Version classiqueVersion mobile

Boulogne et Thérouanne au temps de César

 | 
Hubert Le Bourdellès

Troisième partie. Les Ports

XII. Études de cas

Texte intégral

1. Boulogne

1.1. Position de la question

  • 1 Cf. Delmaire 1994, 1, p. 229-230.
  • 2 Le Bourdellès 1988, p. 77-82.

1On ne peut douter de l’existence d’un port à Boulogne au temps de la Gaule indépendante. Certes les restes archéologiques de ce temps sont bien maigres (fig. 2). Il s’agit de monnaies découvertes à Bréquerecque, dans le quartier Saint-Pierre, près de la tour d’Ordre, et dans le creusement du bassin à flot1. Mais nous savons par ailleurs que César a utilisé le Portus Itius, c’est-à-dire l’embouchure de la Liane, pour sa lote de 800 bateaux. Il est impossible qu’il n’y ait pas eu un point d’embarquement et débarquement lié à une agglomération. Pourquoi chercher ailleurs ce site qu’à Boulogne, là où les Romains ont développé une agglomération double qui avait conservé deux noms celtiques ? Car il n’y a pas seulement le problème d’une occupation celtique en raison de la langue d’un toponyme, mais aussi le problème de la dualité des toponymes. Nous avons déjà traité de ce problème celtique de Boulogne, en cherchant à attribuer le nom de Gesoriacum à la ville haute, et celui de Bononia à la ville basse2. Reprenons rapidement le problème que posent ces deux noms, puis nous montrerons la structure double de cette agglomération, selon un système dont il y a plusieurs exemples chez les Morins comme ailleurs.

Figure 2 : Boulogne-sur-Mer. Croquis topographique

Figure 2 : Boulogne-sur-Mer. Croquis topographique

Dessin de Martyne Bocquet, Halma-IpelUmr 8164 (Cnrs, Lille 3, Mcc)

1.2. L’extension de l’agglomération double

  • 3 Desjardins 1876, p. 348-390 et pl. 17 ; Grenier 1934, p. 527-529 et pl. 169.
  • 4 Cf. E.-T. Hamy, Les sigles figulins de la lote de Bretagne, Bulletin de la Société académique de Bo (...)
  • 5 L’évolution de Boulogne antique est bien résumée dans P. Bedon, Atlas des villes, bourgs, villages (...)

2L’érudition moderne a parfois étendu sa vision de l’agglomération double de manière abusive. E. Desjardins, suivi par A. Grenier3distinguait le port, portus Itius, qu’il situait à Isques, puis un oppidum de Gaesoriacum qui aurait été sur Bréquerecque, et enfin une ville neuve de Boulogne : Bononia. Cela est impossible. Placer un port dans la Liane en amont de l’estuaire est absurde et nous reparlons de la prétendue correspondance toponymique entre Isques et Itius en étudiant les noms de cours d’eau. D’autre part dans l’Antiquité l’occupation habitée de Bréquerecque n’a pas dépassé sa partie basse, au débouché du Val Saint-Martin, où l’on a relevé des tuiles estampillées de la lote romaine, Classis Britannica4. La partie haute de Bréquerecque plus au Sud fut une zone funéraire romaine. Gardons la vision probable d’une agglomération double pour l’époque gauloise : une partie basse avec un port quelque part entre les Tintelleries et Bréquerecque, une partie haute dans ce qui est pour nous la Ville Haute5.

1.3. Les deux noms des deux parties distinctes de l’agglomération : deux hypothèses opposées

  • 6 Par exemple Jullian 1920, p. 458, mais il ajoutait que portus Itius signifiait portus inferior.
  • 7 Pline, 4, 102, et Pomponius Mela, 3, 23.
  • 8 Cf. J. Heurgon, « Les problèmes de Boulogne », Revue des Études anciennes 50, 1948, p. 101-111.

3Nous avons le droit d’affirmer que ces deux noms coexistaient chez les Gaulois mais, bien entendu, en désignant deux parties différentes de l’agglomération, comme on l’admet depuis longtemps6. En effet le nom de Gaesoriacum est largement attesté assez tôt dans l’histoire de la Gaule romaine7, mais celui de Bononia n’est pas absent. On a pu prouver en effet qu’une lettre grecque de Tibère César envoyée entre 4 et 14 de notre ère aux habitants d’une ville de Phrygie depuis Bononia de Gaule, était bien partie de notre Boulogne8. Dans ces conditions, on ne peut admettre deux noms successifs du même lieu, on doit considérer deux quartiers différents portant chacun un nom propre.

  • 9 Voir références dans Le Bourdellès 1988, p. 77-82. On peut ajouter Jullian 1920, p. 458.
  • 10 Origo Constantini 2, 4 : apud Bononiam quam Galli prius Gesoriacum uocabant, et Table de Peutinger  (...)
  • 11 Cf. M. Reddé, Mare nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine militaire (...)

4Avec un bel ensemble les savants ont proclamé Gesoriacum ville du bas, et Bononia ville du haut9. Pourquoi ? Il semblait que l’évolution de la ville au cours des troubles qui marquèrent la fin de l’Empire devait privilégier la ville haute, avec son enceinte toujours présente aujourd’hui sous les murailles médiévales et que les archéologues datent de la in du iiie siècle. Dès lors on comprendrait que le nom de Gaesoriacum, s’il était celui de la ville basse, disparaisse à partir de cette époque, comme le soulignent deux textes postérieurs10. On peut préciser cette date en remarquant que le Panégyrique de Constance Chlore prononcé en 297, en présentant les opérations contre le rebelle Carausius réfugié dans Boulogne, parle des Gesoriacenses muri. Au contraire le Panégyrique de Constantin prononcé en 310, rappelant le même épisode, ne parle plus des murs de Gesoriacum, mais de Bononiense oppidum11. Ce serait donc le nom Bononia de la ville haute qui aurait été préservé pour une raison militaire.

  • 12 Cf. Delmaire 1994, p. 224.

5Il faut bien voir que ce schéma est une pure hypothèse, que l’on peut retourner. On pourrait aussi bien soutenir que la disparition du nom Gaesoriacum de la ville haute s’expliquerait par le développement du port, qui serait Bononia, la ville basse. Moyen principal de communication avec la Bretagne depuis César, et plus encore après la conquête de l’île par Claude, ce port a gardé longtemps son importance. Certes, au témoignage des archéologues, il n’y a plus trace ici après le iiie siècle de la lote militaire du Détroit, la Classis Britannica, et la Notitia Dignitatum, vers 400, montre sur ces côtes une Classis Sambrica dont les bases sont ailleurs. Mais le récit d’Ammien Marcellin pour les années 360 et 368 (20, 1, 3 ; 20, 9, 9 ; 27, 8, 6) montre que les relations entre Boulogne et Rutupiae = Richborough étaient maintenues et devaient durer jusqu’à l’abandon de la Bretagne par Rome au début du ve siècle. Ce maintien de l’activité du port allait de pair, nous devons l’estimer, avec la constitution d’une défense de la Basse Ville par deux lignes de murailles rejoignant la Haute Ville12, et cela expliquerait bien la promotion du nom de ville basse, Bononia, devenu pour les voyageurs et navigateurs le nom de l’ensemble.

6Voilà une autre hypothèse qui, comme la première est plausible, mais non encore prouvée. Pour obtenir la preuve, les méthodes historiques traditionnelles ne permettent pas d’aller plus loin. Essayons la toponymie.

1.4. Les preuves toponymiques qui permettent de placer les deux noms

  • 13 La forme authentique se trouve sur les Gobelets de Vicarello, alors que la table de Peutinger et le (...)
  • 14 Bonnam et Caesoriacum [leçon du MS Bambergensis] pontibus iunxit et classibusque firmauit. Pour la (...)
  • 15 RE XV.2 (1932), s.v. « Mogontia », col. 2422 (F. Heichelheim).
  • 16 Liste des Boulogne de France dans Toponymes de France, à contrôler par les dictionnaires toponymiqu (...)

7Commençons par une méthode de géographie toponymique, provisoirement sans nous préoccuper de l’étymologie. Le nom Gaesoriacum contient comme premier élément un mot Gaes- fréquent en toponymie celtique. Il désigne des agglomérations de hauteur, selon deux attestations antiques. Ainsi Gaesaone, aujourd’hui Césanne, au dessus de la route romaine du Mont Genèvre, du côté italien13. Et surtout nous possédons un texte de Florus (2, 30), qui nous raconte que Drusus, dans sa campagne sur le Rhin, entre 14 et 9 avant notre ère, « fit construire des ponts à Bonn et Caesoriacum, et y établit des lotes »14. Les savants allemands ne doutent pas que G/Caesoriacum sur le Rhin ne soit la citadelle de Kästrich au-dessus de Mogontia-Mayence15. En sens contraire les Bononia sont toujours à un bas niveau au pied d’un mont. Pensons par exemple à Bononia dans l’Italie celtique dans la plaine du Reno, ou à Bononia en Mésie, cette station fluviale sur le Danube, où débarqua l’Empereur Julien selon le récit d’Ammien Marcellin (21, 9). Et, à tous les exemples possibles, nous pourrions ajouter Bonna-Bonn, qui doit être le même mot sans suffixe16.

  • 17 L’explication complète du mot Gaesoriacum est délicate. L’élément –acum désignant un lieu est connu (...)

8Venons en maintenant à l’étymologie, qui est totalement concordante avec les résultats de notre première méthode. Il est clair que Gaesoriacum, quelle que soit la nature du second élément de ce nom complexe, contient un élément gais-identique à un mot gaulois : gaesum, souvent cité par les auteurs romains avec le sens de : javelot gaulois, comme on voit par César, BG 3, 4. On admettrait facilement qu’il puisse avoir le sens métaphorique de : pointe de terrain s’avançant au-dessus du niveau inférieur, selon un procédé comparable en français à : Pointe du Raz, éperon rocheux. Aussi bien cet emploi topographique de gaesum est plus étendu encore que nous ne l’avons dit, car le monde celtique connaît plusieurs Gaesodunum où le deuxième terme désigne nettement un lieu de hauteur17.

9D’autre part le mot Bononia est vraisemblablement lié à l’irlandais bun = fondement, base, pied d’un mont, et au gallois bon = base.

10Dans ces conditions, avec cet accord de la géographie toponymique et de la vraisemblance étymologique, il ne peut y avoir de doute. Gaesoriacum était le nom de la partie haute, nom qui a disparu vers 300, tandis que Bononia était celui du port, qui a fini par s’imposer à l’ensemble.

1.5. La structure double à Boulogne

11Revenons aux temps gaulois, après ce long passage à travers l’Empire romain, qui était nécessaire pour reconnaître la structure antique de Boulogne. On ne peut douter que cette structure ait été gauloise dans son origine, puisque les deux noms sont manifestement celtiques. Cela ne peut nous étonner, parce que les Romains ont en général respecté les noms de lieux sur place à leur arrivée, les ont parfois transformés en hybrides comme Augustodunum = Autun, ou ont plus rarement procédé à une romanisation plus complète comme Augusta Treverorum = Trèves/Trier. Ici le respect des deux noms celtiques est pour nous un moyen de remonter le temps.

12On voit aisément que la nature du sol morin, avec ses hauteurs dominant les atterrissements, se prêtait à une structure double des ports. Une agglomération portuaire était liée à une autre située sur la hauteur. Cela est manifeste à Boulogne. À côté de la rade du Portus Itius était installé le complexe de Boulogne à deux parties. Ne nous trompons pas sur ce point, car on a voulu parfois compliquer le problème en ajoutant le troisième terme du portus Itius, qui désigne un site, mais non une agglomération. Pourquoi ces deux parties d’agglomération ? Il s’agit d’une structure bien connue dans l’Antiquité. Souvent le quartier d’habitation situé en hauteur n’était pas mêlé au port qui avait la fonction de commerce maritime. Nous en avons déjà parlé dans notre introduction à cette section sur les ports. Contentons nous ici de ce que nous apercevons pour Boulogne au moment où César a rassemblé sa flotte dans le Portus Itius. Rien ne nous prouve que le mur romain visible en maints endroits sous le mur médiéval ait été précédé d’un retranchement gaulois, rien ne nous permet de parler d’oppidum, même si le gaesum de Gaesoriacum nous fait penser à une fonction militaire, sans certitude. Et faut il rappeler que César nous a appris que les Morins avaient des fermes et des bourgades, vici aedificiaque, mais ne parle pas d’oppidum (BG 3, 29, 3) ? Dans ces conditions peut on parler de fonction défensive pour cette agglomération de la hauteur ? Pourtant le site de Gaesoriacum sur un éperon bordé par les deux vallons des Tintelleries et de Saint-Martin se prêtait à la défense. Il faudrait alors supposer une muraille de bois disparue sans laisser de traces, qui aurait formé un castellum. Mais Gaesoriacum a pu être seulement en ses débuts une agglomération habitée loin du rivage et des contraintes liées au voisinage immédiat de l’activité maritime.

13Aussi bien l’ensemble devait être assez modeste à l’époque gauloise, avant que César, par son exemple, ne privilégie le Portus Itius. Nous dirons seulement qu’une agglomération double est décelable dès l’époque gauloise, en raison des noms celtiques maintenus sous l’occupation romaine. La toponymie nous donne au moins ce résultat.

2. Wissant et Sombre

2.1. Position de la question

  • 18 Briquet 1930, p. 260-270.

14La fonction de port de Wissant est encore dans les mémoires (fig. 3). Bien entendu, il faut remonter au-delà du xxe siècle, où l’on voyait seulement quelques pêcheurs traîner sur le sable leurs barques à fond plat, les flobarts. Mais si l’on veut bien aller plus haut dans le temps, on retrouve un véritable port, d’une constitution géographique instable, puisque le géographe Briquet le présentait comme situé derrière un poulier sableux avec une brèche ouverte par la mer et qui pouvait se refermer18. L’archéologie le montre très utilisé dans l’Antiquité, bien que les textes antiques l’aient ignoré, à cause du rôle de Boulogne, qui était dotée d’une vaste embouchure et jouissait d’une fonction officielle. Aussi bien un port permettant le trajet le plus court vers la Grande-Bretagne, sur 35 km seulement, n’a pu rester inutilisé, tant que les sables ne l’ont pas refermé.

Figure 3 : Wissant. Croquis topographique

Figure 3 : Wissant. Croquis topographique

Dessin de Martyne Bocquet, Halma-IpelUmr 8164 (Cnrs, Lille 3, Mcc)

  • 19 Cf. Th. Arnold (éd.), Henrici archidiaconi Huntendunensis Historia Anglorum. The History of the Eng (...)
  • 20 E.M.C. Van Houts (éd.), The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumieges, Orderic Vitalis, and Ro (...)

15Après Charlemagne qui s’occupa uniquement de Quentovic et Boulogne, le port reprit son importance. Les voyageurs passant le détroit l’ont souvent utilisé à partir des xie et xie siècles, et les historiens à partir du xie siècle ont noté ces passages : ainsi l’historien Henri de Huntingdon, qui a relaté un passage en 1013 dans ce port, bien reconnaissable malgré l’orthographe défectueuse du manuscrit19. Cette légère difficulté disparaît, lorsque nous lisons le passage d’Alfred en 1036 au portus Widsanti sous la plume de Guillaume de Jumièges, un historien de la fin du xie siècle20.

16Nous pourrions citer bien d’autres historiens des affaires anglaises. Mais les Français étaient conscients de l’importance de ce port tout autant que les Anglais, puisque, à la fin du xie siècle si ce n’est au début du siècle suivant, la Chanson de Roland, v. 1429, fait de Guitsand l’un des points cardinaux de France.

  • 21 Cf. Haigneré 1880, 3, en particulier p. 278 sqq., p. 286 ; B. Delmaire, Lexikon des Mittelalters 9, (...)
  • 22 Cf. Holmes 1907, p. 567. Nous reverrons ces appellations au chapitre des hydronymes.

17Cette importance dura pendant tout le Moyen-Âge, en raison de la proximité de Douvres21. Mais l’importance de Wissant faiblit devant Calais, promu par les Anglais, maîtres de ce port pendant deux siècles. Finalement en 1738 une tempête poussa les dunes dans le port et le village. Ce fut la fin du port et c’est à peine si l’on croit deviner aujourd’hui son ouverture du côté de l’embouchure du ruisseau descendant sur la plage. Mais la tradition locale au xixe siècle disait bien que l’ancien port de Wissant avait été dans l’embouchure du Rieu de Sombre, ou Rieu de Herlen, ou Ruisseau du Moulin22.

  • 23 Lambert d’Ardres, Histoire des comtes de Guînes, MGH SS 24, p. 566.
  • 24 Cf. Guillaume d’Andres, Chronique d’Andres, MGH SS 24, p. 756 : Cnebingesand prope Sandwicum.
  • 25 On pourrait supposer que ce nom soit en fait l’aboutissement d’un mot celtique comme Uxantis = élev (...)

18Ces dunes envahissantes ont joué un tel rôle à Wissant que la station en porte le nom : sable blanc, comme le montrait Lambert d’Ardres au xiie siècle avec une étymologie flamande : Britannicus portus, qui, ab albedine arenae, vulgari nomine appellatur Witsant23. Ce nom peut être d’origine franque et flamande, car il y a un autre toponyme à deuxième terme en sand sur la côte flamande : Cadzand. Il est vrai que la Grande-Bretagne n’ignore pas complètement les composés à deuxième terme en sand24. Nous laissons de côté cette question insoluble, puisque les formes anciennes admettent les deux origines. Ce qui nous importe en réalité est de constater que le nom Wissant ne peut remonter très haut, soit aux établissements saxons du Boulonnais, soit à la période franque, à moins qu’il soit la déformation d’un nom gaulois avec étymologie populaire germanique, ce qui ne peut être démontré25.

