Version classiqueVersion mobile

Figures d’empire, fragments de mémoire

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

B. Les provinces de la partie hellénophone de l’empire, pouvoir, administration et identité provinciale

11. Pouvoir, patronage et évergétisme à Chypre

Maria Kantiréa

Résumé

Les interventions impériales, notamment d’’Auguste, de Tibère, des Flaviens, de Trajan et d’Hadrien, dans la province publique de Chypre résultaient de plusieurs facteurs relevant du pouvoir du prince, de l’image de bienfaiteur et de bâtisseur qu’il voulait se donner et de ses rapports avec les dieux et les cités. Financées par les empereurs ou par les autorités locales, les constructions édilitaires étaient supervisées par des proconsuls de Chypre et visaient à la romanisation de la province. Toutefois, bien que les provinciaux aient connu les modalités du patronage depuis 56 av. J.-C., ils ne semblent pas avoir établi de relations clientélaires avec les représentants de Rome. C’étaient surtout les notables locaux, dont le rôle sur le plan politique fut renforcé depuis la fondation du principat, qui s’étaient engagés dans le domaine de l’évergétisme et du culte impérial, contribuant ainsi à l’intégration « culturelle » de Chypre dans l’empire romain et assurant le loyalisme des provinciaux envers les institutions de Rome.

Texte intégral

  • 1 A. Mehl, « Έλληνιστική Κύπρος », dans Th. Papadopoulos (éd.), ‘Ιστορία τς Κύπρου : Ἀρχαία Κύπρος, 2 (...)
  • 2 Dio Cass., 54, 4, 1. G. Hill, A History of Cyprus to the Conquest by Richard Lion Heart, Cambridge, (...)
  • 3 T. B. Mitford, Cyprus, p. 1298-1308 ; B. E. Thomasson, Laterculi Praesidum, Götebord, 1984, vol. I, (...)

1Chypre faisait partie intégrante du royaume ptolémaïque depuis 295/294 av. J.-C. jusqu’aux années 58-56 av. J.-C.1, lorsqu’elle fut occupée et organisée en province romaine, annexée à la Cilicie, par M. Porcius Cato. En 47 av. J.-C., Jules César restaura l’île aux enfants de Ptolémée XII, Arsinoé et Ptolémée XIII, décision que Marc Antoine confirma en 40/39 av. J.-C. Après la prise d’Alexandrie en 30 av. J.-C., Octavien la réduisit de nouveau en province romaine qu’il confia d’abord à un prolégat impérial équestre, avant de la rendre, lors de la deuxième réorganisation de l’empire en 23/22 av. J.-C., à l’administration du Sénat2. Chypre fut dorénavant gouvernée, jusqu’aux grandes transformations administratives de Dioclétien, par des proconsuls annuels tirés au sort parmi les anciens préteurs3.

2Dans le cadre de cette étude, nous nous proposons d’aborder le passage, relativement tardif par rapport à d’autres régions de l’Orient, de cette province ptolémaïque à l’administration romaine, et de définir les domaines dans lesquels les personnages qui détenaient un certain pouvoir – empereurs et magistrats romains ainsi que notables locaux – purent l’exercer.

  • 4 CIL, IX, 2845-2846 (ILS, 915). PIR2, P 126 ; M. Hofmann, RE, 18.3, 1983, col. 1120-1124, no 3, s.v.(...)
  • 5 Dio Cass., 54, 23, 7 : Παϕίοις τε σεισμ πονήσασι κα χρήματα έχαρίσατο κα τὴν πόλιν Αὔγουσταν καλε(...)
  • 6 M. Corbier, L’aerarium Saturni et l’aerarium militare. Administration et prosopographie sénatoriale(...)

3Bien que Chypre soit placée sous le contrôle du Sénat et du peuple romain, Auguste intervint directement, au moins une fois, dans les affaires de la province, lorsqu’il nomma, sur sa propre initiative et sans tirage au sort, un des premiers proconsuls, P. Paquius Scaeva, pour mener à bien la reconstruction de l’île : pro co(n)s(ule) iterum extra sortem auctoritate Aug(usti) Caesaris et s(enatus) c(onsulto) misso (sic) ad componendum statum in reliquum prouinciae Cypri4. Cette mention assez vague doit être rapprochée d’un témoignage de Dion Cassius, selon lequel Paphos (mais on peut supposer également l’île tout entière) avait été endommagée par un terrible tremblement de terre, dont l’ampleur des dégâts incita Auguste à offrir une somme d’argent à la capitale de la province et à lui octroyer, par la même occasion, le titre honorifique de Σεβαστή5. Il s’avère donc que la désignation de l’ancien préteur et fidèle partisan du prince6 faisait partie intégrante des mesures exceptionnelles prises par Auguste en 16/15 av. J.-C. ou peu après, qui visaient notamment à la reconstruction de la région sinistrée et au soulagement de ses habitants. Étant, sans doute, parmi les sénateurs les plus compétents de son temps dans le domaine juridique, financier et édilitaire, et ayant déjà connu les particularités de la nouvelle province lors d’un premier mandat, aux alentours de l’année 19/18 av. J.-C., P. Paquius Scaeva fut reconduit, sur l’initiative d’Auguste, dans ses fonctions de proconsul de Chypre pour mettre toute son expérience au service de l’évergétisme impérial.

  • 7 Dio Cass., 58, 32, 2-3 ; Eus., HE, IV, 2. La révolte de la Diaspora des années 115-117 ap. J.-C. af (...)
  • 8 T. B. Mitford, I. Nicolaou, The Greek and Latin Inscriptions from Salamis, Nicosie, 1974, 12 (= I. (...)
  • 9 I.Salamis, 92 (SEG, 23, 1968, 609) ; Salamine, XIII. 2, 140. — I. Salamis, 93 ; Salamine, XIII. 2, (...)

4Auguste n’est pas le seul empereur qui se soit montré bienfaiteur envers les cités de Chypre, après une catastrophe. Plus d’un siècle plus tard, Hadrien et probablement Trajan aidèrent à la reconstruction des monuments de Salamine, détruits pendant la révolte des Juifs, en 115/116 ap. J.-C., bien que les rapports de Dion Cassius et d’Eusèbe concernant la violence, la perte des vies humaines, les conséquences matérielles et surtout les actions punitives infligées aux instigateurs du conflit paraissent un peu exagérés7. Une inscription de la cité datant de 116/117 ap. J.-C. atteste la réfection par Trajan du toit d’un bassin dans le gymnase8. Quelques années plus tard, Hadrien reçut, de la ville reconnaissante, des hommages en tant qu’évergète et sauveur du peuple salaminien et du monde entier, ainsi que fondateur ou père de la cité9.

  • 10 Tac., ann., 3, 62, 4.
  • 11 IGRR, III, 941 (cf. T. B. Mitford, AJA, 65, 1961, p. 140 [SEG, 20, 1964, 213]). Voir aussi IGRR, II (...)
  • 12 Selon le rapport de Tacite, ann., 3, 61-63, quatre des douze (ou treize) sanctuaires, auxquels le p (...)
  • 13 T. B. Mitford, « A cypriot oath of allegiance to Tiberius », JRS, 50, 1960, p. 75-79, pl. X ; V. Ka (...)

