Version classiqueVersion mobile

Figures d’empire, fragments de mémoire

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

B. Les provinces de la partie hellénophone de l’empire, pouvoir, administration et identité provinciale

12. La province de Pont-Bithynie sous le Haut-Empire : assise territoriale et administration

Xavier Loriot

Résumé

La province de Pont-Bithynie, organisée par Pompée après sa victoire sur Mithridate, comptait, sous Auguste, 18 cités, dont les sources littéraires, numismatiques et épigraphiques permettent de dresser la liste. D’abord administrée par des proconsuls de rang prétorien, elle reçut, sous Trajan et Hadrien, des administrateurs désignés par le prince, dont le plus célèbre est Pline le Jeune, chargés notamment de surveiller les finances des cités, épuisées par des dépenses excessives. Sous Antonin, l’empereur reprend définitivement le contrôle de la province, désormais amputée de sa partie orientale, et la confie à des légats propréteurs de rang consulaire, dont le dernier connu date de 269. Outre les gouverneurs, l’article envisage les curateurs, correcteurs et les administrateurs équestres. Nombre de ces personnages nous ont été dernièrement révélés par la découverte d’une série de poids en plomb provenant de Nicomédie.

Texte intégral

  • 1 Sur ces questions : B. Rémy, L’évolution administrative de l’Anatolie aux trois premiers siècles de (...)
  • 2 Sur ce terme : J.-M. Bertrand, « À propos du mot prouincia : étude sur les modes d’élaboration du l (...)
  • 3 V. Chapot, « La frontière Nord de la Galatie et les koina du Pont », dans W. H. Buckler et W. M. Ca (...)

1La province romaine de Pont et Bithynie est une province double, réunissant deux territoires n’ayant pas eu d’existence commune avant la conquête. Ce n’est pas un cas unique en Orient, où la taille souvent réduite des pays annexés conduisit Rome à les regrouper en unités plus vastes : on citera les cas bien connus de la Crète-Cyrénaïque et de la Lycie-Pamphylie, ou encore l’union temporaire, des Flaviens à Trajan, de la Galatie et de la Cappadoce1. L’une et l’autre comptaient plusieurs districts, correspondant à des entités historiquement distinctes, désignées en grec comme « éparchies », voire même en latin comme prouinciae2. Ces composantes d’une prouincia, au sens administratif du terme, sont parfois, mais non systématiquement, énumérées dans les inscriptions rappelant la carrière de leurs administrateurs3.

  • 4 Géographie, XII, 1, 1.
  • 5 Ce terme est un générique désignant un esclave rétif ou malhonnête ; ainsi, dès le v. 2 : κακ(...)
  • 6 Alexandre, 17 :..χρὴ ἀπονέμειν το(...)

2L’union de la Bithynie et du Pont ne repose pas sur une réelle unité géographique, bien que les deux contrées aient possédé une longue façade continue sur la mer Noire, ni sur des affinités ethniques. Les Bithyniens se considéraient comme de purs Hellènes, même si le fond de la population était en réalité, semble-t-il, d’origine thrace. Les Pontiques étaient apparentés aux Cappadociens dont, selon Strabon, ils partageaient la langue4. Le Pont était moins urbanisé et moins hellénisé, même s’il existait sur la côte de très anciennes cités grecques, comme Sinope ou Trapézonte. Faisant écho à Aristophane, qui, dans les Cavaliers, brocarde le démagogue athénien Cléon, qualifié de « Paphlagonien5 », Lucien de Samosate raille la simplicité rustique des Paphlagoniens et des Pontiques6.

3La double province est née des aléas de l’histoire, plus précisément de l’expansion romaine en Asie Mineure. Création artificielle, elle n’en a pas moins duré, non certes sans aléas, durant plus de trois siècles, de sa constitution par Pompée, en 63 avant J.-C., à la seconde moitié du iiie siècle. Il est impossible d’envisager ici la totalité des problèmes que soulève l’étude de ce vaste territoire sur une aussi longue durée. Je me consacrerai surtout aux questions de géographie historique et d’organisation administrative, en insistant sur quelques découvertes récentes.

  • 7 PIR2, P 490. Sur l’homme et l’auteur : A. Chastagnol, Le Sénat romain à l’époque impériale, Paris, (...)
  • 8 Ep., X, 15-121. Toute nouvelle approche de ces textes doit partir de l’analyse fondamentale d’A. N. (...)
  • 9 On songe surtout à ses deux discours Sur la concorde (Orationes 38-39). La rivalité inexpiable entr (...)

4Nous disposons pour ce faire d’une assez riche variété de sources. Parmi les sources littéraires, se distinguent les historiens Tacite et Dion Cassius, ainsi que l’encyclopédiste Pline l’Ancien et les géographes Strabon et Ptolémée. Mais notre source essentielle est évidemment Pline le Jeune7, qui administra la province, autour de 110/112, et échangea avec Trajan une correspondance administrative représentant une source de première main d’une valeur inégalable8. L’on citera encore l’orateur et philosophe Dion Chrysostome, ou Dion de Pruse, qui fut le témoin affligé des rivalités entre les villes de Bithynie et tenta d’y porter remède9. Dans son Alexandre, dont l’action se déroule pour l’essentiel dans le Pont, Lucien de Samosate nous offre de même de précieuses informations. Quelques détails enfin sont à glaner dans des sources bien plus tardives, tel l’historien de l’Église Eusèbe de Césarée.

  • 10 S. Şahin, Katalog der antiken Inschriften des Museums von Iznik (Nikaia) (IK 9-10, 1-2), Bonn, 1979 (...)
  • 11 R. Merkelbach, F. K. Dörner et S. Şahin, Die Inschriften von Kalchedon (IK 20), Bonn, 1980.
  • 12 W. Ameling, Die Inschriften von Prusias ad Hypium (IK 27), Bonn, 1985 (= I. Prusias Hyp.).
  • 13 Th. Corsten, Die Inschriften von Prusa ad Olympum (IK 39), Bonn, 1991-1993 (= I. Prusa).
  • 14 Ll. Jonnes, The Inscriptions of Heraclea Pontica (IK 47), Bonn, 1994.
  • 15 D. H. French, The Inscriptions of Sinope. Part I (IK 64), Bonn, 2004.
  • 16 E. Kalinka, « Aus Bithynien und Umgegend », JÖAI, 28, 1933, Beiblatt, col. 45-112.
  • 17 Chr. Marek, Stadt, Ära und Territorium in Pontus-Bithynia und Nord-Galatia, Tübingen (Istanbuler Fo (...)

5Le matériel épigraphique est heureusement assez riche pour cette partie de l’Empire. Aux nombreuses inscriptions déjà réunies dans le CIG, le CIL et les IGR, tendent aujourd’hui à se substituer, sans toutefois encore les remplacer, les corpora par cités, édités dans la série des IK (Inschriften Griechischer Städte Kleinasiens), publiée à Bonn chez Habelt depuis 1972. À ces travaux, concernant notamment Nicée10, Chalcédoine11, Prusias de l’Hypios12, Pruse13, Héraclée14 ou Sinope15, on ne manquera pas d’ajouter l’étude déjà ancienne d’Ernst Kalinka16 et celle, plus récente, de Christian Marek qui nous a donné en 1993 un recueil des inscriptions des cités paphlagoniennes du Pont17.

  • 18 R. Haensch et P. Weiss, « Gewichte mit Nennung von Statthaltern von Pontus et Bithynia », Chiron, 3 (...)
  • 19 F. Dönmez-Öztürk, R. Haensch, H. S. Öztürk et P. Weiss, « Aus dem Pera Museum (Istanbul). Weitere G (...)
  • 20 S. Şahin, « Ein Bleigewicht aus Nikomedeia unter Kaiser Philippus und seinem Statthalter M. Aureliu (...)
  • 21 R. Haensch, P. Weiss, Gewichte III, p. 252-254, no 19.

6Mais la plus remarquable découverte épigraphique de ces dernières années consiste en une série d’inscriptions pondérales sur plomb, ayant déjà fait l’objet de plusieurs articles de Rudolf Haensch et Peter Weiss18, seuls ou en association avec Filiz Dönmez-Öztürk et Hüseyin Sami Öztürk19. Ces objets, de formes variées (en cœur, en amande, en triangle, polygone etc.), portent le nom, ou les noms de l’empereur ou des empereurs, ainsi que leur date régnale, suivis presque toujours de la mention du gouverneur, accompagnée parfois de celle du logistès (c’est-à-dire du curateur de la cité) ; vient enfin le magistrat municipal, en l’occurrence l’agoranome, d’une métropole non nommée, mais qui ne peut être, comme l’ont établi les éditeurs, que Nicomédie. L’un de ces documents a du reste été retrouvé près de cette ville20, tandis qu’une marque de contrôle neikomh apparaît sur un autre21.

  • 22 A. Burnett, M. Amandry et al., The Roman Provincial Coinage, t. I, From the Death of Caesar to the (...)
  • 23 W. Wroth, A Catalogue of the Greek Coins in the British Museum : Pontus, Paphlagonia, Bithynia and (...)
  • 24 W. H. Waddington, E. Babelon et Th. Reinach, Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure, (...)

7La documentation numismatique, d’un intérêt exceptionnel pour notre étude, demeure relativement dispersée. Le Roman Provincial Coinage (ou RPC), ne couvre encore que les règnes d’Auguste à Domitien22. Il rend néanmoins partiellement obsolètes les recueils anciens du BMC (1889)23 et de Waddington, Babelon et Reinach (1925)24.

  • 25 W. Leschhorn, Antike Ären. Zeitrechnung, Politik und Geschichte im Schwarzmeerraum und in Kleinasie (...)

8Presque toutes les cités de la province ont battu monnaie. Mais leur monnayage est inégalement informatif. Il nous renseigne sur leur statut, notamment lorsqu’elles peuvent se prévaloir du rang de colonie, telles Apamée de Bithynie, C(olonia) I(ulia) C(oncordia), ou Sinope, C(olonia) I(ulia) F(elix). Beaucoup de ces frappes sont datées, soit d’après une ère locale (dans le Pont)25 soit, en Bithynie, par référence à un gouverneur, ou exceptionnellement à un procurateur. Cet usage, qui ne dépasse pas la fin du ier siècle, est certes précieux, mais laisse subsister bien des incertitudes quant à la chronologie des personnages ainsi mentionnés.

Origine de la province

  • 26 Sur la lex Pompeia, qui n’est pratiquement connue que par Pline (ep., X, 79, 1) : A. N. Sherwin-Whi (...)
  • 27 Cf. G. Vitucci, « Gli ordinamenti costitutivi di Pompeo in terra d’Asia », Rendiconti della Classe (...)

9La naissance de la double province nous est explicitement relatée par Strabon, XII, 3, 1. Après sa victoire sur Mithridate, Pompée réunit à la Bithynie, annexée en 74, toute la partie asiatique des États du roi déchu. L’immense province ainsi constituée s’étendait de la Propontide et du détroit du Bosphore aux confins du Caucase. Pompée, qui l’organisa en vertu d’une lex Pompeia26, y créa des cités, surtout dans le Pont qui, à l’exception des villes grecques de la côte, n’en comprenait alors pas et répartit entre elles le territoire conquis27.

  • 28 Voir la brève mise au point de B. F. Harris, Bithynia, p. 870-874.
  • 29 CIL, I2, 2, 739 = I. Aquileia, 26 ; Memnon d’Héraclée, FGH, III, B, p. 358-367 Jacoby ; T. R. S. Br (...)
  • 30 BMC, p. 117, 152 et 179 ; Rec. Gén., p. 73, no 45 ; T. R. S. Broughton, Magistrates, p. 181, 185 et (...)
  • 31 Catulle, 10 & 28 ; T. R. S. Broughton, Magistrates, p. 203 ; B. F. Harris, Bithynia, p. 872.
  • 32 BMC, p. 21 ; Rec. Gén., p. 73, no 46 ; T. R. S. Broughton, Magistrates, p. 210.
  • 33 BMC, p. 110 et 153 ; T. R. S. Broughton, Magistrates, p. 290 et 299.
  • 34 Rec. Gén., p. 201*, no 75 a ; RPC, I, p. 337, no 1 et p. 355-356, no 2107 (monnaie de Sinope) ; T. (...)
  • 35 Cic., Phil., XI, 30 ; fam., 12, 11, 1 ; Appien, ciu., 3, 77 ; 4, 58 ; T. R. S. Broughton, Magistrat (...)

10On connaît relativement mal cette phase initiale de la présence romaine28, même si quelques textes, le monnayage et l’épigraphie nous fournissent les noms de certains proconsuls (ou propréteurs) républicains : M. Aurelius Cotta, de 73 à 7029 ; C. Papirius Carbo, en 61/5930 ; C. Memmius, en 5731 ; C. Caecilius Cornutus en 5632 ; C. Vibius Pansa, en 47/4633 ; P. Sulpicius Q. f. Rufus, en 46/4534 ; Q. Marcius Crispus, en 4535.

  • 36 Sur cette évolution : A. H. M. Jones, CERP2, p. 166-173 ; Chr. Marek, Stadt, Ära und Territorium, p (...)

11Mais, comme l’indique encore Strabon, cet ensemble se disloqua lors des troubles et guerres civiles de la fin de la République. Antoine en particulier mena en Asie mineure une politique fort active, restaurant ou instaurant des dynastes. Si la Bithynie fut relativement épargnée par ces soubresauts, bien que non complètement, nous le verrons, le Pont, lui, vola en éclats36.

Assise territoriale du Pont-Bithynie sous Auguste

  • 37 Géographie, XII, 3-4.
  • 38 Nat., 5, 143.
  • 39 RPC, I, p. 340-341. La colonie possédait le Ius italicum (Ulp., Dig., L, 15, 1, 10). Cf. aussi infr (...)
  • 40 R. Haensch, Capita provinciarum. Statthaltersitze und Provinzialverwaltung in der römischen Kaiserz (...)
  • 41 J. Deininger, Die Provinziallandtage der römischen Kaiserzeit von Augustus bis zum Ende des dritten (...)
  • 42 F. Jacques et J. Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire (44 av. J.-C. – 260 ap. J.-C.), I, Les s (...)