19Mais, comme il arrive avec l’étymologie qui ne se dépasse pas elle-même, cela ne nous permet pas de voir clairement les origines de Wissant comme port. Il est nécessaire pour éclairer la question d’élargir la recherche.

2.2. César et Wissant : une hypothèse à rejeter

20La relation hypothétique de César avec Wissant est liée au problème de Boulogne et du portus Itius. Ce n’est pas le moment d’évoquer dans sa totalité cette controverse. Contentons nous de dire que l’accord des savants se fait généralement aujourd’hui sur la proposition suivante. En 55 César a conçu le projet de conduire sa lote vers la Bretagne en utilisant le territoire des Morins, puisqu’il permettait la traversée la plus courte : in Morinos, quod inde erat breuissimus traiectus (BG 4, 21). Mais cela ne signifie pas qu’il ait choisi le point d’où la traversée était la plus courte. En réalité il avait déjà reconnu en 55 le Portus Itius qu’il désigne en 54 comme fournissant la traversée la plus pratique : ad portum Itium, quo ex portu commodissimum in Britanniam traiectum esse cognouerat (BG 5, 2). Nous verrons dans notre chapitre sur le Portus Itius pour quelles raisons il faut identifier ce port avec Boulogne, ou tout au moins la rade de Boulogne.

21César a ignoré Wissant qui ne fournissait pas de station assez vaste pour ses lotes, même celle de 55, forte d’une centaine de navires. Et les Romains ont suivi son exemple en privilégiant Boulogne, seul port Morin cité explicitement dans les textes pour la liaison avec la Grande-Bretagne, relié au réseau routier imaginé par Agrippa.

22Cela signifie-t-il que Wissant n’ait point existé à l’époque gauloise, puis à l’époque gallo-romaine ? Son succès à l’époque médiévale laisse penser qu’il y a eu un préliminaire ancien.

2.3. Wissant et l’archéologie

  • 26 Delmaire 1994, no 589.

23Rappelons que la commune de Wissant se présente aujourd’hui comme une plaine, en partie marécageuse en direction de Tardinghen. Sur cette plaine se dressent des butes qui naguère passaient pour des travaux antiques : le Camp de César, les Cronquets devenu Typhonium, en raison d’une construction pseudo-égyptienne, la Bute Carlin, la Motte du Bourg ou Motte au Vent. Sur les pentes, la hauteur de Sombre et la localité de Sombre. Tous ces lieux ont fourni des découvertes d’objets antiques. Des monnaies gauloises ont été trouvées surtout sur la plage, semble-t-il, et du matériel gaulois tardif dans un fossé au pied de la Motte au Vent. Quant aux trouvailles de monnaies et d’objets romains, elles sont très abondantes sur toute cette surface26.

24Tout cela dénonce une intense occupation gauloise, puis romaine, mais nous ne pouvons reconstruire Wissant antique, puisque l’archéologie n’a pas encore atteint de construction. Il faut espérer dans l’utilisation d’autres méthodes.

2.4. L’environnement ancien : Sombre

  • 27 L’actuelle route départementale 244 descend par une boucle qui touche Haute-Sombre. Mais il y aurai (...)
  • 28 La graphie Audessombres atestée en 1340, ne semble pas pouvoir être interprétée autrement, au vu de (...)
  • 29 Delmaire 1994, 2, p. 435.
  • 30 Longnon 1908, p. 599.
  • 31 Le premier titulaire connu du doyenné de Wissant est indiqué pour 1226. Cf. Haigneré 1880, 3, p. 29 (...)

25Un point très important est que l’on ne peut dissocier à haute époque Wissant de l’autre moitié d’un couple formé avec Sombre, situé sur la hauteur, où passait la voie antique, venue de Thérouanne, sans que l’on puisse désigner exactement son tracé dans la région de Sombre27. Le lien entre les deux agglomérations n’est pas totalement perdu aujourd’hui, car le vieux cimetière paroissial de Wissant est situé à mi-hauteur, au lieudit Basse-Sombre. L’actuel hameau de Sombre, autrefois Haute-Sombre, est beaucoup plus loin sur la hauteur28. La vieille église contenue dans ce cimetière a disparu à la Révolution, mais cette situation montre où il faut chercher la partie ancienne de Sombre. Remarquons par ailleurs que le secteur de Basse-Sombre contient des substructions antiques29. Tout cet ensemble n’est plus aujourd’hui qu’une dépendance de la commune de Wissant. Mais un archaïsme ecclésiastique montre une situation autrefois inverse. Sombre était chef-lieu paroissial, et Wissant succursale. C’est ce que dit le Pouillé de 1362 de Thérouanne à propos de la situation de Saint-Nicolas de Wissant : Wyssant. Nicholaus in hac parte, quia Sombre est parrochialis de Wissant, qui infra scribitur30. Cependant le même pouillé montre bien un décanat de Wissant, lequel est connu depuis au moins 1226, rompant partiellement avec l’archaïsme31. Faut-il tirer parti de cet archaïsme qui décèlerait une situation générale très ancienne ?

  • 32 Voir J. Lestocquoy, « D’Angleterre à Rome au xe s. », dans Études historiques dédiées à la mémoire (...)
  • 33 Beaucoup d’auteurs ont voulu voir Wissant dans le Guisus des Annales de Flodoard pour 938. Il s’agi (...)

26Nous sommes ici beaucoup mieux armés que devant le problème de Sclives et Sangatte. En effet nous disposons d’un Itinéraire de l’archevêque Sigeric daté de 990 qui, rentrant de Rome en Angleterre, aboutit à la côte de Wissant en passant par la voie romaine de Thérouanne, c’est-à-dire par Atherats (Arras), Bruwaei (Bruay-en-Artois), Teranburh (Thérouanne), Gisne, Sumeran (Sombre)32. C’est donc que jusqu’au Moyen-Âge on a pu considérer le port et la hauteur qui le domine comme un même lieu complexe, même alors que le nom de Wissant commençait à s’établir pour le port, et à dévaloriser l’agglomération des hauteurs33.

27Reste à savoir si nous avons le droit de trouver là une dénomination antique et si cette dénomination était valable pour les deux parties du complexe.

2.5. La toponymie du complexe Sombre – Wissant

  • 34 Cette source est dénommée Source du Pont Charnier sur la carte IGN au 1/25000. Il faut sans doute r (...)

28L’importance d’une réflexion sur Sombre apparaît encore mieux si on lit notre chapitre sur les noms de cours d’eau. On y verra que Sombre est un hydronyme gaulois, qui a souvent servi à désigner des lieux voisins, ce qui correspond à la situation que nous considérons. Ce lien est encore sensible. Nous verrons dans notre chapitre sur l’hydronymie qu’il ne faut pas penser ici au petit ruisseau de Haute-Sombre descendant du hameau de Haute-Sombre. Il faut penser au cours d’eau qui passe en dessous du cimetière, dans la partie ancienne qui contient des substructions antiques. C’est là que coule un ruisseau important nommé rieu/ruisseau de Herlen, de Sombre, de Wissant, grossi par une source sortie au pied du cimetière34. Ce ruisseau est assez important pour avoir fait tourner naguère un moulin. Il nous paraît assurément la cause de cette appellation hydronymique.

  • 35 Voir ci-dessus, p. 113 et n. 32.

29On peut donc dire que nous connaissons le nom gaulois de l’agglomération située dans les hauteurs, unie au port. Est-ce à dire que ce nom désignait l’ensemble, comme on pourrait le croire d’après l’Itinéraire de Sigeric qui s’embarque à Sumeran35 ? On en doutera, si l’on suit une analogie avec le complexe de la Liane qui était Gaesoriacum sur la colline, et Bononia près du port. Mais dans ce cas, avouons que nous ignorons le nom gaulois de Wissant.

2.6. Conclusion sur Wissant

30Il est remarquable de pouvoir indiquer le nom celtique de la hauteur au-dessus du port grâce à ce couple de lieux associant un port et un lieu séparé, mais joint. Cela montre une organisation qui pourrait remonter à la période de l’indépendance, si l’on tient compte de l’antiquité du nom et des monnaies gauloises qui ont été trouvées sur place. Cette organisation allait plus loin, puisqu’il y avait association des deux ports de la région. Certes le port de Wissant, probablement en rivalité avec celui de Sangatte, avait un avantage : placé entre les deux caps qui s’avançaient sans doute plus loin que de nos jours en pleine mer, il se trouvait relativement protégé contre le vent dominant du Sud-Ouest. Fermé par des bancs de sable sous-marins, il se trouvait aussi relativement protégé de la haute mer. Mais il n’empêche que leur association se voyait dans la structure des voies, car on sait que la voie de Leulène allant de Thérouanne à Sangatte, avait un embranchement partant de Guînes et rejoignant le port de Wissant par Sombre, l’actuelle D 244. Faut il s’étonner de cette organisation ? Elle était nécessaire pour un peuple qui maintenait des liens avec la Bretagne, et participait à une ligue de tous les peuples maritimes de la Manche. Sa situation à 35 km. de Douvres en faisait un point de départ remarquable, même si l’absence d’un grand port à cet endroit a écarté César de Wissant.

31Cette recherche permet également de comprendre l’histoire ultérieure de Wissant. Les Romains ont délaissé Wissant au profit de Boulogne, point terminal de la grande voie montant depuis Rome, reliée aussi à la Germanie par une voie marquée sur les Itinéraires. À la fin de l’Antiquité, la montée des eaux par la transgression dite de Dunkerque II a permis l’établissement du port de Quentovic sur la Canche. Cependant la voie de Thérouanne à Sangatte et Wissant existait toujours, quoique les Itinéraires romains n’en eussent point montré l’existence et les connexions. Il est donc naturel que les petits bateaux de Moyen-Âge aient réclamé l’utilisation du point le plus proche de la Grande-Bretagne, à l’extrémité de la route Leulène, avec un port réduit, mais une grève très longue où l’on pouvait tirer à sec de faibles embarcations. C’est pourquoi nous constatons par ce texte de 990 le passage d’un ecclésiastique, qui a suivi jusqu’à Sombre les vieilles voies, avant de s’embarquer pour rejoindre la Grande-Bretagne, ce qui nous permet de penser également au passage de nombreux marchands.

32La survivance toponymique de Sombre et la survivance ecclésiastique de son lien avec Wissant permettent donc d’entrevoir un complexe portuaire gaulois, et de retracer l’histoire ancienne de Wissant.

2.7. Deux noms liés à l’histoire de Wissant

33Les deux noms suivants ne nous paraissent pas devoir remettre en cause nos analyses.

  • 36 Le Nord de la France de Théodose à Charles Martel, Catalogue d’exposition, Boulogne-sur-Mer, Musée (...)
  • 37 Ce tremissis est conservé à Bruxelles, Bibliothèque royale, Cabinet des médailles, référence 15/05/ (...)
  • 38 L. de Lange, Monnayage et économie à l’éoque mérovingienne en Belgique seconde (570-675), Mémoire d (...)
  • 39 J. Lafaurie, J. Pilet-Lemière, Monnaies du Haut Moyen-Âge découvertes en France, Paris, 2003, au no(...)

34Nous n’attacherons pas beaucoup d’importance à une prétendue forme mérovingienne du nom de Wissant, suggérée nagère36 : on pense pouvoir déduire cette forme d’une monnaie mérovingienne Vicisio Vico datant des environs de 600, qui aurait été trouvée à Wissant : ce lieu de trouvaille doit cependant être révoqué en doute37. Mais est on sûr de la lecture ? Une lecture Visico nous amènerait à Wisques. L. de Lange refuse cependant un lieu de frappe à Wisques, car ce lieu est Wiciacus en 64838. Constatons pour terminer ce débat que plus récemment d’autres auteurs ont maintenu la découverte à Wissant, mais déclarent ignorer le lieu de frappe39. Nous en resterons là.

  • 40 Haigneré 1880, 3, s.v. « Wissant ».
  • 41 Mentionné dans Translation de Saint Wandrille, MGH SS 15, p. 629, 50. Voir ci-dessus, p. 51, n. 9.

35Nous ne dirons rien de la tentative de D. Haigneré40 qui rattache le quartier des Wrimetz, dans Wissant, et le lieu Weretha donné dans une source médiévale41. Ce mot Wrimetz qui n’est pas connu anciennement semble germanique. Il ne touche pas notre problème.

3. Sangatte et Sclives : un couple probable

3.1. Position de la question ; le port médiéval. Difficultés étymologiques

36Rappelons que Sangatte a été longtemps un petit port ouvrant dans les dunes, bouché à l’époque moderne par le sable, de sorte que rien n’apparaît plus de cette ancienne fonction, si ce n’est la voie antique dite Leulène, venant de Thérouanne, et qui desservait Sangatte.

  • 42 Lambert d’Ardres, Histoire des comtes de Guînes, MGH SS 24, p. 599.
  • 43 Sand geat 1256, selon J. Glover, Place-names of Kent, Londres, 1976, p. 166.

37En contradiction avec notre méthode générale, commençons par la question étymologique, car il semblerait qu’on y retrouve la situation ou la fonction du port. Ce port en effet au milieu des sables, un des textes les plus anciens sur ce lieu semble le désigner comme un « trou dans le sable », c’est ce que dit Lambert d’Ardres par son étymologie qui rattache le mot à la langue des indigènes, donc au flamand : harene foramen, vulgo Sangatam, indigene nomen indiderunt42. Néanmoins beaucoup d’érudits ont airmé une origine anglaise du nom, à cause de la présence d’un Sandgate sur la côte du Kent43, Serait ce un produit de l’implantation saxonne à la fin de l’Antiquité ? Voilà qui est déjà compliqué.

  • 44 Ces distinctions sont bien marquées par de Vries 1961, s.v. « gat » et « gata ».

38Mais voici plus compliqué encore dans cette question d’étymologie. En effet les langues anglaise et flamande ont connu chacune de leur côté au Moyen-Âge deux mots quasi-homonymes à distinguer : l’un signifiant trou ou porte comme dans l’anglais moderne gate = porte, ou le néerlandais moderne gat = trou, l’autre signifiant passage, chemin, que ces deux langues n’ont pas gardé, sauf dans des reliques dialectales, mais que l’on retrouve par comparaison dans l’allemand gasse44.

  • 45 Cf. J.A. de Foucault, « La route dans la toponymie du Pas-de-Calais », Revue internationale d’Onoma (...)

39On accordera donc attention à une recherche de J.A. de Foucault, qui a montré dans la région un ensemble de toponymes en -gate avec le sens incontestable de chemin, liste que l’on peut compléter45. Sangatte serait donc lié à un ensemble flamand de composés avec gate = chemin, et signifierait non pas trou dans le sable, mais chemin dans le sable. Serait ce alors une allusion à la voie antique venant de Thérouanne et descendant sur le port ?

40On le voit, l’étymologie pourrait donner une indication sur la situation et la fonction de Sangatte, mais de manière incertaine. Et à tous égards ce nom ne pourrait avoir été établi que lors des implantations germaniques, ou plus exactement lors de l’implantation franque, comme le montre un ensemble de composés en -gate dans la région. Trouvons d’autres méthodes pour remonter plus haut, ce que l’analyse linguistique ne permet pas dans le cas présent.

3.2. César et Sangatte : un mirage

41Disons seulement quelques mots sur le mirage de Sangatte comme port de César. Si l’on croit que l’expédition de 55 en Grande-Bretagne est partie de Wissant, on est obligé de poser comme port secondaire Sangatte, indiqué comme portus ulterior ou superior (BG 4, 23,1 à 28, 1). Mais nous voyons à nos chapitres sur le Portus Itius et sur Ambleteuse que César avait déjà reconnu en 55 le port utilisé aussi l’année suivante, et qu’il s’agit de Boulogne, ou plutôt de sa rade, et d’Ambleteuse.

42Cela ne signifie pas que Sangatte ait été ignoré à l’époque gauloise ou plus tard. Mais nous pouvons seulement le montrer par l’archéologie et par le couple formé d’une agglomération haute et du port.

3.3. Sangatte et l’archéologie

  • 46 J. Malbrancq, De Morinis et Morinorum rebus, Tournai, 1639-1654, 1, p. 43.
  • 47 Delmaire 1994, no 240.
  • 48 Liste de monnaies dans Delmaire 1976, p. 91/92.
  • 49 Delmaire 1994, no 240.

43Il est malheureusement impossible d’obtenir de l’archéologie une synthèse sur l’occupation antique de Sangatte. D’une part l’affirmation sans cesse répétée que des constructions antiques se verraient sous la mer au-delà de la limite des plus basses marées demanderait confirmation. Elle repose sur une allégation de Malbrancq46 : mais ignore-t-on qu’il a souvent rempli le vide d’informations par des affabulations ? D’autre part le catalogue bibliographique très riche donné par R. Delmaire47nous montre surtout des trouvailles de monnaies. Pour ce qui est de l’époque gauloise, sur la plage de Sangatte ont été découverts des statères, quarts de statère, des bronzes, de provenances ethniques diverses, avec des unifaces qui posent la question de l’origine morinienne et dont nous parlons ailleurs48. Des découvertes d’un autre ordre seraient à attendre, puisque les prospections précédant les travaux du tunnel sous la Manche ont révélé un site de l’âge du fer et gallo-romain entre les Terres Genées et la voie de Leulène49. Mais les monnaies constituent le seul témoignage gaulois important.

  • 50 Delmaire 1976, p. 124 et Delmaire 1994, no 240.
  • 51 Delmaire 1994, no 236.

44L’occupation a été continue, puisque les trouvailles de monnaies romaines ont été très nombreuses le long de la voie de Leulène venant de Thérouanne et aboutissant à Sangatte. En particulier on peut citer les monnaies trouvées en 1825 dans une tombe lors de la construction de la digue de Sangatte, dont les pièces sont au nom d’empereurs depuis Claude jusque Gratien50. Ajoutons cependant que les fouilles précédant le percement du tunnel sous la Manche ont amené dans les environs la découverte de la villa des Aqus des Alleux sur la commune de Fréthun51.

