Version classiqueVersion mobile

Figures d’empire, fragments de mémoire

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

A. Notions d’empire et approches impériales

2. Empire antique, empire contemporain : l’Afrique du nord

Monique Dondin-Payre

Résumé

Depuis le xixe s. le mot « empire » renvoie essentiellement en histoire aux empires coloniaux, mais il fallut attendre la fin des empires coloniaux européens pour que la notion soit associée à celle de l’empire romain dans les travaux historiographiques. L’installation de l’Italie en Libye à partir de 1911, précédée d’une implantation archéologique, manifestait la cohésion et la puissance d’un pays unifié depuis un demi-siècle seulement, superposant exactement un empire européen à l’empire romain. Ce schéma, qui s’est banalisé, était déjà celui qui, presque un siècle avant, avait structuré la présence française en Afrique du nord, permettant de justifier la conquête par la coïncidence entre empires antique et contemporain, motivant comme agents de la recherche archéologique l’armée, l’église et l’administration, qui avaient le sentiment de réimplanter la civilisation classique et la religion chrétienne dans les terres d’où elles avaient été injustement chassées. Partout, l’archéologie est instrumentalisée pour défendre l’empire colonial, elle légitime l’appropriation physique des vestiges antiques par le colonisateur, et est structurée par ce lien entre empire romain et empire colonial.

Texte intégral

  • 1 N. D. Fustel de Coulanges, « De la manière dʼécrire lʼhistoire en France et en Allemagne depuis cin (...)

1« Nous voudrions que l’histoire restât une science pure et absolument désintéressée. Nous voudrions la voir planer dans cette région sereine où il n’y a ni passions, ni rancunes, ni désirs de vengeance. Nous lui demandons ce charme d’impartialité qui est la chasteté de l’histoire. (Elle ne doit) connaître ni les haines de parti ni les haines de race », souhaitait Numa Denys Fustel de Coulanges ; il poursuivait, prouvant les limites de sa profession de foi : « Nous continuons à professer, en dépit des Allemands, que l’érudition n’a pas de patrie »1.

2S’il est un concept qui met à mal cette inaccessible impartialité, c’est bien celui d’empire.

3Le mot « empire » a un double sens : en politique intérieure il désigne un régime politique ayant un empereur à sa tête ; mais, depuis le xixe s. surtout, il renvoie à la domination d’un État sur d’autres : c’est l’empire colonial. Colonialisme et empire sont deux notions différentes mais associées : le colonialisme est la doctrine qui justifie la souveraineté d’un État sur un pays ou un peuple, l’empire renvoie à un système de domination ; très schématiquement, on pourrait dire que l’empire, en dehors de la signification de régime politique, implique souvent en amont une démarche coloniale. Il se trouve que la Rome antique répond aux deux acceptions du mot, mais il a fallu attendre la fin des empires coloniaux européens pour que la notion d’empire colonial prenne une place à côté de celle d’empire romain dans les travaux historiques.

4Il n’est pas étonnant que ceux des antiquisants qui sont les plus concernés par la notion d’empire au sens colonial aient été longtemps originaires de Grande Bretagne et de France, plus tardivement et à un moindre degré d’Italie, puisque les deux premiers pays furent les détenteurs des empires coloniaux les plus vastes.

5Aujourd’hui cette préoccupation s’est étendue à d’autres intervenants, de façon différente selon la situation des puissances impériales, même si elles se réfèrent toutes à l’Europe.

Empire et identité : l’identification entre Européens et Romains

  • 2 Traité signé à Ouchy (Suisse), qui conclut la guerre entre lʼempire ottoman et lʼItalie (1911-1912) (...)
  • 3 Lipparini (1877-1951), critique littéraire, professeur de littérature et écrivain, est un représent (...)
  • 4 Trois villes de Cyrénaïque.
  • 5 Membre d'une dynastie de dessinateurs, F. Matania (1881-1963) fut un illustrateur célèbre, notammen (...)
  • 6 Sur le sujet, M. Munzi, L’epica del ritorno. Archeologia e politica nella Tripolitania italiana, Ro (...)

6Le 1er octobre 1911, la marine italienne débarque à Tripoli, alors possession de l’empire ottoman qui n’est pas en mesure d’opposer de résistance et abandonne immédiatement la partie, tout en recommandant à la population de repousser les envahisseurs infidèles. Le 5 novembre 1911, la Tripolitaine et la Cyrénaïque, qui forment la Libye actuelle, sont déclarées italiennes par décret. Le 18 octobre 1912, par le traité d’Ouchy2, la Tripolitaine et la Cyrénaïque sont attribuées à l’Italie. Giuseppe Lipparini3, parmi d’autres poètes, écrivit pour célébrer l’événement une œuvre publiée dans La Tribune, le 27 novembre 1911 : « Ô Tripoli, ô Berenike, ô Leptis Magna4, vous revoyez, après tant de siècles, les colonnes doriques et les légions romaines ! Regardez le ciel : les aigles sont aussi là. […] Rome est de retour. Je sens errer les dieux au-dessus du désert : aujourd’hui la gloire d’antan est de retour ». Fortunino Matania5 illustra ces élans par un dessin publié dans la revue anglaise The Sphere, repris comme carte de vœux en Italie où il rencontra un considérable succès ; on y lisait : « L’Italie brandit le glaive de la Rome antique. Aux marins italiens combattant en Tripolitaine. Meilleurs vœux MDCCCCXI » sous un dessin représentant un marin italien, seul, pieds nus dans le sable, le drapeau national serré sur sa poitrine, tirant de son fourreau un glaive tendu par un légionnaire romain à demi enfoui dans les sables6 (fig. 1).

Fig. 1 : Le marin italien et le légionnaire romain

Fig. 1 : Le marin italien et le légionnaire romain

carte de voeux, 1911, F. Matania.

  • 7 Frederico Halbherr, archéologue italien (1857-1930), célèbre notamment par ses fouilles en Crête et (...)
  • 8 Association fondée en 1951, à l'origine pour défendre la ville de Rome contre des projets de restru (...)
  • 9 Il pensait notamment aux contestations d’alors avec le Getty Museum de Los Angeles, qui accepta, au (...)

7L’Italie, qui n’était un pays unifié que depuis 1860, manifestait sa cohésion et sa puissance par la constitution de son empire. Celle-ci avait commencé avant même les opérations militaires, par l’archéologie : en 1910, Federico Halbherr et Gaetano de Sanctis, au retour de Cyrénaïque, passèrent à Lepcis Magna où, l’année suivante, Salvatore Aurigemma et Francesco Beguinot commencèrent des fouilles7. En décembre 1913, dans les thermes de Trajan à Cyrène, une statue en marbre de Vénus apparut à la suite du décapage du sol par de violentes pluies. Copie romaine du iie s. d’un modèle hellénistique, surnommée la « Vénus de Cyrène », elle fut, comme d’autres objets venus de Libye, exposée au musée des Thermes à Rome. C’est elle qui, réclamée par la Libye depuis 1989, lui fut « rendue » le 30 août 2008. Le décret de restitution, signé en 2002 par S. Berlusconi, alors ministre de la culture, fut attaqué par l’association Italia nostra8 au titre que la statue était italienne puisqu’elle avait été découverte dans une colonie italienne, donc sur le sol italien. Le décret de restitution finit par être confirmé le 24 avril 2007 par le tribunal du Latium, entre autres raisons parce qu’une telle décision permettait de créer « un précédent utile pour promouvoir la récupération, au bénéfice de l’Italie, de pièces dérobées par d’autres États »9. En même temps, Berlusconi s’engagea à verser à la Libye 5 milliards de dollars (4 milliards d’euros), étalés sur 25 ans, en dédommagement pour la période coloniale entre 1911 et 1943 (fig. 2).

Fig. 2 : La Vénus de Cyrène, au musée des Thermes à Rome (photo M. Dondin-Payre) et la signature de l’accord entre Mouammar Kadhafi, pour la Lybie, et Silvio Berlusconi, Président du Conseil italien, le 30 août 2008, à Benghazi (Photo Reuters).

Fig. 2 : La Vénus de Cyrène, au musée des Thermes à Rome (photo M. Dondin-Payre) et la signature de l’accord entre Mouammar Kadhafi, pour la Lybie, et Silvio Berlusconi, Président du Conseil italien, le 30 août 2008, à Benghazi (Photo Reuters).

8Cette superposition d’un empire européen à l’empire romain, argumentée par l’archéologie, est une figure classique de l’histoire contemporaine.