12Notre source essentielle est ici Strabon37, surtout en ce qui concerne le Pont, qu’il connaissait parfaitement bien pour en être originaire. Il s’intéresse beaucoup moins à la Bithynie. Pline l’Ancien, de son côté, nous livre un témoignage assez médiocre (si on le compare à ce qu’il nous apprend, par exemple, sur la Gaule), mais qui comporte néanmoins quelques éléments intéressants. Ainsi est-il le seul à nous faire savoir que la Bithynie comptait douze cités38. Il ne nous en fournit hélas pas la liste ; à nous donc de tenter de la reconstituer. On en identifie assez facilement 11 (tableau 1). Je les ai énumérées en suivant à peu près un ordre géographique, de Chalcédoine à Prusias de l’Hypios. On compte parmi elles une cité libre : Chalcédoine, une colonie : Apamée, Colonia Iulia Concordia, fondée par Antoine sur un projet césarien, puis restaurée par Auguste39. Les neuf autres sont de simples cités stipendiaires, y compris Nicomédie et Nicée, les deux ennemies irréconciliables. Si la première pouvait s’enorgueillir du titre de métropole, la seconde était, semble-t-il, le siège du gouverneur40. Toutes deux abritaient un sanctuaire du culte impérial41. Le regretté François Jacques a justement souligné, à propos d’Éphèse, résidence du proconsul d’Asie, que le statut de stipendiaire n’était aucunement synonyme de médiocrité42.

  • 43 Ep., X, 43 ; cf. A. H. M. Jones, CERP2, p. 164 ; A. N. Sherwin-White, Letters of Pliny, p. 625-627 (...)
  • 44 Géographie, VII, 6, 1-2 ; 7, 1 ; cf. XII, 8, 11, où l’auteur indique que Byzance possédait des terr (...)
  • 45 Nat., 4, 46: Sed a Bosporo... promuntorium Chryseon Ceras in quo oppidum byzantium liberae condicio (...)
  • 46 Ptolémée, III, 11, 3 (p. 475 Müller).
  • 47 Comme son appartenance provinciale, le statut de Byzance au ier siècle de l’Empire est problématiqu (...)
  • 48 Dio Cass., 74, 14, 3. Hérodien, 3, 1, 5 décrit Byzance comme étant « alors la plus grande et la plu (...)

13Reste donc à identifier la douzième : A. H. M. Jones propose Byzance, faisant valoir que cette cité ressortissait à la province au temps de Pline, puisque celui-ci la mentionne à deux reprises et entreprend d’en vérifier les comptes43. Toutefois, aussi bien Strabon44 que Pline l’Ancien45 et Ptolémée localisent Byzance en Thrace46. Ce peut, certes, n’être pour le premier, écrivant avant la réduction de la Thrace en province, qu’une simple expression géographique sans consistance administrative. Peut-être est-ce aussi le cas pour Pline, qui semble du reste se référer à une époque, sous Néron peut-être, où Byzance était ciuitas libera et n’appartenait donc juridiquement à aucune province47. Mais il n’en va sans doute pas de même de Ptolémée qui, de façon générale, ordonne son ouvrage en fonction du découpage provincial en vigueur de son temps. En outre, lorsque Septime Sévère, au lendemain de sa victoire sur Pescennius Niger, châtia Byzance, qui avait soutenu son rival, en la privant de son autonomie, c’est à Périnthe, cité de Thrace, et non à une ville de Bithynie qu’il rattacha son territoire48. Il se peut simplement que Byzance ait été transférée de la Bithynie à la Thrace au cours du iie siècle.

  • 49 Nat., 5, 149: ceterum intus in Bithynia colonia Apamena, Agrippenses, Iuliopolitae, Bithynion.
  • 50 Cette localité est également mentionnée par Ptolémée, V, 1, 3, et la Table de Peutinger : O. Hirsch (...)
  • 51 Cf. A. H. M. Jones, CERP2, p. 164, cf. p. 425, n. 33, avec ce commentaire : « which of the cities o (...)

14Pline l’Ancien mentionne une communauté, jouissant apparemment du statut civique, mais par ailleurs inconnue, portant le nom d’Agrippenses49. On pourrait envisager de l’identifier à Agrilion, actuelle Bilecik, dans la vallée du Sangarios (Sakarya)50. Rien cependant n’autorise à croire qu’Agrilion ait jamais eu rang de cité ; il n’existe pas en tout cas de monnayage à son nom. Il est donc probable que sous ce terme d’Agrippenses se dissimule une cité de Bithynie intérieure ayant temporairement adopté la dénomination d’Agrippa51.

  • 52 G. Mendel, « Inscriptions de Bithynie », BCH, 25, 1901, p. 5-23 (d’où IGR, III, 148-151) (= Inscrip (...)
  • 53 G. Mendel, Inscriptions de Bithynie, p. 9, no 144 = IGR, III, 148 (époque de Trajan)
  • 54 CERP2, p. 168.

Examinons enfin le cas de Caesarea Hadrianopolis. Les inscriptions de ce site ont été publiées en 1901 par G. Mendel et revues par Christian Marek52. Cette cité qui, au iie siècle de notre ère, appartenait à la province de Galatie, se dit, sans doute sous Trajan, Caesarea ΠροσειλημμενειτImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν53. Ce nom même prouve que ce district « ajouté » fut prélevé sur la Bithynie limitrophe à une époque indéterminée. Jones suppose qu’Antoine en fit don au roi de Paphlagonie pour récompenser sa fidélité. Après l’annexion de ce royaume par Auguste, la cité se serait donc retrouvée en Galatie54.

  • 55 Supra, n. 15.
  • 56 BMC, p. 100-102 ; RPC, I, p. 355-359 ; II, p. 113-115. Sur le monnayage de la cité : P. J. Casey, S (...)
  • 57 Ulp., Dig., L, 15, 1, 10.

15Pour le Pont, le décompte est plus facile et plus rapide, puisque la partie pontique de la province ne compte que six villes : Héraclée, Tiéion, Amastris, Abonotique, Sinope et Amisos. Sauf Tiéion, qualifiée par Strabon de polychnion, et Abonotique, ces villes avaient un passé ancien et prestigieux. Le cas de Sinope est intéressant, car s’y côtoyaient en fait, si l’on suit Strabon, XII, 3, 11, deux communautés juridiquement indépendantes. La fondation d’une colonie romaine par César, la Colonia Iulia Felix Sinope, n’avait pas fait disparaître la cité grecque préexistante. Les inscriptions recueillies sur le site, rassemblées par David H. French dans les IK55, sont en latin et en grec. Le monnayage en revanche est exclusivement latin56. La cité possédait au début du iiie siècle, sans doute dès l’origine, le privilège recherché du ius Italicum57.

  • 58 La plus ancienne attestation de ce nouvel usage me semble être l’inscription de L. Antonius Naso (v (...)
  • 59 Cf. X. Loriot, « Le Pont au iiie siècle de notre ère », BSAF, 1976, p. 44-61, part. p. 44, n. 2 (= (...)

16Soit au total 18 villes (12 plus 6). La Bithynie constitue donc l’essentiel du territoire provincial, le Pont une annexe. C’est ce qui explique que, dans le langage courant, par exemple chez Tacite, et même dans la correspondance officielle entre Pline et Trajan, la province soit seulement désignée sous le nom de « Bithynie ». Toutefois, l’on constate, à partir de l’époque flavienne, que dans les inscriptions, les administrateurs de la province, tant sénatoriaux qu’équestres, sont dénommés gouverneurs ou procurateurs Ponti et Bithyniae, le Pont prenant alors, étrangement, la première place dans la terminologie officielle58. Il existe bien sûr quelques exceptions, mais relativement peu nombreuses59.

Tableau 1 : Les cités du Pont-Bithynie sous le Haut-Empire

Image 10000000000002AE00000618BF150EF95ECB9504.jpg

Statut de la province

  • 60 Liste des légats chez B. Rémy, Carrières, p. 59-79 ; des questeurs, ibid., p. 80-96. On ajoutera un (...)

17On peut passer assez vite sur cette question, bien connue : Strabon, en conclusion de sa Géographie (XVII, 3, 24-25), en un texte fondateur, nous résume les grandes lignes du règlement augustéen de 27 sur la répartition des provinces entre le Peuple et le princeps. La Bithynie (comme on l’a dit, on ne parlait pas alors du Pont) devint une province « sénatoriale » de rang prétorien, gouvernée, pour une durée d’un an, par un proconsul tiré au sort, en théorie du moins, parmi les anciens préteurs ayant exercé leur charge depuis au moins cinq ans. Ce proconsul était assisté d’un légat, choisi par ses soins, et d’un questeur, chargé de la perception de l’impôt60.

18À plusieurs reprises dans la première moitié du iie siècle, ce statut fut provisoirement suspendu, en raison de difficultés de gestion, financières comme d’ordre public, nécessitant la remise, d’abord temporaire, de la province à l’empereur, qui y dépêcha des sénateurs, certes de très haut rang, puisqu’il s’agissait, pour deux d’entre eux, de uiri consulares, mais nommés par lui et ne dépendant que de lui.

  • 61 CIL, V, 5262 (ILS, 2927), Côme ; CIL, XI, 5272, Hispellum, etc. Cf. B. Rémy, Carrières, p. 45-47, n(...)
  • 62 CIL, XIV, 2925 (ILS, 1024), Tusculum :… legato pro praetore diui Traiani Parthici prouinciae Ponti (...)
  • 63 IGR, III, 174 (ILS, 8826) = E. Bosch, Quellen zur Geschichte der Stadt Ankara im Altertum, Ankara, (...)

19Ces personnages portent des titres divers : le plus illustre est assurément Pline le Jeune, dont l’inscription funéraire nous livre la titulature exacte : legatus pro praetore prouinciae Ponti et Bithyniae consulari potestate in eam prouinciam ex Senatus consulto missus61. On doit également citer son ami et successeur C. Iulius Cornutus Tertullus62, puis, sous Hadrien, en 134, C. Iulius Seuerus, un prince galate de lignée royale, qui géra la province en tant que correcteur et curateur63. Peut-être y en eut-il d’autres. Nous l’ignorons.

  • 64 Date à laquelle est attesté un questeur de la province du nom de L. Iulius Lupercus : R. Haensch, P (...)
  • 65 D’après une inscription mutilée d’Amastris (IGR, III, 84), mentionnant le légat consulaire L. Hediu (...)

20À une date qu’on peut aujourd’hui fixer avec certitude entre 156/15764 et 15965, le prince prend définitivement en main la province, qui devint alors impériale et reçut jusqu’à 269 au moins, et peut-être au-delà, un légat d’Auguste propréteur de rang consulaire, lui-même parfois suppléé par un procurateur équestre agens uice praesidis.

  • 66 G. R. Stumpf, Numismatische Studien zur Chronologie der römischen Statthalter in Kleinasien (122 v. (...)

21Ce qui précède ne fait guère que résumer des choses très connues et banales. On tentera d’affiner l’analyse en examinant de plus près la liste de ces gouverneurs. Celle-ci a été dressée par Bernard Rémy, dont le travail demeure le point de départ de toute recherche ultérieure. Les travaux de Gerd Stumpf66, suivis de la parution des deux premiers volumes du Roman Provincial Coinage, ont permis de réviser la liste des proconsuls républicains, julio-claudiens et flaviens et de préciser quelque peu leur chronologie. Les publications récentes de R. Haensch et P. Weiss ont ajouté plusieurs noms aux Fastes de la province, devenue impériale.

22Cette liste comprend actuellement 69 personnages : 42 se datent entre le début du principat et la césure intervenue sous Antonin le Pieux, 27 entre Antonin et la fin du Haut-Empire :

Tableau 2 : Liste des gouverneurs du Pont-Bithynie (d’Auguste à Claude II)

Nom du personnage

Titre

Datation

Références

-.

[…] us L. f. Rufus

ἀνθύπατος

ca. 44-27 av. J.-C. ?

PIR2, R 179 ; Rémy, no 41

1.

Thorius Flaccus

ἀνθύπατος

29/28 ou 28/27 av. J.-C.

Rémy, no 1

2.

Ap. Claudius Pulcher

proco(n)s(ul) (consul en 38 av. J.-C.)

ca. 27/26 av. J.-C. ?

PIR2, C 982 = 984 ; Rémy, no 2

3.

C. Marcius Censorinus

πρεσβευτὴς Καίσαρος

ca. 14/13 av. J.-C.

PIR2, M 222 ; Rémy, no 3

4.

L. Licinius C […]

proconsul Bithyniae

ca. 11/12 de notre ère

PIR2, L 177 ; Rémy, no 4

5.

M. Ota [cilius Crassus ?]

proconsul in Bithynia

époque augustéenne ?

PIR2, O 172 ; Rémy, no 5

6.

M. Granius Marcellus

proconsul ; praetor Bithyniae (Tacite)

14/15

PIR2, G 211 ; Rémy, no 6

7.

P. Vitellius

ἀνθύπατος

17/18

Rémy, no 7

8.

L. Mindius Pollio

ἀνθύπατος

ca. 42 ?

PIR2, M 598 ; Rémy, no 11 ; RPC I p. 337 no 6

9.

C. Cadius Rufus

ἀνθύπατος

47/48

PIR2, C 6 (cf. R 179) ; Rémy, no 9 ; RPC I, p. 337 no 7

10.

L. Mindius Balbus

ἀνθύπατος

ca. 48/49

PIR2, M 597 ; Rémy, no 8

11.

P. Pasidienus Firmus

ἀνθύπατος

48/49 et 49/50

PIR2, P 225 ; Rémy, no 10

12.

L. Dunius Seuerus

ἀνθύπατος

ca. 50

PIR2, D 207 ; Rémy, no 12

13.