Le nom de Tibère à Chypre est surtout associé au droit d’asile que le prince accorda, en 22/23 ap. J.-C., à trois grands sanctuaires de l’île : deux, à Paphos et à Amathonte, étaient consacrés au culte d’Aphrodite, dans celui de Salamine on vénérait Zeus10. Les titres de sauveur et d’évergète du conseil et du peuple de Paphos qu’il porte sur une inscription honorifique datant du premier jour de la dixième année de son règne, C’est-à-dire en 24/25 ap. J.-C., furent, sans doute, décernés en récompense de cette évergésie, éventuellement dans le cadre de la célébration des decennalia11. La reconnaissance officielle de l’inviolabilité des sanctuaires de Paphos et d’Amathonte confirma, bien évidemment, l’ancienneté et le rayonnement du culte de la grande déesse de Chypre, mais elle constituait parallèlement un moyen d’évoquer ou de mettre en valeur la divinité tutélaire de la dynastie régnante – la Vénus romaine –, assimilée ou associée à l’Aphrodite grecque (ou chypriote)12. Le serment de fidélité, que les provinciaux prêtèrent à Tibère, à l’occasion de son avènement, préserve, à notre avis, l’écho de ce « syncrétisme », qui devait remonter à la période augustéenne. Parmi les déesses et les dieux locaux qui sont évoqués comme témoins de la déclaration de loyauté des Chypriotes au prince, aux membres de sa maison et à Rome, figure le dieu Auguste, descendant d’Aphrodite : τὸν ἔκγονον τImage 10000000000000090000000F25AD6E2039A6183B.jpgς Ἀϕροδίτης Σεβαστὸν θεὸν Καίσαρα (ll. 7-9)13.

  • 14 Suet., Caes., 6, 1-2 ; App., ciu, 2, 68 (281) ; Syll3, 760 (Éphèse). S. Weinstock, Divus Julius, Ox (...)
  • 15 Tac., hist, 2, 2-4 ; Suet., Titus, 5, 1. A. Barzanò, « Tiberio Giulio Alessandro, Prefetto d’Egitto (...)
  • 16 I. Nicolaou, RDAC, 1992, p. 261-262, no 14 (AE, 1992, 1682). Voir aussi T. B. Mitford, AJA, 65, 196 (...)
  • 17 T. B. Mitford, AJA, 65, 1961, p. 103, n. 37 (SEG, 20, 1964, 177).
  • 18 P. Aupert et A. Hermary, « Nouveaux documents sur le culte d’Aphrodite à Amathonte », BCH, 130, 200 (...)

5La grande déesse de l’île, qui pouvait, selon les circonstances, se parer d’un symbolisme romain et être assimilée à la divinité genetrix du populus Romanus et protectrice de la Gens Iulia14, émergea de nouveau pendant la période de crise de la guerre civile, qui avait éclaté après la chute et le suicide de Néron, pour affirmer la légitimité de la dynastie flavienne. Selon une tradition, transmise par Tacite et par Suétone, Aphrodite de Paphos, par le biais de son prêtre Sôstratos, rendit à Titus un oracle prévoyant l’ascension de sa famille à l’Empire, en janvier 69 ap. J.-C., C’est-à-dire à une époque bien antérieure à la proclamation impériale de Vespasien par les troupes d’Égypte et de Syrie15. C’est probablement pour cette raison que Domitien s’engagea pour des travaux de construction ou de restauration dans l’ancien téménos, dont les monuments avaient probablement été endommagés par le séisme de 76 ap. J.-C.16. Dans cette optique, nous devons également envisager la consécration consécutive d’un autel à Aphrodite Paphienne, initialement par Titus et, un peu plus tard, par Domitien17, et la cohabitation d’Aphrodite Kypria d’Amathonte et de Titus, dans un « sanctuaire dans les stèles », dédié en 80/81 ap. J.-C. par le proconsul L. Bruttius Maximus18.

  • 19 D. Soren, « The Temple », dans D. Soren (éd.), The Sanctuary of Apollo Hylates at Kourion, Cyprus, (...)
  • 20 Respectivement : I. Kourion, 108 (AE, 1975, 835). — I. Kourion, 109 (AE, 1975, 836). — I. Kourion, (...)
  • 21 I. Kourion, 120, 122, 124, 144 ; cf. 121 et 125.
  • 22 I. Kourion, 85.
  • 23 I. Kourion, 104 (AE, 1975, 832) ; W. D. Lebek, « Ein Hymnus auf Antinoos (Mitford, The Inscriptions (...)

6Le nom de Trajan est plutôt associé au réaménagement du sanctuaire d’Apollon Hylatès, près de la cité de Kourion, au sud de l’île, entre les années 100/101 et 113/114 ap. J.-C., bien que les travaux, selon les trouvailles archéologiques, aient normalement commencé vers la fin du ier siècle ap. J.-C., selon toute vraisemblance, sous Domitien19. Il s’agit, dans l’ordre chronologique, du parachèvement d’un monument à cinq salles grâce à l’aide financière de Trajan, de la restauration du temple d’Apollon et d’autres édifices (dont probablement le gymnase), de la construction des bains et du prolongement d’une route pavée qui menait au propylon de Paphos20. Trajan, dont le nom figure toujours au nominatif, apparaît comme le dédicant des monuments, même dans le cas du pavement de l’année 113/114 ap. J.-C., où l’on dit explicitement que les dépenses furent couvertes par les distributions municipales, d’après la décision du conseil de la cité que le proconsul confirma. L’intérêt, sinon la générosité, du prince envers ce lieu sacré suscita la création d’une nouvelle divinité impériale, qui fut associée au dieu tutélaire du sanctuaire. Or, tous les nouveaux monuments ou les édifices rénovés furent consacrés à Apollon Hylatès et à Apollon César ; cette formule votive fut reproduite ultérieurement, comme en témoignent certaines inscriptions postérieures au règne de Trajan21. Il semble que le sanctuaire de Kourion servit en quelque sorte de lieu de vénération des premiers Antonins : Hadrien fit ériger dans le temple d’Apollon une statue du diuus Traianus en 117-118 ap. J.-C.22, alors que quelques années plus tard, vers 130/131 ap. J.-C., Antinôos, le compagnon d’Hadrien, qui avait péri prématurément dans les eaux du Nil, reçut ici des honneurs cultuels, comportant une assimilation à Adonis et des fêtes musicales et poétiques23.

  • 24 Dig., I, 16, 7.
  • 25 I. Kourion, 107 (AE, 1975, 834).
  • 26 PIR2, I 272.
  • 27 PIR2, A 637.
  • 28 PIR2, S 403.
  • 29 Voir n. 8.
  • 30 T. B. Mitford, Op. Arch. 6, 1950, p. 17-20, no 9 (Kéryneia, 42/43 ap. J.-C.). M. Christol, « Procon (...)
  • 31 T. B. Mitford, « Milestones in Western Cyprus », JRS, 29, 1939, p. 184-198 ; id., « Three Milestone (...)
  • 32 PIR2, I 328.
  • 33 H. Seyrig, BCH, 51, 1927, p. 139-143, no 3 (SEG, 6, 1932, 810). Voir aussi IGRR, III, 947 ; H. Seyr (...)