  • 10 G. Boissier, L’Afrique romaine. Promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie, Paris, 1895 (ré (...)

9Elle se trouvait déjà, en termes similaires, presque un siècle auparavant, dans la superposition entre empire romain et empire français en Afrique du nord. Après le débarquement français de 1830 à Alger, qui marque le début de la conquête du pays, les intellectuels proclamaient : « Nous reprenons possession d’un ancien domaine, et les vieux monuments, devant lesquels l’Arabe ne passe pas sans un sentiment de respect et de frayeur, sont précisément nos titres de propriété »10.

10Tous les États européens ne se trouvaient cependant pas dans la même situation : si les Italiens peuvent figurer la réincarnation immédiate des Romains, il n’en va pas de même pour les Français. Ils ne sont que les élèves de Rome, les meilleurs élèves puisque les Gaulois barbares ont compris l’intérêt de la civilisation romaine et l’ont absorbée, et, de barbares, sont devenus civilisés et civilisateurs. Assurer la cohérence entre Celtes et Romains se révéla donc une tâche ardue.

  • 11 Comte Anne de Caylus, Recueil des Antiquités, 1761, cité dans F. Beck et H. Chew, Quand les Gaulois (...)

11La Gaule fait partie de l’empire romain, mais, à la différence de l’Italie, au titre de province soumise ; certains vestiges y sont spectaculaires, bien qu’en majorité ils ne soient ni bien connus ni mis en valeur au début du xixe s., quand la France débarque en Afrique du nord ; ce n’est qu’à partir de la fin du xviiie s. qu’on avait commencé à prêter attention aux monuments antiques de Gaule en tant que témoignages de l’empire de Rome : « Les recherches sur les monuments de Gaule intéressent d’autres hommes que ses propres habitants : ces recherches sont intimement liées à l’Histoire des Romains et joueront un grand rôle dans le tableau du monde »11. En attendant, insérés dans les remparts, reconvertis en habitations, théâtres et amphithéâtres sont méconnaissables (fig. 3).

Fig. 3 : Arles, l’amphithéâtre et le théâtre au xviie s.

Fig. 3 : Arles, l’amphithéâtre et le théâtre au xviie s.
  • 12 Depuis 2003 une statue de Varus vaincu, en bronze, réalisée par Wilfried Koch, est exposée sur une (...)

12Cependant, en 1830, dans le contexte des rivalités européennes, on ne se veut pas français, on se veut gallo-romain, et on se démarque des Germains, ces mauvais sujets qui ont infligé à Rome la cuisante défaite de Varus12.

13Or, une observation vient immédiatement perturber cette association entre Europe et antiquité, provoquant un terrible choc. Le 23 septembre 1831, le capitaine d’état-major Rozet, appartenant à la section topographique de l’Armée d’Afrique, chargé de dresser la carte côtière entre Alger et Oran, écrit à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres :

  • 13 AIBL, archives, 1833, publié dans M. Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique d’Algér (...)

« Je viens vous prier de communiquer, de ma part, à l’académie un fait qui me paraît assez curieux pour attirer son attention, c’est la découverte de tombeaux druides dans les environs d’Alger [promontoire de Ras-Acrata, à l’ouest du Cap Caxine, à 15 km d’Alger environ]. Ces monuments sont tout à fait semblables à ceux que j’ai vus dans plusieurs parties de la France et particulièrement dans le département de l’Aveyron. […] Ces restes de l’antiquité n’ont aucun rapport avec les constructions Romaines dont nous avons de fort beaux morceaux au Cap Matifou, dans l’ancienne Rustorium [en fait Rusguniae] : là tout porte le cachet de la grandeur des Romains ; [… et] annonce le passage des maîtres du monde. Les Maures ni les Arabes n’ont jamais rien fait de semblable aux ruines du Petit Port : elles sont d’origine gauloise peut être ? »13.

Fig. 4 : Tombeaux druides

Fig. 4 : Tombeaux druides

Dessin cap. Rozet.

  • 14 S. Reinach, Recherche des antiquités dans le nord de l’Afrique, Paris, 1929, p. 39. Le mot cromlech (...)
  • 15 A. Berbrugger, « Monuments dits gaulois ou celtiques », RevAfr, 1, 1856, p. 157-159 [première rubri (...)
  • 16 O. Mc Carthy, « Antiquités du cercle de Ténès », RevAfr, 2, 1857, p. 4-9.
  • 17 M. Oppetit, « Simple hypothèse sur les Tombeaux dits Celtiques », Rec. Const., 14, 1870, p. 309-348

14Que faire de ces marques d’une culture dont personne n’avait imaginé qu’elle puisse être représentée en Afrique ? La surprise fut immense devant la constatation que les monuments mégalithiques étaient nombreux et si semblables à ceux, de Bretagne notamment, dans lesquels s’incarnait le passé celtique français ; les observateurs se trouvèrent entraînés sur des chemins qui, tous, mettaient en relation ces pierres avec la civilisation celtique, les druides, les Gaulois. On assimila terme à terme, au sens propre, le passé celtique français et le passé qu’on reconstruisait pour l’Algérie, en appliquant au second le vocabulaire employé pour le premier : on utilise les « mots bas-bretons (dolmens ou cromlechs) [...] qui ne remontent pas à une haute antiquité »14. En Afrique ces dolmens étaient très particuliers car, fréquentés et aménagés sur une longue période, ils étaient composites et des éléments romains y étaient fréquemment incorporés, si bien que furent forgées des explications assimilant les empires romain et contemporain. Comme les Français au xixe s., des contingents gaulois auraient, au sein de l’armée romaine, participé à la conquête de l’Afrique : « La présence de ces monuments en Afrique soulève une question historique du plus haut intérêt. Sont-ils l’œuvre d’un peuple ayant habité ce pays à une époque très ancienne ou ont-ils été élevés par les cohortes bretonnes qui, sous les Romains, y ont tenu garnison ? » ; « existait-il là une population ou une légion gauloise établie de manière permanente ? »15. On aurait pu arguer d’une communauté de civilisations, mettre sur un pied d’égalité les indigènes africains et les indigènes gaulois auxquels on attribuait la paternité de ces monuments, pour reconstituer une communauté d’empire ; on aurait pu imaginer des empires parallèles antérieurs à la période romaine. La réaction fut différente parce que les mégalithes commençaient à faire partie de l’identité française, du substrat celtique. Les Français, en soulignant cette parenté entre les mégalithes de la métropole et ceux de la colonie, pouvaient compenser et relativiser, à défaut de pouvoir l’effacer, la différence de destins entre la Gaule, qui avait gardé une langue romane et le christianisme, et l’Afrique, qui leur avait substitué l’arabe et la religion musulmane. C’est pourquoi cette hypothèse d’une migration ayant conduit des Celtes à s’implanter en Afrique, émise très tôt, perdura, en dépit des dénégations de savants plus avisés, jusqu’à la 2e Guerre mondiale. « Signalons les rapports qu’il y a entre certains tombeaux de la Gaule et ces tumulus nombreux répandus dans toute la vallée de Sebdou [à l’ouest près de Tlemcen et de la frontière marocaine], dans toutes les contrées voisines, et auxquels les Arabes donnent le nom de tombes des djohels, des idolâtres »16 ; « nous croyons à l’irruption des Celtes en Afrique et nous croyons aussi qu’elle a été nombreuse et complète, c’est-à-dire que les guerriers de la nation ont amené avec eux leurs femmes et leurs enfants. […] Si l’on veut bien nous concéder ce fait, nous ne voyons plus rien qui s’oppose à ce qu’on rapporte la construction des tombeaux en question à ces anciens occupants du sol »17. Ces analyses du début du xixe s. ne se démarquent pas de la suivante, des années 1930 :

  • 18 M. Wiessen-Szumlanska, Rec. Const., 62, 1934, p. 225-251. Voir, par contraste, la position de Stéph (...)

« Cette ordonnance des lieux, magistrale, et qui ne manque pas de solennité, nous a fait penser à ces neimheidhs, ou enceintes sacrées, dans lesquelles se recueillaient ou se rassemblaient les druides, et qui souvent étaient situées aux environs des dolmens, quand elles ne l’étaient pas dans les forêts saintes (non loin des chênes porteurs de gui). [...] En Algérie, nous avons souvent repéré de ces murs colossaux restés sans explication dans les descriptions antérieures des archéologues, sans doute parce qu’on n’a jamais voulu y voir autre chose que du Berbère. […] Cela est inadmissible. […] On ne peut plus, avec Gsell, prétendre qu’il s’agit là de monuments purement berbères. On ne saurait davantage s’opposer à notre déduction d’une origine commune occidentale de tous les dolmens. […] Une possession préhistorique gaëlique exista sur ce sol de l’Atlas. »18.

