Version classiqueVersion mobile

Figures d’empire, fragments de mémoire

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

A. Approches politique et militaire du gouvernement de l’empire

10. L’authentification des diplômes militaires au début du principat de Vespasien : un éclairage sur une fin de guerre civile

Pierre Cosme

Résumé

Cette communication se propose d’examiner l’évolution des modalités d’authentification des diplômes militaires au début du principat de Vespasien. Jusqu’à sa censure, les témoins semblent avoir été majoritairement choisis parmi des compatriotes du destinataire. Ils auraient ensuite été remplacés par des particuliers assermentés qui avaient reçu l’équivalent d’une licence de notaires. Il est toutefois difficile d’imaginer que ces documents aient pu être authentifiés ailleurs qu’à Rome avant les années 73-74, comme l’ont suggéré certains historiens. Il paraît plus plausible de supposer que, dans le contexte de la fin de la guerre civile de 68-69, les militaires présents dans l’Vrbs, ainsi que les très nombreuses délégations des cités venues saluer le nouvel empereur furent sollicités pour vérifier la conformité des extraits individuels des constitutions impériales. La présence de ces délégations peut en outre s’expliquer par la reconstruction du Capitole incendié. Vespasien ayant ordonné la reconstitution des tables de bronze qui y avaient été archivées, les cités de l’Empire furent vraisemblablement incitées à envoyer des représentants vérifier sur place que les textes qui les concernaient avaient été correctement reconstitués.

Texte intégral

  • 1 CIL, XVI, 1 (ILS, 1986).

1En guise d’introduction, rappelons que l’on désigne sous le nom de diplôme militaire un extrait individuel certifié conforme de constitution impériale relative aux privilèges juridiques concédés à certaines catégories de vétérans. Ces copies d’extraits étaient inscrites sur deux tablettes de bronze, reliées par un fil métallique recouvert par les cachets de cire de sept témoins, qui garantissaient la conformité du texte gravé à l’intérieur des deux tablettes (scriptura interior) avec le texte gravé à l’extérieur (scriptura exterior). La présence de deux exemplaires du même texte sur deux tablettes leur a valu l’appellation de diplôme militaire, diplôma désignant un objet double en grec. La rédaction de ces documents, qui apparaissent précisément sous le règne de Claude1, soucieux de réglementer l’accès à la citoyenneté romaine, suivait un formulaire comprenant dix éléments bien identifiés : la titulature impériale, la liste des unités concernées, le nom de la province de garnison, celui du commandant d’armée, un rappel des services rendus, les privilèges concédés en récompense, la date (jour, mois, année), le nom du bénéficiaire, éventuellement complété par celui de sa femme et de ses enfants (généralement au datif, mais ici au nominatif), le lieu d’affichage de la constitution impériale à Rome, enfin les noms des témoins qui certifiaient la conformité de l’extrait (généralement au génitif).

  • 2 J. Morris et M. M. Roxan, « The Witnesses to Roman Military Diplomata », Archeol. Vestnik, 28, 1977 (...)

2Dans la mesure où les privilèges concédés étaient constitués de la citoyenneté romaine et du mariage légitime, le conubium, ces diplômes militaires étaient principalement destinés aux auxiliaires et aux marins des flottes militaires recrutés parmi les pérégrins. À partir des années 73-74 de notre ère, c’est-à-dire à partir de la censure de Vespasien, figurent de plus en plus souvent sur les diplômes militaires les mêmes noms de témoins énumérés selon un ordre hiérarchique décroissant strict, surtout à partir du règne d’Hadrien ; Rudolf Haensch en conclut que les diplômes étaient scellés par des particuliers qui auraient reçu l’équivalent d’une licence de notaires. En effet, il ne s’agissait pas d’affranchis impériaux comme on pourrait s’y attendre dans le cas d’employés de la chancellerie mais d’ingénus ou de simples affranchis qui étaient en mesure d’authentifier des diplômes contemporains destinés à des vétérans de garnisons très éloignées les unes des autres. Cette simultanéité confirme que la fabrication et l’authentification des diplômes se déroulaient bien à Rome2. En revanche, avant 73-74, les noms des témoins diffèrent beaucoup plus d’un document à l’autre.

  • 3 R. Haensch, Archives, p. 463.
  • 4 Figurant sur le document 12 et sur un diplôme militaire délivré par Néron le 17 juin 65 : RMD (M. M (...)
  • 5 Figurant sur les documents 5 et 6.
  • 6 Figurant sur les documents 7 et 13.
  • 7 Six sur sept pour ce dernier document.
  • 8 R. Frei-Stolba, « Les témoins dans les premiers diplômes militaires : reflet de la pratique adminis (...)
  • 9 On peut cependant comparer les dix-neuf diplômes datés des années 68-71 avec les huit précédents co (...)

3Les modalités de leur authentification est une question encore vivement débattue aujourd’hui. En effet, l’origine géographique et le statut social de ces témoins étaient mentionnés assez régulièrement sur les diplômes, sans doute de manière à permettre de les retrouver plus facilement si nécessaire3. C’est ainsi qu’entre 65 et 71 de notre ère, on ne connaît que trois personnages dont les noms figurent sur deux diplômes militaires, et un seul qui en a authentifié trois, en l’occurrence les documents 5, 6 et 9. Il s’agit de C. Marcius Nobilis, originaire d’Emona4, de C. Iulius Aquila, originaire d’Apri5, de Q. Publicius Crescens, originaire de Iader d’une part6, de C. Vettidius Rasinianus, décurion de Philippes d’autre part. Ces quatre individus sont assez représentatifs d’une première catégorie de témoins : ceux qui appartenaient au monde civil. Ils sont apparemment majoritaires dans les documents 7, 14 et 197. Au contraire, il semble que les témoins issus de l’armée sont plus nombreux parmi ceux qui ont authentifié les documents 2, 3, 5, 6, 9, 10, 12, 13 et 16. La répartition des individus cités entre ces deux catégories se heurte certes à l’interprétation de l’abréviation dec(urio) : faut-il y voir des décurions municipaux, donc des civils, ou bien des commandants de decuriae d’ailes de cavalerie auxiliaires, donc des militaires ? On peut considérer qu’il s’agit de décurions municipaux quand dec n’est pas suivi d’al. Or, c’est le cas sur tous les diplômes, à l’exception du document 12. Dans ce dernier cas, la restitution dec(urio) leg(ionis), à propos de M. Virius Marcellus, est d’autant plus singulière que l’existence de ce grade était jusqu’alors contestée8. Il est peut-être attesté à ce moment-là à la suite de la promotion de M. Virius Marcellus dans une légion où il aurait conservé son grade de décurion d’aile au lieu de prendre celui de centurion comme c’était l’usage dans les légions. Ce n’est qu’une hypothèse mais on sait que Vitellius a ainsi récompensé nombre de ses auxiliaires. Cependant, qu’il s’agisse de civils ou de militaires, l’onomastique suggère que les témoins étaient toujours choisis parmi des compatriotes du destinataire, à la seule exception du document 19. La liste de témoins du document 1, qui n’indique que leur origo, ne s’écarte pas de cette règle. En revanche, cette liste a disparu des documents 4, 8, 11, 17, 18 et ne mentionne que les noms sur le document 15. Il faut donc bien avoir à l’esprit ces limites de notre documentation avant d’en tirer des conclusions trop tranchées9.

