Version classiqueVersion mobile

« Créer du vivant »

 | 
Marion Muller-Dufeu

Textes complémentaires

Texte intégral

1TC 1. Ciste Ficoroni : Corpus inscriptionum latinarum, I 2 , Berlin, 1973, 561

2Novios Plautios med Romai fecid Dindia Macolnia fileai dedit.

3Œuvre de Novios Plautios à Rome ; don de Dindia Macolnia à sa fille.

4TC 2. Guerrier de Capestrano (Musée archéologique de Chieti, AQ 1) : A. La Regina, « I Sanniti », dans G. Pugliese-Carratelli (dir.), Italia. Omnium terrarum parens, Milan, 1989, p. 302-303

5Ma kupri koram opsut Ananis raki Nevii.

6Le sculpteur Ananis m’a fait comme une belle image du roi Naevius (Pompuledius).

7TC 3. Bousquet Corpus des Inscriptions de Delphes II, Les comptes du quatrième et troisième siècle, Paris, 1989, 62 II A

Δεξίλαι ἐφόδιον ε [ίς - 5 - ] ἐπὶ τοὺς ἐγγύους, ὅκ[α Κρίθω] ν ἔμελλε τὰ ἰσχέπλιν[θα δωσ] εImageν, καὶ εἰς ’Αθάνας, δρα[χμὰς δ] έκα δύο.

8À Dexilas, frais de route pour contacter les garants, lorsque Crithon devait fournir les ischéplintha, et pour aller à Athènes, douze drachmes.

9TC 4. Bousquet 1989, 57, l. 1-10

[….’Ανδροσθένης’Αθ] ηναImageος [ - 12 - ἐδέξα] το ὑπὲρ [Πραξἰα μεθόπια ἐργ] άσασθαι [δύο – 10 -, τὸ με] θόπιον [ἑκάτερον δραχμImageν ἑ] πτακατι[Imageν σύμπασα τιμὰ δρα] χμαὶ χίλ[ιαι τετρακάτιαι ∙ τ] ούτωι ἐδώ[καμεν, τὸ ἐπιδέκατ]ον ἀφελόν[τες, δραχμὰς χιλίας] διακατί[ας ἑξήκοντα. ]

10Androsthénès d’Athènes a accepté de faire les deux frontons pour Praxias, à sept cents drachmes chaque fronton, total mille quatre cents drachmes ; après avoir défalqué le dixième de grantie, nous lui avons remis mille deux cent soixante drachmes.

11TC 5. W. Dittenberger, Sylloge Inscriptionum graecarum 3 , Leipzig, 1915, 3

Τὰδε τἀγάλματα | [ἀ] πὸ λείο ᾿Αριστόλοχ[ος] | καὶ Θράσων ἀνέθεσαν [τὠ]| πόλλονι δεκάτην · ἔχε[εν]| δ᾿αὐτὰς ᾿ΙσικλImageς ὁ Κυμάνδρ[ο].

12Ces statues, Aristolochos et Thrason les ont consacrées à Apollon comme dîme sur le butin ; c’est Isiclès, fils de Kymandros qui les a fondues.

13TC 6. Dittenberger 1915, 689

[Ἄρχοντος ῾Αγίωνος] τοImage ᾿Εχεφύλου, [βο] υλευόντων τὰν πρώταν ἑξάμηνον Νικ[οστρά| του τοImage Εὐδώρου, Ξ]ένωνος τοImage Ἀριστοϐούλου, Τιμοκλέος τοImage Θρασέα, ἐπ[ειδὴ | - - - - - - - - α Ἀριστο] κράτεος Κυμαία, χοροψάλτρια, παραγενηθ[ε] Imageσα ἐν Δε[λφοὺς | καὶ παρακληθεImage] σα ὑπό τε τImageν ἀρχό[ν] των καὶ τImageς πόλιος, ἐπέδωκε [τImageι θεImageι | αὐθαμερὰν καὶ ἀ] γωνίξατο ἁμέρα[ς δύο] καὶ εὐδοκίμησε ἐν τImageι ἀγImageν[ι] τ [Imageν Πυθί| ων καταξίως τ]οImage τε θεοImage καὶ τImageς πόλιος ἁμImageν · vv ἀγαθImageι τύχαι · δέδοχθαι τImageι | πόλει τImageν Δελ]φImageν ἐν ἀγορImageι τελείωι σὺν ψήφοις τοImageς ἐννόμοις, [ἐπαινέσαι | - - - - - - - - -α]ν ᾿Αριστοκράτεος Κυμαίαν καὶ στεφανImageσαι αὐτὰν [εἰκόνι χαλκέ|αι, ἀριστεί]ωι τε τοImage θεοImage στεφάνωι, Imageι πάτριόν ἐστι ΔελφοImageς, καὶ ἀργυ[ρίου δραχ|μαImageς χιλί]αις, ἀποστεImageλαι δὲ αὐτImageι τοὺς ἄρχοντας καὶ ξένια τὰ μέγιστ[α ἐκ τImageν νό|μων · δέδοσθ] αι δὲ αὐτImageι καὶ ἐκγόνοις καὶ παρὰ τImageς πόλιος προξενίαν, προμαντεία[ν, προδικί|αν, ἀσυλίαν, ἀτ]έλειαν πάντων, προεδρίαν ἐν πImageσι τοImageς ἀγώνοις οImageς ἁ πόλ[ις τίθητι · εImage|μεν δὲ αὐτImageι] καὶ ἐκγόνοις καὶ γImageς καὶ οἰκίας ἔγκτησιν καὶ τὰ ἄλλα [τίμια ὅσα καὶ | τοImageς ἄλλοις προξένοι]ς καὶ εὐεργέταις τImageς πόλιος ὑπάρχει. Ἀναγρ[άψαι δὲ τόδε τὸ | φάφισμα ἐν τImageι ἐπιφαν]εστάτωι τόπωι τοImage ἱεροImage. ᾿ΑποστεImage[λαι δὲ τοὺς ἄρχον|τας ἀντιγεγραμμένα τάδε τὰ] δεδογμένα τImageι πόλει τImageν Κ [υμαίων, ὅπως εἰδImageσι].

14Sous l’archontat d’Hagion, fils d’Échéphylos, avec pour bouleutes du premier semestre Nicostratos fils d’Eudoros, Xénon, fils d’Aristoboulos, Timoclès fils de Thraséas, attendu que ***a, fille d’Aristocratès de Cumes, harpiste, qui se trouvait à Delphes, sur l’invitation des archontes et de la cité, a donné une représentation gratuite le jour même ; qu’elle a concouru pendant deux jours, et qu’elle a excellé dans le concours des Pythia, de façon digne du dieu et de notre cité ; à la bonne fortune, plaise à la cité de Delphes, réunie en assemblée souveraine avec les votes légaux, de décerner l’éloge à ***a, fille d’Aristocratès de Cumes, et de la couronner d’une effigie de bronze, de la couronne d’honneur du dieu, traditionnelle à Delphes, et de mille drachmes d’argent ; que les archontes lui envoient les plus grands présents d’hospitalité prévus par la loi ; qu’on lui donne aussi, ainsi qu’à ses descendants, et de la part de la cité, la charge de proxène, la priorité lors de la consultation de l’oracle, la priorité pour l’accès à la justice, le droit d’asile, l’exemption de toutes les taxes, et une place d’honneur dans tous les concours que la cité organise ; qu’elle jouisse aussi, ainsi que ses descendants, du droit d’acquérir un terrain et une maison, et de tous les honneurs qui sont accordés aux proxènes et aux bienfaiteurs de la cité. Qu’on inscrive ce décret dans le lieu le plus en vue du sanctuaire. Que les archontes envoient une copie de ces décisions à la cité de Cumes, pour l’en informer.

15TC 7. Dittenberger 1915, 738 = L. Robert, Opera Minora Selecta I, p. 247-253.

A) [Ἄρχοντος Ἁϐρ]ομάχου, μηνὸς Βουκατίου, βουλευόντων τὰν π[ρ]ώτα]ν [ἑξάμηνον Στρ]ατάγου, Κλέωνος, Ἀντιφίλου, Δάμωνος, ἔδοξε τImageι πόλει τImage[ν | ΔελφImageν · ἐπει]δὴ Πολυγνώτα Σωκράτους Θηϐαία, χοροψάλτρια, ἐνδαμήσασα ἐν Δελ[φούς, | ἀγωνίξατο ὃ] ν ἔδει συντελεImageσθαι τὸν ἀγImageνα τImageν ΙΕΙ Πυθίων, διὰ δὲ τὸν ἐνεστεκότ[α | πόλεμον οὐ τ] ετελειμένου τοImage ἀγImageνος, αὐθαμέρὰν ἄρξατο καὶ ἐπέδωκε ἁμέραν · παρ[ακ| ληθεImageσα δὲ ὑπό τε τImageν ἀρχόντων καὶ τImageν πολιτImageν καὶ ἀγωνίξατο ἑ [τέρ| ας ἡ]μέρας τρεImageς καὶ εὐδοκίμησε μεγαλομερImageς, ἀξίως τοImage τε θε[οImage | καὶ] τοImage δάμου τImageν Θηϐαίων καὶ τὰς ἁμετέρας πόλιος, καὶ ἐστεφανώσ|[αμ] εν αὐτὰν καὶ δραχμαImageς πεντακοσίαις · ἀγαθImageι τύχαι · ἐπαιν[έ]|σαι Πολυγνώταν Σωκράτους Θηϐαίαν ἐπί τε τImageι ποτὶ τὸν θεὸν ε[ὐσεϐ]είαι [καί | ὁ]σιότατι, καὶ τImageι περὶ τὸ ἐπιτάδευμα καὶ τὰν τέχναν προαιρέσει. Ὑπάρχ[ει| ν δ]ὲ αὐτImageι καὶ ἐκγόνοις παρὰ τὰ[ς] πόλιος ἁμImageν προξενίαν, προμαντείαν, προ[δι| κίαν, ἀσυλίαν, ἀτέλειαν, προεδρίαν ἐν τοImageς ἀγώνοις, οImageς ἁ πόλις τίθητι, | καὶ γImageς καί οἰκίας ἔγκτησιν καὶ τἄλλα τίμια πάντα ὅσα καὶ τοImageς ἄλλοις π[ρο]| ξένοις καὶ εὐεργέταις τImageς πόλιος ὑπάρχει · καλέσαι δὲ αὐτὰν καὶ ἐν τὸ π [ρυτα] νεImageον ἐπὶ τὰν κοινὰν ἑστίαν. ΠαραστImageσα[ι] δὲ αὐτImage[ι] καὶ ἱερεImageον τImageι Ἀπό[λ]|λωνι.

Β) Θεός. Τύχαν ἀγαθαν. | Ἔδοξε τImageι πόλει τImageν ΔελφImageν · ἐπεὶ Λυκέας Δωροθέου ΘηϐαImageος [ἐνδαμήσας] | ἐν τὰν πὀλιν ἁμImageν τέταται [ὑπὲρ] τImageς Πολυγνώτας τάν τε ἀναστροφὰν καὶ τὰ[ν ἐ]|πιδαμίαν ἐποιήσατο ἀξίως τ [ο]Image τε ἑαυτοImage δάμου καὶ τImageς πόλιος ἁμImageν, [δέδ]οχθαι τImageι πόλει · ἐπαινέσαι Λυκέαν Δωρόθεου ΘηϐαImageον καὶ ὑπάρχειν δὲ αὐτ[Imageι καὶ] | ἐκγόνοις προξενίαν, προμαντείαν, πρ[οδικί]αν, ἀσυλίαν, ἀτέλειαν [πάντων, προεδ]|ρίαν ἐν τοImageς ἀγών[οι]ς οImageς [ἁ πόλις τίθητι], καὶ τἄλλα τίμια ὅσα καὶ [τοImageς ἄλλοις] | προξένοις καὶ εὐεργέταις τImageς πόλιος ὑπάρχει · καλέσαι δὲ αὐτὸν κα[ὶ ἐν τὸ πρυτάνειον ἐ]|πὶ τὰν κοινὰν [τImageς πόλιος ἑστί] αν. Ἄρχοντος ῾Αϐρομάχου τοImage ᾿Αθάμϐ[ου, βουλευόν] των Δάμωνος, Κλέωνος, [Στρ] ατάγου, ᾿Αντιφίλου.

16A) Sous l’archontat d’Habromachos, au mois de Boucatios, avec pour bouleutes du premier semestre Stratagos, Cléon, Antiphilos, Damon, la cité de Delphes a décidé : attendu que Polygnota, fille de Socratès, de Thèbes, harpiste, qui s’est installée à Delphes, au concours des Pythia qui devait se tenir alors, mais qui n’a pas eu lieu à cause de la guerre, a offert une représentation et l’a prolongée d’une journée ; sur l’invitation des archontes et des citoyens, elle a concouru trois autres jours et a excellé magnifiquement, en se montrant digne du dieu, du peuple de Thèbes et de notre cité ; nous l’avons donc couronnée d’une somme de cinq cents drachmes ; à la bonne fortune, qu’on décerne l’éloge à Polygnota, fille de Socratès, de Thèbes, pour sa piété envers le dieu et pour sa religiosité, ainsi que pour l’excellence de sa prestation et de son art. Qu’elle jouisse, ainsi que ses descendants, de la part de notre cité, de la charge de proxène, de la priorité lors de la consultation des oracles, de la priorité dans l’accès à la justice, du droit d’asile, de l’exemption des taxes, d’une place d’honneur dans les concours organisés par la cité, du droit d’acquérir un terrain et une maison, et de tous les autres honneurs concédés aux proxènes et aux bienfaiteurs de la cité ; qu’on l’invite au repas commun au prytanée et qu’on lui octroie une victime à sacrifier à Apollon.

17B) Dieu. À la bonne fortune. Décision de la cité de Delphes : attendu que Lykéas, fils de Dorothéos, de Thèbes, qui s’est installé dans notre cité, s’est occupé au nom de Polygnota de son retour et de son séjour, d’une façon digne de son peuple et de notre cité, la cité a décidé de décerner l’éloge à Lykéas, fils de Dorothéos, de Thèbes, et de lui accorder, ainsi qu’à ses descendants, la charge de proxène, la priorité lors de la consultation de l’oracle, la priorité pour l’accès à la justice, le droit d’asile, l’exemption de toutes les taxes, une place d’honneur dans tous les concours organisés par la cité, et tous les autres honneurs concédés aux proxènes et aux bienfaiteurs de la cité ; qu’on l’invite aussi au repas commun dans le prytanée. Archonte : Habromachos, fils d’Athambos, Bouleutes : Damon, Cléon, Stratagos et Antiphilos.

18TC 8. P. Friedländer & B. Hofleit, Epigrammata, Greek Inscriptions on Verse, Los Angeles, 1948, 45 (Halai en Locride)

Εὔϝανδρος μ᾿ἀνέθηκε · [κάμ]ὼν περι[κ]αλ(λ)έα κοImage[ρο]ν
χερσὶ φίλαισιν ἒδω[κεν ᾿Αθα] ναίαι [π] ολιούχ[ωι].

19Offrande d’Euandros : après avoir fait ce beau jeune homme
de ses mains, il l’a offert à Athéna Patronne de la ville.

20TC 9. Friedländer, Hofleit 1948, 111 (VI e  s.)

Νικόμαχος μ᾿ἐπόει.
ΧαImageρε, ϝάναξ Ἥρακλες · ὅ τοι κεραμεύς μ᾿ἀνέθηκε ·
δὸς δὲ ϝιν ἀνθρώποις δόξαν ἔχειν ἀ (γ) αθ<ά> ν.

21Œuvre de Nicomachos.
Salut, prince Héraclès : le potier m’a consacré pour toi ;
donne-lui d’obtenir une bonne renommée parmi les hommes.

22TC 10. G. Lafaye, Inscriptiones graecae ad res romanas pertinentes IV, Paris, 1908, n o 292

Διὸ ἀγαθImageι τύχηι καὶ ἐπὶ σωτηρίαι τImageς πόλεως δεδόχθαιò [τImageι βουλImageι καὶ] τImageι δήμωι ἐπηνImageσθαί τε Διόδωρον ἐπὶ τοImageς προγεγραμμένοις κò[αὶ ἐπὶ τImageι ἀπὸ] προγόνων εὐεργέτην ὄντα καὶ πολιτευόμενον καλImageς τImageν μεγίσ[των ἀγαθImageν] παραίτιον γεγονέναι τImageι πατρίδι καὶ στεφανImageσαι αὐτὸν χρυσImageι στεφάν[ωι ἀριστείωι]
καὶ ἰκόνι χρυσImageι καὶ ἄλληι ἐφίππωι καὶ ἄλλῃ χαλκImageι κολοσσικImageι στεφανου[μένηι ὑπὸ]
τοImage δήμου καὶ ἄλληι ἐφίππωι καὶ ἀγάλματι μαρμαρίνωι, Imageν καὶ γενέσ[θαι τὰς ἀνα] -
θέσεις ἐν οImageς ἂν αὐτὸς κρείνηι τImageν ἱερImageν καὶ δημοσίων τόπων, τImageν μὲν χρ[υσImageν ἐπὶ στυ] -
λίδων μαρμαρίνων, τImageν δὲ χαλκImageν ἐπὶ βημάτων ὁμοίως μαρμαρίνων, τοImage δὲ ἀ [γάλ] -
ματος ἐν τImage κατασκευασθησομένωι ναImageι, γενομένης ἑπιγραφImageς ἐπ’αὐτImageν [ὅτι "ὁ] δImageμος ἐτίμησεν Διόδωρον Ἡρώιδου, τὸν διὰ γένους ἱερέα τοImage Διὸς τοImage μεγίσ[του] καὶ ἀρχιερέα, γεγονότα διὰ προγόνων εὐεργέτην καὶ πολλὰ καὶ μεγάλα
εὐεργετήσ[αν] -
τα τὴν πατρίδα".

23C’est pourquoi, à la bonne fortune et pour le salut de la cité, le conseil et l’assemblée du peuple ont décidé de décerner l’éloge à Diodoros pour les raisons susdites, pour le fait qu’il est notre bienfaiteur par tradition familiale, et que comme citoyen, il est la cause des plus grands biens pour la patrie, et de le couronner d’une couronne d’excellence en or, d’une effigie en or, d’une effigie équestre, d’une effigie colossale en bronze couronnée par le peuple, et d’une autre à cheval, et d’une statue en marbre, dont l’érection se fera dans les lieux publics et sacrés qu’il choisira lui-même ; les effigies d’or seront érigées sur des colonnes de marbre, les bronzes sur des bases également en marbre, la statue dans le temple qui sera édifié ; on y gravera des inscriptions selon lesquelles « le peuple a honoré Diodoros fils d’Hérodos, le prêtre héréditaire de Zeus Très grand, archiprêtre, qui s’est montré par tradition familiale bienfaiteur et qui a comblé la patrie de nombreux et grands bienfaits. »

24TC 11. M. L. Lazzarini, « Le formule delle dediche votive nella Grecia arcaica », Atti dell’Accademia nazionale dei Lincei, Memorie 19,2 (1976), 710

25Νομένι|ος ἀνέθεκ|εν’Αθεναία|ι τόδ’ἄγαλμα.

26Statue offerte par Noménios à Athéna

27TC 12. L. Robert, Collection Froehner : Inscriptions grecques, Paris, 1936, 54

[.. c 7.. πρό] τερό[ν τε ἐτίμησεν αὐτὸν | ἡ π]όλις ταImageς προσηκού[σ]α [ις τιμαImageς · ὅπως] | δ᾿ ἂν ἀεὶ φαίνηται χάριτας ἀξ[ίας ὁ δImageμος ἀ]|ποδιδοὺς τImageν εἰς αὐτὸν εὐεργητημάτων | κ]αὶ πImageσιν Image φανερὸν τοImageς εὐεργε[τεImageν αἱρου]|μένοις αὐτὸν ὅτι προαιρεImageται χά[ριτας ἀξί]|ας ἐπιδιδόναι · ἐπαινέσαι μὲν [.. c 7..|..] ἀρετὴς ἕνεκεν καὶ εὐνοίας [ἣν ἒχων | δι]ατέλει περὶ τὸν δImageμον · στImageσα[ι δὲ αὐτοImage | κα]ὶ εἰκόνα χαλκImageν ἐν τImageι ἀγορImage[ι · τὸν δὲ τό]|πον οImage σταθήσεται ἀποδειξάτω[σαν οἱ] | προστάται · ὅπως δ ̓ἂν ἡ εἰκὼν συν[τελεσθImageι] | ἐν τάχει ἑλέσθαι τImageν πολιτImage[ν ἐπιμελη]|τὰς δύο οἵτινες ἐγδώσονται τὴν [ποίησιν] | καὶ ἐπιμελήσονται ὅπως συντελ[εσθImageι · εἰς] | δὲ τὴν πλImageσιν τImageς εἰκόνος δότ[ω ὁ ἐνε]| στὼς ταμίας δραχμὰς τατρα[κοσίας · τὰ] | δὲ λοιπὰ τImageν χρημάτων οἱ εἰσιόν[τες προ]|στάται πόρον συντάξαντες δό[τωσαν] | τImageι ταμίαι · ὁ δὲ ταμίας δότω τοImageς ἐ[πιμε]| ληταImageς καθ᾿ὃ ἂν τὴν ἔγδοσιν ποιήσ[ωνται] | οἱ ἐπιμεληταί · ἑλέσθαι δὲ καὶ πρέσ[ϐεις] | πέντε οἵτινες ἀφικόμενοι τὰς τιμ[ὰς τὰς] | ἐψηφισμένας ἀποδώσουσιν καὶ π[αρακα| λοImage] σιν αὐτὸν τὴν εὔνοιαν παρέ[χεσθαι τImageι | πόλει · ἀ]ναγράψαι δέ τὸ ψήφισμα ἐν σ[τήληι λι|θίνηι κ] αὶ στImageσαι ἐν τImageι τImageς ἈθηνImageς [ἱερImageι · | τὸ δὲ ἀ]νάλωμα δότω ὁ ταμίας. Ἐ[πιμελη|ταί · 3-4] λώτης Πινδάρου, Νέων ᾿Αρισ[τείδου.| Πρεσϐευ]ταί · Εὐπόλεμος Δυμάντος, [᾿Ἰατρο| κλImageς Ἀν]τιγένου, Λύσανδρος Πινδ[άρου, - - | - - Πτ]ολεμαίου, Πόλλις ᾿Αριστ[- - - -

28Auparavant, la cité l’a honoré des honneurs correspondants ; afin que le peuple montre qu’il accorde toujours les remerciements dignes des bienfaits qu’on lui donne, et qu’il soit manifeste à tous ceux qui choisissent de lui faire du bien qu’il entend accorder les faveurs correspondantes, qu’on accorde l’éloge à ***, en raison de sa valeur et de la bienveillance qu’il manifeste toujours envers le peuple ; qu’on érige son effigie de bronze sur l’agora ; les prostates indiqueront le lieu où elle se tiendra ; afin que l’effigie soit exécutée rapidement, on choisira parmi les citoyens deux surveillants qui adjugeront la confection et veilleront à ce qu’elle soit exécutée ; pour le modelage de l’effigie, le trésorier en charge versera quatre cents drachmes ; les prostates désignés verseront le reste de la somme au trésorier après avoir pourvu à son financement ; le trésorier versera aux surveillants au fur et à mesure que les surveillants feront les retraits ; on choisira cinq ambassadeurs qui, à leur arrivée, lui notifieront les honneurs votés pour lui, et l’inviteront à montrer sa bienveillance envers la cité ; on inscrira le décret sur une stèle de pierre et on la placera dans le sanctuaire d’Athéna ; le trésorier versera la somme pour cette dépense. Surveillants : **lotès, fils de Pindaros, Néon, fils d’Aristéidès ; ambassadeurs : Eupolémos, fils de Dypas, Iatroclès, fils d’Antigénès, Lysandros, fils de Pindaros, ***, fils de Ptolémaios, Pollis, fils d’Arist**.

29TC 13. R. Merkelbach, J. Stauber, Steinepigramme aus dem griechischen Osten, I, Di Westkuste Kleinasiens von Knidos bis Ilion, Stuttgart-Leipzig, 1998, p. 187-191

ἈγαθImage τύχῃ. | Ἐπὶ πρυτάνεως Ἀκροδήμου τοImage Δι|οτείμου · ὁ δImageμος ὁ Μαγνήτων ἐπερω|τImage τὸν θεὸν περὶ τοImage σημείου τοImage | γεγονότος ὅτι πλατάνου κατὰ τὴν | πόλιν κλασθείσης ὑπὸ ἀνέμου εὑ|ρέθη ἐν αὐτImage ἀφείδρυμα Διονύσου, | τί αὐτImage σημαίνει ἢ τί ἂν ποίησας | ἀδεImageς διατέλοι ἥδιον · θεοπρόποι | ἐπέμφθησαν ἰς Δελφοὺς ἙρμImageναξ ‖ Ἐπικράτους, Ἀρίσταρχος Διοδώρου.

30À la bonne fortune. Sous la prytanie d’Acrodémos, fils de Diotimos, le peuple des Magnètes interroge le dieu au sujet du présage suivant : un platane a été renversé par le vent et on y a trouvé une statue de Dionysos. Qu’est ce que cela signifie, et que doit-on faire pour que le résultat tourne sans crainte à notre avantage ? On a envoyé comme observateurs à Delphes Hermonax, fils d’Épicratès et Aristarchos, fils de Diodoros.

31TC 14. A. E. Raubitschek, Dedications from the Athenian Akropolis : a Catalogue of the Inscriptions of the Sixth and Fifth Centuries B. C., Cambridge, 1949, 53

[Ἔργο] ν θαλόντον πολιέοχε πότνι᾿ Ἀθάνα
Σμίκρο καὶ παίδον μνImageμ᾿ἔχοι hέδε πόλις.

32Athéna, souveraine protectrice de la cité, que cette cité
garde le souvenir des œuvres florissantes de Smicros et de ses enfants.

33TC 15. Raubitschek 1949, 92

ΒρImage[γος ὁ κεραμεὺς] | ἀνέθò[εκεν τἀθεναίαι] | ἀ[παρχέν].

34Le (potier ?) Brygos a consacré à Athéna les prémisses (de son travail).

35TC 16. Inscriptiones Graecae I 3 , Institut archéologique allemand, Berlin, 1981-1998, 476, l. 221-227 et 232-235

‘Ραϐ[δόσεος τȏν κιό|[νον τ]ȏν πρὸ[ς ἕ] ο τȏν κατὰ τὸν β|[ομὸ]ν · τȏν πρὸς τȏ βομȏ τImageς Διό|[νες Λ]άοσσος ‘ΑλοπεκImage[θ]εν ΔΔ. Φ|[ίλο]ν hερχι[ε]ὺς ΔΔ. Παρμένον Λ|[αόσ]σο ΔΔ Κ[αρί]ον Λαόσσο · ΔΔ · hί|[καρος · Δ] Δ. (…)
Τȏν | [ἐχ] όμενον [ἐχ]σὲς’Αμεινιάδε|[ς ἐ]ν Κοίλε[ι οἰ] κȏν· ΔΔ. Αἰσχίνη|[ς Δ] Δ. Λυσα[νίας Δ] Δ. Σο[μ] ένες hαμ|[ει] νιάδ[ο · ΔΔ.

36Pour les cannelures des colonnes du côté est, jusqu’à l’autel ; pour celles du côté de l’autel de Dionè, Laossos d’Alopékè (a reçu) vingt drachmes ; Philon d’Herchia vingt drachmes ; Parménon, fils (ou esclave ?) de Laossos, vingt drachmes ; Carion, fils (ou esclave ?) de Laossos, vingt drachmes ; Hicaros, vingt drachmes… Pour les colonnes qui suivent, Ameiniadès, domicilié à Coilè, (a reçu) vingt drachmes ; Aischinès, vingt drachmes ; Lysanias, vingt drachmes ; Soménès, fils (ou esclave ?) d’Ameiniadès, vingt drachmes.

37TC 17. IG I 3 , 647

Παλ(λ)άδι’Αθαναίαι Λύσων ἀνέθεκεν ἀπαρχὴν
Imageν αὐτοὺς κτ[εά] νων · τImageς θεImageς χαρίεν
Θηϐάδης ἐπ[όησε Χαρί] νου παImageς τόδ’ἄγαλμα.

38Lyson a consacré à Pallas Athéna les prémisses
de ses propres biens ; Thébadès, fils de Charinos
a réalisé cette statue charmante de la déesse.

39TC 18. IG I 3 766

[‘Εσθλὸν] τοImageσι σοφοImageσι σο[φ]ίζεσθ[αι κ]ατ[ὰ τεχνέν
hὸς γὰρ] hέχει τεχνὲν λôι[ο]ν hέχ[ει βίοτον].
[4-5]ε’Αθεναίαι δεκάτ[εν---].

40Il est noble pour les habiles de s’entretenir dans leur métier ;
car celui qui a un métier a une vie meilleure.
(Offrande) à Athéna de la dîme.

41TC 19. IG I 3 817

[----ἐ]ποίε κἀνέθεκε ¦ τImageι θεȏι.

42Œuvre et offrande de *** à la déesse.

43TC 20. IG I 3 1361

ΦρυγImageν ὃς ἄριστος ἐγένατ᾿ ἐ|ν εὐρυχόροισιν ᾿Αθήνα(ι)ς Μάν|νης ᾿Ορύμαιος, Image μνImageμα τόδ᾿ ἐσ|τὶ καλόν. Καὶ μὰ Δι᾿ οὐκ εImageδον | ἐμαυτȏ ἀμείνω ὑλοτόμον. | ᾿Εν τImageι πολέμωι ἀπέθανεν.

44Le meilleur des Phrygiens qui soit né dans Athènes aux vastes chœurs, c’est Mannès Orymaios, dont voici le beau monument. Par Zeus, je n’ai jamais vu meilleur bûcheron que moi. Il est mort à la guerre.

45TC 21. Inscriptiones Graecae II/III 2 , Institut archéologique allemand, Berlin, 1916-2008, 223 b, l. 4-5

----------] ἀναθεImageναι τό τε ἄγα|[λμα----τImageι Ἡφαίστωι κ]αὶ τImageι ἈθηνImageι τImageι Ἡφαιστίαι.

46(La cité a décidé) de consacrer la statue à Héphaistos et Athéna Héphaistia.

47TC 22. IG II/III 2 450 b, l. 7-12

‘Ε[ξεImage]| ναι δὲ αὐτImageι καὶ εἰκόνα στ|Imageσαι ἑαυτοImage χαλκImageν ἐφ’ ἵππ|ου ἐν ἀγορImageι ὅπου ἄμ βούλη|ται πλὴν παρ᾽ ‘Αρμόδιον καὶ | ‘Αριστογείτον[α].

48Qu’il lui soit permis l’ériger une effigie de lui-même en bronze et à cheval, où il voudra sur l’agora, sauf à côté d’Harmodios et Aristogiton.

49TC 23. IG II/III 2 555, l. 12

ΣτImageσ[α|ι τὸν δ]Imageμον εἰκόνα χαλκImageν ἐν Βυζαντίῳ ‘Ασ|[κληπι]άδου ἀπὸ τρισχιλίων δραχμImageν καὶ στ|[εφανImage]σαι αὐτὸν χρυσImage στεφάνῳ ἀπὸ χιλί|[ων δρα]χμImageν.

50Que le peuple érige à Byzance une effigie en bronze d’Asclépiadès d’une valeur de trois mille drachmes et le couronne lui-même d’une couronne d’or d’une valeur de mille drachmes.

51TC 24. IG II/III 2 786, l. 25-28

(…) ΕImageναι δὲ αὐτὸν [καὶ πρόξενον τοImage δή]|μου καὶ τοὺς ἐγγόνους αὐτ[οImage καὶ εImageναι αὐτImageι] | τε καὶ ἐγγόνοις καὶ ἔγκτη[σιν οἰκίας μὲν ἐν]|τὸς v XXX v γImageς δὲ ἐντὸς v TT v ∙

52Qu’il soit lui-même proxène du peuple, ainsi que ses descendants, et qu’il jouisse, ainsi que ses descendants du droit d’acquérir une maison d’une valeur maximale de trois mille drachmes, et un terrain d’une valeur maximale de deux talents.

53TC 25. IG II/III 2 1554, l. 10-17

[Κ]ίττος ἐν Πειρ(αιεImage) οἰκImageν, | χαλκεὺ(ς), ἀποφυγών vv | Διονύσιον ἰσοτελ[ὴ] | φιάλη σταθμὸν : H : vv

54-- - - - - - - - - - - - - -

Μνησιθέα ἐμ Πειρ(αιεImage) οἰ|κο(Imageσα), ταλα(σιουργός), ἀποφυγοImageσα | Διονύσιον ἰσοτελImage, | φιάλη σταθμὸν : H : vv

55Kittos, domicilié au Pirée, forgeron, esclave fugitif de l’isotèle Dionysios, (a offert) une coupe d’un poids de cent drachmes. (…)
Mnasithéa, domiciliée au Pirée, tisserande, esclave fugitive de l’isotèle Dionysios, (a offert) une coupe d’un poids de cent drachmes.

56TC 26. IG II/III 2 1559, l. 26-27

Βίων ἐμ Μελ(ίτῃ) οἰκImage(ν) δακ| τυλιογλύ(φος) ἀποφυγὼν | Χαίριππον Χαιρεδή|μου Ἁλαιέ καὶ κοι ἐρ|ανι τImageν μετὰ Χαιρίπ|πο Ἁλαιέ, φιάλ(μ) σταθ(μὸν) :Η·

57Bion, domicilié à Mélitè, graveur de bagues, esclave fugitif de Chairippos, fils de Chairédémos, d’Halai, en collaboration avec les proches de Chairippos d’Halai, (a offert) une coupe d’un poids de cent drachmes.

58TC 27. IG II/III 2 1678 (l. 10-11)

(…) τοImage δὲ παραδείγματος τοImage πεποιημένου [τ]οImage ἐ[π]ικράνου [ἔσ]ται μίσ[θω] σις [κατὰ λόγο]ν τοImage [ἀρ]γύριο|υ, ὅσου ἂν μισθωθImageι τὸ ἔργο[ν] ὅτ[ι] ἂν τάξει ὁ ἀρχιτέκτων ·

59Pour le modèle du chapiteau, le salaire sera, en poids d’argent, en fonction de l’adjudication prononcée par l’architecte.

60TC 28. IG II/III 2 10650

61Ἀμφαρέτη

Τέκνον ἐμImageς θυγατρὸς τόδ᾿ ἔχω φίλον, ὅ {μ} περ ὅτε αὐγάς |
ὄμμασιν ἡ | ελίο ζImageντες ἐδερκόμεθα,
Imageχον ἐμοImageς γόνασιν καὶ νImageν φθίμενον φθιμένη ᾿χω.

62Ampharétè.
Le cher enfant de ma fille, je le tiens ici, lui que, lorsque,
vivants, nous regardions de nos yeux les rayons du soleil,
je tenais sur mes genoux ; je suis morte, il est mort, et je le tiens.

63TC 29. IG II/III 2 12147

ΜνImageμα Μνησαγόρας καὶ Νικοχάρος τόδε κεImageται,
αὐτὼ δὲ οὐ πάρα δεImageξαι. ᾿ΑφImage|λετο δαίμονος αImageσα,
πατρὶ φίλωι καὶ μητρὶ λιπόντε ἀμφοImageμ μέγα πένθος,
ὅνεκα ἀποφθιμένω βήτην δόμον Ἅιδος ἔσω.

64Ce monument de Mnésagora et de Nicocharès se dresse ici,
Mais on ne peut les montrer. La volonté du dieu les a emportés,
laissant à leur père et à leur mère une grande douleur,
parce que morts, ils ont pénétré la demeure d’Hadès.

65TC 30. Inscriptiones Graecae IV 2 , Institut archéologique allemand, Berlin, 1929-2007, 102 B III (l. 296) et B I (l. 107)

Παρδείχματος μακέλλο ᾿Απολλοδώρωι Image
Μ [ακ] έλλω ἐργασίας [Πα]|σιθέμι Image

66Pour le modèle de la barrière, quinze drachmes à Apollodoros ;
Pour la réalisation de la barrière, trois cent quarante-neuf drachmes à Pasithémis.

67TC 31. IG IV 2 102 B III (l. 303) et B I (l. 108-110)

Ἑκτορίδαι παραδείχματος λεοντο[κ]εφαλImageν ἐνκαύσιος Image
ΛεοντοκεφαλImageν | ἐνκαύσιος καὶ τȏ ναȏ ἐπικαθάρσιος Πρωταγόρα[ι]
Image∙, ἔγγυος | ΠυθολImageς.

68À Hectoridas, pour le modèle de l’encaustique des têtes de lion, seize drachmes et demie ;
Pour l’encaustique des têtes de lion et le nettoyage du temple, à Protagoras, cinq cent soixante trois drachmes, garant : Pythoclès.

69TC 32. Inscriptiones Graecae V 2, Institut archéologique allemand, Berlin, 1913, 83

Φιλοκράτης Δαμονίκου | ὑπὲρ τὸν υἱὸν Δαμόνικον, | ἀνέθεκε τὸν βωμόν | καὶ ἐχρύσωσε τὸ ἄγαλμα | τοImage Ἀπόλλωνος.

70Philocratès, fils de Damonicos, au nom de son fils Damonicos, a consacré l’autel et doré la statue d’Apollon.

71TC 33. Inscriptiones Graecae VII, Institut archéologique allemand, Berlin, 1892, 190, l. 28-34

ὉπImage|ς οImageν καὶ ἕτεροι [ζα]λ[ω]ταὶ γίγνωνται τImageν [τοιο]ύτων ἐπὶ τImage συμφέρ[οντι τ]Imageς πόλιος, ἔ[δοξε το|Image]ς ἄρχουσι καὶ συνέδροις τοImageς ἐκ πάντω[ν τ]Imageν ἐτέων καὶ τImage δάμ[ῳ] ἐπαινέσαι [Σωτέ|λ]η Καλλινίκου ἐπὶ τImage τε εὐνοίαι καὶ καλοκἀ[γαθίᾳ] ᾁ ἔχων διατέλει εἰς [τὰν] πόλιν ἀπ[ὸ τImageς πρά|τα]ς ἡλικίας, στImageσαι δὲ καὶ τὸν ἀνδρία[ντα οImage ἂ]ν αὐτὸς θέλῃ ἐν τImage ἐ[πιφανεστάτῳ τImageς | ἀ]γορImageς καὶ ἐπιγράψαι ὅτι « ὁ δImageμος ὁ Πα[γαίων Σ]ωτέλην Καλλινίκου [τὸν ἑαυτοImage εὐργέταν | ἀρ] ετImageς ἕνεκε καὶ εὐνοίας θεοImageς ».

72Afin que d’autres aussi mettent leur zèle à de tels efforts pour le bien de la cité, les archontes et les synèdres de toutes les années, ainsi que le peuple, ont décidé de décerner l’éloge à Sotélès, fils de Callinicos, pour la bienveillance et la bénévolence qu’il montre constamment envers la cité depuis ses premières années, et de lui ériger une statue où il le souhaitera, dans l’endroit le plus en vue de l’agora, et d’y inscrire que « le dème de Pagai (honore) Sotélès, fils de Callinicos, son bienfaiteur pour sa valeur et sa piété envers les dieux ».

