaule et lieu d’animation économique par excellence, la cité a pu fournir des individus qui ont participé de manière active à la mise en valeur des mines d’État situées dans son vaste arrière-pays. Capitale provinciale et siège des infrastructures administratives, elle a constitué le point d’ancrage officiel de tous ces hommes d’affaires d’origine italienne qui se lançaient dans la mise en valeur des ressources provinciales, les sociétés minières, societates publicanorum etc. La récente interprétation du système de gestion des mines à l’époque républicaine proposée par Cl. Domergue et A. Mateo, qui voit dans les sociétés « anonymes » attestées par les tessères et les lingots de plomb des sociétés d’exploitants et non pas des compagnies fermières des revenus miniers, confie un rôle nouveau au gouverneur provincial. C’était ce dernier qui devait octroyer et enregistrer les concessions aux entrepreneurs privés venus d’Italie au sein même de la capitale provinciale, alors que l’affermage des uectigalia miniers aux societates publicanorum continuait à se faire à Rome. Cet aspect contribue à renforcer l’idée du rôle majeur joué par Narbonne dans la gestion des mines provinciales appartenant au domaine public. En outre, la cité a été impliquée d’une certaine manière dans le commerce de métaux extraits. D’une part, elle a constitué un marché de consommation proche pour la transformation des matières premières en objets finis. D’autre part, s’il est possible de supposer une commercialisation méditerranéenne des lingots de plomb et d’argent produits dans les mines de l’Orb, elle a dû constituer le débouché portuaire de leur diffusion d’outremer.

11Mais la participation de Narbonne à l’exploitation des ressources minières provinciales ne se limite pas seulement à l’argent et au plomb argentifère. Elle concerne aussi le fer tiré des mines de la Montagne Noire.

Narbonne et les mines de fer de la Montagne Noire (ier s. av. J.-C.- ier s. ap. J.-C.)

  • 57 Cl. Domergue et coll., Les Martys.
  • 58 Ibidem, p. 164-202 ; P.-M. Decombeix et alii, Réflexions, p. 23-36.

12L’autre district minier important de Gaule méridionale est celui qui produisait du fer dans la Montagne Noire. Les fouilles menées depuis les années 1980 par Cl. Domergue dans ce secteur et, en particulier, dans le domaine des Martys ont contribué à l’amélioration des connaissances des metalla de la région57. L’exploitation du fer commença à partir des années 60 av. J.-C. et fut abandonnée autour de 260 ap. J.-C. Dans un premier temps, en l’absence de toute source littéraire ou épigraphique permettant de savoir si ces mines appartenaient à des propriétaires privés, à une cité ou à l’État, Cl. Domergue supposait que la production, quasi industrielle, d’un gisement si important n’aurait pas échappé aux intérêts des autorités publiques. Il estimait par conséquent que les mines des Martys appartenaient sans doute à l’État. En outre, la découverte, à proximité des gisements, de structures semblables à celle du village minier de Lascours, des thermes par exemple, et l’existence de machines spécifiques (meules) importées d’Italie laissaient envisager que ce secteur était habité par des Italiens58. En somme, le régime de propriété et les modes d’exploitation des mines de fer des Martys et des autres ferrières de la Montagne Noire semblaient identiques à ceux des mines d’argent de la Haute vallée de l’Orb. Les gisements ferreux situés au nord-ouest de Narbonne avaient donc pu être travaillés par des exploitants venus d’Italie (entrepreneurs individuels ou sociétés minières) qui, après avoir obtenu des concessions de la part du gouverneur et payé le uectigal aux societates publicanorum de Transalpine, procédaient à la mise en valeur du domaine public de Rome. Cependant, jusqu’en 2002, ce système de gestion est demeuré hypothétique et, malgré la proximité géographique de Narbonne, aucun document ne laissait entrevoir le rapport que la mise en valeur du fer de la Montagne Noire aurait pu entretenir avec l’emporion narbonnais.

  • 59 M. Feugère et V. Serneels, « Production, commerce et utilisation du fer entre l’Ebre et le Rhône : (...)
  • 60 L. Long, Cl. Domergue et Chr. Rico, « Les épaves antiques de Camargue et le commerce maritime du fe (...)

13Au cours des dernières années, l’archéologie sous-marine a permis d’accomplir d’énormes progrès dans ce domaine. Les fouilles récentes des épaves à chargement de lingots de fer trouvées au large des Saintes-Maries-de-la-Mer, près de Marseille, ont mis au jour des quantités considérables de lingots59. Dans un article publié en 2002, Cl. Domergue, en se fondant sur des critères d’ordre chronologique, archéologique et onomastique, a pu émettre l’hypothèse que les lingots de fer en question avaient été produits dans les mines de la Montagne Noire, en Gaule méridionale60. L’auteur a réussi à dater les sept épaves qui ont échoué au large des Saintes-Maries-de-la-Mer. Le naufrage de ces navires se place entre le milieu du ier siècle av. J.-C. et le milieu du ier s. ap. J.-C., ce qui correspond à la période d’activité maximale de la production de fer des mines des Martys. Comme les bateaux étaient coulés à proximité du delta du Rhône, ils devaient se diriger très vraisemblablement vers Arles : de là, les marchandises remontaient le fleuve pour desservir les marchés de la Gaule du Nord et peut-être aussi ceux des frontières germaniques. Puisque le minerai de fer était sans doute originaire des ferrières de la Montagne Noire, tous ces navires avaient dû partir du port de Narbonne qui constituait le débouché portuaire le plus important de Gaule méridionale à cette époque. Mais l’information qui s’avère la plus intéressante pour notre propos concerne le fait que les lingots de fer trouvés portaient des estampilles.

  • 61 En revanche, les estampilles sur les lingots en plomb, cuivre et étain sont moulées. Le fer n’étant (...)

14Les marques sur lingots de fer, se présentant sous la forme de timbres en creux obtenus à l’aide d’une matrice, se réfèrent aux noms des fabricants des lingots et donc des exploitants des mines (puisque le marquage se faisait dans les forges des unités exploitées)61. Les estampilles portent le plus souvent des duo nomina, parfois des tria nomina ou un cognomen seul. La plupart des noms sont aussi indiqués au génitif comme marque d’appartenance : T. AFRANI ; CAECI ; FAL(ii ?) // CAECI ; IVL(ii) // EROTIS ; MARI // S(erui ?) ; MAXIMI ; C. RVTILI et peut-être aussi Q. CATO(nis) (bis) // TEREN(tii). Il est possible que quelques timbres désignent des sociétés : S(ocietas) // LEPIDI // N(…) et FVLVIOR(um) qui pourrait être une association familiale. Certaines lettres individuelles inscrites après un nom sont difficiles à interpréter : CAECI // H(?). Au total, ce corpus de 11 timbres renvoie à des noms italiens se référant à des exploitants individuels ou à des sociétés qui ressemblent à celles attestées par les estampilles sur les lingots de plomb hispanique produits dans les mines de Carthagène ou de la Sierra Morena, à peu près à la même époque. Cette similitude fait penser que le régime d’exploitation des mines de fer de la Montagne Noire était semblable à celui des mines de plomb du Sud de la Péninsule Ibérique entre la fin du ier av. J.-C. et le début du ier ap. J.-C. : les travaux d’exploitation des mines appartenant à l’État étaient assurés par des petits entrepreneurs ou par des sociétés de droit privé qui payaient le uectigal aux publicains. Les hypothèses émises dans un premier temps par Cl. Domergue se trouvent ainsi confirmées par cette nouvelle documentation.

  • 62 L. Long, Cl. Domergue et Chr. Rico, Épaves, p. 187.
  • 63 On recense à Narbonne 18 occurrences du nom Terentius sur 54 attestations en Narbonnaise (dont 10 a (...)
  • 64 Voir M. Christol, Emporion, p. 44-47 et M. L. Bonsangue, « Des affaires et des hommes : entre l’emp (...)
  • 65 Cl. Domergue, « L’exploitation des mines d’argent de Carthago Noua : son impact sur la structure so (...)

