Version classiqueVersion mobile

Figures d’empire, fragments de mémoire

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

Figures d’empire, fragments de mémoire. Une introduction

Stéphane Benoist

Texte intégral

  • 1 Pour une illustration française des enjeux de la globalisation et de la mondialisation en histoire (...)
  • 2 Pour ne citer que les derniers titres qui me sont apparus les plus significatifs et les plus comple (...)
  • 3 Cf. H. Flower, Roman Republics, Princeton, PUP, 2010, pour l’identification de six séquences républ (...)

1La diversité des approches et des objets d’étude que l’on trouvera dans les vingt-quatre contributions qui suivent ne doit pas occulter l’essentiel, à savoir un même cadre institutionnel et politique, social et religieux, constitué par cet empire romain, pour lequel figures et fragments de mémoire sont ainsi déclinés. Gageons que la modernité de ce champ de recherche apparaît à la lecture régulière des enquêtes portant sur le monde contemporain et ses difficultés présentes, bipolarité, multipolarité et rêves ou cauchemars d’empire1. Dans cette perspective, le retour aux origines est salutaire, le modèle romain impérial, parmi ces empires antiques que les historiens et rhéteurs inventorient, notamment à partir de la constitution de l’imperium Romanum, avec Polybe en premier lieu, puis en pleine période naguère décrite, à tort, comme le siècle idéal de la « Paix romaine », avec un Aelius Aristide par exemple. Les publications récentes et nombreuses tentent d’analyser ce qui n’est ni un régime politique au sens juridique et normatif des périodes moderne et contemporaine, ni même un territoire continu selon la grille de lecture des grands empires coloniaux des xviiie -xxe siècles2. Pour notre propos centré sur l’historiographie du principat, des signes et expressions avant-coureurs d’un empire dès les guerres puniques aux mutations et réadaptations tardives durant l’époque chrétienne confrontée aux royautés barbares, le témoignage d’Auguste n’est pas le plus illégitime. Il ouvre la voie à une relecture ab Vrbe condita des conditions de réussite du petit peuple d’Italie centrale, ces Latins qui prirent à cœur de dominer l’Orbis terrarum en lui donnant désormais un centre, une Vrbs capitale d’empire. Dès le préambule de ce bilan d’une œuvre, puis dans les paragraphes consacrés aux affaires militaires et diplomatiques, à ces variations romaines de « la guerre et la paix entre nations » sous la tutelle des Imp(eratores) Caesares Augusti, l’essentiel est dit : il s’agit bien des modes de structuration d’une cité impériale, amorcée depuis les deux derniers siècles de la république, du moins de l’une de celles analysées avec finesse récemment par Harriet Flower3, qu’il s’agisse à la fois de ses institutions en cours d’adaptation — rendre une cité-État capable d’administrer un aussi vaste territoire méditerranéen — et de la constitution d’un espace sous contrôle, d’une façon romaine d’envisager l’oikouménè, ses rapports avec les cités et peuples du bassin méditerranéen, des rois clients aux ennemis constitués, identifiés.

  • 4 RGDA : rerum gestarum diui Augusti, quibus orbem terra[rum] imperio populi Rom(ani) subiecit ; 26, (...)
  • 5 Pour une approche de la conception romaine des bornes et frontières, S. Benoist, « Penser la limite (...)

2Mentionnons, en guise de réflexion à portée programmatique sinon normative, ces propos augustéens et leurs conséquences pour les historiens contemporains et nous autres modernes. Tout d’abord, la formulation en tête des Res Gestae Diui Augusti : « Copie effectuée ci-dessous de l’inscription citant les hauts faits d’Auguste divinisé, qui a soumis l’univers à l’Empire du peuple romain », puis cette affirmation concernant les bornes de cet empire, naguère commentée finement par Claude Nicolet : « J’ai agrandi toutes les provinces du peuple romain, situées à la frontière des nations qui n’étaient pas soumises à notre Empire »4. L’ambiguïté native de cet imperium sine fine qui aurait sans cesse joué avec la fixation des bornes d’un espace dominé5, de nouvelles conquêtes pouvant être considérées comme constitutives d’un glacis protecteur, ayant balancé entre esprit de conquête et volonté raisonnée et raisonnable d’une administration d’un territoire délimité, continue d’entraîner des débats nourris et difficilement conciliables sur la nature d’un « impérialisme » romain. Quoi qu’il en soit des formes de la domination d’un peuple réputé guerrier, sinon belliqueux, l’une des figures d’empire que l’on ne peut nier est bien l’octroi et la diffusion d’une ciuitas Romana aux contours tout à la fois juridiques et culturels, sociaux et cultuels, du polythéisme au monothéisme chrétien.

  • 6 Un seul exemple significatif, avant d’y revenir plus avant, le recueil d’études en quête d’une défi (...)
  • 7 En partant par exemple de H. Flower, The Art of Forgetting. Disgrace and Oblivion in Roman Politica (...)

