Versione classicaVersione mobile

Boulogne et Thérouanne au temps de César

 | 
Hubert Le Bourdellès

Quatrième partie. Le Réseau urbain

XV. Voies gauloises et toponymie

Testo integrale

1. Position de la question

  • 1 A. Terninck, « Voies gauloises du Pas-de-Calais », Bulletin de la Commission des Antiquités départe (...)

1La question des chemins gaulois est posée depuis longtemps, souvent sans critères précis1. Mais on ne peut s’empêcher de penser que certaines voies romaines ont été précédées de voies gauloises. Car les Gaulois eux-mêmes affirmaient l’existence de leurs voies, sur lesquelles Mercure, ou plutôt le dieu ainsi latinisé, était le guide, viarum atque itinerum ducem (BG 6, 17, 1), ou, si l’on préfère, le protecteur des voyages. D’autre part on a souvent dit que la vitesse de marche des légions de César, qui fut un facteur des victoires du général en Gaule, ne peut se comprendre sans l’existence de chemins déjà en place. On sait qu’en 54, revenant de Grande-Bretagne, il a gagné Amiens pour y tenir une assemblée des Gaulois (BG 5, 24, 1), ce qui fait penser à une voie Boulogne – Amiens. De même au début de 53 il quittait ses quartiers d’hiver à Amiens pour anéantir les Nerviens préparant une révolte, avant que ceux-ci pussent prévoir son arrivée : de improviso (BG 6, 3, 1), et une marche aussi rapide fait supposer une voie Amiens – Cambrai – Bavay.

2Comment les retrouver ? Il n’y a pas à attendre de preuve archéologique dans des chaussées remaniées à l’époque gallo-romaine, sauf si l’on découvrait une chaussée en bois qui pourrait être datée.

3La toponymie peut-elle apporter un secours ? Oui, si la voie considérée passe par des lieux dont les noms appartiennent au vocabulaire celtique ancien, dont on a quelque raison de penser que ces noms étaient en place avant l’arrivée de César. Ne portons guère d’espoir dans des toponymes spécifiquement routiers, car le seul connu de cette espèce en Morinie est briva = pont. D’autre part si la même route romaine porte plusieurs toponymes gaulois, la probabilité pour une origine gauloise s’accroît.

4En dépit de quelques difficultés, présentons la recherche.

2. Une voie d’Arras à Wissant et Sangatte

5En Morinie seule une grande voie paraît à peu près sûrement préromaine, celle d’Arras à Sangatte et Wissant par Thérouanne. Les Romains qui promouvaient Boulogne comme port vers la Bretagne ont délaissé la portion de Thérouanne à Sangatte et Wissant. Cependant, si la portion en question ne figurait pas sur les itinéraires officiels, elle resta fréquentée, puisque de nombreux trésors ont été trouvés dans ses environs. Le passage par Thérouanne, relais important sur cette route, au nom celtique évident, nous fait penser à une voie préromaine. Nous en parlons à notre chapitre sur cette ville, à mi-chemin entre Arras et Sangatte, à un passage de la Lys, pour suggérer que son importance a d’abord été routière.

  • 2 Terninck 1881, p. 140-152 ; Delmaire 1976, p. 298.

6La question d’une voie de Thérouanne jusque Arras a été étudiée naguère par A. Terninck, puis par R. Delmaire2. Il déclare justement qu’une route existait au temps de César, puisque, au moment des troubles de la Gaule du Nord qui suivirent la seconde expédition en Bretagne, le général romain fit partir Caius Fabius et sa légion, qui gardaient la Morinie, vers les Atrébates, pour gagner avec lui le territoire des Nerviens (BG 5, 24, 2 ; 5, 46, 3 ; 5, 47, 3).

7Cette route de Thérouanne à Arras à l’époque gauloise ne peut être confondue avec la grande route romaine, connue par la Table de Peutinger et l’Itinéraire d’Antonin, sur une longueur de 22 lieues gauloises, jusque Nemetacum = Arras. Sa rectitude parfaite peut être suivie aisément sur les cartes à travers les toponymes classiques des voies de Rome : Estrée-Blanche et Estrée-Cauchy.