7Les dernières inscriptions que nous avons vues illustrent certains aspects de la législation romaine en matière édilitaire, au moins pendant le ier siècle de l’Empire. Les propos d’Ulpien, grand juriste du iiie siècle ap. J.-C., aux proconsuls qui, en effet, préservaient l’écho des pratiques antérieures, comme celles attestées dans les ouvrages de Cicéron et dans la correspondance de Pline le Jeune avec Trajan, rappelaient que la surveillance des monuments publics relevait de leur juridiction24. À Chypre, le gouverneur de la province supervisait les travaux, lorsque le dédicant était l’empereur, comme en témoigne aussi une dédicace bilingue, gravée sur l’architrave de la scaenae frons du théâtre de la cité25. Le nom de Néron au nominatif (si la restitution de T. B. Mitford est à accepter), indique que le commanditaire de l’œuvre était l’empereur lui-même, alors que le proconsul Q. Iulius Codrus26 servit d’intermédiaire, en inspectant l’avancement de la construction de l’édifice et en inaugurant, sans doute au nom du prince, le théâtre rénové en 65/66 ap. J.-C. La cité reconnaissante honora Néron d’une statue dont les dépenses furent couvertes par la caisse municipale, ce que le gouverneur avait accordé, mais la somme fut finalement dépensée par son successeur à la tête de la province, C. Annius Bassus27, l’année suivante. Or, l’intervention du proconsul dans l’administration des fonds était nécessaire, aussi bien pour la reconstruction du théâtre commanditée par Néron que pour l’érection du monument honorifique du prince payé par la cité. En 113/114 ap. J.-C., le gouverneur de la province, Q. Seppius Celer M. Titius Sassius Candidus28, non seulement surveilla les travaux de pavage de la route de Paphos menant au sanctuaire de Kourion, mais il donna son accord pour que la cité puisse dépenser la somme exigée, bien que Trajan apparaisse ici comme le dédicant. La même procédure s’est reproduite à Salamine, trois ans plus tard, lorsque Trajan fit exécuter la restauration du toit de la piscine du gymnase par un intermédiaire, selon toute vraisemblance le proconsul de l’année 116/117 ap. J.-C.29. Or, les travaux de réfection sur l’agora de Salamine et dans le sanctuaire d’Apollon à Kourion, ou encore la construction des aqueducs30 et des routes31, quoi qu’ils soient financés par le prince ou par la cité, furent supervisés par les proconsuls. Toutefois, à une époque plus tardive, à partir du iie siècle ap. J.-C., cette tâche du proconsul fut transférée aux curateurs. Ainsi, lorsque la cité de Paphos décida de consacrer une statue en l’honneur de Caracalla à l’occasion de son avènement, en 211/212 ap. J.-C., la réalisation du projet, qui incluait la dépense des six cents deniers provenant de la caisse municipale, à la suite de la décision préalable des magistrats locaux, fut placée sous la surveillance du curateur Aelianus Polybianus, alors que le proconsul, Iulius Fronto Tlepolemus32, n’était présent qu’à la consécration officielle et solennelle du monument33.

  • 34 Cic., Att., 6, 1, 5 : nam ab edicto meo recessissem et ciuitatem in Catonis et in ipsius Bruti fide (...)
  • 35 T. R. S. Broughton, MRR, II, p. 195-196.
  • 36 Plut., Brutus, 3.
  • 37 Le besoin de cet argent nous échappe, mais il semble probable, d’après une allusion de Cicéron, Att (...)
  • 38 T. R. S. Broughton, MRR, II, p. 242.
  • 39 Cic., Att., 5, 21, 10-13 ; 6, 1, 5-7 ; 6, 2, 7. T. R. S. Broughton, MRR, II, p. 243 et 251 ; E. Bad (...)

8Si la présence des proconsuls de Chypre est bien attestée dans le domaine édilitaire, elle fait défaut en ce qui concerne le patronage et l’évergétisme. Les gouverneurs de l’île étaient très rarement gratifiés du titre de bienfaiteur et aucun d’entre eux ne porta le titre de patron. Il semble donc que les Chypriotes n’avaient pas établi de liens de patronage avec les représentants du pouvoir romain, bien qu’ils aient dû connaître les modalités de cette institution romaine, dès la période de la première phase de la provincialisation de l’île en 56 av. J.-C. Selon la correspondance de Cicéron, les premiers patrons de Salamine étaient M. Porcius Cato et son neveu M. Iunius Brutus34. Le premier fut envoyé en qualité de quaestor pro praetore par le tribun de la plèbe P. Clodius Pulcher35 et par le Sénat avec l’ordre de rendre Chypre province romaine et surtout d’amener à Rome le trésor (d’un montant d’environ sept mille talents) du dernier roi de l’île, Ptolémée ; le second accompagna son oncle dans sa mission36. Or, quand les Salaminiens voulurent demander un emprunt, Brutus servit d’intermédiaire entre ses clients et ses amis et banquiers à Rome, M. Scaptius et P. Matinius37. Mais, vu que les prêts de cette nature aux étrangers étaient illégaux selon la lex Gabinia de 67 av. J.-C., il fit voter un sénatus-consulte, prévoyant que dans le cas où il y aurait un désaccord entre les deux partis, le gouverneur de Cilicie, à laquelle Chypre était annexée, pourrait juger selon les clauses du contrat signé entre Salamine et ses créanciers. Lorsque quelques années plus tard, en 51 av. J.-C., la cité refusa de rembourser son emprunt en raison du taux d’intérêt très élevé (4 % par mois au lieu de 1 %, à savoir 48 % par an au lieu de 12 %), M. Scaptius sollicita, auprès du gouverneur Appius Clodius Pulcher38, un escadron de cavaliers et le titre (ou un brevet) de préfet, afin de faire pression sur les magistrats de la cité en assiégeant le bâtiment du conseil municipal. En qualité de gouverneur de Cilicie, l’année suivante, en 51/50 av. J.-C., Cicéron dénonça l’intervention militaire subie et essaya vainement d’apaiser les esprits et de satisfaire partiellement les exigences de Brutus, vu que les Salaminiens étaient prêts à solder toute leur dette à Scaptius, mais avec le taux d’intérêt légal. Néanmoins, son comportement, dont il se vantait à son ami Atticus, entraîna le mécontentement et la désapprobation du cercle de Brutus et d’autres personnages puissants à Rome39.

  • 40 H. Gundel, RE, 8.A1, 1955, col. 581, s.v. M. Vehilius ; R. Syme, The Roman Revolution, Oxford, 1939 (...)
  • 41 T. B. Mitford, Op. Arch., 6, 1951, p. 29-31 (AE, 1953, 167) ; M. Christol, Proconsuls, part., p. 6- (...)
  • 42 AE, 1956, 187 ; SEG, 18, 1962, 588 ; Cl. Eilers, Patrons, p. 265-266, no C157 ; voir encore P. Whit (...)
  • 43 Toutefois, en ce qui concerne C. Vehilius, nous pouvons également supposer que les motifs de l’acte (...)