45Si donc nous ne pouvons reconstituer le port gaulois ou gallo-romain de Sangatte, nous avons la satisfaction de savoir qu’il y eut un établissement gaulois, puis gallo-romain en ce lieu, communiquant avec l’intérieur par une voie bien connue, et lié avec le Kent.

3.3.1. L’environnement ancien de Sangatte

  • 52 Lambert d’Ardres, Histoire des comtes de Guînes, MGH SS 24, p. 599.
  • 53 Guillaume d’Andres, Chronique d’Andres, MGH SS 24, p. 720, 40. cf. Haigneré 1881, s.v. = « Sclives  (...)
  • 54 Cf. Longnon 1908, p. 597. Sclives y est écrit Selines.

46Regardons maintenant la situation de Sangatte dans son environnement, comme Lambert d’Ardres52nous y invite lorsqu’il parle à côté des dunes de Sangatte de la Sliviatica soliditas, la terre ferme de Sclives. Il faut tenir compte en effet d’un autre lieu qui fut lié à Sangatte au Moyen-Âge, et peut-être avant, Sclives53, dont le nom apparaît en 1084, se trouvait sur la Leulène, sur une pente descendant à Sangatte, mais ce village disparu ne survit à notre époque que par le patronage de Saint Martin qui lui était attribué : ferme Saint-Martin, Mont Saint-Martin. Nous savons que l’église Saint-Martin de Slives ou Sclives fut une cure dont Saint-Martin de Sangatte était la succursale, ce qui apparaît encore par le pouillé de 1362 qui cite seulement la cure de Sclives relevant du doyenné de Guînes, mais non Sangatte54. Cette situation ecclésiastique, que l’on retrouve à Sombre et Wissant, est ancienne, si l’on pense que le vocable de Saint Martin dénonce souvent une église ancienne. Mais peut-on de cette situation ecclésiastique passer à une situation générale, et décrire la relation entre le port à Sangatte et le chef-lieu à Sclives ? Et remonter jusqu’à l’Antiquité ? Ce n’est pas interdit si l’on constate la décadence progressive de Sclives à côté de Sangatte, même si nous n’avons pas ici les bons arguments que nous avons pour Wissant et Sombre.

  • 55 Delmaire 1994, no 240.

47Tentons pourtant de remonter à l’Antiquité. Constatons que l’archéologie ne nous sera pas de secours, pour dater l’origine de Saint-Martin de Sclives : en effet on signale pour ce lieu seulement des sarcophages médiévaux55. Les tombes des Noires Mottes sur une hauteur voisine montrent un matériel gallo-romain. Il est vrai que les nombreuses trouvailles entre Sclives et Sangatte n’interdisent pas de faire remonter ce lieu très loin dans le temps.

  • 56 Les attestations anciennes montrées par Gysseling 1960, présentent pour Slijpe en Flandre la même v (...)
  • 57 Godefroy-Ménilglaise 1855, p. 502.
  • 58 Cf. Carnoy 1949, p. 633, et E. Verwijs, J. Verdam et al., Middelnederlandsch woordenboek, s’Gravenh (...)

48Disons maintenant, si nous faisons appel à la toponymie, que nous avons le droit d’hésiter sur le sens du mot. Pourtant sa forme en sl et la situation géographique nous font penser à une origine flamande, tandis que l’évolution sl > scl pourrait être une variante de zone flamande56. Dans ces conditions, on doit accorder quelque crédit à l’explication de Godefroy-Ménilglaise57, selon laquelle ce mot patoisant signifierait un cran dans la falaise. Nous n’avons pu vérifier l’existence dans le patois de ce mot qui indiquerait donc une entaille dans la falaise formant une pente. Il semble pourtant que l’on pourrait rapprocher ce mot du moyen-néerlandais slippe = fente, rigole qui fait partie d’une famille de mots comportant l’idée de « glisser »58. En tous cas le caractère germanique de ce mot ne peut guère être contesté, ce qui n’empêche pas de faire remonter l’agglomération au-delà de la période de germanisation.

3.3.2. Saint-Martin de Sclives, Sangatte, et la route

  • 59 Cf. Grenier 1934, p. 204, et Chevallier 1997, p. 281.

49Un coup d’œil sur la carte IGN montre immédiatement que la voie romaine venant de Thérouanne, la Leulène de son nom médiéval, passait à Saint-Martin de Sclives avant d’atteindre le port de Sangatte. Si nous projetons cette situation dans l’Antiquité, comme l’autorisent les découvertes archéologiques, nous devons ajouter que la route de Sangatte est droite, ou à peu près, depuis Thérouanne, tandis que celle de Wissant est un embranchement courbé détaché de la première à partir de Guînes. Il est donc assez justifié de considérer la branche de Sangatte comme première. Aussi bien la distance de Thérouanne à ce lieu constituait une étape normale sur les routes romaines, et probablement gauloises, c’est-à-dire de 30 milles ou 20 lieues gauloises59. On ne peut s’en étonner, si l’on songe à l’utilisation certaine de Sangatte pour les communications avec la Bretagne dès une époque reculée. On regrettera seulement que les itinéraires antiques, en ignorant la voie de Leulène, nous aient privés de la toponymie celte de cette voie, mais on sait que le caractère officiel de la voie de Boulogne a mis dans l’ombre la voie de Sangatte et que, dans le Moyen-Âge, le succès de Wissant a privilégié la bifurcation de Sombre-Wissant.

3.4. Conclusion sur Sangatte

50Il reste un acquis de cette recherche. C’est la constatation du couple formé au Moyen-Âge par Sclives et Sangatte. Il est tentant alors de remonter le temps, et de décrire ainsi la relation antique entre le port et son chef-lieu installé sur la hauteur. Mais cette situation, nous ne la trouvons pas attestée pour l’époque antique et nous la supposons par analogie avec d’autres couples. L’absence de preuves toponymiques montre, de manière négative, les ressources de la méthode toponymique, inutilisable dans ce cas pour remonter à l’Antiquité.

4. Problèmes de Marck : Marck ou Marquise ?

4.1. Position de la question : un toponyme à localiser, Marcis celtique ou germanique ?

51Nous avons là un toponyme, peut-être gaulois, ou germanique, ce que nous chercherons à discuter. Mais on verra que de nombreuses questions se posent à propos de ce mot. Nous ne pouvons en éluder aucune, même si elles débordent sur l’époque gallo-romaine.

52Notre étude va en effet porter sur un nom de lieu fort important qui se trouve mentionné dans la Notitia Dignitatum, liste des fonctions civiles et militaires de l’Empire romain rédigée vers 400, qui prévoit en particulier la défense du Litus Saxonicum contre les pirates saxons sur les côtes de Grande-Bretagne et sur les côtes de la Gaule au Nord- Ouest, mais peut-être aussi témoigne d’une implantation précoce des Saxons sur ces côtes.

53Cela donné, le toponyme Marcis n’est pas étonnant grammaticalement : c’est un ablatif pluriel de lieu Marcis sans préposition. Mais la question difficile est de savoir s’il est identifiable et correspond à un nom celtique ancien ou non, ou à un nom germanique, deux questions qui commandent l’interrogation sur ce mot dans notre travail.

  • 60 La première attestation médiévale du fiscus Merki est en 961 : Nègre 1990, no 12319. La désignation (...)

54Base de cavaliers dalmates sur le Litus Saxonicum, un lieu sur la côte se présente immédiatement pour l’identification, c’est Marck60.

  • 61 Cf. Poulet 1997, p. 74 et 134.
  • 62 Cf. Merkisa 877, Cartulaire de Sithiu, dipl. de Charles le Chauve. Voir Nègre 1990, no 20981, dont (...)

55L’identification proposée parfois avec Mardyck ne peut nous retenir, car ce nom qui contient deux éléments germaniques ne peut avoir de rapport avec celui qui nous occupe61. Mais on doit hésiter, car Marquise62a été plutôt suggéré par les historiens modernes, bien que ce mot ne corresponde pas exactement pour la forme et que ce lieu ne se trouve pas sur la côte, étant distant de 7 km d’Ambleteuse. Cette préférence vient de ce que l’histoire du terrain semble exclure un établissement militaire sur Marck à cette date et à cet endroit. Ajoutons que l’identification avec Marck pose un problème linguistique ardu, celui d’un toponyme dont on ne voit pas bien s’il est celtique ou germanique. Mais il n’est pas de bonne méthode de traiter d’abord ce problème linguistique, il faut auparavant pour ôter le doute vérifier par la géomorphologie et l’archéologie si l’implantation de la base militaire romaine était plutôt probable à Marquise ou Marck.

4.2. Difficultés concernant Marck : la géomorphologie

  • 63 Argument donné par Briquet 1930, p. 293, et repris par Delmaire 1976, p. 72, et Delmaire 1994, n62. (...)

56L’identification de ce siège d’une garnison de cavaliers dalmates avec Marck est-elle vraisemblable ? On en a douté fortement en disant que la transgression dunkerquienne II débutant au ive siècle avait déjà noyé cette région, et l’on a préféré Marquise, localité située sur les hauteurs des Deux Caps63.

  • 64 Briquet 1930, p. 285-287. L’étude contemporaine la plus importante est celle de Sommé 1977, p. 521- (...)

57Mais on peut donner des réponses à cette objection. En effet, au bout du banc des Pierrettes qui s’allongeait depuis Sangatte, Marck présentait une situation surélevée par rapport à la plaine marécageuse à l’Ouest de l’Aa, et l’on doit se demander, avec A. Briquet, la date de la brèche dans le cordon littoral64. Quoi qu’il en soit, Marck était une presqu’île entre une plaine marécageuse et la mer, situation en réalité utile pour une implantation d’un corps de cavalerie destiné à surveiller la côte et la Ménapie.

4.3. Arguments favorables à Marck

58Pourtant un argument décisif nous semble exister en faveur de la solution vers Marck. En effet la liste de la Notitia parle bien de garnisons sur le Litus Saxonicum, qui sont établies dans des ports autant que nous puissions vérifier en Gaule et en Grande-Bretagne. Or Marquise ne correspond pas à ce critère. Briquet l’avait remarqué, et avait essayé une réponse en disant que la transgression marine avait si bien rempli la Slack que Marquise se trouvait comme sur la mer. Mais cette réponse paraît bien fantaisiste.

  • 65 Cf. Delmaire 1994, no 244, p. 311.
  • 66 Sur cette découverte, cf. Delmaire 1976, p. 333, et Delmaire 1994, p. 310.
  • 67 Delmaire 1976, p. 91 ; Delmaire 1994, p. 565.

59Il faut dire aussi que la région de Marck a fourni des objets gaulois et gallo-romains. On connaît sur Calais des découvertes gallo-romaines, la présence d’un vaste site gallo-romain au Beaumarais, entre Calais et Marck65. Sur Marck, près de la gare, des tombes sous deux mottes rasées au xixe siècle contenaient des armes, mais d’autres avec des armes devaient être médiévales : ces données imprécises et mêlées incitent à la prudence dans la datation66. Calais comme Marck ont-ils livré quelques statères gaulois ? Ceux que l’on a trouvés dans cette région viendraient plutôt de Sangatte67.

60Il faut donc considérer attentivement l’identification avec Marck. Mais nous allons rencontrer des Difficultés du côté de la toponymie, Difficultés qui ne sont pas sans solution, heureusement.

4.4. Considérations génétiques et sémantiques concernant le nom Marck : celtique ou germanique : marais ou frontière ?

61La toponymie et l’histoire sont elles favorables à l’identification de l’implantation militaire vers 400 sur Marck ? On ne pourrait répondre qu’en fixant l’origine et le sens de ce nom de lieu, mais ce serait courir le danger d’une recherche étymologique non contrôlable. Fidèle à notre méthode, cherchons si l’on peut introduire ce nom de lieu dans une série. Commençons du côté celtique.

  • 68 Évolution phonétique, ou encore oscillation graphique : cf. Dottin 1920, p. 63 ; Lambert 1994, p. 4 (...)
  • 69 Selon Rivet, Smith 1979, p. 413-414, qui y voient comme origine marga = marne.

62Il existe probablement des toponymes en marco- formés sur un des noms celtiques du « cheval », mais ces toponymes qui pourraient contenir ce sens sont toujours des composés, comme Marcomagus, aujourd’hui Marmagen, donné par la Table de Peutinger et l’Itinéraire d’Antonin. Tenons compte d’un échange connu en gaulois g/c68. Pourrait-on alors penser aussi à Margidunum, donné par l’Itinéraire d’Antonin, qui serait Castle Hill en Nottinghamshire, près de East-Bridgeford69 ? Ces composés, s’ils contiennent vraiment marcos = cheval, seraient en rapport avec les routes. Mais ce sont des composés, ils n’intéressent donc pas notre recherche.

  • 70 On se reportera à W.P. Schmid, « Alteuropäisch und Indogermanisch », Akademie der Wissenschaften un (...)

63Faut il donc estimer plutôt que nous nous trouvons devant un mot germanique ? Mais s’il est vrai que les auxiliaires germains ont déjà pénétré l’Empire romain vers 400, il est impossible qu’une base de l’armée romaine ait porté un nom germanique. Certes, l’affaire du Vicus Helena au milieu du ve siècle montre une onomastique franque, mais dans un territoire dominé par les rois mérovingiens de Tournai. Par ailleurs, si nous adoptions l’explication par le mot mark = frontière, nous serions bien en peine de la poursuivre, car Marck n’est pas sur la frontière des Morins, et encore moins Merck-Saint-Liévin. C’est pourquoi des chercheurs comme Gysseling ont voulu donner à ce mot qu’ils déclarent germanique le sens de marais. C’est impossible, car le mot germanique de ce sens était marisk-, latinisé au Moyen-Âge en mariscus, ancêtre des mots néerlandais mersch, moeras, des mots allemands Marsch, Morast, de l’anglais marsh, et aussi du français marais70. Il apparaît donc qu’il faut abandonner la supposition d’un terme germanique.

  • 71 Cf. Delamarre 2001, p. 162.
  • 72 Nègre 1990, nos 3684-3686.
  • 73 Exemples rassemblés dans Jufer, Luginbühl 2001, p. 21 et 66. Édition dans CIL XIII 7789 et 7898, An (...)
  • 74 L’attestation ancienne se trouve dans une vie de saint du viie s. : Vita Agili, où se lit le mot ma (...)
  • 75 Si l’on doit admettre que Merck-Saint-Liévin est attesté en 1139 et plus tard comme Merkenes, selon (...)

64Tournons nous maintenant vers une famille d’hydronymes en marg/c- que nous pouvons considérer comme désignant des marécages, en raison du mot gaulois marga bien attesté avec le sens de « marne »71. Ce qui permet de comprendre la présence dans le Midi de la France de plusieurs cours d’eau Margue72. D’autres régions d’Europe celtique ont connu ce thème, si l’on admet dans cette série la rivière Margus, affluent du Danube, aujourd’hui Morava, en Mésie. Ajoutons que l’on connaît des dédicaces aux divinités Matronae Ambiomarcae/Ambiamarcae en Rhénanie qui sont probablement adressées à des divinités Mères des eaux, en raison du préfixe celtique ambi- employé pour les êtres vivant sur des rives de cours d’eau73. Cependant dans la France septentrionale le mot a subsisté surtout sous la forme d’un dérivé marcasius origine du toponyme marchais signifiant « marais »74et nous ne pouvons oublier ici, avec un suffixe légèrement différent, le lieu de Morinie Marquise situé au milieu des marais de la Slack. Néanmoins le mot simple se voit probablement deux fois dans notre région. Merck-Saint-Liévin75sur l’Aa, qui n’est pas frontière à cet endroit, est entouré de marais, et la rivière Marque, affluent de la Deûle, qui forme une vaste boucle autour de Lille, ne désigne probablement pas l’ancienne frontière des Atrébates, Ménapiens et Nerviens, mais plutôt une rivière qui traverse de nombreux marécages.

  • 76 P. Lebel avait posé les jalons de notre solution. Il avait admis l’hypothèse d’un mot gaulois *marc (...)

65Nous voilà donc en possession d’une famille onomastique celtique qui nous permet de comprendre la situation antique de Marck76.

  • 77 Le ruisseau Marchebecque au nom composé germanique, affluent de la Liette, elle-même affluent de l’ (...)

66Sans nier que des cours d’eau de Morinie aient reçu ultérieurement un vocable germanique mark les désignant comme frontières77, nous voyons ici que nous avons le droit de nous reporter à une époque antérieure pour y trouver un vocable celtique désignant les marais au milieu desquels Marck était établi comme encore aujourd’hui.

4.5. Conclusion partielle sur l’identification de Marcis avec Marck au Bas-Empire

67Ce que nous venons de débrouiller à propos de l’origine du toponyme Marck montre une probabilité forte pour une origine celtique du nom. Cela concorde avec la famille du mot, cela correspond à l’environnement géographique, et le seul point qui reste inexpliqué est la forme du pluriel que ne présentent pas les autres témoins de la famille. Cherchons maintenant un rapport ancien de Marck avec la mer et avec Calais.

4.6. Marck et Calais

  • 78 Briquet 1930, p. 285 sqq.

68Marck, dont nous connaissons l’existence bien avant la Notitia grâce aux découvertes archéologiques, était très proche de la mer. Cette agglomération était elle un port, ou plutôt liée à un port ? Certes, une anse antique devait se trouver entre le banc des Pierrettes et le cordon littoral, comme l’enseigne Briquet78.