15Cet attachement à une doctrine dont l’absurdité fut dénoncée par beaucoup, dont Stéphane Gsell, justifie l’insertion de l’Afrique du nord dans l’empire français : la présence des Français, descendants des Gaulois qui ont séjourné sur cette terre qu’ils ont contribué à introduire dans l’orbite de l’Europe, est doublement légitime. La conquête arabe, puis la domination ottomane avaient marqué une rupture, en détournant l’Afrique de l’Europe pour la rattacher à l’orient ; les Gaulois furent mis à contribution pour combler cette rupture, et cette revendication fut argumentée par une constatation ethnologique, la présence d’une « race blonde ».

16En effet, après n’avoir vu partout que des arabes, les Français se montrèrent surpris de la variété du peuplement ; décrivant un jour de marché à Souk-Ahras un observateur remarque :

  • 19 G. Boissier, Afrique romaine, p. 5 ; citation de R. Du Coudray de La Blanchère prise dans Voyage d’ (...)

« Il y avait là des gens de toutes les tailles, de toutes les formes, de toutes les couleurs. [...] Ce qui m’étonnait surtout, pendant que je regardais cette foule, c’était d’y rencontrer, sous la chechia, tant de bonnes figures que je croyais reconnaître. J’y remarquais à tous les pas de petits hommes trapus, aux yeux bleus, aux cheveux blonds ou rouges, à la face large, à la bouche rieuse, qui ressemblaient tout à fait aux habitants de nos villages. Prenez une djemâa kabyle, […] ôtez les burnous, revêtez tout ce monde de blouses bleues et d’habit de drap, et vous aurez un conseil municipal, où siègent des paysans français. […] Il se peut que, primitivement, à des époques antérieures à l’histoire, l’Afrique ait été occupée par des hordes venues du nord et du midi ; que, comme on l’a prétendu, les gens au type blond appartiennent aux races aryennes et soient arrivés de l’Occident par le détroit de Gadès pendant que les bruns venaient de l’Égypte »19.

17Les Gaulois, forcément blonds, ont donc migré vers le sud :

  • 20 L. Faidherbe, sans titre [lettre de Bône, à propos de « nouvelles épitaphes numidiques »], RevAfr, (...)

« Ce fait, de l’établissement d’une race blonde du nord de la Gaule et des bords de la Baltique dans tout le Nord de l’Afrique, fait d’abord ignoré, puis timidement supposé pour expliquer l’origine des blonds qu’on trouve aujourd’hui dans cette contrée [...] devient capital dans la question ethnographique de la Berbérie. [...] [La langue berbère] devait être celle des indigènes envahis par les blonds du Nord, et non la langue de ceux-ci. La langue de ces blonds se serait perdue tandis qu’au contraire des traces fréquentes de leur sang se retrouvent encore aujourd’hui dans les populations barbaresques »20.

18La présence de blonds est mentionnée de telle façon qu’un lecteur ignorant tout de la population française ne pourrait qu’être persuadé que la présence d’individus blonds en est la caractéristique essentielle. Cette dichotomie blonds/bruns est un des arguments qui permirent aux Français d’opposer kabyles et berbères des montagnes au teint clair, considérés comme civilisés et organisés, aux arabes des plaines, jugés brouillons et incultes.

19Pour faire une incursion rapide dans l’historiographie contemporaine, précisons que cette confiscation du passé préhistorique dans l’optique impériale n’est pas limitée à cette époque et à ces interlocuteurs ; les mégalithes, depuis quelque temps objet de programmes d’études, en Tunisie notamment, sont encore sollicités pour établir une continuité entre les populations en place et les populations pré-romaines, et l’expansion de ces dernières :

« Les monuments funéraires de l’époque numide montrent une assez grande diversité. Toutefois, les modèles les plus spectaculaires semblent être les tombeaux mégalithiques qui présentent des variations notables d’une nécropole à l’autre et d’une région à l’autre. La datation de ces tombes n’a jamais été établie de manière précise. Elles doivent être considérées parmi les vestiges archéologiques libyques les plus anciens connus à ce jour » ;

  • 21 http://www.medinaproject.net/tunisia.

20la doctrine coloniale a été retournée pour aboutir à l’affirmation impérialiste selon laquelle « le franchissement du Détroit de Gibraltar par les anciens Maghrébins était inconcevable du point de vue des auteurs coloniaux »21.

21La superposition des empires européens et romain a plusieurs conséquences.

  • 22 Georg Wilmanns (1845-1878) voyagea en Afrique du nord pour relever les inscriptions, de 1871 jusqu’ (...)

22Nous n’évoquerons que rapidement celle de l’exportation des rivalités intellectuelles européennes. Cette concurrence s’est surtout exprimée dans le cadre des relations entre les Français et les Prussiens, beaucoup plus présents sur le terrain de l’érudition antique que la France. L’empire d’Afrique du nord représenta, dans cette compétition, un atout considérable en faveur de la France qui remporta une victoire partielle à travers l’épigraphie. Berlin avait réussi, grâce à une efficacité rigoureuse, à réaliser le projet d’un recueil général des inscriptions latines, projet que la France avait élaboré depuis longtemps mais n’avait pas mis en œuvre ; elle en était à discuter des caractères qui devaient être fondus par l’Imprimerie royale quand les premiers volumes parurent en Prusse. Le travail de récolte et de publication était entièrement assuré par les Allemands, pour tout l’empire romain ; mais, après que les deux premiers volumes du Corpus Inscriptionum Latinarum VIII eurent été édités par deux épigraphistes allemands, G. Wilmanns et T. Mommsen, les Allemands, fait unique, confièrent la rédaction des suppléments africains à des étrangers, notamment à René Cagnat22.

  • 23 Ces termes sont ceux de l’« avocat » Godard-Faultrier (peut-être l’archéologue Victor Godard-Faultr (...)

23Le renvoi permanent à l’empire romain, depuis le xixe s., n’était pas qu’une référence intellectuelle gratuite, l’attachement à une grandeur passée ; il fut instrumentalisé, en premier lieu pour justifier la constitution de ces empires contemporains. En France l’annexion de l’Algérie, au prix d’une guerre coûteuse, pour un profit incertain, fut longtemps contestée. L’argument de la constitution d’un empire superposé à celui de Rome fut mis à contribution en politique intérieure pour justifier une conquête totale dont beaucoup niaient l’intérêt : il convenait que les Français ne se montrent pas inférieurs aux Romains, mais aussi qu’ils assument leur devoir ; héritiers des Romains, ils devaient réintroduire en Afrique du nord la civilisation, c’est-à-dire la civilisation européenne classique et le christianisme incarné par saint Augustin que les invasions arabes avaient recouverte de la barbarie et de l’islam. « Transportons-nous par la pensée dans les trois premiers siècles de notre ère, soyons Romains un instant ; nos phalanges armées s’avancent sur une terre étrangère, elles se battent, elles triomphent, elles sont maîtresses du sol ; que vont-elles faire ? »23. Comme les Romains l’avaient fait, les Européens se devaient d’imposer sur les mêmes territoires une autorité dont les effets civilisateurs étaient flagrants. Le Général Rodolfo Graziani, vice-gouverneur de Libye, gouverneur militaire de Cyrénaïque en 1930, en exprimait avec férocité le principe :

  • 24 R. Graziani, Verso il Fezzan, Bengasi, 1934.

« Les soldats italiens étaient convaincus qu’ils étaient la nation dominatrice investie d’une mission noble et civilisatrice. Les Italiens se devaient de remplir ce devoir humain, quel qu’en fût le prix. Il faut donc soumettre le peuple libyen de son plein gré au colonialisme italien ainsi qu’aux coutumes et aux lois de l’Italie. Si les Libyens ne se convainquent pas du bien-fondé de ce qui leur est proposé, alors les Italiens devront mener une lutte continuelle contre eux et pourront détruire tout le peuple libyen pour parvenir à la paix, la paix des cimetières »24.

24Par conséquent, la superposition des empires antique et contemporains a les implications les plus marquées dans les modalités et les buts de la recherche archéologique, qui doit donner les recettes de la réussite d’un empire.

