Version classiqueVersion mobile

Boulogne et Thérouanne au temps de César

 | 
Hubert Le Bourdellès

Quatrième partie. Le Réseau urbain

XIII. Thérouanne capitale des Morins ?

Texte intégral

1. Nos connaissances sur Thérouanne

  • 1 Ptolémée : Tarouanna ; Notitia Galliarum : Tervanna ; Itinéraire d’Antonin : Tarvenna ; Table de Pe (...)

1Thérouanne, Tarvanna dans l’Antiquité gallo-romaine1, était une capitale de cité sur laquelle on se pose bien des questions aujourd’hui insolubles (fig. 5). Sa vie dans cette Antiquité n’est connue que par deux points clairement établis. Elle était capitale des Morins sous l’Empire Romain, et cette fonction apparaît bien dans une notice de Ptolémée : «  Les Morins dont la ville au milieu des terres est Tarouanna, 23° 20’ – 52° 50’ ». Elle resta tête du diocèse des Morins, jusqu’à la funeste année 1563, où Charles-Quint punit sa résistance en la faisant raser. D’autre part elle était un nœud routier important de voies romaines, et nous montrons dans notre chapitre sur ce sujet que la voie Arras – Sangate par Thérouanne peut être datée de l’époque gauloise. Mais on ignore si elle était entourée de remparts dans la période gallo-romaine, car on ne sait si les remparts médiévaux rasés qui se devinent sous une levée de terre recouvrent des remparts plus anciens. Et si l’on tente de remonter à la période gauloise, on s’étonne de sa position sur une pente douce descendant vers une île de la Lys, alors que les collines voisines, le Mont-Saint-Jean et le Mont-Saint-Martin n’ont pas révélé d’oppidum. Il est vrai que César déclara que les Morins n’avaient pas d’oppida. Les fouilles n’ont pas été assez développées pour nous donner une image complète de la cité à différentes époques, puisque seul le site de la cathédrale a été exploré.

Figure 5 : Thérouanne. Croquis topographique

Figure 5 : Thérouanne. Croquis topographique

Dessin de Martyne Bocquet, Halma-IpelUmr 8164 (Cnrs, Lille 3, Mcc)

2En fait que pouvons-nous deviner de Thérouanne à l’époque gauloise ?

  • 2 Scheers 1977, no 9 classe IV.
  • 3 Scheers 1977, no 24 classe VII.
  • 4 Scheers 1977, no 45 classe I et II.
  • 5 Scheers 1977, no 136. Cet auteur remarque p. 134 la similitude du cavalier au trident sur la monnai (...)
  • 6 Scheers 1977, no 216 et pour l’extension p. 277, 349, 486, 603 et nos 635- 816.
  • 7 Scheers 1977, no 136, p. 602-603, et pl. XVIII, no 494-495. D’autres auteurs ne donnent pas la même (...)

3Les trouvailles monétaires nous donnent-elles de Thérouanne une preuve de haute antiquité ? On y a trouvé un statère d’or biface des Ambiani2 qui a circulé avant la Guerre des Gaules, plusieurs statères unifaces des Ambiani3 qui ont circulé pendant la Guerre, des bronzes GARMANOS/ANDOBRV4 des Atrébates postérieurs à la conquête, cinq bronzes RVBIOS ou RVFIOS5 sur les six trouvés dans le Pas-de-Calais dont nous disons un mot plus loin, et enfin des monnaies GERMANVS INDUTILLI répandues dans tout le Nord de la Gaule après la conquête6. Ajoutons que la seule monnaie trouvée à Thérouanne ayant une origine possible chez les Morins est celle frappée au nom de RVBIOS ou RVFIOS, en raison de la répartition de cinq trouvailles à Thérouanne et une à Boulogne7. Ce personnage était-il un chef imposé par les Romains après la conquête, après la fuite en Grande-Bretagne de Commios, naguère roi des Atrébates et des Morins ? Nous n’avons que cet indice pour le supposer. Ce panorama ne permet évidemment pas de décider sur le rôle de Thérouanne dans la Morinie indépendante.

  • 8 Gué dallé mis au jour par les archéologues : Delmaire 1976, p. 368-9, et Mériaux 2001, p. 401, n. 1 (...)
  • 9 Sur la distance de 20 lieues entre mansiones, cf. Grenier 1934, p. 203-204.

4Un élément d’information important sur l’économie nous est fourni par les voies. La ville était construite autour de la voie d’Arras à Sangatte et Wissant, dont nous avons déjà parlé, datant vraisemblablement d’époque gauloise. On admettra volontiers que cette route a joué un grand rôle dans le développement et peut-être même l’origine de Thérouanne. Cette agglomération était en effet un point important du trajet, d’abord à cause du gué sur la Lys8, Elle se présentait comme le relais voulu par les normes antiques, étant à 22 lieues gauloises d’Arras selon la Table de Peutinger et l’Itinéraire d’Antonin, et à 20 lieues jusque Sangatte, calculées sur l’ancienne Leulène9. On imaginera donc son rôle dans le trafic routier, avant même la constitution par les Romains des routes rayonnant depuis Thérouanne vers Boulogne, Cassel, Amiens, Brimeux.