  • 79 Sur ce nom de Pétresse, cf. J. de Foucault, « Noms de saints dans la toponymie du Pas-de-Calais », (...)

69Cela pose la question d’une complémentarité ancienne de Marcq et Calais, de l’agglomération dans les terres, sinon de hauteur, et du port. Etait-elle ancienne ? Précisons cependant qu’il ne peut s’agir du Calais moderne. Calais n’a pris son importance au Moyen-Âge que vers 1180, quand une charte communale fut accordée à Kaleeis. Ce lieu existait néanmoins, puisque Lambert d’Ardres parle de Calaisiacum pour un événement du ixe siècle, en forgeant un nom latin sans valeur historique. Ce n’était à cette époque qu’un hameau dépendant de Pétresse attesté en 962, où se trouvait la paroisse Saint-Pierre liée au doyenné de Marck79.

  • 80 Dauzat 1960, s.v. « Calais ».
  • 81 Nègre 1990, no 2451 et Delamarre 2001, p. 83.
  • 82 Cf. irlandais caladh, gallois & breton calet = dur.

70Toutefois la toponymie montre que ce nom remonte vraisemblablement à l’Antiquité. Mais quelle antiquité ? A. Dauzat, comme dans tous les cas obscurs, l’attribuait à l’époque préceltique80. Aujourd’hui les savants semblent d’accord pour le trouver dans son origine en rapport avec le nom du peuple Caletes/Caleti du pays de Caux81. On pourrait en effet penser qu’il a existé un port antique nommé par l’adjectif Caletensis, dérivé de l’ethnique Caleti, ce qui expliquerait Kaleeis. On voit où cela nous conduirait : reconnaître dans ce pays dont Marck était chef-lieu un petit peuple de Caleti. On sent assez que nous formons une hypothèse à partir d’indices, et que les preuves manquent. Il nous semble qu’il fallait le dire. Un ethnique gaulois Caleti engendrerait un nom d’habitants *Caletenses > Kaleeis en 1181. Ce nom ethnique est connu grâce à César (BG 2, 4, 9 ; 8, 7, 4) comme désignant le peuple de l’actuel pays de Caux. C’était bien le cas de celui-ci signifiant « dur », en relation peut-être avec les falaises, mais plus vraisemblablement comme qualificatif moral : « dur, résistant, courageux »82. Ce qui est plus important est que nous avons peut-être les indices d’un couple Calais-Marck dont Marck aurait été la tête. Là se serait trouvé un petit peuple de Caleti, formant un pagus dans cette plaine de l’Aa. Nous avons déjà formulé cette hypothèse, qui doit rester une hypothèse.

4.7. Autre conséquence de l’identification de Marcis avec Marck

  • 83 Cf. J.-J. Hatt, Histoire de la Gaule romaine (120 av. J.-C. - 451 ap. J.-C.) : colonisation ou colo (...)

71Une autre conséquence de cette étude touche la période finale de l’Empire. On doit se demander si les armées romaines dès le ivsiècle maintenaient une ligne de défense au delà d’une ligne dépassant de beaucoup la route de Boulogne à Trèves83. Dans ces conditions on comprend l’installation d’une station de cavalerie à Marck sur les frontières de l’occupation romaine, alors que la plaine flamande inondée était aux mains des Francs, Ils occupaient sans doute la capitale des Ménapiens : Castellum Menapiorum = Cassel, capitale qu’il fallut transférer à l’intérieur, c’est-à-dire à Turnacum = Tournai. Mais à l’intérieur même de l’Empire et sur la côte, la base de première ligne nous semble avoir été Marck, ce qui est compatible avec les trouvailles archéologiques.

5. Wimille et Wimereux

72Ces deux localités portent évidemment un nom en rapport avec le cours d’eau qui les baigne, et dont le nom nous semble celtique. On en trouvera l’argumentation à notre chapitre sur les hydronymes.

73Ces agglomérations sont elles antiques ? L’analyse des noms est dans ce cas inopérante, puisque le cours d’eau a pu influer sur le nom des agglomérations à toute époque.

74Il faut interroger l’archéologie. Wimille a fourni de nombreux objets gallo-romains et mérovingiens, Wimereux, des objets de la Tène III, gallo-romains et mérovingiens.

75Ces deux localités ont longtemps formé un couple contenant un port : Wimereux, associé à une agglomération en arrière dans les terres : Wimille, puisque le hameau de Wimereux n’est devenu commune indépendante qu’en 1899. Il est vrai que le développement de cette station balnéaire chérie des Parisiens méritait cette promotion. Mais un coup d’œil sur la carte de Cassini montre bien la dépendance de Wimereux par rapport à Wimille. Et surtout l’absence ancienne d’une paroisse à Wimereux témoigne de sa relation à Wimille. Il est donc admissible, si l’on se permet une projection dans le passé, de voir là un couple antique autour d’un port comme il y en a eu plusieurs en Boulonnais. Mais n’insistons pas sur ce point, car il est clair que ce port n’a jamais eu l’importance d’Ambleteuse.

6. Étaples

6.1. Position de la question

76Étaples a eu une existence antique importante, comme le prouvent les trouvailles archéologiques auxquelles nous ferons écho dans ce chapitre (fig. 4).

Figure 4 : Étaples. Croquis topographique

Figure 4 : Étaples. Croquis topographique

Dessin de Martyne Bocquet, Halma-IpelUmr 8164 (Cnrs, Lille 3, Mcc)

77Pour compléter la vision fournie par ces données, sur la base d’une connaissance des noms antiques d’Étaples, nous allons essayer de développer une présentation antique d’Étaples ou de son environnement, conformément à notre méthode.

78En effet à partir des noms contenus dans la Notitia Dignitatum avec la formule : locus Quartensis sive Hornensis, nous voulons montrer qu’on peut considérer, par une hypothèse vraisemblable de correction, qu’ils contiennent deux noms antiques relatifs à Étaples ou voisins d’Étaples. L’analyse de ces noms a déjà été tentée par beaucoup, mais superficiellement ; nous devrons aller jusqu’au bout. Ce faisant, cette analyse nous obligera à déborder les problèmes d’Étaples, et aller jusqu’aux préliminaires de Quentovic.

  • 84 Sur l’emploi de locus au lieu de vicus, cf. Grenier 1934, p. 730-731 : une inscription de ses pagan (...)

79Premier point à considérer, pensons au sens du mot locus dans ce texte : une simple localité sans statut, habitée de pagani, d’importance secondaire à tous égards, qui n’existe que par une dénomination acceptée, comme nos lieux-dits84. Et pourtant en Boulonnais ce locus, ou plutôt ces loci, voient leur importance grandir à la fin de l’Empire, puisque nous y trouvons une base de la lote romaine. Tout cela nécessite une exploration détaillée mot par mot.

80Mais il importe d’abord de montrer que ces quelques mots se rapportent bien à Étaples ou sa région.

6.2. Analyse de l’information dans la Notitia Dignitatum : Une base de la lote romaine sur la Canche

  • 85 L’édition la plus récente du texte est celle de O. Seeck, Berlin, 1876. Néanmoins on se reporte enc (...)
  • 86 Nègre 1990, nos 23844-23846.
  • 87 Voir L. Havet, Manuel de critique verbale appliquée aux textes latins, Paris, 1911, no 658 : confus (...)
  • 88 Nous avons ainsi pour la première fois, mais indirectement, la forme romaine de ce mot gaulois dési (...)

81Grâce à la Notitia Dignitatum rédigée vers 400 nous connaissons le dispositif de défense de la Manche, du Litus Saxonicum, c’est-à-dire des côtes de Gaule et de Bretagne où les Saxons se faisaient menaçants, et avaient probablement déjà commencé leur installation, comme nous l’avons montré ailleurs. Voici, du côté continental, ce qui concerne la lote, le texte résultant des manuscrits : Praefectus classis Sambricae, in loco Quartensi sive Hornensi85. Nous pouvons supposer, sans autre document, que l’ancienne Classis Britannica basée à Boulogne, sous la pression germanique, s’était repliée sur la Somme, Samara, d’où ce nom de Samarica ou Sambrica. Mais quelle était sa base, ou ses bases ? On a pensé bien entendu à une base sur la Somme, avec d’un côté Le Crotoy et de l’autre le Cap Hornu, trois éléments qui conduisent à cette hypothèse, où l’on pourrait retrouver les mots de la Notitia. Mais cette solution, apparemment très évidente, doit être abandonnée, car l’un des éléments du problème ne peut se situer sur la Somme. En effet Le Crotoy que l’on voudrait voir comme la suite de Quartensis est comparable à Le Crottoir dans l’Aisne et à Le Croutoy dans l’Oise86, ce qui nous entraîne loin du mot de la Notitia. Or nous devons admettre que les deux noms de la Notitia sont liés, comme nous allons le montrer plus loin. Cherchons ailleurs. Si l’on corrige Quartensi en Quantensi87, nous penserons à une agglomération, locus, sur la Quantia = Canche88. Mais commençons par prouver la nécessité de cette correction faisant apparaître la Canche.

  • 89 Vaillant 1890, no 88, p. 248 ; S. de Ricci, Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de Fra (...)

82La découverte par V.-J. Vaillant en 1873 d’une tuile portant le timbre CL SA[M], près de l’ancien château d’Étaples, puis d’une autre en 1876 près de la Pièce à Liards avec CL SAM89, rendrait certaine la présence de la Classis Sambrica à Étaples, et de là justifierait pleinement l’opinion qu’Étaples, sur la Canche serait la base ou l’une des bases indiquées par la Notitia. Malheureusement Vaillant déclara avoir abandonné ces objets après les avoir dessinés, ce qui nous prive d’une possibilité de vérification. Il n’en reste pas moins que l’identification du locus avec Étaples est très vraisemblable.

  • 90 Ainsi J. Lafaurie, « Monnaies émises par des ports de la Manche aux environs de l’an 600 », Bulleti (...)

83Il faut néanmoins rappeler que certains chercheurs ont envisagé la possibilité que le nom de locus Quantensis évoque déjà ce port sur la Canche que nous connaissons par son nom mérovingien et carolingien de Wicus, puis Quantow/vicus90. Il l’évoque d’autant plus qu’une des premières monnaies frappées par l’atelier vers 580, et découverte dans la fouille de Sutton-Hoo, porte seulement l’indication : QVANTIA. Ce serait le nom primitif du port, identique à celui du fleuve, et repris dans la locution : locus Quantensis. Mais a-t-on le droit de postuler cette double solution ? Un lieu pour la lote à Étaples, un autre sur la Canche en amont ?

6.3. Suite de l’analyse de l’information dans la Notitia. La syntaxe montre deux loci

  • 91 Cf. J.B. Hofmann, A. Szantyr, Lateinische Syntax und Stilistik, Munich, 1965, p. 504. On comprend l (...)

84Le texte de la Notitia que nous analysons doit être lu en tenant compte de deux problèmes de syntaxe latine. Il contient deux renseignements coordonnés par la conjonction sive. Or celle-ci peut équivaloir dans le latin tardif à et, comme on voit par le passage de la Notitia énonçant les deux stations navales d’Arles et de Vienne sur le Rhône : Praefectus classis fluminis Rhodani, Viennae siue Arelati91.

  • 92 Cf. A. Ernout, Fr. Thomas, Syntaxe latine2, Paris, 1953, p. 134, no 157, avec exemples de Cicéron.

85D’autre part, bien que locus soit au singulier, la présence des deux adjectifs de lieu implique l’énoncé de deux lieux. En effet quand deux adjectifs épithètes coordonnés désignant des êtres différents se rapportent syntaxiquement à un seul substantif, ce substantif peut rester au singulier, ou être mis au pluriel, ou être répété92.

  • 93 Delmaire 1994.

86Reste à savoir si les découvertes archéologiques nous autorisent à affirmer ces deux lieux. Notre guide en ce domaine sera la Carte archéologique du Pas-de-Calais93, si nous n’utilisons pas d’autres moyens de précision.

6.4. Les deux lieux sur la Canche selon l’archéologie

87L’histoire d’Étaples par l’archéologie ne peut pas être reconstituée complètement aujourd’hui, en raison du manque de méthode des premiers fouilleurs, certains de ces fouilleurs du xixe siècle ayant été intéressés uniquement par l’appât de la belle pièce monnayable. Par ailleurs il reste beaucoup de secteurs qui n’ont pas reçu d’investigations.

  • 94 Sur les trésors de la Pièce à Liards, cf. R. Delmaire, Corpus des trésors monétaires antiques de la (...)
  • 95 Cf. Delmaire 1976, p. 226-227.

88Ce que l’on connaît le moins mal est la partie antique qui s’étend depuis le Nord-Ouest de la ville médiévale jusqu’aux Garennes, c’est-à-dire, en remontant vers le Nord-Ouest : les Bergeries, le Blanc Pavé, la Pièce à Liards, les Garennes, le Pli de Camiers, région limitée par des marais formés par le ruisseau venant de Camiers. Cette partie a une origine ancienne, puisqu’une fouille aux Garennes a révélé un briquetage pour l’industrie du sel considéré comme datant du ve siècle, tandis que l’on a découvert en 1972 au Blanc Pavé une tombe avec des urnes datant de la Tène III. Puis pour l’époque gauloise la plus récente, des monnaies gauloises – statères en or ou autres monnaies – non localisées. Dans toute cette partie les découvertes d’âge gallo-romain sont innombrables jusqu’au ive siècle. Une agglomération gallo-romaine de petites habitations a été mise au jour avec de nombreux objets vers les Garennes. De nombreuses monnaies gallo-romaines ont été trouvées vers la propriété de la famille de Rocquigny et, dans un secteur voisin, le Blanc Pavé et la Pièce à Liards, si bien nommée, ont fourni les trouvailles monétaires les plus récentes, comme le trésor de 196494. On devine dans ce vaste habitat des industries liées à la mer. Sans parler des sauniers, l’industrie de la pêche apparaît dans les découvertes de hameçons et aussi de fusaïoles qui pourraient évoquer un tissage de voiles95. Donc un habitat important au Nord-Ouest dès l’époque gauloise.

  • 96 Cf. la notice de Michel Philippe, dans Archéologie d’Étaples et de sa région au IIe millénaire av. (...)

89En dehors de la ville moderne, le long de la Canche à l’Est, dans les Sablins, les fouilles de J. Couppé ont montré une zone d’habitation du néolithique à l’époque gallo-romaine. Des fouilles récentes, à Mont Bagarre au péage de l’autoroute, en apprennent plus96.

  • 97 Cf. G. Souquet, Histoire et description du château d’Étaples, Amiens, 1855 (reproduit dans G. Souqu (...)

90Mais cette zone de l’Est est loin d’Étaples. Nous voudrions savoir si au contact de la zone du Nord-Ouest il existait une zone portuaire le long de la Canche. La réponse n’est pas aisée, car nous ne savons pas ce qui se trouvait à l’emplacement de la ville médiévale et moderne. Des monnaies gauloises ont été trouvées aux Cronquelets, quelques découvertes gallo-romaines ont été faites sous la vieille ville et le quartier du cimetière recèle une nécropole du ive siècle. Et surtout le cimetière contenait jusqu’en 1848 les restes d’un fort médiéval et moderne, dont les substructions romaines furent atteintes lors de la démolition pour fournir des matériaux au chemin de fer, niveau romain avec de nombreuses monnaies dont la plus récente était de Constantin97. Le texte de la Notitia et les tuiles estampillées du timbre de la flotte, que nous évoquons plus haut avec une légère réserve, ne permettent guère de douter que ce fût le château de la flotte romaine, la Classis Sambrica, basée à Étaples.

91On voit ce qui manque dans cette image très résumée. Nous connaissons assez bien la vaste zone du Nord-Ouest, déjà développée à l’époque gauloise. Mais la zone portuaire que nous postulons le long de la Canche entre la butte des Cronquelets et le Château, à l’emplacement de la ville médiévale, nous échappe, même si nous sommes obligés de supposer cette zone portuaire.

  • 98 Cf. J. Dhondt, « Les problèmes de Quentovic », dans Studi in onore di Amintore Fanfani, I : Antichi (...)

92D’autre part un second lieu sur la Canche doit être mentionné pour l’époque gallo-romaine : c’est l’emplacement du futur port mérovingien et carolingien de Quentovic. On admet depuis longtemps que son emplacement est indiqué approximativement par le hameau de Visemarest sur la commune de la Calotterie, c’est-à-dire Vi (cu) s-ès-marais, par une survivance romane du toponyme latin Vicus98. Des vestiges gallo-romains sont connus : une statuette de Vénus découverte au xixe siècle et conservée au Musée de Boulogne, quinze fours de potiers le long de la route D 139 découverts en 1967, sans parler des traces d’occupation mérovingienne et carolingienne montrées par les sondages de l’Université de Manchester et la découverte récente du cimetière d’époque mérovingienne à la Fontaine aux Linottes, dont les très beaux objets sont déposés au musée de Berck.

  • 99 Lot 1915, p. 5 et 6.

93Comme on le voit, l’archéologie, et aussi l’enchaînement toponymique entre locus Quantensis sur la Quantia, le Wicus mérovingien et carolingien, et Quentovicus où se mêlent les deux mots, poussent à montrer le deuxième lieu de la Notitia comme le futur Quentovic. Aussi bien cette relation a été admise depuis longtemps par F. Lot99. On l’admettra d’autant plus que la remontée des eaux par l’effet de la transgression dunkerquienne rendait plus aisée la navigation sur la Canche en amont.

94Mais si cette identification du locus Quantensis s’impose, allons nous revenir dans Étaples ou ses environs immédiats en étudiant le locus Hornensis, que présente également la Notitia ?

6.5. Locus Hornensis : la Pointe de Lornel

  • 100 Ch. Pené, J.D. Cassini et al., Le Neptune françois, ou Atlas nouveau des cartes marines levées et g (...)
  • 101 Carte de Cassini de Thury, feuille 21. L’exposition Cartes et Plans du Touquet et de la baie de Can (...)