Les conséquences de la superposition des empires antique et contemporains : acteurs et propriété

  • 25 Ainsi le colonel d’aviation Jean Baradez ou l’amiral Erwin Marec.
  • 26 J.-G. de Caussade, Notice sur les traces de l’occupation romaine dans la province d’Alger, Orléans, (...)
  • 27 R. Cagnat, « Recherches et découvertes archéologiques dans l’Afrique du nord en 1890-1891 », BCTH, (...)
  • 28 L. Renier, Inscriptions romaines de lʼAlgérie, Paris, 1855-1858 (intr.). Léon Renier (1809-1885), a (...)

25Plus que quiconque, dans les débuts et encore jusqu’à l’indépendance25, l’armée a été en première ligne, prête à révéler et à célébrer les accomplissements de Rome auxquels elle ne cessait de se confronter : « L’étude (des vestiges romains) appartient aux officiers de l’armée qui parcourent en tous sens la colonie algérienne »26. L’armée joue un rôle de premier plan dans la construction de la connaissance de l’empire antique : « Les officiers de l’armée d’occupation, savants indigènes, épigraphistes d’outre-mer, chargés de mission en Afrique, tous ont contribué avec le même zèle et le même succès à recueillir ce gros trésor d’inscriptions »27 ; « sans l’armée je n’aurais rien pu faire ; c’est à nos officiers d’Afrique que je dois la meilleure part de mon butin »28.

  • 29 J. Toutain, Les cités romaines de la Tunisie. Essai sur l’histoire de la colonisation romaine dans (...)
  • 30 Note du ministre de la Guerre [Nicolas Jean-de-Dieu Soult], 1 janvier 1847, C.A.O.M. F80 1595.

26Au-delà de la constatation émerveillée de l’existence de ruines romaines spectaculaires, l’affirmation de la présence romaine, de son ampleur, des modalités de sa mise en œuvre validait les méthodes employées par les Français, héritiers des Romains, pour imposer, comme les Romains l’avaient fait, une autorité dont les effets civilisateurs étaient si flagrants : « Mieux nous connaîtrons l’œuvre accomplie par les Romains dans leurs provinces africaines, mieux nous pourrons diriger nos efforts et plus vite en assurer le succès »29 ; « l’archéologie de l’Algérie sera sans contredit l’un des travaux les plus intéressants, même au point de vue politique, de l’ouvrage de la Commission scientifique. Elle nous montrera les traces du passage des Romains en Afrique, les points qu’ils ont occupés, les travaux qu’ils y ont faits, et sera pour nous un enseignement utile »30. C’est pourquoi tant d’officiers ont contribué à la découverte, à l’enregistrement et à la diffusion de la connaissance des vestiges. Parce que l’armée fut la première institution structurée sur place, elle seule pouvait observer, identifier, faire connaître. Mais ce n’était pas sa mission première et le hasard du contexte n’aurait pas suffi à motiver les militaires, d’autant que les plus actifs d’entre eux officièrent individuellement, le ministère de la Guerre, sans être indifférent à cette mission, ne désirant pas qu’elle absorbe du temps et de l’argent. En porte trace une polémique entre les ministres de l’Intérieur et de la Guerre ; le premier :

« J’ajouterai [au fait qu’il n’y a pas de service officiel pour l’archéologie] qu’il est également à regretter que MM. les officiers du Génie, si recommandables à tous égards ne s’efforcent pas de concilier autant qu’il est en [leur pouvoir] les besoins du service auquel ils sont attachés avec le respect des monuments si précieux que renferme l’Algérie, quand il leur serait facile de modifier légèrement des plans arrêtés plutôt que de détruire, pour les exécuter [avec] rigueur, les vestiges si intéressants de la domination romaine en Algérie » ;

27réponse du ministre de la Guerre :

  • 31 C.A.O.M. F80 1587, 3 et 20 mars 1852.

« En ce qui touche particulièrement les travaux du Génie militaire, je dois vous faire remarquer, Monsieur et cher collègue, que le rapport […] constate que tous les monuments dignes d’être conservés ont été religieusement épargnés ; que ceux dont on s’est servi comme carrières n’ont été détruits que parce qu’il y avait nécessité réelle et que les archéologues envoyés par le Département de l’instruction publique ont reconnu qu’ils ne présentaient aucun intérêt. [...] J’ajouterai que c’est à notre armée et particulièrement au zèle intellectuel de ses officiers que l’on doit la découverte, la conservation et même la restauration d’une foule de monuments romains en Algérie et de ceux qui forment aujourd’hui le Musée algérien du Louvre »31.

  • 32 W. Serman, Les origines des officiers français, 1848-1878, Paris, 1979.

28L’ennui et l’isolement qui auraient poussé les membres du corps expéditionnaire à manifester une curiosité que le nombre des ruines rendait inévitable, l’imprégnation par l’éducation classique constituent, certes, des explications à cette remarquable activité. S’il ne faut pas négliger ces motivations, toujours mises en avant, il convient de les nuancer : au milieu du xixe s., les origines sociales des officiers français étaient très hétérogènes, et plus de la moitié d’entre eux, dans l’infanterie notamment, étaient d’extraction modeste, souvent même de familles illettrées32. Un esprit ouvert, un minimum de culture, le poids plus ou moins lourd des contraintes matérielles, le hasard des affectations ont fait que certains militaires ont ressenti un sentiment de parenté avec les Romains qu’ils considéraient comme leurs lointains prédécesseurs et ont été désireux, et capables, de l’approfondir. Certaines armes sont au premier rang, comme le Génie, systématiquement cantonné dans le mauvais rôle à cause de sa mission de création des infrastructures, qui le conduit à opérer des destructions, à réutiliser les matériaux et les bâtiments. Il n’était animé ni d’un sentiment de mépris ni d’un désir de vengeance ; au-delà d’une facilité concrète, il n’avait aucun intérêt intellectuel à détruire les antiquités, mais il était assailli par les contraintes matérielles, et il ne mit pas à profit son contact étroit avec le terrain :

  • 33 Adrien Berbrugger (1801-1869), archiviste, réunit les premiers manuscrits qui formèrent le noyau de (...)

« Il suffirait de charger spécialement le Génie de recueillir et de conserver les antiquités dans chaque endroit. C’est le service qui possède, en personnel et en matériel, les plus puissants moyens d’action pour atteindre le but qu’on se propose. C’est lui qui fait exécuter sur chaque point les premiers et les plus importants travaux et qui a, par conséquent, les plus fréquentes occasions de faire des découvertes. Il a une influence naturelle sur les entrepreneurs qu’il emploie souvent et qui, après lui, sont le plus à même de faire des trouvailles archéologiques intéressantes »33.

29Les occasions manquées de préservation des vestiges antiques furent innombrables, bien que l’armée fût plus prête que quiconque à révéler et à célébrer les accomplissements de Rome qui justifiaient son rôle dans la constitution de l’empire :

  • 34 G. Boissier, « Discours prononcé à la séance générale des sociétés savantes, 27 mai 1891 », BCTH, 1 (...)

« Il y a entre nous et les anciens maîtres de ce pays une solidarité à laquelle nous ne pouvons pas, nous ne devons pas nous soustraire. Les indigènes nous regardent comme les descendants et les héritiers de ceux qui les ont si longtemps gouvernés et dont ils gardent confusément un grand souvenir. Acceptons l’héritage ; nous y trouverons notre profit »34.

30Ce profit est la connaissance du patrimoine de l’empire et la justification de la reconstitution de celui-ci.

  • 35 Paul Gauckler (1866-1911), directeur des antiquités en Tunisie, cité par P. Trousset, « Voyageurs e (...)
  • 36 Antoine Carette (1808-1890), officier du Génie, auteur notamment de Recherches sur lʼorigine et les (...)