15Or, ce dernier, en étudiant les noms des exploitants des mines de la Montagne Noire, s’est rendu compte qu’ils se retrouvaient aussi dans l’épigraphie de Narbonne. Ils sont attestés par des inscriptions datant de l’époque augustéenne et du ier siècle ap. J.-C.62. Certes, il s’agit pour le moment d’un échantillon relativement limité. De plus, les gentilices recensés (Afranius, Falius, Fulvius, Iulius, Rutilius, Terentius) sont pour la plupart assez courants. Cependant, Narbonne constitue l’un des principaux lieux de concentration de tous ces noms par rapport à d’autres cités de la province63. De surcroît, le gentilice Falius n’est attesté qu’à Narbonne et totalement inconnu dans le reste du monde romain, sinon en Italie. Enfin, la plupart des attestations narbonnaises concernent des affranchis. Les noms reportés sur les lingots de fer des Saintes-Maries-de-la-Mer feraient référence à des exploitants d’origine italienne qui s’étaient initialement établis dans l’emporion de Narbonne, capitale provinciale, dans laquelle ils auraient laissé des affranchis ou des correspondants, pour ensuite se lancer dans la mise en valeur des gisements miniers de l’arrière-pays. Ce mouvement migratoire de l’Italie vers Narbonne est bien attesté aussi par d’autres sources, au cours de l’époque républicaine et augustéenne64. Un phénomène de ce type a aussi intéressé l’emporion de Carthagène, dans la Péninsule Ibérique, au cours de l’époque républicaine : les mines d’argent de la région avaient attiré des exploitants italiens dont certains s’étaient établis de façon temporaire dans la cité où se seraient ensuite enracinés les descendants de leurs affranchis65. En somme, ce dossier montrerait que l’exploitation des mines de fer de la Montagne Noire, entre le milieu du ier siècle av. J.-C. et le milieu du ier siècle ap. J.-C., se faisait à partir de l’emporion de Narbonne. Ce qui veut dire que nous aurions, pour les ferrières de la Montagne Noire, une situation semblable à celle des mines d’argent de la vallée de l’Orb. Des individus provenant d’Italie et provisoirement établis à Narbonne, sinon des Narbonnais de souche, participaient à la mise en valeur des ressources du territoire. Si, pour les mines de l’Orb, il s’agissait de l’époque républicaine, le dossier des mines de la Montagne Noire fait penser que le rôle de Narbonne dans l’exploitation des mines de Gaule méridionale s’est poursuivi également au début du Haut-Empire.

  • 66 CIL, XII, 5163 ; 4475 et 4476.

16Quant aux noms des commerçants, les lingots de fer ne les rapportent pas, contrairement à ceux de plomb hispanique. Il est difficile de dire s’il s’agissait en partie de Narbonnais. Cependant, si l’on considère que Narbonne était un port de premier plan à cette époque, il est aussi possible d’envisager que certains négociants locaux aient pu participer à la diffusion du fer de la Montagne Noire vers les marchés extérieurs. Une partie de ces lingots était utilisée sur place dans la ville même où s’était développé, à partir de l’époque augustéenne, un artisanat sidérurgique assez florissant. En effet la documentation épigraphique atteste l’existence d’ateliers de forgerons, ferrarii, limarii, fabri limarii66. Le reste du fer de la Montagne Noire était commercialisé par mer vers Arles et, de là, le long du Rhône.

17Les dossiers des estampilles des Saintes-Maries-de-la-Mer et des mines de la Montagne Noire montrent qu’au début du Haut-Empire la cité de Narbonne était encore impliquée dans la mise en valeur des mines de la région. Nous constatons le rôle central, auparavant méconnu, qu’a exercé la population italienne installée à Narbonne, dans la production de fer et peut-être sa commercialisation. Narbonne, comme Carthagène, a constitué un véritable foyer d’une grande activité économique dans la production et le commerce des métaux entre le ier av. J.-C. et le ier siècle ap. J.-C. Cette période correspond à l’apogée économique de l’emporion de Narbonne. Progressivement, au cours du iie siècle ap. J.-C., tout en restant un port florissant, la ville perd la première place dans la hiérarchie des foyers économiques des Gaules au profit d’autres emporia comme Arles et Lyon, qui bénéficient du développement du marché rhénan. Il faut alors se demander si, à l’époque suivante, le rôle de Narbonne dans l’exploitation des mines de Gaule a connu un affaiblissement.

Narbonne et les mines de Gaule au iie siècle ap. J.-C.

  • 67 Suet., Tib., 49 : plurimis etiam ciuitatibus et priuatis ueteres immunitates et ius metallorum ac u (...)
  • 68 Cl. Domergue, Mines, p. 277.
  • 69 Cl. Domergue, Mines, p. 238-240.
  • 70 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 191. Il s’agit des mines de fer de Memmia Sosandris (CIL, XIII, 18 (...)

18Au cours de l’époque impériale, des changements fondamentaux se produisent dans la gestion et l’administration des mines romaines. Nous savons que Tibère prit la décision d’effectuer des confiscations massives des districts miniers auparavant possédés par des privés et par des cités67. Il paraît alors que la plupart des mines du monde romain devinrent progressivement soit la propriété de l’État soit celle de l’empereur. Pour la Péninsule Ibérique, Cl. Domergue date ce changement décisif de l’époque de Vespasien68 et adopte l’expression unique de « mines impériales », pour désigner à la fois les mines appartenant personnellement à l’empereur et les mines du domaine public69. Cependant, il est possible de constater que des metalla aux mains des particuliers ou aux mains des cités continuèrent à exister dans certaines parties de l’Empire et notamment en Gaule70.

  • 71 Sur la question voir, J. Andreau, Mines, p. 96 et s.
  • 72 Il existe encore à Ostie, à l’époque de Trajan, un Hilarus esclave des soc(ii) uec(tigalis) ferr(ar (...)
  • 73 Sur ce système, appelé aussi « ferme semi-publique », voir infra, p. 381-382.
  • 74 Cl. Domergue, Mines Antiques, p. 197. Ainsi en Bétique, province du peuple romain, on retrouve un p (...)
  • 75 Ils ne seraient pas des fermiers-métayers mais dans un premier temps les occupants, puis les propri (...)
  • 76 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 203.
  • 77 C’est le cas de Ti. Claudius Xenophon, procurator argentariarum Pannoniarum et Dalmatiarum autour d (...)
  • 78 AE, 1933, 273, Pergame et AE, 1973, 294, Lugo. Voir à ce propos, M. Christol et S. Demougin, « De L (...)

19Les modes d’exploitation des mines « impériales » deviennent plus variés71 : le système de la ferme républicaine est graduellement abandonné selon les régions sans disparaître complètement72 ; la pratique de l’affermage persiste sous des formes différentes de celles de la République (le conductorat73) alors que se diffuse le système de la régie d’État. Ce dernier système traduit une implication plus forte de l’État face à la gestion des ressources publiques, et notamment des ressources minières. Il procède de la mise en place à l’époque impériale d’une organisation administrative plus rationnelle et mieux structurée que pendant la République. Dans ce système, les mines « impériales », qu’elles se trouvent dans une province du peuple romain, ou dans une province impériale, dépendent désormais du fisc et de ses agents, les procuratores, qui en contrôlent la gestion74. Bien que le fonctionnement exact du système de la régie d’État nous échappe pour certains détails, il est possible d’en reconstituer les traits essentiels à la suite des travaux récents de Cl. Domergue et des nouvelles interprétations proposées. On qualifie de « régie indirecte » le système selon lequel les travaux d’exploitation des mines sont exécutés par des entrepreneurs privés sous le contrôle d’agent de l’État (procuratores). Ces entrepreneurs pouvaient occuper la moitié de la concession minière (puteus) puis en acheter la seconde moitié au fisc75. Les paiements (prix des puits) et les impôts que les particuliers devaient verser pour la mise en valeur des putei étaient perçus par les procurateurs (membres de l’administration impériale) qui les versaient directement dans les caisses publiques (fiscus). Ce système est attesté par les tablettes en bronze de Vipasca en Lusitanie dès l’époque de Vespasien et par les tablettes de Transylvanie (Alburnus Maior) concernant les mines d’or de Dacie au iie et iiie siècle ap. J.-C. Dans le système de la « régie directe », ce sont les procurateurs qui administrent la mine et s’occupent directement, par le biais d’affranchis et d’esclaves, des travaux d’extraction du minerai aux frais de l’État. Ce système, plus difficile à détecter sur la base des seules sources épigraphiques, pourrait avoir été employé dans les mines d’or du Sud-Ouest de la Péninsule Ibérique et probablement aussi en Bretagne et Germanie76. En somme, le mode de gestion des mines à l’époque impériale confie un rôle principal aux procuratores. Les revenus du domaine minier étaient administrés par le procurateur financier de la province, de rang équestre procurator Augusti, flanqué d’un procurateur affranchi. Un procurateur équestre spécifique leur était affecté spécialement lorsque les mines constituaient un district important comprenant plusieurs provinces. On connaît en effet des procuratores spécifiques comme les procuratores argentariarum Pannoniarum et Dalmatiarum77. Dans certains cas, un procurateur de rang affranchi, dépendant des procuratores de province ou des procuratores spécifiques pouvait être affecté à la gestion locale de districts miniers plus réduits comme Saturninus, ἐπίτροπον μετάλλων Οὐλπακηνσίων (procurator metallorum Vipascensium)78.