3Tous les chapitres de ce livre traitent d’une manière ou d’une autre ces différentes figures d’empire que sont la conception d’un régime et la place attribuée aux titulaires de la statio principis, les formes de commémoration de ces princes, les pratiques du gouvernement de l’empire, par l’intermédiaire de tous les formes d’autorité que sont les armées ou fonctionnaires impériaux, toute personne susceptible d’être étudiée par la méthode prosopographique, les divers espaces contrôlés, les partes orientalis et occidentalis, les rapports entre centre et périphérie, les aspects juridiques, sociaux et économiques d’une domination romaine du mare nostrum. De la sorte, si les outils de l’historien peuvent varier, une même démarche scientifique découle de l’apport des sources et méthodes, puis d’une prise en compte sur la longue durée d’objets de micro-et de macro-histoire, afin de rendre compte d’une délimitation complexe d’identités romaines impériales qui sont la plupart du temps réticentes à entrer sans encombre dans les moules des conceptions sociologiques et anthropologiques contemporaines6. Les recherches récentes sur toutes les formes d’expression de la memoria à Rome et dans le monde romain peuvent nous aider à appréhender au plus juste et en contexte les témoignages qui sont les nôtres sur un monde et des hommes qui apparaissent tout à la fois proches et très éloignés de nous7. Dès lors, altérité et identité ne sont pas si opposées mais bien complémentaires d’une même prise en compte d’une réalité historique qui ne peut s’envisager que comme un tout, mais qui se construit à partir de la somme de modestes enquêtes morcelées mais s’agrégeant les unes aux autres. C’est dans cet état d’esprit que nous avons conçu ces figures et fragments d’une même mémoire impériale accessible à l’historien contemporain, au kaléidoscope de ses « évidences », attentif aux humbles leçons de méthode qui révèlent les vrais savants, du dépouillement exhaustif des sources disponibles à la conception d’outils méthodologiques adaptés et sélectionnés sans a priori.

Sources et méthodes

  • 8 On citera notamment Les lois religieuses des Empereurs romains de Constantin à Théodose II. I (Code (...)
  • 9 En renvoyant au commentaire par F. Millar des œuvres de T. Honoré, l’un des meilleurs passeurs des (...)
  • 10 Cf. l’ouvrage à paraître de C. Ando, The Ambitions of Government, Berkeley, 2011 ; le chapitre 1 du (...)

4Au-delà de la diversité des objets d’étude abordés par les différentes contributions à ce volume, il est remarquable de relever tout autant la grande proximité dans l’approche des sources qu’une variété tout aussi exemplaire de celles-ci (épigraphiques, numismatiques, archéologiques, littéraires ou juridiques), ce qui permet ainsi de proposer au lecteur une vue d’ensemble significative des méthodes de l’historien romaniste en ce début du xxie siècle. Prenons à témoin en premier lieu l’une des spécificités de l’école lilloise incarnée successivement, durant les trente dernières années, par Roland Delmaire puis Pierre Jaillette, ce dernier étant le maître d’œuvre aux côtés de Sylvie Crogiez-Pétrequin d’une entreprise éditoriale de grande portée, la traduction intégrale en français du Code Théodosien8. Il s’agit des sources juridiques de l’empire romain tardif : trois chapitres portent sur le Théodosien (P. Jaillette, Pasquale Rosafio et Maria Victoria Escribano), deux autres sur le Digeste (Francesca Reduzzi) et le Code Justinien (Simon Corcoran). Cette utilisation des textes juridiques est essentiel pour le romaniste, en ce qu’elle offre une leçon de méthode, de l’établissement du texte à la prise en compte du droit romain par l’historien, comme expression littéraire d’une pratique de la normativité dans la construction d’un empire et de son identité9. Le pouvoir normatif du prince, mais également la construction de l’imperium Romanum et son fonctionnement, s’en trouvent éclairés sur la plus longue durée, d’Auguste à Justinien10.

  • 11 Renvoyons aux communications réunies dans les actes d’un colloque international à la mémoire d’Hans (...)

5Les sources épigraphiques sont au cœur de nombreuses études proposées dans les chapitres qui suivent. Il serait difficile d’en faire la liste sans recopier presque in extenso la table des matières. Il est toutefois possible d’éclairer leur utilisation au travers d’une méthode qui a été, dans les dernières décennies, illustrée par une école historique et fut l’enjeu d’un véritable débat historiographique. Il s’agit de la démarche prosopographique dont on peut retracer l’histoire et les principales évolutions à partir de la mise au point de Ségolène Demougin, puis en décliner les usages notamment avec l’étude de Xavier Loriot consacrée à la province du Pont-Bithynie, ces deux élèves d’Hans-Georg Pflaum nous rappelant l’un et l’autre, par la théorie et la pratique, qu’il n’y a de bonne prosopographie qu’au service de l’histoire, en l’occurrence d’une analyse dans la durée de l’administration d’un territoire11. Les enquêtes de Pierre Sánchez, Pierre Cosme, Maria Kantiréa, Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier ou Françoise Van Haeperen interrogent prioritairement la documentation épigraphique afin d’en tirer des enseignements politiques et sociaux, sur les relations entre Rome et les cités, peuples et royaumes aux deux derniers siècles de la République, le contexte d’une guerre civile (l’année 68-69 au miroir des diplômes militaires), les relations de patronage à Chypre, ou bien l’onomastique comme éclairage des liens de parenté au service d’une prosopographie des ordines, ou d’une histoire des identités sociales et religieuses, par exemple au travers des acteurs du culte de Magna Mater.