  • 10 « The Witnesses to the Early diplomata militaria », dans V. Giuffrè (éd.), Sodalitas. Scritti in on (...)
  • 11 « The Witnessing of pre and early Flavian military diplomas and discharge procedures in the Roman a (...)
  • 12 RMD, IV, 205.
  • 13 Sur le document 3.
  • 14 Sur le document 6
  • 15 Sur le document 9.
  • 16 Sur le document 10
  • 17 Sur le document 16.
  • 18 Actuellement Deutsch Altenburg entre Vienne et Brati-Slava.
  • 19 Local Witnesses, p. 78.
  • 20 The Early diplomata militaria, p. 278.
  • 21 A. et J. Šašel, ILJug., I, no 34 ; H.-G. Pflaum, Argo, I, Ljubljana, 1962, no 2, p. 47…
  • 22 Il s’agit de l’actuelle ville de Skopje en Macédoine.
  • 23 « Die constitutiones für die stadtrömischen Truppen », dans W. Eck et H. Wolff (éd.), Heer und Inte (...)

4Le recours à des militaires pour garantir la conformité de l’extrait individuel reproduit sur le diplôme avec le texte de la constitution impériale s’explique assez facilement. On peut en effet souvent identifier ces témoins à des compagnons d’armes du destinataire. Cette caractéristique a conduit S. Dušanić10 et D. B. Saddington11 à émettre l’hypothèse que les documents n’étaient pas authentifiés à Rome mais plutôt à l’endroit où les soldats étaient démobilisés, ou bien sur leur lieu d’installation, ou encore sur la route qu’ils empruntaient pour s’y rendre. Mais dans le contexte très particulier d’une guerre civile qui avait trouvé son issue dans l’Vrbs, de très nombreux soldats ont été libérés à Rome même, où étaient également promulguées les constitutions impériales les concernant. Il n’est donc pas nécessaire de supposer que les témoins se trouvaient à l’endroit où les vétérans choisissaient de se retirer. Reprenant une suggestion d’A. R. Birley, M. M. Roxan et P. Holder12 ont souligné que Rome avait alors connu un afflux de vétérans. Il n’y a en effet pas lieu de s’étonner que M. Emilius Capito, vétéran de la Ière Légion Adiutrix se soit trouvé à Rome le 22 décembre 6813, de même que P. Lucretius Apulus, soldat de la IXe cohorte prétorienne14, L. Valerius Capito, missicius de la IIe Légion Pia Fidelis, P. Rutilius Norbanus, soldat dans la même légion15, C. Sallustius Crescens, soldat de la IVe cohorte prétorienne16, ou C. Valerius Niger, soldat de la XIIIe cohorte urbaine17. Cet urbanicianus a signé le document 16 avec L. Licinius Aquila, qui, à un échelon inférieur aux tribuns militaires cités supra, devait lui aussi s’occuper des vétérans en tant que curator ueteranorum. Sa présence à Rome est donc parfaitement compréhensible. D. B. Saddington s’est, en revanche, interrogé sur les cinq autres témoins. Ceux-ci sont tous qualifiés de princeps de divers peuples pannoniens : respectivement des Iasiens, établis entre la Drave et la Save, des Breuques établis plus à l’est, entre les cours inférieurs de ces deux rivières, des Boïens établis près de Carnuntum18 et des Andizetes établis au sud de la Drave, à l’est des Iasiens et au nord des Breuques. Ces peuples n’étaient pas encore organisés en cités, mais formaient ce que les Romains appelaient des gentes. À la tête de chacun d’eux était placé un notable portant souvent le titre de princeps, reconnu par le pouvoir impérial romain. D. B. Saddington estime que ces chefs de collectivités locales pannoniennes avaient plus de raisons de se trouver dans leur province qu’à Rome au moment de la délivrance du document 16, d’autant plus que le destinataire, lui aussi originaire de Pannonie, était censé retourner s’y établir d’après le texte du diplôme19. Mais on pourrait objecter à ce point de vue que ces notables locaux s’étaient rendus dans la capitale pour y être investis ou confirmés dans leur fonction par le nouvel empereur. Certains d’entre eux avaient peut-être servi la cause flavienne d’une façon ou d’une autre et auraient ensuite été récompensés en étant promus à la tête de leur communauté. On peut d’ailleurs relever que le premier témoin de la liste s’appelle T. Flauius Serenus : il a donc reçu la citoyenneté de Vespasien, soit très peu de temps avant la délivrance du diplôme militaire. P. Caetennius de Salone, qui figure sur la liste des témoins du document 13, est identifié par S. Dušanić20 à un homonyme, vétéran de la VIIe Légion Claudia, dont l’épitaphe21 a été retrouvée à Scupi22 en Mésie. L’historien y voit une preuve que ce personnage ne pouvait se trouver dans l’Vrbs, mais cette légion a participé à la prise de Rome par les forces flaviennes et, si ce soldat a été libéré après la victoire sur Vitellius, il pouvait peut-être faire partie des troupes qui se trouvaient encore dans la capitale en attente de leurs récompenses le 5 avril 71. On pourrait cependant s’étonner que sa qualité de soldat ou de vétéran n’ait pas été mentionnée sur la liste et cette identification est d’ailleurs contestée par H. Lieb23.

  • 24 Q. Antistius Rufus Clodianus de Philippes.
  • 25 T. Iulius Rufus de Salone.
  • 26 Appius Didius Praxia de Laodicée en Syrie.
  • 27 Il s’agit de P. Vibius Maximus d’Épidaure (en Dalmatie).
  • 28 Les documents 5, 6 et 9.
  • 29 Il a authentifié le document 6.
  • 30 Sur le document 13.
  • 31 Sur le document 13.
  • 32 L. Publicius Germullus, Q. Publicius Macedo sur le document 7 ; Q. Publicius Crescens sur les docum (...)
  • 33 Sur le document 7, M. Nassius Phoebus porte ainsi le gentilice d’une grande famille de Salone et un(...)
  • 34 Les Petronii de Iader sur le document 7, les Vibii de Salone et les Lurii de Risinium sur le docume (...)

5Le cas du centurion de la XVe Légion Apollinaris dont le nom figure sur le document 19 sera examiné plus loin. Il faut d’abord étudier le cas des témoins civils. Tous n’avaient pas le même statut, comme en témoigne l’inscription de leur nom suivant un ordre hiérarchique descendant. Un chevalier romain figure ainsi en tête de la liste des témoins sur les documents 524, 1325 et 1426. Le deuxième témoin cité sur le document 13 appartenait d’ailleurs lui aussi à l’ordre équestre27. Les notables municipaux sont ensuite particulièrement bien représentés dans l’ensemble des témoins civils. C. Vettidius Rasinianus, dont le nom figure sur trois diplômes militaires28, et P. Carullius Sabinus29 étaient tous deux décurions à Philippes, tandis que T. Fannius Celer30 et C. Marcius Proculus31 l’étaient tous deux à Iader. Ces membres de sénats locaux semblent avoir été accompagnés par d’anciens esclaves publics affranchis. On relève en effet la présence sur les listes de personnages portant le gentilice Publicius32. D’autres affranchis portent le même gentilice que des membres des élites locales33, elles aussi représentées34. Les quatre chevaliers romains cités supra ne sont pas connus par ailleurs. En revanche, en dehors de P. Vibius Maximus d’Épidaure en Dalmatie, ils figurent sur les listes de témoins avec d’autres compatriotes, décurions, simples citoyens ou anciens esclaves publics : de Philippes sur le document 5, de Salone sur le document 13, de Laodicée sur le document 14. Ils n’ont vraisemblablement pas été sollicités en tant que titulaires d’une fonction que leur aurait confiée l’empereur et dont la mémoire aurait pu être conservée par l’épigraphie ou les auteurs anciens. Mais ils tiraient, de leur simple appartenance au second ordre de l’Empire, un prestige incomparable dans leur cité d’origine, dont ils pourraient avoir été les patrons. Cette dignité leur a peut-être valu d’être placés par leurs concitoyens à la tête de chaque groupe de témoins originaires d’une même cité.

