Version classiqueVersion mobile

Boulogne et Thérouanne au temps de César

 | 
Hubert Le Bourdellès

Quatrième partie. Le Réseau urbain

XIV. Les agglomérations secondaires

Texte intégral

1. Position de la question

1Nous devons nous poser la question des agglomérations secondaires chez les Morins, puisque, malgré le développement rudimentaire de civilisation que certains crurent discerner chez eux, ils possédaient bien des vici, pour employer le mot latin désignant ces agglomérations

2Assurément, si l’on en croyait Dion Cassius (39, 44) la question que nous abordons serait inutile, puisque cet auteur grec déclarait que les Morins et Ménapiens n’avaient pas de villes (πόλεις), et vivaient dans des hutes (ἐν καλύβαις), sans rien dire de l’absence ou présence de petites agglomérations chez ces peuples. Mais cette affirmation n’est qu’une interprétation d’après le récit de César, qui raconte que ces deux peuples avaient fui devant les Romains en se réfugiant dans les forêts et les marais : continentes silvas ac paludes habebant, eo se suaque omnia contulerunt (BG 3, 28, 2). On en déduit assez justement que ces deux peuples n’avaient pas d’oppida où se réfugier. Mais on ne devrait pas en conclure que les vici n’existaient pas, puisque César dit au contraire qu’il a ravagé et incendié en l’année 56 chez les Morins et Ménapiens les habitations éparses dans la campagne et les bourgades : vicis aedificiisque incensis (BG 3, 29, 3). Bien entendu on admettra à la décharge de l’auteur grec que les peuples considérés n’avaient pas de villes de grande taille, ne connaissaient guère d’édifices en pierre, et que les édifices en bois où ils vivaient pouvaient être qualifiés de huttes ou cabanes. En vérité l’historien grec qui ne connaissait pas directement la région a cédé à une opinion traditionnelle qui faisait de ces adversaires redoutables de César des barbares ignorant la civilisation, puisqu’ils vivaient aux confins de la civilisation, extremi hominum selon les termes de Virgile (Énéide 8, 727) devenus traditionnels et qui les assimilaient à d’autres peuples aussi lointains et véritablement barbares.

3Ils ignoraient certes les villes de type méditerranéen ; d’autre part ces Vici en bois n’ont guère laissé comme traces que des monnaies et des objets domestiques. Mais un peuple qui fournit pour deux coalitions des contingents importants ne pouvait, dans les années qui précédèrent la conquête romaine, rester sans agglomérations habitées.

4Cela justifie les recherches des archéologues, et aussi une recherche comme la nôtre fondée sur la toponymie. Il serait en effet important de vérifier si un vicus décelé par l’archéologie montre une antiquité celtique prouvée par la toponymie.

5Mais avons-nous le droit d’employer ce mot vicus ? De quoi s’agit-il ? On hésitera bien entendu devant ce mot latin désignant une réalité gauloise. Certes, un vicus, à l’époque gallo-romaine, est une agglomération sans statut, à la différence d’un municipium avec statut de citoyenneté, et colonia où les habitants ont statut de colons.

  • 1 Pour l’époque gauloise, le livre essentiel reste Grenier 1934, chapitres 18 et 19, p. 665-681. Pour (...)
  • 2 César, BG 3, 1, 4 et BG 7, 15, 1.

6Disons seulement une agglomération de petite taille qui n’est pas un oppidum, c’est-à-dire une cité fortifiée. César ne tient pas compte de l’absence ou présence de rôle administratif en utilisant ce mot, car il qualifie de ce nom Octodurus = Martigny lieu principal des Veragri du Valais, et d’autre part il parle au contraire des 20 villes, urbes, des Bituriges, comme si elles étaient trop grandes pour être qualifiées de simples vici1. Mais qu’entendons-nous par là avec César dans la réalité gauloise ? Ce n’est donc pas une question de fonction qui sépare urbs et vicus2, ce ne peut être qu’une question de grandeur moyenne. Ne cherchons donc pas à définir une fonction de vicus dans la présentation de César, mais seulement une grandeur moyenne.

7Cela ne nous interdit pas de nous poser la question des fonctions de ces vici. On peut extrapoler à partir d’exemples connus en disant que ces agglomérations, situées sur des voies de communication, jouaient un rôle dans les relations sociales, soit religieux, soit économique. Ne parlons pas de rôle politique, puisque nous ignorons la répartition politique chez les Morins.

8Mais cette réalité gauloise qualifiée par les Romains de vicus, qu’était-elle dans son nom indigène ?