C. Sertorius Brocchus

ἀνθύπατος

ca. 50-54 ?

PIR2, S 552 ; RPC 1 Suppl. p. 28

14.

Iunius Cilo

procurator Ponti ; ἄρξας (τImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν Βιθυν Image 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν)

ca. 51/52 ?

PIR2, I 744 ; Rémy, no 43 ; S. Demougin, CJC, 516

15.

Attius Laco

ἀνθύπατος

54/55 ?

PIR2, A 1359 ; Rémy, no 13

16.

Tarquitius Priscus

ἀνθύπατος

59/60 ?

Rémy, no 14

17.

P. Petronius Niger

proconsul Bithyniae

sous Néron, av. 62

PIR2, P 294 ; Rémy, no 15

18.

L. (Venuleius) Montanus

ἀνθύπατος

ca. 60/63

PIR2, M 685 ; Rémy, no 16 ; RPC I, p. 338 no 14

19.

M. Plancius Varus

ἀνθύπατος

70/71 et 71/72 ?

PIR2, P 443 ; Rémy, no 17

20.

M. Maecius Rufus

ἀνθύπατος

72/73 ?

PIR2, M 49 ; Rémy, no 18

21.

M. Saluidenus Proculus

ἀνθύπατος

ca. 75/76

PIR2, S 119 ; Rémy, no 19

22.

M. Saluidenus Asprenas

ἀνθύπατος

ca. 76/77

PIR2, S 118 ; Rémy, no 20

23.

Velius Paulus

proconsul (Pl., X, 58)

ca. 79-80

Rémy, no 21

24.

L. Minicius Rufus

proconsul (Pl., X, 72)

ca. 81/82

PIR2, M 443 ; Rémy, no 22

25.

A. Bucius Lappius Maximus

proconsul (Pl., X, 58)

82/83 ?

PIR2, B 84 ; Rémy, no 23

26.

Ti. Iulius Celsus Polemaenus

ἀνθύπατος Πόντου καὶ Βειθυνίας

ca. 83/84

PIR2, I 260 ; Rémy, no 24

27.

L. Iulius Marinus

proconsul (prou. Ponti et Bithyniae)

88/89 ou 89/90

PIR2, I 401 ; Rémy, no 25

28.

Tullius Iustus

proconsul (Pl., X, 58)

96/97

Rémy, no 26

29.

C. Iulius Bassus

proconsul (Pl., X, 56) ; ἀνθύπατος

101/102 ?

PIR2, I 205 ; Rémy, no 27

30.

Varenus Rufus

proconsul (Pl., V, 20)

105/106

Rémy, no 28

31.

Anicius Maximus

proconsul (Pl., X, 112)

av. 108/109

PIR2, A 603 ; Rémy, no 29

32.

P. Seruilius Caluus

proconsul (Pl., X, 56-57)

108/109

PIR2, S 579 ; Rémy, no 30

33.

C. Plinius Caecilius Secundus

legatus pro praetore prouinciae Ponti et Bithyniae consulari potestate in eam prouinciam missus ex S.C. ab Imperatore etc. (CIL, V, 5262 [ILS, 2927], Comum)

ca. 109/111

PIR2, P 490 ; Rémy, no 31

34.

C. Iulius Cornutus Tertullus

legatus pro praetore diui Traiani Parthici prouinciae Ponti et Bithyniae

111 ?-114/115

PIR2, I 273 ; Rémy, no 32 ; Haensch-Weiss 2005, 451, no 1

35.

C. Iulius Seuerus

πρòς ε´ άβδους πέμϕθεις εἰς Βειθυνίαν διορθωτὴς καὶ λογιστὴς πό θεοImage 100000000000000C0000000FA5C990F2801A22A5.jpg δριανοImage 100000000000000C0000000FA5C990F2801A22A5.jpg

134

PIR2, I 573 ; Rémy, no 34

36.

Q. Cornelius Senecio Annianus

proconsul Ponti et Bithyniae

Hadrien (?)

PIR2, C 1450 ; Rémy, no 33

37.

Q. Voconius Saxa Fidus

proconsul Ponti et Bithyniae

142/143 ?

Rémy, no 35

38.

Anonyme

ἀνθύπατος Πόντου κα Βειθυνίας

Entre 124 et 146

Rémy, no 36

39.

L. Coelius Festus

proconsul prouinciae Ponti et Bithyniae

146/147

PIR2, C 1243 ; Rémy, no 37

40.

Anonyme (identifié à tort à C. Iulius Saturninus)

proconsul Ponti et Bithyniae

ca. 156-158 ?

PIR2, I 547 ; Rémy, no 38

41.

M. (Roscius) Murena

ἀνθύπατος Βειθυνίας

peu avant 159

PIR2, R 96 ; Rémy, no 39

42.

Anonyme

proconsul

 ? ?

Rémy, no 40

43.

L. Hedius Rufus Lollianus Auitus, cos. ord. 144

πρεσβευτὴς καὶ ἀντιστράτηγος

159

PIR2, H 40 ; Rémy, no 73 ; Haensch-Weiss 2007, 212

44.

Ti. Oclatius Seuerus

πατεύων

173/174

Haensch-Weiss 2005, 476 no 13 ; 2007, 212

45.

P. Herennius Niger Atticianus

πρεσβευτς καὶ ἀντιστράτηγος ΣεβαστοImage 100000000000000C0000000FA5C990F2801A22A5.jpg καλογιστεύων τς μητροπόλεως

174/175

Haensch-Weiss 2007, 184, no 14 et 212

46

L. Albinius Saturninus

leg. Aug. pr. pr. Ponti et Bithyniae

ca. 180 ?

PIR2, A 477 ; Rémy, no 74 ; Haensch-Weiss 2007, 212

47.

 ? Seuerus

Βιθυνίας γεμονεύων (source tardive de fiabilité incertaine)

183

PIR2, S 633 ; Rémy, no 75 ; Haensch-Weiss 2007, 212

48.

M. Didius Seuerus Iulianus

legatus Aug. pro praetore prouinciae Ponti et Bithyniae

ca. 186/187 ou 187/188

PIR2, D 77 ; Rémy, no 76 ; Haensch-Weiss 2007, 212

49.

L. Fabius Cilo Septiminus Catinius Acilianus Lepidus Fulcinianus

legatus Aug. pro
praetore prouinciae
Ponti et Bithyniae

193/194

PIR2, F 27 ; Rémy, no 77 ; Haensch-Weiss 2007, 212

50.

Silius Messala

πρεσβευτὴς καὶ ἀντιστράτηγος τοImage 100000000000000C0000000FA5C990F2801A22A5.jpg ΣεβαστοImage 100000000000000C0000000FA5C990F2801A22A5.jpg

ca. 195-197

Haensch-Weiss 2008, 244 no 17

51.

Q. Tineius Sacerdos

leg. Augg. pro praetore

198

Rémy, no 78 ; Haensch-Weiss 2007, 212

52.

Ti. Claudius Callippianus Italicus

ὑπατεύων

199/200

PIR2, C 821 ; Rémy, no 80 ; Haensch-Weiss 2005, 454, no 3 (AE, 2005, 1431) ; 2007, 213.

53.

Aelius Antipater

ἤρξε τοImage 100000000000000C0000000FA5C990F2801A22A5.jpg τImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν ΒιθυνImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν ἔθνους

ca. 205-211

PIR2, A 137 ; Rémy, no 81 ; Haensch-Weiss 2007, 213

54.

M. Claudius Demetrius

πρεσβευτὴς καὶ ἀντιστράτηγος τImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν ΣεβαστImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν

ca. 210-212 ?

PIR2, C 845-846 ; Rémy, no 79 ; Haensch-Weiss 2007, 213

55.

Iulius Proculus

ἐπίτροπος διέπων τImage 10000000000000090000000F25AD6E2039A6183B.jpgς ἐπαρχείου

212/213

Haensch-Weiss 2005, 459. no 5 (AE, 2005, 1432) ; 2007, 213

56.

Anonyme

πρεσβευτὴς καὶ ἀντιστράτηγος τImage 100000000000000C0000000FA5C990F2801A22A5.jpgν ΣεβαστImage 100000000000000C0000000FA5C990F2801A22A5.jpgν

214/215

Haensch-Weiss 2007, 189, no 15

57.

Caecilius Aristo

τImage 10000000000000090000000F25AD6E2039A6183B.jpgς Βιθυνίας ἄρχων

Juin 218

PIR2, A 22 ; Rémy, no 83 ; Haensch-Weiss 2007, 213

58.

Claudius Aelius Pollio

ἄρξαι προσέταξεν... Βιθυνίας

218

PIR2, C 770 ; Rémy, no 84 ; Haensch-Weiss 2007, 213

59.

C. Pontius Pontianus Fuficius Maximus

πρεσβευτὴς ΣεβαστοImage 100000000000000C0000000FA5C990F2801A22A5.jpg καὶ ἀντιστράτηγος

224/225

Haensch-Weiss 2007, 195, no 16 ; 213.

60.

C. Furius Sabinius Aquila Timesitheus

procurator prouinciae Bithyniae Ponti Paphlagoniae tam patrimoni quam rationis priuatae ibi uice procuratoris XXXX item uice <praes(idis)?>

ca. 235/236

PIR2, F 581 ; Rémy, no 92

61.

L. (ou A.) Ranius Optatus

πρεσβευτὴς καὶ ἀντιστράτηγος τImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν ΣεβαστImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν

236-238

Haensch-Weiss 2005, 462 no 6 ; 2007, 213

62.

Ti. Claudius Attalus Paterc(u) lianus

ὑπατεύων τImage 10000000000000090000000F25AD6E2039A6183B.jpgς ἐπαρχείας

243/244 et 244/245

PIR2, C 800 ; Rémy, no 82 ; Haensch-Weiss 2005, 466-469, no 7 & 8 (AE, 2005, 1433) ; 2007, 213

63.

M. Aur. Artemidorus

πρεσβευτὴς καὶ ἀντιστράτηγος τImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν ΣεβαστImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν

244/245

PIR2, A 1457 ; Rémy, no 85 bis ; Haensch-Weiss 2005, 469 no 9 ; 2007, 213

64.

L. Egnatius Victor Lollianus

πρεσβευτὴς καὶ ἀντιστράτηγος τImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν ΣεβαστoImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpg

249

PIR2, E 36 ; Rémy, no 85 ; Haensch-Weiss 2005, 470 no 10 (AE, 2005. 1434) ; 2007, 213 ; 2008, 261 no 20

?

? Q. Umbricius

γεμών (source de fiabilité très médiocre)

250

Rémy, no 87 ; Haensch-Weiss 2007, 213

65.

C. Sabucius Secundus Paulus Modestus

πρεσβευτὴς καὶ ἀντιστράτηγος τImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν ΣεβαστImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν

250

Haensch-Weiss 2008, 247 no 18

66.

C. Iulius Octauius Volusenna Rogatianus

ὑπατεύων τImage 10000000000000090000000F25AD6E2039A6183B.jpgς ἐπαρχείας

253

Haensch-Weiss 2005, 473 no 11 ; 2007, 213

67.

M. Antonius (Memmius ?) Hiero

πρεσβευτὴς καὶ ἀντιστράτηγος τImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν ΣεβαστImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν

255/256

Haensch-Weiss 2008, 252 no 19

68.

(C. Iulius ?) Senecio

διέπων (τImage 10000000000000090000000F25AD6E2039A6183B.jpgς ἐπαρχείας)

259/260

PIR2, I 564 ; Haensch-Weiss 2005, 474 no 12 (AE, 2005, 1435) ; 2007, 213 ; Demougin-Loriot, Varia procuratoria, 285-287 (cit. n. 113)

69.

Velleius Macrinus

πρεσβευτὴς καὶ ἀντιστράτηγος τοImage 100000000000000C0000000FA5C990F2801A22A5.jpg ΣεβαστοImage 100000000000000C0000000FA5C990F2801A22A5.jpg

269

Rémy, no 86 ; Haensch-Weiss 2007, 213

23N.B. : Références du tableau : « Rémy » renvoie à son ouvrage, Les carrières sénatoriales, cit. n. 34 ; « Haensch-Weiss » aux quatre articles parus dans Chiron, 2005, 2007 et 2008, avec indication de la page et du numéro du poids, cit. n. 18-19.

Les proconsuls

  • 67 C’est le cas notamment de C. Sertorius Brocchus (tableau 2, no 13), non répertorié par B. Rémy, der (...)
  • 68 PIR2, C 982 & 984 ; B. Rémy, Carrières, p. 18-19, no 2 ; cf. tableau 2, no 2.
  • 69 On se reportera à l’étude de B. Rémy, Les Fastes sénatoriaux des provinces d’Anatolie au Haut-Empir (...)
  • 70 Agricola, 9, 1 (à propos de l’Aquitaine) : Vespasianus (eum)… prouinciae Aquitaniae praeposuit, spl (...)
  • 71 Tableau 2, no 4 ; 40.
  • 72 Tableau 2, no 16.
  • 73 Tableau 2, no 7 ; 19 ; 26 ; 37 ; 38.
  • 74 Tableau 2, no 36 ; 39. À ce niveau du cursus se situe le gouvernement de C. Iulius Seuerus (no 35), (...)

24La première série comprend donc essentiellement des proconsuls (au nombre de 38). Nombre d’entre eux, uniquement mentionnés sur les monnaies, sont inconnus par ailleurs67. Il y a bien sûr des exceptions notables, ainsi notre no 2, Appius Claudius Pulcher68, consulaire chevronné, ayant géré les faisceaux en 38 avant J.-C. Auguste avait donc tenu à inaugurer le nouveau régime en dépêchant dans la province un personnage de très haut rang, décision dont les raisons exactes nous échappent. Ses successeurs furent néanmoins des sénateurs de bien moindre envergure69. Dix seulement de ces proconsuls ont une carrière connue, dont l’examen amène à conclure que le Pont-Bithynie était alors une province de second rang, n’apportant pas nécessairement « l’espérance du consulat », selon la formule de Tacite70. Sur ces dix individus, deux seulement reçoivent la province comme premier poste prétorien71, et un seul en deuxième poste72. Pour 5 autres ce ne fut que le troisième poste73, et pour 2 le quatrième74.