  • 79 Voir R. Sablayrolles, Mines, p. 157-158. La liste des procuratores des ferrières de Gaule proposée (...)
  • 80 Il s’agit de M. Cosconius Fronto, CIL X, 7583 et 7584 (ILS, 1359).
  • 81 R. Sablayrolles, Mines, p. 157.
  • 82 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 201.

20En Gaule, il existait un bureau de l’administration impériale spécialisé dans le recouvrement des revenus des mines de fer impériales. Il était constitué par des procuratores ferrariarum et avait son siège à Lyon depuis au moins l’époque d’Hadrien79. Ces fonctionnaires étaient de rang équestre et de salaire centenaire. Ils étaient affectés à la gestion du revenu des ferrières gauloises, comme le montre la formule qui accompagne l’un de ces personnages : procurator Augustorum duorum ad uectigal ferrariarum Gallicarum80. On peut se demander si l’attestation de ces procuratores renvoie au système de la « régie directe » ou de la « régie indirecte ». Les détails du fonctionnement de l’exploitation des ferrières des Gaules font défaut et aucune source ne permet d’identifier un système proche de celui attesté par les règlements de Vipasca. Cependant, selon R. Sablayrolles, la formulation si précise de la fonction du procurator cité plus haut, formule qui mentionne un uectigal, semblerait renvoyer au système de la « régie indirecte »81. Les procurateurs auraient limité leur rôle à la perception des redevances et impôts qui pesaient sur l’exploitation minière alors que les travaux matériels auraient été la prérogative de tiers. Cl. Domergue pense aussi, mais pour d’autres raisons, que le système le plus probable en Gaule était celui de la « régie indirecte »82.

  • 83 R. Sablayrolles, Mines, p. 158. Sur le portorium en Gaule, voir J. France, Quadragesima Galliarum. (...)
  • 84 Les documents se réduisent à l’inscription du conductor de Narbonne qui pose des problèmes d’interp (...)
  • 85 Il s’agit de CIL, XII, 671 (Arles) que M. Gayraud, Narbonne, p. 482, considère à la fois comme la p (...)

21En revanche, on ne connaît pas bien l’étendue du territoire que les procuratores des ferrariae Gallicae géraient. Selon R. Sablayrolles, il est probable que, comme dans le cas de l’impôt du quarantième des Gaules, cette administration centrale basée à Lyon ait vu ses compétences s’étendre non seulement aux trois Gaules mais aussi à des provinces voisines, comme la Narbonnaise83. Si cette hypothèse est vraisemblable, il faut reconnaître qu’il n’est pas toujours possible de comparer le système d’exploitation des mines avec les modes de perception des impôts indirects (comme les portoria des Gaules). De plus, concernant les modes d’administration des mines de Narbonnaise à l’époque impériale, les sources sont peu nombreuses et peu explicites84. Enfin, un document parfois évoqué pour soutenir l’idée d’une gestion groupée des ferrariae des quatre provinces gauloises au cours du ier siècle ap. J.-C., pose des problèmes de lecture et d’interprétation et ne peut être considéré comme une preuve exploitable85. En tout cas, et en l’attente de sources plus révélatrices, l’hypothèse de R. Sablayrolles semble la plus probable.

  • 86 CIL, XII, 4398: D(is) M(anibus), / Tib(eri) Iuni Eudoxi / nauicul(arii) mar(ini) / C(oloniae) I(uli (...)
  • 87 M. Christol, « Activité économique, appartenance à l’élite et notabilité : les collèges dans la Gau (...)
  • 88 O. Hirschfeld, Die kaiserlichen Verwaltungsbeamtem bis auf Diocletian, Berlin, 1905², p. 158, n. 5  (...)
  • 89 G. Rancoule et Y. Solier, « Les mines antiques des Corbières audoises », dans Mines et mineurs en L (...)
  • 90 R. Sablayrolles, Mines, p. 159.
  • 91 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 203 et le tableau p. 196.
  • 92 Voir par exemple, CIL, III, 4788 (ILS, 1466), Virunum : M. Trebius M. f. Pal. Alfius equo p(ublico) (...)
  • 93 M. Rostovtzeff, Geschichte der Staatspacht in der römischen Kaiserzeit bis Diokletian (Philologus, (...)
  • 94 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 203 et 204.
  • 95 Ce qui présuppose que les conductores ferrariarum aient pu être contrôlés par les procurateurs fina (...)

22Or, une inscription de Narbonne datant du milieu du iie siècle ap. J.-C. atteste l’existence d’un certain Ti. Iunius Fadianus qui fut conductor ferrariarum ripae dextrae86. Il s’agirait en toute vraisemblance du fermier des mines de fer situées sur la rive droite d’un fleuve, qui aurait pu être le Rhône ou l’Aude. Cet individu, seuir Augustalis, bien qu’appartenant à la maison d’une famille prestigieuse dans la ville87, ne semblait pas avoir l’envergure nécessaire pour le contrôle d’une zone minière aussi vaste que la rive droite du Rhône : c’est pourquoi O. Hirschfeld, C. Jullian, A. Grenier et M. Gayraud88 proposaient de considérer l’Aude comme le fleuve en question. En ce sens, Ti. Iunius Fadianus aurait été le fermier des mines des Corbières, situées justement sur la rive droite de ce fleuve. Ces mines situées à l’intérieur des limites du territoire de Narbonne et qui produisaient du fer, avaient été exploitées du ier siècle av. J.-C. au iie siècle ap. J.-C.89. En revanche, il est plus difficile de comprendre le rôle exact du conductor. R. Sablayrolles, en supposant que les mines des Corbières étaient la propriété de l’État, considérait Ti. Iunius Fadianus comme un particulier auquel l’État aurait donné à ferme les travaux d’exploitation d’un district minier. D’autre part, la levée des redevances et taxes sur ces mines aurait été une prérogative du service impérial, représenté par ces procuratores ferrariarum ad uectigal Gallicarum qui étaient fixés à Lyon, et dont les compétences s’étendaient aussi en Narbonnaise90. C’était donc le système de la « régie indirecte », tel qu’il est attesté à peu près à la même époque à Vipasca et en Dacie. De son côté, Cl. Domergue tend à interpréter l’inscription du conductor de Narbonne de manière différente91. Partant du fait que d’autres conductores ferrariarum existaient aussi dans l’Illyricum au iie siècle ap. J.-C., et géraient de grands districts miniers, correspondants aux provinces de Pannonie, Dalmatie et Norique, comme le con(ductor) fer(rariarum) N(oricarum), P(annonicarum) et D(almaticarum)92, il considère tous ces personnages comme les représentants d’un autre mode de gestion possible des mines impériales. En empruntant la terminologie de M. Rostovtzeff, il parle de ferme « semi-publique »93. À son avis, de grands districts miniers étaient directement affermés à des conductores, simples particuliers qui en recouvraient les revenus au nom et au profit de l’État « un peu comme si l’on avait voulu perpétuer le système de la ferme républicaine, mais sans l’inconvénient présenté par les puissantes compagnies de publicains, tout en faisant l’économie de fonctionnaires ad hoc »94. Ces conductores seraient donc des fermiers des impôts sur les mines de fer – et non des exploitants. Ils auraient joué le même rôle que les procurateurs ferrariarum spécifiques. Plus précisément, ils auraient précédé l’institution des procuratores ferrariarum95. En effet, toutes les attestations de conductores ferrariarum connues à présent, celles de l’Illyricum et celle de Narbonne, datent du iie siècle, tandis que des procuratores ferrariarum, employés par l’État, apparaissent dans l’Illyricum seulement au début du iiie siècle. Le conductor ferrariarum de Narbonne serait, selon R. Sablayrolles, un fermier-exploitant, sous le contrôle d’un proc. ferrariarum et, selon Cl. Domergue, un percepteur d’impôt, substitut du procurator ferrariarum.

  • 96 Voir supra, n. 92.
  • 97 Voir supra, p. 378.

23Les deux hypothèses sont possibles mais elles présentent des faiblesses. Contre la thèse de Cl. Domergue, on pourrait dire que le rapprochement qu’il établit entre le conductor de Narbonne et les conductores de l’Illyricum ne semble pas très pertinent. En effet, les conductores de l’Illyricum sont des personnages importants, gèrent de grands districts, aidés de leur personnel et certains d’entre eux font même partie de l’ordre équestre96. En revanche, notre Iunius Fadianus est un seuir Augustalis, ce qui semblerait traduire une origine affranchie plutôt qu’équestre. En effet, si le surnom Fadianus le rapproche d’une importante famille de Narbonne, il s’agit tout de même d’un personnage d’un rang relativement modeste et dont le rayonnement semble local. En outre, la ripa dextra, dans une inscription de Narbonne, ne peut se référer qu’à la rive droite de l’Aude, donc à un secteur minier très restreint, et, dans son étude, Cl. Domergue s’abstient d’approfondir la question. De plus, l’argument chronologique avancé pour expliquer la présence des conductores en Illyricum à la place des procuratores ferrariarum ne peut pas s’appliquer à la Gaule, car des procuratores ferrariarum sont aussi connus au iie siècle ap. J.-C97.