31L’intérêt pour les antiquités romaines ne naît pas d’une curiosité extérieure ; on ne privilégie pas l’insolite ou le différent, mais ce qu’on partage : le patrimoine de l’empire. « L’archéologie n’est pas une science de luxe, n’ayant pour but que de satisfaire une vaine curiosité d’érudit, elle présente [...] un intérêt vivant et actuel de premier ordre, [...] la reconnaissance précise et raisonnée des antiquités [...] est la seule base solide où puisse s’appuyer toute entreprise intéressant l’avenir politique et économique »35. La situation évoluera avec la découverte des époques antérieures et postérieures à l’antiquité classique, mais l’empire africain est, à ses débuts, fondé sur l’identification d’un patrimoine semblable et non sur la découverte d’un patrimoine différent. L’officier Carette, fin observateur des populations indigènes, sincèrement intéressé par leurs modes de vie et leurs structures sociales, devenu un ethnologue brillant, décrivait les groupements de l’Aurès comme des « cantons » français36. Le goût pour l’exotisme, qui donnera naissance dans l’art à l’école orientaliste, ne se manifeste que peu à peu, le contact avec les civilisations arabe, turque ne sera que plus tard source d’inspiration. La première réaction devant le différent est, de la part des historiens et des archéologues, un recul. On oppose les gourbis arabes en matériaux légers, terre, bois aux cités romaines intactes, en pierre comme les cités européennes. On oppose les maigres cultures à la prospérité romaine, qui avait disséminé partout des fermes, qui avait mis en valeur des montagnes et des steppes arides, au point que l’Afrique pouvait nourrir l’Italie. C’est à cet empire-là qu’on se réfère, à celui dont la civilisation peut rivaliser avec celle de l’Europe, non à des pays autres, sans villes, sans routes, peuplés de tribus mouvantes, d’individus en guenilles, où le commerce est aux mains des juifs, plus rassurants car proches et laborieux, et où des paysans indifférents errent dans des ruines majestueuses (fig. 5).

Fig. 5 : Le théâtre de Djemila (Delamare).

Fig. 5 : Le théâtre de Djemila (Delamare).
  • 37 I. Durand, La conservation des monuments antiques : Arles, Nîmes, Orange et Vienne au xixe siècle, (...)

32D’ordinaire, le patrimoine appartient au pays où il se trouve, où on le découvre et qui, dans le meilleur des cas, le conserve. En Afrique du nord, les populations en place n’ont pas le sentiment de le posséder, puisque personne ne s’y est intéressé avant l’arrivée des Européens ; partout, ce sont eux qui ont déclenché la découverte de l’antiquité. D’où une appropriation collective et idéologique des vestiges par des pays autres que ceux où ils sont implantés. Cette situation est tout à fait différente de la curiosité pour les objets d’Afrique noire, par exemple, qui sont ressentis comme allogènes. Il s’agit d’une captation intellectuelle et affective du patrimoine de nations, au nom d’une communauté de civilisations, alors que les populations des pays intégrés à l’empire, indifférentes à la culture classique, n’ont pas le droit d’y accéder. La France en Algérie, en Tunisie et au Maroc, l’Italie en Libye, se sont approprié le patrimoine antique, au titre de détentrices des droits sur l’empire. Elles reprennent à leur compte le devoir de conserver « les vestiges qui attestent la grandeur des peuples de l’Antiquité […] qui font partie du patrimoine national et du trésor intellectuel »37. Les ruines antiques, fruit du travail, de l’efficacité, de l’organisation n’ont aucun rapport avec le peuple arabe, étranger à ce patrimoine déjà en place à son arrivée. En revanche, les Européens qui méritent et comprennent ce patrimoine antique en sont les possesseurs légitimes :

  • 38 A. Berbrugger, « LʼAfrique septentrionale après le partage du monde romain en empire dʼorient et em (...)

« Rome était sortie à peu près victorieuse de cette lutte du bon génie des peuples contre le mauvais ; nous entrons dans la lice à notre tour, mais avec la puissance que donnent aux peuples modernes les progrès immenses en tous genres réalisés par les derniers siècles. Dans la voie où la France se trouve engagée, la connaissance de l’organisation romaine en Afrique septentrionale cesse d’être une curiosité archéologique à l’usage exclusif des savants : c’est un utile enseignement rétrospectif où le passé peut fournir des indications pratiques au présent »38.

  • 39 Mission Pond, voir rapport au ministre de E. Albertini, RevAfr, 71, 1930, p. 180-183.

33Cette appropriation intellectuelle fut si forte que, lorsque, au début du xxe s., les Américains obtinrent le droit de fouiller en Algérie, ils furent cantonnés au domaine préhistorique, et que leurs fouilles à Canrobert, en 1930, suscitèrent un grand émoi à l’idée que des vestiges pouvaient quitter le pays39 ; Stéphane Gsell, inspecteur général des antiquités d’Algérie, dut donner des assurances sur ces questions.

  • 40 D. Poulot, « Le sens du patrimoine hier et aujourd’hui », Annales ESC, nov. -déc. 1993, p. 1613.
  • 41 Louis Miège (1816-1895), Arles Fonds spéciaux, ms. 243, cité dans I. Durand, Conservation, p. 7.

34Cette situation a donné naissance à la dichotomie actuelle entre patrimoine antique et identité nationale dans l’Afrique du nord contemporaine ; aujourd’hui, « l’existence du passé matériel ne conduit plus automatiquement à la revendiquer pour son héritage ni a fortiori à s’y reconnaître »40. Ce legs de la période coloniale est aujourd’hui en porte-à-faux entre les protagonistes : on ne sait plus à qui il revient de s’approprier et d’entretenir le patrimoine antérieur à la période arabo-musulmane. Le Maghreb, sauf exceptions individuelles, ne considère pas que « les monuments sont pour le pays ce que sont les ossements des aïeux pour les individus ; [que] c’est un pieux devoir pour toute contrée d’honorer les ruines et de préserver des dégradations les moindres édifices, auxquels se rattachent des souvenirs historiques ou qui ont été consacrés par la vénération des siècles »41. Il ressent les marques romaines comme celles de la mainmise d’une puissance impérialiste, à rejeter au même titre que celles des Européens colonialistes.

Empire et domination : appropriation intellectuelle, appropriation matérielle

  • 42 À certaines périodes et pour certaines régions (le Maroc notamment) les Cahiers du Service géograph (...)
  • 43 « Dispositions à prendre pour la conservation des monuments anciens et restes d’antiquité en Algéri (...)
  • 44 Prévues au 1/50 000e ces cartes ne sortiront, pour différentes raisons, qu’au 1/80 000e et la couve (...)
  • 45 Rédigées par R. Cagnat, S. Reinach et H. Saladin, publiées en 1890 sous la direction du Comité des (...)

35La maîtrise de l’empire implique la maîtrise de son espace, qui passe d’abord par la connaissance de ce dernier : il faut pouvoir représenter et se représenter l’empire pour le dominer. Une des priorités fut donc l’établissement de cartes. Avant le débarquement de 1830, on ignorait presque tout de la géographie de l’Afrique, dont on tenta d’établir les rudiments à l’aide de textes anciens, de récits des géographes arabes et d’informations des marchands qui ne s’aventuraient guère hors des ports. L’armée débarqua donc dotée de cartes lacunaires et approximatives. Depuis 1691, toutefois, la France disposait d’un service d’ingénieurs géographes militaires dont le dépôt de la Guerre fut chargé, jusqu’en 1870, de conserver les productions. Par conséquent, tout naturellement, à tous les échelons, notamment dans les bureaux topographiques, les informations furent systématiquement collectées sur place ; beaucoup des journaux de marche des régiments avaient coutume d’inclure dans leurs observations la présence de ruines42, et une circulaire du maréchal Bugeaud du 23 mars 1844 préconisait : « Je recommande aux officiers des bureaux topographiques de noter avec soin, sur les cartes et plans de leur subdivision, la direction des voies romaines, l’emplacement des ruines, des bornes milliaires et de tous les monuments que l’on pourra découvrir, dans un prochain avenir, d’asseoir d’une manière définitive les bases d’une géographie complète de l’Afrique romaine »43. Les brigades topographiques, qui quadrillaient le territoire, se virent confier, sur le modèle du projet d’établissement de la carte générale de la France, la confection des feuilles connues comme « cartes d’État-Major » qui, partout, servirent et servent encore de support à l’établissement des atlas archéologiques44. De cette entreprise, dont la modernité semble peu s’accorder avec l’antiquité, celle-ci fut donc bénéficiaire, et c’est au Service Géographique des Armées nouvellement créé qu’incomba l’édition des Instructions pour les recherches des antiquités dans le Nord de l’Afrique. Conseils aux archéologues et aux voyageurs45.

  • 46 Salluste, Jug., 92, CUF, tr. A. Ernout, Paris, 1949, 13e éd. rev. 1989.