Les légats d’Auguste propréteurs

  • 75 PIR2, H 40; B. Rémy, Carrières, p. 99-101, no 73; B. E. Thomasson, Fasti Africani, Senatorische und (...)
  • 76 Ce fait est bien mis en évidence par H.-G. Pflaum, « Les sodales Antoniniani de l’époque de Marc-Au (...)
  • 77 B. Rémy, Évolution administrative, p. 93.

25Autour de 158, le statut de la province change et, une fois encore, le nouveau système est inauguré par un personnage considérable : L. Hedius Rufus Lollianus Auitus avait exercé le consulat en 144, puis, vers 157, le proconsulat d’Afrique75. Comme Appius Claudius Pulcher, près de deux siècles auparavant, c’est donc un consulaire ancien que l’on choisissait pour mettre en place le nouveau régime76. Mais le fait notable est que presque tous ses successeurs, jusqu’en 269 au moins, furent également choisis parmi les anciens consuls. Le Pont-Bithynie offre donc ainsi le rare exemple d’une province impériale sans garnison légionnaire à posséder un gouverneur de rang consulaire (l’autre exception étant la Dalmatie). Ce fait n’est pas si facile à expliquer. Si l’on retient l’explication classique d’un échange de provinces entre le prince et le Sénat (Pont-Bithynie contre Lycie-Pamphylie)77, on peut supposer que l’empereur, Antonin le Pieux en l’occurrence, et non Marc Aurèle, aura voulu témoigner aux yeux du Sénat l’importance qu’il attachait au don que l’on venait de lui faire. Mais, en tout état de cause, la Bithynie au moins était de longue date source de problèmes et, si elle n’abritait pas de légion, elle voyait constamment passer beaucoup de troupes.

  • 78 Cf tableau 2. On doit ici exclure les 3 chevaliers faisant fonction de gouverneur (no 55, 60 & 68)  (...)
  • 79 PIR2, D 77; H.-G. Pflaum, Sodales Antoniniani, p. 60-71; B. Rémy, Carrières, p. 102-104, no 76.
  • 80 PIR2, F 27 ; B. Rémy, Carrières, p. 104-107, no 77.
  • 81 C’était déjà l’opinion d’H.-G. Pflaum, Sodales Antoniniani, p. 68, confirmée par l’analyse de B. Ré (...)
  • 82 Tableau 2, no 46 ; 53 ; 58. Il convient d’écarter de cette liste L. Egnatius Victor Lollianus (no 6 (...)
  • 83 Tableau 2, no 51 (?) ; 52 ; 57 ; 63 ; 67 (?, v. infra).
  • 84 Le 3e pour Cilo, le 4e pour Iulianus, qui semble ainsi égaler L. Hedius Rufus Lollianus Avitus, mai (...)
  • 85 R. Haensch, P. Weiss, Gewichte III, p. 252-254, no 19.
  • 86 PIR2, A 850 & 851 ; B. Rémy, Carrières, p. 242-243, no 191.

26Si l’on passe en revue les quelque 22 ou 23 légats consulaires attestés datés entre 173/174 et 26978, on y rencontre certes des noms célèbres, à commencer par le futur empereur Dide Julien (no 48)79 et le futur préfet de la Ville Fabius Cilo (no 49)80. Cependant, la place du Pont-Bithynie dans la hiérarchie des gouvernements consulaires ne semble pas particulièrement élevée81. Sur 10 ou 11 personnages dont on connaît tant soit peu le cursus, cette fonction ne représente que le premier poste (dans trois cas)82 ou le second (dans quatre ou cinq cas)83. Seuls Didius Iulianus et Fabius Cilo ont exercé cette charge comme troisième ou quatrième poste consulaire84. La toute récente publication d’un plomb au nom de M. Antonius Hiero, qui gouverna la province en l’an 4 de Valérien et Gallien (255/256)85, pose un réel problème : faut-il vraiment, avec les éditeurs, identifier ce sénateur à M. Antonius Memmius Hiero, qui administra la Cappadoce sous les Philippes, une dizaine d’années auparavant86 ? Il semble improbable que le Pont-Bithynie, dépourvu de troupes, ait eu un statut supérieur à celui de la Cappadoce, où stationnaient deux légions. Si nous étions au second siècle ou sous les Sévères, nous n’hésiterions pas à dissocier les deux personnages et à faire du légat de 255/256 un frère cadet ou un cousin de son quasi homonyme. Mais à cette date, la menace des Goths de Pontide, qui, depuis la Crimée, font alors irruption en mer Noire, a fort bien pu justifier l’envoi dans la province d’un consulaire expérimenté, en sorte que l’identification retenue par les éditeurs, sans être assurée, demeure plausible.

  • 87 F. Millar, « Trajan, Government by Correspondance », dans J. González (éd.), Trajan, emperador de R (...)

27Qu’ils fussent proconsuls ou legati Augusti pro praetore, les gouverneurs de la province avaient en réalité la même tâche à accomplir. C’est bien évidemment à Pline le Jeune qu’il convient de s’adresser par priorité pour savoir en quoi elle consistait précisément. Outre la remarquable analyse de Sherwin-White, on consultera sur ce point un article de Fergus Millar, publié en 200087.

  • 88 Ep., X, 22, 1 ; 56, 3 ; 96, 7 (cf. infra, n. 95) ; 110, 1 ; 111, 1. Cf. A. N. Sherwin-White, Letter (...)
  • 89 Ep., X, 43; A. N. Sherwin-White, Letters of Pliny, p. 625-627.
  • 90 Ep., X, 47-48; A. N. Sherwin-White, Letters of Pliny, p. 629-631 ; É. Guerber, Pline le Jeune et Tr (...)
  • 91 Ep., X, 18: Prouinciales, credo, prospectum sibi a me intellegent. Nam et tu dabis operam ut manife (...)
  • 92 Ces vues novatrices sont résumées avec clarté dans F. Jacques et J. Scheid, Structures de l’Empire,(...)

28Pline nous apprend qu’il est parti de Rome, muni d’instructions expresses du prince, ou mandata88. On en cerne à peu près la teneur. Il convient d’attirer d’emblée l’attention sur sa lettre 17A, écrite, précise-t-il, dès son arrivée sur place : il est occupé à contrôler les comptes des Prusiens ; on le voit un peu plus tard contrôler ceux de Byzance89, puis ceux de la colonie d’Apamée90. Trajan, dans ses réponses, montre son souci des finances publiques, soulignant que ces mesures, qui risquent fort de ne pas plaire à tout le monde, sont prises dans l’intérêt même des cités concernées91. On rejoint ici l’analyse du regretté François Jacques92.

  • 93 Ep., X, 58-60 (Archippos) ; 81-82 (Dion). Cf. A. N. Sherwin-White, Letters of Pliny, p. 639-646 et (...)

29En procédant à ces vérifications et contrôles, le risque de heurter les intérêts locaux était grand. On voit Pline chargé du dossier délicat du philosophe Archippos, puis amené à connaître d’un litige l’opposant à son ennemi juré, Dion de Pruse93. Pour tenir tête à de tels grands notables, il fallait bien en effet un consulaire et, qui plus est, un ami du prince.

  • 94 Cf B. F. Harris, Bithynia, p. 889-894.
  • 95 Ep., X, 34, 1 ; 96, 7 (…post edictum meum, quo secundum mandata tua hetaerias esse uetueram). Même (...)

30Une autre préoccupation de Pline est l’ordre public, car la Bithynie, au moins, semble avoir été assez agitée, moins contre l’hégémonie romaine, dont il n’apparaît pas qu’elle ait été sérieusement contestée, que du fait de rivalités internes94. À deux reprises, il est question d’« hétairies », sortes de sociétés secrètes, expressément interdites par Trajan95. La célèbre lettre 96 montre que les chrétiens pouvaient être assimilés à des comploteurs.

31On ne peut enfin négliger le rôle que le Pont-Bithynie, du fait de sa situation géographique, tenait dans le jeu diplomatique. Les lettres 63, 64 et 67 évoquent l’arrivée d’un envoyé du roi du Bosphore, Sauromathès. Dans l’Alexandre, 9, Lucien mentionne de même un navire apportant le tribut annuel versé à Rome par le roi Eupator.

Tableau 3 : Correcteurs et curateurs de cités (d’après É. Guerber, Cités libres, cit. n. 96 et R. Haensch-P. Weiss, Chiron, 2005 & 2007, cit. n. 18)

Image 10000000000002AF000003B7C080ED3B0EC30A19.jpg

Correcteurs et logistes

  • 96 L’ouvrage de base sur ces agents du prince en Orient est la thèse de doctorat inédite d’Éric Guerbe (...)

32Le contrôle des finances des villes, épuisées par leur émulation édilitaire, était un souci majeur. Pline, dans son activité quasi quotidienne, joue déjà, sans en avoir le titre, le rôle de ce que vont être après lui les correcteurs et les curateurs96.

  • 97 Cf. É. Guerber, Correctores, p. 216, no 22 (Anonyme de Thyatire, Asie : [...διορθωτν καλογ]ίστην(...)
  • 98 IGR, III, 174 (ILS, 8826) = E. Bosch, Ankara, p. 197-204, no 156 : πρòς ε' ῥάβδους πέμϕθεις εἰς Βει (...)

33Le premier attesté est C. Iulius Seuerus, en 134, qualifié à la fois de diorthôtès (corrector, littéralement « redresseur ») et de logistès (curator). Cette double désignation, dont on n’a que peu d’autres exemples97, lui confère, sur la Bithynie et sans doute sur l’ensemble de la province, des attributions aux contours mal définis, mais sans doute équivalentes, voire même supérieures à celles de Pline98.

34Les curateurs de cités ont des responsabilités moindres, puisqu’ils ne s’occupent ordinairement que d’une seule ville, mais peuvent en certains cas en contrôler deux, voire exceptionnellement trois.

  • 99 R. Haensch, P. Weiss, Gewichte II, p. 184, no 14 ; tableau 2, no 45.

35Leur chronologie est quelque peu incertaine. Le premier à être précisément daté est P. Herennius Niger Atticianus99, en 174/175. Son cas est intéressant en ce qu’il se rapproche de ceux de Pline et de Iulius Seuerus, étant comme eux gouverneur de la province, si ce n’est que ses fonctions de logiste paraissent limitées à la seule ville de Nicomédie. Deux personnages appartiennent également à la seconde moitié du iie siècle, cinq autres à l’époque sévérienne. Enfin, trois curateurs sont à dater entre le règne de Gordien III et celui de Claude le Gothique.

  • 100 PIR2, A 1559 ; H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, 3 (...)
  • 101 I. Prusias Hyp., 17 ; É. Guerber, Cités libres, no 52.

36Le rang social de ces personnages n’est pas immuable. Près de la moitié sont des sénateurs, mais on trouve parmi eux des chevaliers romains, dont l’un, M. Aurelius Mindius Matidianus Pollio100 est un magnat considérable, seul à notre connaissance à avoir contrôlé trois cités à la fois. Parmi les autres, on relève la présence d’un notable local de haute volée : Ulpius Titius Aelianus Antoninus, de Prusias de l’Hypios, qui fut Bithyniarque et Pontarque101. La cité dont on lui confia la curatelle, Kios, est cependant modeste.

37On n’a encore signalé aucun logiste dans le Pont ; en Bithynie, quatre poleis apparaissent : Nicomédie revient neuf fois. Il est vrai que la découverte des inscriptions pondérales, avec 5 mentions, fausse la statistique ; cependant, même si l’on ne possédait pas ces documents, Nicomédie, avec 4 occurrences, devancerait Nicée (3), Pruse et Kios (une chacune). La turbulente et dépensière métropole est donc bien tenue en mains, même si le contrôle n’est pas permanent.

  • 102 H.-G. Pflaum, CPE ; id., Supplément aux Carrières procuratoriennes équestres, Paris, 1982.
  • 103 Par les soins de S. Demougin, S. Lefebvre et X. Loriot, dans le cadre d’un programme de l’UMR 8585 (...)

38Venons-en aux administrateurs équestres. Le tableau que j’en ai dressés n’est pas disposé comme ceux qui précèdent. Il se conforme dans sa présentation au modèle établi par Hans-Georg Pflaum au t. III de ses Carrières, ainsi que dans son Supplément102, lequel sera repris dans le Supplément II, actuellement en cours d’élaboration103.

Administateurs équestres du Pont-Bithynie (Auguste à Gallien) (d’après H.-G. Pflaum, CPE, III, p. 1076-1077 et Suppl., p. 128-129)

39PROCVRATOR PROVINCIAE PONTI ET BITHYNIAE (CC)

Iunius Cilo, procurator Ponti ; ἄρξας (τImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν ΒιθυνImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν) - 49-53.

C. Iulius Aquila - 58.

L. Antonius Naso - Mars-juillet 78.

Cn. Pompeius Proculus - Entre 80 et 138.

Virdius Gemellinus - Vers 111.

A. Ofellius Maior (uel M. f.) Macedo - Entre 117 et 138.

Iulius διέπων τImage 10000000000000090000000F25AD6E2039A6183B.jpgςπαρχείου - 211/212, R. Haensch et P. Weiss, Gewichte I, no 5 (AE, 2005, 1432).

A[eli]us […] - Vers 230 ; cf. F. Nasti, ZPE, 117, 1997, p. 281-290.

P. Sallustius Sempronius Victor. - Vers 234

C. Furius Sabinius Aquila Timesitheus, procurator prouinciae Bithyniae Ponti Paphlagoniae tam patrimoni quam rationis priuatae ibi uice procuratoris XXXX item uice <praes(idis)?> - Vers 235/236.