73TC 34. Inscriptiones Graecae XI, Institut archéologique allemand, Berlin, 1912-1927, 158A, l. 70-71

(…) εἰς τὸ ἄγαλμα τοImage Διονύσου κεραία [π]αρὰ Δημέου δραχμImageν ΔΔΔ. ᾿Αριστοσθάλει ἐργασαμέ[νωι τὸ ἄγαλμα---| γ]ράψαντι Ἡρακλείδηι ⱵⱵⱵ ∙ εἰς κόσμησιν τοImage ἀγάλματος ΓⱵ (…)

74Cire pour la statue de Dionysos, achetée chez Daméas, trente drachmes. À Aristothalès, qui préparé la statue (***). À Héracléidès, qui l’a peinte, trois drachmes. Pour le décor de la statue, six drachmes.

75TC 35. IG XI 161A, l. 89-91

(…) εἰς τὸ ἄγαλμα τImageι Διονύ|σωι κεραία παρὰ ῾Ελπίνου · ΔΔⱵⱵⱵ · ἐργασαμένωι τὸ ἄγαλμα ᾿Αριστοθάλει · Γ · γράψαντι Δεινομένει Γ · εἰς κόσμησιν τοImage ἀγάλμα|τος · ΓⱵⱵIII ·

76Cire pour la statue de Dionysos, achetée chez Elpinos, vingt-quatre drachmes. À Aristothalès, qui préparé la statue cinq drachmes. À Deinoménès, qui l’a peinte, cinq drachmes. Pour le décor de la statue, sept drachmes et trois oboles.

77TC 36. Inscriptiones Graecae XII 8, Institut archéologique allemand, Berlin, 1909, 378 (1)

- - - λία Φιδίππου, γυνὴ [δὲ | ᾿Αριστοφ]Imageντος τοImage ᾿Αρχέλεω | [ζωγρα]φήσασα ἐνέκαυσε [καὶ | ἀφίερ]ωσε τὴν θεόν.

78**lia, fille de Phidippos et épouse d’Aristophon, fils d’Archéléos, a peint, passé à l’encaustique et consacré (cette statue de) la déesse.

79TC 37. IG ΧΙΙ 8, 379

-- - λία Φιδίππου, γυνὴ [δὲ | Ἀριστοφ]Imageντος τοImage Ἀρχέλεω | [νεοκο]ρήσασα ἐνέκαυσε [καὶ | ἐχρύσ]ωσε τὴν θεόν.

80**lia, fille de Phidippos et épouse d’Aristophon, fils d’Archéléos, ancienne néocore, a passé à l’encaustique et consacré (cette statue de) la déesse.

81TC 38. H. W. Pleket, R. S. Stroud et al. Eds. (1923 sq). Supplementum Epigraphicum Graecum. Leyde - Amsterdam, IX, 3, l. 44 sq

Κηρινὸς πλασσάντες κολοσσὸς κατέκαιον ἐπα|ρεώμενοι πάντες συνενθόντες καὶ ἄνδρες καὶ γυναImageκ|ες καὶ παImageδες καὶ παιδίσκαι · τὸμ μὴ ἐμμένοντα τούτοις | τοImageς ὁρκίοις ἀλλὰ παρϐεώντα καταλείϐεσθαί νιν καὶ κα|ταρρὲν ὥσπερ τὸς κολοσσὸς, καὶ αὐτὸν καὶ γόνον καὶ χρή|ματα. ΤοImageσι δὲ ἐμμένοισιν τούτοις τοImageς ὁρκίοις καὶ τοImageς | πλέοισι ἐλλιϐύαν κ[αὶ] τ[οImageς μέ]νοισι ἐν Θήραι Imageμεν πολλ|ὰ καὶ ἀγαθὰ καὶ αὐ[τοImageς καὶ γό]νοις.

82Après avoir modelé des colosses de cire, ils les ont brûlés et couverts d’imprécations, tous rassemblés, hommes, femmes, garçons et filles. Celui qui ne respecterait pas ces serments, mais qui les violerait, qu’il soit liquéfié et renversé comme les colosses, lui-même, sa descendance et ses biens. Mais ceux qui respecteront ces serments, aussi bien ceux qui partent pour la Libye que ceux qui restent à Théra, qu’ils jouissent de nombreux biens, eux-mêmes et leurs descendants.

83TC 39. SEG IX, 72, l. 110 sq

Ἱκεσίων. | Ἱκέσιος ἐπακτός · αἴ κα ἐπιπεμφθImageι ἐπὶ τὰν | οἰκίαν, αἰ μέγ κα ἴσαι, ἀφ᾿ὅτινος οἱ ἐπImageνθε, ὀ|νυμαξεImage αὐτὸν προειπὼν τρὶς ἁμέρας · αἰ δ[έ] | κα τεθνάκηι ἔγγαιος ἢ ἄλλη<ι> πη ἀπολώλη[ι], | αἰ μέγ κα ἴσαι τὸ ὄνυμα, ὀνύματι προερεImage, αἰ | δέ κα μὴ ἴσαι, « Image ἄνθρωπε, αἴ τε ἀνὴρ αἴ τε γυνὰ | ἐσσί » κολοσὸς ποιήσαντα ἔρσενα καὶ θήλεια[ν] | ἢ καλίνος ἢ γαΐνος ὑποδεξάμενον παρτιθ[έ]|μεν τὸ μέρος πάντων · ἐπεὶ δέ κα ποιImageσες τὰ | νομιζόμενα, φέροντα ἐς ὕλαν ἀεργὸν ἐρε[Image] σαι τὰς κολοσὸς καὶ τὰ μέρη.

84Supplications. Supplication initiale : si on subit un dommage contre sa maison, si l’on sait de qui vient le malheur, on le nommera en prononçant son nom pendant trois jours ; si on meurt sur terre, ou si l’on se perd de quelque façon, si on connaît le nom, on l’appellera par son nom, si on le connaît pas, on dira : « Humain, que tu sois homme ou femme » ; on fera des colosses, un mâle et une femelle, en bois ou en terre, et on acceptera de leur confier la part de tous ; et quand on aura accompli les actes prescrits, on portera les colosses et les parts dans un bois inculte pour les protéger.

85TC 40. SEG XII, 100 (comptes des Polètes, 367/6 av. J.-C.)

Ἐπὶ Πολυζήλο ἄρχοντος πωληταὶ |Πολύευκτος Λαμπτρεὺς, Δεινίας Ἐρχιεύς, ΘεαImageος | Παιανιεύς, Θεότιμος Φρεάρριος, Ἀριστογένης Ἰφ|ιστιάδης, Γλαύκων Λακιάδης, Κηφισοκλέης Πειρα|ιεύς, Νικοκλέης Ἀναφλύστιος, οImageς Ἐξήκεστος Κοθ|ωκίδης ἐγραμμάτευεν, τάδε ἀπέδοντο παραλαβόν|τες παρὰ τImageν ἕνδεκα Φαίακος Ἀφιδναίο καὶ συναρ|χόντων · Μονιχιώνος δεκάτηι ἱσταμένο, Θεομνήστ|ος Δεισιθέο Ἰωνίδης ἀπέγραψεν Θεοσέϐος τοImage Θε|οφίλο Ξυπεταιόνος οἰκίαν ᾿ΑλωπεκImageσιν δημοσία|ν εImageναι Image γείτων βορρImage · ἡ ὁδὸς ἡ εἰς τὸ Δαιδάλειον | φέρουσα καὶ τὸ Δαιδάλειον, νοτόθεν · Φίλιππος ᾿Αγ|ρυλὴ, ἁλόντος Θεόσεϐος ἰεροσυλία καὶ οὐχ ὑπόμ|είναντος τὴν κρίσιν ὅσωι πλείονος ἀξία ἢ ὑπόκε|ιται Σμικύθωι Τειθρασίωι · HImage δραχμImageν, κλητὴρ Διο|γείτων ᾿Αλωπεκήθεν, Φιλοίτιος ᾿Ιωνίδης. Κιχωνί|δης Διογείτονος Γαργήτ(τιος) καὶ κοινὸν φρατέρων Με|δοντιδImageν ἐνεπησκήψατο (sic) ἐνοφείλεσθαι ἑαυτImage κ|αὶ τοImageς φράτερσιν ἐν τImageι οἰκίαι τImageι ἈλωπεκImageσι Η δ |ραχμάς, ἣν ἀπέγραψεν Θεόμνηστος ᾿Ιωνί(δηι) Θεοσέϐος | εImageναι Ξυπετα(ίωνι) Image γείτων βορρImage ἡ ὁδὸς ἡ εἰς τὸ Δαιδά|λειον φέρουσα καὶ τὸ Δαιδάλειον, νοτόθεν Φίλιππ|ος ᾿ΑγρυλImage, ἀποδομένο ἐμοὶ καὶ τοImageς φράτερσιν τή|ν οἰκίαν ταύτην Θεοφίλου Ξυπε(ταίωνος) τοImage πατρὸς τοImage Θεο| σέϐος.

86Sous l’archontat de Polyzélos, les polètes, Polyeuctos de Lamptrai, Deinias d’Erchia, Théaios de Péania, Théotimos de Phréarrioi, Aristogénès d’Iphistia, Glaukion de Lakiadai, Képhisoclès du Pirée, Nicoclès d’Anaphlystos, avec pour secrétaire Exékestos de Kothokidai, ont remis les sommes suivantes, après les avoir reçues des Onze, Phaiax d’Aphidna et ses collègues : le dix Mounychion, Théomnestos, fils de Deisithéos, d’Ionidai, a déclaré confisquée la maison appartenant à Théosébès, fils de Théophilos, de Xypétè, et sise à Alopékè, bordée au nord par la rue qui conduit au Daidaléion ainsi que le Daidaléion, et au sud par (la propriété de) Philippos d’Agrylè, étant donné que Théosébès a été condamné pour pillage du temple et qu’il n’a pas attendu le jugement, pour savoir de combien il était redevable de plus que Smikythos de Teithras (cent cinquante drachmes) ; les accusateurs, Diogeiton d’Alopékè, Philoitios d’Ionidai, Kichonidès fils de Diogeiton de Gargettos, et la communauté des Frères Médontides, ont fait valoir leurs droits hypothécaires, pour eux-mêmes et pour les Frères à hauteur de cent drachmes, sur la maison d’Alopékè ; de même sur la maison, confisquée par Théomnestos d’Ionidai à Théosébès, et sise à Xypétè, bordée au nord par la rue qui conduit au Daidaléion ainsi que le Daidaléion, et au sud par (la propriété de) Philippos d’Agrylè, étant donné que cette maison leur avait été donnée par Théophilos de Xypétè, père de Théosébès.

87TC 41. K. Sismanidis, « Τιμητικο ψηφισμα απο το Καλαμωτο Λαγγαδα » Αρχαιολογικη Εφημερις (1983), p. 78, l. 40 sq.

Ἐψηφίσθαι αὐτοImage | καὶ τοImage πατρὸς αὐτοImage ᾿Απολλω| νίου καὶ τImageς μητρὸς αὐτοImage ΣτραττοImageς ἑκάστου ἄγαλμα λιθίνον. ΣταθImageναι δὲ τὰ ἀγάλματα καὶ τὸ ψήφισμα τοImageτο ἐνθ᾿ ἂν αὐτὸς ὁ ἀγωνοθέτης ἐπισημοτάτῳ τImageς ἀγορImageς τόπῳ.

88On a voté pour lui-même, pour son père Apollonios, et pour sa mère, Stratto, pour chacun d’eux, une statue de pierre. Les statues et ce décret seront érigés à l’endroit désigné par l’agonothète, dans l’endroit le plus visible de l’agora.

89TC 42. Anthologie grecque (de Planude), éd. par H. Beckby, Tusculum, VII, 249

ImageξεImageν᾿ ἀγγέλλειν Λακεδαιμονίοις ὅτι τImageδε
κείμεθα τοImageς κείνων ῥήμασι πειθόμενοι.

90Étranger, va dire à Sparte qu’ici
nous gisons, pour obéir à ses lois.

91TC 43. Anthol. Gr. VII, 649 (Anytè)

Ἀντί τοι εὐλεχέος θαλάμου σεμνImageν θ᾿ ὑμεναίων
μάτηρ στImageσε τάφῳ τImageδ᾿ἐπὶ μαρμαρίναν
παρθενικὰν μέτρον τε τεὸν καὶ κάλλος ἔχοισαν,
Θερσί · ποτιφθεγκτὰ δ᾿ἔπλεο καὶ φθιμένα.

92Pour toi, au lieu de la chambre nuptiale et des saints hyménées,
ta mère a érigé sur ce tombeau, une jeune femme
en marbre, qui a ta taille et ta beauté,
Thersis : tu es prête à parler, même disparue.

93TC 44. Anthol. Gr. IX, 604

Θαυμαρέταν μορφὰν ὁ πίναξ ἔχει · εImageγε τὸ γαImageρον
τεImageξε τὸ θ᾿ὡραImageον τὰς ἀγανοϐλεφάρου.
Σαίνοι κέν σ᾿ἐσιδοImageσα καὶ οἰκοφύλαξ σκυλάκαινα,
δέσποιναν μελάθρων οἰομένα ποθορImageν.

94Le tableau renferme une beauté admirable : bravo, il a rendu
le rayonnement et la beauté de la paupière magnifique.
Même la petite chienne qui garde la maison aboie en le voyant,
car elle croit voir la maîtresse de la maison.

95TC 45. Anthol. Gr. IX, 605

Τὸν πίνακα ξανθImageς Καλλὼ δόμον εἰς ᾿Αφροδίτας
εἰκόνα γραψαμένα πάντ᾿ἀνέθηκεν ἴσαν.
Ὣς ἀγὰνImageς ἕστακεν · ἴδ᾿ ἁ χάρις ἁλίκον ἀνθεImage.
Χαιρέτω · οὔ τινα γὰρ μέμψιν ἔχει βιοτImageς.

96Callo, dans la demeure de la blonde Aphrodite, a consacré
le tableau, après avoir peint l’effigie toute identique.
Comme elle l’a fait magnifique ! Vois de quelle grâce il rayonne.
Qu’on se réjouisse : car sa vie n’a aucun blâme.

97TC 46. Apollodore, Bibliothèque, éd. par M. G. Ciani, P. Scarpi, Milan, 1996, I, 7, 1

Προμηθεὺς δὲ ἐξ ὕδατος καὶ γImageς ἀνθρώπους πλάσας ἔδωκεν αὐτοImageς καὶ πImageρ λάθρᾳ

98Διὸς ἐν νάρθηκι κρύψας.

99Prométhée modela les hommes avec de l’eau et de la terre, puis il leur donna le feu, qu’il cacha à l’insu de Zeus, dans un bâton.

100TC 47. Apollonios de Rhodes, Argonautiques, éd. par F. Vian, CUF, Paris, 1974-1981, I, 721 sq

Αὐτὰρ ὅ γ᾿ ἄμφ᾿ ὤμοισιν θεImageς Τριτωνίδος ἔργον
δίπλακα προφυρέην περονήσατο, τὴν οἱ ὄπασσεν
Παλλάς, ὅτε πρImageτον δρυόχους ἐπεϐάλλετο νηὸς
ἈργοImageς, καὶ κανόνεσσιν δάε ζυγὰ μετρήσασθαι.
ΤImageς μὲν ῥηίτερόν κεν ἐς ἡέλιον ἀνιόντα
ὄσσε βάλοις, ἢ κεImageνο μεταϐλέψειας ἔρευθος.
Δὴ γάρ τοι μέσση μὲν ἐρευθήεσσα τέτυκτο
ἄκρα δὲ πορφυρέη πάντῃ πέλεν · ἐν δ᾿ἄρ᾿ἑκάστῳ
τέρματι δαίδαλα πολλὰ διακριδὸν εImage ἐπέπαστο.
Ἐν μὲν ἔσαν Κύκλωπες ἐπ᾿ἀφθίτῳ ἡμένοι ἔργῳ
Ζηνὶ κεραυνὸν ἄνακτι πονεύμενοι · ὃς τόσον ἤδη
παμφαίνων ἐτέτυκτο, μιImageς δ᾿ἔτι δεύετο μοImageνον
ἀκτImageνος, τὴν οἵ γε σιδηρείῃς ἐλάασκον
σφύρῃσιν μαλεροImageο πυρὸς ζείουσαν ἀϋτμήν.
Ἐν δ᾿ἔσαν Ἀντιόπης ᾿Ασωπίδος υἱέε δοιώ,
Ἀμφίων καὶ ΖImageθος · ἀπύργωτος δ᾿ἔτι Θήϐη
κεImageτο πέλας, τImageς οἵ γε νέον βάλλοντο δομαίους
ἱέμενοι. ΖImageθος μὲν ἐπωμαδὸν ἡέρταζεν
οὔρευς ἠλιϐάτοιο κάρη, μογέοντι ἐοικώς ·
Ἀμφίων δ᾿ἐπὶ οἱ χρυσέῃ φόρμιγγι λιγαίνων
ἤιε, δὶς τόσση δὲ μετ᾿ ἴχνια νίσσετο πέτρη.
Ἐξείης δ᾿ἤσκητο βαθυπλόκαμος Κυθέρεια
Ἄρεος ὀχμάζουσα θοὸν σάκος · ἐκ δὲ οἱ ὤμου
πImageχυν ἔπι σκαιὸν ξυνοχὴ καχάλαστο χιτImageνος
νέρθεν ὑπὲκ μαζοImageο · τὸ δ᾿ἀντίον ἀτρεκὲς αὐτImageν
χαλκείῃ δείκελον ἐν ἀσπίδι φαίνετ᾿ἰδέεσθαι.
Ἐν δὲ βοImageν ἔσκεν λάσιος νομός · ἀμφὶ δὲ βουσὶν
Τηλεϐόαι μάρναντο καὶ υἱέες ᾿Ηλεκρτύωνος ·
οἱ μὲν ἀμυνόμενοι, ἀτὰρ οἵ γ᾿ἐθέλοντες ἀμέρσαι
ληισταὶ Τάφιοι · τImageν δ᾿αἵματι δεύετο λειμὼν
ἑρσήεις, πόλεες δ᾿ὀλίγους βιόωντο νομImageας.
Ἐν δὲ δύω δίφροι πεπονήατο δηριόωντες
καὶ τὸν μὲν προπάροιθε Πέλοψ ἴθυνε, τινάσων
ἡνία, σὺν δὲ οἱ ἔσκε παραιϐάτις ῾Ιπποδάμεια ·
τὸν δὲ μεταδρομάδην ἐπὶ Μύρτιλος ἤλασεν ἵππους,
σὺν τImage δ᾿Οἰνόμαος προτενὲς δόρυ χειρὶ μεμαρπὼς
ἄξονος ἐν πλήμνῃσι παρακλιδὸν ἀγνυμένοιο
πίπτεν, ἐπεσσύμενος Πέλοπήια νImageτα δαΐξαι.
Ἐν καὶ ᾿Απόλλων ΦοImageϐος ὀιστεύων ἐτέτυκτο,
βοImageπαις οὔπω πολλός, ἑὴν ἐρύοντα καλύπτρης
μητέρα θαρσαλέως Τιτύον μέγαν, ὃν ῥ᾿ἔτεκέν γε
δImage᾿ ῾Ελάρη, θρέψεν δὲ καὶ ἄψ ἐλοχεύσατο ΓαImageα.
Ἐν καὶ Φρίξος ἑὴν Μηνυήιος ὡς ἐτεόν περ
εἰσαΐων κριοImage, ὁ δ᾿ἄρ᾿ἐξενέποντι ἐοικώς.
Κείνους κ᾿εἰσορόων ἀκέοις, ψεύδοιό τε θυμόν,
εἰπόμενος πυκινήν τιν᾿ἀπὸ σφείων ἐξακοImageσαι
βάξιν, ὃ καὶ δηρόν περ ἐπ᾿ἐλπίδι θηήσαιο.
ΤοImage᾿ ἄρα δImageρα θεImageς Τριτωνίδος Imageεν ᾿Αθήνης.

101Alors sur ses épaules, il agrafa l’ouvrage de la déesse Tritonide, un vêtement double de pourpre que lui avait offert Pallas, lorsqu’il avait commencé à placer les poutres de la nef Argo et qu’il avait appris à mesurer les couples à la règle. On aurait plus facile à jeter les yeux sur le soleil levant qu’à contempler la rougeur du tissu. Car rougeoyante au milieu, elle se trouvait pourpre à toutes ses extrémités ; et tranchant sur chaque bordure, des tableaux ouvragés étaient brodés avec art. Là on voyait les Cyclopes penchés sur leur ouvrage immortel, fabriquant le foudre pour Zeus Souverain ; tout brillant déjà, il ne lui manquait plus qu’un rayon qu’ils étiraient de leurs marteaux de fer, sous l’haleine brûlante d’un feu gigantesque.
Là on voyait les deux fils de l’Asopide Antiope, Amphion et Zéthos : Thèbes se dressait à côté, encore privée de tours, et dont ils jetaient les assises toutes fraîches. Zéthos, sur ses épaules, transportait le sommet d’une montagne escarpée, et semblait peiner ; Amphion marchait en jouant d’une phorminx d’or et un rocher deux fois plus gros suivait ses pas.
À la suite Cythérée aux boucles lourdes s’exerçait à porter le bouclier rapide d’Arès : de l’épaule de son bras gauche, l’attache de sa tunique avait glissé jusque sous son sein ; et sa face immobile se reflétait dans le bouclier d’airain où on pouvait la voir.
Là on voyait le pâturage dru des bœufs : autour d’eux combattaient les Téléboens et les fils d’Électryon ; ceux-ci se défendaient, mais les brigands taphiens voulaient les submerger ; la prairie humide se teintait de sang, car ils étaient nombreux à violenter quelques bergers.
Là on voyait deux chars qui peinaient à la course : Pélops menait celui de devant, agitant les rênes ; avec lui se tenait sa passagère, Hippodamie ; sur le poursuivant Myrtilos lançait les chevaux, et avec lui Œnomaos, qui brandissait dans sa main sa lance tendue pour frapper Pélops dans le dos, tomba quand le moyeu se brisa en déviant de son axe.
Là on voyait Apollon Phœbus, encore jeune bouvier, lancer une flèche contre le géant Tityos qui arrachait avec impudence le voile de sa mère, lui qu’enfanta la divine Hélara et que Gaia nourrit et enfanta à nouveau.
Là on voyait Phrixos le Minyen parler, comme en vrai, au bélier, semblable à quelqu’un qui parle. En les regardant, on se tairait et l’on tromperait son cœur, attendant d’entendre de leur part une parole serrée, et on les regarderait longtemps dans cet espoir.
Tels étaient les dons d’Athéna, la déesse Tritonide.

102TC 48 Aristote, Éthique à Nicomaque. éd. par R. A. Gauthier, J. Y. Jolif, Louvain, 1970, 1140a

ΤImageς μὲν γὰρ ποιήσεως ἕτερον τὸ τέλος, τImageς δὲ πράξεως οὐκ ἂν εἴη · ἔστι γὰρ αὐτὴ ἡ εὐπραξία τέλος.

῾Η μὲν ἄρα ἐπιστήμη ἐστὶν ἕξις ἀποδεικτική, καὶ ὅσα ἄλλα προσδιοριζόμεθα ἐν τοImageς ἀναλυτικοImageς · ὅταν γάρ πως πιστεύῃ καὶ γνώριμοι αὐτImageImageσιν αἱ ἀρχαί, ἐπίσταται εἰ γὰρ μὴ μImageλλον τοImage συμπεράσματος, κατὰ συμϐεϐηκὸς ἕξει τὴν ἐπιστήμην. Περὶ μὲν οImageν ἐπιστήμης διωρίσθω τὸν τρόπον τοImageτον. ΤοImage δ᾿ἐνδεχομένου ἄλλως ἔχειν ἔστι τι καὶ ποιητικὸν καὶ πρακτόν, ἕτερον δ᾿ἐστὶ ποίησις καὶ πρImageξις · πιστεύομεν δὲ περὶ αὐτImageν καὶ τοImageς ἐξωτερικοImageς λόγοις. Ὥστε καὶ ἡ μετὰ λόγου ἕξις πρακτικὴ ἕτερόν ἐστι τImageς μετὰ λόγου ποιητικImageς ἕξεως. Διὸ οὐδὲ περιέχονται ὑπ᾿ἀλλήλων · οὔτε γὰρ ἡ πρImageξις ποίησις οὔτε ἡ ποίησις πρImageξις ἐστίν. ᾿Επεὶ δ᾿ ἡ οἰκοδομικὴ τέχνη τις ἐστὶ καὶ ὅπερ ἕξις τις μετά λόγου ποιητική, καὶ οὐδεμία οὔτε τέχνη ἐστίν, ἥτις οὐ μετὰ λόγου ποιητικὴ ἕξις ἐστίν, ἢ οὐ τέχνη, ταὐτὸν ἂν εἴη τέχνη καὶ ἕξις μετά λόγου ἀληθοImageς ποιητική. Ἔστι δὲ τέχνη πImageσα περὶ γένεσιν, καὶ τὸ τεχνάζειν, καὶ θεωρεImageν ὅπως ἂν γένηταί τι τImageν ἐνδεχομένων καὶ εImageναι καὶ μὴ εImageναι, καὶ Imageν ἡ ἀρχή · ἐν τImage ποιοImageντι ἀλλὰ μὴ ἐν τImage ποιουμένῳ · οὔτε γάρ τImageν ἐξ ἀνάγκης ὄντων ἢ γιγνομένων ἡ τέχνη ἐστίν, οὔτε τImageν κατὰ φύσιν · ἐν αὐτοImageς γάρ ἔχουσι ταImageτα τὴν ἀρχήν. Ἐπεὶ δέ ποίησις καὶ πρImageξις ἕτερον, ἀνάγκη τὴν τέχνην ποιήσεως ἀλλ᾿οὐ πράξεως εImageναι, καὶ τρόπον τινὰ περὶ τά αὐτά ἐστιν ἡ τύχη καὶ ἡ τέχνη, καθάπερ καὶ Ἀγάθων φησί · τέχνη τύχην ἔστερξε καὶ τύχη τέχνην. Ἡ μὲν οImageν τέχνη, ὥσπερ εἴρηται, ἕξις τις μετὰ λόγου ἀληθοImageς ποιητική ἐστιν, ἡ δ᾿ ἀτεχνία τοὐναντίον μετά λόγου ψευδοImageς ποιητικὴ ἔξις, περὶ τὸ ἐνδεχόμενον ἄλλως ἔχειν.

103La création aurait une autre fin, ce qui ne serait pas le cas de l’action : car la réussite en est elle-même la fin.
La science est une disposition démonstrative, et tout ce que nous prédéfinissons dans nos analyses ; car, lorsque l’on croit en quelque sorte, et que les prémices sont connues, on sait que la science résulte de l’événement, sinon plus que du résultat. À propos de la science, il faut définir ce mode. S’il y a dans le possible quelque chose de différent entre le créatif et l’actif, la création et l’action sont choses différentes ; mais nous croyons à ce propos aussi aux discours extérieurs. De la sorte, la disposition active liée à la raison est différente de la disposition créative liée à la raison. C’est pourquoi elles ne se contiennent pas l’une l’autre : car ni l’action n’est création, ni la création n’est action. Puisque l’architecture est un art, ce qui est une disposition créative liée à la raison, et qu’il n’y a pas non plus d’art, qui ne soit une disposition créative liée à la raison, ou alors, ce n’est pas un art, l’art serait donc la même chose que la disposition créative liée à la raison vraie. Mais il y a tout un art de la genèse, et d’imaginer, et de réfléchir à la façon dont naît quelque chose de ce qui peut être et ne pas être, dont c’est le début ; dans ce qui crée, et non dans ce qui est créé ; car l’art n’est pas dans ce qui est ou vient de la nécessité, ni dans ce qui est selon la nature : car ces éléments ont leur début en eux-mêmes. Puisque la création et l’action sont différentes, l’art appartient nécessairement à la création et non à l’action, et d’une certaine façon le hasard et l’art sont de même nature, comme le dit Agathon : « L’art aime le hasard et le hasard aime l’art ». Donc l’art, comme on l’a dit, est une disposition créative liée à la raison vraie, et au contraire, l’inhabileté est une disposition créative liée à la raison fausse, ce qui se traduit différemment pour le possible.

104TC 49. Aristote, Eth. Nic., 1141a

Τὴν δὲ σοφίαν ἔν τε ταImageς τέχναις τοImageς ἀκριϐεστάτοις τὰς τέχνας ἀποδίδομεν, οImageον Φειδίαν λιθουργὸν σοφὸν καὶ Πολύκλειτον ἀνδριαντοποιόν, ἐνταImageθα μὲν οImageν οὐθὲν ἄλλο σημαίνοντες τὴν σοφίαν ἤ ὅτι ἀρετὴ τέχνης ἐστίν · εImageναι δέ τινας σοφοὺς οἰόμεθα ὅλως οὐ κατὰ μέρος οὐδ᾿ ἄλλο τι σοφούς, ὥσπερ Ὅμηρός φησιν ἐν τImageΜαργίτῃ ·

« Τὸν δ᾿οὔτ᾿ ἄρ σκαπτImageρα θεοὶ θέσαν οὔτ᾿ ἀροτImageρα
οὔτ᾿ ἄλλως τι σοφόν. »
ὥστε δImageλον ὅτι ἀκριϐεστάτη ἂν τImageν ἐπιστημImageν εἴη ἡ σοφία.

105L’habileté dans les arts, nous les attribuons aux plus précis dans les arts, par exemple le marbrier Phidias est habile, ainsi que Polycète le sculpteur : tout ce que nous signifions là, en mentionnant l’habileté, c’est que c’est la vertu de l’art : nous croyons que certains sont habiles entièrement, et non en partie ou autre, comme Homère le dit dans le Margitès : « Celui-ci, les dieux ne l’ont fait habile ni comme vigneron ni comme laboureur, ni autrement ». De la sorte, il est clair que l’habileté pourrait bien être la plus précise des sciences.

106TC 50. Aristote, De partibus animalium, éd. par P. Louis, CUF, Paris, 1990, 645a

Καὶ γάρ ἐν τοImageς μὴ κεχαρισμένοις αὐτImageν πρὸς τὴν αἴσθησιν κατὰ τὴν θεωρίαν ὅμως ἡ δημιουργήσασα φύσις ἀμηχάνους ἡδονὰς παρέχει τοImageς δυναμένοις τὰς αἰτίας γνωρίζειν καὶ φύσει φιλοσόφοις. Καὶ γὰρ ἂν εἴη παραλόγον καὶ ἄτοπον, εἰ τὰς μὲν εἰκόνας αὐτImageν θεωροImageντες χαίρομεν ὄτι τὴν δημιουργήσασαν τέχνην συνθεωροImageμεν, οImageον τὴν γραφικὴν ἢ τὴν πλαστικήν, αὐτImageν δὲ τImageν φύσει συνεστότων μὴ μImageλλον ἀγαπImageμεν τὴν θεωρίαν, δυνάμενοί γε τὰς αἰτίας καθορImageν.

107Chez ceux qui ne se réjouissent pas des éléments en rapport à la sensation selon la théorie, pourtant, la nature créatrice procure des plaisirs sans artifice à ceux qui peuvent connaître les causes et qui sont philosophes de nature. Car ce serait paradoxal et stupide, si en regardant leurs effigies, nous nous réjouissions de regarder l’art créateur, par exemple la peinture ou la sculpture, et que nous n’aimions pas davantage la théorie des éléments existant par nature, alors que nous pouvons en voir les causes.

108TC 51. Aristote, Poétique, éd. par J. Hardy, CUF, Paris, 1952, 1448b, 10 sq

Ἐοίκασι δὲ γεννImageσαι μὲ ὅλως τὴν ποιητικὴν αἰτίαι δύο τινές, καὶ αὐταὶ φυσικαί. Τό τε γὰρ μιμεImageσθαι σύμφυτον τοImageς ἀνθρώποις ἐκ παίδων ἐστί, (καὶ τοImageτο διαφέρουσι τImageν ἄλλων ζῴων ὅτι μιμητικώτατόν ἐστι καὶ τὰς μαθήσεις ποιεImageται διὰ μιμήσεως τὰς πρώτας), καὶ τὸ χαίρειν τοImageς μιμήμασι πάντας.

ΣημεImageον δὲ τοImageτο. Διεσπάσθη δὲ κατά τὰ οἰκεImageα ἤθη ἡ ποίησις · οἱ μὲν σεμνότεροι τὰς καλὰς ἐμιμοImageντο τὰς πράξεις καὶ τὰς τImageν τοιούτων, οἱ δὲ εὐτελέστεροι τὰς τImageν φαύλων, πρώτον ψόγους ποιοImageντες, ὥσπερ ἕτεροι ὕμνους καὶ ἐγκώμια.

109Il me semble que deux causes, et des causes naturelles, engendrent entièrement la créativité. Car l’imitation est consubstantielle à l’homme dès l’enfance, (et en cela il diffère des autres animaux, car il est le plus porté à l’imitation et fait ses premiers apprentissages par l’imitation), de même que le plaisir pris aux imitations.

110En voici un signe : la création s’est brisée selon les coutumes locales ; les plus sérieux ont imité les belles actions et celles des gens sérieux, et les plus médiocres ont imité les actions des hommes relâchés, créant d’abord des blâmes, comme les autres créent des hymnes et des éloges.

111TC 52. Aristote, Métaphysique, éd. par M. Hecquet-Devienne, Paris, 2008, 981b

Πλειόνων δ᾿εὑρισκομένων τεχνImageν καὶ τImageν μὲν πρὸς τ᾿ἀναγκαImageα τImageν δὲ πρὸς διαγωγὴν οὐσImageν, ἀεὶ σοφωτέρους τοὺς τοιούτους ἐκείνων ὑπολαμϐάνεσθαι διὰ τὸ μὴ πρὸς χρImageσιν εImageναι τὰς ἐπιστήμας αὐτImageν. Ὅθεν ἤδη πάντων τImageν τοιούτων κατεσκευασμένων αἳ μὴ πρὸς ἡδονὴν μηδὲ πρὸς τἀναγκαImageα τImageν ἐπιστημImageν εὑρέθησαν, καὶ πρImageτον ἐν τούτοις τοImageς τόποις οImage πρImageτον ἐσχόλασαν · διὸ περὶ Αἴγυπτον αἱ μαθηματικαὶ πρImageτον τέχναι συνέστησαν, ἐκεImage γὰρ ἀφείθη σχολάζειν τImageν ἱερέων ἔθνος. Εἴρηται μὲν οImageν ἐν τοImageς ἠθικοImageς τίς διαφορά τέχνης καὶ ἐπιστήμης καὶ τImageν ἄλλων τImageν ὁμογενImageν · οImage δ᾿ἕνεκα νImageν ποιούμεθα τὸν λόγον τοImageτ᾿ἐστίν, ὅτι τὴν ὀνομαζομένην σοφίαν περὶ τὰ πρImageτα αἴτια καὶ τὰς ἀρχὰς ὑπολαμϐάνουσι πάντες · ὥστε, καθάπερ εἴρηται πρότερον, ὁ μὲν ἔμπειρὸς τImageν ὁποιανοImageν ἐχόντων αἴσθησιν εImageναι δοκεImage σοφώτερος, ὁ δὲ τεχνίτης τImageν ἐμπείρων, χειροτέχνου δὲ ἀρχιτέκτων, αἱ δὲ θεωρητικαὶ τImageν ποιητικImageν μImageλλον.

112Comme on a découvert plusieurs arts, les uns sont tournés vers le nécessaire et les autres vers la distraction, à chaque fois on a trouvé plus sages ces derniers, parce que ces arts ne sont pas tournés vers l’usage. D’où vient que parmi tous ces arts mis au point, ceux qui n’ont été découverts ni pour le plaisir ni pour la nécessité des sciences, d’abord en ces lieux, n’ont pas été exercés d’abord : c’est pourquoi en Égypte les arts mathématiques ont été d’abord élaborés, parce que là-bas, c’est la caste des prêtres qui s’en est occupée. On mentionne donc dans les mœurs une différence concernant l’art, la science et consorts : ce pourquoi nous tenons maintenant ce raisonnement, c’est que tous comprennent que ce qu’on appelle sagesse concerne les causes premières et les commencements. De la sorte, comme il a été dit plus haut, celui qui a l’expérience de n’importe quelle sensation paraît plus sage, l’artiste que les experts, l’architecte que l’artisan, les sciences théoriques que les créatrices.

113TC 53. Aristote, Mph., 7, 1032a

ΤImageν δὲ γιγνομένων τὰ μὲν φὐσει, τὰ δὲ τέχνῃ, τὰ δὲ ἀπὸ ταὐτομάτου. (…) Ἅπαντα δὲ τὰ γιγνόμενα ἢ φύσει ἢ τέχνῃ ἔχει ὕλην. (…) Οὕτω μὲν οImageν γίγνεται τὰ γιγνόμενα διὰ τὴν φύσιν, αἱ δ᾿ἄλλαι γενέσεις λέγονται ποιήσεις. ΠImageσαι δέ εἰσιν αἱ ποιήσεις ἢ ἀπὸ δυνάμεως ἢ ἀπὸ τέχνης ἢ ἀπὸ διανοιάς.

114Parmi ce qui existe, les uns sont issus de la nature, les autres de l’art, les autres viennent spontanément. (…) Tout ce qui vient de la nature ou de l’art possède une matière. (…) Ainsi les choses arrivent par la nature, tandis que les autres naissances sont dites créations. Et toutes les créations viennent de la puissance, ou de l’art, ou de la pensée.

115TC 54. Arnobe, Contre les Gentils, éd. par H. Le Bonniec, CUF, 1982, VI, 22

116Philostephanus in Cypriacis auctor est Pygmalionem regem Cypri simulacrum Veneris, quod sanctitatis apud Cyprios et religionis habebatur antiquae, adamasse ut feminam mente anima lumine rationis judicioque caecatis solitumque dementem, tamquam si uxoria res esset, sublevato in lectulum numine copularier amplexibus atque ore resque alias agere libidinis vacuae imaginatione frustrabiles. Consimili ratione Posidippus in eo libro, quem scriptum super Gnido indicat superque rebus ejus, adulescentem haud ignobilem memorat – sed vocabulum ejus obscurat – correptum amoribus Veneris, propter quam Gnidus in nomine est, amatorias et ipse miscuisse lascivias cum ejusdem numinis signo genialibus usum toris et voluptatum consequentium finibus. Ut similiter rursum interrogem, si in aere atque in materiis ceteris quibus signa formata sunt superorum potentiae delitiscunt : ubinam gentium fuerant una atque altera Veneres, ut impudicam petulantiem juvenum propulsarent ab se longe et contactus impios cruciabili coercitione punirent ? Aut quoniam mites et ingeniis tranquilioribus deae sunt, quantum fuerat, miseris furialia ut restinguerent gaudia mentemque in sanam recreatis redducerunt sensibus ?