9Deux autres attestations du titre de patron sur les inscriptions de l’île datent du ier siècle et concernent plutôt les personnages de l’entourage du proconsul et non les gouverneurs eux-mêmes. Ainsi, C. Vehilius, frère des deux proconsuls de Chypre, Marcus et Lucius (les trois étaient fils du préteur de 44 av. J.-C., M. Vehilius, un homo nouus, qui devait son entrée au Sénat à Jules César40), accepta les honneurs de patronus votés par le koinon, l’année du proconsulat de L. Vehilius, aux alentours du passage au ier siècle ap. J.-C.41. Sous les Flaviens, le conseil et le peuple de Paphos honorèrent en tant que patron le fils du proconsul L. Pontius, L. Pontius Alifanus, qui doit être identifié à l’ami homonyme de Pline le Jeune42. Il s’avère donc que le titre de patron porté par ces deux personnages doit être rapproché des relations clientélaires qu’ils établirent avec les cités de la province, lorsqu’ils accompagnèrent, peut-être en qualité de légat proconsulaire, leurs proches43.

  • 44 IGRR, III, 952 ; restitution du titre de patron par Cl. Eilers, Patrons, p. 266, no C158. Pour l’id (...)
  • 45 PIR2, E 84.
  • 46 Tac., ann., 13, 33, 3. Toute la documentation est réunie par B. Rémy, Les carrières sénatoriales da (...)
  • 47 CIL, XVI, 20, ll. 23-24. W. Eck, Senatoren von Vespasian bis Hadrian. Prosopographische Untersuchun (...)
  • 48 ILS, 992.

10Dans l’état actuel de la documentation, aucun lien de patronage entre les autorités locales de l’île et les proconsuls eux-mêmes n’est connu, à deux exceptions peut-être. La première repose sur la restitution du titre de patron dans une inscription que le conseil et le peuple de Paphos firent ériger en l’honneur du proconsul L. Tarius Rufus pour sa justice, aux alentours de l’année 20/19 av. J.-C.44. Il est très probable aussi que la province établit des liens de patronage avec un autre proconsul, T. Clodius Eprius Marcellus45. Le gouvernement de Chypre, en 58/59 ou en 59/60 ap. J.-C., coïncida avec une période critique de sa carrière, à savoir à l’heureuse issue d’un procès redoutable concernant son gouvernement antérieur de Lycie-Pamphylie, vers la fin du règne de Claude et le début de celui de Néron46. Toutefois, ce n’est pas la période de son mandat chypriote qui nous fournit un indice de ses rapports avec sa province, mais celle de son deuxième consulat suffect, en 74 ap. J.-C.47. Cette année-là, la province de Chypre décida de faire ériger dans la ville natale du personnage, Capoue, une inscription en son honneur, qui conserve ses fonctions administratives les plus hautes et ses titres religieux les plus prestigieux48. Les motifs de cet acte honorifique, retardé de quinze ans environ, de la part de la province nous échappent, mais il s’avère que Marcellus continua à exercer son influence en faveur de ses anciens administrés, bien que le titre de patronus manque sur l’inscription.

11Si la présence impériale à Chypre, à savoir dans une prouincia inermis et relativement insignifiante, du point de vue de l’administration romaine, se concrétisait surtout par l’octroi de privilèges et par les constructions édilitaires, l’aristocratie locale put se distinguer dans un autre domaine en plein essor sous le Haut-Empire : le culte impérial.

  • 49 T. B. Mitford, Civitas, p. 275-288 ; D. Potter, Κύπρος, p. 790 ; voir encore P. A. Brunt, « The Rom (...)
  • 50 Pour l’évergétisme, nous renvoyons aux études magistrales de P. Veyne, Le pain et le cirque. Sociol (...)

12L’institution mais surtout l’orientation de la vénération des Augustes sur cette île, où la tradition du culte monarchique des Ptolémées était profondément enracinée dans la mentalité des gens, sont révélatrices du pouvoir des notables en matière religieuse. Bien que Chypre n’ait jamais influencé la politique orientale de Rome, il est probable qu’après la prise d’Alexandrie en 30 av. J.-C., Octavien souhaita s’attacher les élites locales, afin d’affirmer sa domination dans une région qui avait appartenu à l’État de son ennemi par excellence, la détestable reine Cléopâtre, et qui avait passé relativement tard à l’imperium Romanum. Toutefois, au début de l’Empire, l’aristocratie autochtone était presque inexistante en raison du caractère autoritaire et centraliste de l’administration ptolémaïque. Si l’on peut supposer que certains membres de la cour et de l’entourage des anciens rois chypriotes sont parvenus à survivre après la chute des royaumes au début du iiie siècle av. J.-C., leur présence sur la scène politique et religieuse de l’île avait été réduite pendant toute la période hellénistique par les tout puissants délégués et magistrats des Ptolémées. L’instauration du Principat par Auguste et la provincialisation définitive de Chypre furent à l’origine de la « renaissance » de la classe supérieure. Ces deux facteurs créèrent les conditions nécessaires pour que ce petit nombre de notables – on ne peut pas repérer plus de quatre ou cinq familles, dont certaines obtinrent d’ailleurs la citoyenneté romaine49 – émerge et confirme son existence à travers son engagement dans les affaires du culte impérial, qui, par sa structure et ses exigences économiques – prise en charge de sacerdoces et d’agonothésies, célébration de fêtes et de sacrifices, dédicaces de statues, d’autels et de petits temples –, faisait partie intégrante du système de l’évergétisme grec50.

  • 51 IGRR, III, 994 ; Salamine, XIII. 2, 101. — I. Salamis, 100 ; Salamine, XIII. 2, 102. Le martelage d (...)

13Ainsi, les sacerdoces du culte impérial à Salamine furent monopolisés par les membres de la même famille : le premier grand-prêtre d’Auguste connu, Hyllos, légua la prêtrise à son fils, Héracleidès, qui devint, sous Claude, grand-prêtre viager de Zeus Olympios et des Augustes51. L’intitulé de la prêtrise est révélateur de la nature des interventions des élites locales dans les affaires religieuses, qui aboutirent progressivement à l’intégration des hommages rendus aux empereurs dans le système cultuel de la cité grecque, en l’occurrence à travers l’association des Augustes à Zeus, dieu tutélaire du sanctuaire et de la cité de Salamine.

  • 52 IGRR, III, 933. Pour les titres d’Adrastos et leur application dans le contexte du culte impérial, (...)
  • 53 IGRR, III, 933, ll. 12-14.
  • 54 T. B. Mitford, Op. Arch. 6, 1950, p. 22-24, no 11 ; id., ANRW, II, 18, 3, 1990, p. 2199, n. 120.

14Dans cette optique, nous devons aussi envisager les circonstances de l’instauration du culte de Tibère de son vivant à Lapéthos au nord de Chypre : à l’occasion de l’anniversaire du prince en 30 ap. J.-C., un certain Adrastos, fils d’Adrastos, qui se flattait de porter le titre de philocaesar, consacra, à ses frais, un temple et une statue de Tibère dans le gymnase de la cité et devint prêtre du prince qu’il appelle dieu. C’est sans doute en sa qualité de gymnasiarque et de prêtre des dieux du gymnase que le dédicant put intervenir aussi bien dans l’architecture d’un bâtiment public ou semi-public en ajoutant l’aedes et la statua impériales, que dans la composition du panthéon vénéré dans cet édifice, dans la mesure où Tibère devint, à travers cette consécration, « synnaos » des dieux traditionnels du gymnase, Hermès et Héraclès52. Le titre de έγγενικὸς ἰερεύς que le personnage porte indique que la prêtrise impériale serait ultérieurement léguée par voie héréditaire à son fils homonyme, d’autant plus que ce dernier suivit l’exemple paternel en assumant gratuitement et de son gré la gymnasiarchie des enfants et en participant à la consécration des monuments impériaux53. Un personnage d’un certain relief pouvait donc financer, de sa propre initiative, la construction d’un monument du culte impérial, pour lequel il occupait, par la suite et souvent à titre héréditaire, la prêtrise de l’empereur. L’érection d’une statue en l’honneur de Trajan, entre les années 102 et 116 ap. J.-C., par un descendant du gymnasiarque, probablement un arrière-petit-fils, nommé également Adrastos, fils d’Adrastos, indique que la famille locale, bien qu’elle n’ait pas reçu la citoyenneté romaine, monopolisa le culte impérial à Lapéthos et toute manifestation qui en relevait54.