(C. Iulius ?) Senecio, διέπων (τImage 10000000000000090000000F25AD6E2039A6183B.jpgς έπαρχείας) - 259/260, R. Haensch et P. Weiss, Gewichte I,, no 12 (AE, 2005, 1435), cf. S. Demougin, X. Loriot, Varia procuratoria (cf. note 113), p. 285-287.

40PROCVRATOR AD CENSVM AGENDVM PONTO BITHYNIAE (LX)

M. Aemilius Bassus - Vers 120.

PRAEFECTVS CLASSIS PONTICAE (LX)

Anonyme (Sinope), prae[f. orae maritimae Am]astr. et clas[sis Ponticae] - Vers 100/112.

L. Iulius Vehilius Ga[llus] Iulianus - 175/176.

Antonius Proculus - 193/235, cf. S. Demougin, X. Loriot, Varia procuratoria, p. 282-284.

[...] Crispinus - iiie s.

Anonyme (Vasada, Galatie) - Date incertaine, AE, 1968, 497.

41PROCVRATOR PATRIMONII PROVINCIAE BITHYNIAE PONTI PAPHLAGONIAE (LX)

C. Furius Sabinius Aquila Timesitheus, v. supra - Vers 235/236.

42PROCVRATOR FAMILIARVM GLADIATORIARVM PER ASIAM BITHYNIAM GALATIAM CAPPADOCIAM LYCIAM PAMPHYLIAM CILICIAM CYPRVM PONTVM PAPHLAGONIAM

L. Didius Marinus - Vers 193.

Sex. Pacuuius Restitutus - Entre 198 et 209.

Romanius Montan[us]. - Entre 212 et 217.

43PROCVRATOR XXXX PORTVS ASIAE ET BITHYNIAE (LX)

L. Titinius Clodianus signo Consultius, proc. quadrag. portus Asiae et Bithyniae - Vers 234.

C. Furius Sabinius Aquila Timesitheus, v. supra - Vers 235/236.

44PROCVRATOR RATIONIS PRIVATAE PROVINCIAE BITHYNIAE PONTI PAPHLAGONIAE (LX)

C. Furius Sabinius Aquila Timesitheus, v. supra - Vers 235/236.

45PROCVRATOR AD VECTIGAL XX HEREDITATIVM PER PONTVM ET BITHYNIAM ET PONTVM MEDITERRANEVM ET PAPHLAGONIAM (LX)

M. Cosconius Fronto - Entre 198 et 209.

  • 104 F. Nasti, « Il prefetto del pretorio di CIL VI 1638 (= D. 1331) e la sua carriera », ZPE, 117, 1997 (...)

46Cette liste peut apparaître bien maigre en comparaison de celle des gouverneurs et ne comporte que bien peu de nouveautés. La seule fonction qui soit à peu près convenablement documentée est celle du procurateur provincial, charge ducénaire du premier échelon. On en connaît 11 titulaires, 6 avant 159, lorsque le procurateur n’administrait que les propriétés impériales et les taxes ou impôts indirects, et 5 après cette date, quand il supervise désormais toute l’administration financière et fiscale de la province. On doit à Fara Nasti une précieuse addition à ces fastes : en lisant mieux une inscription de Rome (CIL, VI, 1638 = 41281), elle a retrouvé l’un des postes du début de carrière du quasi anonyme Aelius […]104, qui devint préfet du prétoire vers les années 250.

  • 105 PIR2, I 744 ; S. Demougin, Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens (CEFR 153), Rome, (...)
  • 106 RPC, I, p. 348, no 2054-2055.
  • 107 B. Rémy, Carrières, p. 27.
  • 108 RPC, I, p. 338, no 12.

47Des problèmes se posent toutefois. L’un concerne Iunius Cilo105 (ou Chilo, comme préfèrent l’écrire la PIR et le RPC), dont la longueur du mandat, quatre à cinq ans, est exceptionnelle. Son nom apparaît sur des monnaies de Nicée106, ce qui conduit à se demander s’il n’aurait pas temporairement géré la province en exerçant l’intérim du proconsul107. Les éditeurs du RPC ne le croient pas108, mais le doute subsiste.

  • 109 PIR2, A 854 ; H.-G. Pflaum, CPE, I, no 36 ; S. Demougin, CJC, p. 597-599, no 703.
  • 110 CIL, III, 14387 (ILS, 9199) = IGLS, VI, 2781. Il est dit procurator sur deux inscriptions bithynien (...)

48On peut également s’interroger à propos de L. Antonius Naso109. Le cursus de ce chevalier nous est fourni par une inscription d’Héliopolis-Baalbek, où il est, vers 77/78, qualifié de proc(urator) Aug(usti) [Po]nto et B[ithyni]ae, sans la moindre allusion à un quelconque vicariat110. Mais à quel titre figure-t-il alors sur des frappes monétaires ?

  • 111 Gewichte I, p. 459-462, no 5 (AE, 2005, 1432).
  • 112 Gewichte I, p. 474-476, no 12 (AE, 2005, 1435).
  • 113 S. Demougin et X. Loriot, « Varia procuratoria », dans J. Dalaison (éd.), Espaces et pouvoirs dans (...)
  • 114 Ceux-ci considéraient cette lettre comme un t appartenant au mot διέπ[ον]/τ(ος …). L’AE ne mentionn (...)

49Aucun doute, en revanche, pour Iulius Proculus (tabl. 2, no 55), révélé par l’un des poids de la série publiée dans Chiron en 2005111. On a bien ici affaire à un chevalier agens uice praesidis. Aucun doute non plus concernant le statut de Senecio, διέποντ(ος τνπαρχείαν)112. Son identité, en revanche, pose problème. Nous avons récemment, Ségolène Demougin et moi, proposé de l’identifier à C. Iulius Senecio, qui fut, vers 253 ou 254, gouverneur par intérim du complexe Galatie-Pont113. Une incertitude subsiste pourtant quant à la lecture du texte : l’un des rédacteurs de l’AE, Michel Sève, a interprété la lettre T, paraissant figurer au début de la dernière ligne de la face A, comme l’initiale du prénom T(itus), ce qui a incité Olli Salomies à commenter entre crochets que : « cette lecture est suspecte, en 260 on attend un gentilice abrégé non un prénom ». Si cette remarque porte à faux, car la lecture qu’il critique sans s’en rendre compte est celle de son corédacteur de l’AE, non celle des éditeurs du document114, il peut avoir raison sur le fond. Il est fort possible que ce « T » soit en réalité un iota, initiale du gentilice ’I(ούλιος).

  • 115 PIR2, F 581 ; H. -G. Pflaum, CPE, II, no 317 ; X. Loriot, « Les premières années de la grande crise (...)
  • 116 Telle qu’exprimée notamment par B. Rémy, Carrières, p. 122-123. La proposition de H. -G. Pflaum (Le (...)
  • 117 Toutefois, si l’on exclut cette hypothèse, l’on aboutit, grammaticalement du moins, à une suite de (...)
  • 118 PIR2, I 161 ; B. Rémy, Carrières, p. 163-166, no 127 ; B. E. Thomasson, Fasti Africani. p. 182, no  (...)
  • 119 Cf. aussi M. Christol et X. Loriot, Le Pontus ; eid., « P. Alfius Avitus et P. Plotius Romanus gouv (...)

50Quant au célèbre Timésithée115, l’on aura remarqué qu’il figure à lui seul quatre fois dans ces listes équestres. D’après l’inscription de Lyon (CIL, XIII, 1807 (ILS, 1330)), il aurait cumulé en Bithynie trois postes sexagénaires, tout à fait indignes de son ancienneté, avec, croit-on, la procuratelle provinciale et le gouvernement consulaire. C’est du moins l’opinio communis116. Examinons d’abord le vicariat du gouverneur. Sans doute la formule uice <praesidis> suppose-t-elle l’oubli d’un mot, ce qui est certes possible, mais non tout à fait certain117. Le vicariat de la procuratelle provinciale est probable, bien que non explicitement attesté. Le titulus lyonnais s’exprime en effet ainsi : procurator prouinciae Bithyniae Ponti Paphlagoniae tam patrimonii quam rationis priuatae. Mais ladite prouincia est-elle la province, au sens le plus strict, gouvernemental, du terme, de Pont et Bithynie ? On peut à mon avis en douter, car dans l’énoncé du ressort territorial des compétences de l’intéressé figure la Paphlagonie. Or celle-ci n’a jamais fait partie du Pont-Bithynie. Elle était, comme nous l’avons vu, rattachée à la Galatie. Et c’est bien du reste en qualité de légat d’Auguste propréteur de Galatie qu’est attesté, par plusieurs inscriptions découvertes à Lambèse et en Numidie, le gouverneur prétorien L. Iulius Apronius Maenius Pius Salamallianus118, dont le nom figure également sur des milliaires datés du règne de Sévère Alexandre, mis au jour en Paphlagonie, près de Néoclaudiopolis (Vezirköprü)119.

  • 120 Cf X. Loriot, Pont au iiie siècle, p. 50, n. 2.
  • 121 A. von Domaszewski, « Die Inschriften des Timesitheus », RhM, 58, 1903, p. 218-230 (ici p. 227).

51Que la procuratelle du patrimoine ou celle de la res priuata aient regroupé des districts, ou « éparchies », appartenant à des provinces différentes n’a rien de surprenant. On en dénombre de nombreux exemples parallèles tant en Occident qu’en Orient120. Mais il devait être difficile au rédacteur de l’inscription de Lyon de se retrouver dans cette cascade d’intérims dont Domaszewski disait, avec quelque exagération, qu’elle avait été « inspirée par le désespoir121 ».

  • 122 On notera par ailleurs qu’une inscription de Montana, en Mésie inf. (AE, 1985, 752), nous fournit l (...)

52Quoi qu’il en soit, le dernier mot n’est pas dit sur cet extraordinaire cursus122. Rudolf Haensch me faisait remarquer que la série des poids n’a pas (pas encore ?) livré le nom de Timésithée et l’on peut légitimement s’interroger sur la nature et la chronologie des postes revêtus par l’intéressé entre, disons, 233/235 et 238/240.

  • 123 Ep., X, 27-28. Maximus souhaitait disposer de six hommes. Trajan répond que, sa mission accomplie, (...)
  • 124 Ep., X, 84-85.

53Il convient de ne pas oublier les procurateurs affranchis. Je n’en ai pas dressé la liste, mais noté que deux d’entre eux apparaissent dans la correspondance de Pline. L’un d’eux, Maximus, chargé par son supérieur, le procurateur équestre Virdius Gemellinus, quem adiuuat, d’aller acheter du blé en Paphlagonie réclame et obtient de Pline pour escorte cinq hommes, dont deux cavaliers123. Par la suite, rappelé à Rome, il reçoit de Pline un satisfecit rien moins que chaleureux, tandis qu’aux côtés de Gemellinus figure désormais un certain Epimachus124.

  • 125 M. D. Campanile, « Il κοινόν di Bitinia. Βειθυνιάρχαι ε ἄρχοντες το κοινο τν εν Βειθυνίαι ‘Eλλήνων (...)
  • 126 X. Loriot, « Le culte impérial dans le Pont sous le Haut-Empire », dans A. Vigourt et al. (éd.), Po (...)
  • 127 J. Deininger, Provinziallandtage, p. 64-66.
  • 128 V. Chapot, Koina du Pont, p. 97-104.
  • 129 M. Sartre, L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste (...)
  • 130 Chr. Marek, Stadt, Ära und Territorium, p. 73-82.
  • 131 Z. Çizmeli, Le monnayage de Néocésarée et du koinon du Pont (Glaux 17), Milan, 2006, p. 96-97 about (...)

54J’ajouterai un mot du culte impérial, un mot seulement car la question a été traitée pour la Bithynie par Maria Domitilla Campanile125 et pour le Pont par moi-même126. Je concluais avec Jürgen Deininger127, contre Victor Chapot128, Maurice Sartre129 et Christian Marek130, qu’il n’avait jamais existé qu’un seul koinon du Pont, regroupant, peut-être depuis les Flaviens, à coup sûr depuis Trajan sinon toutes, du moins la plupart des cités ayant jadis appartenu au royaume de Mithridate, d’Héraclée du Pont à l’ouest à Néocésarée et Zéla à l’est et peut-être même jusqu’aux confins du Caucase. Je me permets de renvoyer sur ce point à l’article inséré dans le volume d’hommage à Jean-Pierre Martin131.

La fin de la province

55Par cette expression, j’entends le moment où la province de Pont et Bithynie cessa d’exister sous ce nom, l’union entre les deux composantes ayant été rompue.

  • 132 IGR, III, 33 = I. Prusa, 12 ; R. Haensch et P. Weiss, Gewichte I, p. 470-472, no 10 ; Gewichte IV, (...)
  • 133 La carrière du personnage a été entièrement réexaminée et redatée par R. Haensch : « L. Egnatius Vi (...)
  • 134 Géographie, V, 4, 1-2, p. 846-848 Müller, cf. V, 6, 1, p. 866 Müller.
  • 135 F. Cumont, « La Galatie maritime de Ptolémée », REG, 16, 1903, p. 25-27 ; V. Chapot, Koina de Pont,(...)
  • 136 X. Loriot, Pont au iiie siècle ; id., Culte impérial, p. 523-524.
  • 137 B. Rémy, Évolution administrative, p. 90-93.
  • 138 Chr. Marek, Stadt, Ära und Territorium, p. 82-88.