  • 3 R. Delmaire ne donne pas de preuve ; voir Terninck 1881. Cf. aussi H.-J. Niederehe, Strasse und Weg (...)

8Mais une voie différente moins rectiligne est repérable sur les cartes, passant au Nord de l’autre par Lespesses et Marles-les-Mines. On sera donc tenté d’y voir une route gauloise, à laquelle les Romains auraient bâti une concurrente, qui la rectifiait. Mais il faut avouer que l’histoire de cette route n’est guère connue. Affirmer comme on l’a dit que l’itinéraire de l’évêque Sigeric en 990 d’Arras à Thérouanne s’est fait par cette voie est impossible à prouver, car le texte nous parle de Bruwaei = Bruay, qui se trouve précisément entre les deux routes parallèles. Le seul témoignage historique sur cette voie est son nom de chemin du Pire3. Ce nom relatif à l’empierrement suggère un entretien romain. On pense donc à une route ancienne, adoptée par les Romains, puis abandonnée pour une autre, plus rectiligne.

  • 4 Sur les sondages qui depuis longtemps ont révélé ses substructions, voir Leman 1972, p. 207. La Leu (...)

9D’un autre côté regardons la route de Thérouanne à la côte : avec ses inflexions d’orientation, elle ne ressemble pas à une voie romaine classique, même si elle fut entretenue par les Romains et continua à être fréquentée à l’époque gallo-romaine4. Comparons la à la grande voie de Thérouanne à Desvres et Boulogne, si rectiligne, inscrite dans les Itinéraires, qui se branche sur la précédente en haut du Mont Saint-Jean à l’Ouest de Thérouanne ; cette disposition nous suggère que la dernière est bien plus récente que la première.

  • 5 Chronique d’Andres, MGH SS 24, p. 708,
  • 6 Stratum 723, Stratehem 1193 : cf. Loisne 1907.
  • 7 Chronica Sancti Bertini, MGH SS 25, 1880, Pars IV, no XXX, p. 760.
  • 8 Leduque 1968, p. 75, cite un procès-verbal de visite de 1566, relatif aux limites de la banlieue de (...)

10La toponymie peut-elle être une aide quelconque pour cet examen ? Disons le rapidement, s’il est possible, pour régler un problème qui n’a jamais été regardé complètement. Cette route était assimilée pendant le Moyen-Âge aux grandes voies, comme le montre un texte du xiie siècle avec la vieille dénomination de Strata publica, la définissant comme un grand moyen de communication avec l’Angleterre : strata publica a Francia tendens in Angliam5. Aussi bien un toponyme fait apparaître ce mot de Strata : le hameau de Etrehem6. Il est vrai qu’à cette époque le trafic vers Wissant était redevenu important, pour profiter du passage le plus court vers la Grande-Bretagne. Mais plus tard l’imaginaire médiéval en a fait une Chaussée Brunehaut, ce qui la mettait au rang des grandes voies romaines attribuées dans le Nord de la France, pour des raisons non élucidées, à la reine Brunehaut. Au xive siècle Jean d’Ypres décrivait en effet la route bâtie par Brunehaut qui allait de Cambrai à Arras, puis Thérouanne des Morins, et enfin Wissant : Brunechildis (…) stratam publicam de Cameraco ad Atrebatum, hinc ad Morinum et usque ad mare Witsantum fecit, que calceria Brunechildis nominatur usque in hodiernum diem7. Mais il fallait la distinguer d’une autre Chaussée toute proche, celle de Thérouanne à Boulogne. Un texte de 1566 la nomme Cauchie de Loeulinghe, titre de Chaussée qui continue à la placer parmi les routes antiques de premier rang, sans oublier le titre de Chaussée Brunehaut8. Un troisième nom est donc apparu : Chaussée de Leulingue, dont l’origine ne peut guère être discutée.

  • 9 Loningahem, 844-864, Loeuelingehen, 1157 : Nègre 1990, no 18125.
  • 10 Lelengehem, 1084 : Nègre 1990, no 18136.
  • 11 Lieuline 1300, Loisne 1907.
  • 12 Leuligne 1739, Loisne 1907.
  • 13 Leulingue 1584, Loisne 1907.
  • 14 Les mots olim Loeliam que l’on trouve dans le texte de Lambert d’Ardres décrivant cette via regalis(...)