2. Magos ou vicus désigné comme tel ?

  • 3 Cf. Delamarre 2001.
  • 4 Cf. J.-P. Chambon, « Linguistique historique et archéologie : aspects toponymiques de la romanisati (...)

9À l’époque gauloise un vicus se disait vraisemblablement magos, mot bien connu par ses parents dans les langues celtiques modernes avec le sens de plaine, et dont la présence en toponymie gauloise permet de penser qu’il signifiait dans ce cas une agglomération de plaine. On le considère souvent comme un « marché »3. Disons plus simplement comme un vicus, car on constate que plusieurs lieux en -magos comme Rigomagos = Riom étaient des agglomérations secondaires, encore considérées comme vici à l’époque mérovingienne4.

10Deux cas doivent être ici signalés. Une agglomération secondaire en -magos a subsisté à la limite de la Morinie, sur les rives de la Canche, mais il faut en supposer peut-être deux. La Table de Peutinger nous donne sur la voie d’Amiens à Boulogne un composé en -magos qui serait Lintomagos facile à corriger en Lindomagos = le marché de l’étang. Nous verrons plus loin qu’un problème de lecture se pose à cet endroit, avec trois solutions possibles. Quoi qu’il en soit, la carte antique nous montre bien un lieu en -magos, situé à 14 lieues gauloises ou 32 km de Boulogne, donc sur la traversée de la Canche.

11D’autre part trouve-t-on de ces agglomérations qui se soient maintenues avec la désignation gallo-romaine de vicus ? Un seul cas avec ce nom en Morinie peut être discuté. Il concerne une agglomération située sur la grande voie romaine d’Amiens à Boulogne, en haut de Haut-Pichot.

  • 5 Delmaire 1994, no 734, avec bibliographie. Photographie et commentaire dans Belot 1990, p. 106-107.

12On a découvert en effet au xviie siècle dans l’église d’Halinghen un autel portant l’inscription que nous citons d’après la transcription de R. Delmaire5 :

13[...] / ET DEO IOVI/VICUS/DOLUCENS/CU (ra) VITAL (is)/PRISC [i] F (ilii)

  • 6 Sur la question des curatores dans les vici, cf. M. Dondin-Payre, « Magistratures et administration (...)
  • 7 Cf. Vaillant 1890, p. 37-46.
  • 8 Delmaire 1994, p. 68 et 430 respectivement.
  • 9 Cf. P. Merlat, Répertoire des inscriptions et monuments figurés du culte de Jupiter Dolichenus, Par (...)
  • 10 Cité par Holder 1896, s.v., d’après une vie de saint pour un lieu non identifié.
  • 11 Cf. Nègre 1990, nos 3520, 7114, 7922, 9032, 9047.
  • 12 Cf. Morlet 1985, p. 83.

14Donc Vitalis a été le curator dans cette érection d’un autel à Jupiter au nom du Vicus Dolucensis6. Comment interpréter le nom de ce vicus ? On a souvent dit que le nom rappellerait le dieu oriental Baal ou Jupiter de Doliche7. Si l’on veut argumenter pour cette solution, on dira que les cultes orientaux sont représentés en Morinie par quelques objets du culte des dieux égyptiens, mais aussi par deux éléments de représentations liées au culte de Mithra, trouvés à Boulogne et Rinxent8. Mais l’adjectif Dolucensis qui serait en rapport avec le dieu n’est pas autrement attesté. De plus son culte est avant tout un culte de garnisons militaires, ce qui ne correspond pas à notre vicus9. Et surtout on ne connaît pas en Gaule de lieu portant le nom de ce dieu oriental. En réalité il faut prendre garde que l’adjectif Dolucensis correspond à un nom d’agglomération assez bien représenté : Doliacus/m10, forme gallo-romaine origine des Douilly dans la Somme, Deuilly dans les Vosges, Deuillet dans l’Aisne, Douillet dans la Sarthe, Duilhac dans l’Aude11. On lui voit un suffixe d’origine celtique, mais qui s’est beaucoup répandu à l’âge gallo-romain. Et si on peut le mettre en rapport avec le nom de personne romain Dullus, Dullius12, l’époque gallo-romaine apparaît encore mieux. La toponymie ne permet donc pas ici de remonter plus haut que l’époque gallo-romaine. Et d’autre part les découvertes d’âge celtique dans ce secteur d’Halinghen et du Haut-Pichot ne permettent pas non plus de remonter sûrement le temps pour cette agglomération.

15Ne parlons pas bien entendu des localités de nom composé en -wic avec premier terme germanique comme Audruicq ancien Ouderwich, Austruy ancien Osterwic, Ostrowic près Sangate, et Salperwic. Ne parlons pas, encore moins, de Quentowic, le port mérovingien sur la Canche.