56À notre connaissance, le dernier gouverneur expressément désigné comme legatus Augusti pro praetore Ponti et Bithyniae est L. Egnatius Victor Lollianus (tableau 2, no 64), autrefois placé sous Sévère Alexandre, mais que de récentes découvertes permettent désormais de dater avec précision des années 249/250132, conduisant ainsi à le distinguer d’un homonyme, vraisemblablement son père133. Mais, à son époque, la province pompéienne n’avait plus vers l’est, et ce depuis longtemps, toute l’étendue qu’elle possédait au temps d’Auguste et de ses successeurs, jusqu’à Trajan. À une date indéterminée du second siècle, sous Hadrien peut-être, les trois cités orientales du Pont, Abonotique, Sinope et Amisos avaient été transférées à la Galatie. Tel est du moins le témoignage de Ptolémée134, jadis réfuté par Franz Cumont et Victor Chapot135, mais auquel j’ai cru devoir ajouter foi136, de même, me semble-t-il, que la plupart des critiques récents, notamment Bernard Rémy137 et Christian Marek138.

  • 139 Sur cette évolution : X. Loriot, Pont au iiie siècle, p. 54-57 ; M. Christol et X. Loriot, Le Pontu (...)
  • 140 AE, 1991, 1498 b ; cf. X. Loriot, « Trois nouveaux milliaires de la région pontique », CGG, 7, 1996 (...)

57Vers 230, fut créée, pour l’essentiel aux dépens de la Cappadoce, une province du Pontus, centrée autour d’Amasia et qui, peut-être, comprenait déjà des cités ayant autrefois appartenu au Pont-Bithynie, en particulier Amisos. Sinope y fut englobée, sinon dès le début, du moins dans les années 280139. Au début du ive siècle, cette province du Pont s’étendait vers l’ouest jusqu’à englober Gangra et peut-être toute la Paphlagonie intérieure, autrefois dépendance de la Galatie140. Plusieurs des cités ci-dessus mentionnées ne faisaient depuis longtemps plus partie du Pont-Bithynie (Amisos, Sinope) ou même, comme Amasia ou Gangra, ne lui avaient jamais appartenu. Nous ignorons encore où se situait précisément la frontière occidentale de cette nouvelle province.

  • 141 SEG, 48, 1502 (Amastris, 237/238) ; Gewichte I, p. 462-466, no 6 (AE, 2005, 1314), cf. tableau 2, n(...)
  • 142 Cf. supra, n. 59. L’inversion de l’ordre usuel est probablement sans signification, puisqu’il s’agi (...)
  • 143 Cf. X. Loriot, Pont au iiie siècle, p. 47, n. 2 (continuée p. 48) ; B. Rémy, Évolution administrati (...)
  • 144 IGR, III, 39-40 = I. Mus. Iznik, 11-12 : λαμπρ(ότατος) πατικòς πρεσβ(ευτς) καὶ ἀντιστράτηγος το(...)

58De récentes découvertes nous montrent, en 236-238, un légat propréteur, du nom de L. (ou A. ?) Ranius Optatus, attesté à la fois à Nicomédie et à Amastris141, cette ville paraissant être alors la plus orientale de la double province. Celle-ci, quoique désormais pratiquement réduite à la seule Bithynie, était encore officiellement désignée en 249 sous le nom de Bithynia et Pontus142. Il semblerait qu’elle ait conservé cette dénomination au moins jusque vers 260. Un indice en ce sens nous est fourni par une lettre de l’évêque Denys d’Alexandrie, conservée par Eusèbe de Césarée (HE, VII, 5, 2), où l’auteur célèbre, vers 257, la paix momentanément retrouvée des Églises d’Orient après la condamnation du schisme de Novatien. Ony lit, suivant ceux d’autres contrées (Cilicie, Cappadoce, Syries, Arabie, Mésopotamie), les noms de Πόντος τε κα Βιθυνία 143. Le dernier légat consulaire de la province pompéienne qui nous soit connu à ce jour est Velleius Macrinus, dont le nom figure dans deux inscriptions des remparts de Nicée, datées de 269144.

  • 145 Sur ce document, v. en dernier lieu : C. Zuckerman, « Sur la Liste de Vérone et la province de Gran (...)
  • 146 On ne connaît pas de successeur à Velleius Macrinus avant 303, où la Bithynie est administrée par l (...)
  • 147 ILAlg., I, 1271 (ILS, 1228), Calama, Afrique. Cf. PLRE, I, p. 530.
  • 148 A. H. M. Jones, « The Date and Value of the Verona List », JRS, 44, 1954, p. 21-29, ici p. 28 (= Th (...)
  • 149 X. Loriot, Gouverneurs du Pont, p. 411-423.

59Après une longue lacune, la Bithynie reparaît dans notre documentation, désormais seule, à travers le Laterculus Veronensis (314)145 et les listes conciliaires de Nicée (325). Après avoir été, à partir d’une date indéterminée, entre 269 et 303146, gouvernée par des praesides équestres de rang perfectissime, elle se vit attribuer par Constantin, dans les années 320, des consulares, dont la dénomination même indique qu’ils étaient de nouveau choisis dans l’ordre sénatorial. L’un d’entre eux, L. Crepereius Madalianus147, vers 330/335 environ, se dit étrangement consularis Ponti et Bithyniae, ce qui ne peut guère constituer qu’un archaïsme148, peut-être teinté de nostalgie, car à cette époque le Pontus lui-même avait disparu, divisé entre Hélénopont et Pont Polémoniaque149.

Image 10000000000003B50000027230CB19211FCF0645.jpg

Fig. 1 : Carte de l'Asie

Notes

1 Sur ces questions : B. Rémy, L’évolution administrative de l’Anatolie aux trois premiers siècles de notre ère (Coll. du Centre d’Études romaines et gallo-romaines, n. s. 5), Lyon, 1986 (= Évolution administrative).

2 Sur ce terme : J.-M. Bertrand, « À propos du mot prouincia : étude sur les modes d’élaboration du langage politique », JS, 1989, p. 191-215.

3 V. Chapot, « La frontière Nord de la Galatie et les koina du Pont », dans W. H. Buckler et W. M. Calder (éd.), Anatolian Studies presented to Sir William Mitchell Ramsay, Manchester, 1923, p. 93-107, part. p. 93-94 (= Koina du Pont). Pour l’usage du pluriel, cf par ex. CIL, III, 6813 (ILS, 1088) :… leg. Aug. propr. prouinciar. Galatiae, Pisid. Paphlagoniae ; IGR, III, 763 (ILS, 8828) : πρεσβευτὴν καὶ ἀντιστράτηγον το Σεβαστο ἐπαρχείν Λυκίας καὶ Παμϕυλίας.

4 Géographie, XII, 1, 1.

5 Ce terme est un générique désignant un esclave rétif ou malhonnête ; ainsi, dès le v. 2 : κακς Παϕλαγόνα τòν νεώνητον κακòν.... et un peu plus loin (v. 44-45) : ...δολον βυρσοδέψην Παϕλαγόνα πανουργότατον καὶ διαβολώτατόν τινα.

6 Alexandre, 17 :..χρὴ ἀπονέμειν τοImage 10000000000000090000000F109B0F40FC390115.jpgς Παϕλαγόσι καὶ ΠοντικοImage 10000000000000090000000F109B0F40FC390115.jpgς ἐκείνοImage 10000000000000090000000F109B0F40FC390115.jpgς, παχέσι καὶ ἀπαιδεύτοις ἀνθρώποις κτλ ; cf. 39 : ...Εμολπίδαι δθεν καὶ Κήρυκές τινες Παϕλαγόνες, καρβατίνας ποδεδεμένοι, πολλὴν τὴν σκοροδάλμην ἐρυγγάνοντες.

7 PIR2, P 490. Sur l’homme et l’auteur : A. Chastagnol, Le Sénat romain à l’époque impériale, Paris, 1992, p. 145-153 ; H. Zehnacker dans Pline le Jeune, Lettres, Livres I-III, Paris, CUF, 2009, p. vii-xxi. Voir également infra, p. 275-276.

8 Ep., X, 15-121. Toute nouvelle approche de ces textes doit partir de l’analyse fondamentale d’A. N. Sherwin-White, The Letters of Pliny. A Historical and Social Commentary, Oxford, 1966, n. éd. 1985 (= Letters of Pliny).

9 On songe surtout à ses deux discours Sur la concorde (Orationes 38-39). La rivalité inexpiable entre Nicée et Nicomédie a fait l’objet d’une étude célèbre de L. Robert, « La titulature de Nicée et de Nicomédie : la gloire et la haine », HSCP, 81, 1977, p. 1-39.

10 S. Şahin, Katalog der antiken Inschriften des Museums von Iznik (Nikaia) (IK 9-10, 1-2), Bonn, 1979-1982 (= I. Mus. Iznik).

11 R. Merkelbach, F. K. Dörner et S. Şahin, Die Inschriften von Kalchedon (IK 20), Bonn, 1980.

12 W. Ameling, Die Inschriften von Prusias ad Hypium (IK 27), Bonn, 1985 (= I. Prusias Hyp.).

13 Th. Corsten, Die Inschriften von Prusa ad Olympum (IK 39), Bonn, 1991-1993 (= I. Prusa).

14 Ll. Jonnes, The Inscriptions of Heraclea Pontica (IK 47), Bonn, 1994.

15 D. H. French, The Inscriptions of Sinope. Part I (IK 64), Bonn, 2004.

16 E. Kalinka, « Aus Bithynien und Umgegend », JÖAI, 28, 1933, Beiblatt, col. 45-112.

17 Chr. Marek, Stadt, Ära und Territorium in Pontus-Bithynia und Nord-Galatia, Tübingen (Istanbuler Forschungen 39), 1993 (= Stadt, Ära und Territorium). Ce savant a publié plus récemment un ouvrage destiné surtout au public cultivé, Pontus et Bithynia. Die römischen Provinzen im Norden Kleinasiens, Mayence, 2003.

18 R. Haensch et P. Weiss, « Gewichte mit Nennung von Statthaltern von Pontus et Bithynia », Chiron, 35, 2005, p. 443-498 (poids no 1 à 13 = Gewichte I) ; eid., « Statthalter Gewichte aus Pontus et Bithynia. Neue Exemplare und neue Erkentnisse », Chiron, 37, 2007, p. 183-217 (poids no 14 à 16 = Gewichte II).

19 F. Dönmez-Öztürk, R. Haensch, H. S. Öztürk et P. Weiss, « Aus dem Pera Museum (Istanbul). Weitere Gewichte mit Nennung von Statthaltern von Pontus et Bithynia », Chiron, 38, 2008, p. 243-259 (poids no 17-19 = Gewichte III) ; eid., « Aus dem Halûk Perk Museum (Istanbul). Ein weiteres Gewicht mit Nennung eines Statthalters von Pontus et Bithynia », Chiron, 38, 2008, p. 261-265 (poids no 20 = Gewichte IV).

20 S. Şahin, « Ein Bleigewicht aus Nikomedeia unter Kaiser Philippus und seinem Statthalter M. Aurelius Artemidorus », EA, 16, 1990, p. 139-145 & pl. 21 (AE, 1992, 1565 = SEG, 39, 1342) ; R. Haensch, P. Weiss, Gewichte I, p. 469-470, no 9. Trouvé à 6 km à l’est d’Izmit.

21 R. Haensch, P. Weiss, Gewichte III, p. 252-254, no 19.

22 A. Burnett, M. Amandry et al., The Roman Provincial Coinage, t. I, From the Death of Caesar to the Death of Vitellius (44 BC-AD 69) ; t. II, From Vespasian to Domitian (AD 69-96), Londres & Paris, 1992 & 1999.

23 W. Wroth, A Catalogue of the Greek Coins in the British Museum : Pontus, Paphlagonia, Bithynia and the Kingdom of Bosporus, Londres, 1889.

24 W. H. Waddington, E. Babelon et Th. Reinach, Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure, I, 12, Pont et Paphlagonie, Paris, 1925 (= Rec. Gén.).

25 W. Leschhorn, Antike Ären. Zeitrechnung, Politik und Geschichte im Schwarzmeerraum und in Kleinasien nördlich des Tauros (Historia Einzelschriften 81), Stuttgart, 1993; Chr. Marek, Stadt, Ära und Territorium, p. 129-134.

26 Sur la lex Pompeia, qui n’est pratiquement connue que par Pline (ep., X, 79, 1) : A. N. Sherwin-White, Letters of Pliny, p. 669-670. Elle peut ou non se confondre avec la lex Bithynorum dont parle Gaius, Inst., 1, 193.

27 Cf. G. Vitucci, « Gli ordinamenti costitutivi di Pompeo in terra d’Asia », Rendiconti della Classe di Scienze morali e storiche dell’Accademia dei Lincei, 8e s., 2, 1947, p. 428-447 ; J. van Ooteghem, Pompée le Grand, bâtisseur d’empire, Namur-Louvain-Paris, 1954, p. 248-249 ; A. H. M. Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, 2e éd., Oxford, 1971, p. 156-162 (= CERP2) ; B. F. Harris, « Bithynia : Roman Sovereignty and the Survival of Hellenism », ANRW, II, 7, 2, Berlin-New York, 1980, p. 857-901, part. p. 869-870 (= Bithynia).

28 Voir la brève mise au point de B. F. Harris, Bithynia, p. 870-874.

29 CIL, I2, 2, 739 = I. Aquileia, 26 ; Memnon d’Héraclée, FGH, III, B, p. 358-367 Jacoby ; T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, II, New York, 1952, p. 111, 117, 123 et 128 (= Magistrates).