117Philostephanus, dans les Chants cypriens, relate que Pygmalion, un roi de Chypre, tomba amoureux d’une image de Vénus, qui était tenue chez les Chypriotes pour un exemple ancien de sainteté et de religion. Aveuglé dans son esprit, son âme, sa raison et son jugement, et ordinairement fou, il en tomba amoureux comme d’une femme, comme s’il s’agissait d’une femme à épouser ; il apporta sur sa couche la déesse pour l’embrasser par des caresses et des baisers, et accomplir d’autres actions frustrantes, conduit par l’imagination d’un désir vain. Dans un même esprit, Posidippe, dans le livre qu’il mentionne avoir écrit à propos de Cnide, rappelle qu’un jeune homme, d’une famille assez connue, – dont il masque le nom – surpris par l’amour de la Vénus qui fait le renom de Cnide, exerça lui-meme des privautés anoureuses avec la statue de cette déesse, en usant des coussins nuptiaux et des domaines de la volupté qui s’en suit. Si bien que je m’interroge à nouveau de la même façon : le bronze et les autres matériaux dont on fait les statues des dieux affaiblissent-ils les facultés ? Où, parmi les nations, s’était-il trouvé telle ou telle Vénus pour rejeter loin d’elle la pétulance impudique des jeunes gens et pour punir ces contacts impies d’une sanction torturante ? Ou bien, puisque les déesses sont douces et d’un tempérament tranquille, combien fallait-il pour qu’elles éteignissent les joies furieuses de ces malheureux, et leur fissent retrouver un esprit sain en apaisant leurs sens ?

118TC 55. Arnobe, Contre les Gentils, VI, 24

119In parte hac eadem illud etiam dicere simulacrorum adsertores solent, non ignorassse antiquos nihil habere numinis signa neque ullum omnino inesse his sensum, sed propter indomitum atque imperitum vulgus, quae pars in populis atque in civitatibus maxima est, salutariter ea consilioque formasse, ut velut quadam specie objecta his numinum abjicerent asperitatem metu arbitratique praesentibus sese sub dis agere facta impia deputarent et ad humana officia morum immutatione transirent : nec propter aliam causam venerabiles formas auro eis argentoque quaesitas, nisi ut adesse vis quaedam ipsis in fulgoribus crederetur, quae non oculorum tantum perstringeret sensum, verum etiam mentes ipsas augustissimae lucis radiationibus territaret. Quod ratione cum aliqua videretur forsitan dici, si post condita deorum templa atque instituta simulacra nullus esset in mundo malus, nulla omnino nequitia, justitia pax fides mortalium pectora possideret neque quisquam in terris nocens neque innocens diceretur, scelerosa opera nescientibus cunctis. Nunc vero cum contra malis omnia plena sint, innocentiae paene interierit nomen, per momenta, per puncta examina maleficiorum nova noxiorum improbitate pariantur, dicere qui convenit, ad incutiendas formidines vulgo deorum instituta simulacra, cum praeter innumeras criminum et facinorum formas ipsa etiam videamus templa sacrilegis violationibus adpeti ab tyrannis, ab regibus, ab latronibus et nocturnis a furibus ipsosque illos deos quos ad metus faciendos vetus finxit et consecravit antiquitas vadere in antra praedonum cum ipsis suis aureis metuendisque fulgoribus ?

120Dans ce même domaine, les défenseurs des idoles disent couramment que les Anciens n’ignoraient pas que les statues n’avaient aucune puissance divine et qu’elles ne possédaient aucun sens, mais qu’à cause de la foule indomptée et inculte, dont la majeure partie se trouve dans le peuple des cités, pour leur salut ils avaient imaginé que, grâce à l’apparence donnée aux divinités, ils rejetteraient leur rudesse, et conduits par la peur, ils croiraient commettre leurs impiétés sous les yeux des dieux, et parviendraient ainsi, en changeant leurs mœurs, à des comportements humains : nulle autre raison à rechercher des formes vénérables en or et en argent que de faire croire qu’une certaine puissance résidait dans leur rayonnement même, qui ne frappait pas seulement le sens de la vue, mais terrifiait aussi les esprits eux-mêmes par les rayons de cette lumière auguste. Ce raisonnement pourrait avoir une certaine justesse, s’il n’y avait point eu, après la fondation des temples des dieux, et l’érection des statues, de mal dans le monde, point de faiblesse, que la justice, la paix, la foi, aient possédé les cœurs et que personne sur terre n’ait pu être dit coupable ou innocent, car tous auraient ignoré la malfaisance. Mais comme, au contraire, tout est plein de mal, que le nom de l’innocence a presque disparu, qu’à tous moments et en tous lieux de nouveaux essaims de méfaits sont mis au jour par la malhonnêteté des nuisibles, comment convient-il de dire que les statues des dieux ont été érigées pour inculquer la peur à la foule, quand nous voyons, outre les formes innombrables du forfait et du crime, que les temples eux-mêmes sont atteints par les violations sacrilèges des tyrans, des rois, des brigands et des voleurs nocturnes, et que ces dieux mêmes que l’Antiquité a forgés et consacrés pour inspirer la peur pénètrent dans l’antre des prédateurs avec leur rayonnement doré et terrible ?

121TC 56. Athénée, les Deipnosophistes, éd. par Ch. B. Gulick, Coll. Loeb, 1957-1967, XIII, 603f

Ἑρμησίλεω δὲ ξένου οἱ ἐόντος καὶ προξένου Ἀθηναίων ἐστιImageντος αὐτόν, ἐπεὶ παρὰ τὸ πImageρ ἑστεὼς ὁ τὸν οImageνον ἐγχέων παImageς ὡραImageος καὶ ἐρυθρὸς ἐὼν… δImageλον Imageν πτοεόμενος εImageπέ τε · « βούλει με ἡδέως πίνειν ; » φάντος δ᾿αὐτὸν · « βραδέως τοίνυν καὶ πρόσφερέ μοι καὶ ἀπόφερε τὴν κύλικα ». Ἔτι πολὺ μImageλλον ἐρυθριάσαντος τοImage παιδὸς εImageπε πρὸς τὸν συγκατακείμενον « ὡς καλImageς Φρύνιχος ἐποίησεν εἴπας · λάμπει δ᾿ἐπὶ πορφυρέαις παρImageσι φImageς ἔρωτος. »
Καὶ πρὸς τόδε ἠμείφθη ὁ Ἐρετριεὺς ἢ ἘρυθραImageος γραμμάτων ἐὼν διδάσκαλος. « Σόφος μὲν δὴ σύ γε εImage, ὠ Σωφόκλεις, ἐν ποίησει ὅμως μέντοι γε οὐκ εImage εἴρηκε Φρύνιχος πορφυρέας εἰπὼν τὰς γνάθους τοImage καλοImage. Εἰ γὰρ ὁ ζωγράφος χρώματι πορφυρέῳ ἐναλείφειε τοImageδε τοImage παιδὸς τάς γνάθους, οὐκ ἂν ὲτι καλὸς φαίνοιτο. Οὐ κάρτα δεImage τὸ καλὸν τImage μὴ καλImage φαινομένῳ εἰκάζειν. »

122Hermésilaos, qui était son hôte et le proxène d’Athènes l’avait invité à dîner ; près du feu se tenait, tout rouge, l’esclave qui versait le vin, un beau garçon. Visiblement frappé par la passion, il lui dit : « Veux-tu que je boive agréablement ? » L’autre acquiesça et il reprit : « Alors, apporte et remporte ma coupe lentement. » Et comme le garçon rougissait encore plus, il dit à son voisin : « Phrynichos a bien parlé dans ces vers : ‘ La lumière de l’amour brille sur les joues de pourpre’. »
Alors son voisin, qui était d’Érétrie ou d’Érythrées, et maître d’école lui répliqua : « Tu es habile, Sophocle, en poésie, et pourtant, Phrynichos a eu tort de parler des joues pourpre du beau jeune homme. Car si un peintre enduisait de pourpre les joues de ce garçon, il cesserait de paraître beau. Car le beau ne doit pas se confondre avec ce qui ne paraît pas beau.

123TC 57. Callimaque, Hymne à Artémis, éd. par R. Pfeiffer, Oxford, Clarendon Press, 1987, 66-71

Ἀλλ᾿ ὅτε κουράων τις ἀπειθέα μητέρι τεύχοι,
μήτηρ μὲν Κύκλωπας ἑImageἐπὶ παιδὶ καλιστρεImage,
Ἄργην ἢ Στερόπην · ὁ δὲ δώματος ἐκ μυχάτοιο
ἔρχεται Ἑρμείης, σποδίῃ κεχριμένος αἰθImage ·
αὐτίκα τὴν κούρην μορμύσσεται, ἣ δὲ τεκούσης
δύνει ἔσω κόλπους θεμένη ἐπὶ φάεσι χεImageρας.

124Lorsqu’une fillette se montre indocile envers sa mère,
celle-ci appelle contre sa fille les Cyclopes,
Argès ou Stéropès ; et du fond de la pièce,
vient Hermès, barbouillé de cendre noire ;
aussitôt il gourmande la gamine et elle se blottit
dans le giron de sa mère, les mains devant les yeux.

125TC 58. Cédrénos, Histoire comparée, éd. par J. P. Migne, Paris, 1864. [Turnholt, Brepols, 1977], 374B

Τούτῳ τImage ἔτει σεισμὸς ἐγένετο μέγας ἐν Κωνσταντινουπόλει, καὶ ἔπεσον ἐκκλησίαι καὶ οImageκοι καὶ τὸ τεImageχος μάλιστα τὸ κατὰ τὴν χρυσImageν πόρταν, καὶ ἡ λόγχη τοImage ἀνδριάντος τοImage φόρου καὶ ἡ δεξιὰ χεὶρ τοImage ἀνδριάντος τοImage Ξηρολόφου.

126Cette année-là (14e année de Justinien), il se produisit un grand séisme à Constantinople ; des églises, des maisons, et même le rempart, du côté de la porte d’or, s’écroulèrent ; tombèrent de même la lance de la statue du forum et la main droite de la statue du Xérolophos.

127TC 59. Cicéron, Tusculanes, éd. par J. Humbert, G. Fohlen, CUF, 1964-1968, IV, 14, 32

128Inter acutos autem et inter hebetes interest, quod ingeniosi, ut aes CorinthIum in aeruginem, sic illi morbum et incidunt tardius et recreantur ocius, hebetes non item.

129Il y a d’ailleurs une différence entre les gens avisés et les imbéciles, c’est que les avisés, à l’instar du bronze de Corinthe vis-à-vis de l’oxydation, résistent plus longtemps à la maladie et se remettent plus vite, ce qui n’est pas vrai pour les imbéciles.

130TC 60. Clément d’Alexandrie, Protrepticus, éd. par M. Marcovich, Leyde, E. J. Brill, 1995, 1, 3, 1

Ἐμοὶ μὲν οImageν δοκοImageσιν ὁ Θρᾴκιος ἐκεImageνος ᾿Ορφεὺς καὶ ὁ ΘηϐαImageος καὶ ὁ ΜηθυμναImageος, ἄνδρες τινὲς οὐκ ἄνδρες, ἀπατηλοὶ γεγονέναι, προσχήματι μουσικImageς λυμηνάμενοι τὸν βίον, ἐντέχνῳ τινὶ γοητείᾳ δαιμονImageντες εἰς διαφθοράς, ὕϐρεις ὀργιάζοντες, πένθη ἐκθειάζοντες, τοὺς ἀνθρώπους ἐπὶ τὰ εἴδωλα χειραγωγImageσαι πρImageτοι, ναὶ μὴν λίθοις καὶ ξύλοις, τουτέστιν ἀγάλμασι καὶ σκιαγράφαις, ἀνοικοδομImageσαι τὴν σκαιότητα τοImage ἔθους, τὴν καλὴν ὄντως ἐκείνην ἐλευθερίαν τImageν ὑπ᾿οὐρανὸν πεπολιτευμένων ᾠδαImageς καὶ ἐπῳδαImageς ἐσχατImage δουλείᾳ καταζεύξαντες.

131Ces hommes, Orphée le Thrace, le Thébain (Amphion) et le Méthymnéen (Arion), me semblent indignes du nom d’hommes : c’étaient des imposteurs, souillant la vie sous prétexte de musique, jouant les inspirés pour perdre les autres grâce à une sorcellerie pleine d’artifices, transformant en mystères des actes de violence, divinisant des deuils ; ils ont les premiers conduit les hommes vers les idoles, et construit la déviance des mœurs grâce à des pierres et des bouts de bois, je veux dire des statues et des peintures, asservissant la liberté des citoyens terrestres, la seule bonne, à la dernière des servitudes, par leurs chants et leurs répons.

132TC 61. Clém. Alex., Protrept., 57, 1-2 et 57, 4-58, 2

Ἰτέον οImageν ὡς ἔνι μάλιστα ἐγγυτάτω τImageν ἀγαλμάτων, ὡς οἰκεία ἡ πλάνη κἀκ τImageς προσόψεως ἐλέγχεται · ἐναπομέμακται γὰρ πάνυ δὴ σαφImageς τά εImageδη τImageν ἀγαλμάτων τὴν διάθεσιν τImageν δαιμόνων. Εἰ γοImageν τις τὰς γραφὰς καὶ τὰ ἀγάλματα περινοστImageν θεImageτο, γνωριεImage ὑμImageν τοὺς θεοὺς ἐκ τImageν ἐπονειδίστων σχημάτων, τὸν Διόνυσον ἀπὸ τImageς στολImageς, τὸν Ἥφαιστον ἀπὸ τImageς τέχνης, τὴν Δηὼ ἀπὸ τImageς συμφορImageς, ἀπὸ τοImage κρηδέμνου τὴν Ἰνώ, ἀπὸ τImageς τριαίνης τὸν ΠοσειδImage, ἀπὸ τοImage κύκνου τὸν Διά, τὸν δὲ Ἡρακλέα δείκνυσιν ἡ πυρά, κἂν γυμνὴν ἰδImage τις ἀνάγραπτον γυναImageκα, τὴν χρυσImageν Ἀφροδίτην νοεImage. (…) Δραστήριος μὲν ἡ δημιουργική, ἀλλ᾿οὐχ οImageα τε ἀπατImageσαι λογικὸν οὐδὲ μὴν τοὺς κατἁ λόγον βεϐιωκότας · ζωγραφίᾳ μὲν γάρ, δι᾿ὁμοιότητα σκιαγραφίας περιστερImageς, προσέπτησαν πελειάδες καὶ ἵπποις καλImageς γεγραμμέναις προσεχρεμέτισαν ἵπποι. ἘρασθImageναι κόρην εἰκόνος λέγουσιν, καὶ νέον καλὸν Κνιδίου ἀγάλματος, ἀλλ᾿Imageσαν τImageν θεάτων αἱ ὄψεις ἠπατημέναι ὑπὸ τImageς τέχνης. Οὐδὲ γὰρ ἂν θεImage τις συνεπλάκη, οὐδ᾿ἂν νεκρImage τις συνετάφη, οὐδ᾿ἂν ἠράσθη δαίμονος καὶ λίθου ἄνθρωπος σωφρωνImageν. ῾ΥμImageς δὲ ἄλλῃ γοητείᾳ ἀπατImage ἡ τέχνη, εἰ καὶ μὴ ἐπὶ τὸ ἐρImageν προσάγουσα, ἀλλ᾿ἐπὶ τὸ τιμImageν καὶ προσκυνεImageν τά τε ἀγάλματα καὶ τὰς γραφάς. Ὁμοία γε ἡ γραφή ; ἐπαινέσθω μὲν ἡ τέχνη, μὴ ἀπατάτω δὲ τὸν ἄνθρωπον ὡς ἀλήθεια. Ἕστηκεν ὁ ἵππος ἠσυχImage, ἡ πελειὰς ἀτρεμής, ἀργὸν τὸ πτέρον, ἡ δὲ βοImageς ἡ Δαιδάλου, ἡ ἐκ τοImage ξύλου πεποιημένη ταImageρον εImageλεν ἄγριον καὶ κατηνάγκασεν τὸ θήριον ἡ τέχνη πλανήσασα ἐρώσης ἐπιϐImageναι γυναικός.

ΤοσοImageτον οImageστρον αἱ τέχναι κακοτεχνοImageσαι τοImageς ἀνοήτοις ἐνεποίησαν. ᾿Αλλὰ τοὺς μὲν πιθήκους οἱ τούτων τροφεImageς καὶ μελεδωνοὶ τεθαυμάκασιν, ὅτι τImageν κηρίνων ἢ πηλίνων ὁμοιωμάτων καὶ κοροκοσμίων ἀπατImage τούτους οὐδέν · ὑμεImageς δὲ ἄρα καὶ πιθήκων χείρους γενήσεσθε λιθίνοις καὶ ξυλίνοις καὶ χρυσέοις καὶ ἐλεφαντίνοις ἀγαλματίοις καὶ γραφαImageς προσανέχοντες. Τοσούτων ὑμImageν οἱ δημιουργοὶ ἀθυρμάτων ὀλεθρίων οἱ λιθοξόοι καὶ οἱ ἀνδριαντοποιοὶ γραφεImageς τε αImage καὶ τέκτονες καὶ ποιηταί, πολύν τινα καὶ τοιοῦτον ὄχλον παρεισάγοντες. (…)

133Il nous faut donc aller au plus près des statues, car l’erreur est familière et se confond par l’examen ; car l’apparence des statues garde l’empreinte du caractère des démons. Si donc l’on regardait les peintures et les statues en tournant autour, on reconnaîtrait vos dieux à leurs attitudes blâmables, Dionysos à sa robe, Héphaistos à son art, Déo à son malheur, Ino à son précipice, Poséidon à son trident, Zeus à son cygne, Héraclès est trahi par le bûcher, et si l’on voit une femme nue dessinée, on pense à l’Aphrodite d’or. (…) L’art créatif est efficace, mais pas assez pour tromper la raison ni ceux qui vivent en s’y tenant : car dans une peinture, des colombes, à cause de la ressemblance d’une colombe peinte, ont volé vers elle, et des chevaux ont henni vers des cavales bien peintes. On dit qu’une jeune fille s’éprit d’une effigie et un beau jeune homme de la statue de Cnide, mais la vision des spectateurs était trompée par l’art. Car personne ne s’unirait à une déesse, personne ne s’ensevelirait avec une morte, personne ne tomberait amoureux d’un dieu en pierre, s’il était un homme raisonnable. Quant à vous, l’art vous trompe par une autre sorcellerie, elle ne vous conduit pas à aimer, mais à honorer et à adorer les statues et les peintures. La peinture est réaliste ? qu’on en loue l’art, mais qu’elle ne trompe pas l’homme comme étant la vérité. Le cheval se tient coi, la colombe ne bouge pas, l’aile est immobile ; la vache de Dédale, réalisée en bois, a pris le taureau sauvage et l’art égaré a forcé le monstre à monter la femme en rut.
Voici l’aiguillon que les arts mauvais ont poussé sur les imbéciles. Mais les éleveurs et les dompteurs de singes se sont étonnés de ce que rien de ces imitations de cire ou de terre et de ces colifichets ne puisse les tromper : vous êtes donc pire que des singes, vous qui vous prosternez devant des statues de pierre, de bois ou d’or et d’ivoire, et devant des peintures. Encore pire que vous les créateurs de ces jouets funestes, les tailleurs de pierre et les statuaires, les peintres, les architectes et les poètes, qui attirent une foule pareille et si nombreuse.

134TC 62. Diogène Laërce, Vie des philosophes célèbres, éd. par H. S. Long, OCT, 1964 [1966], VI, 35

Τὰ πολλοImage ἄξια τοImage μηδενὸς ἔλεγε πιπράσκεσθαι καὶ ἔμπαλιν · ἀνδριάντα γοImageν τρισχιλίων πιπράσκεσθαι, χοίνικα δ᾿ἀλφίτων δύο χαλκImageν.

135Il disait que l’on achetait pour rien ce qui avait de la valeur, et inversement : une statue pour trois mille drachmes et une chénice de farine pour deux chalques.

136TC 63. Empédocle, fg 23 Diehl dans : H. Diels, W. Kranz (éd.), Die Fragmente des Vorsokratiker, Zurich, 1951-1967

Ὡς δ᾿ὁπόταν γραφέες ἀναθήματα ποικίλλωσιν ἀνέρες ἀμφὶ τέχνης ὑπὸ μήτιος εImage δεδαώτες.

137Comme lorsque les peintres, des hommes ont bien appris l’art grâce à leur intelligence, décorent des consécrations.

138TC 64. Eschyle, Agamemnon, éd. par P. Mazon, CUF, Paris, 1963, 414-419

Πόθῳ δ᾿ὑπερποντίας φάσμα δο-
ξει δόμων ἀνάσσειν ·
εὐμόρφων δὲ κολοσσImageν
ἔχθεται χάρις ἀνδρί ·
ὀμμάτων δ᾿ἐν ἀχηνίαις
ἔρρει πImageσ Ἀφροδίτα.

139À cause du regret, le fantôme de la femme partie au-delà des mers semblera régir les chambres : la grâce des colosses splendides fera horreur à l’homme, Aphrodite tout entière parlera dans leurs yeux vides.

140TC 65. Ésope, Fables, éd. par E. Chambry, CUF, Paris, 1960, 108

ἙρμImageς καὶ ἀγαλματοποιός.

ἙρμImageς βουλόμενος γνImageναι ἐν τίνι τιμImage παρὰ ἀνθρώποις ἐστίν, Imageκεν ἀφομοιωθεὶς ἀνθρώπῳ εἰς ἀγαλματοποιοImage ἐργαστήριον. Καὶ θεασάμενος Διὸς ἄγαλμα ἐπύνθανετο πόσου. Εἰπόντος δὲ αὐτοImage δραχμImageς, γελάσας ἠρώτα τὸ τImageς Ἥρας πόσου. Εἰπόντος δὲ ἔτι μείζονος, θεασάμενος καὶ αὑτοImage ἄγαλμα ὑπέλαϐεν ὅτι αὐτόν, ἐπειδὴ καὶ ἄγγελός ἐστι καὶ ἐπικερδής, περὶ πολλοImage ποιοImageνται οἱ ἄνθρωποι. Διόπερ ἐπυνθάνετο ὁ ἙρμImageς πόσου, καὶ ὀ ἀγαλματογλύφος ἔφη · « Ἀλλ᾿ ἐὰν τούτους ἀγοράσῃς, τοImageτόν σοι προσθήκην δώσω. » Πρὸς ἄνδρα κενόδοξον ἐν οὐδεμίᾳ μοίρᾳ παρὰ τοImageς ἄλλοις ὄντα ὁ λόγος ἁρμόζει.

141Hermès et le sculpteur.
Hermès, qui voulait savoir en quel honneur il était chez les hommes, se rendit, déguisé en homme, dans l’atelier d’un sculpteur. Regardant une statue de Zeus, il s’enquit de son prix ; le marchand lui demandant une drachme, il se mit à rire et demanda le prix pour une statue d’Héra. L’autre lui indiqua un prix plus élevé ; il regarda alors sa propre statue, supposant que les hommes faisaient grand cas de lui, puisqu’il est un messager et une source de profit. C’est pourquoi Hermès s’enquit du prix, et le sculpteur lui dit : « Eh bien, si tu m’achètes les deux autres, je te donnerai celui-là en prime ». La fable s’applique à un homme épris de vaine gloire, sans aucune chance auprès des autres.

142TC 66. Euripide, Eurysthée, fg. 372 dans : Euripide, Fragments, Bellérophon-Protésilas, éd. par F. Jouan et H. Van Looy, CUF, Paris, 2000

Οὐκ ἔστιν, Image γεραιέ, μὴ δείσῃς τάδε ·
τὰ δαιδάλεια πάντα κινεImageσθαι δοκεImage
βλέπειν τ᾿ἀγάλμαθ᾿ · Imageδ᾿ἀνὴρ κεImageνος σόφος.

143Aucune raison, vieillard, d’avoir peur : ces statues dédaliques donnent toujours l’impression de bouger et de regarder ; voilà comme l’homme était habile.

144TC 67. Euripide, Iphigénie à Aulis, éd. par F. Jouan, CUF, Paris, 1990, 1376-1390

ΔεImageρο δὴ σκέψαι μεθ᾽ ἡμImageν, μImageτερ, ὡς καλImageς λέγω ·
εἰς ἔμ᾽ Ἑλλὰς ἡ μεγίστη πImageσα νImageν ἀποϐλέπει,
κἀν ἐμοὶ πορθμός τε ναImageν καὶ ΦρυγImageν κατασκαφαὶ
τάς τε μελλούσας γυναImageκας, ἤν τι δρImageσι βάρϐαροι,
μηκέθ᾽ ἁρπάζειν ἐImageν τούσδ᾽ ὀλϐίας ἐξ Ἑλλάδος,
τὸν Ἑλένης τείσαντας ὄλεθρον, ἣν <ἀν> ήρπασεν Πάρις.
Imageτα πάντα κατθανοImageσα ῥύσομαι, καί μου κλέος,
Ἑλλάδ᾽ ὡς ἠλευθέρωσα, μακάριον γενήσεται.
Kαὶ γὰρ οὐδέ τοί τι λίαν ἐμὲ φιλοψυχεImageν χρεών ·
πImageσι γάρ μ᾽ Ἕλλησι κοινὸν ἔτεκες, οὐχὶ σοὶ μόνῃ.
᾿Αλλὰ μυρίοι μὲν ἄνδρες ἀσπίσιν πεφραγμένοι,
μυρίοι δ᾽ ἐρέτμ᾽ ἔχοντες, πατρίδος ἠδικημένης,
δρImageν τι τολμήσουσιν ἐχθροὺς χὑπὲρ Ἑλλάδος θανεImageν,
ἡ δ᾽ ἐμὴ ψυχὴ μί᾽οImageσα πάντα κωλύσει τάδε ;

145Examine ici avec moi, mère, comme j’ai raison : la Grèce splendide tout entière me regarde maintenant ; de moi dépendent le départ des nefs et la ruine des Phrygiens ; quant aux femmes à venir, si les Barbares tentent quelque chose, ils ne pourront plus les arracher à la Grèce prospère, une fois expiée la perte d’Hélène qu’a enlevée Pâris. En mourant je sauve tout cela, et une gloire bienheureuse me viendra car j’aurai délivré la Grèce. D’ailleurs je ne dois pas trop tenir à la vie : car tu m’as enfantée pour tous les Grecs et non pour toi seule. Par milliers les soldats se munissent de leurs boucliers, par milliers, ils empoignent les rames, prêts à se lancer contre les ennemis et à mourir pour la Grèce, et ma seule vie pourrait les en empêcher ?

146TC 68. Héphaistion, Enchiridion, éd. par M. Consbruch, Coll. Teubner, Leipzig, 1906, chap. 4

Ἡ μέγ Ἀθηναίοισι φόως γένεθ᾿, ἡνίκ᾿Aριστο-
γείτων ῾Ιππαρχον κτεImageνε καὶ ῾Αρμόδιος.

147La grande lumière apparut pour les Athéniens, lorsque Aristogiton et Harmodios tuèrent Hipparque.

148TC 69. Héraclite, fg B 5 et 128, dans H. Diels et W. Kranz, Die Fragmente der Vorsokratiker 6 , Berlin, 1951

Καὶ τοImageς ἀγάλμασι δὲ τουτέοισι εὔχονται, ὁκοImageον εImage τις δόμοισι λεσχηνεύοιτο, οὔ τι γινώσκων θεοὐς οὐδ᾽ἥρωας οἵτινές εImageσι.

149Et ils adressent des prières à ces statues, – comme si on allait converser avec des maisons, – sans savoir ce que sont les dieux ou les héros.

Δαιμόνων ἀγάλμασι εὔχονται οὐκ ἀκούουσιν, ὥσπερ ἀκούοιεν, οὐκ ἀποδιδοImageσιν, ὥσπερ οὐκ ἀπαιτοImageεν.

150Ils adressent des prières aux statues des divinités qui ne les entendent pas, comme si elles les entendaient, et qui ne leur donnent rien, comme s’ils ne leur demandaient rien.

151TC 70. Hérodote, l’Enquête, éd. par H. B. Rosen, Teubner, Stuttgart, - Leipzig, 1987-1997, VI, 46-47

Ἡ δὲ πρόσοδός σφι (τοImageς Θασίοις) ἐγίνετο ἔκ τε τImageς ἠπείρου καὶ ἀπὸ τImageν μετάλλων. Ἐκ μέν γε τImageν ἐκ ΣκαπτImageς Ὓλης τImageν χρυσέων μετάλλων τὸ ἐπίπαν ὀγδώκοντα τάλαντα προσήϊε, ἐκ δὲ ἐν αὐτImage Θάσῳ ἐλάσσω μὲν τούτων, συχνὰ δὲ οὕτω ὥστε τὸ ἐπίπαν Θασίοισι ἐοImageσι καρπImageν ἀτελέσι προσήϊε ἀπό τε τImageς ἠπείρου καὶ τImageν μετάλλων ἔτεος ἑκάστου διηκόσια τάλαντα, ὅτε δὴ τὸ πλεImageστον προσImageλθε, τριηκόσια. ΕImageδον δὲ καὶ αὐτὸς τὰ μέταλλα ταImageτα, καὶ μακρImageImageν αὐτImageν θωμασιώτατα τὰ οἱ Φοίνικες ἀνεImageρον οἱ μετὰ Θάσου κτίσαντες τὴν νImageσον ταύτην, ἥτις νImageν ἐπὶ τοImage Θάσου τούτου τοImage Φοίνικος τὸ ὄνομα ἔσχηκε. Τὰ δὲ μέταλλα τὰ φοινικικὰ ταImageτά ἐστι τImageς Θάσου μεταξὺ Αἰνύρων τε χώρου καλεομένου καὶ Κοινύρων, ἀντίον δὲ Σαμοθρηίκης, ὄρος μέγα ἀνεστραμμένον ἐν τImage ζητήσι.

152Leurs revenus (des Thasiens) provenaient de leurs possessions sur le continent et des mines. Car des mines d’or de Scaptè Hylè provenaient en tout quatre vingts talents, et moins des mines situées sur Thasos même. Souvent, pour les Thasiens qui étaient exempts des charges sur les récoltes, les revenus du continent et des mines atteignaient en tout deux cents talents par an, et lorsque le rendement était au maximum, trois cents. J’ai vu moi-même ces mines, elles étaient de loin plus admirables que celles découvertes par les Phéniciens, qui ont occupé avec Thasos cette île qui a pris son nom de ce Thasos, fils de Phénix. Les mines phéniciennes de Thasos se trouvent entre l’endroit appelé Ainyra et Kynira, face à Samothrace : c’est une montagne qui offre une large étendue pour la prospection.

153TC 71. Hérondas, Mimes, éd. par J. Arbuthnot Nairn et L. Laloy, CUF, Paris, 1928, 4, 20-38 et 56-78

Image, καλImageν, φίλη ΚυννοImage,
ἀγαλμάτων · τίς ῥα τὴν λίθον ταύτην
τέκτων ἐποίει καὶ τίς ἐστιν ὁ στήσας ;
— Οἱ Πραξιτέλεω παImageδες · οὐχ ὁρImageις κεImageνα
ἐν τImageι βάσι τὰ γράμματ᾿ ; Εὐθίης δ᾿αὐτὰ
ἕστησεν ὁ Πρήξωνος.
— Ἵλεως εἴη
καὶ τοImageσδ᾿ὁ Παιὼν καὶ Εὐθίηι καλImageν ἔργων.
Ὅρη, φίλη, τὴν παImageδα τὴν ἄνω κείνην
βλέπουσαν εἰς τὸ μImageλον · οὐκ ἐρεImageς αὐτήν
ἢν μὴ λάϐηι τὸ μImageλον ἐκ τάχα ψύξει ;
ΚεImageνον δέ, ΚυννοImage, τὸν γέροντ᾿ – Image πρὸς Μοιρέων
τὴν χηναλώπεκα ὡς τὸ παιδίον πνίγει.
Πρὸ τImageν ποδImageν γοImageν εἴ τι μὴ λίθος, τοὔργον,
ἐρεImageς, λαλήσει. ΜImage, χρόνωι κοτ᾿ὤνθρωποι
κἠς τοὺς λίθους ἕξουσι τὴν ζοὴν θεImageναι.
Τὸν Βατάλης γὰρ τοImageτον οὐχ ὁρImageις, ΚυννοImage,
ὄκως βέϐηκεν ἀνδριάντα τImageς Μυττέω ;
Εἰ μή τις αὐτὴν εImageδε Βατάλην, βλέψας
ἐς τοImageτο τὸ εἰκόνισμα μὴ ἐτύμης δείσθω. (...)
Οὐχ ὁρImageις, φίλη ΚυννοImage,
οImage᾿ἔργα ; κείνην ταImageτ᾿ἐρεImageς ᾿Αθηναίην
γλύψαι τὰ καλά – χαιρέτω δὲ Δέσποινα.
Τὸν παImageδα δὴ <τὸν> γυμνὸν ἢν κνίσω τοτον
οὐχ ἕλκος ἕξει, Κύννα ; Πρὸς γάρ οἰ κεImageνται
αἰ σάρκες οImageα θερμὰ θερμὰ πηδImageσαι
ἐν τImageι σανίσκηι. Τὠργύρευν δὲ πύραυστρον
οὐκ ἣν ἴδηι Μύελλος ἢ Παταικίσκος
ὁ Λαμπρίωνος, ἐκϐαλεImageσι τὰς κούρας
δοκεImageντες ὄντως ἀργύρευν πεποιImageσθαι ;
Ὁ βοImageς δὲ χὠ ἄγων αὐτὸν ἢ θ᾿ὁμαρτεImageσα
χὠ γρυπὸς οImageτος χὠ ἀνάσιλλος ἄνθρωπος
οὐχὶ ζόην βλέπουσιν ἠμέρην πάντες ;
Εἰ μὴ ἐδόκουν τι μέζον ἢ γυνὴ πρήσσειν,
ἀνηλάλαξ᾿ἄν, μή μ᾿ὁ βοImageς τι πημήνηι ·
οὕτω ἐπιλοξοImage, Κυννί, τImageι ἑτέρηι κούρηι.
— ᾿Αληθίναι, φίλη, γὰρ αἱ Ἐφεσίου χεImageρες
ἐς πάντ᾿ ᾿Απελλέω γράμματ᾿ · οὐδ᾿ ἐρεImageς « ΚεImageνος
ὥνθρωπος ἕν μὲν εImageδεν, ἓν δ᾿ἀπηρνήθη »,
ἀλλ᾿Imageι ἐπὶ νοImageν γένοιτο καὶ θεImageν θαύειν
ἠπείγεθ᾿. Ὅς δ᾿ἐκεImageνον ἢ τὰ ἔργα τὰ ἐκείνου
μὴ παμφαλήσας ἐκ δίκης ὁρώρηκεν,
ποδὸς κρέμαιτ᾿ἐκεImageνος ἐν γναφέως οἴκωι.

154Ah, chère Kynno, quelles belles statues : quel maçon a réalisé cette pierre et qui l’a érigée ? – Ce sont les fils de Praxitèle ; ne vois-tu pas l’inscription sur la base ? Et c’est Euthiès, fils de Praxon qui l’a érigée.
— Que Péan leur soit favorable, ainsi qu’à Euthiès aux beaux ouvrages. Vois, ma chère, cette gamine qui regarde la pomme là-haut : ne dirait-on pas que si elle n’attrape pas la pomme, elle va bientôt mourir ? Et celui-là, Kynno, le vieillard ah, par les Moires, comme le gamin étrangle l’oie ! S’il n’y avait devant ses pieds une pierre, tu dirais que l’ouvrage va parler. Eh bien, d’ici un moment, les hommes sauront mettre de la vie même dans les pierres. Et ne vois-tu pas, Kynno, cette Batalè, sa statue, la fille de Myttès, comme elle marche ? Si l’on avait pas vu Batalè elle-même, en voyant cette effigie, on n’aurait pas besoin de la vraie. (…) Ne vois-tu pas, chère Kynno, quelles belles œuvres ? on dirait que c’est Athéna qui a sculpté ces beautés – gloire à la souveraine ! Ce garçon nu, si je le pince, n’en portera-t-il pas la trace, Kynna ? Car ses chairs sont toutes chaudes, prêtes à frémir sur le tableau. Et les pincettes d’argent ? Si Myellos ou Pataïscos, fils de Lamprion, les voyait, n’écarquillerait-il pas les yeux, croyant qu’elles sont vraiment en argent ? Et ce bœuf, et son bouvier, et la femme qui l’accompagne, et celui-là avec son nez de griffon, et cet homme au toupet, ne voient-ils pas tous le jour vivant ? Si je ne craignais de déborder les droits d’une femme, je me mettrais à hurler de crainte que le bœuf ne me bouscule : car il me guette, Kynni, de son œil. – Oui, ma chère, les mains d’Apelle d’Éphèse sont vraies dans toutes ses peintures ; ne dirait-on pas « Cet homme a vu telle chose, et refusé telle autre. » ? Mais quand un sujet lui venait à l’idée, il s’empressait de l’élever jusqu’aux dieux. Celui qui le regarderait, lui ou ses œuvres, sans rester bouche bée, comme il convient, celui-là resterait les pieds collés chez un foulon.

155TC 72. Hésiode, Théogonie, éd. par P. Mazon, CUF, 1995, 139-143

Γείνατο δ᾿αImage Κύκλωπας ὑπέρϐιον Imageτορ ἔχοντας,
Βρόντην τε Στερόπην τε καὶ Ἄργην ὀβριμόθυμον,
οἳ Ζηνὶ βρόντην ἔδοσαν τευξάν τε κεραυνόν,
οἳ δή τοι τὰ μὲν ἄλλα θεοImageς ἐναλίγκιοι Imageσαν,
μοImageνος δ᾿ ὀφθαλμὸς μέσσῳ ἐνέκειτο μετώπῳ.

156Il engendra ensuite les Cyclopes au cœur surpuissant, Brontès, Stéropès et Argès au courage brutal, qui remirent à Zeus le tonnerre et lui forgèrent la foudre, eux qui en tout étaient semblables aux dieux, mais qui n’avaient qu’un œil au milieu du front.

157TC 73. Hésychius, éd. par J. Alberti, M. Schmidt, Amsterdam, 1965, s. v. λυχναῖος

158Καὶ λυχνεύς · ὁ διαυγὴς λίθος.

159Lychnaios, ou lychneus : pierre translucide.

160TC 74. Hésychius, s. v. χαλκεῖα

Ὑπομνήματα τImageς τImageν τέχνων εὐρήσεως.

161Chalkéia : célébrations de l’invention des arts.

162TC 75. Hippocrate, Du régime des maladies aiguës, éd. par R. Joly, CUF, Paris, 1972, I, 21, 1-2

Ἀνδριαντοποιοὶ μίμησιν σώματος ποιοImageσιν [πλὴν ψυχImageς], γνώμην δ᾿ἒχοντα οὐ ποιοImageσιν, ἐξ ὓδατος καὶ γImageς, τὰ ὑγρὰ ξηραίνοντες καὶ τὰ ξηρὰ ὑγραίνοντες.

163Les sculpteurs créent une imitation du corps [sans l’âme], mais ne créent pas un être doué de pensée, à partir d’eau et de terre, en séchant l’humide et en humidifiant le sec.

164TC 76. Homère, Iliade, éd. par P. Mazon, P. Chantraine, CUF, 1972-1974, IV, 141-145

Ὡς δ᾿ὅτε τίς τ᾿ἐλέφαντα γυνὴ φοίνικι μιήνῃ
Μῃονὶς ἠὲ Kάειρα, παρήιον ἔμμεναι ἵππων ·
κεImageται δ᾿ἐν θαλάμῳ, πολέε τέ μιν ἠρσαντο
ἱππImageες φορέειν · βασιλImageι δὲ κεImageται ἄγαλμα,
ἀμφότερον κοσμός θ᾿ ἵππῳ ἐλατImageρι δὲ κImageδος.