  • 35 Les documents 5, 6, 9 et 10.
  • 36 Les documents 7 et 13.
  • 37 Les documents 2 et 14.
  • 38 Sur le même document 12 et sur le document 16 authentifié par des principes de gentes pannoniennes, (...)
  • 39 Sur le document 3.
  • 40 Sur le document 1.
  • 41 Il faut préférer la seconde interprétation.
  • 42 The Early diplomata militaria, p. 271-286 et Three sidelights, p. 55-85.
  • 43 Flavian military diplomas, p. 157-172 et Local Witnesses, p. 75-79.

6En ce qui concerne précisément les origines géographiques de ces témoins, il semble que l’on puisse distinguer deux ensembles principaux. La cité de Philippes et ses environs, notamment son avant-port de Neapolis ou la colonie d’Apri en Thrace, sont attestés dans quatre documents35. Celle de Salone, ainsi que d’autres cités dalmates, comme Iader, Nedinum, Épidaure et Risinium, apparaissent dans deux documents36. C’est également le cas d’Antioche et de cités syriennes telles qu’Apamée, Laodicée ou Césarée37. On relève aussi des origines plus dispersées, à l’exemple d’Aquilée, d’Emona, et de la province de Pannonie38, de la Sardaigne39 et de l’Asie Mineure40. Dans ce dernier cas, on est confronté à la question de l’interprétation de Sardianus dans le document 1 : natif de la Sardaigne ou citoyen de Sardes41 ? Au total, les provinces balkaniques et danubiennes paraissent surreprésentées, les témoins se répartissant pour l’essentiel sur une sorte d’arc de cercle qui irait du nord-est de l’Italie à la Macédoine en passant par le cours moyen du Danube. S. Dušanić42 et D. B. Saddington43 en concluent que ces individus, d’extractions sociales diverses tout en étant compatriotes des destinataires des diplômes militaires, n’avaient pas authentifié ces documents à Rome, mais plutôt dans les provinces où les vétérans se retiraient. D. B. Saddington envisage ainsi l’existence d’un réseau de colonies romaines et de municipes qui seraient intervenus aux deux moments-clefs d’une carrière militaire : le recrutement et la démobilisation. Comme ces cités se trouvaient sur des routes stratégiques, susceptibles d’être empruntées à la fois par les recrues rejoignant leur affectation et par les vétérans rentrant chez eux, on y aurait prévu un dispositif pour l’enregistrement des nouvelles recrues, avant même leur enrôlement dans leur première unité, ou pour leur prêter assistance après le service. Des copies des constitutions impériales octroyant des privilèges aux soldats démobilisés y auraient été affichées. Ce sont les noms de ressortissants de ces cités qui auraient été gravés sur les extraits individuels délivrés aux vétérans, sans que ces témoins n’aient été obligés de se rendre dans l’Vrbs pour vérifier la conformité de la copie à l’original. D. B. Saddington cite le cas de Philippes en Macédoine pour tous les vétérans qui rentraient en Thrace, celui d’Aquilée au nord-est de l’Italie, de Salone en Dalmatie, ou encore ceux de Calares en Sardaigne, d’Antioche en Syrie et peut-être de Mayence en Germanie. S. Dušanić a défendu des positions assez proches de celles de D. B. Saddington.

  • 44 M. M. Roxan, «An emperor rewards his supporters: the earliest extant diploma issued by Vespasian», (...)
  • 45 PSI, IX, 1026 ; CIL, XVI, p. 146, no 13 ; CPL, 117 ; S. Daris, Documenti per la storia dell’esercit (...)
  • 46 P. Mich., VII, 432 ; CPL, 105 ; S. Daris, Documenti, no 89.

7Toutefois, M. M. Roxan a bien mis en évidence la principale faille de cette théorie. Elle se heurte en effet à la référence, dans le texte des diplômes, à la table de bronze affichée à Rome à un endroit précis et non à une quelconque copie affichée ailleurs : descriptum et recognitum ex tabula aenea quae fixa est Romae44. On connaît en effet le cas de documents qui, sans être des diplômes militaires à proprement parler, concédaient des privilèges à des soldats en se référant à des textes affichés dans des capitales de province : Césarée de Palestine45 ou Alexandrie d’Égypte46. Dans ce cas, c’est ce lieu d’affichage qui servait de référence. En outre, il faudrait supposer que les lapicides romains qui gravaient à Rome le texte des constitutions impériales, et sans doute aussi celui des diplômes qui en étaient extraits, aient eu la possibilité de consulter des listes nominatives classées par cité leur permettant de choisir des témoins sur la base du lieu de recrutement des intéressés. Ces témoins, honorés d’être sollicités à l’issue d’une telle procédure, qui paraît fort complexe, n’auraient servi qu’à conférer une autorité au contenu de copies dont ils n’auraient jamais vu les originaux. Pour M. M. Roxan, un tel argument est absolument irrecevable. En outre, alors que la fin de la guerre civile exigeait de rédiger de nombreux diplômes, où scribes et employés auraient-ils trouvé le temps de vérifier les lieux d’enrôlement des recrues et de les confronter aux listes de notables présents sur place ?

  • 47 M. Valerius Alexsander.
  • 48 D. B. Saddington, Flavian military diplomas, p. 165
  • 49 S. Dušanić, The Early diplomata militaria, p. 272 et R. Frei-Stolba, Les témoins, p. 106.
  • 50 R. Frei-Stolba, « Bemerkungen zu den Zeugen der Militärdiplome der ersten und zweiten Periode », da (...)
  • 51 Cl. Moatti, « Reconnaissance et identification des personnes dans la Rome antique », dans G. Noirie (...)