16Quoi qu’il en soit, la terminologie des agglomérations secondaires, tant gauloise que romaine, est faiblement représentée en Morinie, ce qui ne nous interdit pas d’en imaginer un certain nombre dénommés autrement que par -magos ou -vicus. Essayons d’abord de poser quelques critères pour une recherche toponymique.

3. Critères

  • 13 Delmaire 1994, nos 269 et 882.

17La question des critères est importante, car des noms celtiques ont pu continuer à être donnés à des lieux nouveaux sous l’époque gallo-romaine ou même après. Nous n’accepterons donc pas les hybrides comme Juliomagus, qui sont d’âge gallo-romain. Au contraire nous admettrons d’examiner les composés avec éléments tous deux gaulois qui ont chance d’être anciens. Nous regarderons avec circonspection les mots gaulois restés vivants comme margila que l’on retrouve sous forme romane archaïque marle, ou moderne marne. C’est la raison pour laquelle nous hésiterons à ranger dans les vici préromains Marles-sur-Canche à l’entrée de la voie d’Amiens à Boulogne sur le territoire morin, puisque ce mot margila a pu être imposé par les Gallo-Romains qui connaissaient marga cité par Pline, ou même beaucoup plus tard par des locuteurs romans. Nous en dirions autant de Marles-les-Mines sur le chemin du Pire, au passage de la rivière Clarence. Aucune découverte gauloise ne donne confirmation d’âge préromain, puisque le premier lieu a fourni des monnaies romaines et le second plusieurs découvertes gallo-romaines13. Dans tous les cas, nous vérifierons la présence archéologique d’antiquités gauloises. Enfin nous retiendrons de préférence les lieux situés sur les voies dont l’existence ancienne est probable, étant donné que ces agglomérations impliquaient une circulation humaine, quelles que fussent leurs fonctions.

4. Des Vici sanctuaires ?

  • 14 Delmaire 1994, no 232, p. 230, ne pose pas la question.
  • 15 Delmaire 1994, no 581, p. 427. Sur l’extension géographique et le sens de cette épithète divine, cf (...)
  • 16 On comparera aux autels votifs de la carrière de Saint-Béat. Cf. R. Sablayrolles, J. L. Schenck-Dav (...)
  • 17 Delmaire 1994, p. 333.

18Bien que César ne permette pas de répondre à la question de la ou des fonctions des vici à l’époque gauloise, nous devons poser la question. On a souvent parlé en ces derniers temps d’agglomérations gauloises à fonction religieuse, d’agglomérations nées autour d’un sanctuaire. Mais peut-on répondre à cette question à propos des Morins, chez qui la religion celtique n’a laissé que bien peu de traces matérielles, en dehors de ses prolongements à l’époque gallo-romaine ? Et encore ces prolongements ne sont pas nombreux, si l’on excepte de petits objets comme des statuettes de bronze. On a aperçu les fondations d’un fanum au Nord de Thérouanne, disparu dans le creusement de l’autoroute A26. On ne sait s’il était d’âge gaulois14. Ne parlons pas du VICVS DOLVCENSIS de Halinghen, dont le qualificatif n’a rien de religieux, malgré une longue tradition d’affirmations érudites : nous en avons parlé. Quant à Marquise, pas de sanctuaire : le site gallo-romain des Warennes a fait découvrir en 1878 quatre autels dont trois ont été détruits. Le seul restant, visible aujourd’hui au Musée de Boulogne, montre une dédicace SVLEVIS IVNONIBVS SACRVM15. Ce nom de divinités celtiques fréquemment honorées permettrait-il d’imaginer à cet endroit ou ailleurs un sanctuaire gallo-romain, faisant suite à un sanctuaire gaulois ? Probablement pas. Dans cette zone de carrières on pourrait certes penser à un objet fabriqué sur place avant d’être enlevé. Mais on devrait plutôt interpréter ces autels comme des autels votifs déposés par des hommes en rapport avec la fabrication, comme le dédicant des Sulèves Lucius Cassius Nigrinus, ce qui ne constituait pas un sanctuaire à proprement parler16. Un autel votif ne témoigne que pour un particulier, comme celui trouvé à Belle en 1852 et conservé au Musée de Boulogne17.

19La toponymie ne permet guère de pallier ce manque d’informations. Nous posons la question, dans l’étude des hydronymes, si le nom de Desvres ne serait pas lié à celui d’une source sacrée, mais sans preuve décisive.

20Bien entendu l’absence de vici sanctuaires dans l’archéologie n’est peut-être qu’une apparence due au hasard des trouvailles, et l’absence presque complète de toponymes sacrés est peut-être uniquement une apparence causée par le recouvrement des toponymes anciens par la germanisation.