165C’est comme lorsqu’une femme de Méonie ou de Carie recouvre l’ivoire de pourpre, pour en faire un couvre-joue de cheval ; il reste dans la chambre, et nombre de cavaliers souhaitent le porter ; le joyau appartient au roi, à la fois décoration pour le cheval et gloire pour son conducteur.

166TC 77. Homère, Il., XXII, 209-213

Ἀλλ᾽ ὅτε δὴ τὸ τέταρτον ἐπὶ κρουνοὺς ἀφίκοντο,
καὶ τότε δὴ χρύσεια πατὴρ ἐτίταινε τάλαντα,
ἐν δ᾽ἐτίθει δύο κImageρε τανηλεγέος θανάτοιο,
τὴν μὲν ἈχιλλImageος, τὴν δ᾽ Ἕκτορος ἱπποδάμοιο,
ἕλκε δὲ μέσσα λαϐών · ῥέπε δ᾽ Ἕκτορος αἴσιμον Imageμαρ,
ᾤχετο δ᾽εἰς Ἀΐδαο, λίπεν δέ ἑ ΦοImageϐος Ἀπόλλων.

167Mais quand ils arrivèrent pour la quatrième fois à la fontaine, alors le Père souleva la balance d’or et y plaça deux Kères de la mort aux longues douleurs, celle d’Achille et celle d’Hector, le dompteur de chevaux ; il prit la balance par le milieu : alors le jour fatal d’Hector la fit pencher, il s’en fut vers l’Hadès, et Phoibos Apollon le quitta.

168TC 78. Homère, Odyssée, éd. par P. Mazon, P. Chantraine, CUF, 1972-1974, 17, 382-385

Τίς γὰρ δὴ ξεImageνον καλεImage ἄλλοθεν αὐτὸς ἐπελθὼν
ἄλλόν γ᾿, εἰ μὴ τImageν οἳ δημιοεργοὶ ἔασι,
μάντιν ἢ ἰητImageρα κακImageν ἢ τεκτόνα δούρων,
ἢ καὶ θέσπιν ἀοιδόν, ὅ κεν τέρπῃσιν ἀείδων ;

169Qui donc, s’il vient lui-même d’ailleurs, appelle hôte un homme qui ne fait partie des travailleurs publics, un devin, un guérisseur de maux, un charpentier, ou un aède inspiré, qui pourra le charmer par ses chants ?

170TC 79. Homère, Hymne à Héphaistos, éd. par J. Humbert, CUF, 1967

Ἤφαιστον κλυτόμητιν ἀείδεο, ΜοImageσα λίγεια
ὃς μετ’᾿Αθηναίης γλαυκώπιδος ἀγλαὰ ἔργα
ἀνθρώπους ἐδίδαξεν ἐπὶ χθονός, οἳ τὸ πάρος περ
ἄντροις ναιέτασκον ἐν οὔρεσιν, ἠΰτε θImageρες ·
νImageν δὲ δι’Ἤφαιστον κλυτοτέχνην ἔργα δάεντες
ῥηϊδίως αἰImageνα τελεσφόρον εἰς ἐνιαυτὸν
εὔκηλοι δ’ἄγουσιν ἐνὶ σφετέροισι δόμοισιν.
Ἀλλ’ἵληθ’, Ἤφαιστε · δίδου ἀρετήν τε καὶ ὄλϐον.

171Chante Héphaistos à l’habileté renommée, Muse légère, lui qui, avec Athéna aux yeux pers, a enseigné sur terrre les travaux brillants aux hommes, qui auparavant vivaient dans les cavernes des montagnes, comme des bêtes ; maintenant, instruits des travaux grâce à Héphaistos à l’art renommé, ils passent facilement le temps au cours de l’année qui avance, sans souci, dans leurs demeures. Sois-nous favorable, Héphaistos, accorde-nous valeur et prospérité.

172TC 80. Horace, Épitres, éd. par F. Villeneuve, CUF, 1955, II, 1, 156-157

173Graecia capta ferum victorem cepit et artis
intulit agresti Latio.

174La Grèce conquise a conquis son farouche vainqueur et introduit les arts dans le Latium rustique.

175TC 81. Horace, Odes, III, 30, 1-9 dans Horace, Poésies, éd. par F. Villeneuve, CUF, 1997

176Exegi monumentum aere perennius
regalique situ pyramidum altius
quos non imber edax, non aquilo inpotens
possit diruere aut innumerabilis
annorum series et fuga temporum.
Non omnis moriar multaque pars mei
vitabit Libitinam ; usque ego postera
crescam laude recens, dum Capitolium
scandet cum tacita virgine pontifex.

177J’ai érigé un monument plus durable que l’airain, plus haut que le site royal des pyramides, que ni la pluie vorace, ni l’aquilon impuissant ne pourrait mettre à bas, pas plus que l’innombrable série des ans et la fuite du temps. Je ne mourrai pas tout entier, et une part de moi évitera Libitine ; je croîtrai, malgré ma jeunesse, sous la louange des hommes futurs, tant que le pontife montera au Capitole au côté de la vierge silencieuse.

178TC 82. Isocrate, Panégyrique d’Athènes, éd. Par G. Mathieu et E. Bremond, CUF, 1961, 10

Oὕτω γὰρ ἐνδεὴς ἀμφοτέρων ἐγενόμην τImageν μεγίστην δύναμιν ἐχόντων παρ᾽ἡμImageν, φωνImageς ἱκανImageς καὶ τόλμης, ὡς οὐκ οImageδ᾽εἴ τις ἄλλος τImageν πολιτImageν · Imageν οἱ μὴ τυχόντες ἀτιμότεροι περιέρχονται πρὸς τὸ δοκεImageν ἄξιοί τινος εImageναι τImageν ὀφειλόντων τImage δημοσίῳ · τοImageς μὲν γὰρ ἐκτίσειν τὸ καταγνωσθὲν ἐλπίδες ὕπεισιν, οἱ δ᾽οὐδέποτ᾽ἂν τὴν φύσιν μεταϐάλοιεν. Oὐ μὴν ἐπὶ τούτοις ἀθυμήσας περιεImageδον ἐμαυτὸν ἄδοξον οὐδ᾽ἀφανImage παντάπασι γενόμενον, ἀλλ᾽ἐπειδὴ τοImage πολιτεύεσθαι διήμαρτον, ἐπὶ τὸ φιλοσοφεImageν καὶ πονεImageν καὶ γράφειν ἃ διανοηθείην κατέφυγον, οὐ περὶ μικρImageν τὴν προαίρεσιν ποιούμενος οὐδὲ περὶ τImageν ἰδίων συμϐολαίων οὐδὲ περὶ Imageν ἄλλοι τινὲς ληροImageσιν, ἀλλὰ περὶ τImageν ἘλληνικImageν καὶ βασιλικImageν καὶ πολιτικImageν πραγμάτων, δι᾽ἃ προσήκειν ᾠόμην μοι τοσούτῳ μImageλλον τιμImageσθαι τImageν ἐπὶ τὸ βImageμα παριόντων, ὅσῳ περ περὶ μειζόνων καὶ καλλιόνων ἢ κεImageνοι τοὺς λόγους ἐποιούμην. Imageν οὐδὲν ἡμImageν ἀποϐέϐηκεν.

179Car j’étais bien inférieur à ceux qui possèdent parmi nous le plus de puissance, manquant à la fois d’une voix forte et d’audace, bien plus que n’importe quel autre citoyen ; or, lorsque l’on n’a pas acquis ces qualités, on se trouve déconsidéré et on semble indigne de faire partie des hommes utiles à la communauté ; car ceux-ci ont l’espoir de compenser leurs défauts, tandis que ceux-là ne sauraient changer leur nature. Cependant, sans me décourager pour autant, j’oubliais que j’étais sans gloire et totalement invsible, mais, puisque j’avais échoué à faire de la politique, je me réfugiai dans la philosophie, le travail, l’écriture et dans mes pensées, ne faisant pas peu de cas de mes dispositions, tournées non pas vers les contrats particuliers, ni vers les sujets de conversations d’autrui, mais vers les affaires des Grecs et du grand Roi, grâce auxquelles je croyais que je pourrais être d’autant plus honoré de ceux qui montent à la tribune que je ferais des discours sur des affaires plus grandes et plus belles qu’eux. Et rien de cela ne m’a manqué.

180TC 83. Lucien, le Songe, éd. par M. D. Macleod, OCT, 1972-1987, 1-4

Ἄρτι μὲν ἐπεπαύμην εἰς τὰ διδασκαλεImageα φοιτImageν ἤδη τὴν ἡλικίαν πρόσηϐός ὤν, ὁ δὲ πατὴρ ἐσκοπεImageτο μετὰ τImageν φίλων ὅ τι καὶ διδάξαιτό με. ΤοImageς πλείστοις οImageν ἔδοξεν παιδεία μὲν καὶ πόνου πολλοImage καὶ χρόνου μακροImage καὶ δαπάνης οὐ μικρImageς καὶ τύχης δεImageσθαι λαμπρImageς, τὰδ᾿ἡμέτερα μικρά τε εImageναι καὶ ταχεImageάν τινα τὴν ἐπικουρίαν ἀπαιτεImageν · εἰ δή τινα τέχνην τImageν βαναύσων τούτων ἐκμάθοιμι, τὸ μὲν πρImageτον εὐθὺς ἂν αὐτὸς ἔχειν τὰ ἀρκοImageντα παρὰ τImageς τέχνης καὶ μηκέτ᾿οἰκόσιτος εImageναι τηλικοImageτος ὤν, οὐκ ἐς μακρὰν δὲ καὶ τὸν πατέρα εὐφρανεImageν ἀποφέρων ἀεὶ τὸ γιγνόμενον.
Δευτέρας οImageν σκέψεως ἀρχὴ προὐτέθη, τίς ἀρίστη τImageν τεχνImageν καὶ ῥᾴστη ἐκμαθεImageν καὶ ἀνδρὶ ἐλευθέρῳ πρέπουσα καὶ πρόχειρον ἔχουσα τὴν χορηγίαν καὶ διαρκImage τὸν πόρον. Ἄλλου τοίνυν ἄλλην ἐπαινοImageντος, ὡς ἕκαστος γνώμης ἢ ἐμπειρίας εImageχεν, ὁ πατὴρ εἰς τὸν θεImageον ἀπιδών, – παρImageν γὰρ ὁ πρὸς μητρὸς θεImageος, ἄριστος ἕρμογλύφος εImageναι δοκImageν · « Οὐ θέμις, εImageπεν, ἄλλην τέχνην ἐπικρατεImageν σου παρόντος, ἀλλὰ τοImageτον ἄγε – δείξας ἐμέ – δίδασκε παραλαβὼν λίθων ἐργάτην ἀγαθὸν εImageναι καὶ συναρμοστὴν καὶ ἑρμογλυφέα · δύναται γὰρ καὶ τοImageτο, φύσεώς γε, ὡς οImageσθα, ἔχων δεξιImageς. » ᾿Ετεκμαίρετο δὲ ταImageς ἐν τοImage κηροImage παιδιαImageς · ὁπότε γὰρ ἀφεθείην ὑπὸ τImageν διδασκάλων, ἀποξέων ἂν τὸν κηρὸν ἢ βόας ἢ ἵππους ἢ καὶ νὴ Δί᾿ ἀνθρώπους ἀνέπλαττον, εἰκότας, ὡς ἐδόκουν τImage πατρί · ἐφ᾿οImageς παρὰ μὲν τImageν διδασκάλων πληγὰς ἐλάμϐανον, τότε δὲ ἔπαινος εἰς τὴν εὐφυίαν καὶ ταImageτα Imageν, καὶ χρηστὰς εImageχον ἐπ᾿ἐμοὶ τὰς ἐλπίδας ὡς ἐν βραχεImage μαθήσομαι τὴν τέχνην, ἀπ᾿ἐκείνης γε τImageς πλαστικImageς.
Ἅμα τε οImageν ἐπιτήδειος ἐδόκει ἡμέρα τέχνης ἐνάρχεσθαι, κἀγὼ παρεδεδόμην τImage θείῳ μὰ τὸν Δί᾿οὐ σφόδρα τImage πράγματι ἀχθόμενος, ἀλλά μοι καὶ παιδιάν τινα οὐκ ἀτερπImage ἐδόκει ἔχειν καὶ πρὸς τοὺς ἡλικιώτας ἐπίδειξιν, εἰ φαινοίμην θεούς τε γλύφων καὶ ἀγαλμάτια μικρά τινα κατασκευάζων ἐμαυτImage τε κἀκείνοις οImageς προῃρούμην. Καὶ τό γε πρImageτον ἐκεImageνο καὶ σύνηθες τοImageς ἀρχομένοις ἐγίγνετο. Ἐγκοπέα γάρ τινά μοι δοὺς ὁ θεImageος ἐκέλευσεν ἠρέμα καθικέσθαι πλακὸς ἐν μέσῳ κειμένης, ἐπειπὼν τὸ κοινὸν « ἀρχὴ δέ τοι ἥμισυ παντός. » Σκληρότερον δὲ κατενεγκόντος ὑπ᾿ἀπειρίας κατεάγη ἡ πλάξ, ὁ δὲ ἀγανακτήσας σκυτάλην τινὰ πλησίον κειμένην λαϐὼν οὐ πρImageως οὐδὲ προτρεπτικImageς μου κατήρξατο, ὥστε δάκρυά μοι τὰ προοίμια τImageς τέχνης.
᾿Αποδρὰς οImageν ἐκεImageθεν ἐπὶ τὴν οἰκίαν ἀφικνοImageμαι συνεχὲς ἀναλύζων καὶ δακρύων τοὺς ὀφθαλμοὺς ὑπόπλεως, καὶ διηγοImageμαι τὴν σκυτάλην καὶ μώλωπας ἐδείκνυον, καὶ κατηγόρουν πολλήν τινα ὠμότητα, προσθεὶς ὅτι ὑπὸ φθόνου ταImageτα ἔδρασε, μὴ αὐτὸν ὑπερβάλωμαι κατὰ τὴν τέχνην. Ἀγανακτησαμένης δὲ τImageς μητρὸς καὶ πολλὰ τImage ἀδελφImage λοιδορησαμένης, ἐπὶ νὺξ ἐπImageλθεν κατέδαρθον ἔτι ἔνδακρυς καὶ τὴν σκυτάλην ἐννοImageν.

181Je venais à peine de quitter l’école, déjà adolescent, et mon père réfléchissait avec ses amis à l’enseignement qu’il me ferait suivre. La plupart opinaient que l’éducation demandait beaucoup d’efforts, un temps long, et une dépense plutôt importante, et n’apportait pas un sort brillant ; notre fortune était maigre, et réclamerait bientôt du secours ; tandis que si j’apprenais le métier d’un de ces artisans, tout d’abord, je tirerais tout de suite un revenu suffisant de ce métier et la dépense de nourriture ne serait plus si importante ; par ailleurs, je pourrais, dans un petit délai, satisfaire mon père en lui apportant à chaque fois mon revenu. On ajouta donc le début de la deuxième réflexion : quel était le meilleur des métiers, le plus facile à apprendre, convenant à un homme libre, propice à mener à la maîtrise, et à donner un revenu durable. Chacun faisait l’éloge d’un métier, suivant son avis ou son expériene, quand mon père avisa mon oncle – car mon oncle maternel était là, réputé comme un très bon sculpteur d’hermès : « Il serait scandaleux de chercher un autre métier en ta présence, – et me désignant – emmène-le donc et apprends lui à être un bon travailleur de la pierre, un bon ajusteur et un bon sculpteur d’hermès ; il en est capable, car il est habile de nature. » Il l’avait expérimenté depuis mes jeux avec la cire : dès que mes maîtres me lâchaient, je modelais la terre pour en faire des bœufs, des chevaux, et par Zeus, des hommes, et ressemblants, à ce qu’en disait mon père. C’est pourquoi, alors que cela me valait des coups de la part de mes maîtres, cela me donnait aussi des éloges pour mon habileté, et on avait donc pour moi l’espoir que j’apprendrais rapidement le métier, et plus tard la sculpture.
Dès que le jour fut venu de commencer le métier, je fus confié à mon oncle, et par Zeus sans ressentir aucune aversion pour la chose : cela me paraissait comporter une part de jeu assez plaisant, et une démonstration aux adultes, si je me montrais en train de sculpter des dieux et fabriquer de petites statuettes pour moi et pour ceux que je choisirais. Et il arriva d’abord ce qui arrive habituellement aux débutants. Mon oncle me confia un burin et m’ordonna d’attaquer doucement une plaque aplanie au milieu, en prononçant l’adage « le début est la moitié du tout ». Par inexpérience, je frappai trop fort et la plaque se rompit ; mon oncle, furieux, attrapa un bâton qui se trouvait là et me frappa sans douceur et sans précautions, si bien que les larmes furent les prémices de mon métier.
Je m’enfuis alors de là et j’arrive à la maison, gémissant sans cesse et les yeux pleins de larmes ; je raconte le bâton et je montre mes ecchymoses, l’accusant de la dernière cruauté, et ajoutant qu’il a fait tout ça par jalousie, de peur que je ne le surpasse dans son art. Ma mère de se fâcher et de lancer force invectives à son frère, et la nuit venue, je m’endormis encore en pleurs et ruminant mon bâton.

182TC 84. Lucien, Songe, 6-8

Imageν δὲ ἡ μὲν ἐργατικὴ καὶ ἀνδρικὴ καὶ αὐχμηρὰ τὴν κόμην, τὼ χεImageρε τύλων ἀνάπλεως, διεζωσμένη τὴν ἐσθImageτα, τιτάνου καταγέμουσα, οImageος Imageν ὁ θεImageος ὁπότε ξέοι τοὺς λίθους · ἡ ἑτέρα δὲ μάλα εὐπρόσωπος καὶ τὸ σχImageμα εὐπρεπὴς καὶ κόσμιος τὴν ἀναϐολήν. Τέλος δ᾿οImageν ἐφιImageσί μοι δικάζειν ὁποτέρᾳ βουλοίμην συνεImageναι αὐτImageν. Προτέρα δὲ ἡ σκληρὰ ἐκείνη καὶ ἀνδρώδης ἔλεξεν · « Ἐγώ, φίλε παImage, ῾Ερμογλυφικὴ τέχνη εἰμί, ἣν χθὲς ἤρξω μανθάνειν, οἰκεία τέ σοι καὶ συγγενὴς οἴκοθεν · ὅ τε γὰρ πάππος σου – εἰποImageσα τοὔνομα τοImage μητροπάτορος – λιθοξόος Imageν καὶ τὼ θείω ἀμφοτέρω καὶ μάλα εὐδοκιμεImageτον δι᾿ἡμImageς. Εἰ δ᾿ἐθέλεις λήρων μὲν καὶ φληνάφων τImageν παρὰ ταυτImageς ἀπέχεσθαι – δείξασα τὴν ἐτέραν – ἕπεσθαι δὲ καὶ συνοικεImageν ἐμοί, πρImageτα μὲν θρέψῃ γεννικImageς καὶ τοὺς ὤμους ἕξεις καρτερούς, φθόνου δὲ παντὸς ἀλλότριος ἔσῃ · καὶ οὔποτε ἄπει ἐπὶ τὴν ἀλλοδαπήν, τὴν πατρίδα καὶ τοὺς οἰκείους καταλιπών, οὐδὲ ἐπὶ λόγοις... ἐπαινέσονταί σε πάντες. Μὴ μυσαχθImageς δὲ τοImage σχήματος τὸ εὐτελὲς μηδὲ τImageς ἐσθImageτος τὸ πιναρόν · ἀπὸ γὰρ τοιούτων ὁρμώμενος καὶ Φειδίας ἐκεImageνος ἔδειξε τὸν Δία καὶ Πολύκλειτος τὴν Ἥραν εἰργάσατο καὶ Μύρων ἐπῃνέθη καὶ Πραξιτέλης ἐθαυμάσθη. ΠροσκυνοImageνται γοImageν οImageτοι μετὰ τImageν θεImageν. Εἰ δὴ τούτων εImageς γένοιο, πImageς μὲν οὐ κλεινὸς αὐτὸς παρὰ πImageσιν ἀνθρώποις ἔσῃ, ζηλωτὸν δὲ τὸν πατέρα ἀποδείξεις, περίϐλεπτον δὲ ἀποφανεImageς καὶ τὴν πατρίδα ; »
ΤαImageτα καὶ ἔτι τούτων πλείονα διαπταίουσα καὶ βαρϐαρίζουσα πάμπολλα εImageπεν ἡ τέχνη, μάλα δὴ σπουδImage συνείρουσα καὶ πείθειν με πειρωμένη · ἀλλ᾿οὐκέτι μέμνημαι · τὰ πλεImageστα γὰρ ἤδη μου τὴν μνήμην διέφυγεν.

183L’une avait un aspect d’homme et de travailleur, les cheveux secs, les mains pleines de cals, le vêtement ceinturé, et couverte de plâtre comme mon oncle lorsqu’il taillait la pierre ; l’autre avait un visage tout à fait avenant, un maintien digne et la démarche élégante. Finalement elles me firent décider laquelle des deux je voulais suivre. Tout d’abord, celle qui était sèche et hommasse me dit : « Moi, cher enfant, je suis l’art de la sculpture des hermès, que tu as commencé d’apprendre hier, qui t’est familier et apparenté à ta maison. Car ton grand-père – et elle mentionna le nom de mon grand-père maternel – était tailleur de pierres, comme tes deux oncles, et ils étaient très estimés grâce à nous. Si tu acceptes de te détourner des bavardages et des radotages de celle-là – elle montrait l’autre –, et de me suivre et de me fréquenter, tout d’abord, tu te nourriras noblement et tu auras les épaules solides, et puis tu seras exempt de toute jalousie ; jamais tu ne t’en iras à l’étranger, en quittant ta patrie et les tiens, et tous te loueront, mais pas pour des paroles ***. Ne méprise pas mon attitude humble ni mon vêtement modeste : car c’est de là que sont partis le grand Phidias, qui nous a montré Zeus, Polyclète, qui a travaillé à Héra, Myron et ses éloges, Praxitèle et ses merveilles. Ils sont maintenant révérés parmi les dieux. Si tu devenais l’un d’eux, comment ne seraistu pas toi-même célèbre auprès de tous les hommes, rendant jaloux ton père et révélant la gloire de ta patrie ? »
L’art parla encore longtemps, assénant de nombreux arguments dans une langue barbare, prenant beaucoup de peine à tâcher de me persuader ; mais je ne m’en souviens plus, car la plupart ont déserté ma mémoire.

184TC 85. Lucien, Songe, 9

Εἰ δὲ καὶ Φειδίας ἢ Πολύκλειτος γένοιο καὶ πολλὰ θαυμαστὰ ἐξεργάσαιο, τὴν μὲν τέχνην ἅπαντες ἐπαινέσονται, οὐκ ἕστι δὲ ὅστις τImageν ἰδόντων, εἰ νοImageν ἔχοι, εὔξαιτ᾿ἂν σοὶ ὅμοιος γενέσθαι · οImageος γὰρ ἂν Imageς, βάναυσος καὶ χειρImageναξ καὶ ἀποχειροϐίωτος νομισθήσῃ.

185Même si tu devenais Phidias ou Polyclète, et que tu fabriquais de nombreuses merveilles, tous loueraient ton art, mais il n’y a pas un des spectateurs, pour peu qu’il ait de sens, qui souhaiterait devenir comme toi : quel que tu sois, tu ne serais considéré que comme un tâcheron, un manuel, et un nécessiteux.

186TC 86. Nicétas Choniatès, De Statuis 5 dans : Die Kreuzfahrer erobern Konstantinopel : die Regierungszeit der Kaiser Alexios Angelos, Isaak Angelos und Alexios Dukas, die Schicksale der Stadt nach der Einnahme sowie das "Buch von den Bildsäulen", 1195-1206 aus dem Geschichtswerk des Niketas Choniates, Graz, Vienne, Cologne, 1958

Ἀλλ᾿ οὐδὲ τImageν ἐν τImage ἱππικImage ἱσταμένων ἀγαλμάτων καὶ ἀλλοίων θαυμαστImageν ἔργων τὴν καταστροφὴν παρImageκαν οἱ τοImage καλοImage ἀνέραστοι οImageτοι βάρϐαροι, ἀλλὰ καὶ ταImageτα κεκόφασιν εἰς νόμισμα, ἀνταλλασόμενοι μικρImageν τὰ μεγάλα καὶ τὰ δαπάναις πονηθέντα μεγίσταις οὐτιδανImageν ἀντιδίδοντες κερμάτων.

187Même les statues érigées dans l’Hippodrome et les autres merveilles n’échappèrent pas à la catastrophe provoquée par ces barbares ignorants du beau : ils les fondirent pour en faire des monnaies, réduisant les grandes choses en petites et remplaçant ce qui avait coûté de grandes dépenses par des fragments sans valeur.

188TC 87. Nic. Chon., De Statuis 8

Imageν δὲ ἐν τImage ἱππικImage καὶ χαλκέος ἀετὸς ἀνακείμενος τοImage ἐκ Τυάνων ᾿Απολλωνίου καινὸν μεθόδευμα καὶ τImageς ἐκείνου γοητείας μεγαλοπρεπὲς μαγγάνευμα. Παραϐαλὼν γάρ ποτε βυζαντίους παρεκλήθη τὰ τImageν ὄφεων κατευνάσαι δήγματα, ὑφ᾿Imageν ἔπασχον ἐκεImageνοι κακImageς · ἀμέλει καὶ συνερίθοις ταImageς ἀρρητουργίαις χρησάμενος Imageν ὑφηγηταὶ δαίμονες καὶ ὅσοι τὰ τούτων πρεσϐεύουσιν ὄργια ἐπὶ στήλης ἀνίστησιν ἀετόν, ἡδονὴν ἐνστάζον ψυχαImageς ὅραμα καὶ πεImageθον χρονοτριϐεImageν τοὺς αὐτοImage θέας κατατρυφImageντας, ὡς τοὺς ὑπέχοντας ἀκοὴν τὰ τImageν Σειρήνων δυσπαρόδευτα μελωδήματα. Διῄρκει μὲν γὰρ ὡς εἰς πτImageσιν τὰς πτέρυγας ὄφις δὲ τοImageς ποσὶν ὑποκείμενος καὶ λορδούμενος εἰς ὁλκοὺς ἀπεImageργεν αὐτὸν τImageς ἀναφυρImageς, οImageα τοImageς ἄκροις τοImage σώματος ὡς πρὸς δImageγμα ἐγχρίπτων ταImageς πτέρυξιν. Ἤνυε δὲ ὁ ἰοϐόλος οὐδὲν · ταImageς γὰρ τImageν ὀνύχων ἐμπερωνηθεὶς ἀκωκαImageς ἔσϐεστο τὴν ὁρμὴν καὶ ὑπνώττειν μImageλλον ἐδόκει ἢ γοImageν πρὸς καταπάλαισιν τοImage ὄρνιθος ταImageς ἐκείνου προσφύεσθαι πτέρυξι. Καὶ ὁ μὲν ὄφις οὕτως πνέων τὰ λοίσθια καὶ τὸν ἰὸν εImageχεν ἑαυτImage συνθνήσκοντα · ὁ δ᾿ἀετὸς γαImageρον ὁρImageν καὶ μονονουχὶ κλάζων τὰ ἐπινίκια ὥρμα συνεξImageραι τὸν ὄφιν καὶ ἅμα οἱ δι᾿ ἀέρος φέρεσθαι, τεκμαίρεσθαι τοImageτο διδοὺς τImage χαρωπImage τοImage βλέμματος καὶ τImage νεκρώσει τοImage ὄφεος, ὃν εImageπέ τις ἂν ἰδὼν ἐπιλελησμένον τImageν ἑλίξεων καὶ τοImage δάκνειν εἰς ὄλεθρον καὶ τοὺς λοιποὺς Βυζαντίους ὄφεις τImage καϑ᾽αὐτὸν διασοϐεImageν ὑποδείγματι καὶ πείθειν ταImageς χρείαις συσπειρImageσθαι καὶ παραϐύεσθαι. Οὐ μόνον δὲ καθ᾿ ὅσα εἰρήκαμεν, ἀξιάγαστον Imageν τουτὶ τὸ ἀέτειον εἴκασμα, ἀλλ᾿ ὅτι καὶ τὰ τImageς ἡμέρας ὡριαImageα τμήματα διὰ τImageν ἐν ταImageς πτέρυξι κεκαραγμένων γραμμImageν, οὐσImageν δυοκαίδεκα, τρανότατα ὑπεδήλου τοImageς τὰς ὄψεις ἐκείνῳ σὺν λόγῳ προβάλλουσιν, ἡνίκα μὴν νεφέλαις ἐγνοφοImageτο τὰς ἀκτImageνας ὁ ἥλιος.

189Il y avait aussi sur l’hippodrome un aigle de bronze consacré, œuvre récente d’Apollonius de Tyane et sortilège magnifique de sa magie. Un jour en effet où il visitait les Byzantins, ils lui demandèrent d’apaiser les morsures des serpents dont ils souffraient grandement : usant sans doute de rites mystérieux et d’accessoires dont sont les maîtres les démons et ceux qui dirigent leurs orgies, il érige un aigle sur un pilier, spectacle qui donne du plaisir aux âmes et qui incite ceux qui aiment sa vue à y passer du temps, de même que ceux qui jouissent de l’ouie des chants de perdition des Sirènes. Il étendait ses ailes comme pour voler, tandis qu’un serpent gisant sous ses pieds et enroulé pour ramper, l’empêchait d’avancer, enfonçant les extrémités de son corps dans les ailes comme pour mordre. Mais l’animal venimeux ne pouvait rien faire : car percé par les pointes des serres, il amortissait son élan et semblait davantage s’endormir que s’apprêter à lutter contre les ailes de l’oiseau. Et le serpent, rendant ainsi son dernier souffle, retenait son venin qui mourait avec lui ; l’aigle lançait des regards joyeux et criait son chant de victoire avant de se précipiter pour attraper le serpent et l’emporter dans les airs, donnant le témoignage de son regard destructeur et de la mort du serpent ; en voyant celui-ci, on aurait pu dire qu’il avait oublié ses anneaux et sa morsure mortelle, et par son exemple, il avait dispersé les autres serpents de Byzance et les avait persuadés de se pelotonner et de s’enfoncer dans leurs antres. Non seulement pour tout ce que nous avons dit, cette représentation d’aigle était admirable, mais aussi parce que, grâce aux lignes gravées sur ses ailes, il montrait clairement les moments de la journée : ces lignes, au nombre de douze, se montraient à ceux qui y posaient leurs yeux par ce moyen, lorsque le soleil avait ses rayons cachés par les nuages.

190TC 88. Ovide, Métamorphoses, éd. par F. Bömer, Heidelberg, 1969-1986, I, 76-88

191Sanctius his animal mentisque capacius altae
deerat adhuc et quod dominari in cetera posset.
Natus homo est ; sive hunc divino semine fecit
ille opifex rerum, mundi melioris origo,
sive recens tellus seductaque nuper ab alto
aethere cognati retinebat semina caeli
Quam satus Japeto mixtam pluvialibus undis
finxit in effigiem moderantum cuncta deorum ;
pronaque cum spectent animalia cetera terram,
os homini sublime dedit caelumque tueri
jussit et erectos ad sidera tollere vultus.
Sic, modo quae fuerat rudis et sine imagine, tellus
induit ignotas hominum conversa figuras.

192Il manquait encore un animal plus sacré que ceux-ci, d’un esprit plus capable et qui pût dominer les autres. L’homme naquit, soit que cet artisan des choses, l’origine d’un monde meilleur, l’ait fait d’une semence divine, soit que la terre nouvelle et naguère séduite par le haut éther ait retenu en elle les semences de son frère le ciel. Cette semence, Japet la sema et la mêla aux eaux de pluie pour la modeler à l’image des deiux qui modèrent tout ; et alors que les autres animaux regardent penchés vers la terre, il donna à l’homme un visage tourné vers le haut, lui ordonna de regarder le ciel et de tourner ses yeux vers les étoiles. Ainsi, la terre, qui naguère était fruste et sans images, transformée, se couvrit des figures inouïes des hommes.

193TC 89. Ovide, Métamorphoses, VI, 5-145

194Maeoniaeque animum fatis intendit Arachnes,
quam sibi lanificae non cedere laudibus artis
audierat. Non illa loco nec origine gentis
clara sed arte fuit; pater huic Colophonius Idmon
Phocaico bibulas tingebat murice lanas;
occiderat mater, sed et haec de plebe suoque
aequa viro fuerat. Lydas tamen illa per urbes
quaesierat studi nomen memorabile, quamvis
orta domo parva parvis habitabat Hypaepis.
Hujus ut aspicerent opus admirabile saepe
deseruere sui nymphae vineta Tmoli,
deseruere suas nymphae Pactolides undas.
Nec factas solum vestes, spectare juvabat
tum quoque cum fierent (tantus decor affuit arti)
sive rudem primos lanam glomerabat in orbes,
seu digitis subigebat opus, repetitaque longo
vellera mollibat nebulas aequantia tractu,
sive levi teretem versabat pollice fusum,
seu pingebat acu; scires a Pallade doctam.
Quod tamen ipsa negat tantaque offensa magistra:
‘Certet, ait, mecum; nihil est quod victa recusem.’
Pallas anum simulat falsosque in tempora canos
addit et infirmos baculo quoque sustinet artus.
Tum sic orsa loqui: ‘Non omnia grandior aetas,
quod fugiamus, habet; seris venit usus ab annis.
Consilium ne sperne meum; tibi fama petatur
inter mortales faciendae maxima lanae;
cede deae veniamque tuis, temeraria, dictis
supplice voce roga; veniam dabit illa roganti.’
Aspicit hanc torvis inceptaque fila relinquit
vixque manum retinens confessaque vultibus iram,
talibus obscuram resecuta est Pallada dictis:
‘Mentis inops longaque venis confecta senecta
et nimium vixisse diu nocet. Audiat istas,
siqua tibi nurus est, siqua est filia, voces.
Consilii satis est in me mihi; neve monendo
profecisse putes, eadem est sententia nobis.
Cur non ipsa venit? cur haec certamina vitat?’
Tum dea: ‘Venit’, ait: formamque removit anilem
Palladaque exhibuit. Venerantur numina nymphae
Mydonesque nurus; sola est non territa virgo;
sed tamen erubuit subitusque invita notavit
ora rubor rursusque evanuit, ut solet aer
purpureus fieri, cum primum aurora movetur,
et breve post tempus candescere solis ab ortu.
Perstat in incepto stolidaeque cupidine palmae
in sua fata ruit; neque enim Jove nata recusat
nec monet ulterius nec jam certamina differt.
Haud mora, constituunt diversis partibus ambae
et gracillis geminas intendunt stamine telas;
tela jugo vincta est, stamen secernit harundo,
inseritur medium radiis subtemen acutis,
quod digiti expediunt atque inter stamina ductum
percusso paviunt insecti pectine dentes.
Utraque festinant cinctaeque ad pectora vestes
bracchia docta movent, studio fallente laborem.
Illic et Tyrium quae purpura sensit aenum
texitur et tenues parvi discriminis umbrae,
qualis ab imbre solet percussis solibus arcus
inficere ingenti longum curvamine caelum;
in quo diversi niteant cum mille colores,
transitus ipse tamen spectantia lumina fallit;
usque adeo quod tangit idem est; tamen ultima distant.
Illic et lentum filis inmittitur aurum
et vetus in tela deducitur argumentum.
Cecropia Pallas scopulum Mavortis in arce
pingit et antiquam de terrae nomine litem.
Bis sex caelestes medio Jove sedibus altis
augusta gravitate sedent; sua quemque deorum
inscribit facies; Jovis est regalis imago.
Stare deum pelagi longoque ferire tridente
aspera saxa facit medioque e vulnere saxi
exsiluisse fretum, quo pignore vindicet urbem.
At sibi dat clipeum, dat acutae cuspidis hastam,
dat galeam capiti, defenditur aegide pectus
percussamque sua simulat de cuspide terram
edere cum bacis fetum canentis olivae
mirarique deos; operi Victoria finis.
Ut tamen exemplis intellegat aemula laudis,
quod pretium speret pro tam furialibus ausis,
quattuor in partes certamina quattuor addit
clara colore suo, brevibus distincta sigillis.
Threiciam Rhodopen habet angulus unus et Haemum,
nunc gelidos montes, mortalia corpora quondam,
nomina summorum sibi qui tribuere deorum.
Altera Pygmaeae fatum miserabile matris
pars habet; hanc Juno victam certamine jussit
esse gruem populisque suis indicere bellum.
Pinxit et Antigonen ausam contendere quondam
cum magni consorte Jovis, quam regia Juno
in volucrem vertit; nec profuit Ilion illi
Laomedone pater sumptis quin candida pennis
ipsa sibi plaudat crepitante ciconia rostro.
Qui superest solus, Cinyran habet angulus orbum;
isque gradus templi, natarum membra suarum,
amplectens saxoque jacens lacrimare videtur.
Circuit extremas oleis pacalibus oras;
is modus operisque sua facit arbore finem.
Maeonis elusam designat imagine tauri
Europam; verum taurum, freta vera putares.
Ipsa videbatur terras spectare relictas
et comites clamare suas tactumque vereri
assilientis aquae timidasque reducere plantas.
Fecit et Asterien aquila luctante teneri,
fecit olorinis Ledam recubare sub alis;
addidit ut Satyri celatus imagine pulchram
Juppiter inplerit gemino Nycteida fetu,
Amphitryon fuerit, cum te, Tirynthia, cepit,
aureus ut Danaen, Asopida luserit ignis,
Mnemosynen pastor, varius Deoida serpens.
Te quoque mutatum torvo, Neptune, juvenco
virgine in Aeolia posuit; tu visus Enipeus
gignis Aloidas, aries Bisaltida fallis;
et te flava comas frugum mitissima mater
sensit equum, sensit volucrem crinita colubris
mater equi volucris, sensit delphina Melantho.
Omnibus his faciemque suam faciemque locorum
reddidit; est illic agrestis imagine Phoebus,
utque modo accipitris pennas, modo terga leonis
gesserit, ut pastor Macareida luserit Issen,
Liber ut Erigonen falsa deceperit uva,
ut Saturnus equo geminum Chirona crearit.
Ultima pars telae, tenui circumdata libo,
nexilibus flores hederis habet intertextos.
Non illud Pallas, non illud carpere Livor
possit opus; doluit successu flava virgo
et rupit pictas, caelestia crimina, vestes;
utque Cytoriaco radium de monte tenebat,
ter quater Idmoniae frontem percussit Arachnes.
Non tulit infelix laqueoque animosa ligavit
guttura. Pendentem Pallas miserata levavit
atque ita: ‘Vive quidem, pende tamen, improba, dixit.
Lexque eadem poenae, ne sis secura futuri,
dicta tuo generi serisque nepotibus esto.’
Postea discedens suci Hecateidos herbae
sparsit et extemplo tristi medicamine tactae
defluxere comae, cum quis et naris et aures,
fitque caput minimum, toto quoque corpore parva est;
in latere exiles digiti pro cruribus haerent,
cetera venter habet; de quo tamen illa remittit
stamen et antiquas exercet aranea telas.