  • 12 Pour ne prendre qu’un exemple susceptible de nourrir la discussion, les réflexions de P. Veyne, « B (...)

6Les monnaies sont à la base de la réflexion de Martin Galinier sur la figure impériale de Trajan entre Rome et Alexandrie, tandis qu’elles accompagnent les développements d’Erika Manders et Olivier Hekster sur les jeux d’identités entre titulaire de la statio principis et conception de l’empire au iiie siècle, ou de Marietta Horster sur la figure des princes de la jeunesse d’Auguste aux Sévères, études nourries l’une et l’autre par un croisement des sources épigraphiques, littéraires et numismatiques. Quant à Juan Antonio Jimenéz Sánchez, il étaye son argumentation sur les jeux et la liturgie impériale aux ive et ve siècles par des références aux monnaies d’Aurélien, Constantin et Valentinien III. Cette documentation ne laisse pas d’interroger l’historien, en ce qu’elle n’est pas neutre, partagée qu’elle est entre plusieurs niveaux de lecture et de sens, image, légende, valeur monétaire, circulation ou thésaurisation, quand il ne s’agit pas de trancher sa portée, pour ne pas parler des messages qu’elle véhiculerait12. Toutes les sources iconographiques sont sujettes à controverses, à tout le moins discussion nourrie comme l’avait prouvé la communication de Rudolph Haensch, qui n’a pu malheureusement rendre son texte. Il avait constitué un dossier sur les lances dites des bénéficiaires à partir des monuments des beneficiarii consularis, des frumentarii et des speculatores, textes littéraires, épigraphiques et objets formant un complément naturel aux illustrations fournies dont la simple lecture pouvait entraîner diverses interprétations.

  • 13 En partant de J. Scheid, « Pour une archéologie du rite », Annales HSS, 55, mai-juin 2000, p. 615-6 (...)
  • 14 La communication présentée lors du séminaire ayant donné lieu à plusieurs articles et ouvrages publ (...)

7La place centrale du matériel archéologique en ce dernier domaine permet de signaler la présentation de William Van Andringa, qui avait fait état de recherches collectives publiées ces dernières années et avait permis de prendre la mesure du renouvellement des recherches consacrées à l’archéologie du sacrifice13. Nous reprenons quelques éléments de son résumé afin d’achever notre revue des sources et méthodes par la mention de l’apport des analyses carpologiques et archéozoologiques, ou du contexte taphonomique des processus intervenant avec l’enfouissement des vestiges. Il importe de prendre en considération les vestiges archéologiques issus des rites célébrés ayant laissé des traces dans les sanctuaires et les habitats : restes végétaux, conservés grâce à la carbonisation ou à la minéralisation afin de réfléchir à la question des offrandes végétales ou d’origine végétale (céréales, fruits, pain, galettes, etc.), ossements animaux découverts en abondance sur les sites pour enquêter sur le sacrifice sanglant et les rites alimentaires qui lui sont associés. W. Van Andringa soulignait l’importance des lieux de provenance (remblais ou contextes primaires, fosse dépotoir, vidange de foyer sacrificiel) pour l’analyse de la pratique rituelle, mais également de la précision des observations de terrain (coupes, relevés et enregistrement mobilier) pour la restitution des différentes séquences d’un sacrifice, ce qui nécessite une archéologie interdisciplinaire, impliquant archéologues de terrain, spécialistes des différents types de mobilier et historiens du polythéisme, appelant de ses vœux la constitution de l’archéologie du culte en discipline à part entière, comme l’archéologie funéraire14.

Objets et débats

  • 15 Benet Salway avait abordé la perception de la transition de la République à l’Empire selon les sour (...)

8L’approche du pouvoir impérial sur la longue durée, de l’époque augustéenne au règne de Valentinien III, l’analyse du gouvernement de l’empire du iie siècle avant notre ère à la crise du iiie siècle, en Orient comme en Occident, la prise en compte de la cité de Rome, des aspects les plus concrets de la mise en place d’une administration urbaine (Anne Daguet-Gagey à propos de la naissance des services publics sous Auguste) à l’expression d’une identité impériale étroitement associée à la personne des titulaires successifs de la statio principis, de même que la prise en compte des conceptions de l’empire dans l’espace et le temps15, au regard de la pluralité des témoignages qui nous sont parvenus, littéraires, épigraphiques, iconographiques, telles sont bien les figures qui ont été abordées dans le cadre de ce livre par les diverses contributions. Certaines des problématiques envisagées font partie d’une longue tradition historiographique, qu’il s’agisse des rapports entre le centre et la périphérie abordés sous l’angle des relations entre le sénat et les imperatores par Pierre Sánchez, ou bien des conceptions des identités sociales et religieuses, révélées par l’onomastique ou les pratiques cultuelles (Marie-Thérèse Raepsaet Charlier et Françoise Van Haeperen), mais elles rencontrent une actualité plus brûlante, au travers des débats contemporains sur l’impérialisme, l’identité nationale ou les ressorts d’une citoyenneté romaine largement partagée et diffusée, qui se décline au moyen des diverses modalités de l’intégration. Plusieurs ensembles ont été conçus afin d’insister sur certains aspects significatifs d’une histoire romaine plurielle.