36Connaître l’empire permet de le façonner selon ses critères propres, d’en maîtriser l’image, processus illustré par le cas de la « table de Jugurtha ». Salluste raconte comment, en 106, Jugurtha se serait réfugié avec ses biens et sa famille dans un lieu escarpé en lisière de son royaume : « Non loin du fleuve Muluccha, frontière des royaumes de Bocchus et de Jugurtha, se dressait, au milieu d’une plaine, un rocher d’une prodigieuse hauteur, assez large au sommet pour supporter un petit château fort. Un étroit sentier y donnait accès car toute la montagne était naturellement taillée à pic comme de main d’homme »46. Il poursuit en exposant comment Marius, après de nombreuses tentatives vaines, réussit, grâce à l’aide d’un soldat, à accéder au refuge par un chemin escarpé. Le site était traditionnellement identifié comme proche de Cirta, Constantine, en Algérie, mais aucun fleuve de la région ne pouvant correspondre avec le fleuve Muluccha, celui-ci était assimilé à l’oued Moulouya, une rivière côtière marocaine. Donc, le royaume numide de Jugurtha se serait étendu du Maroc jusqu’à l’ouest de l’Afrique et Bocchus n’en aurait eu que la partie orientale, Marius ayant mené campagne sur toute l’Afrique du nord, parcourant des milliers de kilomètres. Stéphane Gsell, Jérôme Carcopino (mise à part une rétractation orale à la fin de sa vie, invoquée plus tard), tout en reconnaissant la difficulté de ce dernier paramètre, avaient accepté cette identification. Or, à l’est de la Tunisie, à proximité de la ville antique de Cirta Nova Sicca, Le Kef, un plateau, aujourd’hui connu comme Kalaat Senam, se dresse abruptement au milieu de la plaine ; exploré depuis longtemps par les officiers des brigades topographiques, il est, depuis les travaux de l’archéologue André Berthier au milieu du xxe s., reconnu comme présentant les caractéristiques décrites par Salluste.

Fig. 6 : Vue de la « Table de Jugurtha ».

Fig. 6 : Vue de la « Table de Jugurtha ».
  • 47 Ainsi http://www.jugurtha.com ; http://lunis1.free.fr/spip.php?article21 ; une reconstitution de la (...)
  • 48 M. M’Charek, Kallaat Sename/Bulla Mensa, une forteresse-refuge de l’Antiquité aux temps modernes, P (...)

37Le refuge serait bien la « table de Jugurtha », et le fleuve Muluccha le Melleg. Il ne s’agirait que d’un problème banal de coïncidence entre textes antiques et topographie, si cette question n’était devenue un enjeu idéologique parce que la frontière entre l’Algérie et la Tunisie est contestée, notamment parce qu’elle ne correspond pas à la limite entre les provinces romaines. Les autorités françaises sont soupçonnées d’avoir entravé la diffusion de la vérité à propos de la table de Jugurtha parce que situer la capitale numide à Cirta-Constantine renforçait l’équivalence Algérie / Numidie antique mieux que Cirta nova Sicca-Le Kef en Tunisie, et parce qu’une campagne de Marius englobant toute l’Afrique du nord, du Maroc à la Tunisie, validait la continuité de leur propre empire. Pourquoi la correction n’a-t-elle pas été faite depuis l’indépendance, il y a presque un demi-siècle ? Parce que la question berbère est un problème politique pour les deux pays, que les berbères algériens, plus nombreux qu’en Tunisie, ne verraient pas d’un bon œil que la capitale et le lieu mythiques de la résistance du roi numide Jugurtha, symbole de l’authenticité indigène, leur soient enlevés pour être transférés en Tunisie. Les sites internet tunisiens qui abordent la question définissent l’enjeu ainsi : « Qui est dépositaire de la vraie civilisation pré-romaine ? Qui sont les authentiques descendants des Numides ? »47. Des recherches archéologiques sont désormais effectuées (notamment sous la direction de M. M’Charek48), qui mettent en valeur l’insertion de la zone dans la centuriation romaine de la Tunisie et la densité des bornes de délimitation des tribus alentour.

  • 49 Aujourd’hui, la plupart des fragments se trouvent dans des sous-sols du musée d’Alger. Sur le docum (...)

38Les pays qui étendent leur empire vingt siècles après Rome ont le droit de s’approprier physiquement les traces laissées par les Romains puisqu’ils en sont les héritiers : de même que, entre autres objets, la Vénus de Cyrène fut transportée à Rome, le musée romain du Louvre fut longtemps tout entier alimenté par les pièces apportées d’Algérie sur instruction du ministère de la Guerre par le capitaine Delamare ; emportées à Paris, les pierres portant le texte du discours d’Hadrien prononcé devant la IIIe légion Auguste, à Lambèse, furent remportées à Alger en 1950, à la demande de Louis Leschi, alors chargé des antiquités49.

39Très tôt, des voix s’élevèrent pour souligner combien le déracinement ôtait leur signification aux objets :

  • 50 Lettre du Gouverneur Général au ministre de la Guerre, 20 mai 1854, CAOM F80 1587.

« Par suite de l’impulsion donnée dans ces derniers temps aux recherches archéologiques, des découvertes intéressantes à tous égards viennent enrichir le domaine de la science. […] Mais ces objets [ceux qui sont conservés] servent surtout à montrer combien il est à regretter que des fouilles régulières n’aient pas été entreprises par le Gouvernement sur les points où les Romains avaient fondé leurs principaux établissements car votre Excellence [le ministre de la Guerre] n’ignore pas que si quelques collections existent c’est grâce à la libéralité d’amateurs qu’on le doit. Pour quelques objets offerts ou restitués que d’autres ont été et sont journellement perdus pour la science ! [...] Il importe, Monsieur le Maréchal, de mettre un terme à cet état de choses. L’administration est moralement responsable des richesses de cette nature qui viennent à se perdre, à défaut de moyens matériels suffisants mis à la disposition de ses agents pour prévenir les dégradations, les détournements et les pertes »50.

40En dépit de sa tendance à s’approprier les objets pour enrichir le musée d’Alger, le conservateur Adrien Berbrugger fut au centre du mouvement qui donna l’alarme et qui conduisit à des injonctions, rarement suivies d’effet, de création de musées. Les inventeurs, les responsables des lieux où les antiquités étaient trouvées s’en estimaient propriétaires et en faisaient librement don à la personne ou à l’institution de leur choix : les Français se ressentaient comme propriétaires des biens de leur empire.

  • 51 M. Dondin-Payre, « L’utilisation symbolique des monuments archéologiques en Algérie : l’arc de trio (...)
  • 52 « Lorsqu’en 1839 le duc d’Orléans [...] manifesta le désir d’avoir à Paris un chapiteau d’ordre cor (...)

41Cette appropriation physique explique le projet de « translation » en France de l’arc de triomphe de Cuicul. Un des fils de Louis Philippe, le duc d’Orléans, parvenant à Cuicul en 1839, eut l’idée de faire démonter l’arc de Caracalla qui seul émergeait du sol, et de le faire transporter à Paris pour l’exposer à la vue de tous, avec la dédicace : « L’Armée d’Afrique à la France ! »51, la formule « Armée d’Afrique » étant la désignation officielle, démarque volontaire de la formule latine exercitus Africae. Ce n’est pas la mort prématurée du duc qui mit un terme au projet, mais celle de deux mulets qui avaient succombé en cours de route sous le poids d’un seul des chapiteaux, à la fureur du Génie, à court d’animaux de transport52. Ce projet n’est pas une fantaisie capricieuse conçue par les forces de conquête mais la manifestation publique de l’assimilation entre l’empire romain et l’empire colonial : l’arc de Djemila y était à sa place n’importe où.

La notion d’empire : une notion disparue ?

  • 53 Loi promulguée le 23 février 2005, sous le numéro 2005-158.

42Encore aujourd’hui, sans qu’on ose l’exprimer publiquement, la notion d’empire inspire certains points de vue : on ne peut comprendre quelles motivations ont inspiré la loi contestée de 2005 si on fait l’impasse sur ce concept. Article 1er : « La nation exprime sa reconnaissance aux femmes et aux hommes qui ont participé à l’œuvre accomplie par la France dans les anciens départements français d’Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine ainsi que dans les territoires placés antérieurement sous la souveraineté française. […] » Article 4 : « Les programmes de recherche universitaire accordent à l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu’elle mérite. Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord »53. Ces dispositions sont l’écho de propos tenus presque un siècle auparavant par le grand historien René Cagnat :

  • 54 R. Cagnat, Conf. Musée Guimet, 1912.