5. Les Vici frontières

21Laissons de côté la question des ports, qui mérite une étude particulière, et convenons de traiter à part Boulogne et Thérouanne en tant que capitales de pagi. Que reste-t-il devant nos yeux ? Essayons de faire parler les noms.

  • 18 Cf. compte de 1362 du diocèse de Thérouanne dans Longnon 1908, p. 600.
  • 19 Conditions phonétiques indiquées dans Nègre 1990, no 3002. Beaucoup de commentateurs renoncent à pl (...)
  • 20 Cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, II, col. 85.
  • 21 Cf. Delmaire 1994, no 257, et Delmaire 1976, p. 86, 325 et 358, n. 108.

22Des bourgs de marché devraient apparaître sur les frontières à l’endroit où elles sont traversées par des routes, celles du moins que l’on peut supposer anciennes. Le cas plus clair nous paraît celui de Brimeux au passage de la Canche par la voie qui monte d’Amiens, la future voie romaine Amiens-Boulogne. Mais Brimeux n’était-il pas en Ponthieu, ce qui devrait l’exclure d’une étude sur les Morins ? Nous ne nous autoriserons pas à traiter de ce lieu situé au Sud de la Canche en posant que Brimeux dépendait au Moyen-Âge de l’évêché de Thérouanne, au doyenné de Fauquembergues : situation dont nous ignorons les antécédents18. Mais on peut considérer un lieu frontière comme appartenant aux deux côtés. Ce mot pose en effet un problème très délicat. La Table de Peutinger indique à cet endroit de la route Lintomagi. Beaucoup de commentateurs, dont Gysseling, préfèrent corriger en Brivomagos avec le sens de « marché du pont », mot qui a pu évoluer en Brimeux19, qui permet de comprendre le nom d’époque romane. Cependant Lindomagos = marché de l’étang existe authentiquement dans le nom médiéval de la rivière Limmat en Suisse, sans doute à partir d’un nom de lieu20, et s’accorderait bien avec un étang voisin et même avec la station lacustre dont nous allons parler. Comment choisir ? Il n’y a peut-être pas à choisir ? Rappelons-nous le cas de Gaesoriacum et Bononia qui représentent deux agglomérations contiguës. Ici l’archéologie nous montre deux secteurs importants : au passage de la voie sur le fleuve, au lieu-dit Les Alleux, et naguère Le Fort, ce qui signifie en germanique « le passage, le gué », des substructions et de nombreux objets dont un jeu de poids romains. À l’Est, on a signalé entre les deux guerres mondiales les restes du tablier de bois d’une station préhistorique lacustre de pêcheurs21. Ce double nom correspondrait donc à l’histoire de Brimeux jusqu’à l’époque gallo-romaine.

23À l’Est de la Morinie, du côté des Atrébates, rien n’apparaît d’une toponymie celtique, car Calonne-Ricouart porte seulement un nom dérivé de celui, authentiquement celtique, de sa rivière.

  • 22 Sur Aire et Thiennes, cf. Nègre 1990, no 5693 et 22135, Delmaire 1994, no 1 et R. Delmaire et coll. (...)

24Au Nord la romanisation qui a subsisté du côté de la Lys a fait sans doute disparaître des noms anciens comme à Aire sur la rive Sud et à Thiennes sur la rive Nord, sites de découvertes archéologiques22. Plus loin vers l’Ouest la germanisation l’a emporté.

  • 23 Cf. Leduque 1972, p. 77 et 127, n. 359 sqq.
  • 24 Voir diplôme de Philippe Ier en 1075 : M. Prou, Recueil des actes de Philippe Ier, roi de France : (...)

25Pourrait-on en dire plus si l’on tenait compte d’un toponyme remarqué par Leduque23 ? Cet auteur a voulu tirer parti de l’existence d’une église des environs d’Aire-sur-la-Lys, ecclesia de Melomodio, proche d’une église d’Aire, ecclesia Ariensis24. Pour Leduque cela signifierait qu’Aire était un Mediolanum gaulois, évolution graphique qui paraît improbable. En vérité on ne peut raisonner sur un mot aussi mal attesté, qui pourrait aussi bien être un nom de personne germanique comme Malbodio > Maubeuge ou contenir une allusion à la rivière Mella, la Melde.

26Aucun autre lieu malheureusement n’apparaît nettement avec le quadruple critère de position sur une voie, de position sur une frontière, de trouvailles archéologiques et de nom celtique. Et encore notre seul exemple méritant la discussion se trouve sur les rives de la Canche.