  • 55 RPC, I, 3906-3907, 3921-3926, 3934-3935.

15La prépondérance de Paphos et de Salamine et le rôle dirigeant de ses élites se manifestent à travers leur concurrence pour les titres honorifiques. Bien que la documentation sur d’éventuels conflits fasse défaut, leur rivalité sur le plan symbolique et religieux semble avoir commencé dès l’époque augustéenne, comme le laisse sous-entendre la dualité iconographique – temple d’Aphrodite Paphienne et statue cultuelle de Zeus Salaminien – des revers des monnaies frappées par le koinon chypriote55.

  • 56 Voir n. 33.
  • 57 Le premier témoignage connu de ce titre se trouve dans l’inscription en l’honneur des deux fondateu (...)
  • 58 A. Heller, « Les bêtises des Grecs ». Conflits et rivalités entre cités d’Asie et de Bithynie à l’é (...)

La titulature officielle que Paphos employa dans les inscriptions en l’honneur des Sévères – Σεβαστὴ Κλαυδία Φλάουτά Πάϕος ἡ ἱερὰ μητρόπολις τImage 100000000000000C0000000FFDFFFA83F87C3D10.jpgν κατὰ –56, pour énoncer son statut au sein de la province, était en même temps une manière de commémorer les privilèges impériaux pendant des siècles. Or, la cité s’était appelée successivement Augusta en raison du fondateur du Principat après le tremblement de terre de 15 av. J.-C., Claudia peut-être pour Tibère, après l’octroi du droit d’asile au sanctuaire de Paphos, Flauia d’après Vespasien ou Titus en récompense du rôle de l’oracle d’Aphrodite dans l’avènement de la dynastie (ou, moins probable, après le séisme de 77/78 ap. J.-C.) et, enfin, métropole sous Hadrien en 123/124 ap. J.-C., lorsque le prince philhellène se trouvait en Orient prodiguant maints privilèges et bienfaits aux villes hellénophones57. Ce statut privilégié impliquait avant tout un rôle de centre religieux et, par conséquent, la condition essentielle pour y prétendre était le contrôle d’un sanctuaire au fort rayonnement58. Ainsi, la capitale de la province obtint ce titre prestigieux certainement grâce au culte ancestral de Vénus à la renommée universelle et aux connotations idéologiques et dynastiques impériales, et à son célèbre sanctuaire, qui servait, selon toute probabilité, de lieu de réunion du koinon et de célébrations des fêtes et des concours réunissant cette communauté.

  • 59 I. Salamis, 92 ; Salamine, XIII. 2, 140.
  • 60 I. Salamis, 101 ; Salamine, XIII. 2, 106.
  • 61 La relation étroite entre magistratures et bienfaits à Chypre est illustrée par d’autres documents (...)
  • 62 Si, en effet, les deux premiers édifices existaient à Salamine dès l’époque d’Auguste (cf. Salamine (...)
  • 63 M. Kantiréa, « Le culte impérial à Chypre : relecture des documents épigraphiques », ZPE, 167, 2008 (...)

16Si les conditions qui avaient permis à Paphos d’obtenir ce statut sont évidentes – grand centre religieux de l’île, siège du koinon des Chypriotes et caput provincial –, Salamine devait exploiter d’autres moyens. La cité semble avoir reçu le titre de métropole également d’Hadrien, lors de son voyage en Orient, comme en témoigne une inscription en l’honneur du prince datant de l’année 123/124 ap. J.-C.59. La condition préalable pour l’octroi de ce titre réside dans la possession et le contrôle du sanctuaire de Zeus, qui jouissait du droit d’asile depuis Tibère et dans lequel le clergé local, notamment la famille de Hyllos, parvint à intégrer la vénération des Augustes au culte du dieu traditionnel et à assumer des sacerdoces impériaux à l’échelle provinciale. Mais C’était surtout grâce aux efforts et aux libéralités de Ser. Sulpicius Pancles Veranianus, richissime bâtisseur et grand-prêtre de Chypre à trois reprises, que Salamine put se réjouir, à notre avis, de ce statut privilégié au sein de la province. Le témoignage qui conserve ses évergésies envers sa patrie et sa carrière locale est une inscription en son honneur, érigée par son vieil ami, T. Flavius Heliodorus60. Ses bienfaits, qui comportent un vaste programme de constructions, célébration de fêtes et divers services et donations, dont l’approvisionnement de la cité en blé et la participation à trois ambassades auprès des empereurs, relevaient de ses fonctions et magistratures : gymnasiarchie perpétuelle, agonothésie à titre gracieux et grand-prêtrise provinciale du culte impérial61. Il s’avère donc que le programme édilitaire très ambitieux du riche bienfaiteur, comportant la restauration du gymnase et du théâtre, et surtout la construction de l’amphithéâtre62, créa les conditions nécessaires pour que sa cité obtienne le titre prestigieux de métropole par Hadrien, parallèlement à Paphos. Dans cette optique, ses trois délégations auprès des empereurs trouvent une explication : le bienfaiteur local leur aurait présenté son projet édilitaire et aurait sollicité la permission impériale pour l’engager. Ainsi, il procura à sa patrie des monuments appropriés – amphithéâtre, théâtre et gymnase –, pour qu’elle puisse accueillir la vénération des Augustes à l’échelle provinciale et obtenir, plus tard, le titre et le statut de métropole. L’absence de mention de la construction d’un temple du culte impérial, pour surprenante qu’elle soit, peut aisément être expliquée, si nous l’envisageons sous l’angle de la titulature de Héracleidès, fils de Hyllos. La prise en charge simultanée de la grand-prêtrise de Zeus Olympios et des Augustes signifie, selon toute vraisemblance, que le culte impérial était abrité dans la demeure du grand dieu de Salamine. L’attachement des membres de la famille sacerdotale au sanctuaire jovien et surtout leur loyalisme aux institutions de l’Empire, dès le début du règne d’Auguste, approuvé par le succès diplomatique et l’activité édilitaire de Panclès, proche parent par des liens matrimoniaux des descendants de Hyllos, aboutirent à l’octroi à Salamine du titre recherché de métropole simultanément avec la capitale de la province63.