30 BMC, p. 117, 152 et 179 ; Rec. Gén., p. 73, no 45 ; T. R. S. Broughton, Magistrates, p. 181, 185 et 191.

31 Catulle, 10 & 28 ; T. R. S. Broughton, Magistrates, p. 203 ; B. F. Harris, Bithynia, p. 872.

32 BMC, p. 21 ; Rec. Gén., p. 73, no 46 ; T. R. S. Broughton, Magistrates, p. 210.

33 BMC, p. 110 et 153 ; T. R. S. Broughton, Magistrates, p. 290 et 299.

34 Rec. Gén., p. 201*, no 75 a ; RPC, I, p. 337, no 1 et p. 355-356, no 2107 (monnaie de Sinope) ; T. R. S. Broughton, Magistrates, p. 299 et 310. Sa filiation interdit de l’identifier à un …us L. f. Rufus, connu par une inscription romaine : CIL, VI, 1508 = 41054 = IG, XIV, 1077 = IGUR, I, 71, cf PIR2, R 179 ; W. Eck, « CIL VI 1508 (Moretti, IGUR 71) und die Gestaltung senatorischer Ehrenmonumente », Chiron, 14, 1984, p. 201-217. B. Rémy, Les carrières sénatoriales dans les provinces romaines d’Anatolie au Haut-Empire (31 av. J.-C. – 284 ap. J.-C.) (Varia Anatolica II), Istanbul-Paris, 1989, p. 57-58, no 41 (= Carrières) date avec réserves ce titulus des années comprises entre la mort de César et le début de l’Empire. Le personnage figure dans le tableau 2, avant le no 1.

35 Cic., Phil., XI, 30 ; fam., 12, 11, 1 ; Appien, ciu., 3, 77 ; 4, 58 ; T. R. S. Broughton, Magistrates, p. 309 et 329.

36 Sur cette évolution : A. H. M. Jones, CERP2, p. 166-173 ; Chr. Marek, Stadt, Ära und Territorium, p. 49-59.

37 Géographie, XII, 3-4.

38 Nat., 5, 143.

39 RPC, I, p. 340-341. La colonie possédait le Ius italicum (Ulp., Dig., L, 15, 1, 10). Cf. aussi infra, n. 87.

40 R. Haensch, Capita provinciarum. Statthaltersitze und Provinzialverwaltung in der römischen Kaiserzeit (Kölner Forschungen 7), Mayence, 1997, p. 282-288.

41 J. Deininger, Die Provinziallandtage der römischen Kaiserzeit von Augustus bis zum Ende des dritten Jahrhunderts n. Chr. (Vestigia 4), Munich-Berlin, 1965, p. 16-19 et 60-64 (= Provinziallandtage) ; S. R. E. Price, Rituals and Power. The Roman Imperial Cult in Asia Minor, Cambridge, 1984, p. 266. Cf. aussi infra, n. 125.

42 F. Jacques et J. Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire (44 av. J.-C. – 260 ap. J.-C.), I, Les structures de l’Empire romain (coll. Nouvelle Clio), Paris, 19922, p. 226-227 (= Structures de l’Empire). Sur le statut d’Éphèse : É. Guerber, « Cité libre ou stipendiaire ? À propos du statut juridique d’Éphèse à l’époque du Haut-Empire romain », REG, 108, 1995, p. 388-409.

43 Ep., X, 43 ; cf. A. H. M. Jones, CERP2, p. 164 ; A. N. Sherwin-White, Letters of Pliny, p. 625-627 et 665-669. Il est à nouveau question de Byzance en ep., X, 77-78.

44 Géographie, VII, 6, 1-2 ; 7, 1 ; cf. XII, 8, 11, où l’auteur indique que Byzance possédait des terres en Bithynie, aux confins de l’Asie (territoire de Cyzique).

45 Nat., 4, 46: Sed a Bosporo... promuntorium Chryseon Ceras in quo oppidum byzantium liberae condicionis antea Lygos dictum...

46 Ptolémée, III, 11, 3 (p. 475 Müller).

47 Comme son appartenance provinciale, le statut de Byzance au ier siècle de l’Empire est problématique : Pline l’Ancien (n. 45 supra) affirme qu’elle jouissait de la liberté ; pourtant elle était apparemment stipendiaire sous Claude, en 53, lorsque le Sénat, adnitente principe, lui accorda l’exemption du tribut pour cinq ans (Tacite, ann., 12, 62-63). Elle dut recouvrer la liberté par la suite, vraisemblablement sous Néron, si l’on rapporte à ce règne le témoignage du Naturaliste, puisque Vespasien la priva de ce privilège (Suétone, Vesp., 8, 6), qu’elle semble n’avoir jamais récupéré. C’est probablement alors qu’elle fut « attribuée » à la Bithynie.

48 Dio Cass., 74, 14, 3. Hérodien, 3, 1, 5 décrit Byzance comme étant « alors la plus grande et la plus prospère des villes de Thrace ».

49 Nat., 5, 149: ceterum intus in Bithynia colonia Apamena, Agrippenses, Iuliopolitae, Bithynion.

50 Cette localité est également mentionnée par Ptolémée, V, 1, 3, et la Table de Peutinger : O. Hirschfeld, RE, I, 1, 1893, col. 894.

51 Cf. A. H. M. Jones, CERP2, p. 164, cf. p. 425, n. 33, avec ce commentaire : « which of the cities of Bithynia took the name of Agrippa is unknown ». On pourrait éventuellement songer à Creteia Flaviopolis.

52 G. Mendel, « Inscriptions de Bithynie », BCH, 25, 1901, p. 5-23 (d’où IGR, III, 148-151) (= Inscriptions de Bithynie) ; Chr. Marek, Stadt, Ära und Territorium, p. 100-125 et 187-210.

53 G. Mendel, Inscriptions de Bithynie, p. 9, no 144 = IGR, III, 148 (époque de Trajan)

54 CERP2, p. 168.

55 Supra, n. 15.

56 BMC, p. 100-102 ; RPC, I, p. 355-359 ; II, p. 113-115. Sur le monnayage de la cité : P. J. Casey, Sinope. A Catalogue of the Greek, Roman and Byzantine Coins in Sinop Museum (Turkey) and Related Historical and Numismatic Studies (Royal Numismatic Society Special Publication 44), Londres, 2010.

57 Ulp., Dig., L, 15, 1, 10.

58 La plus ancienne attestation de ce nouvel usage me semble être l’inscription de L. Antonius Naso (v. infra, n. 109). Cf. B. F. Harris, Bithynia, p. 869.

59 Cf. X. Loriot, « Le Pont au iiie siècle de notre ère », BSAF, 1976, p. 44-61, part. p. 44, n. 2 (= Pont au iiie siècle). Aux références mentionnées, ajouter IGR, III, 33 = I. Prusa, 12, infra, n. 132.

60 Liste des légats chez B. Rémy, Carrières, p. 59-79 ; des questeurs, ibid., p. 80-96. On ajoutera un nouveau personnage, L. Iulius Lupercus (infra, n. 64).

61 CIL, V, 5262 (ILS, 2927), Côme ; CIL, XI, 5272, Hispellum, etc. Cf. B. Rémy, Carrières, p. 45-47, no 31 ; G. Alföldy, « Die Inschriften des jüngeren Plinius », dans Städte, Eliten und Gesellschaft in der Gallia Cisalpina. Epigraphisch-historische Untersuchungen, Stuttgart, 1999, p. 221-244, a repris l’examen de ces textes et proposé de lire [pro]consulari potestate dans l’inscription de Côme, et pro[consulari potestate] dans celle d’Hispellum. Mais ces corrections, bien que plausibles, ne s’imposent pas d’évidence.

62 CIL, XIV, 2925 (ILS, 1024), Tusculum :… legato pro praetore diui Traiani Parthici prouinciae Ponti et Bithyniae. Cf. PIR2, I 273 ; B. Rémy, Carrières, p. 47-49, no 32.

63 IGR, III, 174 (ILS, 8826) = E. Bosch, Quellen zur Geschichte der Stadt Ankara im Altertum, Ankara, 1967, p. 197-204, no 156 (= Ankara); Dio Cass., 69, 14, 4. Cf. infra, n. 98.

64 Date à laquelle est attesté un questeur de la province du nom de L. Iulius Lupercus : R. Haensch, P. Weiss, Gewichte I, p. 452-454, no 2 (AE, 2005, 1430).

65 D’après une inscription mutilée d’Amastris (IGR, III, 84), mentionnant le légat consulaire L. Hedius Rufus Lollianus Avitus. Ce texte a été étudié et mieux daté par Chr. Marek, « Katalog der Inscriften im Museum von Amasra. Mit Anhang : Die Inschriften von Amastris und die angebliche Pompeianische Ära der Stadt », EA, 6, 1985, p. 133-156, part. p. 149 (d’où SEG, 35, 1318), cf. Stadt, ära und Territorium, p. 82-87 et p. 161, no 11. B. Rémy, tout en acceptant la nouvelle datation, n’en tire pas les conséquences qui s’imposent et place la légation de Lollianus en 162 (Évolution administrative, p. 87-89 ; Carrières, p. 99-101, no 73). De même S. Şahin, « Statthalter der Provinzen Pamphylia-Lycia und Pontus-Bithynia in der Zeit der Statusänderung beider Provinzen unter Mark Aurel und Lucius Verus », EA, 20, 1993, p. 77-90, part. p. 86-89, avec la réponse de Chr. Marek, « Das Datum einer Statthalterschaft in Pontus-Bithynia. L. Hedius Rufus Lollianus Avitus », EA, 23, 1994, p. 83-86.

66 G. R. Stumpf, Numismatische Studien zur Chronologie der römischen Statthalter in Kleinasien (122 v. Chr. -163 n. Chr.) (Saarbrücker Studien zur Archäologie und alten Geschichte 4), Sarrebruck, 1991.

67 C’est le cas notamment de C. Sertorius Brocchus (tableau 2, no 13), non répertorié par B. Rémy, dernièrement révélé par une monnaie de Bithynie (RPC, I, Suppl., p. 28, no S-2101A).

68 PIR2, C 982 & 984 ; B. Rémy, Carrières, p. 18-19, no 2 ; cf. tableau 2, no 2.

69 On se reportera à l’étude de B. Rémy, Les Fastes sénatoriaux des provinces d’Anatolie au Haut-Empire (31 av. J.-C. – 284 ap. J.-C.) (Pont-Bithynie, Galatie, Cappadoce, Lycie-Pamphylie et Cilicie), Paris, 1988, p. 21-55 (= Fastes).

70 Agricola, 9, 1 (à propos de l’Aquitaine) : Vespasianus (eum)… prouinciae Aquitaniae praeposuit, splendidae inprimis dignitatis administratione ac spe consulatus, cui destinarat. Tel fut le cas pour l’écrivain Pétrone, P. Petronius Niger « Arbiter » (tableau 2, no 17), d’après Tacite, ann., 16, 18 : Proconsul tamen Bithyniae et mox consul, uigentem se ac parem negotiis ostendit.

71 Tableau 2, no 4 ; 40.

72 Tableau 2, no 16.

73 Tableau 2, no 7 ; 19 ; 26 ; 37 ; 38.

74 Tableau 2, no 36 ; 39. À ce niveau du cursus se situe le gouvernement de C. Iulius Seuerus (no 35), qui n’est pas proconsul (B. Rémy, Fastes, p. 44 et 47, no 34 ; É. Guerber, « Les correctores dans la partie hellénophone de l’empire romain du règne de Trajan à l’avènement de Dioclétien : étude prosopographique », Anatolia antiqua, 5, 1997, p. 211-248 [= Correctores], p. 226-232).

75 PIR2, H 40; B. Rémy, Carrières, p. 99-101, no 73; B. E. Thomasson, Fasti Africani, Senatorische und ritterliche Amstträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm, 1996, p. 62-63, no 76 (= Fasti Africani).

76 Ce fait est bien mis en évidence par H.-G. Pflaum, « Les sodales Antoniniani de l’époque de Marc-Aurèle », dans Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 15, 2, Paris, 1966, p. 68 [= 208] (= Sodales Antoniani).

77 B. Rémy, Évolution administrative, p. 93.

78 Cf tableau 2. On doit ici exclure les 3 chevaliers faisant fonction de gouverneur (no 55, 60 & 68) ; de même le prétendu Q. Umbricius (après le no 64), qui n’est très certainement qu’un personnage de fiction.

79 PIR2, D 77; H.-G. Pflaum, Sodales Antoniniani, p. 60-71; B. Rémy, Carrières, p. 102-104, no 76.

80 PIR2, F 27 ; B. Rémy, Carrières, p. 104-107, no 77.

81 C’était déjà l’opinion d’H.-G. Pflaum, Sodales Antoniniani, p. 68, confirmée par l’analyse de B. Rémy, Fastes, p. 89-92. Cf. aussi P. M. M. Leunissen, Konsuln und Konsulare in der Zeit von Commodus bis Severus Alexander (180-235 n. Chr.), Amsterdam, 1989, p. 260-261.

82 Tableau 2, no 46 ; 53 ; 58. Il convient d’écarter de cette liste L. Egnatius Victor Lollianus (no 64), antérieurement retenu par B. Rémy, Fastes, p. 90, no 85.

83 Tableau 2, no 51 (?) ; 52 ; 57 ; 63 ; 67 (?, v. infra).

84 Le 3e pour Cilo, le 4e pour Iulianus, qui semble ainsi égaler L. Hedius Rufus Lollianus Avitus, mais dont le cas est très particulier (cf. H.-G. Pflaum, Sodales Antoniniani, p. 68 ; B. Rémy, Fastes, p. 91).

85 R. Haensch, P. Weiss, Gewichte III, p. 252-254, no 19.

86 PIR2, A 850 & 851 ; B. Rémy, Carrières, p. 242-243, no 191.

87 F. Millar, « Trajan, Government by Correspondance », dans J. González (éd.), Trajan, emperador de Roma, Actas del Congreso Internacíonal, 14-17 Septiembre 1998 (Saggi di Storia antica 16), Rome, 2000, p. 363-388 = H. M. Cotton et G. M. Rogers (éd.), Rome, the Greek World and the East, 2. Government, Society and Culture in the Roman Empire, Chapel Hill et Londres, 2004, chap. 2, p. 23-46. Voir également É. Guerber, « L’empereur arbitre ou décideur ? Pline le Jeune et Trajan à propos de l’autonomie de la colonie d’Apamée-Myrléa », dans A. Gangloff et M.-F. Baslez (éd.), Médiateurs culturels et voyages dans l’Empire romain, Journées d’études de l’USR 710 « Année Épigraphique », Paris, 3-4 avril 2009, Paris, 2011, sous presse (= Pline le Jeune et Trajan).

