Version classiqueVersion mobile

Boulogne et Thérouanne au temps de César

 | 
Hubert Le Bourdellès

Deuxième partie. Les hydronymes

VIII. Fleuves côtiers et autres rivières

Texte intégral

1Le nom des fleuves côtiers est important, parce que ces noms ont un lien étroit avec celui des ports ou avant-ports dont nous parlons dans un chapitre spécial. L’examen de ces noms est donc nécessaire pour connaître la vocation maritime des Morins. Nous ne reviendrons pas sur la Canche, déjà étudiée au titre des cours d’eau de frontières.

1. Un nom celtique d’eau et de lieu : Sombre

2Dans notre chapitre sur Wissant, nous montrons l’importance de Sombre qui formait couple avec ce port. Rappelons le récit d’un voyageur en 990 qui, passant par la voie romaine de Thérouanne à la mer, aboutit à Sumeran, cité plutôt que Wissant.

  • 1 L’appellation Mine d’Or vient du folkore local, qui a retenu la découverte prétendue de paillettes (...)
  • 2 Nous citons la carte de l’Institut géographique national, mais il faut peut-être corriger en Font C (...)

3Nous avons admis que cette localité avait adopté le nom d’un ruisseau descendant du village de Sombre. Est ce celui qui descend de Haute-Sombre, passe par la Mine d’Or, touche la mer entre Wissant et Strouanne, et que l’on dénomme aujourd’hui ruisseau de Haute-Sombre, et aussi ruisseau des Nains1. Tournons nous ailleurs, puisque le Sombre antique se trouve bien plus bas, au cimetière proche de Wissant. Un autre cours d’eau doit donc entrer dans l’explication, celui qui part de Herlen passe en bas de Sombre, et aboutit à Wissant, où il faisait naguère tourner un moulin. L’une de ses sources part du vieux cimetière de Sombre, comme source du Pont Charnier2. Ce ruisseau de Herlen, ou de Sombre, ou de Wissant est incontestablement celui qui a un rapport ancien avec Sombre et Wissant.

  • 3 P.-H. Billy, « Toponymie française et dialectologie gauloise », Nouvelle Revue d’Onomastique 35-36, (...)

4L’analyse de ce mot est délicate, d’abord parce qu’il n’a pas attiré l’attention des chercheurs, sauf un : P.-H. Billy qui a estimé que le mot devait être rapproché du nom antique de la Somme, Samara, compte tenu d’une alternance dialectale a/o3. Une telle hypothèse pose le problème d’un terme hydronymique gaulois derrière Sombre.

  • 4 On rapproche irlandais sam, gallois haf = été. Cf. Delamarre 2001, p. 225 ; Meyer-Lübke 1992, nos 8 (...)
  • 5 Cf. Loisne 1907, Zummertun, Zoumertun, 1305.
  • 6 Sur les composés allemands, cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, II, col. 932.

5Mais il y a une série de difficultés à la démonstration de cette hypothèse. Ce sont les étymologies que l’on pourrait alléguer pour expliquer Sombre. Il a existé en gaulois un thème samaro que l’on déduit du français dialectal sombre = jachère, friche, et que l’on rattache au thème celtique samo désignant l’été, en raison des jachères d’été4ce qui n’aurait aucun sens pour un hydronyme, mais qui pourrait servir pour un toponyme. Mais ce terme appartient aux parlers de l’Est. On pourrait aussi, mais en cherchant dans le domaine germanique, penser au mot désignant l’été, et qui n’est pas très éloigné de celui des langues celtiques. Et ceci d’autant plus que le Boulonnais connaît un toponyme Sombrethun5. Ce « lieu de résidence d’été » fait certainement partie des créations saxonnes en Boulonnais à la fin de l’Antiquité. Mais il faut prendre garde que ce toponyme est un composé, au même titre que les Somerton de la Grande-Bretagne et que le comté anglais du Somerset. On ne voit pas que Sommer puisse former un nom de lieu à lui seul6.

  • 7 Sombrefia vers 1070 selon Gysseling 1960.
  • 8 Cf. Hogan 1910, s.v. ; nous ne discutons pas le problème d’une « base » Sab/sav auquel on a souvent (...)