195(Minerve) porta son esprit sur le destin d’Arachnè de Méonie : elle avait appris qu’elle recevait autant de louanges qu’elle dans les arts de la laine. Elle n’était illustre ni par sa naissance, ni par son pays, mais par son art. Son père, Idmon de Colophon teignait les laines perméables à l’aide du murex de Phocée. Sa mère était morte, mais elle sortait de la même plèbe que son mari. Cependant, à travers les villes de Lydie, elle avait recherché le renom par son industrie, bien que, issue d’une humble demeure, elle habitât l’humble Hypaepa. Pour regarder son travail admirable, les nymphes du Tmolos quittaient souvent leur vignoble, et les nymphes du Pactole quittaient leurs eaux. On ne prenait pas seulement plaisir à voir les vêtements finis, mais quand ils se faisaient (tant son art avait de noblesse), soit qu’elle amoncelât la laine brute dans les premiers écheveaux, soit qu’elle pressât son ouvrage à ses doigts, et amollît, en tirant à longs traits les toisons, les flocons semblables aux nuages, soit qu’elle renversât le fuseau pointu de son pouce agile, soit qu’elle peignît à l’aiguille : on l’aurait crue élevée par Pallas. Mais elle la récusait, offensée d’avoir une si grande maitresse : « Qu’elle rivalise avec moi, dit-elle ; vaincue, je ne refuserai rien. » Pallas se déguise en vieille femme, ajoute des cheveux blancs à ses tempes et appuie même ses membres débiles sur une canne. Alors elle s’adresse à Arachnè : « Le grand âge n’apporte pas que des maux à fuir ; dans les dernières années vient aussi l’usage. Ne dédaigne pas mon conseil : cherche parmi les mortels la gloire suprême du travail de la laine ; cède devant la déesse, téméraire, et demande d’une voix suppliante le pardon de tes paroles ; si tu le demandes, le pardon te sera accordé. » L’autre la regarde avec des yeux torves, laisse le fil commencé, retient à peine sa main, et montre sa colère sur son visage ; puis elle poursuit de ces mots Pallas qu’elle n’a pas reconnue : « Tu viens avec un esprit impuissant et épuisée par une longue vieillesse : c’est un malheur que d’avoir vécu trop longtemps. Va faire entendre tes paroles auprès de ta bru ou de ta fille, si tu en as une. Moi, j’ai assez de raison, ne crois pas me faire profiter de tes avis, je ne change pas d’idée. Pourquoi ne vient-elle pas elle-même ? pourquoi fuit-elle la confrontation ? » Alors la déesse : « Elle est là. », et elle abandonne le corps de la vieille pour laisser voir Pallas. Les nymphes et les femmes mygdoniennes adorent la divinité. Seule, la jeune fille ne se laisse pas troubler ; pourtant, elle a rougi, et malgré elle, une soudaine rougeur a teinté son visage avant de s’évanouir à nouveau, comme le fait l’air qui s’empourpre au premier souffle de l’aurore, et pâlit quelque temps après le lever du soleil. Elle persiste dans son dessein, et le désir d’une palme stupide la précipite vers son destin ; la fille de Jupiter ne refuse pas, ne lance pas d’ autre avertissement et ne diffère plus le défi. Sans tarder toutes deux s’installent de part et d’autre et tendent les fils déliés de la chaîne ; on attache la toile au métier, la navette sépare les fils de chaîne, des aiguilles pointues y insèrent la trame que les doigts font avancer, et conduisent à travers la chaîne, où les dents du peigne viennent les tasser à chaque coup. Toutes deux se hâtent et, leurs vêtements attachés à la poitrine, elles agitent leurs bras entraînés, en trompant leur fatigue par leur ardeur. Elles tissent la pourpre conservée par l’airain de Tyr et d’autres couleurs que distinguent des ombres ténues, comme on le voit dans l’arc que produit dans le ciel la pluie frappée par le soleil et qui s’étend en une longue courbe ; là brillent mille couleurs différentes, mais leurs limites échappent aux spectateurs : les parties proches sont identiques, mais les extrêmes sont distinctes. Elles mêlent aux fils l’or souple et déroulent de vieilles histoires sur la toile. Pallas brode la colline de Mars sur la citadelle de Cécrops et le vieux débat sur le nom de la région. Deux rangées de six divinités célestes entourent Jupiter, assis gravement sur de hauts sièges ; chaque dieu se reconnaît à son aspect ; Jupiter présente l’image du roi. Elle montre le dieu de la mer debout, frappant de loin de son trident le rocher abrupt et le ruisseau qui sort de la blessure infligée au rocher : c’est le gage par lequel il revendique la ville. Mais elle se donne le bouclier, la lance à la pointe acérée, le casque pour sa tête, elle protège sa poitrine de l’égide, et imite la terre frappée par la pointe et qui fait sortir la pousse de l’olivier blanc avec ses baies. Les dieux s’émerveillent et la Vicoire met fin à la joute. Mais pour que sa rivale comprenne par des exemples quel prix elle peut espérer de ses audaces furieuses, elle ajoute dans les angles quatre combats, de couleur plus claire, et séparé par d’étroits bandeaux. Le premier angle montre le Rhodope thrace et l’Hémus : ce sont maintenant des montagnes glacées, mais c’étaient naguère des corps mortels, qui s’attribuèrent les noms des dieux suprêmes. Le deuxième angle décrit le sort misérable de la mère pygmée : Junon la vainquit dans un concours et la condamna à se transformer en grue et à déclarer la guerre aux siens. Elle broda aussi Antigonè, qui osa jadis se mesurer à la grande épouse de Jupiter, et que Junon la Souveraine changea en oiseau ; ni Ilion, ni son père Laomédon ne purent l’aider : elle se couvrit de plumes blanches, et devenue cigogne, elle s’applaudit elle-même en claquant du bec. Le dernier angle montre Kinyras, qui resta seul : on le voit embrasser les marches du temple, les membres de ses filles, et verser des larmes sur un rocher. Elle entoure toutes les bordures d’oliviers pacifiques, ponctuant ainsi son ouvrage de son arbre. La Méonienne dessine Europe trompée par l’apparence du taureau ; tu croirais un vrai taureau, de vrais flots. On voyait Europe regarder ses compagnes restées à terre, et les appeler ; elle craint le contact de l’eau qui l’éclabousse et relève timidement ses pieds. Elle représenta aussi Astéria retenue par un aigle qui l’assaille ; Léda couchée sous les ailes d’un cygne ; elle ajouta comment Jupiter, caché sous l’aspect d’un satyre, emplit la belle Nyctéide d’une double semence ; comment il fut Amphitryon, lorsqu’il te séduisit, reine de Tirynthe, pluie d’or pour se jouer de Danaè, feu pour la fille d’Asopos, berger pour Mnémosyne et serpent changeant pour la fille de Déo. Toi aussi, Neptune, elle te représenta, changé en un bouvillon furieux pour la fille d’Éole ; sous l’ aspect d’Énipeus, tu engendres les Aloades ; bélier, tu abuses Bisaltis ; toute douce, la blonde mère des moissons sentit ta crinière quand tu te fis cheval ; elle sentit tes ailes d’oiseau, la mère du cheval ailé couronnée de vipères ; Mélantho te connut en dauphin. Pour tous elle rend leur aspect et l’aspect des lieux ; l’image montre ici Phœbus sous l’aspect d’un paysan, comment il porte tantôt les plumes de l’aigle et tantôt l’échine du lion et comment sous l’aspect d’un berger il abusa Issè, la fille de Macareus ; comment Liber trompa Érigonè par une fausse grappe, et comment Saturne, sous la forme d’un cheval, engendra Chiron à la double nature. La lisière de la toile, bordée d’un fin liseré, est semée de fleurs mêlées à de souples rinceaux. Ni Pallas, ni l’Envie ne sauraient critiquer cet ouvrage ; la blonde vierge souffrit de ce succès et déchira le tissu brodé et les méfaits célestes ; comme elle tenait encore sa navette, venue du mont Cytorien, elle en frappa trois et quatre fois le front d’Arachnè. La malheureuse ne put le supporter et lia sa gorge vive d’un lacet. Pallas eut pitié d’elle, et la souleva quand elle se pendit : « Vis donc, mais pendue, malhonnête, dit-elle. Et pour que tu ne sois pas assurée de l’avenir, la même loi punitive s’appliquera à ta famille et à tes descendants lointains. » Puis, en partant, elle répandit sur elle les sucs d’une herbe d’Hécate ; aussitôt ses cheveux, touchés par la funeste drogue, s’évanouirent, puis ses narines et ses oreilles ; sa tête se réduisit au minimum, ainsi que tout son corps ; sur les côtés des doigts tout maigres lui servent de jambes, et son ventre en a d’autres ; depuis lors, elle crache du fil de chaîne et l’araignée s’exerce à ses toiles antiques.

196TC 90. Ovide, Métamorphoses, X, 243-297

197Quas quia Pygmalion aevum per crimen agentis
viderat, offensus vitiis quae plurima menti
femineae natura dedit, sine conjuge caelebs
vivebat thalamique diu consorte carebat.
Interea niveum mira feliciter arte
sculpsit ebur formamque dedit, qua femina nasci
nulla potest; operisque sui concepit amorem.
Virginis est verae facies, quam vivere credas,
et, si non obstet reverentia, velle moveri;
ars adeo latet arte sua. Miratur et haurit
pectore Pygmalion simulati corporis ignes.
Saepe manus operi temptantes admovet, an sit
corpus an illud ebur; nec adhuc ebur esse fatetur.
Oscula dat redique putat loquiturque tenetque
et credit tactis digitos insidere membris
et metuit, pressos veniat ne livor in artus;
et modo blanditias adhibet, modo grata puellis
munera fert illi, conchas teretesque lapillos
et parvas volucres et flores mille colorum
liliaque pictasque pilas et ab arbore lapsas
Heliadum lacrimas; ornat quoque vestibus artus,
dat digitis gemmas, dat longa monilia collo;
aure leves bacae, redimicula pectore pendent.
Cuncta decent ; nec nuda minus formosa videtur.
Collocat hanc stratis concha Sidonide tinctis
appellatque tori sociam acclinataque colla
mollibus in plumis, tamquam sensura, reposuit.
Festa dies Veneris tota celeberrima Cypro
venerat et pandis inductae cornibus aurum
conciderant ictae nivea cervice juvencae
turaque fumabant; cum munere functus est ad aras
constitit et timide: ‘Si di dare cuncta potestis,
sit conjunx, opto (non ausus ‘eburnea virgo’
dicere) Pygmalion similis mea, dixit, eburneae.’
Sensit, ut ipsa suis aderat Venus aurea festis,
vota quid illa velint et amici numinis omen,
flamma ter accensa est apicemque per aera duxit.
Ut rediit, simulacra suae petit ille puellae
incumbensque toro dedit oscula; visa tepere est.
Admovet os iterum, manibus quoque pectora temptat;
temptatum mollescit ebur positoque rigore
subsidit digitis ceditque, ut Hymettia sole
cera remollescit tractataque pollice multas
flectitur in facies ipsoque fit utilis usu.
Dum stupet et dubie gaudet fallique veretur,
rursus amans rursusque manu sua vota retractat;
corpus erat; saliunt temptatae pollice venae.
Tum vero Paphius plenissima concipit heros
verba quibus Veneri grates agat; oraque tandem
ore suo non falsa premit ; dataque oscula virgo
sensit et erubuit timidumque ad lumina lumen
attollens pariter cum caelo vidit amantem.
Conjugio, quod fecit, adest dea; jamque coactis
cornibus in plenum noviens lunaribus orbem,
illa Paphon genuit, de qua tenet insula nomen.

198Pygmalion, parce qu’il les avait vues à travers son âge, s’adonner à la faute, offensé par les vices nombeux que la nature a donnés à l’âme féminine, vivait en célibataire, sans épouse, et n’avait aucune compagne dans sa chambre. Entre temps, il sculpta avec un art admirable un ivoire neigeux, et lui donna une beauté plus grande que celle d’aucune femme vivante ; et il conçut de l’amour pour son œuvre. Sa face est celle d’une véritable jeune fille, tu croirais qu’elle vit, et si la pudeur ne la gêne, qu’elle veut bouger ; tant l’art se cache derrière son art. Pygmalion l’admire et absorbe en sa poitrine les feux du corps imité. Souvent il approche ses mains pour vérifier que ce corps est bien en ivoire ; jusqu’alors, il ne confesse pas qu’il est en ivoire. Il lui donne des baisers, s’imagine qu’il en reçoit en retour, il lui parle, il la tient ; et il croit que ses doigts s’impriment sur les membres qu’il touche et craint que ses articulations ne blanchissent sous la pression ; tantôt il lui fait des caresses, tantôt lui apporte des cadeaux agréables aux jeunes filles, des coquillages, des pierres polies, de petits oiseaux, des fleurs aux mille couleurs et des lys, des balles peintes et les larmes des Héliades tombées des arbres ; il orne aussi ses membres de vêtements, met des bagues à ses doigts, de longs colliers à son cou ; à ses oreilles pendent des baies, des sautoirs sur sa poitrine. Tout lui va ; et quand elle est nue, elle n’apparaît pas moins belle. Il la place sur des draps teints du coquillage de Sidon, l’attire comme compagne de lit et pose son col incliné sur les plumes moelleuses, comme si elle devait les sentir. La fête de Vénus, célébrée en foule par Chypre tout entière, était arrivée : les génisses aux cornes courbes et recouvertes d’or, frappées sur leur nuque neigeuse, tombaient et l’encens fumait ; comme il se tenait près de l’autel pour remplir sa fonction, timidement : « Si vous, les dieux, pouvez tout accorder, voici le vœu de Pygmalion : que mon épouse (il n’osait dire ‘ la jeune fille d’ivoire’) soit semblable à celle d’ivoire ». Il s’aperçut que Vénus dorée elle-même assistait à ses fêtes, pour voir ce que ses dévots souhaitaient et la puissance de sa divinité : la flamme s’alluma trois fois et conduisit sa pointe dans les airs. Quand il rentra, il alla chercher l’image de sa jeune fille, la coucha sur les coussins et lui donna des baisers. Il la trouva tiède. Il touche à nouveau son visage, tâte de ses mains sa poitrine ; au contact, l’ivoire mollit, abandonne sa dureté sous les doigts et cède, comme la cire de l’ Hymette mollit au soleil, malaxée par le pouce, se transforme en nombreuses figures et se prête au service de l’usage. Il s’étonne, se réjouit à moitié, craint de se tromper, l’aime à nouveau et à nouveau retire sa main de ses souhaits ; c’était bien un corps : les veines touchées par le pouce ressortent. Alors le héros paphien conçoit les mots complets par lesquels il remercie Vénus ; enfin un visage réel se presse contre son visage ; la jeune fille ressent les baisers qu’il lui donne, elle rougit, et levant des yeux timides vers la lumière, elle voit son amant tout comme le ciel. Au mariage qui se fait, assiste la déesse ; et quand la lune a rempli neuf fois entières le cercle de ses cornes, elle met au monde Paphos, de qui l’île tient son nom.

199TC 91. Pausanias, Périégésis tês Hellados, éd. par N. Papachatzis, Athènes, Ekdotikè Athénon, 1974-1981, I, 21, 4

Ἰόντων δὲ Ἀθήνῃσιν ἐς τὴν ἀκρόπολιν ἀπὸ τοImage θεάτρου τέθαπται Κάλως · τοImageτον τὸν Κάλων ἀδερφImageς παImageδα ὄντα καὶ τImageς τέχνης μαθήτην φονεύσας Δαίδαλος ἐς Κρήτην ἔφυγε, χρόνῳ δὲ ὕστερον ἐς Σικελίαν ἐκδιδράσκει παρὰ Κώκαλον.

200Quand on va vers l’Acropole d’Athènes depuis le théâtre, on voit le tombeau de Calos : ce Calos, fils de sa sœur, et son apprenti, Dédale le tua avant de s’exiler en Crète, et plus tard de s’enfuir en Sicile chez Cocalos.

201TC 92. Paus., I, 24, 1

ἘνταImageθα ἈθηνImage πεποίηται τὸν Σιληνὸν Μαρσύαν παίουσα, ὅτι δὴ τοὺς αὐλοὺς ἀνέλοιτο, ἐρρImageφθαι σφImageς τImageς θεοImage βουλομένης.

202C’est là que se trouve Athéna en train de frapper le Silène Marsyas, parce qu’il avait ramassé les aulos que la déesse voulait jeter.

203TC 93. Paus., II, 7, 5

Ἐν δὲ τImage νImageν ἀκροπόλει Τύχης ἱερόν ἐστιν Ἀκραίας, μετὰ δὲ αὐτὸ Διοσκούρων · ξόανα δὲ οImageτοί τε καὶ τὸ ἄγαλμα τImageς Τύχης ἐστί.

204Sur l’Acropole actuelle (de Corinthe), il y a un sanctuaire de la Fortune du Sommet, et ensuite un des Dioscures : ces derniers sont des xoanons, et pour la Fortune, c’est une statue.

205TC 94. Paus., II, 13, 5-6

Ἀνάκειται δὲ ἐπὶ τImageς ἀγορImageς αἲξ χαλκImage, τὰ πολλὰ ἐπίχρυσος · παρὰ δὲ Φλιασίοις τιμὰς ἐπὶ τImageδε εἴληφε. Τὸ ἄστρον ἣν ὀνομάζουσιν αImageγα ἀνατέλλουσα τὰς ἀμπέλους λυμαίνεται συνεχImageς · ἵνα δὲ ἄχαρι μηδὲν ἀπ᾿αὐτImageς γένηται, οἱ δὲ τὴν ἐπὶ τImageς ἀγορImageς χαλκImageν αImageγα ἄλλοις τε τιμImageσι καὶ χρυσImage τὸ ἄγαλμα ἐπικοσμοImageντες.

206On a consacré sur l’agora (de Phlionte) une chèvre de bronze, plaquée or en majeure partie : voici comment elle a obtenu des honneurs auprès des Phliasiens. La constellation nommée la Chèvre cause des dommages aux vignes chaque fois qu’elle se lève ; pour ne rien subir d’elle de déplaisant, ils l’ont honorée d’une chèvre de bronze sur l’agora et ont orné sa statue d’or.

207TC 95. Paus., III, 16, 1

Πλήσιον δὲ ῾Ιλαείρας καὶ Φοίϐης ἐστὶν ἱερόν (...). Κόραι δὲ ἱερImageνταί σφισι πάρθενοι, καλούμεναι κατὰ ταὐτὰ ταImageς θεαImageς καὶ αὐταὶ Λευκιππίδες. Τὸ μὲν δὴ ἕτερον τImageν ἀγαλμάτων ἱερασαμένη τις ταImageς θεαImageς Λευκιππὶς ἐπεκόσμησε, πρόσωπον ἀντὶ τοImage ἀρχαίου ποιησαμένη τImageς ἐφ᾿ἡμImageν τέχνης · τὸ δὲ ἕτερον μὴ καὶ τοImageτο ἐπικοσμεImageν αὐτὴν ἀπεImageπεν ὄνειρον.

208À côté se trouve un sanctuaire d’Hilaeira et Phoibè. (…) Elles sont servies par des filles vierges, appelées comme le déesses des Leukippides. Une Leukippide qui servait les déesses voulut orner une des statues en lui faisant faire un visage à la mode de nos jours, à la place de l’ancien ; mais un rêve lui interdit d’orner l’autre de la même façon.

209TC 96. Paus., III, 16, 2-3

῾Υφαίνουσι δὲ κατὰ ἔτος αἱ γυναImageκες τImage ᾿Απόλλωνι χιτImageνα τImage ἐν ᾿Αμύκλαις, καὶ τὸ οἴκημα ἔνθα ὑφαίνουσι ΧιτImageνα ὀνομάζουσιν. Οἰκία δὲ αὐτοImage πεποίηται πλησίον · τὸ δὲ ἐξ ἀρχImageς φασιν αὐτην οἰκImageσαι τοὺς Τυνδάρεω παImageδας, χρόνῳ ὕστερόν ἐκτήσατο Φορμίων Σπαρτιάτης. Παρὰ τοImageτον ἀφίκοντο οἱ Διόσκουροι ξένοις ἀνδράσιν ἐοικότες · ἥκειν δὲ ἐκ Κυρήνης φήσαντες καταχθImageναί τε ἠξίουν παρ᾿αὐτImage καὶ οἴκημα ᾐτοImageντο Image μάλισα ἔχαιρον, ἡνίκα μετὰ ἀνθρώπων Imageσαν. ῾Ο δὲ οἰκίας μὲν τImageς ἄλλης ἐκέλευεν αὐτοὺς ἔνθα ἂν ἐθέλωσιν οἰκῆσαι, τὸ δὲ οἴκημα οὐκ ἔφη δώσειν · θυγάτηρ γὰρ ἔτυχέν οἱ παρθένος ἔχουσα ἐν αὐτImage δίαιταν. Ἐς δὲ τὴν ὑστεραίαν παρθένος μὲν ἐκείνη καὶ θεραπεία πImageσα ἡ περὶ τὴν παῖδα ἠφάνιστο, Διοσκούρων δὲ ἀγάλματα ἐν τImage οἰκήματι εὐρέθη καὶ τράπεζά τε καὶ σίλφιον ἐπ᾿αὐτImage.

210Les femmes tissent chaque année une tunique pour l’Apollon d’Amyclées et le bâtiment où elles le tissent est appelée la Tunique. À côté se dresse une maison : on raconte qu’à l’origine les fils de Tyndare l’habitaient, et que plus tard, elle fut acquise par un Spartiate, Phormion. Les Dioscures arrivèrent chez lui sous l’apparence de voyageurs étrangers ; ils prétendaient venir de Cyrène et lui demandèrent de les recevoir chez lui, en réclamant la chambre qu’ils préféraient lorsqu’ils vivaient chez les hommes. Lui les invita à s’installer partout ailleurs où ils voudraient dans la maison, mais leur refusa la chambre, parce que sa fille encore vierge y avait ses appartements. Le lendemain, la jeune fille et toute sa suite avaient disparu, mais on trouva dans la chambre des statues des Dioscures, ainsi qu’une table couverte de silphion.

211TC 97. Paus., III, 16, 7 et 10-11

Τὸ δὲ χωρίον τὸ ἐπονομαζόμενον ΛιμναImageον ᾿Ορθίας ἱερόν ἐστιν ᾿Αρτέμιδος. Τὸ ξόανον δὲ ἐκεImageνο εImageναι λέγουσιν ὅ ποτε Ὀρέστης καὶ Ἰφιγένεια ἐκ τImageς ΤαυρικImageς ἐκκλέπτουσιν · ἐς δὲ τὴν σφετέραν Λακεδαιμόνιοι κομισθImageναί φασιν ᾿Ορέστου καὶ ἐνταImageθα βασιλεύοντος. (...) Καί σφισιν ἐπὶ τούτῳ γίνεται λόγιον αἵματι ἀνθρώπων τὸν βωμὸν αἱμάσσειν · θυομένου δὲ ὅντινα ὁ κλImageρος ἐπελάμϐανε, ΛυκοImageργος μετέϐαλεν ἐς τὰς ἐπὶ τοImageς ἐφήϐοις μάστιγας, ἐμπίμπλαταί τε οὕτως ἀνθρώπων αἵματι ὁ βωμός.

212Le quartier surnommé les Marais est consacré à Artémis Orthia. Son xaonon est, dit-on, celui qu’Oreste et Iphigénie ont dérobé en Tauride : les Lacédémoniens affirment qu’Oreste l’a rapporté sur leur sol et qu’il y a régné. (…) C’est pour cette raison qu’ils ont coutume d’ensanglanter l’autel de sang humain ; comme on sacrifiait celui que le sort désignait, Lycurgue remplaça le sacrifice par des coups de fouet infligés aux éphèbes : ainsi l’autel est couvert de sang humain.

213TC 98. Paus., VI, 6, 11

Τόδε μὲν ἤκουσα, γραφImage δὲ τοιάδε ἐπιτυχὼν οImageδα · Imageν δὲ αὕτη γραφImageς μίμημα ἀρχαίας. Νεάνισκος Σύϐαρις καὶ Καλαϐρός τε ποταμὸς καὶ Λύκα πηγή, πρὸς δὲ ἡρImageον τε καὶ Τέμεσα Imageν ἡ πόλις, ἐν δέ σφισι καὶ δαίμων ὅντινα ἐξέϐαλεν ὁ Εὔθυμος, χρόαν τε δεινImageς μέλας καὶ τὸ εImageδος ἅπαν ἐς τὰ μάλιστα φοϐερός, λύκου δὲ ἀμπίσχετο δέρμα ἐσθImageτα · ἐτίθετο δὲ καὶ ὄνομα Λύκαν τὰ ἐπὶ τImage γραφImage γράμματα.

214Voilà ce que j’ai entendu, et j’ai vu ces événements sur une peinture : c’était une copie de la peinture originale. On y voyait le jeune Sybaris, le fleuve Calabros et la source Lyca, et encore l’héroon et la cité de Témésa ; au milieu d’eux le démon chassé par Euthymos, avec une horrible peau noire, et un aspect particulièrement terrible, et revêtu d’une peau de loup comme vêtement ; le nom Lycas était aussi inscrit sur la peinture.

215TC 99. Paus., VI, 11, 6

Ὡς δὲ ἀπImageλθεν ἐξ ἀνθρώπων, ἀνὴρ τImageν τις ἀπηχθημένων ζImageντι αὐτImage παρεγίνετο ἀνὰ πImageσαν νύκτα ἐπὶ τοImage Θεαγένους τὴν εἰκόνα καὶ ἐμαστίγου τὸν χαλκὸν ἅτε αὐτImage τImage Θεαγένει λυμαινόμενος · καὶ τὸν μὲν ὁ ἀνδρίας ἐμπεσὼν ὕϐρεως παύει, τοImage ἀνθρώπου δὲ τοImage ἀποθανόντος οἱ παImageδες τImage εἰκόνι ἐπεξῄεσαν φόνου. Καὶ οἱ Θάσιοι καταποντοImageσι τὴν εἰκόνα ἐπακολουθήσαντες γνώμῃ τImage Δράκοντος, ὃς Ἀθηναίους θεσμοὺς γράψας φονικοὺς ὑπερώρισε καὶ τὰ ἄψυχα, εἴγε ἐμπεσόν τι ἐξ αὐτImageν ἀποκτείνειεν ἄνθρωπον.

216Quand il quitta les hommes, un homme qui lui était hostile lors de sa vie s’approchait chaque nuit de l’effigie de Théagène, et fouettait le bronze, comme s’il voulait outrager Théagène : la statue mit fin à cette impudence en tombant sur lui, et une fois l’homme décédé, ses enfants accusèrent l’effigie de meurtre. Les Thasiens coulèrent l’effigie, en obéissant à la règle de Dracon, qui, dans les lois d’Athènes, avait condamné pour meurtre aussi les objets inanimés, pour le cas où ils tueraient un homme en tombant sur lui.

217TC 100. Paus., VII, 16, 8

ΤImageν δὲ ἐγκαταλεφθέντων τὸ μὲν πολὺ οἱ ῾ΡωμαImageοι φονεύουσι, γυναImageκας δὲ καὶ παImageδας ἀπέδοτο Μόμμιος · ἀπέδοτο δὲ καὶ οἰκέτας, ὅσοι τImageν ἐς ἐλευθερίαν ἀφεθέντων καὶ μαχεσαμένων μετὰ ᾿ΑχαιImageν μὴ εὐθὺς ὑπὸ τοImage πολέμου τὸ ἔργον ἐτεθνήκεσαν. ᾿Αναθημάτων δὲ καὶ τοImage ἄλλου κόσμου τὰ μὲν μάλιστα ἀνήκοντα ἐς θαImageμα ἀνήγετο, τὰ δὲ ἐκείνοις οὐχ ὀμοίου λόγου Φιλοποίμενι ὁ Μόμμιος τImage παρ᾿ ᾿Αττάλου στρατηγImage δίδωσι · καὶ Imageν ΠεργαμηνοImageς καὶ ἐς ἐμὲ ἔτι λάφυρα κορίνθια.

218Les Romains massacrèrent la plupart des prisonniers, mais Mummius libéra les femmes et les enfants ; il libéra aussi les serviteurs, ceux qui, affranchis et combattant avec les Achéens, n’étaient pas morts directement de la guerre. Pour les consécrations et les autres objets de décor, il emporta ceux qui étaient les plus admirables et remit les autres, pour des raisons différentes de celles de Philopœmen au général d’Attale : de mon temps encore, il y avait à Pergame des dépouilles corinthiennes.

219TC 101. Paus., VII, 20, 2

ΤοImage περιϐόλου δὲ ἐντὸς τImageς Λαφρίας καὶ ᾿ΑθηνImageς ναὸς Παναχαΐδος · ἐλεφάντος τὸ ἄγαλμα καὶ χρυσοImage.

220À l’intérieur de l’enclos sacré de la Laphria, il y a un temple d’Athéna Panachaïs : sa statue est d’or et d’ivoire.

221TC 102. Paus., VII, 20, 9

Τούτου τοImage τεμένους ἐγγύς ἐστι καὶ ἄλλα τοImageς ΠατρεImageσιν ἱερά · πεποίηται δὲ ταImageτα οὐκ ἐν ὑπαίθρῳ, ἀλλὰ ἔσοδος ἐς αὐτὰ διὰ τImageν στοImageν ἐστι. (...) ᾿ΑθηνImage δὲ ἐλεφάντος εἴργασται καὶ χρυσοImage.

222Près de ce terrain sacré, les habitants de Patras ont d’autres sanctuaires : ceux-ci ne sont pas installés en plein air, mais on y pénètre par les portiques. (…) Athéna est faite en or et en ivoire.

223TC 103. Paus. VII, 22, 4

Ἑστήκασι δὲ ἐγγύτατα τοImage ἀγάλματος τετράγωνοι λίθοι τριάκοντα μάλιστα ἀριθμόν · τούτους σέϐουσι οἱ ΦαρεImageς, ἑκάστῳ θεοImage τινος ὂνομα ἐπιλέγοντες. Τὰ δὲ ἔτι παλαιότερα καὶ τοImageς πImageσιν Ἔλλησι τιμὰς θεImageν ἀντὶ ἀγαλμάτων εImageχον ἀργοὶ λίθοι.

224Près de la statue se dressent des pierres quadrangulaires, au nombre d’une trentaine : les gens de Pharai les honorent, et donnent à chacune le nom d’un dieu. Dans les temps plus anciens, tous les Grecs rendaient des honneurs à des pierres brutes plutôt qu’à des statues de dieux.

225TC 104. Paus., VII, 22, 9

Ἐν Τριτείᾳ δὲ ἔστι μὲν ἱερὸν καλουμένων Μεγίστων ΘεImageν, ἀγάλματα δέ σφισι πηλοImage πεποιημένα.

226À Tritéia, il y a un sanctuaire dit des Grands Dieux, et leurs statues sont faites de terre cuite.

227TC 105. Paus., VIII, 8, 1

Καὶ κατὰ τὴν Νεστάνην ὑπόκειται μάλιστα <ἡ> μοImageρα μὲν καὶ αὐτὴ τοImage πεδίου τοImage ἈργοImage, χορὸς δὲ ὀνομάζεται ΜαιρImageς.

228Du côté de Nestanè se trouve la partie de la Plaine Inculte qu’on nomme « Piste de danse de Maira ».

229TC 106. Paus., VIII, 14, 2

Τὰ δὲ βάραθρα οἱ ΦενεImageται ταImageτά φασιν εImageναι χειροποίητα, ποιImageσαι δὲ αὐτὰ ῾Ηρακλέα τηνικαImageτα ἐν ΦενεImage παρὰ Λαονόμῃ τImage ᾿Αμφιτρύωνος μητρὶ οἰκοImageντα.

230Les gens de Phénéos affirment que ces gouffres ont été faits à la main, que c’est Héraclès qui les a faits, lorsqu’il habitait à Phénéos chez Laonomè, la mère d’Amphitryon.

231TC 107. Paus., VIII, 17, 2

ΤοImageς δὲ ἀνθρώποις τὸ ἀρχαImageον, ὁπόσα καὶ ἡμεImageς καταμαθεImageν ἐδυνήθημεν, τοσάδε Imageν ἀφ᾿Imageν τὰ ξόανα ἐποιοImageντο, ἔϐενος, κυπάρισσος, αἱ κέδροι, τὰ δρύινα, ἡ μImageλαξ, ὁ λωτός · τImage δὲ ῾ΕρμImage τImage Κυλληνίῳ τούτων μὲν ἀπὸ οὐδενός, θύου δὲ πεποιημένον τὸ ἄγαλμά ἐστιν, ὀκτὼ δὲ εImageναι ποδImageν μάλιστα αὐτὸ εἰκάζομεν.

232À l’origine les hommes, d’après tout ce que nous avons pu apprendre, faisaient des xoanons avec les bois suivants : l’ébène, le cyprès, le cèdre, le chêne, l’if, le jujubier ; mais la statue de l’Hermès Kyllénios n’en utilise aucun, elle est faite en thuya, et, mesure, à mon avis, environ huit pieds.

233TC 108. Paus., VIII, 17, 5

Ἔχεται δὲ ἄλλο ὄρος Κυλλήνης Χελυδορέα, ἔνθα εὑρὼν χελώνην ῾ΕρμImageς ἐκδεImageραι τὸ θηρίον καὶ ἀπ᾿αὐτImageς λέγεται ποιήσασθαι λύραν.

234Près de Kyllène se dresse une autre montagne, la Chélydoréa, où Hermès trouva une tortue : il écorcha la bête et en fit, à ce qu’on raconte, une lyre.

235TC 109. Paus., VIII, 20, 1

Προελθόντων δὲ σταδίους ὡς πεντήκοντα ἐκ Λυκουρίας, ἐπὶ τοImage Λάδωνος ἀφίξῃ τὰς πήγας · ἤκουσα δὲ ὡς τὸ ὕδωρ λιμνάζον ἐν τImage ΦενεατικImage, κατερχόμενον ἐς τὰ βάραθρα τὰ ἐν τοImageς ὄρεσιν, ἄνεισιν ἐνταImageθα καὶ ποιεImage τImage Λάδωνι τὰς πήγας.

236En progressant d’environ cinquante stades depuis Lycouria, on arrive aux sources du Ladon ; j’ai entendu dire que l’eau qui stagne dans la plaine de Phénéos descend dans les gouffres des montagnes, remonte ici et forme les sources du Ladon.

237TC 110. Paus., VIII, 25, 5

Πλανωμένῃ γὰρ τImage Δήμητρι, ἡνίκα τὴν παImageδα ἐζήτει, λέγουσιν ἕπεσθαι οἱ τὸν ΠοσειδImageνα ἐπιθυμοImageντα αὐτImage μιχθImageναι, καὶ τὴν μὲν ἐς ἵππον μεταϐαλοImageσαν ὁμοImage ταImageς ἵπποις νέμεσθαι ταImageς ᾿Ογκίου, ΠοσειδImageν δὲ συνίησεν ἀπατώμενος καὶ συγγίγνεται τImage Δήμητρι ἄρσενι ἵππῳ καὶ αὐτὸς εἰκασθείς.

238On raconte que lorsque Déméter errait à la recherche de sa fille, Poséidon la poursuivait, car il désirait s’unir avec elle ; elle se transforma alors en cavale et paissait avec les cavales d’Onkios ; Poséidon comprit qu’il était joué et d’unit à Déméter après s’être lui aussi transformé en étalon.

239TC 111. Paus., VIII, 37, 3

Τὰ δὲ ἐς κουρήτας (οImageτοι γὰρ ὑπὸ τImageν ἀγαλμάτων πεποίηνται) (...) τὰ ἐς τούτους παρίημι ἐπιστάμενος.

240Ce qui concerne les Courètes (car ce sont eux que les statues représentent) (…), je le sais, mais je le passe sous silence.

241TC 112. Paus., VIII, 37, 11

ἘντεImageθεν δὲ ἀναϐήσῃ διὰ κλίμακος ἐς ἱερὸν Πανός · πεποίηται δὲ καὶ στόα ἐς τὸ ἱερὸν καὶ ἄγαλμα οὐ μέγα, θεImageν δὲ ὁμοίως τοImageς δυνατωτάτοις καὶ τούτῳ μέτεστι τImage Πανὶ ἀνθρώπων τε εὐχὰς ἄγειν ἐς τέλος καὶ ὁποImageα ἔοικεν ἀποδοImageναι πονηροImageς. Παρὰ τούτῳ τImage Πανὶ πImageρ οὔ ποτε ἀποσϐεννύμενον καίεται.

242De là on monte au sanctuaire de Pan par une échelle ; un portique est construit dans le sanctuaire et il y a une statue pas très grande ; comme pour les dieux les plus puissants, Pan peut exaucer les prières des hommes et donner aux méchants le salaire qui leur convient. Près de ce Pan brûle un feu qui ne s’éteint jamais.

243TC 113. Paus., VIII, 41, 4-6

Σταδίοιν δὲ ὅσον δώδεκα ἀνωτέρω Φιγαλίας θερμά τέ ἐστι λουτρὰ καὶ τούτων οὐ πόρρω κάτεισιν ὁ Λύμαξ ἐς τὴν Νέδαν · Image δὲ συμϐάλλουσι τὰ ῥεύματα, ἔστιν τImageς Εὐρυνόμης τὸ ἱερὸν, ἅγιόν τε ἐκ παλαιοImage καὶ ὑπὸ τραχύτητος τοImage χωρίου δυσπρόσοδον · περὶ αὐτὸ καὶ κυπάρισσοι πεφύκασι πολλαί τε καὶ ἀλλήλαις συνεχεImageς. Τὴν δὲ Εὐρυνόμην ὁ μὲν τImageν Φιγαλέων δImageμος ἐπίκλησιν εImageναι πεπίστευκεν Ἀρτέμιδος · ὅσοι δὲ αὐτImageν παρειλήφασιν ὑπομνήματα ἀρχαImageα, θυγατέρα ὨκεανοImage φασιν εImageναι τὴν Εὐρυνόμην, Imageς δὲ καὶ Ὅμηρος ἐν ᾿Ιλιάδι ἐποιήσατο μνήμην ὡς ὁμοImage Θέτιδι ὑποδέξαιτο Ἥφαιστον. Ἡμέρᾳ δὲ τImage αὐτImage κατὰ ἕτος τὸ ἰερὸν ἀνοιγνύουσι τImageς Εὐρυνόμης, τὸν δὲ ἄλλον χρόνον οὔ σφισιν ἀνοιγνύναι καθέστηκε · τηνικαImageτα δὲ καὶ θυσίας δημοσίᾳ τε καὶ ἰδImageται θύουσιν. Ἀφικέσθαι μὲν δή μοι τImageς ἑορτImageς οὐκ ἐξεγένετο ἐς καιρὸν οὐδὲ τImageς Εὐρυνόμης τὸ ἄγαλμα εImageδον · τImageν Φιγαλέων δ᾿ἤκουσα ὡς χρυσαImage τε τὸ ξόανον συνδέουσιν ἁλύσεις καὶ εἰκὼν τὰ ἄχρι τImageν γλουτImageν, τὸ ἀπὸ τούτου δέ ἐστιν ἰχθύς. Θυγατρὶ μὲν δὴ ᾿ΩκεανοImage καὶ ἐν βυθImage τImageς θαλάσσης ὁμοImage Θέτιδι οἰκούσῃ παρέχοιτο ἄν τι ἐς γνώρισμα αὐτImageς ὁ ἰχθύς · ᾿Αρτέμιδι δὲ οὐκ ἔστιν ὅπως ἂν μετά γε εἰκότος λόγου μετείη τοιούτου σχήματος.