95Il nous faut expliquer la présence de ce locus Hornensis, visiblement deuxième lieu lié à la Canche et à l’environnement d’Étaples. On a souvent admis que cet adjectif subsistait sur l’embouchure de la Canche. La présence de la pointe Nord de l’embouchure connue comme pointe de Lornel, autrefois pointe de Lornay sur une carte du xviie siècle éditée par Jaillot100, et pointe de Lornet sur la carte de Cassini au xviiie siècle, semble montrer un aboutissement de l’adjectif Hornensis avec agglutination d’un article français101.

96Une remarque s’impose sur la position actuellement reconnue pour cette pointe. La pointe de Lornel est placée par les cartographes de l’IGN à la rencontre de la Canche et de la mer du côté Nord, c’est-à-dire, en utilisant les coordonnées internationales à environ 1° 35’ à l’Est et 50° 34’ au Nord, ou encore dans le carroyage français Lambert de la zone 1, à X = 546,7 et Y = 318,3. En tenant compte de la poussée du courant qui fait remonter l’embouchure vers le Nord, on doit admettre que cette embouchure se trouvait dans l’Antiquité plus au Sud-Est, donc bien plus près d’Étaples, ce qui justifie la relation établie entre la pointe et le locus Hornensis.

  • 102 L’identification Hornensis > Lornet a été faite par G. Souquet, « Emplacement du Locus Hornensis », (...)

97Tout cela rendait vraisemblable l’identification à Étaples de ce locus102. Mais il faut pour aller plus loin introduire ce terme dans une série toponymique, car l’état du texte de la Notitia fait toujours craindre des graphies erronées, tandis qu’une série, si on peut l’établir, mérite confiance par ses exemples multiples.

6.6. Problème toponymique : le mot Hornensis

  • 103 Gysseling 1960, s.v. « Hornu ».

98Il est indispensable de rattacher Hornensis à une série connue pour l’évaluer sérieusement, car les hypothèses étymologiques présentées jusqu’à maintenant sont sans consistance suffisante. On a ainsi voulu identifier ce lieu au cap qui domine la rive Sud de l’embouchure de la Somme, tout en déclarant que ce mot était le mot germanique horn signifiant « corne » au sens de « pointe de terrain ». Mais Gysseling était trop avisé pour présenter cela autrement qu’avec un signe d’interrogation103. Certes la toponymie de différents peuples germaniques comporte ce vocable. Mais dans le cas présent on doit hésiter devant une origine germanique affirmée pour un lieu tenu par l’armée romaine vers 400. Il ne s’agit pas d’un lieu occupé par les bandes franques comme au Vicus Helena, probablement sur l’Elnon, au milieu du ve siècle, ce qui nous autorise à chercher déjà l’emprise de la langue germanique dans cet autre lieu.

99Comme en toute recherche de ce genre, il faut commencer par poser une série, mais nous allons hésiter entre deux solutions.

6.7. Recherche d’une série germanique en horn-, selon une hypothèse à rejeter

100Il faut prendre garde ici de ne pas placer Hornensis dans une mauvaise série, qui ramènerait à l’hypothèse germanique. Il existe en effet dans cette région du Nord de la Gaule plusieurs noms de lieux horn avec suffixe collectif, qui pourraient nous influencer en ce sens.

  • 104 Cf. Nègre 1990, nos 26417-26420.
  • 105 Une quarantaine, à juger par la base de données Toponymes de France.
  • 106 Cf. Nègre 1990, no 12628, Hornodium en 1090, mais Hornetum en 1105, avec variante suffixale.
  • 107 Cf. A. Carnoy, Dictionnaire étymologique du noms des communes de Belgique, Louvain, 1939-1940, s.v.(...)
  • 108 La constante de l’aspirée initiale rend invraisemblable une origine à partir du vieux français orne (...)

101Nous laisserons rapidement une série qui n’appartient pas à la même aire géographique. Le paysage français connaît en effet pour désigner des pointes de terrain un mot corne d’origine latine ou ses dérivés. Il y en a au Sud104, et voici deux exemples au Nord : Montcornet dans l’Aisne, Cornimont dans les Vosges et les Ardennes. Cependant l’influence germanique a amené au Nord de la Gaule des dérivés du mot parallèle des langues germaniques : horn. On a ainsi de nombreux Horne et surtout Horgne entre Oise et Ardennes105. Mais occupons nous des dérivés les plus proches de notre secteur. Les plus visibles sont Hornoy dans la Somme106, le cap Hornu déjà cité, la ville de Hornu, non loin de Mons, qui était Hornutum au ixe siècle107. Les configurations géographiques dans lesquelles ces noms sont placés justifient notre explication108. Mais ces noms attestés à partir du Haut Moyen-Âge peuvent-ils servir à comprendre un nom attesté à l’époque antique ?

6.8. Constatation d’une série antique Orna, Ornensis

  • 109 Sur ces appellations, cf. Moreau 1972, p. 205 et Moreau 1983, p. 186. Sur Odorna et son préfixe, vo (...)

102Constatons alors qu’un adjectif local Ornensis se rencontre ailleurs, et qu’il est dérivé d’un cours d’eau Orna, ainsi dénommé dans l’Antiquité, sans rapport avec les Olina > Orne, comme le fleuve de Caen. Une rivière Orna est attestée chez Venance Fortunat à la fin du vie siècle (Carm. 10, 9, 3), affluent gauche de la Moselle, dont le nom est à l’origine du pagus Ornensis > pays Ornois. Non loin de là, une autre Orne ou Ornain, probablement ancienne Odorna, affluent droit de la Marne, a nommé un pagus Odornensis, devenu un comitatus Horninsis, et finalement pays Ornois, homonymie qui a été source d’erreurs que l’on devine109.

103Cela doit nous conduire à la compréhension du Locus Hornensis.

6.9. Proposition pour l’explication du Locus Hornensis

104D’après la série que nous venons d’étudier, il devient probable que le Locus Hornensis est lié à une rivière Orna comme le pagus Ornensis. Est-ce acceptable ? Oui, si nous acceptons de voir Orna comme un autre nom du fleuve qui passe à Étaples. Or nous constatons dans notre section sur les hydronymes que les rivières Arn-/Orn- existent bien comme dérivés d’une vaste série préceltique.

105Rien donc ne nous interdit plus de comprendre ce nom comme celui de la localité de l’embouchure de la Canche, qui a conservé longtemps le nom préceltique de la rivière à son extrémité, nom qui subsiste encore dans la pointe de Lornel.

6.10. La survie de locus Hornensis et de locus Quantensis

  • 110 Sur un habitat mérovingien au Blanc-Pavé, cf. Delmaire 1994, p. 360. Nombreuses trouvailles de monn (...)
  • 111 Loup de Ferrière, Correspondance, tome 2 : 847-862, édité et traduit par L. Levillain, Paris, 1935  (...)
  • 112 Ce mot a été repris par l’allemand à côté de staffel qui a un autre sens. L’anglais a connu égaleme (...)
  • 113 Nègre 1990, no 25276.

106Il est nécessaire de terminer notre périple en envisageant Étaples et sa région après l’âge gallo-romain. Le quartier du Nord-Ouest a subsisté assez tard110. Mais la transgression marine a probablement avantagé aussi le port, même si nous manquons à cet endroit de témoignages archéologiques. En effet la transgression Dunkerquienne II survenue entre la fin de l’Antiquité et l’époque carolingienne, qui a noyé la côte dunkerquienne à partir de Sangatte, a touché aussi la Canche remplie jusqu’à l’emplacement de la future ville de Montreuil. La Canche est devenue une grande voie d’eau, avec le port de Quantouicus/Quentouicus sur la rive Sud. Mais cette création n’a pas fait disparaître le port d’Étaples sur la rive Nord, qui bénéficiait lui aussi de l’afflux des eaux. Son rôle économique apparaît sous la plume de Loup de Ferrières, abbé de Ferrières et de Saint-Josse, qui demanda à un roi anglais de lui envoyer du plomb de toiture « ad villam Stapulas »111. C’est probablement la cause qui a donné à Étaples son nom définitif avec le mot franc stapel que connaît encore aujourd’hui le néerlandais avec le sens « entrepôt, magasin »112. Et ce mot apparaît faiblement dans la toponymie du Nord-Ouest de France, avec une fonction économique qui se devine : Staples sur la voie romaine de Thérouanne à Cassel, et Étampes, jadis Stapula113, faubourg de Château-Thierry.

107D’un autre côté le locus Quantensis dont nous avons vu qu’il désignait un lieu différent, s’est développé grâce à la transgression marine, et nous n’avons pas à considérer ici sa transformation en Quentovic, le grand port mérovingien et carolingien.

6.11. Conclusion sur Étaples

108Nous avons essayé de tirer tout le possible d’une information donnée par la Notitia Dignitatum en reconstituant le texte : Praefectus classis Sambricae ou Samaricae, in loco Quantensi sive Hornensi.

109Ce que nous avons trouvé, ou au moins suggéré, sur Étaples est assez déconcertant. L’existence d’un site habité à la fin de l’époque de La Tène y est avérée par l’archéologie, avec la présence de pêcheurs. Un nom ancien s’aperçoit, qui subsiste dans l’actuelle pointe de Lornel. Mais on hésitera à inscrire Étaples dans la liste des structures portuaires gauloises découvertes par ailleurs en Boulonnais, car ce terme de locus présenté par la Notitia Dignitatum signifiait il un caractère secondaire, en dessous d’un vicus ? On n’oserait l’affirmer.

110Ce qui est beaucoup plus sûr est le développement tardif sur les rives de la Canche de deux bases portuaires utilisées par la marine romaine. L’une, montrée par les découvertes archéologiques et la Notitia, se trouvait à Étaples, sur la rive Nord de l’embouchure, qualifiée de locus Hornensis. L’autre base était située en amont sur la Canche, comme l’indique sa dénomination de locus Quantensis. Nous y verrions le début du grand port mérovingien et carolingien de Quentovic, connu par les monnaies à partir de 600 environ. Une distance temporelle de deux siècles entre l’information donnée à la fin de la domination romaine et celle fournie par le monétaire mérovingien ne peut faire douter de la continuité du port.

111L’importance de ces constatations nous a convaincu de placer ici cette analyse, même si elle comporte une part d’hypothèse, et si elle dit si peu sur l’époque primitive.

7. Ambleteuse

7.1. Position de la question à partir du texte de César

112Ambleteuse dispose d’un espace de port formé par l’embouchure de la Slack, d’une certaine importance, puisque ses dimensions actuelles peuvent être estimées à 750 m. sur une largeur variable selon la marée.

113La question du port d’Ambleteuse à l’époque de César est posée du moment que nous reconnaissons que César a utilisé le même port, Portus Itius, en 55 et 54, que ce port se trouvait dans la rade de Boulogne et que, en 55, un port auxiliaire prévu pour l’embarquement de la cavalerie était à 8 milles au Nord du port principal.

  • 114 Les explications de M. Rambaud (éd.), Bellum Gallicum, Liber Quartus, Paris, 1967, p. 112-113, qui (...)
  • 115 L’emploi géographique de superior chez César pose le problème inverse par rapport à celui de inferi (...)

114On a voulu discuter le sens du texte en s’attachant à deux adjectifs de localisation114. César en effet nous dit que dix-huit navires de charge attendaient le départ en 55 dans un port qualifié de ulterior ou superior (BG 4, 23,1 à 28, 1). Or si le sens géographique de superior peut être discuté, celui de ulterior qui désigne le même lieu, ne peut être mis en doute : il signifie que ce lieu est plus loin au sens d’un Romain115. Ne discutons pas plus, le port auxiliaire est un lieu superior/ulterior, plus loin que Boulogne, au Nord, et à 8 milles romains, soit 12 km. C’est la situation d’Ambleteuse par rapport à Boulogne, en tenant compte du trajet par l’intérieur des terres.

115D’ailleurs une circonstance météorologique donnée par César s’accorde bien avec ce lieu. Nous lisons que, tandis que la lote de César en 55 attendait de lever l’ancre vers la Grande-Bretagne, les dix-huit navires de charge stationnés au port auxiliaire ne pouvaient rejoindre le port principal en raison du vent (BG 4, 22, 4). Rien de plus conforme aux lois météorologiques gouvernant la marine à voiles. César allait partir, profitant d’un vent qui lui permettait de gagner le Nord-Ouest, probablement l’Africus qui soulera aussi en 54 (BG 5, 8, 2). Ce vent n’autorisait pas les navires d’Ambleteuse à descendre vers Boulogne, mais leur laissait un départ aussi facile vers la grande île. César a insisté sur ces conditions, pour jeter l’opprobre sur cette petite lote d’Ambleteuse qui perdit du temps dans l’embarquement puis dans le départ, fut prise par une tempête et finalement priva le général de sa cavalerie dans ses combats en Bretagne (BG 4, 26, 5).

7.2. L’archéologie

  • 116 Cf. Delmaire 1994, 1993, no 569, p. 422 sqq.
  • 117 Scheers 1977, no 24, classe IV.

116Les données de l’archéologie à Ambleteuse se réduisent à des trouvailles de monnaies116 : un statère gaulois uniface117, dont nous n’avons pas à discuter la frappe chez les Morins, ou chez les gens d’Amiens ; des monnaies romaines sur la plage ; un trésor gallo-romain de monnaies et d’argenterie trouvé sur le banc rocheux sous-marin de la langue de Chien. C’est peu, si l’on compare, par exemple, à tout ce qui a pu être retrouvé à Marquise si proche. Mais on ne doit pas en tirer de conséquences trop négatives, puisqu’on n’a pas fait de fouilles dans l’agglomération. Constatons que ce lieu a été, pour le moins, point de passage dès l’antiquité.

7.3. La toponymie

  • 118 Il est tentant de reconnaître un terme saxon dans fleot = cours d’eau, crique, mais que faire de am(...)
  • 119 Cf. de Loisne 1907 et Förstemann, Jellinghaus 1916, s.v. « ava ».
  • 120 Nous n’avons pas à chercher ici l’origine et le sens du thème ambi-, cf. Delamarre 2001, s.v. « amb (...)
  • 121 On ne sait où situer ces Ambiliati, et l’on a supposé une confusion avec les Ambibarii d’Armorique. (...)

117Une recherche toponymique en montre plus. On s’étonne qu’on ait hésité à remonter au gaulois118. Il faut d’abord reconnaître la forme la plus ancienne du nom, donnée par Bède au viiie siècle à propos d’un incident survenu en 606 à un voyageur gagnant la Gaule, pour lequel il indique la baie d’Amfleat : in sinu maris qui vocatur Amleat (Bède, Historia ecclesiastica gentis Anglorum I, 33). Le nom a été ensuite complété par un suffixe hydronymique germanique -ouwe, origine de l’allemand moderne -aue, d’où Ambletouwe en 1121119. La partie ancienne du nom est reconnaissable comme celtique120. On peut penser à un nom de peuple, et ce serait ici le petit peuple d’un pagus. Car de nombreux peuples gaulois habitant les rives d’un cours d’eau ont un nom commençant par Ambi- : Ambiani sur la Somme, Ambarri sur la Saône, Ambitrebii sur la Trebbia, et des Ambiliati (BG 3, 9, 10) mal situés, mais qui appartinrent à la coalition thalassocratique des Vénètes, comme les Morins et les Ménapiens. Ce dernier nom est proche de celui que Bède nous permet de reconstruire. Serait ce une explication plausible : la comparaison avec un nom de peuple, celui des Ambiliati ? Mais la transmission du nom n’est pas sûre, car une classe de manuscrits donne Ambiani121. Nous allons voir cependant qu’il vaut mieux laisser ces Ambiliati, au nom mal établi, du côté des Vénètes, et chercher autrement pour expliquer Ambleteuse.

  • 122 Cf. Nègre 1990, no 2163 ; le terme hydronymique ledo- est expliqué par Dottin 1920, p. 89 et 109, d (...)

118Nous connaissons en effet une série de noms qui pourrait rendre compte du nom donné par Bède, puis évoluer phonétiquement, Ambiledum, qui survit avec les deux lieux Ambialet sur le Tarn et Ambilet sur l’Aveyron122. Nous en reparlons dans notre chapitre sur l’hydronymie. Disons ici que l’étude de la série montre un toponyme en ambi- composé avec un nom de cours d’eau, ce dont il y a de nombreux exemples.

119Nous retrouvons ainsi le nom d’une agglomération située sur un cours d’eau, dont la situation faisait un port de moyenne importance, comme nous l’apprenons par César, puis par Bède.

7.4. Port et hauteur

  • 123 Reproduit dans Abbé J. Gerrebout, Ambleteuse, Boulogne-sur-Mer, 1914, réédition Bazinghen, 2000, p. (...)

120Notre enquête aboutit donc à reconstituer de façon probable le nom du petit fleuve et de son port. Mais il reste une question. La plupart de ces ports gaulois du Boulonnais semblent avoir été inscrits dans un couple : le port et une agglomération sur la hauteur, comme Bononia et Gaesoriacum. Or rien dans ce que nous avons vu jusqu’ici ne prouve une telle structure à Ambleteuse. Et pourtant la topographie d’Ambleteuse nous conduit à retrouver une situation semblable à celle de Boulogne. La partie attenant au port est dominée par une hauteur d’une vingtaine de mètres, de sorte que l’on distinguait autrefois haute et basse ville. C’est ce que l’on voit dans un édit de Henri II de 1551123. La ville haute portait une citadelle. Si nous nous permettions de projeter en arrière, nous retrouverions une situation connue. Ce qui n’est, bien entendu, que conjecture.