  • 98 Sur la signification du mot colonus dans les tables de Vipasca, voir Cl. Domergue, Régime, p. 227. (...)

24On pourrait alors revenir à l’hypothèse de R. Sablayrolles et considérer notre conductor comme un exploitant des mines de la rive droite de l’Aude, qui aurait versé la redevance sur la ferme aux procuratores ferrariarum de Gaule ayant leur siège à Lyon, selon le système de la « régie indirecte ». Mais cela pose aussi un problème de terminologie car les petits exploitants des districts miniers connus à Vipasca et en Dacie, qui représentaient le système de la « régie indirecte », s’appelaient coloni et non conductores (le conductor existe à Vipasca, mais c’est un percepteur d’impôt, tel le pittaciarium, l’impôt sur les écriteaux)98.

  • 99 M. Gayraud, Narbonne, p. 482.
  • 100 Sur la question voir Cl. Domergue, Régime, p. 232. Pour un autre exemple d’octroi à la municipalité (...)
  • 101 Cl. Domergue, Mines Antiques, p. 192.
  • 102 Voir supra, n. 65.
  • 103 Dans la lettre de Titus aux Muniguenses, CILA, 2, 4, 152 (AE, 1962, 147b = AE, 1962, 288 = AE, 1972 (...)

25Une troisième solution possible, peut-être plus simple, serait celle de voir dans le conductor de Narbonne, le fermier d’impôt ou l’exploitant des mines qui appartenaient à la cité et non à l’État. C’était déjà une idée de M. Gayraud99. Les mines de Narbonne auraient ainsi échappé aux confiscations de Tibère : l’État aurait laissé à la cité la propriété du district minier ou, du moins, l’usufruit des revenus miniers100. Par ailleurs, les mines des Corbières sur la rive droite de l’Aude étaient de faible rapport. Il est possible que, comme l’admet aussi Cl. Domergue, dans certains cas, l’État ait laissé aux cités la jouissance des gisements miniers moins importants101. De plus, des mines appartenant aux cités sont attestées en Gaule à l’époque impériale (chez les Segusiaves, au ier siècle ap. J.-C.)102.. En outre, il faut souligner que le document narbonnais constitue la seule attestation d’un conductor ferrariarum qui nous soit parvenue au sein des provinces occidentales de l’Empire, ce qui incite à la comparer prudemment avec les autres conductores présents dans les régions orientales. Enfin, bien que la terminologie ne soit pas bien connue en la matière, les fermiers des biens municipaux pouvaient s’appeler conductores103. Cela dit, ces considérations laissent entier le problème de savoir si la gestion des mines impériales de Narbonnaise relevait du bureau central de Lyon ou pas.

26Quoi qu’il en soit il paraît évident que, même au iie siècle ap. J.-C., la cité de Narbonne joua un rôle central dans l’exploitation des mines de Gaule méridionale. Quelle que soit la manière dont on interprète le rôle du conductor ferrariarum, il est clair que ce personnage était un Narbonnais, qui, selon une tradition qui remontait à l’époque républicaine, vivait de l’activité minière. Qu’il se soit agi des mines d’État ou des mines de la cité de Narbonne, cette attestation – la seule qui nous soit parvenue dans l’ensemble des provinces occidentales du monde romain – confirme la relation étroite entre Narbonne et la mise en valeur des mines de Gaule méridionale. Elle s’est perpétrée depuis l’époque républicaine jusqu’au iie siècle ap. J.-C. et a bénéficié aux membres de la société locale originaires d’Italie. Il est intéressant de noter que le conductor fait partie du substrat italien de la population de Narbonne : il appartient à la famille des Iunii de Narbonne et est apparenté aux Fadii, deux familles bien connues dans les milieux commerciaux de la ville au iie siècle ap. J.-C.

27En définitive, l’ensemble des observations avancées permet d’aboutir à quelques conclusions qui portent sur des aspects différents de l’histoire du monde romain.

28Une première conclusion concerne l’histoire de la cité de Narbonne : elle a joué un rôle considérable et central, auparavant mésestimé, dans la mise en valeur des mines du secteur occidental de la Gaule méridionale. Elle ne fut pas seulement une colonie de paysans ou un emporion commercial, axé sur les échanges maritimes, mais aussi un lieu qui exploitait les ressources du sous-sol de son vaste arrière-pays. Les milieux italiens de la population de Narbonne ont contribué de manière déterminante à cette activité : aussi bien les descendants des colons déduits en 118 av. J.-C. que les hommes d’affaires immigrés au cours de l’époque républicaine, ont tiré profit des richesses minières du territoire. L’emporion de Narbonne a joué, sous la République et le début du Haut-Empire, le même rôle que celui de l’emporion de Carthagène a revêtu dans l’exploitation des mines de l’Hispanie méridionale aux iie et ier siècles av. J.-C. ; et l’on pourrait trouver un autre parallèle, à peu près contemporain, dans le cas de l’emporion d’Aquilée en relation avec les mines du Magdalensberg.

29Une deuxième conclusion concerne l’histoire économique du monde romain : on constate un intérêt constant de la part de l’État pour l’essor du travail des mines et pour la production de métaux. La mise en œuvre de moyens de gestion complexes et sophistiqués, aussi bien à l’époque républicaine que sous le Haut-Empire, en témoigne suffisamment, même s’il faut distinguer une implication plus au moins forte de la part des pouvoirs publics selon les époques. On connaissait bien le cas de la Péninsule Ibérique et celui des provinces balkaniques : le cas de la Gaule méridionale vient enrichir l’éventail de secteurs géographiques dans lesquels l’exploitation minière a été menée de manière systématique. La participation de la petite entreprise libre aux bénéfices tirés de l’activité minière se révèle, pour l’époque Républicaine plus importante qu’on ne le pensait auparavant (notamment par rapport aux grandes structures fermières) ; elle semble se maintenir assez vivante sous l’Empire, au moins dans la plupart des régions biens documentées.

30Un troisième et dernier élément conclusif concerne l’histoire de l’administration romaine. Au cours de l’époque impériale, on assiste à une rationalisation des modes de gestion des mines qui entraîne un contrôle plus fort de la part des autorités impériales. Si l’hypothèse de l’appartenance à la cité de Narbonne des mines exploitées par le conductor est valable, une place était aussi laissée aux autonomies locales, surtout lorsqu’il s’agissait d’exploiter des filons de faible importance. Cela ne contredirait pas l’idée désormais acquise d’une administration impériale centralisée mais respectueuse des particularités locales.

Notes

1 Plin., nat., 3, 138 : metallorum omnium fertilitate nullius cedit terris sed interdictum id uetere consulto patrum Italiae parci iubentium. « Pour la variété de ses richesses minières, l’Italie ne le cède à aucun pays du monde ; mais l’exploitation en est interdite par un ancien décret des Pères, qui ne voulaient pas qu’on touche à l’Italie » (trad. H. Zehnacker, Paris, CUF, 1998).

2 Plin., nat., 34, 164 et 37, 77 ; Strabon, Géogr., III, 5, 11 ; III, 2, 8 ; V, 1, 12.

3 Cl. Domergue, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, Paris, Picard, 2008 (= Mines antiques).

4 Pour un bilan de ces questions voir J. Andreau, « Recherches récentes sur les mines à l’époque romaine, I. Propriété et modes d’exploitation », RN, 31, 1989, p. 86-112 (= Mines) et id., « Recherches récentes sur les mines à l’époque romaine, II. Nature de la main d’œuvre ; Histoire des techniques et de la production », RN, 32, 1990, p. 85-108.

5 S. Mrozek, « Aspects sociaux et administratifs des mines d’or en Dacie », Apulum, 1968, p. 307-326 ; S. Duśanič, « Aspect of Roman Mining in Danubian Provinces : Noricum, Pannonia, Dalmatia and Moesia Superior », ANRW, II, 6, Berlin, New York, 1977, p. 52-94 (= Mining) ; Cl. Domergue, La mine antique d’Aljustrel (Portugal) et les tables de bronze de Vipasca, Paris, 1983 ; id., Les mines de la péninsule ibérique dans l’Antiquité romaine, Rome, 1990 (= Mines).