244Environ douze stades au-dessus de Phigalie, il y a des bains chauds, et non loin de là le confluent du Lymax et de la Néda : là où se mêlent les courants se trouve le sanctuaire d’Eurynomè, saint depuis une haute antiquité, et difficilement accessible à cause du caractère abrupt du terrain ; tout autour ont poussé des cyprès, nombreux et en rangs serrés. Le peuple de Phigalie a considéré qu’Eurynomè était une épiclèse d’Artémis : tous ceux d’entre eux qui ont négligé les témoignages anciens affirment que c’est une fille d’Océan, dont Homère fait mention dans l’Iliade, lorsqu’elle visite Héphaistos avec Thétis. Chaque année, à jour fixe, ils ouvrent le sanctuaire d’Eurynomè, mais le reste du temps, ils ont établi de ne pas l’ouvrir ; ce jour-là, ils lui sacrifient des victimes, pour le peuple et pour les particuliers. Je n’ai pas réussi à arriver pour la date de la fête et je n’ai pas pu voir la statue d’Eurynomè ; j’ai entendu dire par les Phigaléens que le xoanon est enchaîné de chaînes d’or et que c’est une effigie (humaine) jusqu’aux fesses, et à partir de là un poisson. Le poisson pourrait apporter quelque chose à l’identification d’une fille d’Océan, qui vit au fond de la mer avec Thétis ; mais pour Artémis, il n’y a pas de raison vraisemblable qu’elle adopte une telle apparence.

245TC 114. Paus., VIII, 44, 5

246Ἐν δὲ Παλλαντίῳ ναός τε καὶ ἀγάλματα λίθου Πάλλαντος, τὸ δὲ ἕτερόν ἐστιν Εὐάνδρου.

247À Pallantion, il y a un temple et des statues de pierre de Pallas et une autre d’Évandre.

248TC 115. Paus., VIII, 46, 1-4

ΤImageς δὲ ἈθηνImageς τὸ ἄγαλμα τImageς ᾿Αλέας τὸ ἀρχαImageον, σὺν δὲ αὐτImage καὶ ὑὸς τοImage Καλυδωνίου τοὺς ὀδόντας ἔλαϐεν ὁ Ρωμαίων βασιλεὺς Αὔγουστος, ᾿Αντώνιον πολέμῳ καὶ τὸ ᾿Αντωνίου νικήσας τὸ συμμαχικόν, ἐν Image καὶ οἱ ᾿Αρκάδες πλὴν Μαντινέων Imageσαν οἱ ἄλλοι. Φαίνεται δὲ οὐκ ἄρξας ὁ Αὔγουστος ἀναθήματα καὶ ἔδη θεImageν ἀπάγεσθαι παρὰ τImageν κραθέντων, καθεστηκότι δὲ ἐκ παλαιοImage χρησάμενος. ᾿Ιλίου τε γὰρ ἁλούσης καὶ νεμομένων τὰ λάφυρα ῾Ελλήνων, Σθενέλῳ τImage Καπανέως τὸ ξόανον τοImage Διὸς ἐδόθη τοImage ῾Ερκείου · καὶ ἔτεσιν ὕστερον πολλοImageς Δωριέων ἐς Σικελίαν ἐσοικιζομένων, ᾿Αντίφημος ὁ Γέλας οἰκιστὴς πόλισμα ΣικανImageν ᾿Ομφάκην πορθήσας μετεκόμισεν ἐς Γέλαν ἄγαλμα ὑπὸ Δαίδαλου πεποιημένον. Βασιλέα τε τImageν ΠερσImageν ΞερξImageν τοImage Δαρείου, χωρὶς ἢ ὅσα ἐξεκόμισε τοImage ᾿Αθηναίων ἄστεως, τοImageτο μὲν ἐκ ΒραυρImageνος καὶ ἄγαλμα ἴσμεν τImageς Βραυρωνίας λαϐόντα Ἀρτέμιδος, τοImageτο δὲ αἰτίαν ἐπενεγκὼν Μιλησίοις, ἐθελοκακImageσαι σφImageς ἐναντία ᾿Αθηναίων ἐν τImage ῾Ελλάδι ναυμαχήσαντας, τὸ χαλκοImageν ἔλαϐεν ᾿Απόλλωνα τὸν ἐν Βραγχίδαις · καὶ τὸν μὲν ὕστερον ἔμελλε χρόνῳ Σέλευκος καταπέμψειν Μιλησίοις, ᾿Αργείοις δὲ τὰ ἐκ Τίρυνθος ἔτι καὶ ἐς ἐμὲ τὸ μὲν παρὰ τImage Ἥρᾳ ξόανον, τὸ δὲ ἐν τοImage ᾿Απόλλωνός ἐστιν ἀνακείμενον τοImage Λυκίου · Κυζικηνοί τε, ἀναγκάσαντες πολέμῳ Προκοννησίους γενέσθαι σφίσι συνοίκους, Μητρὸς Δινδυμήνης ἄγαλμα ἔλαϐον ἐκ Προκοννήσου · τὸ δὲ ἄγαλμά ἐστι χρυσοImage, καὶ αὐτοImage τὸ πρόσωπον ἀντὶ ἐλέφαντος ἵππων τImageν ποταμίων ὀδόντες εἰσὶν εἰργασμένοι. Βασιλεὺς μὲν δὴ Αὔγουστος καθεσηκότα ἐκ παλαιοImage καὶ ὑπό τε ῾Ελλήνων νομιζόμενα καὶ βαρϐάρων εἰργάσατο. ῾Ρωμαίοις δὲ τImageς ᾿ΑθηνImageς τὸ ἄγαλμα τImageς ᾿Αλέας ἐς τὴν ἀγορὰν τὴν ὑπὸ Αὐγούστου ποιηθεImageσαν ἐς ταύτην ἐστὶν ἰόντι.

249L’ancienne statue d’Athéna Aléa, et avec elle les défenses du sanglier de Calydon, c’est l’empereur Auguste qui les a prises, lorsqu’il vainquit Antoine et ses alliés dans la guerre où participaient tous les Arcadiens sauf les Mantinéens. Il semble qu’Auguste ne fut pas le premier à enlever les offrandes et les statues des dieux aux vaincus, mais qu’il pratiqua un usage déjà établi. En effet, lors de la prise d’Ilion, les Grecs se partagèrent les dépouille et Sthénélos, fils de Capanée, reçut le xoanon de Zeus Herkéios ; bien des années plus tard, quand les Doriens vinrent coloniser la Sicile, Antiphémos, le fondateur de Géla, pilla Omphakè, une bourgade des Sicanes, et transporta à Géla la statue réalisée par Dédale. Nous savons que le roi des Perses Xerxès, fils de Darius, outre tout ce qu’il emporta de la ville d’Athènes, prit à Brauron la statue d’Artémis Brauronia, et que, accusant les Milésiens d’avoir voulu lui faire du tort quand il combattait contre les Athéniens en Grèce, il emporta l’Apollon de bronze des Branchides ; plus tard Séleucos devait le renvoyer aux Milésiens, tandis que chez les Argiens, de nos jours encore, viennent de Tirynthe le xoanon près d’Héra, et celui qui est consacré dans le temple d’Apollon Lykios. Les habitants de Cyzique, après avoir obligé par la guerre les Proconnésiens de s’associer à eux, emportèrent de Proconnèse la statue de la Mère Dyndiménè : la statue est en or, et son visage en défense d’hippopotame et non en ivoire d’éléphant. L’empereur Auguste agit donc selon une coutume ancienne établie par les Grecs et les Barbares. La statue d’Athéna Aléa est visible à Rome, à l’entrée du forum construit par Auguste.

250TC 116. Paus., VIII, 48, 6

Πεποίηται δὲ καὶ Διὸς Τελείου βωμὸς καὶ ἄγαλμα τετράγωνον · περισσImageς γὰρ δή τι τImage σχήματι τούτῳ φαίνονταί μοι χαίρειν οἱ ᾿Αρκάδες.

251On y a construit un autel de Zeus Téléios, et une statue quadrangulaire : il me semble que les Arcadiens se plaisent particulièrement à cette forme.

252TC 117. Paus., Χ, 4, 4

ΠανοπεImageσι δέ ἐστιν ἐπὶ τImage ὁδImage πλίνθου τε ὠμImageς οἴκημα οὐ μέγα καὶ ἐν αὐτImage λίθου τοImage ΠεντελImageσιν ἄγαλμα, ὃν ᾿Ασκληπιόν, οἱ δὲ Προμηθέα εImageναί φασι. Καὶ παρέχονταί γε τοImage λόγου μαρτύρια · λίθοι κεImageνταί σφισιν ἐπὶ τImage χαράδρᾳ, μέγεθος μὲν ἕκαστος ὡς φόρτον ἀποχρImageντα ἀμάξης εImageναι, χρImageμα δέ ἐστι πηλοImage σφισιν, οὐ γεώδους ἀλλ᾿ οImageος ἂν χαράδρας γένοιτο ἢ χειμάρρου ψαμμώδους, παρέχονται δὲ καὶ ὀσμὴν ἐγγύτατα χρωτὶ ἀνθρώπου · ταImageτα ἔτι λείπεται τοImage πηλοImage λέγουσιν ἐξ οImage καὶ ἅπαν ὑπὸ τοImage Προμηθέως τὸ γένος πλασθImageναι τImageν ἀνθρώπων.

253À Panopos, il y, près de la route, un bâtiment pas très grand en brique crue, avec à l’intérieur une statue en marbre du Pentélique, que les uns appellent Asclépios et les autres Prométhée. Ils avancent des preuves de leur discours : on trouve dans le ravin des pierres d’une taille approchant celle du chargement d’un chariot, et de la couleur de l’argile, non pas de terre, mais comme si elle venait d’un ravin ou d’un torrent sableux, et qui ont une odeur proche de celle de la peau humaine ; c’est, à ce qu’ils racontent, ce qui reste encore de l’argile de laquelle Prométhée a modelé tout le genre humain.

254TC 118. Paus., Χ, 19, 3

Τὸ ἀπὸ τούτου δὲ ἔρχομαι διηγησόμενος λόγον λέσϐιον · ἁλιεImageσιν ἐν Μηθύμνῃ τὰ δίκτυα ἀνείλκυσεν ἐκ θαλάσσης πρόσωπον ἐλαίας ξύλου πεποιημένον · τοImageτο ἰδέαν παρείχετο φέρουσαν μὲν ἐς τὸ θεImageον, ξένην δὲ καὶ ἐπὶ θεοImageς ἑλληνικοImageς οὐ καθεστImageσαν. Ἤροντο οImageν οἱ ΜηθυμναImageοι τὴν Πυθίαν ὅτου θεοImage ἢ καὶ ἡρώων ἐστὶν ἡ εἰκών · ἡ δὲ αὐτοὺς σέϐεσθαι Διόνυσον ΚεφαλImageνα ἐκέλευσεν. Ἐπὶ τούτῳ οἱ ΜηθυμναImageοι ξόανον μὲν τὸ ἐκ τImageς θαλάσσης παρὰ σφίσιν ἔχοντες καὶ θυσίαις καὶ εὐχαImageς τιμImageσι, χαλκοImageν δὲ ἀποπέμπουσιν ἐς Δελφούς.

255J’en arrive à relater la légende de Lesbos : le filet de pêcheurs de Méthymna ramena de la mer un visage fait en bois d’olivier : il portait une apparence proche du divin, mais étrangère et inconnue pour les dieux grecs. Les Méthymnéens interrogèrent donc la Pythie pour savoir de quel dieu ou de quel héros c’était l’effigie ; elle les invita à honorer Dionysos Képhalèn. Pour cette raison, les Méthymnéens honorent le xoanon qui leur vient de la mer par des sacrifices et des prières, et envoyèrent une copie en bronze à Delphes.

256TC 119. Philostrate l’Ancien, Images, éd. par A. Fairbanks, Coll. Loeb, 1969, I, 1

Ὅστις μὴ ἀσπάζεται τὴν ζωγραφίαν, ἀδικεImage τὴν ἀλήθειαν, ἀδικεImage καὶ σοφίαν, ὁπόση ἐς ποιητὰς ἥκει · φορὰ γὰρ ἵση ἀμφοImageν ἐς τὰ τImageν ἡρώων ἔργα καὶ εἴδη · ξυμμετρίαν τε οὐκ ἐπαινεImage, δι᾿ ἣν καὶ λόγου ἡ τέχνη ἅπτεται. Καὶ βουλομένῳ μὲν σοφίζεσθαι θεImageν τὸ εὕρημα διά τε τὰ ἐν γImage εἴδη, ὁπόσα τοὺς λειμImageνας αἱ Imageραι γράφουσι, διά τε τὰ ἐν οὐρανImage φαινόμενα, βασανίζοντι δὲ τὴν γένεσιν τImageς τέχνης μίμησις μὲν εὕρημα πρεσϐύτατον καὶ ξυγγενέστατον τImage φύσει · εImageρον δὲ αὐτὴν σοφοὶ ἄνδρες τὸ μὲν ζωγραφίαν, τὸ δὲ πλαστικὴν φήσαντες.

ΠλαστικImageς μὲν οImageν πολλὰ εἴδη · καὶ γὰρ αὐτὸ τὸ πλάττειν καὶ ἡ ἐν τImage χαλκImage μίμησις καὶ οἱ ξέοντες τὴν λυγδίνην ἢ τὴν παρίαν λίθον καὶ ὁ ἐλέφας καὶ νὴ Δία ἡ γλυφικὴ πλαστική · ζωγραφία δὲ ξυμϐέϐληται μὲν ἐκ χρωμάτων, πράττει δὲ οὐ τοImageτο μόνον, ἀλλὰ καὶ πλείω σοφίζεται ἀπὸ τούτου ἓνος ὄντος ἢ ἀπὸ τImageν πολλImageν ἡ ἑτέρα τέχνη. Σκίαν τε γὰρ ἀποφαίνει καὶ βλέμμα γινώσκει ἄλλο δὲ τοImage ἀλγοImageντος ἢ χαίροντος. Καὶ αὐγὰς ὀμμάτων ὁποImageαί εἰσιν ὁ πλαστικὸς μέν τις ἥκιστα ἐργάζεται χαροπὸν δὲ ὄμμα καὶ γλαυκὸν καὶ μέλαν γραφικὴ οImageδε, καὶ ξανθὴν κόμην οImageδε καὶ πυρσὴν καὶ ἡλιImageσαν καὶ ἐσθImageτος χρImageμα καὶ ὅπλων θαλάμους τε καὶ οἰκίας καὶ ἄλση καὶ ὄρη καὶ πηγὰς καὶ τὸν αἰθέρα, ἐν Image ταImageτα.

257Celui qui n’apprécie pas la peinture fait tort à la vérité, et fait tort à l’habileté qui revient aux poètes : car le fardeau est le même dans les deux cas en ce qui concerne les exploits des héros et les apparences : il ne loue pas la proportion par laquelle l’art touche au discours. Pour celui qui veut réfléchir à la découverte des dieux par les espèces terrestres, que les Saisons peignent sur les prairies, et par les phénomènes célestes, et pour celui qui examine la naissance de l’art, l’imitation est la chose la plus ancienne et la plus proche de la nature : c’est elle qu’ont trouvée les hommes habiles qui l’ont appelée tantôt peinture et tantôt sculpture.
Il y a beaucoup de sortes de sculpture : le modelage lui-même, et l’imitation en bronze, et ceux qui taillent le marbre blanc ou le marbre de Paros, et l’ivoire, et par Zeus, la glyptique ; la peinture se résume aux couleurs, sans s’y restreindre, mais elle réfléchit davantage au fait que l’autre art vient d’une seule source ou de plusieurs. Elle révèle l’ombre et reconnaît un regard différent pour la souffrance ou pour la joie. Quel est l’éclat des yeux ? le plasticien n’y travaille guère, tandis que la peinture connaît l’œil farouche, glauque ou noir, connaît la chevelure blonde, ou feue, ou rayonnante, la couleur du vêtement, les caches d’armes, les maisons, les bois, les montagnes, les sources et l’éther où se trouve tout cela.

258TC 120. Philostrate, Imagines, I, 2, 4.

Ὁ στέφανος δὲ τImageν ῥόδων ἐπαινέσθω μέν, ἀλλὰ μὴ ἀπὸ τοImage εἴδους – ξανθοImageς γὰρ καὶ κυανοImageς, εἰ τύχοι, χρώμασιν ἀπομιμεImageσθαι τὰς τImageν ἀνθέων εἰκόνας οὐ μέγας ὁ Imageθλος – ἀλλ᾿ ἐπαινεImageν χρὴ τὸ χαImageνον τοImage στεφάνου καὶ ἁπαλόν · ἐπαινImage καὶ τὸ ἔνδροσον τImageν ῥόδων καὶ φημὶ γεγράφθαι αὐτὰ μετὰ τImageς ὀσμImageς.

259On peut louer la couronne de roses, mais pas d’après son aspect – imiter l’image des fleurs par des couleurs blondes ou bleues, l’exploit n’est pas bien grand ; mais il faut louer la souplesse de la couronne et son velouté : je loue l’humidité des roses et j’affirme qu’elles ont été peintes avec leur parfum.

260TC 121. Philostrate, Imagines, II, 1, 2.

Ἐπαινετέα τοίνυν ἠ σοφία τImageς γραφImageς, πρImageτον μὲν ὅτι τὰς ἀγαπωμένας λίθους περιϐαλοImageσα οὐκ ἐκ τImageν χρωμάτων αὐτὰς ἐμιμήσατο, ἀλλ᾿ ἐκ τοImage φωτός, οImageον ὀφθαλμImage κέντρον τὴν διαύγειαν αὐταImageς ἐθεImageσα, εImageτα ὅτι καὶ τοImage ὕμνου παρέχει ἀκούειν.

261Il faut donc louer l’habileté de la peinture, d’abord parce qu’elle a imité les pierres appréciées non pas d’après leurs couleurs, mais d’après leur luminosité, comme si elle faisait de cette transparence un aiguillon pour l’œil, et ensuite parce qu’elle donne à entendre l’hymne.

262TC 122. Philostrate le Jeune, les Images, éd. par A. Fairbanks, Coll. Loeb, 1969, Prooimion, 6

Γραφική τε ὁμοίως, ἃ λεγειν οἱ ποιηταὶ ἔχουσι, ταImageτ᾿ἐν τImage γράμματι σημαίνουσα.

263De même la peinture signifie dans le tableau ce que les poètes ont à dire.

264TC 123. Philostrate Jun., Ib, 4

ΤαImageθ᾿ἡ τέχνη βραχεImage τούτῳ γράμματι ἀναδιδάσκειν ἡμImageς ἐθέλει, γέγραπται δὲ ὡς ποιηταImageς ᾠδὴν παρασχεImageν.

265Cet art veut nous enseigner par ce bref tableau, comme pour les poètes la peinture peut suggérer un chant.

266TC 124. Photius, Bibliothèque, éd. par R. Henry, CUF, Paris, 1991, 149b

Καὶ ἠ ζωγράφος ῾Ελένη τοImage καταλόγου ἐστὶ τούτου Τίμωνος τοImage Αἰγυπτίου θυγάτηρ, ἥτις τὴν ἐν Ἴσσῳ μάχην ἐκείνοις ἀκμάζουσα τοImageς χρόνοις ἔγραψε · καὶ ἐν τImage τImageς Εἰρήνης τεμένει ἐπὶ ΟὐεσπασιανοImage ἀνετέθη ἡ γραφή.

267La femme peintre Hélène, qui a fait ce catalogue, est la fille de Timon l’Égyptien, elle qui s’est distinguée à cette époque en peignant la bataille d’Issos ; cette peinture a été exposée dans le sanctuaire de la Paix sous Vespasien.

268TC 125. Pindare, Odes Néméennes, éd. par A. Puech, CUF, Paris, 1952, Ném., V, 5, 1-5 et Scholies éd. par A. B. Drachmann, Stuttgart, 1997

Οὐκ ἀνδριαντοποιός εἰμ’,
ὥστ᾿ ἐλινύσοντα ἐργά-
ζεσθαι ἀγάλματ᾿ ἐπ᾿ αὐτImageς βαθμίδος
ἐσταότ(α).

269Je ne suis pas sculpteur, pour travailler des statues qui resteront debout, immobiles sur cette base.

Scholie 1α · Οὐκ ἀνδριαντοποιός εἰμι · φασὶν ὅτι οἱ τοImage Πυθέου οἰκεImageοι προσImageλθον τImage Πινδάρῳ παρακαλοImageντες ὅπως εἰς αὐτὸν γράψῃ ἐπίνικον · Πινδάρου δὲ αἰτήσαντος τρισχιλίας δραχμὰς ἔφασαν ἐκεImageνοι κάλλιον εImageναι χάλκεον ἀνδριάντα ποιImageσαι τImageς αὐτImageς τιμImageς ἢ τὸ ποίημα. Χρόνῳ δὲ ὕστερον γνωσιμαχήσαντες ἐπανImageλθον τὸ αὐτὸ δίδοντες · ὁ δὲ ἐξονειδίζων αὐτοὺς οὕτως ἤρξατο, καί φησι μὴ κατασκευάζειν ἔργα τὴν αὐτὴν κατέχοντα χώραν, καθὼς οἱ ἀνδριαντουργοὶ τοὺς χαλκοImageς ἀνδριάντας, ἀλλὰ τὰ ποιήματα ἅπερ πανταχόσε διϊκνεImageται, ὥσπερ τὴν ἀρετὴν τImageν ἐπαινεθέντων πολλοImageς εImageναι δήλην.

270« Je ne suis pas sculpteur » : on raconte que les parents de Pythéas vinrent trouver Pindare pour lui demander d’écrire un chant de victoire pour lui ; comme Pindare leur en demandait trois mille drachmes, ils dirent que pour ce prix il valait mieux faire faire une statue de bronze qu’un poème. Un peu plus tard, après avoir réfléchi, ils revinrent lui donner la somme ; et lui, les blâma et les repoussa, en disant qu’il ne fabriquait pas des œuvres attachées au même terrain, comme les sculpteurs le faisaient pour les statues en bronze, mais que ses poèmes se diffusaient partout, de même que la valeur de ceux qu’il louait était visible pour beaucoup.

Scholie 1β · ὁ δὲ νοImageς · οὔκ εἰμι, φησίν, ἀνδριαντοποιός, ὥστε ἀργὰ καὶ ἀκίνητα ἐργάζεσθαι ἀγάλματα ἐπ᾿ αὐτImageς τImageς βαθμίδος ἑστImageτα διηνεκImageς καὶ οὐ δυνάμενα ἀλλαχοImage τὴν τοImage νικηφόρου διαϐοImageν εὐδοξίαν. Ἐνδείκνυται δὲ διὰ τούτων ὅτι οἱ λόγοι πάντων εἰσὶ βελτίους.

271Voici le sens : je ne suis pas, dit-il, un sculpteur, pour travailler des statues lourdes et immobiles, restant toujours debout sur la même base, et incapables de porter ailleurs la gloire du vainqueur. Il prouve ainsi que les discours valent mieux que tout.

272TC 126. Platon, Sophiste, éd. par A. Dies, CUF, Paris, 1950, 265b

Ἡ γάρ που μίμησις ποίησίς τίς ἐστιν, εἴδωλον μέντοι, φαμέν, ἀλλ᾿οὐκ αὐτImageν ἑκάστων · Image γάρ ;

273Quant à l’imitation, quel genre de création est-ce ? une pâle copie, dirons-nous, mais pas de chaque chose ; ou bien ?

274TC 127. Platon, Timée, éd. par A. Rivaud, CUF, Paris, 1925, 28a-b

Ὅτου μὲν οImageν ἂν ὁ δημιουργὸς πρὸς τὸ κατὰ ταὐτὰ ἔχον βλέπων ἀεί, τοιούτῳ τινὶ προσχρώμενος παραδείγματι, τὴν ἰδέαν καὶ δύναμιν αὐτοImage ἀπεργάζηται, καλὸν ἐξ ἀνάγκης οὕτως ἀποτελεImageσθαι πImageν. ΟImage δ᾿ἂν εἰς τὸ γεγονός, γεννητImage παραδείγματι προσχρώμενος οὐ καλόν.

275De la sorte, si l’artisan, regardant toujours vers ce qui est immuable, et usant d’un tel modèle, en reproduit l’essence et la force, nécessairement tout résultera bien. Mais s’il regarde non pas vers l’existant, mais se sert d’un modèle inventé, ce ne sera pas bien.

276TC 128. Platon, Protagoras, éd. par A. Croiset, CUF, Paris, 1935, 311c

Εἰ δὲ παρὰ Πολύκλειτον τὸν ᾿ΑργεImageον ἢ Φειδίαν τὸν ᾿ΑθηναImageον ἐπενόεις ἀφικόμενος μισθὸν ὑπὲρ σαυτοImage τελεImageν ἐκείνοις, εἴ τίς σε ἤρετο · « ΤελεImageν τοImageτο τὸ ἀργύριον ὡς τίνι ὄντι ἐν νImage ἔχεις Πολυκλείτῳ τε καὶ Φειδίᾳ ; Τί ἂν ἀπεκρίνω ; — ΕImageπον ἂν ὡς ἀγαλματοποιοImageς. — ῾Ως τίς δὲ γενησόμενος αὐτός ; — ΔImageλον ὅτι ἀγαλπατοποιός. »

277Si tu avais l’idée d’aller chez Polyclète d’Argos ou chez Phidias d’Athènes pour leur payer un traitement pour ton apprentissage, si on te demandait : « Tu veux verser cet argent à Polyclète et à Phidias en tant que quoi ? Que répondrais-tu ? – Je dirais en tant que sculpteurs. – Pour devenir quoi, toi-même ? – Sculpteur, évidemment. »

278TC 129. Platon, Protagoras, 328a

Εἰ ζητοImageς τίς ἂν ἡμImageν διδάξειεν τοὺς τImageν χειροτεχνImageν ὑεImageς αὐτὴν ταύτην τὴν τέχνην ἣν δὴ παρὰ τοImage πατρὸς μεμαθήκασιν, καθ᾿ὅσον οImageος τ᾿Imageν ὁ πατὴρ καὶ οἱ τοImage πατρὸς φίλοι ὄντες ὁ μότεχνοι, τούτους ἔτι τίς ἂν διδάξειεν, οὐ ῥᾴδιον οImageμαι εImageναι, Image Σώκρατες, τούτων διδάσκαλον φανImageναι.

279Si tu nous demandes qui enseignerait aux fils des artisans le même art que celui qu’ils ont appris chez leur père, pour autant que le père en était capable, et les amis du père, qui exercent le même art, ceux-ci, qui le leur enseignerait, je ne crois guère facile, Socrate, de se montrer leur maître.

280TC 130. Platon, Lois, éd. par E. Des Places, CUF, Paris, 1956, XI, 920d-921e

Ἡφαίστου καὶ ἈθηνImageς ἱερὸν τὸ τImageν δημιουργImageν γένος, οἳ τὸν βίον ἡμImageν συγκατασκευάκασιν τέχναις, Ἄρεως δὲ καὶ ἈθηνImageς οἱ τὰ τImageν δημιουργImageν σῴζοντες τέχναισιν ἑτέραις ἀμυντηρίοις ἔργα · δικαίως δὲ καὶ τὸ τούτων γένος ἱερόν ἐστιν τούτων τImageν θεImageν. ΟImageτοι δὴ πάντες χώραν καὶ δImageμον θεραπεύοντες διατελοImageσιν, οἱ μὲν ἄρχοντες τImageν κατὰ πόλεμον ἀγώνων, οἱ δὲ ὀργάνων τε καὶ ἔργων ἀποτελοImageντες γένεσιν ἔμμισθον · οImageς δὴ περὶ τὰ τοιαImageτα οὐ πρέπον ἂν εἴη ψευδέσθαι, θεοὺς προγόνους αὑτImageν αἰδουμένους. Ἂν δή τις δημιουργImageν εἰς χρόνον εἱρημένον ἔργον μὴ ἀποτελέσῃ διὰ κάκην, μηδὲν τὸν βιοδότην θεὸν ἐπαιδεσθείς, ἡγούμενος ὡς οἰκεImageον συγγνώμονα εImageναι θεόν, οὐδὲν τImage νImage βλέπων, πρImageτον μὲν δίκην τImage θεImage ὑφέξει, δεύτερον δὲ ἑπόμενος αὐτImage νόμος κείσθω. Τὴν τίμην τImageν ἔργων ὀφειλέτω Imageν ἂν τὸν ἐκδόντα ψεύσηται καὶ πάλιν ἐξ ἀρχImageς ἐν τImage ῤηθέντι χρόνῳ προImageκα ἐξεργαζέσθω. Καὶ ἀναιρουμένῳ δ᾿ἔργον συμϐουλευτὴς νόμος, ἅπερ τImage πωλοImageντι συνεϐούλευεν, μὴ πλέονος τιμImageν διαπειρώμενον ἀλλ᾿ὡς ἀπλούστατα τImageς ἀξίας, ταὐτὸν δὴ προστάττει καὶ τImage ἀναιρουμένῳ – γιγνώσκει γὰρ ὅ γε δημιουργὸς τὴν ἀξίαν – ἐν ἐλευθέρων οImageν πόλεσιν οὐ δή ποτε χρὴ τέχνῃ, σαφεImage τε καὶ ἀψευδεImage φύσει πράγματι, διαπειρImageσθαι τImageν ἰδιώτων τεχνάζοντα αὐτὸν τὸν δημιουργόν, δίκας δὲ εImageναι τούτων τImage ἀδικουμένῳ πρὸς τὸν ἀδικοImageντα. Ἐὰν δέ τις ἐκδοὺς αImage δημιουργImage μὴ ἀποδImage τοὺς μισθοὺς ὀρθImageς κατὰ τὴν ἔννομον ὁμολογίαν γενομένην, Δία δὲ πολιοImageχον καὶ ἈθηνImageν κοινωνοὺς πολιτείας ἀτιμάζων, βραχὺ κέρδος ἀγαπImageν, λύῃ μεγάλας κοινωνίας, νόμος ὁ βοηθImageν ἔστω τImage τImageς πόλεως συνδέσμῳ μετὰ θεImageν. Ὅς γὰρ ἂν προαμειψάμενος ἔργον μισθοὺς μὴ ἀποδίδῳ ἐν χρόνοις τοImageς ὁμολογηθεImageσιν, διπλοImageν πραττέσθω · ἐὰν δὲ ἐνίαυτὸς ἐξελθImage, τImageν ἄλλων ἀτόκων ὄντων χρημάτων, ὁπόσα δανεισμImage συμϐάλλει τις, οImageτος τImage δραχμImage ἑκάστου μηνὸς ἐπωϐελίαν κατατιθέτω, δίκας δὲ εImageναι τούτων ἐν τοImageς κατὰ φυλὰς δικαστηρίοις.

281Elle est consacrée à Héphaistos et à Athéna, la race des artisans qui alimentent notre vie grâce à leurs arts, et consacrés à Arès et à Athéna ceux qui préservent les travaux des artisans par leur art de la défense ; c’est à juste titre que leur race est consacrée à ces dieux. Tous ceux-là servent constamment le territoire et le peuple, les uns en menant les combats pendant la guerre, les autres en produisant pour un salaire des outils et des ouvrages ; il ne leur serait pas convenable de mentir à ce sujet, eux qui révèrent les divinités comme leurs ancêtres. Si un artisan, par incapacité, n’exécute pas son ouvrage au moment promis, en ne respectant pas le dieu qui lui donne sa vie, dans la pensée que le dieu familier est prêt à pardonner, sans regarder à la raison, tout d’abord il s’expose à la justice du dieu, ensuite la loi concernée s’appliquera. Il sera redevable du prix des travaux dont il a frustré le commanditaire, et devra refaire l’ouvrage depuis le début dans le temps promis et gratuitement. Pour celui qui a accepté un travail, la loi conseille, de même qu’elle conseille au vendeur, de ne pas estimer trop cher la transaction, mais de l’évaluer au plus juste, elle ordonne la même chose au prestataire – car l’artisan connaît cette valeur – ; dans les cités libres donc, il ne faut pas que par l’art, qui est par nature une chose claire et véridique, l’artisan lui-même essaie jamais de jouer les particuliers ou il y aura un procès du citoyen lésé à l’encontre de celui qui l’a lésé. Mais si le commanditaire ne verse pas correctement le salaire selon le contrat conclu validement, en bafouant Zeus Protecteur de la cité et Athéna, tous deux protecteurs de la constitution, en recherchant un gain rapide, et en détruisant de grandes relations, la loi viendra au secours du lien de la cité avec les dieux. Car celui qui ne paiera pas le salaire promis dans le temps convenu, paiera le double ; si une année s’est écoulée, alors que seront exemptes d’intérêt les autres sommes, convenues lors d’un prêt, celui-là paiera chaque mois une obole par drachme, et il subira un procès devant les tribunaux des tribus.

282TC 131. Platon, République, éd. par E. Chambry, CUF, Paris, 1934, 369c-d

Ἴθι δή, Imageν δ᾿ἐγώ, τImage λόγῳ ἐξ ἀρχImageς ποιImageμεν πόλιν · ποιήσει δὲ αὐτήν, ὡς ἔοικεν, ἡ ἡμετέρα χρεία. – ΠImageς δ᾿οὔ ; – ᾿Αλλὰ μὴν πρώτη γε καὶ μεγίστη τImageν χρειImageν ἡ τImageς τροφImageς παρασκευὴ τοImage εImageναί τε καὶ ζImageν ἕνεκα. – Παντάπασί γε. – Δευτέρα δὴ οἰκήσεως, τρίτη δὲ ἐσθImageτος καὶ τImageν τοιούτων. – Ἔστι ταImageτα. – Φέρε δή, Imageν δ᾿ἐγώ, πImageς ἡ πόλις ἀρκέσει ἐπὶ τοσαύτην παρασκευήν ; ἄλλο τι γεωργὸς μὲν εImageς, ὁ δὲ οἰκοδόμος, ἄλλος δέ τις ὑφάντης ; ἢ καὶ σκυτοτόμον αὐτόσε προσθήσομεν ἤ τιν᾿ ἄλλον τImageν περὶ τὸ σῶμα θεραπευτήν ;

283Allons donc, dis-je, faisons une ville depuis le début en pensée : ce sont nos besoins, me semble-t-il, qui la feront. – Absolument. – Eh bien, le premier et le plus grand des besoins, c’est la fourniture de nourriture pour exister et pour vivre. – Tout à fait. – Le deuxième, c’est l’habitat, le troisième, le vêtement et ses accompagnements. – C’est cela. – Alors, dis-je, est-ce que notre ville se suffira de ces fournitures ? d’un côté un laboureur, de l’autre un maçon, et encore un tisserand ? ou bien ajouterons-nous un cordonnier ou quelque autre serviteur du corps ?

284TC 132. Platon, République., 596b sq

ΟὐκοImageν καὶ εἰώθαμεν λέγειν ὅτι ὁ δημιουργὸς ἑκατέρου τοImage σκεύους πρὸς τὴν ἰδέαν βλέπων οὕτω ποιεImage, ὁ μὲν τὰς κλίνας, ὁ δὲ τὰς τραπέζας, αImageς ἡμεImageς χρώμεθα, καὶ τImageλλα κατὰ ταImageτα ; Οὐ γάρ που τήν γε ἰδέαν αὐτὴν δημιουργεImage οὐδεὶς τImageν δημιουργImageν · πImageς γὰρ ; — ΟὐδαμImageς. — ᾿Αλλ᾿ ὅρα δὴ καὶ τόνδε τίνα καλεImageς τὸν δημιουργόν. — Τὸν ποImageον ; — Ὃς πάντα ποιεImage, ὅσαπερ εImageς ἕκαστος τImageν χειροτεχνImageν. — Δεινόν τινα λέγεις καὶ θαυμαστὸν ἄνδρα. — Οὔπω γε, ἀλλὰ τάχα μImageλλον φήσεις. ῾Ο αὐτὸς γὰρ οImageτος χειροτέχνης οὐ μόνον πάντα οImageός τε σκεύη ποιImageσαι, ἀλλὰ καὶ τὰ ἐκ τImageς γImageς φυόμενα ἅπαντα ποιεImage καὶ ζImageα πάντα ἐργάζεται, τά τε ἄλλα καὶ ἑαυτόν, καὶ πρὸς τούτοις γImageν καὶ οὐρανὸν καὶ θεοὺς καὶ πάντα τὰ ἐν τImage οὐρανImage καὶ τὰ ἐν Ἅιδου ὑπὸ γImageς ἅπαντα ἐργάζεται.

285Nous avons donc coutume de dire que l’artisan, pour chaque objet, le fabrique en regardant un modèle idéal, l’un faisant des sièges, l’autres les tables dont nous nous servons, et le reste à l’avenant ? mais aucun de ces artisans ne crée ce modèle idéal, non ? – Pas du tout. – Regarde donc quel est celui que tu appelles le créateur. – Lequel ? – Celui qui fait tout ce que fait chacun des artisans. – Tu parles là d’un homme habile et admirable. Pas encore, mais tu en diras peut-être plus. Car cet artisan, non seulement il est capable de faire seul tous les objets, mais il crée aussi tout ce qui pousse sur terre, et fabrique tous les animaux, tout le reste, et lui-même, et en outre la terre, le ciel, les dieux, et tout ce qui se trouve dans le ciel ou sous terre dans l’Hadès.

286TC 133. Platon, République., 597d

ΤαImageτα δὴ οImageμαι, εἰδὼς ὁ θεός, βουλόμενος εImageναι ὄντως κλίνης ποιητὴς ὄντως οὔσης, ἀλλὰ μὴ κλίνης τινὸς μηδὲ κλινοποιός τις, μίαν φύσει αὐτὴν ἔφυσεν. — Ἔοικεν. — Βούλει οImageν τοImageτον μὲν φυρτουργὸν τούτου προσαγορεύωμεν, ἤ τι τοιοImageτον ; — Δίκαιον γοImageν, ἔφη, ἐπειδήπερ φύσει γε καὶ τοImageτο καὶ τImageλλα πάντα πεποίηκεν. – Τί δὲ τὸν τέκτονα ; Imageρ᾿οὐ δημιουργὸν κλίνης ; — Ναί. — Ἢ καὶ τὸν ζωγράφον δημιουργὸν καὶ ποιητὴν τοImage τοιούτου ; — ΟὐδαμImageς. — Ἀλλὰ τί αὐτὸν κλίνης φήσεις εImageναι ; – ΤοImageτο, Image δ᾿ὅς, ἔμοιγε δοκεImage μετριώτατ᾿ἂν προσαγορεύεσθαι, μιμητὴς οImage ἐκεImageνος δημιουργός. – ΕImageεν, Imageν δ᾿ἐγώ · τὸν τοImage τρίτου ἄρα γεννήματος ἀπὸ τImageς φύσεως μιμητὴν καλεImageς ; — Πάνυ μὲν οImageν. (...) — Τὸν μὲν δὴ μιμητὴν ὡμολογήκαμεν. Εἰπὲ δέ μοι περὶ τοImage ζωγράφου τόδε · πότερα ἐκεImageνο αὐτὸ τὸ ἐν φύσει ἕκαστον δοκεImage σοι ἐπιχειρεImageν μιμεImageσθαι ἢ τὰ τImageν δημιουργImageν ἔργα ; – Τὰ τImageν δημιουργImageν, ἔφη. — Ἄρα οImageα ἔστιν ἢ οImageα φαίνεται ; ΤοImageτο γὰρ ἔτι διόρισον. — ΠImageς λέγεις ; ἔφη. — Imageδε · ἐάν τε ἐκ πλαγίου αὐτὴν θεImage ἐάν τε καταντικρὺ ἢ ὀπῃοImageν, μή τι διαφέρει αὐτὴ ἑαυτImageς, ἢ διαφέρει μὲν οὐδέν, φαίνεται δὲ ἀλλοImageα ; Καὶ τImageλλα ὡσαυτImageς ; — Οὕτως, φαίνεται, διαφέρει δ᾿οὐδέν. — ΤοImageτο δὲ αὐτὸ σκόπει · πρὸς πότερον ἡ γραφικὴ πεποίηται περὶ ἕκαστον ; πότερα πρὸς τὸ ὄν, ὡς ἔχει, μιμήσασθαι, ἢ πρὸς τὸ φαινόμενον, ὡς φαίνεται, φαντάσματος ἢ ἀληθείας οImageσα μίμησις ; — Φαντάσματος, ἔφη.
— Πόρρω ἄρα που τοImage ἀληθοImageς ἡ μιμητική ἐστιν καί, ὡς ἔοικεν, διὰ τοImageτο πάντα ἀπεργάζεται, ὅτι σμικρόν τι ἑκάστου ἐφάπτεται, καὶ τοImageτο εἴδωλον. ΟImageον ὁ ζωγράφος, φαμέν, ζωγραφήσει ἡμImageν σκυτοτόμον, τέκτονα, τοὺς ἄλλους δημιουργούς, περὶ οὐδενὸς τούτων ἐπαίων τImageν τεχνImageν · ἀλλ᾿ὁμImageς παImageδάς γε καὶ ἄφρονας ἀνθρώπους, εἰ ἀγαθὸς εἴη ζωγράφος, γράψας ἂν τέκτονα καὶ πόρρωθεν ἐπιδεικνὺς ἐξαπατImage ἂν τImage δοκεImageν ὡς ἀληθImageς τέκτονα εImageναι.