6Pourtant, nous le savons, les hypothèses purement étymologiques sont dangereuses. Nous le sentons bien ici où la parenté des mots celtiques et germaniques désignant l’été peut faire douter de la véritable origine. Il faut d’abord passer par l’examen d’une série. Cette série existe. Il y a bien entendu Samara l’un des noms antiques de la Somme, que l’on tire de la ville de Samarobriva connue depuis César, et la rivière Samara > Sambre. Un nom de lieu Sombreffe, dans l’arrondissement de Namur, se dénonce par son suffixe appartenant à la série apa/apia comme tiré d’un hydronyme la Sombre7. La celticité de ces noms de cours d’eau est d’autant plus certaine qu’il existe deux rivières Samair en Irlande8.

  • 9 Cf. Lebel 1956, no 116 et 271. Pour les hydronymes à cas régime féminin en -an, voir p. 196 et ch. (...)
  • 10 Cf. Nègre 1990, nos 3556, 3027, 22125, avec formes anciennes. Nous ne discuterons pas les interprét (...)
  • 11 Voir Vincent 1927, no 9, avec formes anciennes.
  • 12 Selon Förstemann, Jellinghaus 1916, II, col. 675.

7Cette famille de noms de cours d’eau doit être plus étendue qu’il n’y paraît. Il y des diminutifs comme Sambrete et Sambreton9. Probablement aussi des noms de lieu à suffixe nasal -on diminutif ou à désinence -an de cas régime féminin, qui sont témoins de cours d’eau : Samaran dans le Gers, près Masseube, Sammeron en Seine-et-Marne, près La Ferté-sous-Jouarre, et Sommeron dans l’Aisne, près La Capelle, tous sur de petits cours d’eau10. Il y a encore à mentionner Sommerain, près Mont-lez-Houfalize en Luxembourg11. En pays germanique, on ajoutera Samaron > Samern, au Nord-Ouest de Münster, arrondissement de Bentheim, près Schüttorf12.

8Nous tenons donc là un cours d’eau dont le nom est manifestement celtique, bien que nous ayons évité une recherche étymologique. Contentons nous maintenant de dire qu’un rapprochement avec l’irlandais sam = tranquille serait séduisant pour un nom de cours d’eau.

9L’important est d’avoir montré la celticité de désignation préservée sur un des éléments du complexe Wissant – Sombre dont la vitalité à l’époque gauloise est analysée dans notre chapitre sur les ports.

2. Un nom de fleuve côtier celtique : le Wimereux

  • 13 Cf. Loisne 1907, s.v. ; J.-A. de Foucault, « Notes de toponymie et de topographie en Calaisis », Bu (...)
  • 14 Vimina en 696 pour la Vimeuse, Vemena au viiie s. pour la Wamme, Wimena au xiie s. pour la Wümme, W (...)
  • 15 Delamarre 2001, p. 192, suivant des considérations étymologiques, pose une origine celtique.

10Ce fleuve minuscule n’est connu que par une embouchure avec un petit port du même nom, et par sa relation onomastique avec l’agglomération de Wimille, située sur ce cours d’eau. La forme ancienne Wimerreuwe en 120313 avec suffixe hydronymique germanique -ouwe autorise à mettre son nom dans une série Vimena bien représentée dans une aire géographique du Nord-Ouest : la Visme ou Vimeuse dans le pays de Vimeu, la Wamme, affluent de la Lomme à Jemelle près Namur, la Wümme, affluent de la Weser, au Nord de Brême, le lieu Winau près Berne14. Mais on trouve aussi en Espagne un lieu nommé Viminiacum. L’origine celtique de ce mot, malgré ce que dit P. Lebel, paraît probable en raison de la diffusion de ce mot, bien plus qu’en suivant les considérations étymologiques de P. Lebel15.

3. Tentative de reconstitution du nom celtique d’un fleuve côtier : le fleuve d’Ambleteuse, la Slack moderne, le Ledos gaulois

  • 16 Cf. Loisne 1907, s.v., atestation de 1305 de Selake, du xviie s. pour Le Lacq.
  • 17 W.P. Schmid, « Baltische Gewässernamen und das vorgeschichtliche Europa », Indogermanische Forschun (...)
  • 18 On le vérifie par l’irlandais loch, cornique et breton lagen.
  • 19 Noms français de ce type dans Lebel 1956, nos 401-402, noms flamands dans Förstemann, Jellinghaus 1 (...)