8Le recours à un témoin hors du commun peut, paradoxalement, jeter un certain éclairage sur la procédure suivie pour authentifier les documents. En effet, les historiens modernes se perdent en conjectures sur la signification à donner à l’inscription du nom d’Alexsander Magnus Macedo sur la liste des témoins du document 15. H. Nesselhauf, éditeur du CIL, XVI, envisageait une sorte de formule rituelle qui aurait consisté à placer le diplôme sous le patronage d’Alexandre le Grand quand on manquait de témoins. Mais le nom du roi est inséré au milieu de la liste et non au début. Il est certes difficile d’imaginer un simple clin d’œil épigraphique du lapicide, même si le témoin précédent porte le surnom Alexsander47. Or, on lit sur le bronze Alexsandn, ce qui a conduit D. B. Saddington48 à imaginer une manifestation de mauvaise humeur de l’individu en question contre le graveur, lequel aurait réagi en appelant ainsi le témoin suivant. S. Dušanić et R. Frei Stolba préfèrent l’hypothèse d’une plaisanterie de soldats et de vétérans49. Toutes ces explications pourraient suggérer que le texte du diplôme a été gravé sous les yeux du destinataire et des témoins. Sinon, on comprend mal comment la protestation d’un témoin ou la plaisanterie d’un vétéran récompensé ont pu se trouver transcrites sur le bronze. Ce procédé pourrait révéler également certaines difficultés rencontrées par les fabricants de diplômes pour trouver le nombre de témoins nécessaires à leur identification (au moins sept). En effet, le 5 avril 71, le nombre de soldats et de vétérans présents à Rome avait sans doute diminué depuis l’année précédente et il devenait donc probablement plus difficile de faire appel à des compagnons d’armes du destinataire. En dernier recours, les rédacteurs auraient été tentés d’inscrire le nom de témoins fictifs. Les procédés traditionnels de sélection des témoins montrant ainsi leurs limites, on aurait alors envisagé de recourir à des professionnels, dont les noms apparaissent sur les diplômes des années suivantes50. Toutefois, Cl. Moatti a récemment souligné que les changements de nom étaient monnaie courante dans le monde romain en rappelant que les falsifications d’identité étaient devenues une véritable préoccupation à partir de la fin de la République, d’autant plus qu’il n’a jamais existé dans l’empire d’identité unique, fixée dans un document unique et valable sur l’ensemble d’un territoire romain51.

  • 52 R. Frei-Stolba, Les témoins, p. 94-97.
  • 53 AE, 1984, 508.
  • 54 AE, 1996, 885.
  • 55 Nat., 16, 236.
  • 56 Ner., 37.
  • 57 IGUR, I, 78 et peut-être 81 (Anazarbos) ; 79 (Tarsos) ; 82, 83 (Tiberias) ; 84 (Tralles) ; 85-87 (S (...)
  • 58 C. Lega, « Stationes municipiorum », dans M. Steinby (éd.), Lexicon Topographicum Urbis Romae, IV, (...)
  • 59 C. Papi, « Stationes exterarum gentium » dans LTUR, IV, 2006, p. 349-350.

9Quant à la présence dans la capitale de l’Empire de compatriotes civils des destinataires de diplômes militaires, que l’on aurait sollicités pour les authentifier, R. Frei-Stolba en propose une explication52. Elle se demande si certains d’entre eux n’étaient pas des délégués envoyés à Rome par les colonies romaines de l’Empire pour y recueillir des informations administratives qu’ils étaient ensuite chargés de transmettre à leur cité, sous la forme de copies de certains textes affichés à Rome. Une telle pratique, contraignante et coûteuse, est en effet bien attestée par la Tabula Siarensis53 et le sénatus-consulte contre Pison père54. Nul doute que les déplacements des représentants des colonies romaines provinciales et des municipes d’Italie pouvaient contribuer, pendant les périodes troublées, à la diffusion des nouvelles à travers l’Empire. Des lieux spécifiques auraient même été prévus pour accueillir ces délégations à Rome, sous le nom de stationes municipiorum ou encore de stationes exterarum gentium. Les premières sont attestées tant par Pline l’Ancien55, que par Suétone56 et la documentation épigraphique57. On les situe dans le secteur du Forum de César58. L’existence des secondes est plus débattue : leur nom a été forgé par les historiens modernes sur la base d’inscriptions sur des fragments d’architraves découverts le long du tracé de la Via sacra59. Ajoutons que les regroupements de témoins civils sur les listes gravées sur les diplômes militaires ressemblent certes plus à des délégations venues à Rome qu’à des individus se trouvant alors en province. En effet, ils ne sont généralement pas tous originaires de la même cité, comme si on avait, à chaque fois, sollicité les membres de plusieurs ambassades présentes dans l’Vrbs en fonction des besoins.

  • 60 S. Dušanić, The Early diplomata militaria, p. 285.
  • 61 M. Corbier, « L’écriture dans l’espace public romain », p. 53-75 (= L’écriture), p. 64-65 et « In C (...)
  • 62 E. La Rocca, « Gens Iulia, Ara », LTUR, II, 1995, p. 369-370 et Ibidem, I, 1993, p. 395.
  • 63 Elle abritait les chars qui servaient à porter en procession les divinités de la triade capitoline.

10La fin de la guerre civile a vraisemblablement multiplié les raisons pour ces délégations de prolonger leur séjour dans la capitale de l’Empire. En dehors des pratiques habituelles de l’information administrative, il fallait saluer le nouvel empereur, qui, rappelons-le, n’arriva à Rome qu’en octobre 70, et prendre connaissance de ses premières décisions. Les représentants d’Aquilée et de Philippes pouvaient aussi espérer tirer quelque avantage du soutien que ces cités avaient apporté à la cause flavienne60. Il me semble qu’un événement très important a pu également contribuer à attirer et à retenir des délégations des colonies romaines à Rome. Il s’agit de l’incendie du Capitole qui n’a, curieusement, jusqu’à présent guère retenu l’attention des spécialistes des diplômes militaires, alors qu’il concerne directement le lieu où étaient affichées les constitutions impériales dont ils étaient extraits. On sait que le sinistre eut un retentissement considérable dans tout l’Empire, mais on peut s’interroger sur son impact éventuel sur les procédures de démobilisation. Selon M. Corbier61, il n’a pas directement affecté l’emplacement qui servait alors à cet affichage. Il s’agissait de l’autel de la Gens Iulia62, qui se trouvait devant l’angle sud-est du podium du temple de Jupiter Capitolin, à proximité du temple de Fides et de l’écurie des thensae63, et a en effet servi entre 68 et 71. Il aurait donc été épargné par les flammes.

  • 64 Three sidelights, p. 60-73.
  • 65 Ov., fast., 2, 149-150 et Plin., nat., 2, 122.
  • 66 Documents 1 à 4.
  • 67 Documents 7 à 9 et Ov., fast., 3, 449-450.
  • 68 Documents 13-16.
  • 69 D. Palombi, « Genius Publicus/Populi Romani », LTUR, II, 1995, p. 365-368.
  • 70 B. Levick, Vespasien, trad. Fr. Landuyt, Gollion, 2002, p. 108-109.
  • 71 Tac., hist., IV, 53 ; S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p. 597 et(...)
  • 72 D. Palombi, «Genius Publicus/Populi Romani», LTUR, II, 1995, p. 366.

