Version classiqueVersion mobile

Boulogne et Thérouanne au temps de César

 | 
Hubert Le Bourdellès

Deuxième partie. Les hydronymes

IX. Conclusion concernant les hydronymes

Texte intégral

1Comme de nombreux auteurs l’ont constaté pour d’autres cités, l’hydronymie est ici particulièrement conservatrice. Elle a même, semble-t-il, conservé le nom préhistorique de la Canche, Orna. Mais c’est l’âge celtique qui nous intéresse d’abord.

2Nous constatons ainsi une très forte hydronymie celtique en Morinie, qui a été soit conservée comme la Canche, soit renouvelée par germanisation comme l’Aa, mais avec possibilité de reconstitution. Cette germanisation ne peut étonner, étant donné la présence influente de divers Germains, puis des Francs mérovingiens en Morinie. Mais l’important pour notre étude est l’hydronymie celtique.

3La Morinie n’est guère citée par les auteurs quand ils cherchent des caractéristiques des peuples celtiques. La Morinie n’est pour eux qu’un nom vide. Mais ces auteurs ont tort : l’hydronymie des Morins est en effet très démonstrative de plusieurs caractéristiques des peuples de la Celtique. Résumons quelques uns de ces traits.

1. La celticité

4Nous trouvons dans cette hydronymie une preuve de celticité. Nous n’avons guère trouvé de nom préceltique probable que celui de l’Orna, mais sans dépasser le stade de l’hypothèse. Au contraire le Ponthieu, si proche de la Morinie, possède l’Authie, ancienne Alteia, considérée par de nombreux toponymistes comme portant un nom vieil indo-européen préceltique.

5Cette celticité est d’autant plus remarquable que les noms mis en évidence se retrouvent tous sur l’espace celtique du Continent et des Îles occidentales, parfois avec un particularisme belge sur lequel nous allons revenir. On peut donc affirmer que la langue est un facteur d’unité qui lie les Morins à l’ensemble des territoires celtiques.

  • 1 Voir P. Leman, « La frontière linguistique : nouvelles propositions (région Nord – Pas-de-Calais) » (...)

6Nous reprendrons ce point dans notre conclusion générale. Mais il est déjà évident qu’on ne peut considérer les Morins comme un peuple à part, à plus forte raison présenter le caractère tant soit peu marginal des Morins et Ménapiens par une implantation précoce de Germains au milieu de Celtes antérieurement établis, comme l’a suggéré P. Leman1. En supposant qu’une minime composante germanique ait pu se trouver à l’intérieur de ces deux peuples à la fin de l’indépendance, il reste que la civilisation celtique y était totalement dominante.

2. Le rôle des cours d’eau comme frontières

  • 2 De la bibliographie considérable, rappelons Dauzat 1960, p. 122-125. Si le premier élément du compo (...)

7Que nous a révélé l’analyse des cours d’eau frontières des Morins ? Un cercle complet avec des noms celtiques : Canche, Calonne = Clarence, Lys, Melde, Aniona = Aa, et l’on peut même refermer le cercle par la mer dont les Morini portent le nom. On sait que les Gaulois ont fixé leurs frontières sur des cours d’eau, comme le prouve l’hydronyme/toponyme *Equoranda resté plus ou moins mystérieux dans son étymologie, mais incontestable signe gaulois de frontière des eaux2.

8Mais on ne peut insister sur cet usage, car il ne constitue pas vraiment une caractéristique ethnique. Songeons que les Germains ont tout autant fixé leurs frontières sur des cours d’eau, comme le prouvent les très nombreux Markbach d’Allemagne.

3. Religiosité celtique

9Cette fonction n’est pas la seule, puisqu’il faut ajouter l’élément religieux. Celui-ci apparaît dans les noms sacrés donnés aux sources et cours d’eau, selon un usage que l’on doit qualifier de pan-celtique.

  • 3 Un auteur a pris parti complètement pour la thèse de divinités des eaux : J. Vendryès, La religion (...)