11Le petit fleuve sur lequel est situé Ambleteuse est aujourd’hui la Slack, naguère Le Lacq, dénomination attestée au Moyen-Âge par le hameau Selake situé sur ce fleuve16avec incorporation de démonstratif picard valant article. On serait peut-être tenté d’y voir un hydronyme remontant à la première couche indo-européenne de l’Europe, car W.P. Schmid retrouve des mots semblables aux bouches du Rhin comme Lek, et en terre baltique17. Ou sans aller jusqu’à ce deuxième millénaire avant notre ère, on rappellerait que le celtique, comme le latin lacus, a continué à faire vivre ce mot si ancien signifiant lac, étang18. Il faut renoncer à ces mirages, car ce nom est bien connu en Pas-de-Calais qui possède plusieurs Laque, comme l’affluent de la Lys à Aire, ou le ruisseau d’Audrehem, et aussi des Laquette, qu’on ne peut séparer de noms de cours d’eau ou de lieu flamands comme Laeken près Bruxelles19. Ces noms désignant des marais sont de toute évidence, en raison de leur distribution géographique, des créations franques. Un nom en parfaite harmonie avec l’environnement de la Slack, mais qui malheureusement, arrivé avec les Francs, a recouvert l’ancien nom.

12Mais nous avons montré ailleurs que le nom ancien d’Ambleteuse, reconstitué grâce à un texte de Bède, et à deux toponymes du Midi, nous permet de remonter à Ambiledum.

  • 20 Cf. Nègre 1990, nos 2159-2164, et pour l’explication linguistique cf. J. Vendryès, « Mélanges italo (...)

13Le terme gaulois ledos est un hydronyme connu : Ledus chez Pomponius Mela = Lez, fleuve côtier du Héraut, Ledus en 616 = le Loir, affluent de la Sarthe, Ledius en 943 = Lay, fleuve côtier de Vendée, et bien d’autres20.

14L’intérêt de cette reconstitution est de nous permettre de compléter la liste des ports du Boulonnais portant ou ayant porté un nom gaulois, et de prouver par là l’importance de la vie maritime sur cette côte à l’époque que considère notre étude. Sa difficulté tient au caractère unique et tardif du document qui nous sert d’appui.

4. Le fleuve de Boulogne, la Liane, dont le nom celtique reste inconnu

  • 21 Cf. Lebel 1956, no 421 et 429. M. Roblin, Le terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque. (...)
  • 22 Cf. Gysseling 1960.

15Ce petit fleuve qui atteint la mer à Boulogne par un vaste estuaire porte un nom évidemment germanique d’origine. Le mot Elna connu depuis la Vita prima de Saint-Omer se rattache à une série de cours d’eau Helina dont le plus anciennement connu est Helinium, nom porté chez Pline (4, 101) par une des branches du Rhin à son embouchure commune avec la Meuse, peuplée dès l’époque de Pline de peuples germaniques. Ne passons pas en revue toutes les occurrences de cet hydronyme dans la France du Nord21. Rappelons seulement les occurrences les plus proches : le vicus Helena lieu de la bataille entre Romains et Francs, racontée par Sidoine Apollinaire, et que nous pensons situé sur l’Elnon. On retiendra aussi le lumen Helene attesté en 1106, à Saint-Pierre-Brouck22, branche de l’Aa, l’une des dénominations successives du fleuve, et nous avons vu dans notre chapitre sur l’Aa l’importance de cette dénomination pour l’histoire de ce petit fleuve.

  • 23 Morlet 1985, p. 382, l’explique à partir d’un nom de personne hypocoristique d’origine germanique I (...)
  • 24 Cf. Carnoy 1949, p. 344 ; Förstemann, Jellinghaus 1916, s.v. « Isca ».