17Récapitulons. La présence impériale dans la province de Chypre résulte de plusieurs facteurs relevant du pouvoir, de la richesse et de la piété du prince, de l’image de bienfaiteur et de bâtisseur qu’il voulait se donner et de ses rapports avec les dieux et les cités. Auguste refonda Paphos en 15 av. J.-C., après le séisme, et Hadrien aida à la reconstruction de Salamine après la révolte juive de 115/116 ap. J.-C. Pour des raisons dynastiques, les Flaviens montrèrent un intérêt particulier pour les deux grands sanctuaires d’Aphrodite, qui, avec celui de Zeus à Salamine, jouissaient, à cette époque, du droit d’asile accordé par Tibère, alors que Trajan s’engagea à parachever les travaux incomplets depuis l’époque de Domitien, dans le sanctuaire d’Apollon Hylatès à Kourion, ce qui constitue d’ailleurs une nouvelle confirmation de son image de continuator Domitiani.

18Quoi qu’elles soient financées par les empereurs ou par les cités, les constructions édilitaires étaient supervisées par des proconsuls de Chypre, agissant ainsi soit en agents du prince dans une province publique peu importante, soit en contrôleurs des finances des cités. Le domaine édilitaire constitue peut-être le seul secteur qui a laissé des souvenirs du gouvernement romain de Chypre, ce qui implique des efforts concrets visant à la romanisation de l’île.

19Les Chypriotes ne semblent pas avoir établi de liens de patronage avec les représentants de Rome, bien qu’ils aient dû connaître les modalités de cette institution romaine, dès la fin de la période républicaine (56-47 av. J.-C.). Les proconsuls de Chypre étaient très rarement gratifiés du titre de bienfaiteur et aucun d’entre eux ne porta le titre de patron. Ce vide sur le plan de l’évergétisme fut rempli par les notables locaux. Malgré leur nombre limité, dû au centralisme de l’administration ptolémaïque de l’île, leur rôle devint capital dès le début du Principat, dans la mesure où ils représentaient la seule classe sociale qui pouvait procurer des bienfaits, dont les plus importants concernaient le culte impérial. Les élites de Chypre purent ainsi assurer la continuité de la vénération des Augustes et, par conséquent, garantir la manifestation par excellence des signes extérieurs du loyalisme aux institutions de l’Empire et de l’obéissance politique aux nouveaux maîtres du monde.

Notes

1 A. Mehl, « Έλληνιστική Κύπρος », dans Th. Papadopoulos (éd.), ‘Ιστορία τς Κύπρου : Ἀρχαία Κύπρος, 2000 (=Ἀρχαία Κύπρος), vol. II. B, p. 619-761.

2 Dio Cass., 54, 4, 1. G. Hill, A History of Cyprus to the Conquest by Richard Lion Heart, Cambridge, 1940, vol. 1, p. 226-256 ; E. Badian, « M. Porcius Cato and the annexation and early administration of Cyprus », JRS, 55, 1965, p. 110-121 (= M. Porcius Cato) ; T. B. Mitford, « Roman Cyprus », ANRW, II, 17, 2, 1980, p. 1285-1384, en particulier p. 1289-1294 (= Cyprus) ; D. Potter, «  Κύπρος ἐπαρχία τς ρωμαϊκς αὐτοκρατορίας ». dans ’Αρχαία Κύπρος, p. 763-864, part. p. 763-784 (=Κύπρος).

3 T. B. Mitford, Cyprus, p. 1298-1308 ; B. E. Thomasson, Laterculi Praesidum, Götebord, 1984, vol. I, col. 295-302, et add. et corr. ad vol. I, col. 41 ; M. Kantiréa, « Les fastes proconsulaires de Chypre sous le Haut-Empire » (à paraître).

4 CIL, IX, 2845-2846 (ILS, 915). PIR2, P 126 ; M. Hofmann, RE, 18.3, 1983, col. 1120-1124, no 3, s.v. P. Paquius Scaeva.

5 Dio Cass., 54, 23, 7 : Παϕίοις τε σεισμImage 100000000000000A0000000F5AB3E354756F65EB.jpg πονήσασι κα χρήματα έχαρίσατο κα τὴν πόλιν Αὔγουσταν καλεImage 10000000000000090000000F109B0F40FC390115.jpgν κατὰ δόγμα ἐπέτρεψε.

6 M. Corbier, L’aerarium Saturni et l’aerarium militare. Administration et prosopographie sénatoriale (CEFR 24), Rome, 1974, p. 26-30, no 3.

7 Dio Cass., 58, 32, 2-3 ; Eus., HE, IV, 2. La révolte de la Diaspora des années 115-117 ap. J.-C. affecta à la fois l’Égypte, la Cyrénaïque, l’île de Chypre et la Mésopotamie (M. Pucci, La rivolta ebraica al tempo di Traiano, Pise, 1981).

8 T. B. Mitford, I. Nicolaou, The Greek and Latin Inscriptions from Salamis, Nicosie, 1974, 12 (= I. Salamis) ; J. Pouilloux, P. Roesch, J. Marcillet-Jaubert, Salamine de Chypre, XIII. 2 : Testimonia Salaminia, Paris, 1987, 38 (= Salamine, XIII. 2).

9 I.Salamis, 92 (SEG, 23, 1968, 609) ; Salamine, XIII. 2, 140. — I. Salamis, 93 ; Salamine, XIII. 2, 141. — SEG, 20, 1964, 123 ; Salamine, XIII. 2, 142. — I. Salamis, 13 ; Salamine, XIII. 2, 143.

10 Tac., ann., 3, 62, 4.

11 IGRR, III, 941 (cf. T. B. Mitford, AJA, 65, 1961, p. 140 [SEG, 20, 1964, 213]). Voir aussi IGRR, III, 942.

12 Selon le rapport de Tacite, ann., 3, 61-63, quatre des douze (ou treize) sanctuaires, auxquels le prince accorda le droit d’asile, étaient consacrés à Aphrodite : Paphos, Amathonte, Aphrodisias et Smyrne.

13 T. B. Mitford, « A cypriot oath of allegiance to Tiberius », JRS, 50, 1960, p. 75-79, pl. X ; V. Karageorghis, BCH, 84, 1960, p. 274-275 (SEG, 18, 1962, 578 ; Bull. ép., 1961, 826 ; AE, 1962, 248 ; A. Hermary, « Divinités chypriotes, I », RDAC, 1982, p. 164-173, en particulier p. 164-167 [SEG, 32, 1982, 1380]). Pour les serments que les provinciaux prêtèrent aux empereurs, voir P. Herrmann, Der römische Kaisereid, Göttingen, 1968.

14 Suet., Caes., 6, 1-2 ; App., ciu, 2, 68 (281) ; Syll3, 760 (Éphèse). S. Weinstock, Divus Julius, Oxford, 1971, p. 15-18, 80-91 et 128-132 ; R. Schilling, La religion romaine de Vénus depuis les origines jusqu’au temps d’Auguste, Paris, 19822, p. 272-323 et 331-338 ; P. Zanker, Augustus und die Macht der Bilder, Munich, 1987, p. 198-204, Abb. 150-155. Voir aussi M. Speidel, « Venus Victrix-Roman and Oriental », ANRW, II, 17,. 4, 1984, p. 2225-2238.

15 Tac., hist, 2, 2-4 ; Suet., Titus, 5, 1. A. Barzanò, « Tiberio Giulio Alessandro, Prefetto d’Egitto (69/70) », ANRW, II, 10, 1, 1988, p. 518-580 ; A. Vigourt, Les présages impériaux d’Auguste à Domitien, Paris, 2001, p. 346-347, 386-387, 408-409.