11Toutefois, il existe une seule exception connue : le document 5, qui est aussi le plus proche chronologiquement de l’incendie, se réfère à une constitution datée du 26 février 70, affichée devant le sanctuaire du Génie du peuple romain et non sur l’autel de la Gens Iulia. Ce choix temporaire d’un autre lieu d’affichage, antérieur au début des travaux de restauration du Capitole, résulte-t-il des destructions ou d’un choix symbolique ? Pour la première constitution qu’il promulguait à l’intention des soldats qui l’avaient soutenu, Vespasien a pu vouloir célébrer en même temps sa récente victoire et le peuple romain qu’il avait libéré de la tyrannie de Vitellius. M. Corbier et S. Dušanić64 ont attiré l’attention sur la signification des dates de promulgation et des lieux d’affichage de ces constitutions impériales. Ils constatent que le choix de l’autel de la Gens Iulia coïncidait avec l’extinction de la famille julio-claudienne et pouvait correspondre à une volonté des princes qui lui succédèrent de légitimer leur pouvoir en se rattachant au fondateur du Principat. De même, le 9 février, choisi pour libérer de nombreux marins, correspondait aussi à la reprise de la navigation en Méditerranée65. La Ière Légion Adiutrix est attestée officiellement pour la première fois le 22 décembre, sous le signe zodiacal du Capricorne, qui est aussi celui de la conception d’Auguste et de Galba66 ; la IIe Légion Adiutrix le 7 mars, sous celui de Pégase67. En revanche, S. Dušanić reconnaît que le lien entre la libération des marins le 5 avril68 et la constellation des Pléiades qui guidait les navires la nuit à partir de cette date est beaucoup plus conjectural. Dans l’état actuel de notre documentation, il n’est toutefois guère possible de savoir si l’affichage très ponctuel de la constitution impériale du 26 février 70 sur le sanctuaire du Génie du peuple romain, dont la localisation est d’ailleurs incertaine69, résultait de l’impossibilité pratique d’utiliser l’autel de la Gens Iulia à ce moment-là ou d’un choix délibéré de Vespasien, qui aurait souhaité seulement dans un second temps se réclamer d’Auguste70. Remarquons simplement que l’éloignement du nouvel empereur à cette date incite à penser que ce choix n’a pas été opéré par lui-même mais plutôt par un de ses représentants dans l’Vrbs. On peut, entre autres, penser au chevalier L. Iulius Vestinus, à qui incomba la restauration du Capitole. Il avait été l’un des membres les plus influents de l’entourage de Claude, avant d’occuper la préfecture d’Égypte entre 59 et 62 et en tirait un prestige considérable71. Mais quel qu’il fût, ce représentant de Vespasien a pu aussi bien être motivé par l’état dans lequel se trouvait la colline du Capitole ou par la volonté de suggérer une ligne politique au prince absent. D. Palombi relève ainsi que l’invocation du Genius Populi Romani était très fréquente en période de crise politique72.

12Vespasien était d’ailleurs encore absent lors de la grande cérémonie décrite par Tacite, qui inaugura le début des travaux de restauration du Capitole le 21 juin 70 :

  • 73 Tac., hist., 4, 53 (trad. d’après H. Le Bonniec, Paris, CUF, 1992) : Curam restituendi capitolii in (...)

« La charge de reconstruire le Capitole est confiée par Vespasien à Lucius Vestinus, membre de l’ordre équestre, mais que son prestige et sa réputation mettaient au nombre des grands. Les haruspices, réunis par lui, recommandèrent de transporter dans des marécages les décombres de l’ancien sanctuaire et d’ériger le temple sur le même emplacement : les dieux ne voulaient pas que l’ancien plan fût modifié. Le onze avant les calendes de juillet par un ciel serein, tout l’espace que l’on consacrait au temple fut entouré de bandelettes et de guirlandes ; on y fit entrer des soldats dont le nom était de bon augure et qui portaient des rameaux d’arbres agréables aux dieux ; puis les Vestales, accompagnées de jeunes garçons et de jeunes filles dont les pères et les mères vivaient encore, firent des aspersions d’eau vive de sources et de rivières. Alors le préteur Helvidius Priscus, répétant après le pontife Plautius Aelianus les formules rituelles, purifia l’aire en sacrifiant un porc, un bélier et un taureau ; après avoir offert les entrailles des victimes sur un autel de gazon, il pria Jupiter, Junon, Minerve et les dieux tutélaires de l’Empire d’être favorables à l’entreprise et d’élever jusqu’au faîte, grâce à leur divine assistance, leur demeure qu’avait commencée la piété des hommes ; puis il toucha les bandelettes avec lesquelles on avait lié la première pierre et entouré les cordages ; en même temps, les autres magistrats, les prêtres, le Sénat, les chevaliers et une grande partie du peuple, unissant leurs efforts dans un même élan de zèle et d’allégresse, tirèrent l’énorme pierre…73.

  • 74 G. E. F. Chilver, A historical commentary on Tacitus’ Histories IV and V, Oxford, 1985, p. 64.
  • 75 M. Durry, Les cohortes prétoriennes, Paris, 1938, p. 318.
  • 76 Suet., Vesp., 8 (trad. H. Ailloud, Paris, CUF, 1932) : Ipse restitutionem Capitolii adgressus ruder (...)

13G. E. F. Chilver se fonde sur certaines phrases de Tacite pour supposer que sa description était tirée d’un procès-verbal du rituel dressé par les prêtres74. Comme dans toute cérémonie publique, chacun dans l’assistance était disposé selon son rang dans la société. Tacite mentionne explicitement la place réservée aux sénateurs et aux chevaliers. Mais on peut vraisemblablement subodorer que des délégués des plus importantes cités de l’Empire se trouvaient là eux aussi, et en premier lieu ceux des colonies romaines qui avaient toutes un Capitole où leurs habitants rendaient aussi un culte à la triade Jupiter, Junon, Minerve. C’était justement le cas de Philippes, d’Apri, d’Emona, de Iader, de Risinium et d’Épidaure (en Dalmatie). Le séjour de représentants des colonies romaines dans l’Vrbs leur permettait donc éventuellement d’authentifier certains diplômes militaires délivrés à des vétérans. Selon M. Durry75, les soldats portant des rameaux étaient sans doute les nouveaux prétoriens recrutés au nom de Vespasien. Les travaux prirent un certain temps, puisque Suétone écrit qu’une fois arrivé à Rome, Vespasien tint à y participer : « Lui-même ayant entrepris la reconstruction du Capitole, il mit le premier la main à l’ouvrage, lorsqu’on enleva les décombres, et il en emporta une charge sur son dos… »76.

  • 77 Dio Cass., 65, 10, 2 : Τόν τε νεὼν τòν ἐν τ Καπιτωλίῳ εὐθὺς ὀικοδομεν ἤρξατο, αὐτός τε, το χο πρτος(...)

14Dion Cassius ajoute que les citoyens les plus en vue furent également mis à contribution : « Il commença aussitôt de reconstruire le temple du Capitole, ayant lui-même le premier emporté de la terre sur son dos, ce qui obligeait évidemment les plus illustres personnages à en faire autant, afin que le reste de la multitude ne pût refuser ses services »77.

  • 78 G. B. Townend, « The restoration of the Capitol in AD 70 », Historia, 36, 1987, p. 243-248 et R. H. (...)

15Son récit n’est conservé que sous la forme résumée de l’abréviateur byzantin Xiphilin, mais on peut se demander si des notables venus des grandes colonies romaines provinciales ne faisaient pas partie des personnalités sollicitées. Si l’inauguration fut célébrée le 21 juin 70 et s’il restait encore des gravas à déblayer à l’arrivée de Vespasien en octobre de la même année, on peut en conclure que le chantier n’avait guère progressé et que de vastes zones de la colline demeuraient encore dévastées. Il est vrai que la cérémonie du 21 juin ne doit pas être assimilée à ce que nous appelons aujourd’hui la pose de la première pierre, pratique qui n’existait pas à Rome, mais plutôt à la remise en place du lapis Terminus, roche qui faisait l’objet d’un culte dans le temple de Jupiter Capitolin78. D’ailleurs, l’empereur ne se contenta pas de cet engagement physique personnel à la restauration du Capitole. Il entreprit également de faire reproduire les textes gravés sur bronze qui avaient disparu dans les flammes, ainsi que le précise Suétone :

  • 79 Suet., Vesp., 8 (trad. H. Ailloud, Paris, CUF, 1932) : aerearumque tabularum tria milia, quae simul (...)