« Quelques fautes qu’on puisse nous reprocher, notre œuvre est actuellement comparable à celle des Romains, aussi riche en brillants faits d’armes, aussi féconde en résultats et pour la prospérité du pays et pour la cause de la civilisation. À nous de faire en sorte que, dans l’avenir [...] on puisse dire de nous ce qu’un poète a écrit de Rome : “De nations différentes tu as formé une même patrie. C’est pour leur bien que, brisant leur résistance, tu les as soumises à ta domination” »54.

Notes

1 N. D. Fustel de Coulanges, « De la manière dʼécrire lʼhistoire en France et en Allemagne depuis cinquante ans », 1 sept 1872, Revue des Deux Mondes, repris par C. Jullian, Questions historiques, Paris, 1893, p. 15-16.

2 Traité signé à Ouchy (Suisse), qui conclut la guerre entre lʼempire ottoman et lʼItalie (1911-1912), au bénéfice de celle-ci.

3 Lipparini (1877-1951), critique littéraire, professeur de littérature et écrivain, est un représentant du néoclassicisme, courant qui se propose de reproduire le plus fidèlement la réalité, et un défenseur acharné du latin : « En vérité, pour nous, les Italiens, le latin ne doit pas être une langue morte. Cʼest la langue de nos pères Romains, cʼest la langue italienne antique, celle des dominateurs du monde. »

4 Trois villes de Cyrénaïque.

5 Membre d'une dynastie de dessinateurs, F. Matania (1881-1963) fut un illustrateur célèbre, notamment des combats de la 1ère Guerre mondiale, spécialement par des publications régulières dans The Sphere dont la couverture reproduisait très souvent en pleine page ses représentations.

6 Sur le sujet, M. Munzi, L’epica del ritorno. Archeologia e politica nella Tripolitania italiana, Rome, 2001 et M. L. Galaty, Ch. Watkinson, Archaeology under Dictatorship, New York, 2004.

7 Frederico Halbherr, archéologue italien (1857-1930), célèbre notamment par ses fouilles en Crête et son déchiffrement du « code de Gortyne », créa la mission archéologique italienne en Crête, symbole des visées italiennes sur la Méditerranée. Gaetano de Sanctis (1870-1957), professeur d’archéologie à Turin puis à Rome, fut exclu de lʼuniversité parce qu’il avait refusé de jurer fidélité au fascisme, réintégré en 1944 et nommé sénateur à vie. Salvatore Aurigemma (1885-1964), spécialiste dʼépigraphie, sʼillustra par de nombreuses fouilles prestigieuses à Pompéi, Tivoli et en Étrurie méridionale, entre autres ; il fut surintendant des antiquités et arts de Tripolitaine. Francesco Beguinot (1879-1953), orientaliste berbérisant, fit ses débuts en Tripolitaine et en Abyssinie ; il occupa la première chaire italienne de berbère et fut directeur de lʼInstitut oriental de Naples.

8 Association fondée en 1951, à l'origine pour défendre la ville de Rome contre des projets de restructurations du centre historique, Italia nostra se consacre à « la protection du patrimoine historique, artistique, scientifique et naturel de la nation ».

9 Il pensait notamment aux contestations d’alors avec le Getty Museum de Los Angeles, qui accepta, au motif qu’elles provenaient de fouilles clandestines, de restituer à l’Italie la moitié des 52 œuvres alors réclamées.

10 G. Boissier, L’Afrique romaine. Promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie, Paris, 1895 (rééd. sans cesse jusqu’en 1912), p. LII (= Afrique romaine). Gaston Boissier (1823-1908), historien, philologue et épigraphiste, fut professeur d’épigraphie au Collège de France et membre de l’Institut (Académie française, Académie des inscriptions et belles-lettres).

11 Comte Anne de Caylus, Recueil des Antiquités, 1761, cité dans F. Beck et H. Chew, Quand les Gaulois étaient romains, Paris, 1989, p. 131.

12 Depuis 2003 une statue de Varus vaincu, en bronze, réalisée par Wilfried Koch, est exposée sur une place d’Haltern-am-See, le camp romain le plus important de Westphalie, lieu présumé le plus proche du lieu du désastre, où, en 2009, le 2000e anniversaire de la bataille fut célébré.

13 AIBL, archives, 1833, publié dans M. Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie. Une héritière méconnue de la Commission d’Égypte, Mém. AIBL 14, Paris, 1994, p. 16-17.

14 S. Reinach, Recherche des antiquités dans le nord de l’Afrique, Paris, 1929, p. 39. Le mot cromlech, employé en français depuis 1785, emprunté à lʼanglais cromlech qui signifie « pierre plate (placée en) courbe », vient lui-même du vieux gallois : il est composé de crwm, « courbé » (crom au féminin), et lech, « pierre plate ».

15 A. Berbrugger, « Monuments dits gaulois ou celtiques », RevAfr, 1, 1856, p. 157-159 [première rubrique des Statistiques des ruines romaines en Algérie].

16 O. Mc Carthy, « Antiquités du cercle de Ténès », RevAfr, 2, 1857, p. 4-9.

17 M. Oppetit, « Simple hypothèse sur les Tombeaux dits Celtiques », Rec. Const., 14, 1870, p. 309-348.

18 M. Wiessen-Szumlanska, Rec. Const., 62, 1934, p. 225-251. Voir, par contraste, la position de Stéphane Gsell : « Des blonds ont été signalés depuis le détroit de Gibraltar jusqu’au-delà des Syrtes. Cependant ils ne sont pas répartis d’une manière uniforme. [...] Il est inutile de discuter l’opinion qui rattache ces blonds aux Vandales ou celle qui en fait des descendants de soldats gaulois, introduits par Carthage et par Rome », S. Gsell, Les monuments antiques de l’Algérie, I, Paris, 1901, p. 290-292.

19 G. Boissier, Afrique romaine, p. 5 ; citation de R. Du Coudray de La Blanchère prise dans Voyage d’étude dans une partie de la Maurétanie césarienne, Rapport à Monsieur le Ministre de l’Instruction publique, Paris, 1883, p. 34.

20 L. Faidherbe, sans titre [lettre de Bône, à propos de « nouvelles épitaphes numidiques »], RevAfr, 19, 1870, p. 446-499, citation, p. 449 ; le général Faidherbe revint à de multiples reprises sur la question : Recherches anthropologiques sur les tombeaux mégalithiques de Roknia, Bône, 1868 ; Sur les tombeaux mégalithiques et sur les blonds de la Libye, Paris, 1870 ; Collection complète des inscriptions numidiques (libyques), avec des aperçus ethnographiques sur les Numides, Lille, 1870 ; Les Dolmens d’Afrique, Paris, 1873, extr. de Compte rendu du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques. 6e section Bruxelles, 1872 ; « Instructions sur l’anthropologie de l’Algérie. Considérations générales », dans Rapport présenté à la Société d’anthropologie dans la séance du 5 juin 1873, P. Topinard (éd.), Paris, 1874.

21 http://www.medinaproject.net/tunisia.

22 Georg Wilmanns (1845-1878) voyagea en Afrique du nord pour relever les inscriptions, de 1871 jusqu’à sa mort prématurée, quand Theodor Mommsen dut assurer l’édition du premier volume du CIL VIII qui parut en 1881. Les quatre tomes de suppléments en 1891, 1894, 1904, furent publiés par R. Cagnat, H. Dessau, J. Schmidt. Johannes Schmidt (1850-1894), professeur d’université, était spécialiste de philologie ; il écrivit des centaines de notices, particulièrement sur l’Afrique du nord, dans les premiers volumes de la RE. Hermann Dessau (1856-1931), professeur à l’université de Berlin, éminent épigraphiste, promoteur de la PIR, auteur des ILS, reconnut, par la mention exceptionnelle de Cagnat comme auteur du CIL, la part fondamentale que de multiples Français avaient prise dans la connaissance de l’épigraphie africaine ; l’hostilité entre la France et l’Allemagne avait rendu cette reconnaissance officielle de l’œuvre de tous les savants français impossible auparavant : « Je ne puis qu’approuver votre initiative : vous avez trouvé une solution heureuse, conforme à la fois aux intérêts de la science, à la courtoisie et à l’équité », lettre de R. Cagnat à H. Dessau, 27 janvier 1920 (Archiv der BBAW, Akten der Preuß. Akad. d. Wiss., CIL, Akz. II-VIII, 119 n. 79, cité sur le site http://cil.bbaw.de/cil_en/dateien/broschueren.html).