  • 10 Cf. Delmaire 1994, p. 80.

5On comprendra que nous ne puissions rien dire sur un rôle religieux de cette capitale, ou future capitale. Que peut prouver pour l’époque gauloise un petit fanum gallo-romain à côté de cette ville, sur le Mont Saint-Martin., disparu dans les travaux de l’autoroute A2610 ?

  • 11 Cf. S. Fichtl, La ville celtique : les « oppida » de 150 av. J.-C. à 15 ap. J.-C., Paris, 2000, p.  (...)

6Nous avons donc l’impression d’une vie gauloise à Thérouanne, mais nous ne pouvons rien dire de précis. Certes les travaux contemporains ont montré l’existence chez les peuples gaulois de centres religieux, où se tenaient des assemblées de cités, où l’on battait monnaie11. Mais ici rien ne peut être suggéré pour l’époque gauloise qu’un rôle économique : des monnaies, un relais sur la route de Sangatte.

7La toponymie permettrait elle d’en dire plus ?

2. Analyse hydronymique

8Notre chapitre sur les hydronymes montre que Taruanna était un nom de cours d’eau, qui a pu devenir nom d’agglomération. C’est un fait fréquent à tout âge. Contentons-nous de deux exemples dont les deux éléments sont bien datés dans l’Antiquité : le fleuve Aturus = Adour a nommé la ville Atura = Aire-sur-Adour, un petit fleuve côtier Dubron, aujourd’hui le Dour, a nommé le grand port du Kent, Dubris que l’Itinéraire d’Antonin présente à l’ablatif pluriel. C’est l’information minimale qui subsiste de notre étude sur les cours d’eau, si l’on ne retient pas le sens religieux que nous ne pouvons pas prouver de façon décisive.

9Dès lors il est permis de suggérer que le nom a été imposé pour marquer la rencontre de la route et de la rivière, ce que la présence de la route et du gué nous invitait déjà à penser. Voilà peut-être l’origine de Thérouanne, en bas près de la Lys. Mais alors rien ne prouve que Thérouanne ait été centre des Morins au temps de l’indépendance. Ce sont peut-être les Romains qui lui ont donné ce rôle comme ils l’ont fait souvent à partir de nœuds routiers.

3. Conclusion

10Aucune méthode ne permet actuellement de dire si ce site routier était en même temps le site principal des Morins à l’époque de l’indépendance. La toponymie n’ajoute rien à ce constat. Il faut cependant ajouter un autre point, c’est que le caractère gaulois de cet hydronyme devenu toponyme permet de placer la création de cette agglomération avant la conquête, ce que suggère également la numismatique. Notre analyse n’a donc pas été sans résultat.

Notes

1 Ptolémée : Tarouanna ; Notitia Galliarum : Tervanna ; Itinéraire d’Antonin : Tarvenna ; Table de Peutinger : Tervanna ; monnaies mérovingiennes : Taroanna.

2 Scheers 1977, no 9 classe IV.

3 Scheers 1977, no 24 classe VII.

4 Scheers 1977, no 45 classe I et II.

5 Scheers 1977, no 136. Cet auteur remarque p. 134 la similitude du cavalier au trident sur la monnaie de RVBIOS/RVFIOS et sur une monnaie vraisemblablement atrébate, et parle de frappe atrébate.

6 Scheers 1977, no 216 et pour l’extension p. 277, 349, 486, 603 et nos 635- 816.

7 Scheers 1977, no 136, p. 602-603, et pl. XVIII, no 494-495. D’autres auteurs ne donnent pas la même répartition ; il faudrait de toute manière ajouter des trouvailles à Ardres : cf. Delmaire 1994, p. 103.

8 Gué dallé mis au jour par les archéologues : Delmaire 1976, p. 368-9, et Mériaux 2001, p. 401, n. 106.

9 Sur la distance de 20 lieues entre mansiones, cf. Grenier 1934, p. 203-204.

10 Cf. Delmaire 1994, p. 80.

11 Cf. S. Fichtl, La ville celtique : les « oppida » de 150 av. J.-C. à 15 ap. J.-C., Paris, 2000, p. 124.

Table des illustrations

Titre Figure 5 : Thérouanne. Croquis topographique
Crédits Dessin de Martyne Bocquet, Halma-Ipel – Umr 8164 (Cnrs, Lille 3, Mcc)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search