« … il entreprit également de faire reconstituer trois mille tables d’airain détruites dans l’incendie du Capitole, et ordonna d’en rechercher partout les copies : c’était la collection d’archives la plus belle et la plus ancienne de l’empire, qui contenait, presque depuis les origines de Rome, les sénatusconsultes et les plébiscites, relatifs aux alliances, aux traités, aux privilèges accordés à quiconque »79.

  • 80 M. Corbier, L’écriture, p. 63.
  • 81 Tac., hist., 4, 67 (trad. H. Le Bonniec, Paris, CUF, 1992) : Interea Iulius Sabinus proiectis foede (...)

16M. Corbier a récemment attiré l’attention sur cette opération qui dura sans aucun doute elle aussi très longtemps80. Or, il existait dans les cités de l’Empire des copies des traités qu’elles avaient passés avec Rome et qui précisaient les privilèges dont elles bénéficiaient. D’ailleurs, Tacite y fait lui-même allusion dans un passage des Histoires consacré à la révolte des Lingons sous la conduite de Iulius Sabinus : « Cependant Iulius Sabinus, après avoir renversé les monuments commémoratifs du traité d’alliance avec Rome, se fait saluer du nom de César… »81.

  • 82 M. Corbier, L’écriture, p. 64 et W. Eck, L’empereur romain, p. 97.
  • 83 S. Dušanić, Three sidelights, p. 56-58. Ios., bell., 119-157 et Suet., Vesp., 8.

17Nul doute que les cités concernées furent très attentives à la reproduction à la lettre de ces textes sur le Capitole. Le meilleur moyen de s’en assurer n’a-t-il pas alors consisté à envoyer des représentants sur place avec des copies tirées de leurs archives ou exécutées à partir des textes affichés sur leurs monuments ? Exceptionnellement, l’information administrative aurait donc cette fois été transmise des collectivités locales en direction de la capitale, dans le sens contraire à la pratique habituelle mise en lumière par R. Frei-Stolba. On tient peut-être là une des principales raisons du séjour prolongé des délégations de nombreuses cités dans l’Vrbs. Leurs membres ont pu se sentir honorés d’être sollicités à la fois pour contribuer à la reconstitution d’un outil essentiel au gouvernement de l’Empire (instrumentum imperii) et pour authentifier de nouveaux documents délivrés au nom de l’empereur. On peut s’interroger sur le sort réservé aux constitutions impériales relatives aux privilèges des vétérans qui auraient pu avoir été victimes de l’incendie. D’après W. Eck et M. Corbier, les plaques de bronze sur lesquelles leur texte était gravé étaient de toute manière refondues une fois les bénéficiaires décédés82. Dans la mesure où le premier diplôme connu remonte à 52, ce « nettoyage » n’avait peut-être pas encore été réalisé et l’incendie a pu représenter une occasion involontaire d’y procéder. Toutefois, le retentissement de l’événement a pu conduire certains vétérans à se regrouper pour envoyer des délégués à Rome pour vérifier si le texte dont était tiré leur diplôme était toujours affiché. Il n’est peut-être pas exclu que la reconstitution des tables de bronze qui avaient fondu ait pris fin avec la censure de Vespasien et que certains représentants des collectivités locales soient donc demeurés dans la capitale jusqu’à cette date. On comprendrait, dans ces conditions, que ceux que S. Dušanić appelle les « personal witnesses » aient progressivement été remplacés par des professionnels assermentés (les « recurring witnesses » selon le même historien)83 au fur et à mesure que les délégués des cités quittaient Rome, alors que le nombre de vétérans à récompenser restait important, à l’issue de la révolte batave et de la Guerre des Juifs.

  • 84 RMD, V, 324 et W. Eck, ZPE, 143, 2003, p. 228.
  • 85 Jos., bell., 119-157 et Suet., Vesp., 8.

18Le document 19 a été laissé de côté jusqu’à présent. Délivré le 30 avril 71 à un cavalier de l’Ala I Brittonum, il pourrait avoir été signé par un détachement de la XVe légion Apollinaris venu d’Orient dans l’Vrbs participer au triomphe de Vespasien et de Titus au mois de juin suivant84. Il est d’ailleurs également vraisemblable que certaines cités de l’Empire aient envoyé des représentants à cette cérémonie. Après l’agitation engendrée à Rome par la démobilisation des troupes que semblaient suggérer les diplômes précédents, celui du 30 avril 71 témoignerait donc plutôt d’un retour à l’ordre manifesté par la participation de l’armée au rituel traditionnel du triomphe85, en somme la fin de l’après-guerre civile.

Les diplômes militaires des années 68-69

Les diplômes militaires des années 68-69

1. R. Frei Stolba voit dans ces Sardiani des habitants de la cité de Sardes plutôt que des ressortissants de l’île de Sardaigne : cf. Les témoins, p. 101.
2. Conformément à l’hypothèse précédeSnte, il s’agirait de l’actuelle ville de Menje en Turquie, plutôt que de Maeonia en Sardaigne.
3. Actuellement Ipsili Hisar en Turquie. Mais certains historiens ont proposé de lire Ephesius, cf. ILS, 1988 ; J. Morris et M. M. Roxan, The Witnesses, p. 308 et R. Frei-Stolba, Les témoins, p. 101.
4. Actuelle ville de Cagliari.
5. Actuellement San Antioco.
6. Actuellement Inedzik en Turquie.
7. Actuelle ville de Solin en Croatie.
8. Actuelle ville de Zadar en Croatie.
9. Actuellement Nadin en Croatie.

10. Actuellement Kavala en Grèce.
11. Actuellement Szombathely en Hongrie.
12. Actuelle ville de Ljubljana en Slovénie.
13. Actuellement Cavtat en Croatie.
14. Actuellement Risano en Croatie.

(5) M. M. Roxan, The earliest extant diploma (RMD, IV, 203) :
Imp(eratoris) Vespasiani Caesaris Aug(usti), tribunicia potestate, co(n)s(ul) II, beneficiari(i) qui Militant in classe Ravennate sub Sex. Lucilio Basso, quorum nomina sub scripta sunt, ipsis Liberis posterisque eorum ciuitatem dedit et conubium cum uxoribus, quas tunc habuissent, Cum est ciuitas iis data, aut, siqui caelibes essent, cum iis quas postea duxissent dum taxat Singuli singulas. a.d. IIII k. Martias Imp. Vespasiano Caesare Aug(usto) II, Caesare
Aug(usti) f. Vespasiano cos.
Dernaius Derdipili f., Dacus.
Descriptum et recognitum ex tabula aenea quae fixa est Romae in Capitolio in podio muri ante
Aedem geni p(opuli) R(omani)
Q. Antisti Q. f. Ser(gia tribu)
Rufi Clodiani, Philipp(iensis) eq. R.,
C. Vettidi Rasiniani,
L. Valeri Nasonis, Phil(ippiensis),
P. Vetti Pieri, Philip(piensis),
M. Vibi Macedonis, uet(erani),
C. Cassi Longini, ueter(ani),
C. Iuli Aquilae, Aprensis.

