Version classiqueVersion mobile

Figures d’empire, fragments de mémoire

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

Avant-propos

Stéphane Benoist

Texte intégral

1Ce volume réunit les contributions au séminaire international d’Histoire romaine organisé à l’automne 2008, les 10 et 11 octobre, 7 et 8 novembre, et 12 et 13 décembre, à la Maison de la Recherche de l’Université Charles-de-Gaulle– Lille 3. Ces journées d’étude avaient pour finalité d’accompagner le renouvellement des recherches entreprises en Histoire romaine ces dernières décennies, notamment celles portant sur la perception de la période impériale (iie s. av. n. è. – vie s. de n.-è.), de la République médiane et tardive à la mise en place du principat et à la christianisation de l’État et de la société. Les pratiques et discours du pouvoir, les images et représentations qui se diffusent dans l’espace impérial, romain et provincial, les modalités du gouvernement et de l’administration de l’empire, le thème de la normativité, de l’élaboration d’un droit à ses conséquences sur la société, ont tour à tour fait l’objet de nombreuses recherches. Ont été ainsi éclairés les divers modes de communication au sein d’un très vaste ensemble territorial, la question des identités sociales et religieuses, mais également l’approche sur la longue durée d’un impérialisme multiforme, de la fin de la République à l’Antiquité tardive chrétienne, et ses conséquences pour la compréhension des espaces méditerranéens, du Moyen-Âge à nos jours. Ce séminaire avait pour principale ambition de proposer un état des lieux de la recherche actuelle en exposant, confrontant et discutant les résultats antérieurs et les enquêtes en cours.

2La direction de la recherche de Lille a donc retenu et financé ce projet (sur bqr) dans le cadre des crédits alloués au nouveaux enseignants-chercheurs de l’Université, en l’occurrence pour l’inauguration de la chaire d’Histoire romaine, afin de faire le point sur les diverses recherches en cours concernant cette période impériale romaine de près de huit siècles, avec la participation des spécialistes français et étrangers les plus marquants dans chaque domaine. Il s’est agi d’inscrire cette recherche collective dans le droit fil de la tradition incarnée par les différents titulaires de la chaire d’Histoire romaine s’étant succédé durant les trente dernières années à Lille 3. Citons en histoire institutionnelle et urbaine, en droit romain et christianisme antique, en épigraphie et prosopographie, du Haut-Empire à l’Antiquité tardive, Claude Lepelley, François Jacques, Roland Delmaire et Janine Desmulliez, sans oublier auparavant d’autres personnalités marquantes comme Noël Duval ou Charles Piétri. En outre, l’objectif était de proposer un premier bilan permettant de dessiner les contours du nouveau programme de recherche intitulé « Mémoire et histoire », ayant pris place au sein de l’équipe Halma-Ipel (UMR 8164, CNRS, Lille 3, MCC). Dans le prolongement des enquêtes personnelles du nouveau titulaire de la chaire, principalement consacrées au pouvoir impérial et ses représentations (notamment dans l’espace urbain), du programme collectif portant sur « les victimes de la condamnation de mémoire » (co-dirigé avec Sabine Lefebvre dans le cadre du centre Gustave Glotz en 2002-2009, puis des équipes Halma-Ipel et AnHiMA depuis janvier 2010), et de collaborations internationales en cours (en particulier la Série « Impact of Empire »), le séminaire thématique et ses intervenants ont permis de dresser l’inventaire des principaux centres d’intérêt actuels et attester des partenariats internationaux prolongés et renouvelés destinés à maintenir un pôle d’excellence reconnu en Histoire romaine à Lille 3.

3Le choix de la formule d’un séminaire de recherche reposait sur le dessein d’exposer, confronter et discuter les enquêtes en cours concernant notamment le pouvoir impérial, les formes de diffusion des images et représentations de ses titulaires, les modalités de gouvernement et d’administration de l’empire, le thème de la normativité, de l’élaboration d’un droit et des formes de contrainte qu’il implique, enfin le problème des identités sociales et cultuelles. Cette perspective thématique assurément très large débouchait toutefois sur une ambition plus mesurée : proposer un ouvrage recueillant des synthèses et des projets de recherche en cours présentés par des spécialistes français, européens et américains, en tenant compte des discussions longues et nourries lors de rencontres préparées et animées par les membres de la section lilloise d’Histoire romaine (William Van Andringa, professeur d’Histoire des religions, Javier Arce, professeur d’Archéologie romaine, Christine Hoët-van Cauwenberghe et Pierre Jaillette, maîtres de conférences d’Histoire romaine).