16 I. Nicolaou, RDAC, 1992, p. 261-262, no 14 (AE, 1992, 1682). Voir aussi T. B. Mitford, AJA, 65, 1961, p. 102-103, no 6 (SEG, 20, 1964, 254). La mise en chantier d’un grand programme édilitaire dans le sanctuaire date d’entre la fin du ier et le début du iie siècle ap. J.-C. (Fr. G. Maier, « Der Tempel der paphischen Aphrodite in der Kaiserzeit », dans G. Wirth, K. H. Schwarte, J. Heinrichs (éd.), Romanitas-Christianitas. Untersuchungen zur Geschichte und Literatur der römischen Kaiserzeit. Johannes Straub zum 70. Geburtstag am 18. Oktober 1982 gewidmet, Berlin-New York, 1982, p. 768-777 ; id., « The sanctuary of the Paphian Aphrodite in the Roman period », dans Πρακτικ τοImage 100000000000000C0000000F87E795C17229B1C4.jpg Τρίτου ΔιεθνοImage 100000000000000C0000000F87E795C17229B1C4.jpgς ΚυπρολογικοImage 100000000000000C0000000F87E795C17229B1C4.jpg Συνεδρίου (Λευκωσία, 16-20 ’Aπριλίου 1996), vol. A, Nicosie, 2000, p. 495-505).

17 T. B. Mitford, AJA, 65, 1961, p. 103, n. 37 (SEG, 20, 1964, 177).

18 P. Aupert et A. Hermary, « Nouveaux documents sur le culte d’Aphrodite à Amathonte », BCH, 130, 2006, p. 83-115, en particulier p. 85-94 (cf. T. B. Mitford, JHS, 66, 1946, p. 40-42, no 16 [cf. SEG, 36, 1986, 1248] ; P. Aupert et P. Leriche, BCH, 121, 1997, p. 802-803 [SEG, 47, 1997, 1867]). W. Eck, RE Suppl. 14, 1974, col. 77, no 4a, s. v. L. Bruttius Maximus.

19 D. Soren, « The Temple », dans D. Soren (éd.), The Sanctuary of Apollo Hylates at Kourion, Cyprus, Arizona, 1987, p. 119-218 ; S. Sinos, The temple of Apollo Hylates at Kourion and the restoration of its south-west corner, Athènes, 1990. Il est très probable qu’une dédicace à Apollon Hylatès, qui conserve les traces d’un nom impérial martelé, doive être attribuée à Domitien (T. B. Mitford, The Inscriptions of Kourion, Philadelphie, 1971, 106 = I. Kourion, 106 [AE, 1975, 833]), qui, en outre, fut honoré en évergète par le peuple de Kourion en 84 ap. J.-C. (I. Nicolaou, RDAC, 1964, p. 203-205, no 16 [SEG, 23, 1968, 631]).

20 Respectivement : I. Kourion, 108 (AE, 1975, 835). — I. Kourion, 109 (AE, 1975, 836). — I. Kourion, 110 (AE, 1975, 836 bis). — I. Kourion, 111 (AE, 1975, 837).

21 I. Kourion, 120, 122, 124, 144 ; cf. 121 et 125.

22 I. Kourion, 85.

23 I. Kourion, 104 (AE, 1975, 832) ; W. D. Lebek, « Ein Hymnus auf Antinoos (Mitford, The Inscriptions of Kourion, No. 104) », ZPE, 12, 1973, p. 101-137.

24 Dig., I, 16, 7.

25 I. Kourion, 107 (AE, 1975, 834).

26 PIR2, I 272.

27 PIR2, A 637.

28 PIR2, S 403.

29 Voir n. 8.

30 T. B. Mitford, Op. Arch. 6, 1950, p. 17-20, no 9 (Kéryneia, 42/43 ap. J.-C.). M. Christol, « Proconsuls de Chypre », Chiron, 16, 1986, p. 1-14 (= Proconsuls) ; SEG, 36, 1986, 1264 ; Soloi, sous Néron. I. Nicolaou, RDAC, 1963, p. 48-49, no 12 (SEG, 23, 1968, 675 ; entre Salamine et Chytroi, sous Néron).

31 T. B. Mitford, « Milestones in Western Cyprus », JRS, 29, 1939, p. 184-198 ; id., « Three Milestones of Western Cyprus », AJA, 70, 1966, p. 89-99.

32 PIR2, I 328.

33 H. Seyrig, BCH, 51, 1927, p. 139-143, no 3 (SEG, 6, 1932, 810). Voir aussi IGRR, III, 947 ; H. Seyrig, BCH, 51, 1927, p. 140-142 (SEG, 6, 1932, 811).

34 Cic., Att., 6, 1, 5 : nam ab edicto meo recessissem et ciuitatem in Catonis et in ipsius Bruti fide locatam meisque beneficiis ornatam funditus perdidissem. T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic (99 B.C.-31 B.C.), New York, 1952, vol. II, p. 198 (= MRR, II).

35 T. R. S. Broughton, MRR, II, p. 195-196.

36 Plut., Brutus, 3.

37 Le besoin de cet argent nous échappe, mais il semble probable, d’après une allusion de Cicéron, Att., 5, 21, 7, que la cité essaya d’obtenir de cette manière une exemption de l’obligation d’avoir des soldats sur son territoire.

38 T. R. S. Broughton, MRR, II, p. 242.

39 Cic., Att., 5, 21, 10-13 ; 6, 1, 5-7 ; 6, 2, 7. T. R. S. Broughton, MRR, II, p. 243 et 251 ; E. Badian, M. Porcius Cato, p. 110-121 ; É. Deniaux, Clientèles et pouvoir à l’époque de Cicéron (CEFR 182), Rome, 1993, p. 274-275, voir aussi p. 428-430 ; D. Potter, Κύπρος, p. 779-782.

40 H. Gundel, RE, 8.A1, 1955, col. 581, s.v. M. Vehilius ; R. Syme, The Roman Revolution, Oxford, 1939, p. 91 ; T. R. S. Broughton, MRR, II, p. 322 ; cf. T. B. Mitford, Cyprus, p. 1294, no 6.

41 T. B. Mitford, Op. Arch., 6, 1951, p. 29-31 (AE, 1953, 167) ; M. Christol, Proconsuls, part., p. 6-14 ; Cl. Eilers, Roman Patrons of Greek Cities, Oxford, 2002, p. 265, no C156 (= Patrons).

42 AE, 1956, 187 ; SEG, 18, 1962, 588 ; Cl. Eilers, Patrons, p. 265-266, no C157 ; voir encore P. White, « The Friends of Martial, Statius, and Pliny, and the Dispersal of Patronage », HSCP, 79, 1975, p. 265-300, part. p. 299, n. 50. Pour le proconsul, voir W. Eck, RE Suppl. 14, 1974, col. 445, no 24b, s.v. L. Pontius ; PIR2, P 793.