Notes

1 CIL, XVI, 1 (ILS, 1986).

2 J. Morris et M. M. Roxan, « The Witnesses to Roman Military Diplomata », Archeol. Vestnik, 28, 1977, p. 299-333 (= The Witnesses) ; W. Eck, « L’empereur romain chef de l’armée. Le témoignage des diplômes militaires », CCG, 13, 2002, p. 93-112 (= L’empereur romain), p. 102 et R. Haensch, « Die Verwendung von Siegelzeugen bei Dokumenten der kaiserzeitlichen Reichsadministration », dans M.-F. Boussac et A. Invernizzi (éd.), Archives et Sceaux du monde hellénistique, Paris, 1996, p. 449-496 (= Archives), p. 449.

3 R. Haensch, Archives, p. 463.

4 Figurant sur le document 12 et sur un diplôme militaire délivré par Néron le 17 juin 65 : RMD (M. M. Roxan, Roman Military Diplomas, I-III, Londres, 1978-1993, puis IV, avec P. Holder, 2003 et V, P. Holder, 2006), II, 79.

5 Figurant sur les documents 5 et 6.

6 Figurant sur les documents 7 et 13.

7 Six sur sept pour ce dernier document.

8 R. Frei-Stolba, « Les témoins dans les premiers diplômes militaires : reflet de la pratique administrative de Rome ? », Electrum, 5, 2001, p. 87-109 (= Les témoins), p. 105, n. 68 et D. B. Saddington, « Local Witnesses of an early flavian military diploma », Epigraphica, 66, 2004, p. 75-79 (= Local Witnesses) p. 79.

9 On peut cependant comparer les dix-neuf diplômes datés des années 68-71 avec les huit précédents connus délivrés par Claude et Néron : CIL, XVI, 1 à 6 ; RMD, IV, 202 et II, 79.

10 « The Witnesses to the Early diplomata militaria », dans V. Giuffrè (éd.), Sodalitas. Scritti in onore di Antonio Guarino, 1, Naples 1984, p. 271-286 (= The Early diplomata militaria) et « Three sidelights on the early diplomata militaria », dans M. A. Speidel et H. Lieb (éd.), Militärdiplome. Die Forschungsbeiträge der Berner Gespräche von 2004, Stuttgart, 2007 (= Militärdiplome), p. 55-85 (= Three sidelights).

11 « The Witnessing of pre and early Flavian military diplomas and discharge procedures in the Roman army », Epigraphica, 59, 1997, p. 157-172 (= Flavian military diplomas) et Local Witnesses.

12 RMD, IV, 205.

13 Sur le document 3.

14 Sur le document 6

15 Sur le document 9.

16 Sur le document 10

17 Sur le document 16.

18 Actuellement Deutsch Altenburg entre Vienne et Brati-Slava.

19 Local Witnesses, p. 78.

20 The Early diplomata militaria, p. 278.

21 A. et J. Šašel, ILJug., I, no 34 ; H.-G. Pflaum, Argo, I, Ljubljana, 1962, no 2, p. 47…

22 Il s’agit de l’actuelle ville de Skopje en Macédoine.

23 « Die constitutiones für die stadtrömischen Truppen », dans W. Eck et H. Wolff (éd.), Heer und Integrationspolitik. Die römischen Militärdiplome als historische Quelle, Cologne-Vienne, 1986, p. 331, n. 89…

24 Q. Antistius Rufus Clodianus de Philippes.

25 T. Iulius Rufus de Salone.

26 Appius Didius Praxia de Laodicée en Syrie.

27 Il s’agit de P. Vibius Maximus d’Épidaure (en Dalmatie).

28 Les documents 5, 6 et 9.

29 Il a authentifié le document 6.

30 Sur le document 13.

31 Sur le document 13.

32 L. Publicius Germullus, Q. Publicius Macedo sur le document 7 ; Q. Publicius Crescens sur les documents 7 et 13.

33 Sur le document 7, M. Nassius Phoebus porte ainsi le gentilice d’une grande famille de Salone et un cognomen grec qui trahit une origine servile.

34 Les Petronii de Iader sur le document 7, les Vibii de Salone et les Lurii de Risinium sur le document 13.

35 Les documents 5, 6, 9 et 10.

36 Les documents 7 et 13.

37 Les documents 2 et 14.

38 Sur le même document 12 et sur le document 16 authentifié par des principes de gentes pannoniennes, cf. supra, n. 12-17.

39 Sur le document 3.

40 Sur le document 1.

41 Il faut préférer la seconde interprétation.

42 The Early diplomata militaria, p. 271-286 et Three sidelights, p. 55-85.

43 Flavian military diplomas, p. 157-172 et Local Witnesses, p. 75-79.

44 M. M. Roxan, «An emperor rewards his supporters: the earliest extant diploma issued by Vespasian», JRA, 9, 1996, p. 247-256 (= The earliest extant diploma), p. 255.

45 PSI, IX, 1026 ; CIL, XVI, p. 146, no 13 ; CPL, 117 ; S. Daris, Documenti per la storia dell’esercito romano in Egitto, Milan, 1964, no 83 et no 98 (= Documenti) ; ChLA, XXV, 784 ; V. Giuffrè, Les lois des Romains, Camerino, 1977, V, no 2, p. 252-253.

46 P. Mich., VII, 432 ; CPL, 105 ; S. Daris, Documenti, no 89.

47 M. Valerius Alexsander.

48 D. B. Saddington, Flavian military diplomas, p. 165

49 S. Dušanić, The Early diplomata militaria, p. 272 et R. Frei-Stolba, Les témoins, p. 106.

50 R. Frei-Stolba, « Bemerkungen zu den Zeugen der Militärdiplome der ersten und zweiten Periode », dans Militärdiplome, p. 15-54, p. 37.

51 Cl. Moatti, « Reconnaissance et identification des personnes dans la Rome antique », dans G. Noiriel (éd.), L’identification. Genèse d’un travail d’État, Paris, 2007, p. 27-56, p. 47 et p. 54.

52 R. Frei-Stolba, Les témoins, p. 94-97.

53 AE, 1984, 508.

54 AE, 1996, 885.

55 Nat., 16, 236.

56 Ner., 37.

57 IGUR, I, 78 et peut-être 81 (Anazarbos) ; 79 (Tarsos) ; 82, 83 (Tiberias) ; 84 (Tralles) ; 85-87 (Sardes) ; CIL, VI, 40528 (Sabratha) ; 36835 (Vienne ?), 250 = 30723 (ILS, 3675 : Norique) ; 342 = 30742 = XIV, 3552 (Tibur).

58 C. Lega, « Stationes municipiorum », dans M. Steinby (éd.), Lexicon Topographicum Urbis Romae, IV, Rome, 2006, p. 350-352 (= LTUR).

59 C. Papi, « Stationes exterarum gentium » dans LTUR, IV, 2006, p. 349-350.

60 S. Dušanić, The Early diplomata militaria, p. 285.

61 M. Corbier, « L’écriture dans l’espace public romain », p. 53-75 (= L’écriture), p. 64-65 et « In Capitolio : l’affichage des constitutions impériales en faveur des vétérans », p. 131-146, p. 140, dans Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne, Paris, 2006.

62 E. La Rocca, « Gens Iulia, Ara », LTUR, II, 1995, p. 369-370 et Ibidem, I, 1993, p. 395.

63 Elle abritait les chars qui servaient à porter en procession les divinités de la triade capitoline.

64 Three sidelights, p. 60-73.

65 Ov., fast., 2, 149-150 et Plin., nat., 2, 122.

66 Documents 1 à 4.

67 Documents 7 à 9 et Ov., fast., 3, 449-450.

68 Documents 13-16.

69 D. Palombi, « Genius Publicus/Populi Romani », LTUR, II, 1995, p. 365-368.

70 B. Levick, Vespasien, trad. Fr. Landuyt, Gollion, 2002, p. 108-109.

71 Tac., hist., IV, 53 ; S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p. 597 et Prosopograhie des chevaliers julio-claudiens, Rome, 1992, no 683, p. 574-575.