23 Ces termes sont ceux de l’« avocat » Godard-Faultrier (peut-être l’archéologue Victor Godard-Faultrier ?), dans un opuscule inédit adressé le 10 juin 1840 au ministre de la Guerre, sur les Moyens propres à étendre et à affermir la conquête.

24 R. Graziani, Verso il Fezzan, Bengasi, 1934.

25 Ainsi le colonel d’aviation Jean Baradez ou l’amiral Erwin Marec.

26 J.-G. de Caussade, Notice sur les traces de l’occupation romaine dans la province d’Alger, Orléans, 1851, couronné par l’Académie des Inscriptions en 1849 ; le comte Jean-Gérard de Caussade (1806-1870), saint cyrien, général de division, servit en Algérie à partir de 1843.

27 R. Cagnat, « Recherches et découvertes archéologiques dans l’Afrique du nord en 1890-1891 », BCTH, 1891, p. 543.

28 L. Renier, Inscriptions romaines de lʼAlgérie, Paris, 1855-1858 (intr.). Léon Renier (1809-1885), autodidacte, professeur au Collège de France, membre de lʼInstitut, fut un des promoteurs de lʼépigraphie africaine.

29 J. Toutain, Les cités romaines de la Tunisie. Essai sur l’histoire de la colonisation romaine dans l’Afrique du nord, Paris, 1895, p. 6.

30 Note du ministre de la Guerre [Nicolas Jean-de-Dieu Soult], 1 janvier 1847, C.A.O.M. F80 1595.

31 C.A.O.M. F80 1587, 3 et 20 mars 1852.

32 W. Serman, Les origines des officiers français, 1848-1878, Paris, 1979.

33 Adrien Berbrugger (1801-1869), archiviste, réunit les premiers manuscrits qui formèrent le noyau de la bibliothèque d’Alger, et fonda le musée qui en était une annexe ; installé à Alger et marié à une musulmane, il fut un des plus ardents promoteurs de la conservation des antiquités sur place.

34 G. Boissier, « Discours prononcé à la séance générale des sociétés savantes, 27 mai 1891 », BCTH, 1891, p. LII.

35 Paul Gauckler (1866-1911), directeur des antiquités en Tunisie, cité par P. Trousset, « Voyageurs et militaires à la découverte archéologique du Sud tunisien (1850-1914) », L’Africa romana 13, Rome, 2000, p. 595-596.

36 Antoine Carette (1808-1890), officier du Génie, auteur notamment de Recherches sur lʼorigine et les migrations des principales tribus de lʼAfrique septentrionale et particulièrement de lʼAlgérie, Exploration scientifique de lʼAlgérie, Paris, 1853.

37 I. Durand, La conservation des monuments antiques : Arles, Nîmes, Orange et Vienne au xixe siècle, Rennes, 2000, p. 8 (= Conservation).

38 A. Berbrugger, « LʼAfrique septentrionale après le partage du monde romain en empire dʼorient et empire dʼoccident », RevAfr, 2, 1856, p. 82.

39 Mission Pond, voir rapport au ministre de E. Albertini, RevAfr, 71, 1930, p. 180-183.

40 D. Poulot, « Le sens du patrimoine hier et aujourd’hui », Annales ESC, nov. -déc. 1993, p. 1613.

41 Louis Miège (1816-1895), Arles Fonds spéciaux, ms. 243, cité dans I. Durand, Conservation, p. 7.

42 À certaines périodes et pour certaines régions (le Maroc notamment) les Cahiers du Service géographique de l’armée. Rapports sur les travaux de l’année comportent une rubrique « répertoire de ruines » ; un exemple de l’œuvre des brigades topographiques au Maroc, V. Brouquier-Reddé, « Les brigades topographiques au Maroc (plaine du Gharb et région de Volubilis) », L’Africa romana 13, Rome, 2000, p. 971-972 qui précise qu’ils sont introuvables pour le Maroc. J’ignore s’ils existaient pour l’Algérie et la Tunisie, mais c’est probable.

43 « Dispositions à prendre pour la conservation des monuments anciens et restes d’antiquité en Algérie », Bull. off. des actes du Gouvernement de l’Algérie, 1844, p. 64-65, repris dans « Envoi des instructions relatives aux recherches archéologiques par le Prince chargé du Ministère de l’Algérie et des Colonies à MM. les Fonctionnaires publics de l’Algérie du 31 décembre 1858 »

44 Prévues au 1/50 000e ces cartes ne sortiront, pour différentes raisons, qu’au 1/80 000e et la couverture ne sera terminée qu’en 1870. Les dernières feuilles ne paraîtront finalement qu’en 1880. Très régulièrement mises à jour, elles resteront en service jusqu'en 1952, quand la suprématie de la photographie aérienne puis les moyens modernes transformeront radicalement les méthodes.

45 Rédigées par R. Cagnat, S. Reinach et H. Saladin, publiées en 1890 sous la direction du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques.

46 Salluste, Jug., 92, CUF, tr. A. Ernout, Paris, 1949, 13e éd. rev. 1989.

47 Ainsi http://www.jugurtha.com ; http://lunis1.free.fr/spip.php?article21 ; une reconstitution de la reddition de Jugurtha eut lieu le 2 juin 2001, et les commentaires sont de ce type : « C’est le 1er janvier 104 de notre ère que l’Aguellid des Imazighen [Jugurtha] fut exécuté. Je rappelle à tous, bientôt cela fera 19 siècles (le 1er janvier 2004), jour pour jour que Jugurtha, roi de tous les berbères, fut exécuté (le 1er janvier 104 de notre ère) dans sa prison du Tullianum, sur le Forum romain en Italie. L’illustre chef Amazigh a subi d’ultimes supplices », site www.afrique-du-nord.com.Voir aussi les sites : http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/ressources/france/Econetsoc.pdf ; http://www.archeo-rome.com ; http://www.clio.fr/bibliotheque.

48 M. M’Charek, Kallaat Sename/Bulla Mensa, une forteresse-refuge de l’Antiquité aux temps modernes, Pallas, 52, no spéc. Hommages à D. Reynal, 2001, p. 83-93.

49 Aujourd’hui, la plupart des fragments se trouvent dans des sous-sols du musée d’Alger. Sur le document, Les discours d’Hadrien à l’Armée d’Afrique. Exercitatio, Y. Le Bohec (éd.), Paris, 2001 ; M. P. Speidel, Emperor Hadrian’s speech to the African army. A new text, Mayence, 2006.

50 Lettre du Gouverneur Général au ministre de la Guerre, 20 mai 1854, CAOM F80 1587.

51 M. Dondin-Payre, « L’utilisation symbolique des monuments archéologiques en Algérie : l’arc de triomphe de Caracalla à Cuicul ; le cippe de Nonius Datus », L’Africa romana 12, Sassari, 1998, p. 1067-1099.

52 « Lorsqu’en 1839 le duc d’Orléans [...] manifesta le désir d’avoir à Paris un chapiteau d’ordre corinthien appartenant au temple [sic] de Djemilah, je fis envelopper ce chapiteau de plâtre et je le renfermai dans une caisse. Ce fardeau, qui pesait près de 300 kilogrammes, fut chargé sur un brancard fait exprès, et porté par les deux meilleurs mulets du Génie [...] ; pendant le trajet, les deux mulets éprouvèrent de telles surcharges, de telles secousses que l’un de ces mulets succomba pendant le trajet et que l’autre ne survécut que quelques jours après son arrivée à Constantine. De tout ce qui précède je n’hésite pas à conclure que l’on doit renoncer à transporter en France l’arc de triomphe de Djémilah », rapport inédit, CAOM, F80 1587.

53 Loi promulguée le 23 février 2005, sous le numéro 2005-158.

54 R. Cagnat, Conf. Musée Guimet, 1912.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le marin italien et le légionnaire romain
Légende carte de voeux, 1911, F. Matania.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 2 : La Vénus de Cyrène, au musée des Thermes à Rome (photo M. Dondin-Payre) et la signature de l’accord entre Mouammar Kadhafi, pour la Lybie, et Silvio Berlusconi, Président du Conseil italien, le 30 août 2008, à Benghazi (Photo Reuters).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68444/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 3 : Arles, l’amphithéâtre et le théâtre au xviie s.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68444/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 4 : Tombeaux druides
Crédits Dessin cap. Rozet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68444/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 5 : Le théâtre de Djemila (Delamare).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68444/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 6 : Vue de la « Table de Jugurtha ».
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68444/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search