287Voici ce que je crois : le dieu connaisseur, et qui voulait être le véritable créateur d’un siège véritable, et pas d’un siège quelconque ou être un fabricant de sièges, l’a fait naître unique par sa naissance. – Il semble bien. Veux-tu donc que nous appelions ce personnage assistant de naissance, ou quelque chose comme ça ? – Ce serait juste, dit-il, puisqu’il a créé ce siège et tout le reste par la naissance. – Et le maçon, est-il le créateur du siège ? – Oui. – Et le peintre, est-il le créateur et le fabricant de ce genre de choses ? – Pas du tout. – Alors qu’est-ce qu’il est par rapport au siège ? – Eh bien, dit-il, il me semble qu’on pourrait le désigner très convenablement comme imitateur et non comme créateur. – Soit, dis-je ; tu appelles donc imitateur le troisième type d’assistant à la naissance par la nature ? – Tout à fait. (…) – Nous nous sommes donc mis d’accord sur l’imitateur. Dismoi une chose à propos du peintre : à ton avis, essaie-t-il d’imiter chaque chose en elle-même, ou les œuvres des créateurs ? – Les œuvres des créateurs. – Telles qu’elles sont ou telles qu’elles paraissent ? Distingue encore cela. – Que veux-tu dire ? dit-il. – Ceci : si on regarde un siège de profil, ou de face, ou sous un autre angle, est-il différent de lui-même, ou bien n’y a-t-il pas de différence, mais son apparence est-elle autre ? Et ainsi de suite pour le reste. – Ainsi, c’est une apparence, mais il n’ y a pas de différence. – Examine encore ceci : dans quelle direction se fait la peinture pour chaque chose, vers l’imitation de l’être tel qu’il est, ou vers l’apparence, comme elle apparaît ? Est-elle imitation de l’apparence ou de la vérité ? – De l’apparence, dit-il. – Au-delà donc, la science de l’imitation s’attache au vrai, et me semble-t-il, produit toutes les choses, pour cette raison qu’elle s’intéresse au détail de chaque chose et en fait une copie. Ainsi le peintre, dirions-nous, peindra pour nous un cordonnier, un maçon, et les autres artisans, sans rien connaître à ces arts ; pourtant, s’il est un bon peintre, il pourrait tromper des enfants et des imbéciles, en peignant un maçon et en le montrant encore, par l’impression que c’est un vrai maçon.

288TC 134. Platon, République., 601b

Ἴθι δή, τόδε ἄθρει · ὁ τοImage εἰδώλου ποιητής, ὁ μιμητής, φαμέν, τοImage μὲν ὄντος οὐδὲν ἐπαΐει, τοImage δὲ φαινομένου · οὐχ οὕτω ;

289Allons, réfléchis à ceci : le créateur de la copie, disons l’imitateur, ne connaît rien à la réalité, ni à l’apparence : n’est-ce pas ainsi ?

290TC 135. Platon, Épinomis, éd. par E. Des Places et A. Dies, CUF, Paris, 1956, 974d-976e

Τὰς ἄλλας τοίνυν ὅσαι ἐπιστImageμαι μέν εἰσιν λεγόμεναι, σοφὸν δὲ οὐκ ἀποτελοImageσιν τὸν λαμϐάνοντά τε αὐτὰς καὶ ἔχοντα, πρImageτον διεξιτέον, ὅπως ταύτας ἐκποδὼν θέμενοι, πειρώμεθα ἐκείνας Imageν δεόμεθα παραθέσθαί τε καὶ παραθέμενοι μανθάνειν.
ΠρImageτον γὰρ τοίνυν Imageν πρImageτον δεImage θνητImage γένει, ἴδωμεν ὡς εἰσὶ μὲν ἀναγκαιόταται σχεδὸν ἀληθImageς τε πρImageται, ὁ δὲ ἐπιστήμων αὐτImageν γιγνόμενος, εἰ καὶ κατ᾿ἀρχὰς ἔδοξέν τις εImageναί ποτε σοφός, οὔκουν νImageν γε οὔτε σοφὸς εImageναι δοξάζεται ὀνείδη τε ἲσχει μImageλλον ἀπὸ τImageς τοσαύτης ἐπιστήμης. ᾿ΕροImageμεν δὴ αἵ τ᾿εἰσὶν καὶ ὅτι πImageς ἀνὴρ αὐτάς, σχεδὸν ὅσοις ἀγὼν πρόκειται τοImage δοκεImageν ὡς ἄριστον ἄνδρα συμϐImageναι γενόμενον ἄν, φεύγει διὰ τὰς κτήσεις τImageς φρονήσεώς τε καὶ ἐπιτηδεύσεως. ῎Εστω δὴ πρImageτον μὲν ἡ τImageς ἀλληλοφαγίας τImageν ζῴων ἡμImageς τImageν μέν, ὡς ὁ μImageθός ἐστιν, τὸ παράπαν ἀποστήσασα, τImageν δὲ ὡς τὸ νόμιμον ἐδωδὴν καταστήσασα. Ἵλεω δ᾿ἡμImageν οἱ πρόσθεν εἴησάν τε καί εἰσιν · οἵτινες μὲν γὰρ οImageν ἐλέγομεν, πρImageτοι χαιρέτωσαν· ἡ δ᾿οImageν ἀλφίτων τε καἱ ἀλεύρων ποίησις ἅμα καὶ τροφὴ καλὴ μὲν καὶ ἀγαθή, σοφὸν δὲ ἄνδρα τελέως οὐκ ἐθελήσει ποτὲ ἀπεργάσασθαι · τοImageτο γὰρ αὐτό, ἡ τImageς ποιήσεως ἐπίκλησις, τImageν ποιουμένων αὐτImageν δυσχέρειαν ἀπεργάζοιτ᾿ἄν. Σχεδὸν δ᾿οὐδ᾿ἡ χώρας συμπάσης γεωργία · οὐ γὰρ τέχνῃ ἀλλὰ φύσει κατὰ θεὸν πάντες φαινόμεθα γImageν μετακεχειρίσθαι. Καὶ μὴν οὐδ᾿ἡ τImageν οἰκήσεών τε συνυφὴ καὶ σύμπασα οἰκοδομία καὶ σκευImageν πάντων ἀπεργαστική, χαλκειά τε καὶ ἡ τImageν τεκτονικImageν καὶ πλαστικImageν καὶ πλεκτικImageν καὶ ἔτι συμπάντων ὀργάνων παρασκευή, δήμῳ τὸ πρόσφορον ἔχουσα, ἀλλ᾿οὐκ ἐπ᾿ἀρετImage λεγομένη. Καὶ μὴν οὐδ᾿ἡ σύμπασα θηρευτική, πολλή περ καὶ τεχνικὴ γεγονυImageα, τό γε μεγαλοπρεπές σὺν τImage σοφImage οὐκ ἀποδίδωσιν. Οὐ μὴν οὐδὲ μαντική γε οὐδ᾿ἑρμηνευτικὴ τὸ παράπαν · τὸ λεγόμενον γὰρ οImageδεν μόνον, εἰ δ᾿ἀληθές, οὐκ ἔμαθεν.
Ὅτε δὴ τὴν τImageν ἀναγκαίων ὁρImageμεν κτImageσιν διὰ τέχνης μὲν ἀπεργαζομένην, τούτων δὲ οὐδεμίαν οὐδένα σοφὸν ποιοImageσαν, τό γε μετὰ τοImageτο παιδιά τις ἂν λείποιτο, μιμητικὴ μὲν τὸ πλεImageστον ἀλλ᾿οὐδαμImage σπουδαία. ΠολλοImageς μὲν γὲ ὀργάνοις μιμοImageνται, πολλοImageς δ᾿αὐτImageν τImageν σωμάτων οὐ πάντως εὐσχήμοσι μιμήμασιν, τά τε κατὰ λόγους καὶ μοImageσαν πImageσαν, καὶ ὅσων γραφικὴ μήτηρ, πολλImageν τε καὶ παντοίων ποικιλμάτων ἀποτελουμένων ἐν πολλοImageς ὑγροImageς καὶ ξηροImageς γένεσιν · Imageν σοφὸν οὐδένα εἰς οὐδὲν σπουδImage τImage μεγίστῃ δημιουργοImageντα ἡ μιμητικὴ παρέχεται.
Πάντων δ᾿ἐξειργασμένων τὸ λοιπὸν βοήθεια γίγνοιτ᾿ἂν μυρία μυρίοις, ἡ μὲν μεγίστη τε καὶ εἰς πλεImageστα πολεμικὴ κληθεImageσα, στρατηγικὴ τέχνη, εὐδοκιμωτάτη πρὸς χρείαν, εὐτυχίας πλείστης δεομένη, μImageλλον δὲ ἀνδρείᾳ κατά φImageσιν ἢ σοφία δεδομένη. Ἣν δὲ καλοImageσι μὲν ἰατρικήν, βοήθεια δέ που καὶ αὕτη σχεδὸν ὅσων Imageραι ψύχει καὶ καύματι ἀκαίρῳ καὶ πImageσι τοImageς τοιούτοις ληίζονται τὴν τImageν ζῴων φύσιν. Εὐδόκιμον δὲ οὐδὲν τούτων εἰς σοφίαν τὴν ἀληθεστάτην · ἄμετρα γὰρ δόξαις φορεImageται τοπαζόμενα. Βοήθους δή που καὶ τούς κυϐερνήτας ἅμα καὶ τοὺς ναύτας ἐροImageμεν, καὶ τούτων ἄνδρα σοφὸν μηδένα τις ἡμImageς παραμυθούμενος ἐξ ἁπάντων διαγγελλέτω · οὐ γάρ ἂν εἰδείη τις πνεύματος ὀργὴν οὐδὲ φιλίαν, ὃ προσφιλὲς ἁπάσῃ κυϐερνητικImage. Καί μὴν οὐδ᾿ὅποσοι βοηθοὶ δίκαις ἐν τImage τοImage λέγειν ῥώμῃ φασὶ γίγνεσθαι, μνήμῃ καὶ τριϐImage δόξης ἤθεσιν προσέχοντες τὸν νοImageν, ἀληθείας δὲ τImageν ὄντως δικαίων ἐκτὸς παρεσφαλμένοι. Λοίπη δ᾿ἔτι πρὸς δόξαν σοφίας ἐστίν τις ἄτοπος δύναμις, ἣν φύσιν ἂν οἱ πολλοὶ μImageλλον ἢ σοφίαν ὀνομάσειαν, τότε ὅταν τινά τις συννοImage ῥαδίως μὲν ὅτιπερ ἂν μανθάνῃ μανθάνοντα, μάλα δὲ πολλὰ καὶ ἀσφαλImageς μνημονεύοντα, ὅταν τε τὸ πρόσφορον ἑκάστῳ διαμαημονεύῃ τις ὅτι γιγνόμενον ἂν πρέποι, τοImageτο δὲ ταχὺ ὁρImage · ταImageτα γὰρ ἅπαντα οἱ μὲν φύσιν, οἱ δὲ σοφίαν, οἱ δὲ ἀγχίνοιαν θήσουσιν φύσεως, σοφὸν δὲ ὄντως οὐδένι τούτων οὐδεὶς τImageν ἐμφρόνων ἐθελήσει ποτὲ καλεImageν.

291Toutes les autres choses que l’on appelle sciences, et qui ne rendent pas sage celui qui les apprend et les possède, il faut d’abord les passer en revue, afin de les mettre de côté et d’essayer de mettre en avant celles dont on a besoin et ensuite les étudier. Tout d’abord, parmi les sciences les plus nécessaires au genre humain, considérons que cetaines sont indispensables et en réalité primordiales, mais que celui qui les acquiert, même si au début, il est apparu sage, en fait, il ne paraît pas sage, et il tire davantage de blâme de cette science. Nous dirons quelles sont ces sciences et comment tout homme ou presque, lorsqu’il s’agit de devenir le meilleur possible, les évite pour l’acquisition et l’exercice de la sagesse. Soit d’abord la coutume du cannibalisme, qui régnait entre les animaux : sa réglementation nous a, d’après la légende, détournés de certains mais a établi pour les autres une manière correcte de les consommer. Que les anciens nous soient favorables, comme ils le sont ; et que ceux dont nous parlions à l’instant fassent les premiers leurs adieux ; mais la fabrication de farines d’orge ou de froment, quoiqu’elle produise une nourriture bonne et belle, elle ne suffira pas à faire un homme totalement sage ; car cette notion de fabrication pourrait dégoûter des choses fabriquées. Cultiver toute une région n’y réussira pas mieux : car ce n’est pas par l’art mais par la nature et l’inspiration des dieux, on le voit, que nous exploitons la terre. Et ce n’est pas vrai non plus pour le clayonnage des maisons, la construction tout entière, et la production de tous les ustensiles, le métier de forgeron et la fabrication des outils de maçon, de sculpteur, de tisserand et de tous les autres : ils ont des avantages pour le peuple, mais n’apportent rien à la vertu. De même tout l’art de la chasse, pourtant très perfectionné, ne fournit ni grandeur d’âme ni sagesse. Et pas plus la mantique ou l’herméneutique : elle ne connaît que ce qui est dit, mais s’il y a de la vérité, elle ne l’a pas appris.
Lorsque nous voyons que l’acquisition des biens nécessaires est produite par les métiers, mais qu’aucun d’entre eux ne rend personne sage, il resterait une sorte de jeu, réduit à l’imitation, mais pas du tout sérieux. Car les artistes imitent grâce à de nombreux outils, et grâce à de nombreuses mimiques, pas toujours décentes, de leur corps ; il y a les arts de la parole et toute la musique, il y a ceux qui descendent du dessin, qui consistent en figures de toutes sortes exécutées dans des matières sèches ou humides ; mais aucun artiste n’atteint la sagesse par l’imitation, si grande que soit son application.
Une fois toutes choses achevées, il y aurait encore mille secours pour mille occasions : le plus important et le plus étendu, qu’on appelle art de la guerre, est la stratégie, très prisée pour son utilité, demandant surtout de la réussite, et qui s’intéresse plus au courage qu’à la sagesse. Celui qu’on appelle art de la médecine est aussi un secours contre tout ce que les saisons infligent à la nature du vivant, par le froid, la brûlure intempestive, et tous les maux de ce genre. Mais rien de tout cela n’est réputé pour conduire à la sagesse la plus véritable : car il progresse sans règles en ne s’appuyant que sur des opinions. Des secours aussi, dirons-nous, que les pilotes et les marins, mais qu’on n’essaie pas de nous donner le change en racontant qu’aucun de ceux-là est un sage ; car aucun ne connaîtrait la colère ou la douceur du vent, ce qui est nécessaire pour la navigation. De même pour ceux qui prétendent être une aide dans les procès par la force de leur verbe, qui s’attachent aux mœurs du jour par routine et usage d’opinion, mais qui ne touchent pas la vérité de la justice elle-même.
Reste encore, pour prétendre à la sagesse, un potentiel bizarre, que la plupart nommerait naturel plutôt que sagesse, c’est quand on voit quelqu’un apprendre facilement ce qu’il apprend, retenir avec sûreté beaucoup de choses, quand il se souvient à chaque fois de ce qui est à propos, de ce qu’il faudrait faire et l’exécute rapidement ; tout cela, les uns l’appellent naturel, les autres sagesse, ou encore habileté naturelle, mais personne de sensé n’irait jamais, dans ces situations, appeler réellement un tel homme un sage.

292TC 136. Pline l’Ancien, Histoire naturelle, éd. par G. P. Goold, Loeb 1989, Préface, 26-27

293Me non paenitet nullum festiviorem excogitasse titulum et, ne in totum videar Graecos insectari, ex illis mox velim intellegi pingendi fingendique conditoribus, quos in libellis his invenies absoluta opera et illa quoque, quae mirando non satiamur, pendenti titulo inscripsisse, ut « Apelles faciabat aut Polyclitus », tamquam inchoata semper arte et imperfecta, ut contra judiciorum varietates superesset artifici regressus ad veniam velut emendaturo quicquid desideraretur, si non esset interceptus. Quare plenum verecundiae illius, quod omnia opera tamquam novissima inscripsere et tamquam singulis fato adempti. Tria non amplius, ut opinor, absolute traduntur inscripta « ille fecit », quae suis locis reddam. Quo apparuit summam artis securitatem auctori placuisse, et ob id magna invidia fuere omnia ea.

294Je ne regrette pas de n’avoir pas imaginé un titre plus plaisant ; et pour ne pas attaquer les Grecs en tout, je voudrais voir mes idées comprises comme celles de ces fondateurs de la peinture et de la sculpture ; on verra dans mon ouvrage qu’ils ont inscrit sur des œuvres achevées, et même sur celles dont nous ne nous lassons pas, un titre provisoire, du type « Apelle ou Polyclète faisait », comme si l’art était toujours commencé et inachevé : de la sorte, vis-à-vis des changements du goût, l’artiste gardait la possibilité de revenir comme pour corriger tous les défauts qu’on lui signalerait, sauf à être empêché par la mort. C’est donc un acte plein de réserve, que d’avoir signé toutes leurs œuvres comme si elles étaient les dernières, et comme si le destin les avait arrachés à chacune. On ne rapporte absolument pas plus de trois inscriptions du type « untel a fait », et je les citerai en leur lieu. Il apparut ainsi que l’auteur s’attribuait une confiance totale en son art, et pour cette raison, ses œuvres furent dépréciées de tous.

295TC 137. Pline, N. H., 33, 100

296Ergo et cum aera inaurentur, sublitum bratteis pertinacissime retinet, verum pallore detegit simplices aut praetenues bratteas.

297Ainsi, alors qu’on dore le bronze, une couche de mercure est posée sous la feuille d’or pour la tenir durablement ; mais la pâleur révèle l’unicité ou la minceur éventuelle des feuilles.

298TC 138. Pline, N. H., 34, 1, 6 et 8

299Proxime dicantur aeris metalla, cui et in usu proximum est pretium, immo vero ante argentum ac paene etiam ante aurum Corinthio. (…)
Ex illa autem antiqua gloria Corinthium maxime laudatur. Hoc casus miscuit Corintho, cum caperetur, incensa. (…)
Ejus aeris tria genera: candidum argento nitore quam proxime accedens, in quo illa mixtura praevaluit ; alterum in quo auri fulva natura; tertium in quo aequalis omnium temperies fuit.

300On parlera ensuite des métaux cuivreux, dont l’utilité est la plus courante, et en tout cas, le bronze de Corinthe vient avant l’argent et presque avant l’or. (…). C’est à cause de cette haute antiquité que le bronze de Corinthe est particulièrement apprécié. L’alliage se fit par hasard, lors de l’incendie de Corinthe, qand elle fut prise. (…)
Il y a trois variétés de ce bronze : un blanc, qui s’approche au maximum de l’éclat de l’argent, dans lequel ce métal prédomine ; le deuxième dans lequel on retrouve la nature blonde de l’or ; et un troisième où la proportion est égale pour tous les matériaux.

301TC 139. Pline, N.H., 34, 99

302Aera extersa robiginem celerius trahunt quam neglecta, nisi oleo perunguantur. Servari ea optime in liquida pice tradunt. Usus aeris ad perpetuitatem monimentorum jam pridem tralatus est tabulis aereis, in quibus publicae constitutiones inciduntur.

303Le bronze, lorsqu’il est poli, attire plus rapidement l’oxydation que lorsqu’on le néglige, sauf s’il est badigeonné d’huile. On dit qu’il se conserve parfaitement dans la poix liquide. L’usage du bronze pour des monuments durables est rapporté depuis longtemps, à propos des tables de bronze sur lesquelles sont gravées les lois publiques.

304TC 140. Pline, N.H., 35, 182

305In reliquo usu aeramentis inlinitur firmatque ea contra ignes. Diximus et tingui solitum aes eo statuasque inlini.

306(Le bitume) est utilisé entre autres pour enduire les objets de bronze qu’il protège contre le feu. Nous avons déjà dit qu’il est d’usage d’en teindre le bronze et d’en enduire les statues.

307TC 141. Pline, N.H., 36, 13-14

308Omnes autem candido tantum marmore usi sunt e Paro insula, quem lapidem coepere lychniten appellare, quoniam ad lucernas in cuniculis caederetur, ut auctor est Varro, multis postea candidioribus repertis, nuper vero in Lunension lapicidinis. Sed in Pariorum mirabile proditur, glaeba lapidis unius cuneis dividentium soluta, imagnem Sileni intus exstitisse.

309Tous n’ont utilisé que le marbre blanc de l’île de Paros, qu’on s’est mis à appeler lychnite (pierre de lanterne), parce qu’on le taille pour faire des lanternes posées dans des niches, comme le rapporte Varron, alors même que l’on en a trouvé ensuite de nombreuses variétés plus blanches, ainsi récemment dans les carrières de Luna. Mais on raconte un fait admirable à propos de Paros : d’un bloc de marbre unique, séparé de la carrière par les coins, était sortie l’image d’un Silène qui s’y trouvait.

310TC 142. Pline, N.H., 37, 135

311Sotacus et alia duo genera fecit cerauniae, nigrae rubentisque ; similes eas esse securibus. Ex his quae nigrae sint ac rotundae, sacras esse ; urbes per illas expugnari et classes ; baetulos vocari.

312Sotacus signale encore deux autres sortes de céraunia, une noire et une rouge ; ces pierres sont semblables à des haches. Celles qui sont noires et rondes sont sacrées : grâce à elles, on peut prendre d’assaut des villes et des flottes ; on les appelle bétyles.

313TC 143. Plotin, Ennéades, éd. par P. Henry, H. R. Schwyzer, OCT, 1964-1982, 5, 8, 1

Κειμένων τοίνυν ἀλλήλων ἐγγύς ἔστω δέ, εἰ βούλει, <δύο> λίθων ἐν ὄγκῳ, τοImage μὲν ἀρρυθμίστου καὶ τέχνης ἀμοίρου, τοImage δὲ ἤδη τέχνῃ κεκρατουμένου εἰς ἄγαλμα θεοImage καί τινος ἀνθρώπου, θεοImage μὲν Χάριτος ἤ τινος Μούσης, ἀνθρώπου δὲ μή τινος, ἀλλ᾿ὃν ἐκ πάντων καλImageν πεποίηκεν ἡ τέχνη, φανείη μὲν ἂν ὁ ὐπὸ τImageς τέχνης γεγενημένος εἰς εἴδους κάλλος οὐ παρὰ τοImage εImageναι λίθος (Imageν γὰρ ἂν καὶ ὁ ἕτερος ὁμοίως καλός) ἀλλὰ παρὰ τοImage εἴδους, ὃ ἐνImageκεν ἡ τέχνη. ΤοImageτο μὲν τοίνυν τὸ εImageδος οὐκ εImageχεν ἡ ὕλη, ἀλλ᾿Imageν ἐν τImage ἐννοήσαντι καὶ πρὶν ἐλθεImageν εἰς τὸν λίθον · Imageν δ᾿ ἐν τImage δημιουργῷ οὐ καθ᾿ὅσον ὀφθαλμοὶ ἢ χεImageρες Imageσαν αὐτImage, ἀλλ᾿ὅτι μετεImageχε τImageς τέχνης.

314Soit, si l’on veut, deux masses de pierre posées l’une à côté de l’autre, la première brute et non touchée par l’artiste, l’autre déjà dominée par l’art : on en fera une statue de dieu ou d’homme, – si c’est un dieu de Charis ou d’une Muse, si c’est un homme, non pas un homme quelconque, mais celui que l’art aura fait de toutes les beautés ; il apparaîtrait bien que la beauté née de l’art ne vient pas de son espèce, du fait qu’elle est une pierre, (car alors l’autre serait tout aussi belle), mais de ce que l’art y a introduit. Car la matière ne possédait pas cette forme, qui était dans la pensée avant de venir dans la pierre : elle se trouvait chez le créateur, non pas dans la mesure où il avait des yeux ou des mains, mais parce qu’il participait à l’art.

315TC 144. Plutarque, Vie de Solon, éd. par R. Flaceliere, E. Chambry, M. Juneaux, CUF, Paris, 1961, 22, 1

ὉρImageν δὲ τὸ μὲν ἄστυ πιμπλάμενον ἀνθρώπων ἀεὶ συρρεόντων παντάχοθεν ἐπ᾿ἀδείας εἰς τὴν ᾿Αττικὴν, τὰ δὲ πλεImageστα τImageς χώρας ἀγεννImage καὶ φαImageλα, τοὺς δὲ χρωμένους τImage θαλάττῃ μηδὲν εἰωθότας εἰσάγειν τοImageς μηδὲν ἔχουσιν ἀντιδοImageναι, πρὸς τὰς τέχνας ἔτρεψε τοὺς πολίτας, καὶ νόμον ἔγραψεν υἱImage τρέφειν τὸν πατέρα μὴ διδαξάμενον τέχνην ἐπάναγκες μὴ εImageναι.

316Voyant que la ville se remplissait sans cesse d’hommes qui confluaient de toute part vers l’Attique pour y trouver la liberté, la plupart sans noblesse ni dignité, et que ceux qui vivaient de la mer n’avaient pas l’habitude d’apporter de quoi compenser ceux qui n’avaient rien, il poussa les citoyens à se tourner vers les arts, et fit une loi selon laquelle le fils n’était pas obligé de s’occuper du père qui ne lui avait pas fait apprendre un métier.

317TC 145. Plut., Solon, 24, 2

Παρέχει δ᾿ἀπορίαν καὶ ὁ τImageν δημοποιήτων νόμος, ὅτι γενέσθαι πολίταις οὐ δίδωσι πλὴν τοImageς φεύγουσιν ἀειφυγίᾳ τὴν ἑαυτImageν ἢ πανεστίοις ᾿Αθήναζε μετοικιζομένοις ἐπὶ τέχνῃ. ΤοImageτο δὲ ποιImageσαί φασιν αὐτὸν οὐχ οὕτως ἀπελαύνοντα τοὺς ἄλλους ὡς κατακαλούμενον ᾿Αθήναζε τούτους ἐπὶ βεϐαίῳ τImage μεθέξειν τImageς πολιτείας, καὶ ἅμα πιστοὺς νομίζοντα τοὺς μὲν ἀποϐεϐληκότας τὴν ἑαυτImageν διὰ τὴν ἀνάγκην, τοὺς δ᾿ἀπολελοιπότας διὰ τὴν γνώμην.

318La loi de naturalisation comporte une impossibilité, parce qu’elle n’accorde la citoyenneté qu’aux exilés à vie ou à ceux qui se sont installés à Athènes avec toute leur famille pour exercer un métier. On dit qu’il a fait cela non pas tant pour chasser les autres que pour attirer à Athènes ceux qui pouvaient participer fermement à la vie politique d’Athènes ; en même temps, il considérait comme loyaux et ceux que la nécessité avait chassés de chez eux, et ceux que leur réputation y avait laissés.

319TC 146. Plutarque, Comment distinguer le flatteur de l’ami, éd. Par R. Klaerr, A. Philippon, J. Sirinelli, CUF, Paris, 1989, 15

Ἔτι τοίνυν ὥσπερ ἔνιοι τὴν ζωγραφίαν σιωπImageσαν ἀπεφήναντο ποιητικήν, οὕτως ἔστι τις κολακείας σιωπώσης ἔπαινος.

320Et encore, de même que certains ont qualifié la peinture de poésie muette, ainsi quand la flatterie se tait, c’est un éloge.

321TC 147. Plutarque, La Gloire des Athéniens, éd. par F. Frazier, Ch. Froidefond, CUF, Paris, 1990, 364f

Πλὴν ὁ Σιμωνίδης τὴν μὲν ζωγραφίαν ποίησιν σιωπImageσαν προσαγορεύει, τὴν δὲ ποίησιν ζωγραφίαν λαλοImageσαν. Ἃς γὰρ οἱ ζωγράφοι πράξεις ὡς γινομένας δεικνύουσιν, ταύτας οἱ λόγοι γεγενημένας διηγοImageνται καὶ συγγράφουσιν. Εἰ δ᾿οἱ μὲν χρώμασι καὶ σχήμασιν, οἱ δ᾿ὀνόμασι καὶ λέξεσι ταὐτὰ δηλοImageσιν, ὕλῃ καὶ τρόποις μιμήσεως διαφέρουσι, τέλος δ᾿ἀμφοτέροις ἕν ὑπόκειται, καἱ τImageν ἱστορικImageν κράτιστος ὁ τὴν διήγησιν ὥσπερ γράφην πάθεσι καὶ προσώποις εἰδωλοποιήσας.

322À moins que Simonide ne qualifie la peinture de poésie muette, et la poésie de peinture parlante. Car les actions que les peintures montrent en train de se faire, les discours les racontent et les décrivent une fois faites ; si les uns montrent les mêmes faits par des couleurs et des attitudes, les autres par des noms et des mots, ils diffèrent par le matériau et par le mode de l’imitation, mais les deux groupes ont un même but, et le meilleur des historiens est celui qui anime le récit comme une peinture par des passions et des figures.

323TC 148. Plut., fg 158 (= Eusèbe, Praep. Ev., III, 8, 1) dans Plutarque, Fragments, éd. par F. C. Babitt, Coll. Loeb, Londres, 1971

Λέγει δ᾿ οImageν Πλούταρχος Imageδε πImage κατὰ λέξιν · « Ἡ δὲ τ Imageν ξοάνων ποίησις ἀρχαImageον ἔοικεν εImageναί τι καὶ παλαιόν, εἴγε ξύλινον μὲν Imageν πρImageτον εἰς ΔImageλον ὑπὸ Ἐρυσίχθονος ᾿Απόλλωνι πεμφθὲν ἐπὶ τImageν θεωριImageν ἄγαλμα, ξύλινον δὲ τὸ τImageς Πολιάδος ὑπὸ τImageν αὐτοχθόνων ἱδρυθέν, ὃ μέχρι νImageν οἱ ἈθηναImageοι διαφυλάττουσιν. Ἥρας δὲ καὶ Σάμιοι ξύλινον εImageχον ἕδος, ὥς φησι Καλλίμαχος,

Οὔπω Σκέλμιον ἔργον ἐύξοον, ἀλλ᾿ ἐπὶ τεθμὸν
δηναιὸν γλυφάνων ἄξοος Imageσθα σανίς.
Imageδε γὰρ ἱδρύοντο θεοὺς τότε · καὶ γὰρ ᾿Αθήνης
ἐν Λίνδῳ Δαναὸς λιτὸν ἔθηκεν ἕδος.
Λέγεται δὲ Πείρας ὁ πρImageτος ᾿Αργολίδος Ἥρας ἱερὸν εἰσάμενος τὴν ἑαυτοImage θυγατέρα Καλλίθυιαν ἱέρειαν καταστήσας, ἐκ τImageν περὶ Τίρυνθα δένδρων ὄγχνην τεμὰν εὐκτέανον, Ἥρας ἄγαλμα μορφImageσαι. Πέτραν μὲν γὰρ εἰς θεοImage κόπτειν εἰκόνα σκληρὰν καὶ δύσεργον καὶ ἄψυχον οὐκ ἐϐούλοντο, χρυσὸν δὲ καὶ ἄργυρον ἡγοImageντο γImageς ἀκάρπου καὶ διεφθαρμένης χρώματα νοσώδη καὶ κηλImageδας ἐξανθεImageν ὥσπερ μώλωπας ὐπὸ πυρὸς ῥαπισθείσης · ἐλέφαντι δὲ παίζοντες μὲν οὐκ ἔσθ᾿ὅπου προσεχρImageντο ποικίλματι γλυφImageς.

324Plutarque parle donc ainsi mot à mot : « La création des xoanons paraît une chose ancienne, soit que la première statue de bois ait été envoyée à l’Apollon de Délos par Érysichthon lors des théories, soit qu’ait été installée par les autochthones la statue de la Poliade que les Athéniens conservent jusqu’à maintenant. Les Samiens avait aussi une statue de bois d’Héra, comme le dit Callimaque :
« Tu n’étais pas encore l’ouvrage poli de Skelmis, mais une planche brute de burin sur un socle ancien. Ainsi installait-on les dieux alors : à Lindos aussi, Danaos plaça une statue modeste pour Athéna. »
On raconte que Peiras, le premier à fonder un sanctuaire pour l’Héra argienne, et qui avait institué sa propre fille Callithyia comme prêtresse, coupa parmi les arbres de Tirynthe un poirier au bois tendre pour en faire une statue d’Héra. Car ils ne voulaient pas, pour faire une effigie de dieu, tailler la pierre dure, difficile à travailler et sans vie, et considéraient l’or et l’argent comme des couleurs maladives de la terre inféconde et corrompue, et comme des taches qui poussaient comme des cals quand le feu la frappait ; quant à l’ivoire, ils n’avaient pas de possibilité de l’utiliser, même en jouant, pour décorer leurs sculptures.

325TC 149. Posidippe de Pella, Épigrammes, éd. par C. Austin et G. Bastianini, Milan, 2002, 62

Μιμήσασθε τάδ᾿ἔργα, πολυχρονίους δὲ κολοσσImageν,
Image ζωιοπλάσται, ναί, παραθεῖτε νόμους ·
εἴγε μὲν ἀρχαImageαι [...]πα χέρες, ἢ ῾Αγελάϊδης
ὁ πρὸ Πολύκλειτον πάγχυ παλαιοτέχνης,
ἢ οἱ † Διδυμίδου † σκληροὶ τύποι εἰς πέδον Imageλθον,
Λυσίππου νεάρ᾿Imageν οὐδεμία πρόφασις
δεImageρο παρεκτεImageναι βασάνου χάριν · εImageτα δ᾿ἐὰν χρImage
καὶ πίπτῃ Imageθλος καινοτεχνέων πέρας Imageν.

326Imitez ces ouvrages, modeleurs d’animaux, oui, surpassez les lois ancestrales des colosses ! Si les œuvres primitives d’Onatas ( ?), ou d’Hagéladas, l’artiste bien antérieur à Polyclète, ou les modèles raides de Calamis ( ?) occupaient le terrain, il n’y aurait pas de raison d’exposer ici les œuvres nouvelles de Lysippe pour les comparer ; s’il le faut et si le concours des artistes nouveaux a lieu, il est au-dessus de tous.

327TC 150. Proclus, Commentaire au Timée de Platon, II, éd. par A. J. Festugiere, Paris, 1967, II, 100a

ΠρImageτοι τεκτονόχειρες οἳ Ἥφαιστον καὶ ᾿ΑθηνImageν δαίδαλα πάντ᾿ἐδίδαξαν.

328(Les Cyclopes) furent les premiers artisans, qui enseignèrent à Héphaistos et à Athéna toutes les subtilités de l’art.

329TC 151. Solon, Élégies, fg 1, 49-52 dans : Solon, Fragments de l’œuvre poétique, éd. par M. Fantuzzi, Milan, 2001

Ἄλλος ᾿Αθηναίης τε καὶ ῾Ηφαίστου πολυτέχνεω
ἔργα δαεὶς χειροImageν ξυλλέγεται βιότον
ἄλλος ᾿Ολυμπιάδων Μουσείων πάρα δImageρα διδαχθεὶς
ἱμερτImageς σοφίης μέτρον ἐπιστάμενος.

330L’un, qui connaît les œuvres d’Athéna et d’Héphaistos l’industrieux, tire sa subsistance de ses mains ; l’autre, qui a étudié les dons des Muses olympiennes, sait la mesure de la sagesse désirée.

331TC 152. La Souda éd. par A. Adler, Teubner, Leipzig, 1928-1938 [1967-1971], s. v. ϕελλέα

Τὰ πετρώδη καὶ αἰγίϐοτα χωρία, ὡς ἸσαImageος. Καὶ Φελλεύς σκλImageρος ποσImageς καὶ πετρώδης τόπος (...) Φελλεὺς τόπος τImageς ἈττικImageς οὕτω καλούμενος τράχυς. Αἱ δὲ αImageγες πρὸς τὰ τραχύτερα καὶ ὀρεινότερα διάγουσιν. ᾿Απὸ τούτου δὲ φελλέτας λέγουσι ΔωριεImageς τοὺς κιρσώδεις λίθους.

332Phelléas : D’après Isée, ce sont des terrains rocheux, bons pour les chèvres. Phelleus est aussi un lieu plutôt sec et rocheux. (…) Phelleus est un endroit de l’Attique, ainsi appelé parce qu’il est abrupt. Les chèvres fréquentent les lieux abrupts et montagneux. De là vient le nom de phellétas que les Doriens donnent aux pierres jaunâtres.

333TC 153. Souda, s. v. χαλκεῖα

Ἑορτὴν παρ᾿ ᾿Αθηναίοις ἀγομένη ΠυανεψιImageνος ἕνῃ καὶ νέᾳ, χειρώναξι κοινή, μάλιστα δὲ χαλκεImageσιν, ὥς φησιν ᾿Απολλώνιος. Φανόδημος δέ φησιν οὐκ ᾿ΑθηνImage ἄγεσθαι τὴν ἑορτήν, ἀλλ᾿ ῾Ηφαίστῳ.

334Chalkéia : Fête célébrée à Athènes à la nouvelle lune de Pyanepsion, commune aux artisans, surtout aux forgerons, comme le dit Apollonios. Phanodémos dit que la fête n’est pas célébrée en l’honneur d’Athéna, mais pour Héphaistos.

