Version classiqueVersion mobile

« Créer du vivant »

 | 
Marion Muller-Dufeu

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage, destiné initialement à la soutenance de mon habilitation à diriger des recherches, a d’abord été conçu comme un commentaire au recueil de sources sur la sculpture grecque publié en 2002 aux éditions de l’École nationale supérieure des Beaux Arts. En effet, c’est la collecte et l’étude de tous ces textes anciens qui m’ont peu à peu convaincue que les Grecs de l’Antiquité distinguaient les artistes des artisans, au moins dès l’époque archaïque, même s’ils n’avaient pas la même notion de l’art que nous. Je me suis donc dès lors appliquée à rechercher dans les textes anciens, et aussi dans les écrits modernes, les indices qui pourraient venir confirmer, ou infirmer, cette idée. Ce faisant, je pense avoir réuni une matière abondante qui montre que les Grecs accordaient une place particulière à leurs artistes, tout en conservant la conscience que l’art est d’abord un métier avec ses recettes, et son « coup de main », mais qu’il dépasse ce métier par une intelligence plus aiguë de la réalité et de la beauté.

2Mon texte s’appuie donc d’abord sur les textes réunis il y plus d’un siècle par J. OVERBECK, mais aussi sur des textes que le savant allemand avait laissés de côté parce que son propos était, conformément à l’esprit de son époque, de faire une histoire des artistes plutôt qu’une histoire de l’art. Ces textes sont donc plus généraux, ou concernent des domaines absents de l’ouvrage d’OVERBECK, et sont réunis sous la rubrique « textes complémentaires », à laquelle les notes renvoient à l’aide du sigle TC suivi du numéro correspondant.

3Je voudrais remercier ici tous ceux qui m’ont permis de mener à bien ces recherches : Agnès Rouveret, qui a accepté de suivre mon travail et dont les conseils m’ont beaucoup aidée ; mes étudiants dont les questions ont souvent stimulé ma recherche en ouvrant des pistes auxquelles je n’avais pas toujours pensé ; l’équipe de recherche, Halma-Ipel, et ses deux tutelles, l’université Charles-de-Gaulle Lille 3 et le CNRS, qui m’ont octroyé une année en délégation pour de terminer ce travail ; l’École d’Athènes qui m’a ouvert sa bibliothèque et a nourri ainsi ma réflexion, et tous les collègues, pour leurs encouragements et les discussions fructueuses que j’ai pu avoir avec eux.

4La police de caractères utilisée pour le texte en grec est IFAO-Grec Unicode

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search