72 D. Palombi, «Genius Publicus/Populi Romani», LTUR, II, 1995, p. 366.

73 Tac., hist., 4, 53 (trad. d’après H. Le Bonniec, Paris, CUF, 1992) : Curam restituendi capitolii in Lucium Vestinum confert, equestris ordinis uirum, sed auctoritate famaque inter proceres. Ab eo contracti haruspices monuere ut reliquiae prioris delubri in paludes aueherentur, templum isdem uestigiis sisteretur : nolle deos mutari ueterem formam. XI kalendas Iulias serena luce spatium omne quod templo dicabatur euinctum uittis coronisque ingressi milites, quis fausta nomina, felicibus ramis ; dein uirgines Vestales cum pueris puellisque patrimis matrimisque aqua e fontibus amnibusque hausta perluere. Tum Heluidius Priscus praetor, praeeunte Plautio Aeliano pontifice, lustrata suouetaurilibus area et super caespitem redditis exstis, Iouem, Iunonem, Mineruam praesidesque imperii deos precatus uti coepta prosperarent sedesque suas pietate hominum inchoatas diuina ope attollerent, uittas, quis ligatus lapis innexique funes erant, contigit ; simul ceteri magistratus et sacerdotes et senatus et eques et magna pars populi, studio laetitiaque conixi, saxum ingens traxere.

74 G. E. F. Chilver, A historical commentary on Tacitus’ Histories IV and V, Oxford, 1985, p. 64.

75 M. Durry, Les cohortes prétoriennes, Paris, 1938, p. 318.

76 Suet., Vesp., 8 (trad. H. Ailloud, Paris, CUF, 1932) : Ipse restitutionem Capitolii adgressus ruderibus purgandis manus primus admouit ac suo collo quaedam extulit.

77 Dio Cass., 65, 10, 2 : Τόν τε νεὼν τòν ἐν τImage 100000000000000A0000000FE57C10C0CE5FB291.jpg Καπιτωλίῳ εὐθὺς ὀικοδομεImage 10000000000000080000000F6574EE16B914FB00.jpgν ἤρξατο, αὐτός τε, τοImage 100000000000000B0000000F22A4C50A41B5FF0B.jpg χοImage 100000000000000B0000000F22A4C50A41B5FF0B.jpg πρImage 100000000000000B0000000FF895DB636749179E.jpgτος ἐκϕορήσας καὶ δImage 10000000000000090000000F156E71FF3E9DB1BE.jpgλον ὄτι καὶ τοImage 10000000000000080000000F6574EE16B914FB00.jpgς ἄλλοις τοImage 10000000000000080000000F6574EE16B914FB00.jpgς ἐπιϕανεστάτοις τò αὐτò τοImage 100000000000000B0000000F22A4C50A41B5FF0B.jpgτο ποιImage 10000000000000090000000F156E71FF3E9DB1BE.jpgσαι κελεύσας, ἵνα καὶ τImage 100000000000000A0000000F43D78E7599C75759.jpg λοιπImage 100000000000000A0000000F43D78E7599C75759.jpg πλήθει ἀπαραίτητον τò διακόνεμα γένηται.

78 G. B. Townend, « The restoration of the Capitol in AD 70 », Historia, 36, 1987, p. 243-248 et R. H. Darwall-Smith, Emperors and Architecture : A study of Flavian Rome, Bruxelles, Collection Latomus no 231, 1996, p. 41-47. Ils s’appuient sur un témoignage d’Augustin, ciu., 4, 15.

79 Suet., Vesp., 8 (trad. H. Ailloud, Paris, CUF, 1932) : aerearumque tabularum tria milia, quae simul conflagrauerant, restituenda suscepit undique inuestigatis exemplaribus : instrumentum imperii pulcherrimum ac uetustissimum, quo continebantur paene ab exordio urbis senatus consulta, plebi scita de societate et foedere ac priuilegio cuicumque concessis.

80 M. Corbier, L’écriture, p. 63.

81 Tac., hist., 4, 67 (trad. H. Le Bonniec, Paris, CUF, 1992) : Interea Iulius Sabinus proiectis foederis Romani monumentis Caesarem se salutari.

82 M. Corbier, L’écriture, p. 64 et W. Eck, L’empereur romain, p. 97.

83 S. Dušanić, Three sidelights, p. 56-58. Ios., bell., 119-157 et Suet., Vesp., 8.

84 RMD, V, 324 et W. Eck, ZPE, 143, 2003, p. 228.

85 Jos., bell., 119-157 et Suet., Vesp., 8.

Table des illustrations

Titre Les diplômes militaires des années 68-69
Légende 1. R. Frei Stolba voit dans ces Sardiani des habitants de la cité de Sardes plutôt que des ressortissants de l’île de Sardaigne : cf. Les témoins, p. 101. 2. Conformément à l’hypothèse précédeSnte, il s’agirait de l’actuelle ville de Menje en Turquie, plutôt que de Maeonia en Sardaigne. 3. Actuellement Ipsili Hisar en Turquie. Mais certains historiens ont proposé de lire Ephesius, cf. ILS, 1988 ; J. Morris et M. M. Roxan, The Witnesses, p. 308 et R. Frei-Stolba, Les témoins, p. 101. 4. Actuelle ville de Cagliari. 5. Actuellement San Antioco. 6. Actuellement Inedzik en Turquie. 7. Actuelle ville de Solin en Croatie. 8. Actuelle ville de Zadar en Croatie. 9. Actuellement Nadin en Croatie.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 10. Actuellement Kavala en Grèce. 11. Actuellement Szombathely en Hongrie. 12. Actuelle ville de Ljubljana en Slovénie. 13. Actuellement Cavtat en Croatie. 14. Actuellement Risano en Croatie.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende (5) M. M. Roxan, The earliest extant diploma (RMD, IV, 203) : Imp(eratoris) Vespasiani Caesaris Aug(usti), tribunicia potestate, co(n)s(ul) II, beneficiari(i) qui Militant in classe Ravennate sub Sex. Lucilio Basso, quorum nomina sub scripta sunt, ipsis Liberis posterisque eorum ciuitatem dedit et conubium cum uxoribus, quas tunc habuissent, Cum est ciuitas iis data, aut, siqui caelibes essent, cum iis quas postea duxissent dum taxat Singuli singulas. a.d. IIII k. Martias Imp. Vespasiano Caesare Aug(usto) II, Caesare Aug(usti) f. Vespasiano cos. Dernaius Derdipili f., Dacus. Descriptum et recognitum ex tabula aenea quae fixa est Romae in Capitolio in podio muri ante Aedem geni p(opuli) R(omani) Q. Antisti Q. f. Ser(gia tribu) Rufi Clodiani, Philipp(iensis) eq. R., C. Vettidi Rasiniani, L. Valeri Nasonis, Phil(ippiensis), P. Vetti Pieri, Philip(piensis), M. Vibi Macedonis, uet(erani), C. Cassi Longini, ueter(ani), C. Iuli Aquilae, Aprensis.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search