6. Les Vici commerciaux ou industriels

  • 25 Sur la production préhistorique et historique de sel en Boulonnais cf. Delmaire 1994, p. 60, 67, p. (...)

27On doit supposer l’existence de vici de caractère commercial placés sur des routes, ou de caractère industriel installés dans des zones de production. Chez les Morins une attention particulière doit être portée sur la fabrication de sel, à partir de saumure marine, dans des fours attestés depuis la préhistoire. On en retrouve en Boulonnais à Ardres et dans la région d’Étaples25. En attendant de regarder d’autres agglomérations maritimes, nous devons examiner le cas de Ardres auquel l’archéologie confère un intérêt particulier.

  • 26 Cf. Delmaire 1994, no 15, p. 99 sqq.
  • 27 Salunels en 1118 : Guillaume d’Andres, Chronique d’Andres, édité par L. d’Achery, Spicilegium, sive (...)

28La commune entière d’Ardres a livré quantité de trouvailles de monnaies et céramiques gallo-romaines, et aussi de débris d’industrie du sel sous forme de chenets ou de godets. Ces découvertes ont été particulièrement nombreuses au site des Noires-Terres26. On peut considérer ce site comme le centre d’un vicus gallo-romain, qui s’est poursuivi au Moyen-Âge, après la transgression marine qui avait noyé cette région. Nous savons en effet que le seigneur de ce lieu, qui portait au Moyen-Âge le nom de Selnesse, le quita pour construire le château d’Ardres en 108927.

  • 28 Salinellae 1140 : Nègre 1990, no 25203, et Salinella 1169 : Nègre 1990, no 20797.

29Ce vicus antique, puis médiéval, aurait-il pris la suite d’une agglomération gauloise ? L’archéologie note sur la commune voisine de Balinghem des monnaies gauloises, et aux Noires-Terres des monnaies gauloises de Rupios/Ruios. Peut-on espérer ajouter un élément de réponse par la toponymie ? Tournons nous d’abord vers ce nom si évocateur de Selnesse qui rappelle si justement l’industrie du sel, en ce lieu proche de la mer. Car ce nom ne peut être séparé sous sa forme la plus ancienne de Sallenelle commune de Pendé, Somme, et Sallenelles, Calvados28. Ce mot roman a peut-être précédé la germanisation de cette région, mais ne saurait remonter plus haut que l’âge gallo-romain.

  • 29 En 1070 : Nègre 1990, no 18532.
  • 30 Ardes en 1295. Gaulois selon Dauzat, Rostaing 1963, s.v., qui rapproche de Ardenne. Nègre 1990, no  (...)
  • 31 Cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, I, col. 188-189, 554, et II, col. 1489-1490.
  • 32 Lambert d’Ardres, Chronique de Guînes et d’Ardres, Godefroy-Ménilglaise 1855, p. 229.

30Quant au nom de la petite ville d’Ardres, on sait qu’il était Arda sous sa forme la plus ancienne29. Inutile, pour tenter de l’introduire dans une série, d’aller chercher un nom identique dans le Puy-de-Dôme, celui d’Ardes30, avec une origine gauloise qui évoque les hauteurs. La série évidente à laquelle appartient le nôtre est celle d’un mot néerlandais aarde = terre, que l’on retrouve en toponymie flamande, avec le sens de terre agricole31. On le retrouve bien entendu dans le nom médiéval de la région de Bredenarde groupant Audruicq, Nortkerque, Polincove, Zutkerque. On acceptera donc l’étymologie donnée par Lambert d’Ardres à un nom qu’il connaissait bien : Ille locus, eo quod pascuus erat, a pastura dicitur Arda32. Notre recherche toponymique ne sera pas cependant aussi décevante sur tous les lieux.

  • 33 Cf. Delmaire 1994, no 391.
  • 34 Nègre 1990, no 10583, donne Andrensis pagus et Andernes en 1084, Anderna et Andrena au cours du Moy (...)
  • 35 Sur l’adjectif gaulois, cf. Delamarre 2001, p. 40.

31Regardons maintenant des agglomérations avec nom celtique. Andres sur la Leulène est un site ancien, puisqu’il a fourni aux archéologues un statère gaulois et des monnaies romaines et que l’on y a trouvé des substructions gallo-romaines33. La toponymie permet de supposer une origine celtique, car on peut placer le nom dans une série avec Andrejols en Haute-Loire34, et les Andernay et apparentés. Il a très bien pu exister des toponymes liés à anderos signifiant « inférieur, en bas », bien que cette série soit considérée par les auteurs de nos grands recueils comme venant de noms de personnes, tantôt gaulois, tantôt romains tantôt germaniques35. Ce sens s’accorderait bien avec le passage de la Leulène dans la région basse de Guînes.