  • 16 En partant de S. Benoist, La Fête à Rome au premier siècle de l’Empire. Recherches sur l’univers fe (...)
  • 17 Cette communication est parue dans B. C. Ewald, C. F. Noreña, The Emperor and Rome. Space, Represen (...)
  • 18 Pour prolonger le débat, on consultera les deux parutions quasi-contemporaines sur ce thème : Antiq (...)

9Dans un premier temps, c’est le pouvoir impérial qui a concentré l’attention des chercheurs qui l’ont envisagé selon plusieurs angles d’approche et à partir de sources multiples. L’importance de la numismatique a déjà été soulignée, les monnaies, autant leur légende que leur iconographie, offrant un témoignage instructif concernant les linéaments des discours de représentation et de commémoration du pouvoir sur la longue durée. La construction d’une identité impériale se fonde sur l’approche prudente de la dimension dynastique du principat augustéen, avec les figures des principes iuuentutis qui ont été recensées et mis en lumière, étape par étape, de la famille julio-claudienne à la famille sévérienne, par Marietta Horster. Le discours monétaire de Trajan fut ensuite analysé par Martin Galinier dans la perspective des influences entre ateliers monétaires romain et alexandrin afin d’établir, si possible, les éléments de diffusion croisée des données idéologiques et iconographiques. Enfin, Erika Manders et Olivier Hekster ont proposé une réflexion prospective à partir d’un dépouillement minutieux des émissions du iiie siècle pour rendre compte des évolutions de perception de l’empereur et de l’empire durant cette période, en particulier au regard des déplacements plus nombreux des princes et d’un rapport moins étroit avec la cité capitale qui n’est plus résidence permanente. On peut mesurer également l’importance de l’étude d’Anne Gangloff qui approfondit notre compréhension du pouvoir impérial romain en prenant à témoin les figures du roi homérique et leur influence dans le contexte des deux premiers siècles d’un principat en construction. Cette lecture historique de deux traités philosophiques, ceux de Philodème de Gadara et de Dion de Pruse, enrichit notre connaissance sur l’élaboration par étapes du portait du bon prince. Une dernière déclinaison de cette réflexion commune sur l’Imp(erator) Caesar Augustus s’est attachée à la prise en compte des fêtes et cérémonies afin de mettre en lumière de la perception d’une idéologie, véritable construction d’une identité du prince destinée à proposer une image commune à tout l’empire. Je suis revenu, dix ans après sa parution, sur un champ de recherche exploré à l’occasion de ma thèse afin de dresser un bilan historiographique et méthodologique nourri par les enquêtes collectives menées à propos des « fêtes et jeux dans le monde romain » ces dernières années16. Javier Arce avait proposé une lecture des funérailles impériales in effigie comme une véritable cérémonie de substitution, ce qui pose le problème délicat de l’interprétation dans les sources littéraires des mentions d’imagines et d’effigies17. Enfin, c’est au cœur d’un débat récemment renouvelé concernant le sens des fêtes traditionnelles dans le monde chrétien que Juan Antonio Jiménez Sánchez a choisi de se placer en abordant les jeux en tant que liturgie impériale à l’époque tardive, afin de rendre le sens de leur « christianisation »18.