11En effet nous constatons que le route passe par Leulinghem9, nom formé sur un anthroponyme germanique, et par un deuxième Leulinghem : Nort-Leulinghem10. À quoi s’ajoutent des hameaux dont les noms, formés sur le nom populaire de la voie, en montrent les déformations successives : Leuline hameau dans la commune de Zudausques11, Leulène hameau dans la commune de Tournehem-sur-Hem12, Leulingue hameau sur la commune de Saint-Tricat13. Ainsi s’est créé le nom moderne de la voie : la Leulène, un nom auquel il faudrait se garder d’accorder une bien haute antiquité14.

12La toponymie médiévale mettrait donc le chemin du Pire d’Arras à Thérouanne, puis de là à Sangatte et Wissant, la Leulène, au rang des grandes routes romaines. Pourtant certains signes montrent qu’il s’agit de voies plus anciennes encore que l’âge romain. Mais reconnaissons l’absence de toponymes celtiques qui signeraient l’âge de cette voie.

3. Une voie du Sud vers le Boulonnais

13La toponymie gauloise complexe à Brimeux, étudiée dans un chapitre précédent, et les découvertes archéologiques en ce lieu, posent la question d’une voie romaine d’Amiens à Boulogne qui aurait été précédée d’une voie gauloise venue d’Amiens par Domqueur et rejoignant le Boulonnais. Nous en avons parlé à propos des frontières. Le sens de magos dans Brimeux comme marché-frontière nous pousse en ce sens. D’autre part ce n’est pas le seul nom gaulois sur cette route : la Table de Peutinger montre aussi dans le Ponthieu le nom de Duroicoregum, ancêtre de Domqueur, toponyme gaulois incontestable puisque l’on connaît par la même source un Icorigium dans la région de Trèves.

14Pour ce qui est du passage de la Canche, nous avons déjà évoqué le problème tant de fois rebatu du nom de Brimeux qui fait penser à un Brivomagos, tandis que la Table de Peutinger porte Lintomagos sur la voie romaine. Une solution souvent adoptée consiste à supposer en Ponthieu une fourche, dont l’une des branches serait passée par Lintomagos qui serait la future agglomération de Montreuil, ou Quentovic, puis se serait dirigée vers Boulogne par la forêt de Condette. Une autre branche aurait traversé la Canche à Brimeux, puis aurait gagné le plateau. Mais il n’y a qu’une seule réalité contrôlable : la voie romaine traversant la Canche à Brimeux et passant à Estrée et Estréelles, dont les noms sont caractéristiques, et il serait étonnant que la voie rectiligne aboutissant à Brimeux et celle de la Table de Peutinger ne coïncident pas. Nous avons suggéré une autre solution pour ce problème, en étudiant les vici de frontière, en supposant deux agglomérations de chaque côté du fleuve, mais sans cacher la nature d’hypothèse de cette suggestion.

  • 15 Cf. P. Leclercq, « Voie antique d’Amiens à Boulogne », Septentrion 3, 1973, p. 65-66. Les différent (...)

15Il faut ici remarquer que, si l’on en reste à une voie romaine traversant Brimeux, on en ignore le tracé terminal vers Boulogne à l’époque gallo-romaine. On la suit sur la carte assez bien jusqu’à la traversée de la Canche à Brimeux, mais on la perd après Estrée et Estréelles. On pourrait admettre qu’elle passait à la Crois des Loups près de Verlincthun, c’est-à-dire en vocabulaire picard, La Croix des Leus, ce qui rappellerait peut-être une borne inscrite en lieues gauloises. Mais il n’y a plus d’indices après celui-là, de sorte qu’on a imaginé pour son arrivée à Boulogne deux tracés possibles : par Pont-de-Briques ou par Isques et le chemin de la Waroquerie15.

  • 16 Leduque 1968, p. 62, indique une voie dite par lui « de l’Océan » montant vers le Cap Gris-Nez, en (...)