6 Sur la question voir, Cl. Domergue, Mines antiques, p. 202-203.

7 Pour la bibliographie la plus récente sur les mines en Gaule, se référer à Cl. Domergue, V. Serneels, B. Cauuet, J.-M. Pailler, S. Orzechowski, « Mines et métallurgies en Gaule à la fin de l’Âge du Fer et à l’époque romaine », dans Celtes et Gaulois face à l’histoire. La romanisation et la question de l’héritage celtique, Actes de la table ronde de Lausanne, 17-18 juin 2005, Glux-en-Glenne, 2006, p. 131-162.

8 R. Sablayrolles, « L’administration des mines de fer en Gaule romaine », dans Mineria y Metallurgia en las antiquas civilizaciones mediterraneas y europeas, Colloque international de Madrid, 1985, Madrid, 1989, p. 157-162.

9 G. Barruol et R. Gourdiole, « Les mines antiques de la haute vallée de l’Orb (Hérault) », dans Cl. Domergue (éd.), Mines et fonderies antiques de la Gaule, Table ronde du CNRS, Toulouse 21-22 novembre, 1980, Paris, 1982, p. 79-93 (= Mines) ; Cl. Domergue et coll., Un centre sidérurgique romain de la Montagne Noire : le domaine de Forges, Les Martys (Aude), Paris, 1993 (= Les Martys) ; R. Gourdiole et Chr. Landes, « Une Transalpine minière : des Monts d’Orb au bassin de Lodève », dans L. Schneider et D. Garcia, Carte archéologique de la Gaule (Le Lodévois), Paris, 1998 p. 53-66 (= Transalpine) ; P.-M. Decombeix, Cl. Domergue, J.-M. Fabre, A. Gorgues, Chr. Rico, F. Tollon et B. Tournier, « Réflexions sur l’organisation de la production de fer à l’époque romaine dans le bassin supérieur de la Dure, au voisinage des Martys (Aude) », Gallia, 57, 2000, p. 23-36 (= Réflexions). Pour un bilan synthétique des connaissances sur les moyens d’exploitation des mines de Transalpine, voir G. Soricelli, « Lo sfruttamento minerario della Gallia Transalpina tra il II secolo a.C. et il I secolo d.C. », Rendiconti dell’Accademia Nazionale dei Lincei. Classe di scienze morali, storiche e filologiche, 9, 5, 2, 1994, p. 215-245.

10 Vell., 1, 15, 1 ; Cic., Font., 5, 13 et Strabon, IV, 1, 12.

11 G. Rancoule et Y. Solier, « Les mines antiques des Corbières audoises », dans Mines et mineurs en Languedoc-Roussillon et régions voisines de l’Antiquité à nos jours, 49e Congrès F. H. L. M. R., Alès 1976, Montpellier, 1977, p. 23-39 ; B. Pauc et P. Pauc, « Quelques sites de réduction du minerai de fer dans les Corbières (Aude) », dans M. Feugère et V. Serneels, Recherches sur l’économie du fer en Méditerranée Nord Occidentale, Montagnac, 1998, p. 116-128.

12 Voir cependant, V. Barouillet, A. Lamy, G. Mut, J. Pinéda, A. Siret, « Mines et fonderies antiques et médiévales du Canigou », dans Mines et métallurgies antiques et médiévales de la France méridionale : recherches récentes, Journées de Perpignan, Perpignan, 1989, p. 21-29 et P. Ambert (éd.), Mines et métallurgies de la Préhistoire au Moyen Âge en Languedoc-Roussillon et régions périphériques. Actes du colloque tenu à Cabrières (Hérault) du 16 au 19 mai 1997, Archéologie en Languedoc, 21, 1997.

13 M. Gayraud, Narbonne Antique, des origines à la fin du iiie siècle (RAN, suppl. 8), Paris, 1981, p. 127-137.

14 Strabon, IV, 2, 2 : « Chez les Pétrucores se trouvent de belles ferrières ainsi que chez les Bituriges Cubi ; chez les Cadurques, des tissages de lin ; chez les Rutènes des mines d’argent ; les Gabales aussi possèdent des mines d’argent » (trad. F. Lasserre, CUF., Paris, 1966).

15 R. Gourdiole et Chr. Landes, Transalpine, p. 57-59.

16 Sur la question très discutée de la date d’annexion de ce peuple à la province, voir M. Christol, « Cités et territoires autour de Béziers à l’époque romaine », dans M. Clavel-Lévêque et A. Vignot (éd.), Cité et Territoire II. Colloque européen de Béziers, octobre 1997, Paris, 1998, p. 209-222 et surtout p. 214 (= M. Christol, Une histoire provinciale : la Gaule Narbonnaise de la fin du iie siècle av. J.-C. au iiie ap. J.-C., Paris, 2010 [= Gaule Narbonnaise], p. 157-174).

17 Cic, Font., 6, 14-15.

18 En effet, selon le droit romain, il n’y avait pas de différence entre la propriété du sol et la propriété du sous-sol. G. Nigri, Diritto minerario romano I, Studi esegetici sul regime delle cave private nel pensiero dei giuristi classici, Milan, 1985, p. 191-192.

19 R. Gourdiole et Chr. Landes, Transalpine, p. 62. Sur les thermes de Lascours, voir A. Bouet, Les thermes privés et publics en Gaule Narbonnaise, Rome, 2003, p. 321 et catalogue no 47.

20 G. Barruol et R. Gourdiole, Mines, p. 79-93.

21 Ibidem, p. 61.

22 Se référer par exemple, à la Societas Argentariarum Fodinarum Montis Ilucronensis Galena qui exploitait les mines de Mazarrón près de Carthagène, CIL, XV, 7916 (AE, 1907, 135). Voir à ce propos, Cl. Domergue, Mines, p. 260.

23 Le système d’exploitation des mines aux mains des privés et des cités est inconnu. Voir Cl. Domergue, Mines, p. 234-237.

24 Pour un tableau complet et mis à jour voir, Cl. Domergue, Mines Antiques, p. 192-196.

25 Voir à ce propos, Cl. Nicolet, « Deux remarques sur l’organisation des sociétés de publicains à la fin de la République romaine », dans H. van Effenterre (éd.), Point de vue sur la fiscalité antique, Paris, 1979, p. 69-95.

26 Cl. Domergue, Mines, p. 241-252.

27 A. Mateo, Manceps, redemptor et publicanus. Contribución al estudio de los contratistas públicos en Roma, Santander, 1999 ; id., Observaciones sobre el régimen jurídico de la minería en tierras públicas en época romana, Santiago de Compostela, 2001 (= Observaciones) et id., « Roman Mining on public land : from the Republic to Empire », dans J.-J. Aubert (éd.), Tâches publiques et entreprise privée dans le monde romain, Lausanne, 2003, p. 123-133.

28 Cl. Domergue, « Le régime juridique des mines du domaine public à Rome. À propos d’un ouvrage récent », MCV, 34, 2, 2004, p. 221-236, part. p. 222 (= Régime). Le problème reposerait sur l’interprétation du passage de Tite-Live, 45, 18, 3-5, à propos des mines de Macédoine : l’expression exercere metallum en rapport avec le rôle des sociétés de publicains ne signifierait pas « exploiter la mine » mais « lever les impôts sur ce metallum » qui est appelé uectigal.

29 Par exemple Cn. Atellius T. f. Me(nenia) attesté par un lingot de plomb trouvé au large de Carthagène (Cl. Domergue, Mines, p. 254, no 1006) ou L. Planius L. f. Russinus (Cl. Domergue, Mines, p. 255, no 1029).

30 Voir par exemple la société de L. Gargilius T. f. et M. Laetilius M. l., attestée par un lingot provenant de Carthagène : SOC L. GARGILI T. F. ET M. LAETILI M. L. (Cl. Domergue, Mines, p. 256, no 1041).

31 C’est-à-dire désignées par le nom du district ou du métal ou les deux : Societas Sisaponensis Cic., Phil., II, 19, 48), societas argentaria (lingot de plomb trouvé en Corse : Cl. Domergue, Mines, p. 257, no 1040) ou Societas Argentariarum Fodinarum Montis Ilucronensis Galena (CIL, XV, 7916, voir aussi supra n. 22). Il est probable que ces sociétés « anonymes » disposaient de moyens plus importants que les sociétés de particuliers et peut-être aussi d’une personnalité juridique. Cl. Domergue, Régime, p. 226 et Chr. Rico, « Sociétés et entrepreneurs miniers italiques en Hispanie à la fin de l’époque républicaine. Une comparaison entre les districts de Carthagène et de Sierra Morena », Pallas, 82, 2010, p. 395-415, part. p. 397.

32 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 194-195.