10Le deuxième volet de la réflexion portait sur les pratiques du gouvernement de l’empire et se proposait d’aborder les aspects politiques voire idéologiques, militaires, administratifs, économiques et sociaux du fonctionnement de l’Imperium Romanum et d’utiliser les outils susceptibles d’en rendre compte, comme la prosopographie à laquelle nous avons déjà fait un sort. L’accent a notamment été mis sur la partie hellénophone de l’empire, et plus particulièrement la Grèce continentale et l’Asie mineure, de la République au iiie siècle de notre ère, ce qui a permis de multiplier les angles d’approche et le croisement des sources, à propos de l’action des imperatores en premier lieu (Pierre Sánchez), puis des représentants du pouvoir romain dans les prouinciae, gouverneurs, légats, curateurs et correcteurs (en Pont-Bithynie, avec Xavier Loriot), ou des rapports entre provinciaux et Romains, à propos des relations de patronage à Chypre (Maria Kantiréa) ou bien d’une certaine perception de la liberté des Grecs sous les Antonins et les Sévères (Christine Hoët-van Cauwenberghe qui a également repris la liste des curateurs en Achaïe). Au travers de ces différents éclairages, plus ou moins ponctuels, c’est bien à l’essentiel que l’on touche, à savoir la réalité d’un monde sous le contrôle romain qui n’est pas réductible, loin s’en faut, à une présence militaire ou à un personnel administratif aux effectifs somme toute réduits. L’essentiel est probablement ailleurs, dans cet échange mutuel entre populations provinciales (devrait-on dire romano-provinciales), notamment les élites des cités, et représentants de la cité capitale d’empire. Les exemples complémentaires de l’exploitation minière en Gaule méridionale du dernier siècle de la République aux Antonins (Maria-Luisa Bonsangue) ou des procédures d’authentification des diplômes militaires au début de l’époque flavienne, qui nous informent tout autant sur la place de l’armée au sein de ce processus que l’on peine à définir au-delà du concept vague de « romanisation », mais également sur un contexte de guerre civile avec la présence des délégations de cité et les rapports ambigus entre Rome et les différentes composantes de son empire (Pierre Cosme), nous confirment la complexité et la richesse des relations tissées entre l’Vrbs et les territoires sous son contrôle. Nous sommes appelés à reconstruire une histoire de l’empire romain à partir des données traditionnelles de l’exposé d’une administration de territoires, provinces et cités, en dépassant les limites des registres de la domination et de l’exploitation, en étant sensibles aux apports des témoignages fournis par ces amis et alliés du peuple romain devenus les habitants des provinces d’un empire incarné par un prince, selon ces figures de rhétorique qui entrent en jeu au cœur des relations concrètes entre centre et périphérie. De la sorte, il était dès lors possible de dépasser l’apparent éparpillement de nos données en tentant de traiter de front ce qui est souvent présenté comme l’un des apports essentiels de l’empire romain au monde méditerranéen médiéval, un droit sinon une conception de la citoyenneté au travers de la participation à la cité, par les pratiques cultuelles ou sociales, en résumé une certaine approche de la norme et de l’identité.

  • 19 Citons à titre d’exemple les trois premières publications de ce groupe de recherche (Centre Gustave (...)

11Cette troisième et dernière partie de l’enquête collective portant sur la norme et l’identité a permis d’interroger certains aspects concrets d’une approche juridique, rhétorique, littéraire et philosophique de la romanitas, en ce qu’avec les sophistes, Aelius Aristide ou Athénée, elle fut élaborée : l’idée d’une Rome, résumé du monde, d’une construction identitaire qui pourrait aller jusqu’à l’oubli de l’autre, de « ce qu’il y a à l’extérieur » selon Strabon, un puissant vecteur d’affirmation de l’éternité de Rome, communis patria selon le Digeste (L, 1, 33, Modestin), puis d’une Constantinople caput est orbis terrarum selon le Code Justinien (I, 17, 1, 10). Deux chapitres interrogent la construction des codifications tardo-antiques, à l’époque de Justinien avec les deux éditions successives de son code (Simon Corcoran), puis au tournant des xixe et xxe siècles avec les étapes de l’établissement progressif d’une édition scientifique, raisonnée du Code Théodosien (Pierre Jaillette). On relèvera ensuite deux illustrations du fonctionnement de l’élaboration normative au sein du Digeste et du Code Théodosien qui abordent deux notions essentielles à la construction de la société romaine d’empire, la corruptio serui (Francesca Reduzzi) et l’installation des barbares dans l’empire (constitutio de Scyris analysée par Pasquale Rosafio). Enfin, Maria Victoria Escribano nous livre une excellente lecture du glissement de la catégorie de la norme à celle de l’identité avec la séparation qui s’opère entre manichéens et chrétiens dans le livre XVI du Théodosien. L’ensemble de ces réflexions sont complétées par les développements déjà cités de Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier et Françoise Van Haeperen, la première prolongeant les recherches fondamentales qu’elle a coordonnées avec Monique Dondin-Payre à propos de « l’empreinte de Rome sur les Gaules et les Germanies » par une synthèse sur les apports de l’onomastique en histoire sociale19, tandis que la seconde qui fut impliquée dans ce groupe de recherche s’interroge sur certaines dimensions sociales d’un culte « gréco-oriental » en Occident, celui de la Mère de l’Ida Cybèle.

Enjeux et perspectives

12Au terme de cette présentation des différents chapitres qui suivent, et après avoir volontairement réservé les deux premiers et l’avant-dernier dont je voudrais désormais parler, il m’apparaît que les enjeux d’une telle réflexion collective sur les sources, méthodes et objets d’une discipline au début d’un nouveau siècle apparaissent nettement. Par delà les inévitables choix opérés qui ne peuvent en aucun cas faire de ces figures et fragments un ouvrage exhaustif, mais bien une série d’aperçus plus ou moins ponctuels ou généraux dont on peut espérer que le tout livre bien plus d’enseignements que la somme de ses différentes parties, plusieurs mises en perspective s’avèrent tout à fait éclairantes. C’est pourquoi sont importantes pour renouveler nos modes de pensée les réflexions de Clifford Ando sur les rapports entre la loi et le territoire de l’empire, qui reviennent à discuter à partir de sources multiples la définition de l’Imperium Romanum ; puis les mises en regard suggérées par Monique Dondin-Payre évoquant les perceptions par les empires coloniaux des xixe et xxe siècles, et plus particulièrement les Français et les Italiens en Afrique du Nord sur la trace des Romains et de leur empire, d’un passé qui puisse justifier une conquête récente ; enfin, prolongeant cette étude d’historiographie l’enquête d’Emma Dench, fondée sur une évocation des histoires locales et romaines, de passés diversement exprimés mais fortement convergents, notamment par des sujets participant à l’œuvre commune d’édification de la grande histoire ab Vrbe condita.