  • 36 Cf. Delmaire 1994, no 360.

32Passons sur Merck-Saint-Liévin dont nous parlons à propos de Marck, bien que ce lieu ait été le siège d’une découverte majeure d’âge gaulois : deux torques en or36.

  • 37 Cf. ci-dessus, chap. VII sur les traces toponymiques de la religion celtique.
  • 38 Cf. Delmaire 1994, no 581. Photo et commentaire dans Belot 1990, p. 220-221.
  • 39 Le Bourdellès 1988, p. 77.

33Nous hésiterons à propos de Marquise, car on n’a pas les moyens de reculer l’âge de cette zone de carrières au delà de l’époque gallo-romaine. Quels arguments archéologiques le permettraient ? On sait que la commune de Marquise a révélé depuis le xixe siècle plusieurs sites gallo-romains comportant de nombreux objets et monnaies, que Marquise a livré l’un des seuls témoignages sur la religion gauloise chez les Morins avec l’autel aux Junons Sulèves trouvé dans les carrières37, et que la permanence d’occupation se voit par la découverte d’objets et armes appartenant à une garnison mérovingienne38. Mais il manque des témoignages gaulois de l’indépendance. Tout au plus avons-nous présenté ailleurs39 l’hypothèse d’une voie gauloise montant depuis Amiens et Brimeux et traversant le Boulonnais par Marquise vers les ports de Wissant et Sangatte. Mais on ne peut aller loin dans cette hypothèse.

  • 40 Lambert d’Ardres, Chronique de Guînes et d’Ardres, ch. 22.

34D’autre part faut-il faire remonter très haut dans le temps l’utilisation de la pierre de Marquise connue des Romains, et poursuivie au Moyen-Âge comme l’atteste Lambert d’Ardres : Petreiam, vel petrarum quadraturam Marchisiae40.

  • 41 Cf. Merkisa 877 : Cartulaire de Sithiu, dipl. de Charles le Chauve. Voir Nègre 1990, no 20981, dont (...)
  • 42 Cf. J. Vendryès, « Notes de lecture », Revue de Linguistique romane 1, 1925, p. 275 ; Dottin 1920, (...)
  • 43 Delmaire, Delmaire 1990, posent la question de Marquoy avec le sens de « frontière », à cause de pl (...)

35Reste, bien entendu, le problème linguistique. Marquise est-il un nom celtique41 ? On répondra par l’affirmative, du moment que l’on voit dans ce nom une variante d’un toponyme celte très répandu. Nous pensons à marcasius/mercasius, prototype attesté du français marchais, en picard marquais, connu en toponymie au sens de marais, et passé aussi en anthroponymie. Le suffixe est le même que dans Darantasia = Tarentaise, attesté par les Itinéraires, ou encore dans la capitale des Taurini qui était Taurasia avant de devenir Turin, deux faits qui montrent la nature celtique du mot42. Le mot Marquise a eu une histoire un peu particulière, car l’évolution phonétique propre à la région de Boulogne, lui a donné une forme qu’on ne retrouve pas dans les Marquay, Marquoy, Marquets, nombreux ailleurs en Morinie. Mais, comme les autres occurrences, ce nom de lieu indique des marais, particulièrement présents au long de la Slack qui sourd de Marquise43.

36Faut-il renoncer à dater ce toponyme correspondant à un mot resté longtemps vivant ? Il a été atteint par les conditions phonétiques particulières de la région de Boulogne en période de germanisation, mais auparavant. Faut-il chercher l’origine à l’époque gallo-romaine ou gauloise ? On ne peut rien dire.

37Voilà un cas embarrassant, mais le suivant qui doit être abandonné est plus facile à régler.

  • 44 Wavrans-sur-Aa : in Wabrante 868, cf. Nègre 1990, no 4038 et Wavrans-sur-Ternoise : Waveranz en 113 (...)
  • 45 Cf. Dauzat 1960, p. 111 ; Delamarre 2001, s.v. « Vobera ».
  • 46 Cf. W. von Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch, Bd 14, Bâle, 1957-1961, s.v. « Wabero (...)