7.5. Conclusion sur Ambleteuse

121Mais nous avons reconstitué plus ou moins le nom du port ou de ses habitants. C’est un grand résultat, puisqu’il montre l’importance d’un port gaulois sur cette côte du Boulonnais, qui a joué vraisemblablement un rôle dans l’une des expéditions de César.

8. Le port d’Epatiacum – Portus Epatiaci était-il en Boulonnais ?

8.1. Position de la question

122La Notitia Dignitatum des environs de 400 nous indique qu’un tribun des Nerviens stationne Portu Epatiaci, dans le dispositif de protection de la côte du Litus Saxonicum. Nous ne pouvons nous dispenser d’analyser ce mot, qui pourrait fournir des renseignements sur la Morinie celtique.

  • 124 Sur ce problème archéologique, Cl. Seillier, J.-Y. Gosselin, « Nouvelles estampilles de la lote de (...)
  • 125 Grenier 1931, p. 391, n. 5.
  • 126 Ne parlons pas du coup d’État de Constantin en 407 proclamé par l’armée de Bretagne dont ce fut le (...)

123Prenons d’abord une précaution en songeant aux changements historiques de l’époque. Et surtout sur le rôle de Boulogne. La base de la Classis Britannica n’existe plus, car ni la Haute Ville, ni l’anse de Bréquerecque ne livrent plus à cette époque les tuiles estampillées CL BR qu’on y trouvait précédemment124. Certes Boulogne resta encore pour quelque temps le port principal pour la traversée vers la Bretagne : le général Lupicin en 360 et le général Théodose en 368 traversèrent avec leur armée de Bononia = Boulogne à Rutupiae = Richborough (Ammien Marcellin XX, 1 & XXVII, 8) pour rétablir l’ordre en Grande-Bretagne. Mais, malgré l’affirmation de A. Grenier125, cela ne signifiait pas que la Classis Britannica existât encore. Plus tard, lorsque l’on se rapprocha de la date fatidique de 410, lorsqu’Honorius prévint la Bretagne d’avoir à ne compter que sur elle-même, il faut penser qu’une révision s’était produite dans le système de défense, et que le reste de la lote s’était rassemblé plus au Sud126.

124Puis, dans une deuxième précaution, décidons d’écrire correctement le mot qui nous intéresse. Comme les manuscrits nous y poussent, nous devons l’écrire avec un génitif dépendant d’un autre mot, ce qui signifie qu’il y a deux lieux à considérer : Epatiacum et le port qui en dépend : portus Epatiaci. Ce couple de lieux est fréquent dans l’Antiquité, en particulier pour les ports ouverts sur la mer et les lieux plus retirés pour des raisons de défense ou de commerce. Nous en avons vu un certain nombre dans le Boulonnais. Aussi bien la Notitia cite Portus Adurni en Grande-Bretagne. Ce nom nous intéresse par son caractère celtique, mais il faut avouer que l’identification est bien plus difficile que pour les autres cas.

8.2. Celticité des noms en epo + suixe + acum

  • 127 Vaillant 1890, p. 248 et Vannérus 1944, p. 299-317.
  • 128 Cf. Le Bourdellès 1988, p. 77-82.
  • 129 Cf. G. Webster, « Celtic Britons under Rome », dans M.J. Green (éd.), The Celtic World, Londres, 19 (...)

125Faut-il garder Epatiacum de la tradition manuscrite ? On a refusé de lire Epatiacum ou Aepatiacum de la tradition et corrigé en Gesoriacum, ce qui nous ramène à Boulogne ! Il faut bien entendu garder le texte transmis, bien que V.-J. Vaillant, étonné de ne pas trouver Boulogne dans le système de défense du Litus Saxonicum, ait supposé une faute de copiste pour Gesoriacum127. Mais à cette époque on ne dit plus que Bononia, le seul des deux noms qui ait subsisté128. Et le nom qui nous occupe a une celticité hors de soupçon, puisqu’il est lié à un dérivé de epo- = cheval, ce dérivé Epatios signifiait cavalier. En fait ce nom est connu grâce à un suffixe au deuxième degré : Epaticos, attesté en vieux-breton sous le forme ebetic = cavalier, nom déjà porté par un chef Trinovante Epaticcus avant la conquête par les Romains sous Claude, chef dont les monnaies sont connues129. On admettra aisément que cet Epatios ait pu fournir un autre dérivé Epatiacum, avec suffixe à valeur locative en gaulois. On en viendrait donc au sens de lieu du ou des cavaliers.

126La Difficulté ici est que cette étymologie ne nous indique pas la raison d’être de ce nom, et que nous devons essayer de dégager la série dont il fait partie pour y voir plus clair.

8.3. Les lieux Epatiacum avaient ils une fonction ?

127Les toponymes dérivés de noms gaulois signifiant cavalier, eux-mêmes dérivés de epos = cheval, sont nombreux, mais leurs fonctions n’apparaissent pas clairement.

  • 130 Qui serait dans le Northumberland selon Rivet, Smith 1979, p. 360.
  • 131 Forme savante, avec nombreuses formes de phonétique germanique depuis le viiie s. données par Nègre(...)

128Remarquons d’abord qu’il y a des dérivés en -acum du nom d’homme Eppios, qu’on retrouve dans Epi’acon donné par Ptolémée (2, 3, 10)130ou encore en Alsace, près de Barr, Epiaca au xiie siècle > Epfig131.

  • 132 En Luxembourg, près d’Hespérange, au Sud de la ville de Luxembourg, cf. Förstemann, Jellinghaus 191 (...)
  • 133 Nègre 1990, no 9152.
  • 134 Les attestations antiques sont déformées, mais reconnaissables : cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, (...)

129Voici maintenant des dérivés de Epatios. Nous trouvons en effet Eptiaco en 786 > Itzig132, sur l’ancienne route de Metz à Trèves/Trier. Indiquons aussi Ipduaco, vers 845 > Ichy (Seine-et-Marne, canton de Château-Landon)133. Le lieu Eptaticum selon l’attestation médiévale, aujourd’hui Epfach, attesté déjà dans des itinéraires antiques : Ptolémée, Itinéraire d’Antonin, Table de Peutinger134, est un lieu routier qui doit remonter à un ancien Epatiacum en province de Vindelicia ou, si l’on préfère, en Bavière.

  • 135 La glose de Pline, 3, 123 : boni equorum domitores paraît confondre un nom d’agent et un nom d’acti (...)

130Constatons aussi que le mot gaulois eporedia signifiant vraisemblablement « course à cheval » est le nom ancien d’Ivrea en Gaule Cisalpine (Tacite, Histoires 1, 70, et nombreuses autres attestations) sur la route d’Aoste à Turin135.

131Dans ces conditions nous ne sommes pas étonnés de ces mots évoquant le cheval qui donnent leur nom à un lieu – mais pourquoi ? S’agit-il d’une affirmation de propriété, comme ce sera le cas pour les très nombreux noms en -acum à la fin de l’Antiquité ? Est-ce l’indice d’une situation sur une route, comme la situation des noms précédents pourrait l’indiquer ? On le pensera plutôt en raison de cette série.

132Pourrait-on retrouver cette fonction sur le lieu même par une indentification du lieu ?

8.4. Rejets de propositions d’identification

  • 136 Gysseling 1960, s.v. « Epatiacum ».
  • 137 J. Mertens, Oudenburg en de Vlaamse Kustvlakte tjdens de Romeinse periode, Archaeologia Belgica 39, (...)

133Nous passons rapidement sur des identifications que nous rejetons. Gysseling136pense au fort d’Oudenburg, chez les Ménapiens. Mais on doit se demander si à l’époque de la Notitia les Romains occupaient encore militairement Oudenburg et si la défense des côtes n’était pas concentrée sur le Boulonnais et plus bas137.

  • 138 Grenier 1931, p. 383. J. Vannérus, Le limes et les fortifications gallo-romains de Belgique. Enquêt (...)

134Nous devrions donc ne pas oublier l’éclatement à cette époque de la Ménapie romaine, dont l’autre signe serait le transfert de son chef-lieu de Castellum Menapiorum = Cassel à Turnacum = Tournay. D’autres arguments avaient été présentés par A. Grenier montrant que dans cette région, la défense romaine pressée par les Francs se replia au ive siècle sur les monts de Flandre : nous renvoyons à son exposé si clair138.

  • 139 Vannérus 1944, p. 299.
  • 140 Vannérus 1944, p. 300, pour tenter de combattre cette objection, rappelle que dom Grenier, dans son (...)
  • 141 Cf. Nègre 1990, no 12631.

135Arrivons à une vieille solution défendue en particulier par Vannérus139, qui est de considérer Isques au fond de la rade de Boulogne comme l’aboutissement phonétique de Epatiacum, compte tenu de la phonétique germanique de la région. Mais croirait-on un port romain installé à l’entrée fort étroite de la Liane à cet endroit dans son embouchure ? Le Moyen-Âge y voyait circuler des barques, ce qui montre un bien petit port140. Il est vrai que l’auteur de cette hypothèse, pour rapprocher son port de la rade, le plaçait à Audisques compris comme Vieil Isques. On ne peut en réalité rien prouver par de telles possibilités étymologiques, d’autant que la première forme connue de Isques, c’est-à-dire Isecca en 1069141, ne favorise guère le rapprochement. Et nous avons vu ailleurs que Isques pourrait s’expliquer comme les nombreux Issy de France. Dans ces conditions, à quoi penser ?

8.5. Proposition d’une hypothèse

136Nous ne trouvons aucune survivance incontestable du toponyme. Cherchons du moins une vraisemblance d’identification.

  • 142 Vita de Valéry, MGH SRM 4, p. 165 : Leuconaus, p. 175 : Legonao. Il s’agit d’un toponyme qu’on retr (...)

137Remarquons tout d’abord que la Notitia nous décrit un dispositif défensif qui n’est plus celui de l’Empire à son apogée. Nous avons déjà dit que la côte ménapienne devait déjà être abandonnée, Marck était une limite pour la défense des côtes de la Gaule. C’est la raison pour laquelle la Classis Britannica était remplacée par une Classis Sambrica dont le nom indique une base sur la Samara, sur la Somme. Donc un dispositif s’étendant de la Somme à l’Aa en passant par Étaples. Nous ne pouvons songer à Wissant dont le nom celtique de la partie haute est connu et présente une variante significative : Somara. Faudrait-il songer à Sangatte, à l’aboutissement de la voie de Leulène, ce qui justifierait l’allusion au cheval dans le nom qui nous occupe ? Mais une distribution rationnelle des points d’appui militaires du Litus Saxonicum nous entraîne vers le Sud, vers la Somme, d’autant que la flotte ramenée vers le Sud s’appelle maintenant Classis Sambrica = Flotte de la Somme. Peut on penser à localiser notre port à Saint-Valéry ? C’est impossible puisque le nom celtique de ce port est connu : Leuconaus, tel qu’il est présenté, non sans déformation, dans la Vie de Valéry142.

  • 143 Vasselle 1965, p. 301 et 308, reprend des informations des Mémoires de la Société d’Émulation d’Abb (...)

138Nous ignorons si Le Crotoy pourrait être candidat, car les vestiges romains évoqués par des observateurs du xixe siècle sont trop vagues pour emporter une conviction143.

  • 144 Liste des identifications proposées pour Gravinum dans Moreau 1972, p. 335 et R. Chevallier (éd.), (...)

139Ce qui est certain est que Port-le-Grand, sur le rebord Nord de la vallée de la Somme, non loin de l’embouchure, avec son annexe de Petit-Port le long de la Somme aujourd’hui canalisée, serait un candidat valable pour ceux qui admettent une voie descendant le long de la côte depuis Boulogne. En effet une voie est indiquée par la Table de Peutinger comme descendant de Gesoriacum/Bononia vers Gravinum qui serait Grainville, sans indication des stations intermédiaires, ce qui est bien suspect144. Cette voie aboutirait à la Somme pour une traversée par bac à partir de Port-le-Grand. Échafaudage d’hypothèses, on le voit.

  • 145 Dans AASS, 10 Feb., t. II, p. 419-429. La Vie de Saint Honorat, évêque d’Amiens au vie s., donne au (...)
  • 146 G. Leman-Delerive, « Le cimetière gaulois de Port-le-Grand (Somme). Essai d’interprétation des foui (...)
  • 147 Cf. Hecquet d’Orval, « Les fouilles de Port-le-Grand », Mémoires de la Société d’Émulation d’Abbevi (...)
  • 148 Le mot anse au sens de courbe de cours d’eau ne paraît pas très ancien en français du Nord. Il est (...)
  • 149 R. Agache, La Somme pré-romaine et romaine d’après les prospections aériennes à basse altitude, Ami (...)

140On regrettera d’autre part que Port-le-Grand, n’ait pas un nom attesté à date ancienne. Il faut attendre les Vies médiévales de saints mérovingiens, en particulier la Vie de Sainte Austreberthe, moniale en ce lieu au viie siècle, en raison d’un monastère de cette sainte : Est autem ipsum monasterium super luvium qui dicitur Somna constructum : nominatur autem Portus145. Mais tout au long du xixe siècle jusqu’en 1874, des fouilles ont permis de trouver un cimetière gaulois146, et dans les ruines du monastère, de nombreux débris antiques, parmi lesquels les restes d’un bas-relief représentant un cheval, des monnaies, des animaux enterrés, et surtout des substructions d’un grand édifice dont les blocs étaient liés par des tenons métalliques147. Serait ce suffisant pour y voir une construction antique, un sanctuaire peut-être, au pied duquel s’étendait un port, si bien que le nom de Port serait resté à l’ensemble, dans cette région de linguistique romane ? Une courbe du fleuve se trouvait dans ce lieu, si l’on en croit le nom du lieu-dit Bonnanse, indice des conditions hydrographiques, même si ce mot est récent148. On souhaiterait que ces fouilles soient reprises, comme le souhaitait R. Agache, lorsqu’il décrivait la villa gallo-romaine et les structures protohistoriques que ses prospections aériennes lui avaient permis de découvrir à Port-le-Grand149. On saura alors si nous avons tort d’imaginer comme Agache un lien entre Port-le-Grand et le dispositif du Litus Saxonicum, à moins qu’une hypothèse concernant Le Crotoy ne soit préférable.

8.6. Conclusion sur Epatiacum

141Il est très aisé de discuter notre hypothèse. Reconnaissons toutefois qu’elle apporte un éclairage vraisemblable au texte de la Notitia. L’autorité romaine qui va bientôt abandonner la Bretagne à son propre sort – c’est ce que déclara Honorius en 410 – obligée en Gaule de battre en retraite sous la poussée germanique, a désormais tenté de défendre le Litus Saxonicum avec une lote et des effectifs étalés depuis la Somme jusqu’à l’extrémité des Morins à Marck. Une base de la lote est au point médian du dispositif sur la Canche. Un autre appui se trouve au port d’Epatiacum, probablement sur la Somme, comme on s’attend à le trouver. Dernier effort d’un Empire qui ne cesse de reculer, mais cet effort sera l’origine de sites ultérieurs, puisque les ports de la Somme joueront un rôle dans le Haut Moyen-Âge et que, sur la Canche, un port était destiné à une prospérité éphémère, sans que l’on puisse expliquer clairement pourquoi Quentovic se développa sur la rive Sud alors qu’Étaples était déjà là sur la rive Nord. Effet de la transgression marine ? Ou attraction de la grande voie montant de Rome par Amiens ?

142Quoi qu’il en soit, l’histoire de ce Portus Epatiaci s’inscrirait aisément dans une histoire connue, si l’on adoptait notre hypothèse.

143Nous ne chercherons donc pas à introduire Portus Epatiaci dans la liste des ports du Boulonnais. Il reste pourtant que ce port a été lié dans un système de défense à des ports boulonnais à la fin de l’Empire.

9. Conclusion de la section sur les ports

144Nos analyses nous ont montré une constitution commune pour une part importante de ces ports des Morins : la structure double comportant le port d’embarquement ou débarquement, et une agglomération en arrière, sur une hauteur ou non, en tout cas en arrière dans les terres. On peut objecter que nous n’avons rien vu de tel à Ambleteuse ou à Étaples, car nous ne pouvons pas proposer deux noms à ces endroits dans une synchronie antique. Cependant une vision d’ensemble montre que cette structure a existé.

145Il faut maintenant en voir la fonction, question dont nous avons déjà montré la double solution pour l’Antiquité en général. Le point crucial est de déterminer à quoi servait la partie arrière. Question immédiatement résolue par les commentateurs modernes des agglomérations portuaires antiques, qui parlent d’un rôle défensif, comme le disent les historiens de Marseille que nous avons cités.

146Il n’y a pas de raison pour nier la possibilité de cette fonction défensive. On pourrait objecter, à la vision d’une fonction défensive, que César ne fait allusion chez les Morins et les Ménapiens qu’à des fermes et bourgades, vici aedificiaque (BG 3, 29, 3). Cependant, pour utiliser une comparaison, s’il exclut la présence d’oppida chez les Eburons, il indique un castellum de leur territoire nommé Aduatuca (BG 6, 32, 4 à 34, 1) qui serait Tongres. Ne parlons pas des Ménapiens dont le chef-lieu était Castellum Menapiorum, sur le Mont Cassel, car ce lieu n’est attesté que sous l’Empire. En tout cas le vocabulaire de César laisse ouverte la possibilité d’attribuer aux Morins des castella, car César distingue nettement les oppida qui sont en principe des villes fortifiées et les castella qui sont des points fortifiés (cf. BG 2, 29, 2). Alors des castella à remparts sommaires de bois qui n’ont pas laissé de traces ?