335TC 154. Strabon, Géographie, éd. par G. Aujac et al., CUF, Paris, 1966-1989, VIII, 6, 23

Πόλυβιος δὲ τὰ συμϐάντα περὶ τὴν ἅλωσιν ἐν οἴκτου μέρει λέγων προστίθησι καὶ τὴν στρατιωτικικὴν ὀλιγωρίαν τὴν περὶ τὰ τImageν τεχνImageν ἔργα καὶ ἀναθήματα. Φησὶ γὰρ ἰδεImageν παρὼν ἐρριμένους πίνακας ἐπ᾿ἐδάφους, πεττεύοντας δὲ στρατιώτας ἐπὶ τούτων. ᾿Ονομάζει δ᾿αὐτImageν ᾿Αριστείδου γραφὴν τοImage Διονύσου, ἐφ᾿οImage τινες εἰρImageσθαί φασι τὸ « οὐδὲν πρὸς τὸν Διόνυσον », καὶ τὸν ῾Ηρακλέα τὸν καταπονούμενον τImage τImageς Δειανείρας χιτImageνι. (...) Σχεδὸν δέ τι καὶ τImageν ἄλλων ἀναθημάτων τImageν ἐν ῾Ρώμῃ τὰ πλεImageστα καὶ ἄριστα ἐντεImageθεν ἀφImageχθαι · τινὰ δὲ καὶ αἱ κύκλῳ τImageς ῾Ρώμης πόλεις ἔσχον. (...) Πολὺν δὲ χρόνον ἐρήμη μεινImageσα ἡ Κόρινθος, ἀνελήφθη πάλιν ὐπὸ Καίσαρος τοImage ΘεοImage διὰ τὴν εὐφυΐαν, ἐποίκους πέμψαντος τοImage ἀπελευθερικοImage γένους πλείστους · οἳ τὰ ἐρείπια κινοImageντες καὶ τοὺς τάφους συνανασκάπτοντες εὕρισκον ὀστρακίνων τορευμάτων πλήθη, πολλὰ δὲ καὶ χαλκώματα · θαυμάζοντες δὲ τὴν κατασκεύην, οὐδένα τάφον ἀσκευώρητον εἴασαν, ὥστε εὐπορήσαντες τImageν τοιούτων καὶ διατιθέμενοι πολλοImage Νεκροκορινθίων ἐπλήρωσαν τὴν ῾Ρώμην · οὕτω γὰρ ἐκάλουν τὰ ἐκ τImageν τάφων ληφθέντα, καὶ μάλιστα τὰ ὀστράκινα. Κατ᾿ἀρχὰς μὲν οImageν ἐτιμήθη σφόδρα ὁμοίως τοImageς χαλκώμασι τοImageς κορινθιουργέσιν, εImageτ᾿ἐπαύσαντο τImageς σπουδImageς, ἐκλιπόντων τImageν ὀστράκων καὶ οὐδὲ κατορθουμένων τImageν πλείστων.

336Polybe, qui raconte les événements de la prise (de Corinthe) en larmoyant, ajoute que les soldats étaient indifférents aux œuvres d’art et aux offrandes. Il dit qu’il a vu lui-même des tableaux jetés au sol, et sur lesquels les soldats jouaient aux dés. Il cite parmi eux le Dionysos peint par Aristide, auquel, selon certains, s’appliquerait l’expression « Rien à voir avec Dionysos », et l’Héraclès torturé par la tunique de Déjanire. (…) On peut dire que la plupart de œuvres d’art qui sont à Rome, et les plus belles, proviennent de Corinthe : les villes autour de Rome en possèdent quelques-unes. (…) Corinthe resta déserte longtemps, avant d’être relevée par le divin César à cause de ses avantages naturels ; il y installa des colons, pour la plupart des affranchis ; ceux-ci déblayèrent les ruines, retournèrent les tombes et découvrirent ainsi nombre d’os ciselés et nombre de bronzes. Ils en admirèrent la façon, et ne laissèrent aucun tombeau inexploré, si bien qu’ils eurent bientôt une foule de ces bibelots qu’ils vendaient très cher. Ils remplirent Rome de Nécrocorinthia, comme on appelait ces dépouilles de tombeaux, surtout les terres cuites. Au début, celles-ci valaient autant que les bronzes de technique corinthienne, mais le goût en passa lorsqu’elles vinrent à manquer et que leur qualité générale baissa.

337TC 155. Strabon, X, 3, 7

Τοσαύτη δ᾿ἐστὶν ἐν τοImageς λόγοις τούτοις ποικιλία, τImageν μὲν τοὺς αὐτοὺς τοImageς ΚουρImageσι τοὺς Κορύϐαντας καὶ Καϐείρους καὶ ᾿Ιδαίους Δακτύλους καὶ ΤελχImageνας ἀποφαινόντων, τImageν δὲ συγγενεImageς ἀλλήλων, καὶ μικράς τινας αὐτImageν πρὸς ἀλλήλων διαφόρας διαστελλομένων, ὡς δὲ τύπῳ εἰπεImageν καὶ κατὰ τὸ πλέον, ἅπαντας ἐνθουσιαστικούς τινας καὶ βακχικοὺς καὶ ἐνοπλίῳ κινήσει μετὰ θορύϐου καὶ ψόφου καὶ κυμϐάλων καὶ τυμπάνων καὶ ὅπλων, ἔτι δ᾿αὐλοImage καὶ βοImageς ἐκπλήττοντας κατὰ τὰς ἱερουργίας ἐν σχήματι διακόνων, ὥστε καὶ τὰ ἱερὰ τρόπον τινὰ κοινοποιεImageσθαι τε καὶ τImageν Σαμοθρᾴκων καὶ τὰ ἐν Λήμνῳ καὶ ἄλλα πλείω διὰ τὸ τοὺς προπόλους λέγεσθαι πρὸς αὐτούς.

338Il y a dans ces discours une grande variété : pour certains sont identiques aux Courètes les Corybantes, les Cabires, les Dactyles de l’Ida et les Telchines, pour d’autres ils sont parents les uns des autres et présentent de légères différences entre eux. Pour le dire en gros et dans l’ensemble, tous sont des personnages inspirés et bacchiques, qui se déchaînent tout armés et déguisés en prêtres, pendant les cérémonies, en agitant bruyamment leurs cymbales, leurs tympanons et leurs armes, au son de l’aulos et des cris. De la sorte, ils unissent d’une certaine façon les mystères de Samothrace, ceux de Lemnos et d’autres encore par le fait que leurs desservants sont nommés d’après eux.

339TC 156. Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, éd. par J. de Romilly, CUF, Paris, 1968-1973, I, 134-5

Ὁ δὲ θεὸς ἐν ΔελφοImageς τόν τε τάφον ὕστερον ἔχρησε τοImageς Λακεδαιμονίοις μετενεγκεImageν οImageπερ ἀπέθανε καὶ ἄγος αὐτοImageς ὂν τὸ πεπραγμένον δύο σώματα ἀνθ᾿ἑνὸς τImage Χαλκιοίκῳ ἀποδοImageναι. Οἱ δὲ ποιησάμενοι χαλκοImageς ἀνδρίαντας δύο ὡς ἀντὶ Παυσανίου ἀνέθεσαν.

340Le dieu de Delphes rendit ensuite un oracle, enjoignant aux Lacédémoniens de lui faire un tombeau là où il avait péri et, en compensation de ce qu’ils avaient fait, de donner deux corps pour un à la Chalkioicos. Ils firent faire alors deux statues de bronze qu’ils consacrèrent pour remplacer Pausanias.

341TC 157. Vitruve, de l’Architecture, éd. par G. P. Goold, Loeb, 1996, 1, 1, 3

342Neque enim ingenium sine disciplina ut disciplina sine ingenio perfectum artificem potest efficere. Et ut litteratus sit, peritus graphidos, eruditus geometria, historias complures noverit, philosophos diligenter audierit, musicam scierit, medicinae non sit ignarus, responsa jurisconsultorum noverit, astrologiam caelique rationes cognitas habeat.

343Ni les dispositions sans étude, ni l’étude sans dispositions ne peuvent produire un artiste achevé. Il doit être lettré, expert en dessin, connaisseur en géométrie, connaître plusieurs historiens, écouter soigneusement les philosophes, savoir la musique, ne pas ignorer la médecine, connaître les avis des jurisconsultes, et avoir des notions d’astrologie et des règles célestes.

344TC 158. Vitruve, 7, 9, 3-4

345At, si qui subtilior fuerit et voluerit expolitionem miniaciam suum colorem retinere, cum paries expolitus et aridus est, ceram punicam igni liquefactam paulo oleo temperatam saeta inducat ; deinde postea carbonibus in ferreo vase compositis eam ceram a primo cum pariete calfaciundo sudare cogat fiatque, ut peraequetur ; deinde tunc candela linteisque puris subigat, uti signa marmorea nuda curantur (haec autem ganosis graece dicitur) : ita obstans cerae punicae lorica non patitur nec lunae splendorem nec solis radios lambendo eripere his politionibus colorem.

346Si l’on est plus délicat et qu’on veut garder à la surface vermillon son éclat, une fois que la paroi est lissée et sèche, on y posera avec une brosse de la cire punique fondue au feu et mêlée à un peu d’huile ; ensuite on mettra des charbons dans un vase en fer et on fera chauffer la paroi pour que la cire fonde et s’étale également ; ensuite, on la frottera avec une corde et des linges propres, comme on fait pour entretenir les nus en marbre (c’est ce que les Grecs appellent ganosis) : ainsi cette cuirasse de cire punique ne laisse ni l’éclat de la lune ni les rayons du soleil enlever leur couleur à ces surfaces, même s’ils les caressent.

347TC 159. Xénophon, Anabase, éd. par P. Masqueray, CUF, Paris, 1970, IV, 4, 16

Πορευθεὶς δὲ τὰ μὲν πυρὰ οὐκ ἔφη ἰδεImageν, ἄνδρα δὲ συλλαϐὼν Imageκεν ἄγων ἔχοντα τόξον περσικὸν καὶ φαρέτραν καὶ σάγαριν οἵανπερ καὶ αἱ ᾿Αμάζονες ἔχουσιν.

348Il dit qu’il n’a pas vu les feux en route, mais qu’il arriva en menant un prisonnier qui portait un arc perse, un carquois et une sagaris comme celle que portent les Amazones.

349TC 160. Xen., Anabase, V, 3, 12

Ὁ δὲ ναὸς ὡς μικρὸς μεγάλῳ τImage ἐν ᾿Εφέσῳ εἴκασται, καὶ τὸ ξόανον ἔοικεν ὡς κυπαρίττινον χρυσImage ὄντι τImage ἐν ᾿Εφέσῳ.

350Le temple est fait en plus petit à l’image du grand temple d’Éphèse, et le xoanon en cyprès ressemble au xoanon en or qui se trouve à Éphèse.

351TC 161. Xénophon, Mémorables, éd. par M. Bandini, L. A. Dorion, CUF, Paris, 2000 sq., ΙΙ, 7, 1-10

Ἀρίσταρχον γάρ ποτε ὁρImageν σκυθρωπImageς ἔχοντα · — Ἔοικας, ἔφη, Image ᾿Αρίσταρχε, βαρέως φέρειν τι. Χρὴ δὲ τοImage βάρους τοImageς φίλοις μεταδιδόναι · ἴσως ἄν τί σε καὶ ἡμεImageς κουφίσαιμεν. Καὶ δ᾿ ᾿Αρίσταρχος · — Ἀλλὰ μήν, ἔφη, Image Σώκρατες, ἐν πολλImage γέ εἰμι ἀπορίᾳ. Ἐπεὶ γὰρ ἐστασίασεν ἡ πόλις, πολλImageν φυγόντων εἰς τὸν ΠειραιImage, συνεληλύθασιν ὡς ἐμὲ καταλελειμμέναι ἀδελφαί τε καὶ ἀδελφιδαImage καὶ ἀνεψιαὶ τοσαImageται, ὡστ̓᾿ εImageναι ἐν τImage οἰκίᾳ τέτταρας καὶ δέκα τοὺς ἐλευθέρους. Λαμϐάνομεν δὲ οὔτε ἐκ τImageς γImageς οὐδέν · οἱ γὰρ ἐναντίοι κρατοImageσιν αὐτImageς · οὔτ᾿ἀπὸ τImageν οἰκιImageν · ὀλιγανθρωπία γὰρ ἐν τImage ἄστει γέγονε. Τὰ ἔπιπλα δὲ οὐδεὶς ὠνεImageται οὐδὲ δανείσασθαι οὐδαμόθεν ἔστιν ἀργύριον, ἀλλὰ πρότερον ἄν τίς μοι δοκεImage ἐν τImage ὁδImage ζητImageν εὑρεImageν ἢ δανειζόμενος λαϐεImageν. Χαλεπὸν μὲν οImageν ἐστιν, Image Σώκρατες, τοὺς οἰκείους περιορImageν ἀπολλυμένους, ἀδύνατοι δὲ τοσούτους τρέφειν ἐν τοιούτοις πράγμασιν.
Ἀκούσας οImageν ταImageτα ὁ Σωκράτης · — Τί ποτέ ἐστιν, ἔφη, ὅτι Κεράμων μὲν πολλοὺς τρέφων οὐ μόνον ἑαυτImage τε καὶ τούτοις τἀπιτήδεια δύναται παρέχειν, ἀλλὰ καὶ περιποιεImageται τοσαImageτα, ὥστε καὶ πλουτεImageν, σὺ δὲ πολλοὺς τρέφων δέδοικας, μὴ δι᾿ἔνδειαν τImageν ἐπτηδείων ἅπαντες ἀπόλησθε ; — Ὅτι νὴ Δι᾿ἔφη, ὁ μὲν δούλους τρέφει, ἐγὼ δ᾿ἐλευθέρους. — Καὶ πότερον, ἔφη, τοὺς παρὰ σοὶ ἐλευθέρους οἴει βελτίους εImageναι ἢ τοὺς παρὰ ΚεραμImageνι δούλους ; — Ἐγὼ μὲν οImageμαι, ἔφη, τοὺς παρ᾿ἐμοὶ ἐλευθέρους. – ΟὐκοImageν, ἔφη, αἰσχρὸν τὸν μὲν ἀπὸ τImageν πονηροτέρων εὐπορεImageν, σὲ δε πολλImage βελτίους ἔχοντα ἐν ἀπορίᾳ εImageναι ; – Νὴ Δι᾿, ἔφη · ὁ μὲν γὰρ τεχνίτας τρέφει, ἐγὼ δ᾿ἐλευθερίως πεπαιδευμένους. – Imageρ᾿οImageν, ἔφη, τεχνImageταί εἰσιν οἰ χρήσιμόν τι ποιεImageν ἐπιστάμενοι ; — Μάλιστά γ᾿, ἔφη.

— ΟὐκοImageν χρήσιμά γ᾿ἄλφιτα ; – Σφόδρα γε. — Τί δ᾿ἄρτοι ; – Οὐδὲν Imageττον. — Τί γάρ ; ἔφη, ἱμάτιά τε ἀνδρεImageα καὶ γυναικεImageα καὶ χιτωνίσκοι καὶ χλαμύδες καὶ ἐξωμίδες ; — Σφόδρα γ᾿, ἔφη, καὶ πάντα ταImageτα χρήσιμα. — Ἔπειτα, ἕφη, οἱ παρὰ σοὶ τούτων οὐδὲν ἐπίστανται ποιεImageν ; – Πάντα μὲν οImageν, ὡς ἐγImageμαι. — ΕImageτ᾿οὐκ οImageσθ᾿, ὅτι ἀφ᾿ἑνὸς μὲν τούτων, ἀλφιτοποιίας, Ναυσικύδης οὐ μόνον ἑαυτόν τε καὶ τοὺς οἰκείους τρέφει, ἀλλὰ πρὸς τούτοις καὶ Imageς πολλὰς καὶ βοImageς, καὶ περιποιεImageται τοσαImageτα, ὥστε καὶ τImage πόλει πολλάκις λειτουργεImageν, ἀπὸ δὲ ἀρτοποιίας Κύρηϐος τήν τε οἰκίαν πImageσαν διατρέφει καὶ ζImage δαψιλImageς, Δήμεας δ᾿ὁ Κολλυτεὺς ἀπὸ χλαμυδουργίας, Μένων δ᾿ἀπὸ χλανιδοποιίας, Μεγαρέων δ᾿οἱ πλεImageστοι ἀπὸ ἐξωμιδοποιίας διατρέφονται ; — Νὴ Δι᾿, ἔφη · οImageτοι μὲν γὰρ ὠνούμενοι βαρϐάρους ἀνθρώπους ἔχουσιν, ὥστ᾿ἀναγκάζειν ἐργάζεσθαι ἃ καλImageς ἔχει · ἐγὼ δ᾿ἐλευθέρους τε καὶ συγγενεImageς.
— Ἔπειτ, ἔφη, ὅτι ἐλεύθεροί τ᾿εἰσὶ καὶ συγγενεImageς σοι, οἴει χρImageναι αὐτοὺς μηδὲν ἄλλο ποιεImageν ἢ ἐσθίειν καὶ καθεύδειν ; Πότερον καὶ τImageν ἄλλων ἐλευθέρων τοὺς οὕτω ζImageντας ἄμεινον διάγοντας ὁρImageς καὶ μImageλλον εὐδαιμονίζεις ἢ τοὺς ἃ ἐπίστανται χρήσιμα πρὸς τὸν βίον τούτων ἐπιμελομένους ; Ἢ τὴν μὲν ἀργίαν καὶ τὴν ἀμέλειαν αἰσθάνῃ τοImageς ἀνθρώποις πρός τε τὸ μαθεImageν ἃ προσήκει ἐπίστασθαι καὶ πρὸς τὸ μνημονεύειν ἃ ἂν μάθωσι καὶ πρὸς τὸ ὑγιαίνειν τε καὶ ἰσχύειν τοImageς σώμασι καὶ πρὸς τὸ κτήσασθαί τε καὶ σώζειν τὰ χρήσιμα πρὸς τὸν βίον ὠφελίμα ὄντα, τὴν δ᾿ἐργασίαν καὶ τὴν ἐπιμέλειαν οὐδὲν χρήσιμα ; Ἔμαθον δὲ ἃ φImageς αὐτὰς ἐπίστασθαι πότερον ὡς οὔτε ὄντα πρὸς τὸν βίον οὔτε ποιήσουσαι αὐτImageν οὐδὲν ἢ τοὐναντίον ὡς καὶ ἐπιμελησόμεναι τούτων καὶ ὠφεληθησόμεναι ἀπ᾿αὐτImageν ; Ποτέρως γὰρ ἂν μImageλλον ἄνθρωποι σωφρονοImageεν, ἀργοImageντες ἢ τImageν χρησίμων ἐπιμελόμενοι ; Ποτέρως δ᾿ἂν δικαιότεροι εImageεν, εἰ ἐργάζοιντο ἢ εἰ ἀργοImageντες βουλεύοιντο περὶ τImageν ἐπιτηδείων ;
᾿Αλλὰ καὶ νImageν μέν, ὡς ἐγImageμαι, οὔτε σὺ ἐκείνας φιλεImageς οὔτ᾿ἐκεImageναι σέ, σὺ μὲν ἡγούμενος αὐτὰς ἐπιζημίους εImageναι σεαυτImage, ἐκεImageναι δὲ σὲ ὁρImageσαι ἀχθόμενον ἐφ᾿ἑαυταImageς. Ἐκ δὲ τούτων κίνδυνος μείζω τε απέχθειαν γίγνεσθαι καὶ τὴν προγεγονυImageαν χάριν μειοImageσθαι. ᾿Εὰν δὲ προστατήσῃς, ὅπως ἐνεργοὶ Imageσι, σὺ μὲν ἐκείνας φιλήσεις ὁρImageν ὠφελίμουν σεαυτImage οὔσας, ἐκεImageναι δὲ σὲ ἀγαπήσουσιν αἰσθόμεναι χαίροντα αὐταImageς, τImageν δὲ προγεγονυιImageν εὐεργησιImageν ἥδιον μεμνήμενοι τὴν ἀπ᾿ ἐκείνων χάριν αὐξήσετε καὶ ἐκ τούτων φιλικώτερόν τε καὶ οἰκειότερον ἀλλήλοις ἕξετε. Εἰ μὲν τοίνυν αἰσχρόν τι ἔμελλον ἐργάσεσθαι, θάνατον ἀντ᾿αὐτοImage προαιρετέον Imageν · νImageν δὲ ἃ μὲν δοκεImage κάλλιστα καὶ πρεπωδέστατα γυναιξὶν εImageναι ἐπίστανται, ὡς ἔοικε. Πάντες δὲ ἃ ἐπίστανται ῥImageστά τε καὶ τάχιστα καὶ κάλλιστα καὶ ἥδιστα ἐργάζονται. Μὴ οImageν ὅκνει, ἔφη, ταImageτα εἰσηγεImageσθαι αὐταImageς, ἂ σοί τε λυσιτελήσει κἀκείναις, καί, ὡς εἰκός, ἡδέως ὐπακούσονται. — ᾿Αλλὰ νὴ τοὺς θεούς, ἕφη ὁ ᾿Αρίσταρχος, οὕτως μοι δοκεImageς καλImageς λέγειν, Image Σώκρατες, ὥστε πρόσθεν μὲν οὐ προσιέμην δανείσασθαι εἰδώς, ὅτι ἀναλώσας ὃ ἂν λαϐὼν οὐχ ἕξω ἀποδοImageναι, νImageν δέ μοι δοκImage εἰσέργων ἀφορμὴν ὑπομενεImageν αὐτὸ ποιImageσαι. »
Ἐκ τούτων δὲ ἐπορίσθη μὲν ἀφορμή, ἐωνήθη δὲ ἔρια, καὶ ἐργαζόμεναι μὲν ἠρίστων, ἐργασάμεναι δὲ ἐδείπνουν, ἰλαραὶ δὲ ἀντὶ σκυθρώπων Imageσαν καὶ ἀντὶ ὐφορωμένων ἑαυτοὺς ἡδέως ἀλλήλους ἑώρων, καὶ αἱ μὲν ὡς κηδεμόνα ἐφίλουν, ὁ δὲ ὡς ὠφελίμους ἠγάπα. Τέλος δὲ ἐλθὼν πρὸς τὸν Σωκράτην χαίρων διηγεImageτο ταImageτά τε καὶ ὅτι αἰτιImageνται μόνον τImageν ἐν τImage οἰκίᾳ ἀργὸν ἐσθίειν.

352Un jour qu’il voyait Aristarque avec un air maussade, il lui dit : « Tu as l’air d’avoir un souci, Aristarque. Tu dois partager ce souci avec tes amis : peut-être pourrions-nous t’aider à l’alléger.

353Alors Aristarque : – C’est que je suis dans un grand embarras, Socrate. Depuis que la cité est en révolte, beaucoup de gens se sont réfugiés au Pirée ; chez moi, il est venu tant de femmes abandonnées, des sœurs, des cousines et des nièces, qu’il y a dans ma maison quatorze personnes de condition libre. Or nous ne retirons plus rien de la terre, car ceux d’en face l’occupent, ni rien de nos propriétés, parce qu’il n’y a plus assez de monde en ville. On ne peut plus vendre les biens meubles, et on ne trouve nulle part d’argent à emprunter, et d’ailleurs je préfèrerais mendier dans les rues que de prendre un emprunt. Il est donc bien pénible, Socrate, de voir ses parents en train de mourir, et d’être incapable de les nourrir dans de telles circonstances.
À ces mots, Socrate répondit : – Comment se fait-il que Kéramon, qui a beaucoup de gens à sa charge, non seulement réussit à leur fournir le nécessaire, ainsi qu’à lui-même, mais se débrouille pour s’enrichir, et que toi, tu craignes, en hébergeant beaucoup de gens, que vous mouriez tous par manque du nécessaire ? – Mais par Zeus, c’est qu’il héberge des esclaves, et moi des gens libres. – Et, dit-il, lesquels te semblent les meilleurs, les gens libres de chez toi, ou les esclaves de chez Kéramon ? – Les gens libres de chez moi, à mon avis. – N’est-il donc pas honteux, dit-il, qu’il prospère avec les moins bons, quand tu te trouves dans l’embarras avec les meilleurs ? – Par Zeus, dit-il, lui, il héberge des artisans, moi, des gens éduqués dans la liberté. – Est-ce que les artisans sont bien ceux qui savent faire quelque chose d’utile, dit-il ? – Tout à fait. – La farine de froment est-elle utile ? – Bien sûr. – Et le pain ? – Tout autant. – Et puis, les manteaux pour hommes et pour femmes, les tuniques, les chlamydes et les exomides ? – Bien sûr, dit-il, tout cela est utile. – Bon, les gens qui sont chez toi ne savent-ils rien faire de tout cela ? – Je crois bien qu’elles savent tout faire. – Et ne sais-tu pas que, d’un seul de ces métiers, la fabrication de farine de froment, Nausikydès non seulement nourrit lui-même et toute sa famille, mais aussi des porcs et des bœufs nombreux et qu’il se débrouille si bien qu’il travaille même souvent pour la cité ? que Kyrébos nourrit toute sa famille grâce à la boulangerie, et qu’il vit magnifiquement ? que Daméas de Collytos vit de la fabrication de chlamydes, Ménon de celle de chlanides, et la plupart des Mégariens de celle des exomides ? – Mais par Zeus, dit-il, ceux là paossèdent des barbares qu’ils ont achetés, si bien qu’ils les forcent à travailler, ce qui est bien. Mais moi, j’ai en charge des parentes de condition libre.
— Alors, dit-il, parce qu’elles sont de condition libre et tes parentes, tu crois qu’elles ne peuvent rien faire d’autre que manger et dormir ? Parmi les autres citoyens libres, qui vois-tu passer le mieux leur temps, et qui envies-tu le plus, ceux qui vivent comme ça, ou ceux qui exercent utilement pour leur vie les métiers qu’ils ont appris ? À moins que tu ne penses que l’inaction et l’insouciance vis-àvis de l’apprentissage de ce qu’il faut savoir, vis-à-vis de la mémoire de ce qu’ils ont appris, vis-à-vis de leur santé et de la vigueur de leur corps, vis-à-vis de l’acquisition et de la conservation des choses nécessaires à la vie soient utiles aux hommes, tandis que l’action et la préoccupation ne leur serviraient à rien ? Ce que tu dis qu’elles ont appris, est-ce que c’est sans aucun intérêt pour leur vie, et pour n’en rien faire, ou est-ce pour s’en occuper et pour l’utiliser à leur profit ? Comment l’homme serait-il le plus sensé, en ne faisant rien ou en s’occupant des choses utiles ? Comment serait-il le plus juste, en travaillant ou en ne voulant rien faire du nécessaire ?
À ce que je crois, tu n’aimes pas ces femmes, et elles ne t’aiment pas, toi en croyant qu’elles sont à ta charge, et elles, en voyant que tu t’énerves contre elles. De cette situation, il risque de sortir une inimitié plus grande et une reconnaissance amoindrie. Mais si tu veilles à ce qu’elles soient actives, tu les aimeras en voyant qu’elles te sont utiles, et elles t’aimeront en voyant que tu te réjouis de leur présence ; en vous souvenant avec plaisir des bienfaits précédents, vous accroîtrez leur reconnaissance, et vous serez plus proches et plus amicaux les uns envers les autres. Certes, s’il fallait exerrcer un métier honteux, la mort serait préférable ; mais elles connaissent le métier le plus beau et le plus convenable pour des femmes, à ce qu’il semble. Tout le monde peut faire facilement, rapidement, avec réussite et bonheur ce qu’il sait. N’hésite donc plus, dit-il, à leur rapporter cette conversation, qui sera profitable à toi et à elles, et, naturellement, elles t’écouteront avec plaisir. – Ah, par les dieux, dit Aristarque, j’ai l’impression que tu as raison, Socrate : auparavant, je ne me résolvais pas à emprunter, sachant qu’en dépensant mes revenus, je ne pourrais rien verser, et maintenant, il me semble que je pourrai supporter de le faire, en suivant ton idée. »
Par la suite, il mit en œuvre l’idée et acheta de la laine ; les femmes excellaient dans leur travail, quand elles avaient travaillé, elles mangeaient ; de maussades, elles étaient devenues joyeuses ; au lieu de se soupçonner mutuellement, ils se voyaient avec plaisir ; elles l’aimaient comme leur tuteur, et lui les aimait pour leur utilité. Enfin, il vint voir Socrate tout réjoui, et lui raconta entre autres qu’elles lui reprochaient d’être le seul dans la maison à manger sans rien faire.

354TC 162. Xen., Mém., ΙΙΙ, 10, 1-8

Εἰσελθὼν μὲν γάρ ποτε πρὸς Παρράσιον τὸν ζωγράφον καὶ διαλεγόμενος αὐτImage · « Imageρα, ἔφη, Image Παρράσιε, γραφική ἐστιν εἰκασία τImageν ὁρωμένων ; Τὰ γοImageν κοImageλα καὶ τὰ ὑψηλὰ καὶ τὰ σκοτεινὰ καὶ τὰ φωτεινὰ καὶ τὰ σκληρὰ καὶ τὰ μαλακὰ καὶ τὰ τραχέα καὶ τὰ λεImageα καὶ τὰ νέα καὶ τὰ παλαιὰ σώματα διὰ τImageν χρωμάτων ἀπεικάζοντες ἐκμιμεImageσθε. – ᾿ΑληθImage λέγεις, ἔφη. – Καὶ μὴν τά γε καλὰ εἴδη ἀφομοιοImageντες, ἐπειδὴ οὐ ῥᾴδιον ἑνὶ ἀνθρώπῳ περιτυχεImageν ἄμεμπτα πάντα ἔχοντι, ἐκ πολλImageν συνάγοντες τὰ ἐξ ἑκάστου κάλλιστα οὕτως ὅλα τὰ σώματα καὶ ποιεImageτε φαίνεσθαι. — ΠοιοImageμεν γάρ, ἔφη, οὕτω. — Τί γάρ ; ἔφη, τὸ πιθανώτατον καὶ ἥδιστον καὶ φιλικώτατον καὶ ποθεινότατον καὶ ἐρασμιώτατον ἀπομιμεImageσθε τImageς ψυχImageς Imageθος ; ἢ οὐδὲ μιμητόν ἐστι τοImageτο ; — ΠImageς γὰρ ἄν, ἔφη, μιμητὸν εἴη, Image Σώκρατες, ὃ μήτε συμμετρίαν μήτε χρImageμα μήτε Imageν σὺ εImageπας ἄρτι μηδὲν ἔχει μηδὲ ὅλως ὀρατόν ἐστιν ; — Imageρ᾿οImageν, ἔφη, γίγνεται ἐν ἀνθρώπῳ τό τε φιλοφρόνως καὶ τὸ ἐχθρImageς βλέπειν πρός τινα ; — Ἔμοιγε δοκεImage, ἔφη. — ΟὐκοImageν τοImageτό γε μιμητὸν ἐν τοImageς ὄμμασι ; — Καὶ μάλα, ἔφη. — Ἐπὶ δὲ τοImageς τImageν φίλων ἀγαθοImageς καὶ τοImageς κακοImageς ὁμοίως σοι δοκοImageσιν ἔχειν τὰ πρόσωπα οἵ τε φροντίζοντες καὶ οἱ μή ;
— Μὰ Δί᾿οὐ δImageτα, ἔφη · ἐπὶ μὲν γὰρ τοImageς ἀγαθοImageς φαιδροί, ἐπὶ δὲ τοImageς κακοImageς σκυθρωποὶ γίγνονται. — ΟὐκοImageν, ἔφη, καὶ ταImageτα δυνατὸν ἀπεικάζειν ; — Καὶ μάλα, ἔφη. — Ἀλλὰ μὴν καὶ τὸ μεγαλοπρεπές τε καὶ ἐλευθέριον καὶ τὸ ταπεινόν τε καὶ ἀνελεύθερον καὶ τὸ σωφρονικόν τε καὶ φρόνιμον καὶ τὸ ὐϐριστικόν τε καὶ ἀπειρόκαλον καὶ διὰ τοImage προσώπου καὶ διὰ τImageν σχημάτων καὶ ἑστώτων καὶ κινουμένων ἀνθρώπων διαφαίνει. — ᾿ΑληθImage λέγεις, ἔφη. — ΟὐκοImageν καὶ ταImageτα μιμητά ; — Καὶ μάλα, ἔφη. — Πότερον οImageν, ἔφη, νομίζεις ἥδιον ὁρImageν τοὺς ἀνθρώπους δι᾿Imageν τὰ καλά τε καὶ ἀγαθὰ καὶ ἀγαπητὰ ἤθη φαίνεται ἢ δι᾿Imageν τὰ αἰσχρά τε καὶ πονηρὰ καὶ μισητά ; — Πολὺ νὴ Δί᾿, ἔφη, διαφέρει, Image Σώκρατες. »

Πρὸς δὲ Κλείτωνα τὸ ἀνδριαντοποιιὸν εἰσελθών ποτε καὶ διαλεγόμενος αὐτImage · « Ὅτι μέν, ἔφη, Image Κλείτων, καλοὶ οὓς ποιεImageς δρομεImageς τε καὶ παλαιστὰς καὶ πύκτας καὶ παγκτρατιαστάς, ὁρImage τε καὶ οImageδα · ὃ δὲ μάλιστα ψυχαγωγεImage διὰ τImageς ὄψεως τοὺς ἀνθρώπους, τὸ ζωτικὸν φαίνεσθαι, πImageς τοImageτο ἐνεργάζῃ τοImageς ἀνδριImageσιν ; » ᾿Επεὶ δὲ ἀπορImageν ὁ Κλείτων οὐ ταχὺ ἀπεκρίνατο · « Imageρ᾿, ἔφη, τοImageς τImageν ζόντων εἴδεσιν ἀπεικάζων τὸ ἔργον ζωτικωτέρους ποιεImageς φαίνεσθαι τοὺς ἀνδριάντας ;
— Καὶ μάλα, ἔφη. – ΟὐκοImageν τά τε ὑπὸ τImageν σχημάτων κατασπώμενα καὶ τἀνασπώμενα ἐν τοImageς σώμασι καὶ τὰ συμπιεζόμενα καὶ τὰ διελκόμενα καὶ τὰ ἐντεινόμενα καὶ τὰ ἀνιέμενα ἀπεικάζων ὀμοιότερά τε τοImageς ἀληθινοImageς καὶ πιθανώτερα ποιεImageς φαίνεσθαι ; – Πάνυ μὲν οImageν, ἔφη. – Τὸ δὲ καὶ τὰ πάθη τImageν ποιούντων τι σωμάτων ἀπομιμεImageσθαι οὐ ποιεῖ τινα τέρψιν τοImageς θεωμένοις ;
— Εἰκὸς γοImageν, ἔφη. – ΟὐκοImageν καὶ τImageν μὲν μαχομένων ἀπειλητικὰ τὰ ὄμματα ἀπεικαστέον, τImageν δὲ νενικηκότων εὐφραινομένων ἡ ὄψις μιμητέα ; – Σφόδρα γ᾿, ἔφη. – ΔεImage ἄρα, ἔφη, τὸν ἀνδριαντοποιὸν τὰ τImageς ψυχImageς ἔργα τImage εἴδει προσεικάζειν ; »

355Il alla un jour chez le peintre Parrhasios et lui dit : « Eh bien, Parrhasios, le dessin est une représentation de ce qu’on voit ? Vous copiez les corps creux ou saillants, sombres ou clairs, durs ou mous, abrupts ou unis, jeunes ou vieux en les représentant grâce aux couleurs ? – Tu dis vrai. – Et pour copier les belles choses, puiqu’il n’est pas facile de trouver un homme qui ne possède aucun défaut, vous rassemblez les beautés les plus grandes prises à chacun, et vous montrez ainsi les corps tout entiers. – Nous faisons comme ça. – Alors, vous copiez aussi le caractère de l’âme, la confiance, le plaisir, l’amitié, le regret et l’amour, ou est-ce que cela est inimitable ?
– Comment pourrait-on imiter Socrate, ce qui ne possède ni proportion ni couleur, ni rien de ce que tu as dit, et qui n’est même pas visible ? – Mais l’homme montre dans ses regards sa bienveillance ou sa haine envers un autre ? – Je le crois. – Donc on peut aussi imiter cela dans le regard ? – Tout à fait.
– Penses-tu que les amis, bons ou mauvais, ont le même visage, selon qu’ils se surveillent ou non ? – Pas du tout, par Zeus, les bons ont un visage rayonnant, les mauvais un visage maussade. – On peut donc aussi représenter cela ?
– Tout à fait.
– Et puis, la grandeur d’âme, la libéralité, la bassesse, la dépendance, le bon sens et la sagesse, l’arrogance et la vulgarité transparaissent à travers le visage et les attitudes des hommes immobiles ou en marche. – Tu dis vrai. – On peut donc aussi les imiter ? – Tout à fait. – Que trouves-tu plus agréable à voir, les hommes qui laissent voir leur caractère honnête et aimable, ou ceux qui montrent laideur, filouterie et haine ? – Il y a là une grande différence, par Zeus, Socrate. »

356Puis il alla chez le sculpteur Cleiton et lui dit : « Cleiton, tu fais de belles statues avec tes coureurs, tes lutteurs, tes boxeurs et tes pancratiastes, je le vois et je le sais. Mais ce qui anime véritablement les hommes à notre vue, et qui les fait paraître vivants, comme l’insuffles-tu dans tes statues ? » Et commme Cleiton, ne sachant que dire, tardait à répondre, il reprit : « Est-ce en conformant tes œuvres à l’apparence des êtres vivants que tu fais apparaître tes statues plus vivantes ? – Tout à fait. – Donc, en représentant les corps abaissés ou soulevés, compressés ou étirés, tendus ou relâchés par leur posture, tu les montres plus proches de la réalité et plus vraisemblables ? – Absolument. – La représentation des souffrances d’un corps qui agit ne produit-elle pas une attirance chez les spectateurs ?

357— Naturellement. – Il faut donc représenter les yeux menaçants des combattants, et la face réjouie des vainqueurs ? – Évidemment. – Il faut donc que le sculpteur représente dans l’apparence les affects de l’âme ? »

358TC 163. Xen., Mém., IV, 2, 2

Ὁ Σωκράτης (...) εὔηθες ἔφη εImageναι τὸ οἴεσθαι τὰς μὲν ὀλίγου ἀξίας τέχνας μὴ γίγνεσθαι σπουδαίους ἄνευ διδασκάλων ἱκανImageν, τὸ δὲ προεστάναι πόλεως, πάντων ἔργων μέγιστον ὄν, ἀπὸ ταυτομάτου παραγίγνεσθαι τοImageς ἀνθρώποις.

359Socrate disait qu’il était naïf de croire que les métiers de peu de valeur ne peuvent être exercés dignement sans maîtres capables, tandis que le gouvernement de la cité, qui est le plus grand des travaux, serait inné aux hommes.

360TC 164. Zonaras, Annales, XIV, § 62 dans : Joannis Zonarae opera omnia, éd. par J. -P. MIGNE, Paris, 1864 [Turnhout, 1975]

Πνεύματος δὲ σφοδροImage πνέοντος τηνικαImageτα μεγίστας τε καὶ καλλίστας οἰκοδόμας κατῃθάλωσε, καὶ ἀγάλματα κατέφλεξεν ἀρχαίων ἀνδρImageν ἐπισήμων ἐπὶ σοφίᾳ καὶ ἐπ᾿ἀνδρείᾳ καὶ τοImageς διὰ χειρImageν καὶ συνετImageν βουλευμάτων ἀνδραγαθήμασιν.

361Comme le vent soufflait puissamment alors, le feu embrasa les constructions les plus belles et les plus grandes, réduisit en cendres les statues d’hommes anciens, reconnus pour leur sagesse, leur courage et les bienfaits qu’ils avaient prodigués par leurs mains et leurs conseils avisés.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search