  • 20 A. Schiavone, directeur de l’Istituto Italiano di Scienze Umane (Florence, Naples), au Collège de F (...)

13J’ajoute une pièce au dossier en mentionnant les conférences données en novembre-décembre 2008 par Aldo Schiavone au Collège de France20. Il se proposait d’interroger la notion romaine du juridique, en particulier afin d’éclairer le principe d’égalité, en montrant comment l’on avait pensé le ius ciuile avec de nouveaux concepts à partir du ier siècle avant notre ère. Son postulat était que l’on construisit un droit avec des dimensions formelles, ce qui amorçait un changement, en élaborant un concept abstrait qui conférait une valeur métaphysique au droit. Désormais, l’empire romain réclamait une normalisation. Si les liens entre le ius et la tradition ritualiste pouvaient être établis, aucune éthique n’est toutefois définie pour celui-ci comme dans la religion, sinon cette éthique publique impériale qui s’identifie au strict respect du ius établi, à l’exception notable des réflexions d’un Sénèque. Notre collègue italien relevait une contradiction, qui ne fut pas vécue comme telle, entre une conception de l’égalité et la réalité d’un réseau d’exclusion, concernant les femmes, les esclaves, ou les barbares. Ce n’est qu’à partir de son troisième exposé que cet éminent spécialiste du Droit romain, qui participa aux débats politiques de son temps, notamment par son engagement marxiste, s’est interrogé sur la naissance de l’État de droit à l’époque moderne, puis d’une pensée juridique moderne, sinon dans la perspective marxiste d’une société communiste sans État et sans droit prônant l’égalité sociale.

  • 21 Cf. Cultural Identity, chap. 7, p. 95-110, « Territory, ethnonyms and geography : the construction (...)

14Pour notre propos, les dimensions politiques et idéologiques, juridiques et sociales, religieuses et éthiques de ces réflexions sur le droit romain entrent en résonance avec l’ensemble des études proposées dans ce volume. Ces dernières donnent ainsi beaucoup plus de pertinence, voire de contenu, aux analyses de Ray Laurence sur la construction de l’identité de l’Italie romaine, étudiée selon une perspective différente dans la thèse d’Emma Dench21. Les huit critères retenus par celui-ci sont tout à fait concordants avec les enquêtes qui suivent : 1. un territoire ou pays partagé, l’espace ; 2. une descendance commune, l’histoire ; 3. un langage partagé ; 4. une communauté de culture, de coutumes ; 5. une communauté de croyances, de religion ; 6. un nom ou ethnonyme pour exprimer l’identité du groupe (Romanus, romanitas) ; 7. une conscience de soi, l’identité collective ; 8. une histoire partagée, le mythe des origines. Reconnaissons dans cette élaboration conceptuelle de nombreux realia et autant de discours rhétoriques : à propos du prince comme représentant d’une communauté, de l’armée romaine, vecteur de diffusion du latin et de certains us et coutumes, de l’onomastique permettant de suivre les étapes de la diffusion de la ciuitas Romana ; mais également d’une histoire ab Vrbe condita incarnée désormais par le souverain et la construction d’un espace qui permet de penser l’État romain, si ce n’est de l’inscrire dans la durée par l’intermédiaire de ses récits de fondation, de la commémoration de ses jubilés et par l’exportation dans le temps et l’espace de Roma Aeterna, devenue la Noua Roma constantinopolitaine et finalement toutes ces Romè désignant autant de cités de l’empire (Antioche…) incarnant à l’époque tardive, en une terre disputée entre Byzantins et musulmans, creuset des trois monothéismes mais partageant toujours l’héritage d’une culture classique gréco-latine, une pensée judéo-chrétienne, une memoria, véritable monumentum, véhiculée par des représentations mosaïquées ou peintes de l’espace et du temps romains !

Notes

1 Pour une illustration française des enjeux de la globalisation et de la mondialisation en histoire contemporaine, de la « World » ou « Global » ou « Big » history, les deux développements du bilan historiographique du congrès du Comité français des Sciences Historiques dans J.-Fr. Sirinelli, P. Cauchy et C. Gauvard (dir.), Les historiens français à l’œuvre 1995-2010, Paris, PUF, 2010 : Ph. Poirrier, « L’histoire contemporaine », p. 73-91, part. p. 82-85 sur l’histoire globale, connectée et comparée, et O. Pétré-Grenouilleau, « Les historiens français et les mondialisations », p. 287-300, avec les principales références bibliographiques.