4La première session a permis d’aborder les problèmes de méthodologie, d’historiographie, la variété des sources et des interprétations autour Des figures d’empire et modèles d’empereurs, en soulignant la diversité des voies d’enquête possibles. Une définition de l’espace impérial et de la notion d’impérialisme s’imposait en premier lieu, tant pour éclairer la période de transition entre République et Empire que pour envisager les lectures contemporaines d’un « empire colonial ». Un second volet s’est attaché plus particulièrement à la figure impériale, à ses déclinaisons dans le temps et les diverses sources à notre disposition, afin d’aborder la nature de la fonction impériale, ses modalités concrètes d’expression et de discours, ses voies de commémoration, par l’épigraphie, la numismatique, les sources littéraires et les représentations iconographiques.

5La deuxième session, consacrée aux Pratiques du gouvernement de l’empire, expressions et réalités, a fait notamment une large place à la diversité des approches possibles, fondées sur les sources épigraphiques, littéraires et juridiques, histoire politique et sociale, approche administrative et pratique de la prosopographie. Les interventions ont porté sur les divers aspects de l’administration de l’empire, à Rome et dans les provinces, avec une attention particulière portée à la partie hellénophone de l’imperium Romanum. On a pris ainsi la mesure des modalités de diffusion de l’information, de l’application des décisions prises par le pouvoir central et des formes concrètes des relais d’autorité. C’est à un bilan des méthodes, des angles d’approche et des perspectives d’enquête que l’on a procédé.

6Dans une dernière session, sous le titre De la norme à l’identité, il convenait de faire l’inventaire sur une très longue durée, de la fin de la République romaine jusqu’à l’empire chrétien, des nombreuses recherches ayant porté, depuis une trentaine d’années, tant sur les formes de codification que sur les identités sociales et religieuses. Il s’est agi ainsi de réfléchir aux diverses formes de codification, à leurs conséquences pratiques, sociales et religieuses, notamment à l’époque tardive, et à la nature d’une traduction de telles approches en termes d’identité. L’identité personnelle et collective est ainsi au cœur de recherches très récentes sur les cultes et les statuts des individus au sein de leurs collectivités, au croisement de diverses sources, de l’archéologie au droit. Une image renouvelée de « l’homme romain » s’offre dès lors au regard de celui qui s’attache à construire une histoire faite de fragments de mémoire.

7Après le séminaire et les deux années qui ont suivi, nécessaires à la préparation du volume, l’organisateur et premier éditeur a l’agréable tâche de remercier toutes celles et ceux qui se sont joints à lui pour rendre possibles la manifestation scientifique d’abord, qui accueillit tout autant chercheurs et enseignants-chercheurs qu’étudiants de Licence, de Master et de Doctorat, puis sa diffusion dans les meilleures conditions. Tout d’abord, la direction de la recherche de Lille 3, qui a financé l’ensemble de ce séminaire, et l’équipe Halma-Ipel qui en a assuré avec compétence et disponibilité l’organisation : ses deux directeurs successifs, Alain Dememetz et Didier Devauchelle, Christine Aubry, IGE attachée à la recherche, qui s’est notamment chargé avec dévouement de la mise en page de ce livre, Jocelyne Casène et Catherine Montagne pour la préparation matérielle et le bon déroulement des rencontres, enfin les deux co-éditrices, Anne Daguet-Gagey et Christine Hoët-van Cauwenberghe, sans lequelles ce livre ne serait pas ce qu’il est. Tous les participants ont répondu chaleureusement à l’appel et témoignent de l’existence d’une koinè scientifique, européenne et américaine, constituée de longue date et en grande partie dans l’entourage de deux maîtres au rayonnement et à l’humanité incomparables, à Paris le regretté André Chastagnol et à Oxford Sir Fergus Millar. Que toutes et tous soient remerciés très sincèrement. Une œuvre scientifique est toujours et avant tout une aventure humaine au long cours qu’il appartient à tous ses acteurs de mener à bien avec cœur et engagement.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search