16Ces problèmes de la voie romaine ont-ils un sens, si nous les reportons à l’époque gauloise ? On ne peut prouver que la voie d’Amiens, si nous lui donnons une réalité gauloise jusqu’à Brimeux, rejoignait Boulogne à cette date. On a supposé un prolongement en ligne droite vers Wissant16. Mais on ne peut rien dire de sérieux à ce sujet.

4. Conclusion sur les voies

17Le résultat est très maigre, ce qui était attendu. Il est pourtant remarquable de pouvoir considérer magos dans Brimeux comme le signe d’un marché-frontière sur une voie. Par là on atteint un témoignage de la date ancienne de cette voie. On regrettera que, sur le chemin du Pire et la Leulène, la germanisation ait effacé les traces possibles de toponymie routière ancienne, sauf le nom gaulois de Thérouanne. Sur cette voie l’allure générale non rectiligne reste un indice d’une voie préromane.

Note

1 A. Terninck, « Voies gauloises du Pas-de-Calais », Bulletin de la Commission des Antiquités départementales, Pas-de-Calais, 3, 1869, p. 50-55. est fantaisiste. Indications intéressantes dans Chevallier 1997.

2 Terninck 1881, p. 140-152 ; Delmaire 1976, p. 298.

3 R. Delmaire ne donne pas de preuve ; voir Terninck 1881. Cf. aussi H.-J. Niederehe, Strasse und Weg in der galloromanischen Toponomastik, Genève, 1967, p. 85-87, qui indique pire < petricus, mot picard. Le grand nombre de voies doubles, d’âge différent, est indiqué dans Grenier 1934, p. 392-401.

4 Sur les sondages qui depuis longtemps ont révélé ses substructions, voir Leman 1972, p. 207. La Leulène de Thérouanne à Sangatte a été montrée par des soldats pendant la première guerre mondiale à Esquerdes, à la traversée de l’Aa, sous la route D192. Liste de découvertes près cette chaussée dans Delmaire 1994 : Peuplingues no 238, Leulingue no 239, gué de l’Aa à Esquerdes no 532.

5 Chronique d’Andres, MGH SS 24, p. 708,

6 Stratum 723, Stratehem 1193 : cf. Loisne 1907.

7 Chronica Sancti Bertini, MGH SS 25, 1880, Pars IV, no XXX, p. 760.

8 Leduque 1968, p. 75, cite un procès-verbal de visite de 1566, relatif aux limites de la banlieue de Saint-Omer, qui la qualifie de « grand chemin nommé la Cauchie de Loeulinghe, laquelle ilz disoient estre nommée en aucuns lieux la Chaussée de Brunehaut ». Ceci d’après J. Deschamps de Pas, « Notice descriptive des limites de la banlieue de Saint-Omer », Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie 14, 1874, p. 197-243. La Leulène est décrite en détail dans Pouchain 2000, p. 360 sqq., mais l’auteur ne situe pas sur cette voie Saint-Martin-de-Sclives, parlant seulement du carrefour de Belle Vue.

9 Loningahem, 844-864, Loeuelingehen, 1157 : Nègre 1990, no 18125.

10 Lelengehem, 1084 : Nègre 1990, no 18136.

11 Lieuline 1300, Loisne 1907.

12 Leuligne 1739, Loisne 1907.

13 Leulingue 1584, Loisne 1907.

14 Les mots olim Loeliam que l’on trouve dans le texte de Lambert d’Ardres décrivant cette via regalis, MGH SS 24, p. 594, sont une glose ajoutée.

15 Cf. P. Leclercq, « Voie antique d’Amiens à Boulogne », Septentrion 3, 1973, p. 65-66. Les différents tracés à partir de la Canche sont étudiés par Pouchain 2000, p. 405, avec reprise du problème de Lintomagos.

16 Leduque 1968, p. 62, indique une voie dite par lui « de l’Océan » montant vers le Cap Gris-Nez, en mêlant de prétendus indices antiques et médiévaux. Cf. aussi A. Leduque, Étude sur l’ancien réseau routier du Boulonnais, Lille, 1957. L’auteur tire argument d’un Mont-de-Joie à l’Est de Boulogne, qui pourrait aussi bien correspondre à une route romaine de Boulogne à Cassel, attestée par les Itinéraires.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search