38Wavrans-sur-Aa et Wavrans-sur-Ternoise44, le nom est dérivé de gaulois vobera45, avec suffixe -nt, avec le sens de « cours d’eau de dessous terre, ou dessous bois », sans doute pas encore de « broussailles » qui est le sens du français médiéval vèvre, voivre dont l’extension toponymique est considérable46. La première agglomération située entre la Leulène et la Chaussée Brunehaut a fourni quelques trouvailles gallo-romaines et la seconde, loin des voies connues, n’a donné lieu à aucune trouvaille. On hésitera dans ces conditions à reporter à une époque très ancienne l’imposition d’un toponyme qui est resté un mot vivant du français médiéval. Et cela d’autant plus que ce toponyme, au lieu de se présenter sous sa forme simple si fréquente en France : vavre, se voit ici avec une suffixation -nt- qui donne à penser à une dérivation tardive.

7. Conclusion sur les agglomérations secondaires

39Finalement cette enquête a un résultat assez maigre. Le cas le plus clair est celui du marché de frontière précédant l’arrivée des Romains à Brimeux, qui est de façon possible à la fois un Lindomagos et un Brivomagos.

40Pour le reste le nombre d’agglomérations portant un nom celtique qui semble avoir pu être imposé avant l’arrivée des Romains est très faible. Deux causes peuvent être présentées. Ces agglomérations n’étaient pas nombreuses, et cette affirmation n’étonnera pas. Mais aussi le renouvellement de la toponymie par la présence germanique a été très important.

41Aucune conclusion nette ne peut être énoncée, sinon celle-ci : le nombre d’agglomérations secondaires semble avoir été à l’époque de César faible par rapport au nombre des ports. La vocation maritime des Morins ne doit donc pas être minimisée.

Notes

1 Pour l’époque gauloise, le livre essentiel reste Grenier 1934, chapitres 18 et 19, p. 665-681. Pour l’époque gallo-romaine, cf. J.-P. Petit, M. Mangin, Ph. Brunella (dir.), Les agglomérations secondaires : Gaule Belgique, Germanies, Occident romain, Actes du colloque de Bliesbruck-Reinheim – Bitche, octobre 1992, Paris, 1994, en particulier p. 283, et M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain, Rome, 2002.

2 César, BG 3, 1, 4 et BG 7, 15, 1.

3 Cf. Delamarre 2001.

4 Cf. J.-P. Chambon, « Linguistique historique et archéologie : aspects toponymiques de la romanisation de la Gaule à la lumière de travaux récents concernant la Grande Limagne », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 97, 2002, p. 115-116.

5 Delmaire 1994, no 734, avec bibliographie. Photographie et commentaire dans Belot 1990, p. 106-107.

6 Sur la question des curatores dans les vici, cf. M. Dondin-Payre, « Magistratures et administration municipale dans les Trois Gaules », dans M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier (éd.), Cités, Municipes, Colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut Empire romain, Paris, 1999, p. 195.

7 Cf. Vaillant 1890, p. 37-46.

8 Delmaire 1994, p. 68 et 430 respectivement.

9 Cf. P. Merlat, Répertoire des inscriptions et monuments figurés du culte de Jupiter Dolichenus, Paris, 1951, Indices, p. 404-406, et Id., Jupiter Dolichenus : essai d’interprétation et de synthèse, Paris, 1960, p. 10-15, 101-103.

10 Cité par Holder 1896, s.v., d’après une vie de saint pour un lieu non identifié.

11 Cf. Nègre 1990, nos 3520, 7114, 7922, 9032, 9047.

12 Cf. Morlet 1985, p. 83.

13 Delmaire 1994, nos 269 et 882.

14 Delmaire 1994, no 232, p. 230, ne pose pas la question.

15 Delmaire 1994, no 581, p. 427. Sur l’extension géographique et le sens de cette épithète divine, cf. Delamarre 2001, p. 242.

16 On comparera aux autels votifs de la carrière de Saint-Béat. Cf. R. Sablayrolles, J. L. Schenck-David, Collections du Musée archéologique départemental de Saint-Bertrand-de-Comminges. 1, Autels votifs, Saint-Bertrand-de-Comminges, 1988, en particulier nos 49 et 89. Voir aussi Grenier 1934, p. 952, qui décrit l’usage à Norroy près Pont-à-Mousson et à Brohltal près Andernach. Nous remercions Emmanuelle Boube de ces renseignements bibliographiques.

17 Delmaire 1994, p. 333.

18 Cf. compte de 1362 du diocèse de Thérouanne dans Longnon 1908, p. 600.

19 Conditions phonétiques indiquées dans Nègre 1990, no 3002. Beaucoup de commentateurs renoncent à placer Lintomagos sur la voie de Brimeux, et imaginent une voie parallèle qui aurait traversé la Canche plus en aval, et rejoint Boulogne par la forêt de Condette. Voir en dernier lieu Pouchain 2000, p. 405, qui suggère que Lintomagos serait Quentovic. D’autres ont imaginé que Lintomagos serait l’ancêtre de Montreuil.