43 Toutefois, en ce qui concerne C. Vehilius, nous pouvons également supposer que les motifs de l’acte honorifique à son égard remontent à une époque plus ancienne et, dans cette optique, ils sont à chercher dans l’influence que certains partisans de Jules César, en l’occurrence le préteur de 44 av. J.-C. et père du patronus, auraient exercé sur l’île pendant la courte période où le dictateur la restitua à sa bien aimée Cléopâtre. Voir, dans ce sens, une inscription en l’honneur de M. Vehilius, le frère aîné, que les negotiatores de Paphos firent ériger, lors de son proconsulat (T. B. Mitford, « Roman Civitas in Salamis », dans Salamine de Chypre. Histoire et Archéologie : état des recherches. Colloque international du CNRS, Lyon 13-17 mars 1978, Paris, 1980 [= Salamine de Chypre], p. 275-288, part. p. 281 = Civitas).

44 IGRR, III, 952 ; restitution du titre de patron par Cl. Eilers, Patrons, p. 266, no C158. Pour l’identification controversée du personnage, voir E. Groag, RE, 4. A2, 1932, col. 2320-2323, no 3, s.v. L. Tarius Rufus ; cf. J. Marcillet-Jaubert, « Un nouveau proconsul de Chypre ? », dans Salamine de Chypre, p. 289-292 (AE, 1989, 736) ; PIR2, M 293 ; cf. PIR2, R 206.

45 PIR2, E 84.

46 Tac., ann., 13, 33, 3. Toute la documentation est réunie par B. Rémy, Les carrières sénatoriales dans les provinces romaines d’Anatolie au Haut-Empire (31 av. J.-C.-284 ap. J.-C.) : Pont-Bithynie, Galatie, Cappadoce, Lycie-Pamphylie et Cilicie, Istanbul-Paris, 1989, p. 281-284, no 230. À Chypre, il fut honoré par un certain Aristo[---] fils d’Aristoclès d’une dédicace dans le sanctuaire d’Apollon Hylatès (J. Devreker, « Epigraphica », Epigraphica, 38, 1976, p. 180 [SEG, 26, 1976/1977, 1484]).

47 CIL, XVI, 20, ll. 23-24. W. Eck, Senatoren von Vespasian bis Hadrian. Prosopographische Untersuchungen mit Einschluß der Jahres- und Provinzialfasten der Statthalter, Munich, 1970, p. 115 et 117-118.

48 ILS, 992.

49 T. B. Mitford, Civitas, p. 275-288 ; D. Potter, Κύπρος, p. 790 ; voir encore P. A. Brunt, « The Romanisation of the Local Ruling Classes in the Roman Empire », dans D. M. Pippidi (éd.), Assimilation et résistance à la culture gréco-romaine dans le monde ancien. Travaux du VIe Congrès International d’Études Classiques (Madrid, septembre 1974), Bucarest-Paris, 1976, p. 161-173.

50 Pour l’évergétisme, nous renvoyons aux études magistrales de P. Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, 1976, et de Ph. Gauthier, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IVe-Ier siècle av. J.-C.). Contribution à l’histoire des institutions (BCH Suppl. 12), Paris, 1985. Pour le financement des fêtes publiques, voir M. Wörrle, Stadt und Fest im kaiserzeitlichen Kleinasien. Studien zu einer agonistischen Stiftung aus Oinoanda, Munich, 1988, et pour celui des temples impériaux en Asie Mineure, voir S. Cramme, Die Bedeutung des Euergetismus für die Finanzierung städtischer Aufgaben in der Provinz Asia, Cologne, 2001, part. p. 53-58.

51 IGRR, III, 994 ; Salamine, XIII. 2, 101. — I. Salamis, 100 ; Salamine, XIII. 2, 102. Le martelage de l’inscription est dû à la réutilisation de la pierre (Salamine, XIII. 2, 145 et 155). L’inscription doit dater de la huitième année du règne de Claude (49/50 ap. J.-C.) plutôt que de celui de Tibère (22/23 ap. J.-C. ; cf. T. B. Mitford, ANRW, II, 18, 3, 1990, p. 2197, n. 108), lorsque la formule stéréotypée des « Σεβαστοί » se substitua progressivement à la mention du nom personnel de l’empereur (M. Kantiréa, « Remarques sur le culte de la domus Augusta en Achaïe de la mort d’Auguste à Néron », dans O. Salomies (éd.), The Greek East in the Roman Context. Proceedings of a Colloquium organised by the Finnish Institute at Athens (May 21 and 22, 1999), Helsinki, 2001, p. 51-60).

52 IGRR, III, 933. Pour les titres d’Adrastos et leur application dans le contexte du culte impérial, voir K. Buraselis, Kos between Hellenism and Rome. Studies on the Political, Institutional and Social History of Kos from ca. the middle Second century BC until Late Antiquity (TAPhA Suppl. 90.4), Philadelphie, 2000, p. 100-110, et C. Veligianni, « Philos und philos-Komposita in den griechischen Inschriften der Kaiserzeit », dans M. Peachin (éd.), Aspects of Friendship in the Graeco-Roman world. Proceedings of a conference held at the Seminar für Alte Geschichte, Heidelberg, on 10-11 June, 2000 (JRA Suppl. 43), Portsmourth, 2001, p. 63-80.

53 IGRR, III, 933, ll. 12-14.

54 T. B. Mitford, Op. Arch. 6, 1950, p. 22-24, no 11 ; id., ANRW, II, 18, 3, 1990, p. 2199, n. 120.

55 RPC, I, 3906-3907, 3921-3926, 3934-3935.

56 Voir n. 33.

57 Le premier témoignage connu de ce titre se trouve dans l’inscription en l’honneur des deux fondateurs du Tychaeum à Paphos (IGRR, III, 962).

58 A. Heller, « Les bêtises des Grecs ». Conflits et rivalités entre cités d’Asie et de Bithynie à l’époque romaine (129 a. C.-235 p. C.), Bordeaux, 2006, p. 283-341, démontre de façon convaincante les liens entre les centres religieux et les cités portant le titre de métropole.

59 I. Salamis, 92 ; Salamine, XIII. 2, 140.

60 I. Salamis, 101 ; Salamine, XIII. 2, 106.

61 La relation étroite entre magistratures et bienfaits à Chypre est illustrée par d’autres documents de l’époque. Or, à Kition au ier siècle ap. J.-C., un grand-prêtre d’Asclépios et d’Hygeia fit (re)construire un temple en l’honneur de ces divinités et, en récompense, fut honoré en tant que second fondateur du sanctuaire (SEG, 20, 1964, 133), alors qu’à Paphos les deux fondateurs du Tychaeum devinrent aussi grands-prêtres perpétuels de la Tychè de la métropole (cf. n. 57).

62 Si, en effet, les deux premiers édifices existaient à Salamine dès l’époque d’Auguste (cf. Salamine, XIII. 2, 37 : inscription latine très lacunaire d’avant 23/22 av. J.-C., vu les traces de la titulature d’un legatus Augusti pro praetore, qui semble commémorer la dédicace du forum de la cité), il semble que Pancles Veranianus assuma les frais de la réfection de ces monuments, détruits ou gravement endommagés par le tremblement de terre de 76/77 ap. J.-C. Voir encore I. Salamis, 101h. ; Salamine, XIII. 2, 112).

63 M. Kantiréa, « Le culte impérial à Chypre : relecture des documents épigraphiques », ZPE, 167, 2008, p. 91-112.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search