10Toute cette hydronymie montre assez un aspect du polythéisme gaulois. Mais un aspect qui reste flou. Doit on dire, comme on l’a répété, que les eaux sont ainsi divinisées ? On pourrait certes assimiler ces eaux aux nombreuses Marne, dont le nom de Mères, Matrona, montre bien la nature de déesses, et cela dans un âge préromain incontestable. On ne saurait donc introduire un doute à cause de l’âge gallo-romain des inscriptions célébrant les divinités de l’Yonne et de la Seine : dea Icaunis, dea Sequana. Mais en sens inverse on devrait alléguer le vers d’Ausone que nous avons cité et qui parle d’une source attachée aux dieux, en montrant deux réalités distinctes : la source, et la divinité qui lui accorde son patronage. Avouons que les noms des trois cours d’eau sacrés que nous avons rencontrés ne nous permettent pas de trancher3. Mais il est bien probable que cette question est restée loue dans la religion gauloise, comme aussi bien dans le polythéisme des peuples indo-européens. Il est vrai que, du moment qu’on célébrait un culte auprès d’elles, les eaux prenaient un statut de divinité.

11Quant à la question du culte des eaux comme reste d’une religion préceltique, nous nous refusons à la traiter : elle est insoluble. Constatons seulement que ce culte, en Boulonnais comme ailleurs, est intégré dans la religion celtique, puisque les eaux sacrées portent des noms gaulois. On pourrait alors dire que ce culte, par son aspect naturiste, par ses vertus de guérison, représente un côté populaire de cette religion, dont la religion des Druides représentait un autre versant. Mais n’allons pas plus loin dans ce débat, puisque la toponymie ne peut jamais montrer que la face populaire des affaires religieuses.

4. Caractère belge

12On a voulu que les Morins ne fussent pas de véritables Belges, et nous avons déjà évoqué plusieurs fois cette controverse, qui tente de montrer chez les Morins une population mêlée, ou même une implantation précoce de Germains, qui expliquerait leur caractère marginal. En réalité nous constatons chez eux la présence de Thérouanne, sans doute un hydronyme à l’origine, et ce nom de cours d’eau ou de lieu, ne se trouve que dans la partie belge de la Gaule, Certes d’autres cours d’eau ailleurs semblent avoir le nom du taureau dans leur constitution, mais d’une autre manière. Ce serait donc une particularité belge de vocabulaire.

13Nous avons vu que la question se posait aussi pour l’alternance a/o dans Orna, et qu’on ne peut l’éviter à propos de Guemps, ancien confluent gam/napia. Nous reviendrons sur ce problème dans notre conclusion générale.

5. Durée et disparition de la celticité

14Ces noms celtiques sont demeurés pendant la période gallo-romaine, puisque les Romains n’avaient aucune raison de changer les hydronymes.

15L’implantation précoce des Germains de diverses ethnies en Morinie a amené une germanisation de l’hydronymie. Mais des nuances apparaissent. La germanisation fut plus forte au Nord, on la voit très active dans le delta de l’Aa. D’autre part les petits cours d’eau ont mieux gardé leur nom ancien : ainsi le ruisseau qui sort de Samer, l’Esdre a gardé le vieux mot Sidena, mais le fleuve dans lequel elle conflue est la Liane, qui a perdu son nom celtique au point qu’on ne peut tenter de le deviner qu’à travers une hypothèse non prouvée

6. L’apport de l’hydronymie celtique par rapport à la toponymie

16Comme on le voit, l’hydronymie celtique, chez les Morins, nous paraît devoir jouer un rôle décisif dans le traitement de certaines questions. Cela d’autant plus que la toponymie celtique, elle, ne peut jouer un rôle parallèle équivalent, car elle est beaucoup moins bien conservée. Nous le verrons en étudiant les noms des ports.

7. Aire-sur-la-Lys et les eaux. Un mirage onomastique

17Cette petite ville de l’ancien diocèse des Morins est la ville des eaux, car elle est le confluent avec la Lys du Maldick, de la Laquette, de la Liauwette, sans parler du Canal de Neuf-Fossé qui va vers Saint-Omer, et du Canal de La Bassée. Évitons de mêler à ces confluents la Melde qui se prolonge en fait par la Nouvelle Melde jusqu’à Thiennes où se situe son confluent avec la Lys. Nous indiquons par ailleurs l’importance de la Melde comme cours d’eau frontière, sur son cours inférieur jusque Thiennes, là où la Lys devient frontière entre les Morins et les Ménapiens.