2 Pour ne citer que les derniers titres qui me sont apparus les plus significatifs et les plus complets : J. Richardson, The Language of Empire : Rome and the Idea of Empire from the Third Century BC to the Second Century AD, Cambridge, New York, CUP, 2008 ; Fr. Hurlet (éd.), Les Empires. Antiquité et Moyen Âge. Analyse comparée. Histoire, Rennes, PUR, 2008 ; I. Morris, W. Scheidel (éd.), The Dynamics of Ancient Empires : State Power from Assyria to Byzantium, Oxford, New York, OUP, 2009 et L. Revell, Roman Imperialism and Local Identities, Cambridge, New York, CUP, 2009.

3 Cf. H. Flower, Roman Republics, Princeton, PUP, 2010, pour l’identification de six séquences républicaines.

4 RGDA : rerum gestarum diui Augusti, quibus orbem terra[rum] imperio populi Rom(ani) subiecit ; 26, 1 omnium prou[inciarum populi Romani], quibus finitimae fuerunt gentes quae non p [arerent imperio nos]tro, fines auxi. Cf. J. Scheid, Res Gestae Diui Augusti. Hauts faits du divin Auguste, Paris, CUF-Les Belles Lettres, 2007 et A. E. Cooley, Res Gestae Divi Augusti, Cambridge, CUP, 2009 ; C. Nicolet, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, 1988 [2e éd. 1996], p. 60 et 256, et plus généralement chapitres I, II et VIII, passim.

5 Pour une approche de la conception romaine des bornes et frontières, S. Benoist, « Penser la limite : de la cité au territoire impérial » dans O. Hekster et T. Kaizer (éd.), Frontiers in the Roman World, Proceedings of the Ninth Workshop of the International Network Impact of Empire (Durham, April 16-19, 2009), Brill, Leyde, Boston, 2011, sous presse.

6 Un seul exemple significatif, avant d’y revenir plus avant, le recueil d’études en quête d’une définition de l’identité culturelle : R. Laurence et J. Barry (éd.), Cultural Identity in the Roman Empire, Londres, 1998 (= Cultural Identity) et l’essai de définition des termes d’identité et d’altérité dans le contexte des affrontements entre chrétiens au ive siècle, J. Barlow, « The emergence of identity / alterity in Late Roman Ideology », Historia, 53-4, 2004, p. 501-502.

7 En partant par exemple de H. Flower, The Art of Forgetting. Disgrace and Oblivion in Roman Political Culture, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2006 ; puis en citant les trois volumes parus du groupe de recherche sur les « victimes de la damnatio memoriae » : Mémoire et histoire. Les procédures de condamnation dans l’Antiquité romaine, collection du CRUHL no 31, Metz, 2007 ; Un discours en images de la condamnation de mémoire, collection du CRUHL no 34, Metz, 2008 et Mémoires partagées, mémoires disputées. Écriture et réécriture de l’histoire, collection du CRUHL no 39, Metz, 2009, avec les références bibliographiques développées et les différentes perspectives qui ont été proposées à partir des sources épigraphiques, littéraires, juridiques et iconographiques ; enfin, la dernière étude en date publiée par C. Baroin, Se souvenir à Rome : formes, représentations et pratiques de la mémoire, Paris, Belin, 2010.

8 On citera notamment Les lois religieuses des Empereurs romains de Constantin à Théodose II. I (Code Théodosien XVI) & II, éd. Th. Mommsen, trad. J. Rougé, trad. et com. R. Delmaire, Sources chrétiennes 497 et 531, Paris, Cerf, 2005 et 2009 et S. Crogiez-Pétrequin, P. Jaillette, J.-M. Poinsotte (éd.), Codex Theodosianus - Le Code Théodosien, V, texte latin d’après l’édition de Mommsen, trad., intro. et notes, Turnhout, Brepols, 2009.

9 En renvoyant au commentaire par F. Millar des œuvres de T. Honoré, l’un des meilleurs passeurs des données juridiques au service d’une histoire institutionnelle et sociale exemplaire : F. Millar, « A New Approach of the Roman Jurists », JRS, 76, 1986, p. 272-280 = Rome, the Greek World, and the East, H. M. Cotton et G. M. Rogers (éd.), II. Government, Society and Culture in the Roman Empire, Chapel Hill et Londres, The University of North Carolina Press, 2004, p. 417-434, à propos de T. Honoré, Emperors and Lawyers, Londres, 19942 [1981] et Ulpian. Pioneer of Human Rights, Oxford, 20022 [1982].

10 Cf. l’ouvrage à paraître de C. Ando, The Ambitions of Government, Berkeley, 2011 ; le chapitre 1 du présent volume et les conférences qu’il donna au printemps 2010 au Collège de France sous le titre « L’empire du droit » ; de manière générale, S. Benoist, « Le prince, magister legum : réflexions sur la figure du législateur dans la Rome impériale », Le législateur et la loi dans l’Antiquité. Hommage à Françoise Ruzé, P. Sineux (éd.), PUC, Caen, 2005, p. 225-240.

11 Renvoyons aux communications réunies dans les actes d’un colloque international à la mémoire d’Hans-Georg Pflaum, un historien du xxe siècle, S. Demougin, X. Loriot, P. Cosme, S. Lefebvre (éd.), École pratique des Hautes Études, Sciences historiques et philologiques, Hautes Études du monde gréco-romain 37, Droz, Genève, 2006.