33 Voir Cl. Domergue, Régime, p. 223.

34 Le régime de l’occupatio se fondait sur le principe de la libre occupation du domaine minier. Les occupants étaient seulement tenus de déclarer l’étendue et l’emplacement de la mine auprès du gouverneur de la province, qui l’enregistrait, et de payer, en retour, une contribution sur le produit de la mine (A. Mateo, Observaciones, p. 21-65). Ce système, comme le souligne A. Mateo (ibidem), permettait de simplifier les procédures d’ouverture de nouvelles mines par rapport à la vision traditionnelle véhiculée par les historiens. Celle-ci, en effet, se référait au régime classique de l’adjudication par les censeurs à Rome tous les cinq ans : ce qui n’offrait aucune garantie de reconduction des baux et ne permettait pas d’assurer la continuité des exploitations. En outre, le régime de l’occupatio pouvait convenir à des particuliers ayant des moyens financiers relativement modestes, tout comme à des sociétés plus importantes.

35 C’est la procédure que Cl. Domergue considère comme vraisemblablement pratiquée à côté de l’occupatio (Cl. Domergue, Mines Antiques, p. 195).

36 La reconstitution proposée par Cl. Domergue, à la suite des travaux d’A. Mateo, détache les procédures de gestion des mines publiques du modèle élaboré par O. Hirschfeld (Die kaiserlichen Verwaltungsbeamtem bis auf Diocletian, Berlin, 1905², p. 77-109) à propos de l’administration d’autres biens appartenant à l’État, des publica tels que les impôts indirects, par exemple. Selon le savant allemand, l’État aurait affermé ses biens à des grandes sociétés de publicains anonymes, à l’époque républicaine, puis, sous l’Empire, il aurait eu recours à des fermiers individuels conductores (aux moyens plus ou moins importants) et, à partir de l’époque antonine, il serait passé au système de la régie directe. La nouvelle vision de Cl. Domergue retire aux societates publicanorum le rôle majeur que le modèle d’O. Hirschfeld leur attribuait dans la gestion des mines romaines sous la République (recouvrement des uectigalia et exécution des travaux d’exploitation) à l’avantage de la petite et moyenne ferme. Cependant, même si les societates publicanorum n’exploitaient pas directement les mines de certaines parties de l’Empire, elles devaient tout de même tirer des bénéfices importants de la levée de taxes et redevances sur les exploitants. Sur le problème de la validité de l’application du modèle d’O. Hirschfeld à la gestion publique du domaine minier romain, voir J. Andreau, Mines, p. 91.

37 Cl. Domergue, Mines, p. 261, n. 16 ; J. Andreau, Mines, p. 95 et R. Gourdiole et Chr. Landes, Transalpine, p. 59.

38 Cl. Domergue, Mines Antiques, p. 194.

39 Cic., Font., 5, 12 et 20, 46 ; ces sociétés de publicains percevaient aussi d’autres uectigalia provinciaux, tels que l’impôt sur la circulation des biens et des marchandises, les portoria, par exemple.

40 Pour une liste exhaustive des sociétés minières « anonymes » attestées en Péninsule Ibérique, voir Cl. Domergue, Mines, p. 259-263.

41 J. Andreau, « Negotiator », Der Neue Pauly, 2000, 8, col. 783-785. Pour une autre définition de ce terme, voir K. Verboven, « Ce que negotiari et ses dérivés veulent dire », dans J. Andreau et V. Chankowski, Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique, Bordeaux, 2002, p. 89-118. Sur le rôle des negotiatores dans l’exploitation des mines, Chr. Rico, « Sociétés et entrepreneurs miniers italiques en Hispanie à la fin de l’époque républicaine. Une comparaison entre les districts de Carthagène et de Sierra Morena », Pallas, 82, 2010, p. 395-415, part. p. 407.

42 Cic., Quinct., 3, 12 et 4, 14.

43 Sur la question, voir M. Christol, « Narbonne : un autre emporion à la fin de l’époque républicaine et à l’époque augustéenne », dans Chr. Müller et Cl. Hasenohr, Les Italiens dans le monde grec (iie siècle av. J.-C. – ier siècle ap. J.-C.). Circulation, activités, intégration (BCH Suppl. 41), Paris, 2002, p. 41-54 (= M. Christol, Gaule Narbonnaise, p. 41-56) (= Emporion).

44 G. Barruol, et R. Gourdiole, Mines, p. 61.

45 Cl. Domergue, Mines, p. 258, 263 et 274.

46 M. Christol et G. Bellan, « Une inscription romaine à Villemagne-l’Argentière : le site de St. Martin-le-Vieux », Bulletin de la Société Archéologique et Historique, 9, 1986, p. 33-44.

47 Après le milliaire de Gn. Domitius Ahenobarbus, trouvé dans l’Aude et datant de 118 av. J.-C. (AE, 1952, 38, Treille).

48 AE, 1986, 470 : [---]erei (Gaiae) [l.---] / [---] T. f. Pol. t[ribu ?]. Sur les différentes possibilités de restitution de ce document, voir M. L. Bonsangue, « Les tribus à Narbonne », dans M. Silvestrini (éd.), Le tribù romane. Atti XVIe rencontre sur l’Épigraphie (Bari, 8-10 octobre 2009), Bari, 2010, p. 43-56.

49 Voir M. Clavel, Béziers et son territoire dans l’Antiquité, Paris, 1970, p. 161-167.

50 Cic., Quinct., 4, 14, rappelle l’existence à Narbonne d’auctiones.

51 On peut aussi supposer un partage des secteurs miniers entre sociétés anonymes et entrepreneurs individuels, comme entre Carthagène et Mazarrón : cf. Chr. Rico, Sociétés, p. 413-414.

52 M. Clavel-Lévêque, « Terres, contrôle et domination. Révoltes et cadastres en Transalpine », Forms of control and subordination in Antiquity, Tokyo, 1988, p. 177-208 (Puzzle Gaulois, Paris, 1989, p. 213-254) et ead., « Le réseau colonial Béziers C », dans M. Clavel-Lévêque et A. Vignot (éd.), Atlas historique des cadastres d’Europe, Bruxelles-Luxembourg, 1998, dossier 2.

53 F. Laubenheimer-Leenhardt, Recherches sur les lingots de cuivre et de plomb d’époque romaine dans les régions de Languedoc-Roussillon et de Provence-Corse, (Suppl. RAN, 3), Paris, 1973.

54 Cl. Domergue et Chr. Rico, « Questions sur l’origine des lingots de métal trouvés au large des côtes du Languedoc et du Roussillon », M. Bats, B. Dedet, P. Garmy, Th. Janin, Cl. Raynaud, M. Schwaller (éd.), Peuples et territoires en Gaule Méditerranéenne. Hommages à Guy Barruol, Montpellier, 2003, p. 389-400.

55 Pour les lingots de cuivre, voir Cl. Domergue et Chr. Rico, « À propos de deux lingots de cuivre antiques trouvés en mer sur la côte languedocienne », dans L. Rivet et M. Sciallano (éd.), Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens. Mélanges offerts à B. Liou, Montagnac, 2002, p. 141-152. Voir aussi L. Long et Cl. Domergue, « “Le véritable plomb de L. Flavius Verucla” et autres lingots. L’épave 1 des Saintes-Maries-de-la-Mer », MEFRA, 107, 1995, 2, p. 801-867 (= L’épave 1).

56 CIL, XII, 4475 ; 4456 et 4519.

57 Cl. Domergue et coll., Les Martys.

58 Ibidem, p. 164-202 ; P.-M. Decombeix et alii, Réflexions, p. 23-36.

59 M. Feugère et V. Serneels, « Production, commerce et utilisation du fer entre l’Ebre et le Rhône : premiers éléments de réflexion », Recherches sur l’économie du fer en Méditerranée nord occidentale, Montagnac, 1998, p. 251-262 ; L. Long et Cl. Domergue, L’épave 1, p. 801-867.

60 L. Long, Cl. Domergue et Chr. Rico, « Les épaves antiques de Camargue et le commerce maritime du fer en Méditerranée occidentale (ier siècle av. J.-C.– ier siècle ap. J.-C.) », Africa Romana, XIV, Sassari 2000, Rome, 2002, p. 161-188 (= Épaves). En revanche, une partie de la cargaison de l’une de ces épaves (l’épave I des Saintes-Maries-de-la-Mer) était composée de lingots de plomb provenant de Germanie dont la production s’effectua sur une période assez courte, entre 7 av. J.-C. et 9 ap. J.-C. Voir à ce propos, L. Long et Cl. Domergue, L’épave 1, p. 801-867 et W. Eck, La romanisation de la Germanie, Paris, 2007, p. 23-25.