20 Cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, II, col. 85.

21 Cf. Delmaire 1994, no 257, et Delmaire 1976, p. 86, 325 et 358, n. 108.

22 Sur Aire et Thiennes, cf. Nègre 1990, no 5693 et 22135, Delmaire 1994, no 1 et R. Delmaire et coll., Le Nord, Carte archéologique de la Gaule 59, Paris, 1996, no 590.

23 Cf. Leduque 1972, p. 77 et 127, n. 359 sqq.

24 Voir diplôme de Philippe Ier en 1075 : M. Prou, Recueil des actes de Philippe Ier, roi de France : 1059-1108, Chartes et diplômes relatifs à l’Histoire de France, Paris, 1908, texte LXXII, p. 184.

25 Sur la production préhistorique et historique de sel en Boulonnais cf. Delmaire 1994, p. 60, 67, p. 570, s.v. « saulnier ». Sur la production préhistorique de sel entre Somme et Canche, cf. Desfossés 2000, p. 272-293.

26 Cf. Delmaire 1994, no 15, p. 99 sqq.

27 Salunels en 1118 : Guillaume d’Andres, Chronique d’Andres, édité par L. d’Achery, Spicilegium, sive collectio veterum aliquot scriptorum …, Paris, 1723, tome 2, p. 795b ; MGH SS 24, p. 690-773, ne donne que des extraits. Selnesse dans Lambert d’Ardres, Chronique de Guînes et d’Ardres : Godefroy-Ménilglaise 1855, p. 219, et MGH SS 24, ch. 100-109, p. 610-613.

28 Salinellae 1140 : Nègre 1990, no 25203, et Salinella 1169 : Nègre 1990, no 20797.

29 En 1070 : Nègre 1990, no 18532.

30 Ardes en 1295. Gaulois selon Dauzat, Rostaing 1963, s.v., qui rapproche de Ardenne. Nègre 1990, no 5331, le dérive du latin aridus.

31 Cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, I, col. 188-189, 554, et II, col. 1489-1490.

32 Lambert d’Ardres, Chronique de Guînes et d’Ardres, Godefroy-Ménilglaise 1855, p. 229.

33 Cf. Delmaire 1994, no 391.

34 Nègre 1990, no 10583, donne Andrensis pagus et Andernes en 1084, Anderna et Andrena au cours du Moyen-Âge, mais il veut y voir un prénom romain.

35 Sur l’adjectif gaulois, cf. Delamarre 2001, p. 40.

36 Cf. Delmaire 1994, no 360.

37 Cf. ci-dessus, chap. VII sur les traces toponymiques de la religion celtique.

38 Cf. Delmaire 1994, no 581. Photo et commentaire dans Belot 1990, p. 220-221.

39 Le Bourdellès 1988, p. 77.

40 Lambert d’Ardres, Chronique de Guînes et d’Ardres, ch. 22.

41 Cf. Merkisa 877 : Cartulaire de Sithiu, dipl. de Charles le Chauve. Voir Nègre 1990, no 20981, dont l’attestation la plus ancienne en 961 doit être rectifiée par le Cartulaire de Saint-Bertin, B. Guérard (éd.), Paris, 1840, p. 124.

42 Cf. J. Vendryès, « Notes de lecture », Revue de Linguistique romane 1, 1925, p. 275 ; Dottin 1920, p. 272 ; Dauzat, Rostaing 1963, s.v. « Marchais » ; Lebel 1956, nos 41, 189, 323, 622, avec explication phonétique ; Nègre 1990, nos 12321 et 20981 avec explications impossibles. Il s’agit de l’ancien nom de Rebais en Seine-et-Marne, Marcasius = lat. lacuna, dans un texte hagiographique relatif au viie s., Vita Agili, AASS, 30 Aug. VI, p. 582d.

43 Delmaire, Delmaire 1990, posent la question de Marquoy avec le sens de « frontière », à cause de plusieurs toponymes de cette série proches de la frontière entre Morinie et Atrébatie. Certes, mais que dire des lieux-dits les Marquets à Baincthun, Longfossé, Réty, loin de toute frontière ?

44 Wavrans-sur-Aa : in Wabrante 868, cf. Nègre 1990, no 4038 et Wavrans-sur-Ternoise : Waveranz en 1133.

45 Cf. Dauzat 1960, p. 111 ; Delamarre 2001, s.v. « Vobera ».

46 Cf. W. von Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch, Bd 14, Bâle, 1957-1961, s.v. « Wabero- », p. 92a, et, pour les attestations toponymiques, Nègre 1990, nos 4034-4043.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search