12 Pour ne prendre qu’un exemple susceptible de nourrir la discussion, les réflexions de P. Veyne, « Buts de l’art, propagande et faste monarchique », dans L’empire gréco-romain, Paris, 2005, p. 379-418.

13 En partant de J. Scheid, « Pour une archéologie du rite », Annales HSS, 55, mai-juin 2000, p. 615-622. Cf. S. Lepetz, W. Van Andringa, « Pour une archéologie de la mort à l’époque romaine », CRAI, 2006, p. 15-45 ; id. (dir.), Le sacrifice animal en Gaule romaine. Rituels et pratiques alimentaires, Actes de la table ronde organisée les 24 et 25 octobre 2002 au Muséum d’Histoire naturelle de Paris, éditions Monique Mergoil, Montagnac, 2008 ; id., « Pour une archéologie du sacrifice à l’époque romaine », dans V. Mehl, P. Brulé (dir.), Le sacrifice antique : Vestiges, procédures et stratégies, Rennes, 2008, p. 39-60 ; id., « I riti e la morte a Pompei : nuove ricerche archeologiche nella necropoli di Porta Nocera », dans M.-P. Guidobaldi, P. G. Guzzo (éd.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana (scavi 2003-2006), Convegno Internazionale organizzato dalla Soprintendenza archeologica di Pompei, Rome, 2008, p. 377-387.

14 La communication présentée lors du séminaire ayant donné lieu à plusieurs articles et ouvrages publiés (cf. note précédente), j’ai intégré dans cette introduction un résumé et des éléments bibliographiques transmis par William Van Andringa. On peut également renvoyer aux deux ouvrages suivants : W. Van Andringa (éd.), Sacrifices et marché de la viande dans le monde romain, no thématique de Food and History, 5.1, 2007 et id., Quotidien des dieux et des hommes. La vie religieuse dans les cités du Vésuve (BEFAR 337), Rome, 2009.

15 Benet Salway avait abordé la perception de la transition de la République à l’Empire selon les sources postérieures, en commentant la novelle 62 de Justinien, De senatoribus, qui traite d’un transfert du droit en ces termes : Postea uero quam ad maiestatem imperatoriam ius populi Romani et senatus felicitate reipublicae translatum est. On ne peut que regretter qu’il n’ait rendu aucun texte.

16 En partant de S. Benoist, La Fête à Rome au premier siècle de l’Empire. Recherches sur l’univers festif sous les règnes d’Auguste et des Julio-Claudiens, collection Latomus no 248, Bruxelles, 1999, avec le complément de Rome, le prince et la Cité. Pouvoir impérial et cérémonies publiques (ier siècle av. - début du ive siècle ap. J.-C.), collection Le Nœud Gordien, PUF, Paris, 2005. Le volume à paraître du ThesCRA, 3e niveau, partie 3, consacré aux Fêtes et jeux, sous la direction d’Angelos Chaniotis, a été coordonné pour le monde romain par Valérie Huet.

17 Cette communication est parue dans B. C. Ewald, C. F. Noreña, The Emperor and Rome. Space, Representation, and ritual, Cambridge, CUP, 2010, chap. 12.

18 Pour prolonger le débat, on consultera les deux parutions quasi-contemporaines sur ce thème : Antiquité tardive, 15, 2007, sur « Les jeux et spectacles dans l’Antiquité tardive » et les actes d’une table ronde rouennaise intitulés Les jeux et les spectacles dans l’Empire romain tardif et dans les royaumes barbares, E. Soler, Fr. Thélamon (dir.), PURH, Les Cahiers du GRHis no 19, Mont-Saint-Aignan, 2008, avec mes réflexions en guise d’introduction : « Spectacula et romanitas, du principat à l’empire chrétien. Note introductive », p. 13-22.

19 Citons à titre d’exemple les trois premières publications de ce groupe de recherche (Centre Gustave Glotz, UMR 8585, Paris) : M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier (éd.), Cités, Municipes, Colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut Empire romain, Paris, Publications de la Sorbonne, « Histoire ancienne et médiévale » 53, 1999 ; ead., Noms, Identités culturelles et Romanisation sous le Haut-Empire, Bruxelles, 2001 ; ead., Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles, 2006.

20 A. Schiavone, directeur de l’Istituto Italiano di Scienze Umane (Florence, Naples), au Collège de France, les 28 novembre, 3, 10 et 17 décembre 2008, conférences portant sur « 1. Lexique classique de l’égalité ; 2. Égalité et Droit romain ; 3. Égalité et modernité ; 4. La nouvelle frontière : égalité et citoyenneté globale ».

21 Cf. Cultural Identity, chap. 7, p. 95-110, « Territory, ethnonyms and geography : the construction of identity in Roman Italy » ; E. Dench, From barbarians to new men. Greek, Roman, and modern perceptions of peoples of the central Apennines, Oxford, OUP, 1995.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search