147Bien évidemment la question reste posée pour les ports des Morins qui comportaient une agglomération conjointe de hauteur, de nom distinct : Gaesoriacum liée à Bononia distante de 500 m. à 1 km., Somara/Sombres liée à Wissant en comptant 1,5 km entre le port et l’emplacement de l’église médiévale de Sombres, repérable aujourd’hui par le cimetière, et encore Saint-Martin-de-Sclives liée à Sangatte avec une distance de 1,5 km entre le rivage et Saint-Martin de Sclives, repérable par le carrefour de Belle Vue, et peut-être même Marck sur son banc de cailloux surélevé par rapport à la plaine inondable de Calais, à une distance de 6 km qui pourrait faire douter de la relation, si la présence des marécages ne permettait de comprendre cet intervalle. Chacun de ces complexes, comportant au moins un nom celtique subsistant, remonte assez vraisemblablement à l’époque gauloise. Ne disons rien d’Ambleteuse, où la dualité ne nous est pas connue, et laissons Étaples où l’archéologie ne peut encore montrer clairement la répartition dans le complexe, puisque seul le quartier du Nord-Ouest est vraiment connu et non celui de la Canche, sinon du côté du château.

148À côté de la fonction défensive, il faut envisager que ces lieux opposés aient rempli des fonctions économiques différentes. D’après des exemples situés en Méditerranée, et aussi en Gaule ancienne, et d’après un couple de mots apporté par Strabon, nous avons montré que, séparée de l’epineion = port, l’agglomération en retrait du rivage était un emporion = place de commerce, lieu d’apport de la marchandise, de conditionnement, d’échanges.

149Nous laisserons aussi aux archéologues le soin de préciser ces fonctions économiques. On voit assez bien les ports de Sangatte et Wissant voués au transit des marchandises avec la Grande-Bretagne, comme le montrent les monnaies similaires qu’on y retrouve comme dans le Kent. Étaples a eu tôt une industrie du sel et à l’époque de la conquête romaine devait être plutôt un port de pêche. Ne disons rien sur ce point de Boulogne, où l’implantation romaine a fait disparaître les traces des époques antérieures.

150Au cours du temps l’importance de la partie haute ou plus continentale a diminué, malgré les survivances toponymiques que nous avons notées. La paix romaine et la progression économique du port ont joué. C’est pourquoi, après un processus plus ou moins long, il n’est souvent resté comme nom vivant que celui du port : Sangatte, Wissant, Boulogne. Processus tellement long, que ce nom de port a pu céder la place à un nom germanique, à Sangatte et Wissant, et nous pouvons ajouter à cette liste celui d’Étaples, qui est bien le nom final d’un port, donné par une population germanique ou germanisée.

151Ce processus fut-il si général ? Ne discutons pas le cas d’Ambleteuse, puisque, pour l’époque considérée, nous n’en savons rien, en dehors de son nom celtique. Mais si l’on admet de considérer un couple Marck/Calais, là encore le port seul continue à se développer.

Notes

1 Cf. Delmaire 1994, 1, p. 229-230.

2 Le Bourdellès 1988, p. 77-82.

3 Desjardins 1876, p. 348-390 et pl. 17 ; Grenier 1934, p. 527-529 et pl. 169.

4 Cf. E.-T. Hamy, Les sigles figulins de la lote de Bretagne, Bulletin de la Société académique de Boulogne-sur-Mer 7, Boulogne, 1904-1907, p. 531-562 ; Cl. Seillier, J.-Y. Gosselin, « Nouvelles. estampilles de la lote de Bretagne en provenance de Boulogne », Revue du Nord 51, 1969, p. 363-372, et CIL XIII, 3542.

5 L’évolution de Boulogne antique est bien résumée dans P. Bedon, Atlas des villes, bourgs, villages de France au passé romain, Paris, 2001, p. 115-118. L’auteur suit l’opinion traditionnelle sur la situation de Gaesoriacum – Bononia.

6 Par exemple Jullian 1920, p. 458, mais il ajoutait que portus Itius signifiait portus inferior.

7 Pline, 4, 102, et Pomponius Mela, 3, 23.

8 Cf. J. Heurgon, « Les problèmes de Boulogne », Revue des Études anciennes 50, 1948, p. 101-111.

9 Voir références dans Le Bourdellès 1988, p. 77-82. On peut ajouter Jullian 1920, p. 458.

10 Origo Constantini 2, 4 : apud Bononiam quam Galli prius Gesoriacum uocabant, et Table de Peutinger : Gesogiaco, à lire : Gesoriaco, quod nunc Bononia.

11 Cf. M. Reddé, Mare nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine militaire sous l’Empire romain, BEFAR 260, Rome, 1986, p. 232 et 599.

12 Cf. Delmaire 1994, p. 224.

13 La forme authentique se trouve sur les Gobelets de Vicarello, alors que la table de Peutinger et les Itinéraires de Gadès et de Bordeaux altèrent le mot.

14 Bonnam et Caesoriacum [leçon du MS Bambergensis] pontibus iunxit et classibusque firmauit. Pour la construction de iunxit, cf. J. Heurgon, « Le Pont de Drusus », Revue des Études anciennes 51, 1949, p. 324-326. Mais ce savant estime qu’il s’agit de Boulogne, comme P. Jal, éditant Florus dans la CUF. On ne comprend pas cette contradiction avec le contexte.

15 RE XV.2 (1932), s.v. « Mogontia », col. 2422 (F. Heichelheim).

16 Liste des Boulogne de France dans Toponymes de France, à contrôler par les dictionnaires toponymiques pour les attestations anciennes. On trouve également dans cette base de curieux noms de hameaux ou de lieux-dits : Basse-Boulogne et Haute-Boulogne, presque tous dans le Pas-de-Calais. Ces créations analogiques reprennent des désignations des deux parties de la ville à une époque qui n’a aucun rapport avec notre propos.

17 L’explication complète du mot Gaesoriacum est délicate. L’élément –acum désignant un lieu est connu avant la période gallo-romaine et ne fait pas problème. Mais au milieu du mot on ne peut admettre un suffixe gaulois –orios, comme les auteurs cités par Holder le remarquaient. Reste d’un mot rig-, comme Holder le proposait, d’où un composé gaisorix, nom de personne, puis dérivation (Holder 1896, s.v.) ? Ou plutôt reste d’un toponyme en -rigion, comme dans Icorigium = Jünkerath, chez les Trévires selon la Table de Peutinger, mais cette fois avec chute de la consonne intervocalique ? Quel que soit le sens de ce deuxième élément, le sens du premier élément gaison/gaesum demeure déterminant.

18 Briquet 1930, p. 260-270.

19 Cf. Th. Arnold (éd.), Henrici archidiaconi Huntendunensis Historia Anglorum. The History of the English People by Henry Archdeacon of Huntingdon. From AD 55 to AD 1154, Rolls series 74, Londres, 1879 (Reimpr. 1965), p. 180 : Withland.

20 E.M.C. Van Houts (éd.), The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumieges, Orderic Vitalis, and Robert of Torigni, Oxford, 1992, chapitre 7, 6.

21 Cf. Haigneré 1880, 3, en particulier p. 278 sqq., p. 286 ; B. Delmaire, Lexikon des Mittelalters 9, Munich, 1998, s.v. « Wissant ». Autres ouvrages sur Wissant de caractère géographique : Th. Fachon, « Recherches historiques, géographiques et archéologiques sur Wissant », Bulletin de la Société de Géographie de Lille, 19, 1893, p. 193-222 ; Briquet 1930, p. 268-269 ; F. Verger , Les marais des côtes françaises de l’Atlantique et de le Manche et leurs marges maritimes, Bordeaux, 1968 ; Sommé 1977.

22 Cf. Holmes 1907, p. 567. Nous reverrons ces appellations au chapitre des hydronymes.

23 Lambert d’Ardres, Histoire des comtes de Guînes, MGH SS 24, p. 566.

24 Cf. Guillaume d’Andres, Chronique d’Andres, MGH SS 24, p. 756 : Cnebingesand prope Sandwicum.

25 On pourrait supposer que ce nom soit en fait l’aboutissement d’un mot celtique comme Uxantis = élevée, extrême, forme tardive du nom de l’île Ouessant. Ou encore imaginons un nom gaulois de la famille de Vicentia = Vicence désignant un lieu distant de 20 lieues gauloises, comme Vicence par rapport à Vérone, ou Wissant par rapport à Thérouanne. Cf. Grenier 1934, p. 204, à propos de Vicenz à 20 lieues de Strasbourg. Ces spéculations ne prendraient consistance que dans le cas d’attestations plus anciennes qui les soutiendraient.

26 Delmaire 1994, no 589.

27 L’actuelle route départementale 244 descend par une boucle qui touche Haute-Sombre. Mais il y aurait eu une voie plus directe à partir du Mont de Couple et nommée jadis « chemin poissonnier » selon Haigneré 1880, 3, p. 301.

28 La graphie Audessombres atestée en 1340, ne semble pas pouvoir être interprétée autrement, au vu des autres attestations de in du Moyen-Âge, cf. de Loisne 1907, s.v. « Basse-Sombre », « Haute-Sombre », « Sombres ».

29 Delmaire 1994, 2, p. 435.

30 Longnon 1908, p. 599.

31 Le premier titulaire connu du doyenné de Wissant est indiqué pour 1226. Cf. Haigneré 1880, 3, p. 293.

32 Voir J. Lestocquoy, « D’Angleterre à Rome au xe s. », dans Études historiques dédiées à la mémoire de M. Roger Rodière. Commission Départementale des Monuments historiques du Pas-de-Calais, Mémoires 5.2, Arras, 1947, p. 37-40. Pour l’édition du texte, voir W. Stubbs (éd.), Memorials of St Dunstan, Rerum Britannicarum medii aeui scriptores 63, Londres, 1874 (réimpression 1965), p. 391-395. Ces auteurs n’indiquent pas que les noms sont plus ou moins anglicisés. La finale -an semble être une désinence féminine.

33 Beaucoup d’auteurs ont voulu voir Wissant dans le Guisus des Annales de Flodoard pour 938. Il s’agit manifestement de Quento-wic.

34 Cette source est dénommée Source du Pont Charnier sur la carte IGN au 1/25000. Il faut sans doute rectifier : Font Charnier = Fontaine Charnier ou Fond Charnier.

35 Voir ci-dessus, p. 113 et n. 32.

36 Le Nord de la France de Théodose à Charles Martel, Catalogue d’exposition, Boulogne-sur-Mer, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie 1984-1985, Lille, 1983, p. 132.

37 Ce tremissis est conservé à Bruxelles, Bibliothèque royale, Cabinet des médailles, référence 15/05/1909 selon la date d’immatriculation. Voir H. Vanhoudt, « De Merowingische Munten in het penningkabinet van de koninkljke Bibliotheek te Brussel. Een katalogus van de hedendaagse verzammeling », Revue belge de Numismatique 128, 1982, p. 173-193 et pl. XV, no 239, où la monnaie est indiquée comme don de A. Lemonnier, mais sans indication du lieu de découverte.

38 L. de Lange, Monnayage et économie à l’éoque mérovingienne en Belgique seconde (570-675), Mémoire de maîtrise, Université de Lille 3, 1989, p. 181. Pour Wisiacus, cf. Nègre 1990, no 13245.

39 J. Lafaurie, J. Pilet-Lemière, Monnaies du Haut Moyen-Âge découvertes en France, Paris, 2003, au no 62.899.3.

40 Haigneré 1880, 3, s.v. « Wissant ».

41 Mentionné dans Translation de Saint Wandrille, MGH SS 15, p. 629, 50. Voir ci-dessus, p. 51, n. 9.

42 Lambert d’Ardres, Histoire des comtes de Guînes, MGH SS 24, p. 599.

43 Sand geat 1256, selon J. Glover, Place-names of Kent, Londres, 1976, p. 166.

44 Ces distinctions sont bien marquées par de Vries 1961, s.v. « gat » et « gata ».

45 Cf. J.A. de Foucault, « La route dans la toponymie du Pas-de-Calais », Revue internationale d’Onomastique, 20, 1988, p. 101-105. Cet auteur montre Stenegate = chemin pierré, hameau de Tatinghem près de Saint-Omer, Enguinegate, Thegate au Portel. D’autre part Loisne 1907, p. 407, indique Zandgat lieu-dit à Eperlecques, et Sangatte ancien fief sur la commune de Boursin.

46 J. Malbrancq, De Morinis et Morinorum rebus, Tournai, 1639-1654, 1, p. 43.

47 Delmaire 1994, no 240.

48 Liste de monnaies dans Delmaire 1976, p. 91/92.

49 Delmaire 1994, no 240.

50 Delmaire 1976, p. 124 et Delmaire 1994, no 240.

51 Delmaire 1994, no 236.

52 Lambert d’Ardres, Histoire des comtes de Guînes, MGH SS 24, p. 599.

53 Guillaume d’Andres, Chronique d’Andres, MGH SS 24, p. 720, 40. cf. Haigneré 1881, s.v. = « Sclives » et « Sangatte » ; Loisne 1907, s.v. « Saint-Martin de Sclives » et « Sangatte ».

54 Cf. Longnon 1908, p. 597. Sclives y est écrit Selines.

55 Delmaire 1994, no 240.

56 Les attestations anciennes montrées par Gysseling 1960, présentent pour Slijpe en Flandre la même variante flamande sl/scl. On comparera à l’évolution romane de Esclimeu > Eclimeux près de Hesdin, à partir du flamand slime, mot expliqué par F. Carton, D. Poulet, Dictionnaire du français régional du Nord-Pas-de-Calais, Paris, 1991, p. 98. Il resterait à rendre compte de p > v.

57 Godefroy-Ménilglaise 1855, p. 502.

58 Cf. Carnoy 1949, p. 633, et E. Verwijs, J. Verdam et al., Middelnederlandsch woordenboek, s’Gravenhage, 1885-1952, s.v. « slippe ».

59 Cf. Grenier 1934, p. 204, et Chevallier 1997, p. 281.

60 La première attestation médiévale du fiscus Merki est en 961 : Nègre 1990, no 12319. La désignation par Mercuritium dans Lambert d’Ardres, Chronique de Guînes et d’Ardres, reste obscure malgré Godefroy-Ménilglaise 1855, p. 498 et 512, qui voyait dans le composé l’indication d’une keure ou assemblée municipale d’échevins, p. 512.

61 Cf. Poulet 1997, p. 74 et 134.

62 Cf. Merkisa 877, Cartulaire de Sithiu, dipl. de Charles le Chauve. Voir Nègre 1990, no 20981, dont l’indication d’attestation la plus ancienne en 961 doit être rectifiée par le Cartulaire de Sithiu.

63 Argument donné par Briquet 1930, p. 293, et repris par Delmaire 1976, p. 72, et Delmaire 1994, n62. Rappelons que cette transgression marine a peut-être débuté au ive s. et était terminée au xe s. : cf. R. Blanchard, La Flandre, étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique et Hollande, Lille, 1906 (réimpr. 1970), p. 138-157 ; Briquet 1930, p. 204, 285, 360-362, 369.

64 Briquet 1930, p. 285-287. L’étude contemporaine la plus importante est celle de Sommé 1977, p. 521-528 ; l’auteur décrit le cordon des Pierrettes, nommé d’après un faubourg de Calais, qui s’étend de Sangatte à Marck, cordon de galets prolongé par un cordon sableux : voir fig. 146, p. 545-546 Au cours de la transgression dunkerquienne, placée par cet auteur du ive au viiie s., il y a eu un point de rupture dans ce cordon à l’ouest de Calais, et invasion dans l’embouchure de l’Aa.

65 Cf. Delmaire 1994, no 244, p. 311.

66 Sur cette découverte, cf. Delmaire 1976, p. 333, et Delmaire 1994, p. 310.

67 Delmaire 1976, p. 91 ; Delmaire 1994, p. 565.

68 Évolution phonétique, ou encore oscillation graphique : cf. Dottin 1920, p. 63 ; Lambert 1994, p. 45.

69 Selon Rivet, Smith 1979, p. 413-414, qui y voient comme origine marga = marne.

70 On se reportera à W.P. Schmid, « Alteuropäisch und Indogermanisch », Akademie der Wissenschaften und der Literatur. Abhandlungen der Geistes- und Sozialwissenschaftlichen Klasse 1968, 6, p. 243-258. Voir aussi Gysseling 1960, p. 661 ; Nègre 1990, nos 12318-12321 ; Meyer-Lübke 1992, nos 5360 et 5360a. Voir encore Förstemann, Jellinghaus 1916, s.v. « marisk », II, p. 219. L’erreur apparaît si l’on regarde de Vries 1961, s.v. « merki » ; de Vries 1962, s.v., est favorable à une signification unitaire de « frontière ».

71 Cf. Delamarre 2001, p. 162.

72 Nègre 1990, nos 3684-3686.

73 Exemples rassemblés dans Jufer, Luginbühl 2001, p. 21 et 66. Édition dans CIL XIII 7789 et 7898, Année épigraphique 1968, 324 et 403, et 1981, 660. L’une de ces inscriptions ajoute Ambiorene (n) sibus, ce qui évoque des divinités du Rhin. À remarquer que Holder 1896, Nachträge p. 590, confond dans l’inscription CIL XIII 7789 les dieux romains Mars, Hercule et Mercure, dont les noms précèdent le nom collectif des divinités gauloises qui nous occupent.

74 L’attestation ancienne se trouve dans une vie de saint du viie s. : Vita Agili, où se lit le mot marcasius, glosé lacuna dans AASS, 30 Aug., t. VI, p. 582. Il s’agit de l’ancien nom de Rebais en Seine-et-Marne dont Saint Ayeul fut abbé.

75 Si l’on doit admettre que Merck-Saint-Liévin est attesté en 1139 et plus tard comme Merkenes, selon Loisne 1907, s.v., ce nom pose un problème non expliqué. Autre incertitude avec le mystérieux Markene de la Chronique d’Andres signalé par Haigneré 1880, 2, p. 271 sqq. et p. 373, supposé par cet auteur comme le nom ancien de Saint-Tricat. Serait-ce le Markinium de Lambert d’Ardres ?