61 En revanche, les estampilles sur les lingots en plomb, cuivre et étain sont moulées. Le fer n’étant pas obtenu à l’état liquide, le marquage ne pouvait qu’être imprimé. Voir L. Long, Cl. Domergue et Chr. Rico, Épaves, p. 181. Sur l’estampillage des lingots, Cl. Domergue, « Production et commerce des métaux dans le monde romain : l’exemple des métaux hispaniques d’après l’épigraphie des lingots », dans Epigrafia della produzione e della distribuzione. Actes de la VIIe rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romaine, Rome 5-6 juin 1992, Rome, 1994, p. 61-91.

62 L. Long, Cl. Domergue et Chr. Rico, Épaves, p. 187.

63 On recense à Narbonne 18 occurrences du nom Terentius sur 54 attestations en Narbonnaise (dont 10 affranchis) ; 5 attestations du nom Rutilius (dont 2 affranchis) sur une vingtaine d’exemples dans l’ensemble de la province ; 15 occurrences du nom Fulvius (dont 3 affranchis) sur 25 occurrences dans la province ; Afranius n’est connu qu’à Narbonne (CIL, XII, 4377, trois fois) et à Vaison (CIL, XII, 5842), alors que Falius n’est attesté qu’à Narbonne (CIL, XII, 4812).

64 Voir M. Christol, Emporion, p. 44-47 et M. L. Bonsangue, « Des affaires et des hommes : entre l’emporion de Narbonne et la péninsule ibérique », dans S. Demougin et A. Caballos (éd.), Migrare. La formation des élites dans l’Hispanie romaine, Bordeaux, 2006, p. 15-68.

65 Cl. Domergue, « L’exploitation des mines d’argent de Carthago Noua : son impact sur la structure sociale de la cité et sur les dépenses locales à la fin de la République et au début du Haut-Empire », dans Ph. Leveau (éd.), L’origine des richesses dépensées dans la ville antique, Aix-en-Provence, 1985, p. 197-217

66 CIL, XII, 5163 ; 4475 et 4476.

67 Suet., Tib., 49 : plurimis etiam ciuitatibus et priuatis ueteres immunitates et ius metallorum ac uectigalium adempta. « On retira même à un très grand nombre de villes et de particuliers leurs anciennes franchises, le droit d’exploiter leurs mines et d’utiliser librement leurs revenus ». Sur Sex. Marius, voir Tacite, ann., 6, 19.

68 Cl. Domergue, Mines, p. 277.

69 Cl. Domergue, Mines, p. 238-240.

70 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 191. Il s’agit des mines de fer de Memmia Sosandris (CIL, XIII, 1811, Lyon, 226 p. C. Voir aussi à ce propos, A.-C. Le Mer, C. Chomer, CAG 69/2, Lyon, Paris, 2007, p. 520, no 472*3) et des mines appartenant aux Ségusiaves, au ier siècle ap. J.-C., attestées par un lingot de plomb (SEGVSIAVIC(um plumbum) : CIL, XII, 5700-1). En outre, des gisements de fer étaient la propriété du Conseil des Trois Gaules : ils étaient gérés par une arca ferrariarum dont T. Sennius Solemnis fut iudex autour de 238 ap. J.-C. (CIL, XIII, 3162, Lyon. Sur la question, voir H.-G. Pflaum, Marbre de Thorigny, Paris, 1948, p. 7, 17-18 et R. Sablayrolles, Mines, p. 160).

71 Sur la question voir, J. Andreau, Mines, p. 96 et s.

72 Il existe encore à Ostie, à l’époque de Trajan, un Hilarus esclave des soc(ii) uec(tigalis) ferr(ariarum), CIL, XIV, 4326.

73 Sur ce système, appelé aussi « ferme semi-publique », voir infra, p. 381-382.

74 Cl. Domergue, Mines Antiques, p. 197. Ainsi en Bétique, province du peuple romain, on retrouve un procurator montis Mariani de statut affranchi (CIL, II, 1179, Hispalis ; H.-G. Pflaum, CPE, p. 1048 et Suppl. p. 960) à la tête d’un district minier de ce nom situé au nord de Cordoue (Cl. Domergue, Mines, p. 292). Les mines de Vipasca en Lusitanie, province impériale, étaient administrées par un procurateur affranchi (Cl. Domergue, Mines, p. 170-171).

75 Ils ne seraient pas des fermiers-métayers mais dans un premier temps les occupants, puis les propriétaires des puits, contrairement à ce que l’on pensait auparavant. L’exploitation des mines se faisait sous le régime de l’occupatio-vente. C’est l’opinion à laquelle Cl. Domergue est parvenu après la lecture des travaux d’A. Mateo. Voir pour les détails de l’argumentation, Cl. Domergue, Régime, p. 227.

76 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 203.

77 C’est le cas de Ti. Claudius Xenophon, procurator argentariarum Pannoniarum et Dalmatiarum autour de 180-192 (CIL, III, 6575, Ephèse ; H.-G. Pflaum, CPE, 222). On connaît aussi, Ti. Claudius Proculus Cornelianus, proc(urator) metallorum Pannonic(orum) et Dalmaticorum en 161-169 ap. J.-C. (AE, 1956, 123, Lambèse ; H.-G. Pflaum, CPE, 164bis). Sur les autres procuratores de Pannonie et Dalmatie, voir S. Duśanič, Mining, p. 86.

78 AE, 1933, 273, Pergame et AE, 1973, 294, Lugo. Voir à ce propos, M. Christol et S. Demougin, « De Lugo à Pergame. La carrière de l’affranchi Saturninus dans l’administration impériale », MEFRA, 102, 1990-1991, p. 159-211.

79 Voir R. Sablayrolles, Mines, p. 157-158. La liste des procuratores des ferrières de Gaule proposée par cet auteur corrige en partie celle qui avait été dressée par H.-G. Pflaum, Fastes, p. 139-140, en éliminant trois personnages qui, bien que titulaires de la procuratèle ferrariarum, ne présentent pas de liens évidents avec la Gaule. Il s’agit à la fois des cas les plus anciens datant de l’époque de Trajan, Publilius Memorialis, CIL, X, 7554 (ILS, 9195) et C. Caelius Martialis (AE, 1934, 2 = Corinth, 8, 3, 136) et de T. Petronius Priscus qui pourrait avoir été le responsable des mines de fer à Ostie, CIL, XIV, 4459 (ILS, 1442). Les autres cas plus assurés sont les suivants : T. Statilius Optatus, pro(curator) Aug(usti) ferrariar[um], CIL, VI, 31863 (ILS, 9011), époque d’Hadrien ; Q. Domitius Marsianus, pro(curator) Aug(usti) ad ferrarias (AE, 1962, 183a, Bulla Regia), vers 175 ap. J.-C. ; M. Cosconius Fronto, proc(urator) Aug(ustorum duorum) ad uectig(al) ferr(ariarum) Gall(icarum) CIL, X, 7583 et 7584 (ILS, 1359), 198-209 ap. J.-C. ; C. Attius Alcimus Felicianus pro(curator) ferr(ariarum), CIL, VIII, 822 = 23963 (ILS, 9347) et 23948 ; CIL, XIII, 1797, vers 231 ap. J.-C. Le premier procurator ferrariarum de Dalmatie apparaît à la fin du iie siècle, ce qui justifie l’apparition du titre plus précis de procurator ad uectigal ferrariar(um) Gall(icarum) seulement à partir du tout début du iiie siècle ap. J.-C.

80 Il s’agit de M. Cosconius Fronto, CIL X, 7583 et 7584 (ILS, 1359).

81 R. Sablayrolles, Mines, p. 157.

82 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 201.

83 R. Sablayrolles, Mines, p. 158. Sur le portorium en Gaule, voir J. France, Quadragesima Galliarum. L’organisation douanière des provinces alpestres, gauloises et germaniques de l’Empire Romain (ier siècle av. J.-C.– iiie siècle ap. J.-C.), Rome, 2001.

84 Les documents se réduisent à l’inscription du conductor de Narbonne qui pose des problèmes d’interprétation (voir infra, p. 380-383) et à l’attestation d’un seruus ferrariarum à Nîmes (CIL, XII, 3336) mais qui ne permet pas de restituer les modes d’exploitation employés car des esclaves des mines peuvent exister dans les cas de régie directe, indirecte et affermage. Enfin, nous disposons des lingots de fer datant de la première moitié du ier siècle ap. J.-C., trouvés dans les épaves des Saintes-Maries-de-la-Mer qui renverraient au fer de la Montagne Noire (voir supra, p. 373-375) et qui laisseraient penser au régime de la petite entreprise libre sous la houlette de l’administration impériale.