  • 4 Cf. Delmaire 1994, no 1 pour Aire. Dans cet ouvrage, p. 78, carte avec indication de la voie second (...)

18Cette ville ou sa région mérite-t-elle l’intérêt de celui qui cherche un témoignage sur l’époque de César ? La région dans laquelle se trouve cette ville était en effet à l’époque que nous considérons une région frontière, liée à Cassel des Ménapiens par une courte voie romaine, qui ne se prolongeait pas au delà du pont de Thiennes, à côté d’Aire, mais retrouvait une voie secondaire venant de Thérouanne. D’autre part la région d’Aire a permis de découvrir deux quarts de statères atrébates, et une cache d’objets datant de la fin de la Tène, sans parler de trouvailles gallo-romaines4.

  • 5 Cf. Lebel 1956, no 267, p. 116.
  • 6 Liste assez complète dans Vincent 1937, no 516, voir aussi Nègre 1990, nos 5653, 5693 et 24919-2492 (...)

19Revenons aux eaux de cette région. Leur présence a poussé P. Lebel à déclarer que le nom de la Laquette, nom germanique, avait dû être substitué à celui d’Aire, hydronyme avant d’être toponyme5. C’est un fait qu’il y a des rivières Aire, mais il semble qu’elles étaient d’anciennes Agira, comme on le voit par une rivière affluent de l’Aisne, qui a elle-même un affluent Agron. Admettons aussi que des rivières Agira > Aire aient pu imposer leur nom à des localités, comme à Airon-Notre-Dame près de Saint-Josse, qui était Agrona au ixe siècle, ce qui est possible en considérant le ruisseau nommé aujourd’hui le Bras d’Or. Mais quantité de localités Aire sont tout simplement des area, c’est-à-dire des « espaces découverts »6. Précisément Aire-sur-la-Lys était aria en 856 selon le Cartulaire de Saint-Bertin.

20Voilà donc un nom gallo-romain, sinon plus tardif, qui ne mérite pas de figurer dans notre liste de noms de cours d’eau d’époque gauloise.

  • 7 Cf. Vita Treverii, AASS, 2 Janvier, p. 33-35 et Ch. Mériaux, La formation des diocèses septentriona (...)

21Autre mot qui ne mérite pas de figurer dans notre liste. On a récemment voulu décrire l’état ancien du diocèse de Thérouanne à partir de la Vie de Saint Trivier, qui aurait vécu près de Thérouanne, et près du fleuve Ulte. Mais ce personnage semble en réalité un homme du Midi, né à Cahors au vie siècle, et le nom de cours d’eau en question est le nom ancien du Lot7.

Notes

1 Voir P. Leman, « La frontière linguistique : nouvelles propositions (région Nord – Pas-de-Calais) », dans La néolithisation. Actes du XIVe congès UISPP, Université de Liège, 2-8 Sept. 2001, Oxford, 2006, p. 29-31.

2 De la bibliographie considérable, rappelons Dauzat 1960, p. 122-125. Si le premier élément du composé reste obscur, le deuxième est incontestablement celtique.

3 Un auteur a pris parti complètement pour la thèse de divinités des eaux : J. Vendryès, La religion des Celtes2, Spézet, 1997, p. 49.

4 Cf. Delmaire 1994, no 1 pour Aire. Dans cet ouvrage, p. 78, carte avec indication de la voie secondaire Thérouanne-Thiennes.

5 Cf. Lebel 1956, no 267, p. 116.

6 Liste assez complète dans Vincent 1937, no 516, voir aussi Nègre 1990, nos 5653, 5693 et 24919-24925.

7 Cf. Vita Treverii, AASS, 2 Janvier, p. 33-35 et Ch. Mériaux, La formation des diocèses septentrionaux de la Gaule du vie au xe s. (Arras, Cambrai, Tournai, Thérouanne), Thèse de Doctorat, Université de Lille 3, 2002, p. 94-97 : l’auteur reste dubitatif sur la question.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search