76 P. Lebel avait posé les jalons de notre solution. Il avait admis l’hypothèse d’un mot gaulois *marc- signifiant « endroit humide » non attesté et sans exemple toponymique, postulé par lui à partir de rapprochements étymologiques assez lointains : Lebel 1956, nos 8, 159, 567, 576, 622, 802. Le seul pas trop éloigné de ces rapprochements est le toponyme brai au sens de « pays humide », expliqué à partir de *mrak-.

77 Le ruisseau Marchebecque au nom composé germanique, affluent de la Liette, elle-même affluent de l’Aa, dans la commune d’Eperlecques, marque la frontière du Boulonnais. Et de même nous trouvons trois lieux Marque sur la rivière Course, à la frontière du Boulonnais, comme l’a déjà noté Delmaire 1976, carte p. 36.

78 Briquet 1930, p. 285 sqq.

79 Sur ce nom de Pétresse, cf. J. de Foucault, « Noms de saints dans la toponymie du Pas-de-Calais », Revue internationale d’Onomastique 19, 1967, p. 62.

80 Dauzat 1960, s.v. « Calais ».

81 Nègre 1990, no 2451 et Delamarre 2001, p. 83.

82 Cf. irlandais caladh, gallois & breton calet = dur.

83 Cf. J.-J. Hatt, Histoire de la Gaule romaine (120 av. J.-C. - 451 ap. J.-C.) : colonisation ou colonialisme ?, Paris, 1959, p. 329, qui modère des observations de Grenier 1931, p. 380-388. Ce dernier auteur remontait plus haut dans le temps le repli.

84 Sur l’emploi de locus au lieu de vicus, cf. Grenier 1934, p. 730-731 : une inscription de ses pagani du iie s. nomme Saint-Jean-de-Garguier près de Marseille locus Gargarius, CIL XII 594. Grenier 1934, p. 7, n. 6, et p. 730, cite l’inscription de Saint-Geniez, près Sisteron, CIL XII 1524 : locus cui nomen Theopoli est, où l’on voit locus lié à une dénomination, ce que ne dit pas l’auteur.

85 L’édition la plus récente du texte est celle de O. Seeck, Berlin, 1876. Néanmoins on se reporte encore à celle de E. Böcking, Bonn, 1839 et 1853, pour la reproduction des images d’insignes dans le MS de Munich, et à celle de H. Omont pour les images dans le MS de Paris.

86 Nègre 1990, nos 23844-23846.

87 Voir L. Havet, Manuel de critique verbale appliquée aux textes latins, Paris, 1911, no 658 : confusion n/r dans certaines onciales.

88 Nous avons ainsi pour la première fois, mais indirectement, la forme romaine de ce mot gaulois désignant le fleuve, que l’on retrouvera à travers tout le Moyen-Âge. On ne comprend pas pourquoi Dauzat et al. 1978, veulent une attestation au iie s., à moins qu’ils n’aient recopié sans vérification de faux renseignements tirés de vies de saints vieillies sans justification par Loisne 1907. La correction que nous adoptons se trouve pour la première fois dans l’édition de E. Böcking, Bonn, 1839 et 1853.

89 Vaillant 1890, no 88, p. 248 ; S. de Ricci, Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France 1897, p. 338 ; Delmaire 1994, p. 341, 348, et 354. Ces tuiles sont répertoriées sans précision au CIL XIII, 1, 2, p. 561, no 12560 ; l’éditeur esquisse une discussion sur les lieux de la Canche.

90 Ainsi J. Lafaurie, « Monnaies émises par des ports de la Manche aux environs de l’an 600 », Bulletin de la Société française de Numismatique 39/7, 1984, p. 521-525 et J. Lafaurie, J.-N. Barrendon, « Wic in Pontio. Monnaies mérovingiennes de Wicus », Revue Numismatique 151, 1996, p. 181-239.

91 Cf. J.B. Hofmann, A. Szantyr, Lateinische Syntax und Stilistik, Munich, 1965, p. 504. On comprend l’évolution, si l’on remarque que la Notitia, partie Or. 28, 52 et partie Or. 37, 50, donne avec un siue deux titres différents d’un même fonctionnaire.

92 Cf. A. Ernout, Fr. Thomas, Syntaxe latine2, Paris, 1953, p. 134, no 157, avec exemples de Cicéron.

93 Delmaire 1994.

94 Sur les trésors de la Pièce à Liards, cf. R. Delmaire, Corpus des trésors monétaires antiques de la Fance, II : Nord-Pas-de-Calais, Paris, 1983, partie consacrée à Étaples.

95 Cf. Delmaire 1976, p. 226-227.

96 Cf. la notice de Michel Philippe, dans Archéologie d’Étaples et de sa région au IIe millénaire av. J.-C. Catalogue d’exposition, Étaples, 2002, p. 2 et 3. Pour plus de détails, cf. Desfossés 2000, passim.

97 Cf. G. Souquet, Histoire et description du château d’Étaples, Amiens, 1855 (reproduit dans G. Souquet, Histoire d’Étaples, Paris, 1988 [fac-simile partiel de G. Souquet, Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples, Amiens, 1863). On y trouve en particulier un plan des fouilles de 1848, une reproduction de la gravure de Peeters au xvie s. montrant le château médiéval, une reproduction d’un plan de 1638 avec des bastions. D’autres documents dans P. Baudelicque, Histoire d’Étaples, des origines à nos jour, tome 1, Étaples, 1993, en particulier p. 99, reproduction d’une photo de 1852 prise par G. Souquet, avec les bastions en cours de démolition.

98 Cf. J. Dhondt, « Les problèmes de Quentovic », dans Studi in onore di Amintore Fanfani, I : Antichita e alto medioevo, Milan, 1962, p. 181-240. H. Le Bourdellès, « Toponymie de Quentovic », dans Quentovic, un grand port européen à l’aube du Moyen-Âge, Actes du Colloque de Montreuil, Étaples, le Touquet, 11-13 mai 2006 (à paraître) étudie les survivances toponymiques de Quentovic.

99 Lot 1915, p. 5 et 6.

100 Ch. Pené, J.D. Cassini et al., Le Neptune françois, ou Atlas nouveau des cartes marines levées et gravées par ordre exprès du Roy pour l’usage de ses armées de mer, Paris, 1693. Cf. la feuille : « Carte de Flandres, Carte de Picardie ». Nous connaissons un exemplaire à la Bibliothèque Nationale, un autre au Musée portuaire de Dunkerque. La topographie y a une orthographe plus phonétique qu’étymologique.

101 Carte de Cassini de Thury, feuille 21. L’exposition Cartes et Plans du Touquet et de la baie de Canche, 1585-1975, Musée du Touquet, été 1999, nous a montré que la forme Lornel apparaît seulement avec les cartographes napoléoniens. Ainsi la Carte des environs d’Étaples (à l’occasion du camp de Boulogne) dressée par Bouvier, Warenghien, Declos en 1804, conservée au Musée Quentovic à Étaples : Lornel.

102 L’identification Hornensis > Lornet a été faite par G. Souquet, « Emplacement du Locus Hornensis », Congrès archéologique de France, 27e session, Dunkerque, 1860, Paris, 1861, p. 139-142 et acceptée par S. de Ricci, Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France 1897, p. 342 sqq.

103 Gysseling 1960, s.v. « Hornu ».

104 Cf. Nègre 1990, nos 26417-26420.

105 Une quarantaine, à juger par la base de données Toponymes de France.

106 Cf. Nègre 1990, no 12628, Hornodium en 1090, mais Hornetum en 1105, avec variante suffixale.

107 Cf. A. Carnoy, Dictionnaire étymologique du noms des communes de Belgique, Louvain, 1939-1940, s.v. Le suffixe en -ut est peut-être germanique. Voir sur ce suffixe J. Chaurand, Nouvelle Revue d’Onomastique 35-36, 2000, p. 330 ; Vincent 1927, p. 132 et 135 ; Poulet 1997, p. 73. Mais Vincent 1937, no 360, veut que ce suffixe ôt > ût soit en réalité picard et wallon, contrairement à sa thèse précédente. Nègre 1990, no 5413, a aussi une explication romane. Si l’on observe Bossut de Belgique flamande et wallonne et Boussoit de Belgique wallonne, la question paraît réglée.

108 La constante de l’aspirée initiale rend invraisemblable une origine à partir du vieux français orne = rangée d’arbres ; rappelons que le vieux français ignore l’arbre orne et connaît à sa place le frêne.

109 Sur ces appellations, cf. Moreau 1972, p. 205 et Moreau 1983, p. 186. Sur Odorna et son préfixe, voir Delamarre 2001, s.v. « od- ».

110 Sur un habitat mérovingien au Blanc-Pavé, cf. Delmaire 1994, p. 360. Nombreuses trouvailles de monnaies mérovingiennes.

111 Loup de Ferrière, Correspondance, tome 2 : 847-862, édité et traduit par L. Levillain, Paris, 1935 : lettre 85, de 852. Le pluriel est constant dans les textes latins et français cités par Loisne 1907. Analogie des noms de cités ?

112 Ce mot a été repris par l’allemand à côté de staffel qui a un autre sens. L’anglais a connu également stapel > staple avec ce sens. Le français médiéval a donc eu un mot étaple > étape toujours avec ce sens. Cf. Meyer-Lübke 1992, no 8229. Pour l’anglais et le néerlandais, cf. F. Holthausen, Altenglisches etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, 1932-1934, s.v. « stapol », p. 317.

113 Nègre 1990, no 25276.

114 Les explications de M. Rambaud (éd.), Bellum Gallicum, Liber Quartus, Paris, 1967, p. 112-113, qui tient pour Wissant et Sangatte, sont bien compliquées.

115 L’emploi géographique de superior chez César pose le problème inverse par rapport à celui de inferior BG 4, 28, 2 et 5, 13, 1, qui signifie à peu près sûrement : tourné vers le Sud. Il s’agit en fait, comme pour les Grecs avec l’adverbe anô, d’indiquer la direction du Septentrion au dessus de nos têtes. Nous ne pouvons accepter les conclusions compliquées de M. Rambaud (voir note précédente) et de R. Dion, « Sur l’emploi des mots ‘ulterior, superior, inferior, infra’ dans les passages du De Bello Gallico relatifs à la Bretagne et aux expéditions de César en cette île », Latomus 22, 1963, p. 191-208. Ces auteurs visent Wissant et Sangatte.

116 Cf. Delmaire 1994, 1993, no 569, p. 422 sqq.

117 Scheers 1977, no 24, classe IV.

118 Il est tentant de reconnaître un terme saxon dans fleot = cours d’eau, crique, mais que faire de am ? Dauzat 1960, s.v. « Ambleteuse », a indiqué la Difficulté, Nègre 1990, no 18199, ne l’a pas résolue.

119 Cf. de Loisne 1907 et Förstemann, Jellinghaus 1916, s.v. « ava ».

120 Nous n’avons pas à chercher ici l’origine et le sens du thème ambi-, cf. Delamarre 2001, s.v. « ambe » et « ambi ».

121 On ne sait où situer ces Ambiliati, et l’on a supposé une confusion avec les Ambibarii d’Armorique. Orose (6, 8, 8) donne Ambibaritos. Autres noms proches : Ambivareti clients des Éduens (BG 7, 75, 2 à 90, 6) ; Ambivariti au Nord-Est (BG 4, 9, 3). Ambivarii est donc plus acceptable pour ces alliés des Vénètes.

122 Cf. Nègre 1990, no 2163 ; le terme hydronymique ledo- est expliqué par Dottin 1920, p. 89 et 109, d’après Vendryès et se trouve à l’origine de Lons-le-Saunier.

123 Reproduit dans Abbé J. Gerrebout, Ambleteuse, Boulogne-sur-Mer, 1914, réédition Bazinghen, 2000, p. 54.

124 Sur ce problème archéologique, Cl. Seillier, J.-Y. Gosselin, « Nouvelles estampilles de la lote de Bretagne en provenance de Boulogne-sur-Mer », Revue du Nord 51, 1969, p. 363-372 ; Iid., « La lote de Bretagne à Boulogne-sur-Mer », Septentrion 3, 1973, p. 54-55 ; Iid., « Gesoriacum-Bononia : de la ville du Haut- à la ville du Bas-Empire », dans Les villes de la Gaule Belgique au Haut-Empire, Actes du colloque tenu à Saint-Riquier, octobre 1982, Revue archéologique de Picardie 3-4, 1984, p. 259-264 ; C. Seillier, « Boulogne », dans Delmaire 1994, p. 214-229.

125 Grenier 1931, p. 391, n. 5.

126 Ne parlons pas du coup d’État de Constantin en 407 proclamé par l’armée de Bretagne dont ce fut le dernier acte.

127 Vaillant 1890, p. 248 et Vannérus 1944, p. 299-317.

128 Cf. Le Bourdellès 1988, p. 77-82.

129 Cf. G. Webster, « Celtic Britons under Rome », dans M.J. Green (éd.), The Celtic World, Londres, 1995, p. 629. Le correspondant irlandais est E (o) chaid, gén. Echdach.

130 Qui serait dans le Northumberland selon Rivet, Smith 1979, p. 360.

131 Forme savante, avec nombreuses formes de phonétique germanique depuis le viiie s. données par Nègre 1990, no 8652.

132 En Luxembourg, près d’Hespérange, au Sud de la ville de Luxembourg, cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, I, col. 820. Bibliographie récente dans M. Buchmüller-Pfaff, Siedlungsnamen zwischen Spätantike und frühem Mitelalter. Die -(i)acum Namen der römischen Provinz Belgica Prima, Tübingen, 1990, p. 257.

133 Nègre 1990, no 9152.

134 Les attestations antiques sont déformées, mais reconnaissables : cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, I, col. 8.

135 La glose de Pline, 3, 123 : boni equorum domitores paraît confondre un nom d’agent et un nom d’action. Voir Delamarre 2001, s.v. « epos » et « redo- ».

136 Gysseling 1960, s.v. « Epatiacum ».

137 J. Mertens, Oudenburg en de Vlaamse Kustvlakte tjdens de Romeinse periode, Archaeologia Belgica 39, 1958, ne donne pas d’indice après le début du ive s. R. Brulet, « The Continental Litus Saxonicum » dans V.A. Maxfield (éd.), The Saxon Shore. A handbook, Exeter, 1989, admet une habitation à Oudenburg jusqu’au début du ve s., mais purement civile.

138 Grenier 1931, p. 383. J. Vannérus, Le limes et les fortifications gallo-romains de Belgique. Enquête toponymique, Bruxelles, 1943, a étudié les survivances toponymiques cette ligne de défense.

139 Vannérus 1944, p. 299.

140 Vannérus 1944, p. 300, pour tenter de combattre cette objection, rappelle que dom Grenier, dans son Introduction à l’histoire générale de Picardie, citait des droits féodaux sur les barques qui entraient au hable d’Isques.

141 Cf. Nègre 1990, no 12631.

142 Vita de Valéry, MGH SRM 4, p. 165 : Leuconaus, p. 175 : Legonao. Il s’agit d’un toponyme qu’on retrouve aujourd’hui en France du Nord sous la forme Leugny : cf. Dauzat, Rostaing 1963, s.v. « Leugny » ; Nègre 1990, no 3359.

143 Vasselle 1965, p. 301 et 308, reprend des informations des Mémoires de la Société d’Émulation d’Abbeville III, VI, IX.

144 Liste des identifications proposées pour Gravinum dans Moreau 1972, p. 335 et R. Chevallier (éd.), Tabula imperii Romani, Lutetia, Atuatuca, Vlpia Noviomagus, Paris, 1975, p. 96. Voir aussi Leman 1972, p. 141. Cet itinéraire est refusé par beaucoup de commentateurs, qui ne comprennent pas l’indication de 10 lieues.

145 Dans AASS, 10 Feb., t. II, p. 419-429. La Vie de Saint Honorat, évêque d’Amiens au vie s., donne aussi ce nom, AASS, 16 Maii, t. III, p. 609-613.

146 G. Leman-Delerive, « Le cimetière gaulois de Port-le-Grand (Somme). Essai d’interprétation des fouilles de 1833-1834 », Cahiers archéologiques de Picardie 3, 1976, p. 97-115.

147 Cf. Hecquet d’Orval, « Les fouilles de Port-le-Grand », Mémoires de la Société d’Émulation d’Abbeville, 3e série, 2e vol., 1873-1876, p. 293-317 ; Vasselle 1965, p. 326 ; Leduque 1972, p. 162 ; Tabula Imperii Romani. Condate-Glevum-Londinium-Lutetia, Londres, 1983.

148 Le mot anse au sens de courbe de cours d’eau ne paraît pas très ancien en français du Nord. Il est fréquent en hydronymie, mais dans le Midi. Cf. Nègre 1990, nos 5004-5005 et 20114-20117 ; il y a une Bonnance affluent du Lot.

149 R. Agache, La Somme pré-romaine et romaine d’après les prospections aériennes à basse altitude, Amiens, 1978, en particulier p. 247, n. 59.

Table des illustrations

Titre Figure 2 : Boulogne-sur-Mer. Croquis topographique
Crédits Dessin de Martyne Bocquet, Halma-Ipel – Umr 8164 (Cnrs, Lille 3, Mcc)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 3 : Wissant. Croquis topographique
Crédits Dessin de Martyne Bocquet, Halma-Ipel – Umr 8164 (Cnrs, Lille 3, Mcc)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 4 : Étaples. Croquis topographique
Crédits Dessin de Martyne Bocquet, Halma-Ipel – Umr 8164 (Cnrs, Lille 3, Mcc)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/68224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search