85 Il s’agit de CIL, XII, 671 (Arles) que M. Gayraud, Narbonne, p. 482, considère à la fois comme la preuve de l’existence d’un seul district regroupant les mines de fer des quatre provinces gauloises et la preuve de l’activité d’une société de publicains exploitant les ferrières gauloises à l’époque flavienne. L’inscription en question, étudiée par H.-G. Pflaum, CPE, p. 118, no 52, semble attester la présence d’un anonyme, originaire d’Arles, qui a exercé la fonction de promag(ister) f(errariarum) prouincia[rum] Narbonens(is), Lu[gdun(ensis)], Aquitanic(ae), Belgi[c(ae) entre les années 70 et 80 ap. J.-C. La mention d’un promagister renverrait à l’existence d’une société fermière des mines des Gaules qui, sous le Haut-Empire, aurait centralisé la perception des revenus miniers des quatre provinces gauloises. Cela montrerait que les mines de fer des Gaules auraient été soumises, au cours du Haut-Empire, à un régime d’exploitation bien employé à l’époque républicaine mais en voie de disparition au cours du ier siècle ap. J.-C. dans d’autres régions de l’Empire. Bien que ce tableau ne soit pas à refuser entièrement, l’inscription sur laquelle il s’appuie pose des problèmes de compréhension. En effet, la restitution pro magistro f (errariarum) est donnée par H.-G. Pflaum sur la base de la lecture de l’érudit Romieu rapportée dans le CIL, XII. O. Hirschfeld proposait de restituer promagister (XX hereditatium) en partant de l’idée que la lecture de Romieu n’était pas assurée. Or la restitution d’H.-G. Pflaum pose quelques problèmes. Sauf erreur, aucun autre promagister ferrariarum n’est attesté par l’épigraphie. De plus, dans la plupart des inscriptions mentionnant des ferrariae, l’abréviation utilisée est souvent fer ou ferr et plus rarement f tout court. Par ailleurs, le f donné par la lecture de Romieu pourrait ne pas être sûr. En effet, il n’est pas confirmé par d’autres manuscrits anciens. De son côté, F. Benoit, qui a trouvé la pierre de cette inscription et a pu vérifier la lecture de la partie inférieure du texte (la deuxième ligne qui devait contenir la mention du promagistro a disparu), a montré que la lecture de Romieu était fausse à plusieurs endroits (« Notes et documents d’archéologie arlésienne », Mémoires de l’Institut historique de Provence, 9, 1932, p. 138-141). Dans ces conditions, il faudrait peut-être préférer la restitution d’O. Hirschfeld : promagistro (XX hereditatium). Celle-ci a le mérite de connaître au moins d’autres parallèles (CIL, IX, 5835 et 5836, Auximum ; CIL, XI, 1326, Luna) et fait référence à l’impôt du vingtième sur les héritages qui était souvent désigné par l’énumération des districts provinciaux dans lesquels il était perçu (CIL, XIII, 1808, Lyon). Sur cette inscription arlésienne, voir aussi Y. Burnand, Primores Galliarum II. Prosopographie, Bruxelles, 2006, p. 317-119, no 134 E 110, qui reprend le texte de H.-G. Pflaum.

86 CIL, XII, 4398: D(is) M(anibus), / Tib(eri) Iuni Eudoxi / nauicul(arii) mar(ini) / C(oloniae) I(uliae) P(aternae) C(laudiae) N(arbonis) M(artio), / Tib(erius) Iun(ius) Fadianus, / (seuir) aug(ustalis) / C(oloniae) I(uliae) P(aternae) C(laudiae) N(arbonis) M(artio) et / cond(uctor) ferrar(iarum) / ripae dextrae, / fratri piiss(imo).

87 M. Christol, « Activité économique, appartenance à l’élite et notabilité : les collèges dans la Gaule méridionale et la vallée du Rhône », dans M. Cébeillac-Gervasoni et L. Lamoine (éd.), Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Rome-Clermont-Ferrand, 2003, p. 323-335 et id. « En deçà du monde des notables : la situation en Gaule Narbonnaise », dans M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine et F. Trement, (éd.), Autocélébration des élites locales dans le monde romain. Contexte, textes et images (iie s. av. J.-C.– iiie siècle ap. J.-C.), Clermont-Ferrand, 2004, p. 59-76.

88 O. Hirschfeld, Die kaiserlichen Verwaltungsbeamtem bis auf Diocletian, Berlin, 1905², p. 158, n. 5 ; C. Jullian, Histoire de la Gaule, 5, Paris, 1920 (rééd., Paris, 1993, préface Ch. Goudineau), p. 73, n. 162, et A. Grenier, « La Gaule Romaine », dans T. Frank, An Economic Survey of Ancient Rome, III, Baltimore, 1937, p. 379-644 et part. p. 503 ; M. Gayraud, Narbonne, p. 481.

89 G. Rancoule et Y. Solier, « Les mines antiques des Corbières audoises », dans Mines et mineurs en Languedoc-Roussillon et régions voisines de l’Antiquité à nos jours, 49e Congrès F. H. L. M. R., Alès 1976, Montpellier, 1977, p. 23-39.

90 R. Sablayrolles, Mines, p. 159.

91 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 203 et le tableau p. 196.

92 Voir par exemple, CIL, III, 4788 (ILS, 1466), Virunum : M. Trebius M. f. Pal. Alfius equo p(ublico), praef(ectus) i(ure) d(icundo) Aquil(eiae), c(onductor) f(errariarum) N(oricarum) ; CIL, III, 5036, Noreia : Q. Calpurnius Phoebianus, c(onductor) f(errariarum) N(oricarum) ; CIL, V, 810 = I. Aquileia, 319, Aquilée : Tib. Claudius Macro, cond(uctor) fer(rariarum) Nor(icarum) ; ILLPRON, 720 (AE, 1995, 1195), Noreia : Campilius Verus, conduct(or) ferrar(iarum) ; CIL, III, 4809 (ILS, 1477), Virunum : Q. Septueius Clemens, con(ductor) fer(rariarum) N(oricarum) P(annonicarum) D(almaticarum).

93 M. Rostovtzeff, Geschichte der Staatspacht in der römischen Kaiserzeit bis Diokletian (Philologus, 9), Leipzig, 1904, p. 446-449.

94 Cl. Domergue, Mines antiques, p. 203 et 204.

95 Ce qui présuppose que les conductores ferrariarum aient pu être contrôlés par les procurateurs financiers de la province mais qu’il n’aurait pas été nécessaire d’instituer des procuratores ferrariarum spécifiques des mines si l’État se servait déjà de grands fermiers individuels sous le contrôle du procurator financier de la province.

96 Voir supra, n. 92.

97 Voir supra, p. 378.

98 Sur la signification du mot colonus dans les tables de Vipasca, voir Cl. Domergue, Régime, p. 227. Voir aussi Cl. Domergue, Mines Antiques, p. 203.

99 M. Gayraud, Narbonne, p. 482.

100 Sur la question voir Cl. Domergue, Régime, p. 232. Pour un autre exemple d’octroi à la municipalité des revenus de domaines appartenant à l’État, voir M. Christol, « Les ressources municipales d’après la documentation épigraphique de la colonie d’Orange » dans Il Capitolo delle entrate nelle finanze municipali, Rome, 1999, p. 115-136.

101 Cl. Domergue, Mines Antiques, p. 192.

102 Voir supra, n. 65.

103 Dans la lettre de Titus aux Muniguenses, CILA, 2, 4, 152 (AE, 1962, 147b = AE, 1962, 288 = AE, 1972, 257), pour indiquer le fait que Servilius Pollio avait été le fermier des uectigalia de la cité, on emploie la formule reditus uectigaliorum (sic) uestrorum quae conducta habuisse. Sur la question, P. Le Roux, « Vectigalia et revenus des cités en Hispanie au Haut-Empire », dans Il Capitolo delle entrate nelle finanze municipali, Rome, 1999, p. 155-170. Sur la signification du terme conductor, voir l’article de M. Rostovtzeff, dans E. De Ruggiero, Dizionario epigrafico, II, Rome, 1900, s. u. conductor, p. 578-597. Pour quelques critiques et précisions à propos de l’interprétation donnée par M. Rostovtzeff des conductores des uectigalia de l’État, en particulier des impôts indirects, voir E. Lo Cascio, « Appaltatori delle imposte e amministrazione finanziaria imperiale » et J. France, « La ferme des douanes dans les provinces occidentales de l’Empire romain », dans J.-J. Aubert (éd.), Tâches publiques et entreprise privée dans le monde romain, Lausanne, 2003, p. 193-213 et 249-264.

Auteur

Université d’Amiens, AnHiMA-UMR 8210

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search