88 Ep., X, 22, 1 ; 56, 3 ; 96, 7 (cf. infra, n. 95) ; 110, 1 ; 111, 1. Cf. A. N. Sherwin-White, Letters of Pliny, p. 543 et 589-591.

89 Ep., X, 43; A. N. Sherwin-White, Letters of Pliny, p. 625-627.

90 Ep., X, 47-48; A. N. Sherwin-White, Letters of Pliny, p. 629-631 ; É. Guerber, Pline le Jeune et Trajan.

91 Ep., X, 18: Prouinciales, credo, prospectum sibi a me intellegent. Nam et tu dabis operam ut manifestum sit illis electum te esse, qui ad eosdem mei loco mittereris. Rationes autem in primis tibi rerum publicarum excutiendae sunt: nam et esse eas uexatas satis constat.

92 Ces vues novatrices sont résumées avec clarté dans F. Jacques et J. Scheid, Structures de l’Empire, p. 266-269.

93 Ep., X, 58-60 (Archippos) ; 81-82 (Dion). Cf. A. N. Sherwin-White, Letters of Pliny, p. 639-646 et 675-679.

94 Cf B. F. Harris, Bithynia, p. 889-894.

95 Ep., X, 34, 1 ; 96, 7 (…post edictum meum, quo secundum mandata tua hetaerias esse uetueram). Même préoccupation dans la lettre 93 où Trajan parle d’inliciti coetus.

96 L’ouvrage de base sur ces agents du prince en Orient est la thèse de doctorat inédite d’Éric Guerber, Recherches sur les cités libres de la partie hellénophone de l’Occident romain d’Octave Auguste au dernier tiers du iiie siècle p.C., Université de Paris X-Nanterre, 1996 (= Cités libres) ; id., Correctores.

97 Cf. É. Guerber, Correctores, p. 216, no 22 (Anonyme de Thyatire, Asie : [...διορθωτν καλογ]ίστην έ[ν ’Aσίδοικήσεως Περγαμηνς], J. Keil et A. von Premerstein, Denkschriften der Akademie der Wissenschaften in Wien (Phil. Hist. Kl., 54), 1911, 2, p. 26, no 50 ; ibid., p. 217, no 25 (Anonyme de Sidè, Pamphylie : τòν κράτιστον λογιστν καὶ ἐπανορθωτήν, J. Nollé, Side im Altertum. Geschichte und Zeugnisse, I (IK 43, 1), Bonn, 1993, p. 353-354, no 66).

98 IGR, III, 174 (ILS, 8826) = E. Bosch, Ankara, p. 197-204, no 156 : πρòς ε' ῥάβδους πέμϕθεις εἰς Βειθυνίαν διορθωτὴς καὶ λογιστὴς ὑιτò θεο Αδριανου. On notera que le Pont n’apparaît pas dans cette titulature. Peut-être ne s’agit-il que d’une négligence de la part du rédacteur. Sur le personnage : É. Guerber, Correctores, part. p. 216-217, no 23, 230-232 et 237-238.

99 R. Haensch, P. Weiss, Gewichte II, p. 184, no 14 ; tableau 2, no 45.

100 PIR2, A 1559 ; H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, 3 vol., Paris, 1960-1961 (= CPE), I, no 193 ; É. Guerber, Cités libres, no 29.

101 I. Prusias Hyp., 17 ; É. Guerber, Cités libres, no 52.

102 H.-G. Pflaum, CPE ; id., Supplément aux Carrières procuratoriennes équestres, Paris, 1982.

103 Par les soins de S. Demougin, S. Lefebvre et X. Loriot, dans le cadre d’un programme de l’UMR 8585 (désormais 8210) du Centre Gustave-Glotz (AnHiMA).

104 F. Nasti, « Il prefetto del pretorio di CIL VI 1638 (= D. 1331) e la sua carriera », ZPE, 117, 1997, p. 281-290. D’après les vestiges de lettres suivant le gentilice, l’auteur propose de restituer le cognomen Firmus, ce qui me paraît rien moins qu’assuré.

105 PIR2, I 744 ; S. Demougin, Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens (CEFR 153), Rome, 1992, p. 428-429, no 516 (= CJC).

106 RPC, I, p. 348, no 2054-2055.

107 B. Rémy, Carrières, p. 27.

108 RPC, I, p. 338, no 12.

109 PIR2, A 854 ; H.-G. Pflaum, CPE, I, no 36 ; S. Demougin, CJC, p. 597-599, no 703.

110 CIL, III, 14387 (ILS, 9199) = IGLS, VI, 2781. Il est dit procurator sur deux inscriptions bithyniennes : CIL, III, 6993 (ILS, 253) et 141883. Sur des monnaies de Bithynie attribuées au koinon, il apparaît comme ἐπίτροπος (BMC, p. 104 ; RPC, II, p. 99, no 615-618 & pl. 24).

111 Gewichte I, p. 459-462, no 5 (AE, 2005, 1432).

112 Gewichte I, p. 474-476, no 12 (AE, 2005, 1435).

113 S. Demougin et X. Loriot, « Varia procuratoria », dans J. Dalaison (éd.), Espaces et pouvoirs dans l’Antiquité de l’Anatolie à la Gaule. Hommages à Bernard Rémy (Cahiers du CRHIPA 11), Grenoble, 2007, p. 285-287. Sur C. Iulius Senecio (PIR2, I 564) : M. Christol et X. Loriot, « Le Pontus et ses gouverneurs dans le second tiers du iiie siècle », Centre Jean-Palerne. Mémoires, 7, Saint-Étienne, 1986, p. 13-40 (= Le Pontus) ; X. Loriot, « Les gouverneurs du Pont de Gallien à Julien (260-363) », dans S. Demougin et al. (éd.), H.-G. Pflaum, un historien du xxe siècle. Actes du colloque international, Paris, les 21, 22 et 23 octobre 2004, Genève, 2006, p. 399-425, ici p. 404 (= Gouverneurs du Pont).

114 Ceux-ci considéraient cette lettre comme un t appartenant au mot διέπ[ον]/τ(ος …). L’AE ne mentionne pas leur interprétation.

115 PIR2, F 581 ; H. -G. Pflaum, CPE, II, no 317 ; X. Loriot, « Les premières années de la grande crise du iiie siècle : de l’avènement de Maximin le Thrace (235) à la mort de Gordien III (244) », ANRW, II, 2, Berlin & New York, 1975, p. 735-738 ; B. Rémy, Carrières, p. 122-123, no 92. Le dossier épigraphique ne s’est récemment enrichi, à ma connaissance, que d’un seul document (C. M. Lehmann et K. G. Holum, The Greek and Latin Inscriptions of Caesarea Maritima, Boston, 2000, p. 47, no 7 & pl. X).

116 Telle qu’exprimée notamment par B. Rémy, Carrières, p. 122-123. La proposition de H. -G. Pflaum (Le Marbre de Thorigny, Paris, 1948, p. 57 et 65-66), qui, à la suite de Domaszewski (cf. infra, n. 121), restituait ici uice <proco(n)s(ulis)> et en déduisait que Sévère Alexandre avait rendu au Sénat l’administration du Pont-Bithynie n’a rencontré aucun écho et n’est plus mentionnée que pour mémoire, cf. X. Loriot, Gouverneurs du Pont, p. 402.

117 Toutefois, si l’on exclut cette hypothèse, l’on aboutit, grammaticalement du moins, à une suite de vicariats combinant les intérims bithyniens avec ceux de la procuratelle du patrimoine de Belgique-Germanies et du gouvernement consulaire de Germanie inférieure, ce qui est à l’évidence une absurdité.

118 PIR2, I 161 ; B. Rémy, Carrières, p. 163-166, no 127 ; B. E. Thomasson, Fasti Africani. p. 182, no 59.

119 Cf. aussi M. Christol et X. Loriot, Le Pontus ; eid., « P. Alfius Avitus et P. Plotius Romanus gouverneurs de Galatie », AC, 70, 2001, p. 97-121.

120 Cf X. Loriot, Pont au iiie siècle, p. 50, n. 2.

121 A. von Domaszewski, « Die Inschriften des Timesitheus », RhM, 58, 1903, p. 218-230 (ici p. 227).

122 On notera par ailleurs qu’une inscription de Montana, en Mésie inf. (AE, 1985, 752), nous fournit l’identité du gouverneur consulaire de Germanie inf. à l’époque même où l’on suppose que Timésithée administrait par intérim ladite province, c’est-à-dire vers 234-235. Il s’agit de C. Messius Q. Decius Valeri(a) nus, probablement identique au futur empereur Dèce. Sur ce problème : X. Loriot, « Un sénateur illyrien élevé à la pourpre : Trajan Dèce », dans E. Frézouls et H. Jouffroy (éd.), Les empereurs illyriens. Actes du colloque de Strasbourg (11-13 octobre 1990), Strasbourg, 1998, p. 50-51.

123 Ep., X, 27-28. Maximus souhaitait disposer de six hommes. Trajan répond que, sa mission accomplie, il devra se contenter de quatre.

124 Ep., X, 84-85.

125 M. D. Campanile, « Il κοινόν di Bitinia. Βειθυνιάρχαι ε ἄρχοντες το κοινο τν εν Βειθυνίαι ‘Eλλήνων », SCO, 43. 1993, p. 343-357.

126 X. Loriot, « Le culte impérial dans le Pont sous le Haut-Empire », dans A. Vigourt et al. (éd.), Pouvoir et religion dans le monde romain. En hommage à Jean-Pierre Martin, Paris, 2006, p. 521-540 (= Culte impérial).

127 J. Deininger, Provinziallandtage, p. 64-66.

128 V. Chapot, Koina du Pont, p. 97-104.

129 M. Sartre, L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères (31 avant J.-C. -235 après J.-C.), Paris, 1991, p. 111, 192 et 263.

130 Chr. Marek, Stadt, Ära und Territorium, p. 73-82.

131 Z. Çizmeli, Le monnayage de Néocésarée et du koinon du Pont (Glaux 17), Milan, 2006, p. 96-97 aboutit à la même conclusion.

132 IGR, III, 33 = I. Prusa, 12 ; R. Haensch et P. Weiss, Gewichte I, p. 470-472, no 10 ; Gewichte IV, p. 261-263, p. 20.

133 La carrière du personnage a été entièrement réexaminée et redatée par R. Haensch : « L. Egnatius Victor Lollianus : la rhétorique, la religion et le pouvoir », dans A. Vigourt et al. (éd.), Pouvoir et religion dans le monde romain. En hommage à Jean-Pierre Martin, Paris, 2006, p. 289-302. Il convient de le distinguer d’un homonyme, bien mieux attesté (PIR2, E 36 ; B. Rémy, Carrières, p. 115-118, no 85), légat de Galatie sous Élagabale, proconsul d’Asie de 243 à 247 et préfet de la Ville en 254, dont on peut supposer qu’il s’agit de son père.

134 Géographie, V, 4, 1-2, p. 846-848 Müller, cf. V, 6, 1, p. 866 Müller.

135 F. Cumont, « La Galatie maritime de Ptolémée », REG, 16, 1903, p. 25-27 ; V. Chapot, Koina de Pont, p. 96-104.

136 X. Loriot, Pont au iiie siècle ; id., Culte impérial, p. 523-524.

137 B. Rémy, Évolution administrative, p. 90-93.

138 Chr. Marek, Stadt, Ära und Territorium, p. 82-88.

139 Sur cette évolution : X. Loriot, Pont au iiie siècle, p. 54-57 ; M. Christol et X. Loriot, Le Pontus, p. 32-35.

140 AE, 1991, 1498 b ; cf. X. Loriot, « Trois nouveaux milliaires de la région pontique », CGG, 7, 1996, p. 371-372 ; id., Gouverneurs du Pont, p. 411-412.

141 SEG, 48, 1502 (Amastris, 237/238) ; Gewichte I, p. 462-466, no 6 (AE, 2005, 1314), cf. tableau 2, no 61.

142 Cf. supra, n. 59. L’inversion de l’ordre usuel est probablement sans signification, puisqu’il s’agit ici d’une inscription trouvée en Bithynie même, où l’on n’aurait certainement pas concédé la préséance au Pont.

143 Cf. X. Loriot, Pont au iiie siècle, p. 47, n. 2 (continuée p. 48) ; B. Rémy, Évolution administrative, p. 90 et n. 385. On se gardera toutefois de surestimer la pertinence d’une telle formulation.

144 IGR, III, 39-40 = I. Mus. Iznik, 11-12 : λαμπρ(ότατος) πατικòς πρεσβ(ευτς) καὶ ἀντιστράτηγος το Σεβ(αστο). Cf. PLRE, I, p. 529, Macrinus 3 ; B. Rémy, Évolution administrative, p. 90 ; Carrières, p. 119, no 86.

145 Sur ce document, v. en dernier lieu : C. Zuckerman, « Sur la Liste de Vérone et la province de Grande Arménie, la division de l’Empire et la date de création des diocèses », dans V. Déroche et al. (éd.), Mélanges Gilbert Dagron (Centre de Recherche d’Histoire et Civilisation de Byzance. Travaux et mémoires 14), Paris, 2002, p. 617-637.

146 On ne connaît pas de successeur à Velleius Macrinus avant 303, où la Bithynie est administrée par le praeses perfectissime Sossianus Hierocles (PLRE, I, p. 432, Hierocles 4 ; cf. p. 1101).

147 ILAlg., I, 1271 (ILS, 1228), Calama, Afrique. Cf. PLRE, I, p. 530.

148 A. H. M. Jones, « The Date and Value of the Verona List », JRS, 44, 1954, p. 21-29, ici p. 28 (= The Roman Economy. Studies in Ancient Economic and Administrative History, Oxford, 1974, p. 263-279, ici p. 277).

149 X. Loriot, Gouverneurs du Pont, p. 411-423.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search