16Voilà donc un hydronyme apporté par les Germains, probablement les Francs. Ne cherchons point son sens qui est débattu. Ce qui nous importe est le phénomène de substitution. Pourrait-on chercher à deviner le nom gaulois du fleuve ? Recherche tentante, puisque nous savons que l’estuaire était nommé au temps de César Portus Itius, et que le terme celtique dans cette dénomination est connu ailleurs. Mais avant de déclarer que le fleuve s’appelait Ita, Itis, Ituna, comme d’autres en terres celtiques, il faudrait prouver que le mot Itius rappelle bien le fleuve, et non pas seulement le port de l’estuaire. Or nous ne pouvons le prouver. Nous avons montré ailleurs que la correspondance prétendue entre Isques et Itius qui serait décisive est peu solide, car il est également possible que Isques appartienne à la grande série des Issy comportant un nom de personne et un suffixe : Iccius + acum23. Et encore pourrait-on soutenir que Isques dérive d’un nom de cours d’eau celtique Isca, dont il y a plusieurs exemples à travers l’Europe celtique : l’Isse, affluent de la Marne, l’Exe de Exeter ou l’Ijssche du Brabant, nommée en français Isque et d’autres24. Par quoi l’on trouverait une autre hypothèse sur le nom du fleuve. Rien de tout cela ne peut dépasser le niveau de l’hypothèse.

17C’est incontestablement la lacune la plus irritante de notre étude des Morins, que cette ignorance au sujet du fleuve de Boulogne, puisque la solution donnerait la clef de plusieurs autres énigmes, en particulier de tout ce qui touche à Portus Itius. Cependant on comprend que le nom de ce fleuve et celui du Portus Itius aient disparu tôt de l’histoire romaine, car le port fut vite nommé par les Romains Portus Morinorum Britannicus comme nous le voyons chez Pline (4, 121), en tant que moyen de communication principal avec la grande île si proche. On l’appela aussi Portus Gesoriacensis comme dans l’Itinéraire d’Antonin, ou encore Bononiensis oppidi Litus comme dans le Panégyrique de Constantin en 310, quand le nom de Bononia l’emporta. Finalement c’est donc le nom de la ville qui s’imposa pour le port. Ainsi le nom de Portus Itius s’évanouit, et celui du petit fleuve, qu’il y ait eu un rapport ou non entre les deux.

18La dénomination germanique Helina > Liane vint donc combler un vide. Et c’est ainsi que le fleuve de Boulogne est le seul des côtes de Morinie qui n’ait pas gardé son nom celtique ou tout au moins un souvenir de ce nom.

5. Recherches sur de petites rivières

19Nous passerons en revue un certain nombre de petites rivières, en les amenant successivement du Nord vers le Sud, puisque nous savons déjà l’importance de cette observation. Ce nombre supplémentaire nous permettra de mieux voir la celticité ancienne ou maintenue des cours d’eau.

5.1. Une reconstitution de nom celtique difficile : La Hem/La Vonne

  • 25 Cf. Delmaire 1976, p. 100. En fait selon Loisne 1907, Aqua Funna xiie s., d’après A. Desplanque, «  (...)
  • 26 Cf. Lebel 1956, no 632 et Delamarre 2001, p. 268. Autre exemple de la série : Veaune, dans Dauzat e (...)

20Cette rivière affluent de l’Aa, passe dans les forêts de Guînes, d’Eperlecques, et de Tournehem. À Tournehem elle est traversée par la route de Thérouanne à Sangatte. Son nom le plus ancien connu est Vonna25. On sera bien entendu tenté de rapprocher ce nom de la Vonne, rivière du département de la Vienne, affluent du Clain, qui passe à Vivonne, et dont l’origine celtique n’est pas douteuse26. Et cela malgré l’hésitation f/v qui ferait penser à une forme flamande. Mais il n’y a pas d’hydronymes flamands comparables, ce qui doit emporter la décision.

  • 27 Cf. Nègre 1990, no 5945. On peut remonter jusqu’en 696, comme le montre Lebel 1956, no 632, moyenna (...)

21Bien que la série soit. mal représentée dans la littérature scientifique, sans doute parce qu’elle ne comprend pas de cours d’eau importants, on peut risquer l’explication étymologique suivante. Vivonne sur la Vonne était en 857 Vicovidonense, il est donc nécessaire d’admettre pour la rivière l’origine widu = bois + onna, ce qui concorde avec la position de cette rivière au milieu des bois27. D’autre part la création du nouveau nom de cours d’eau selon le processus nommé par P. Lebel tronçonnement ou découpage à partir d’un nom de lieu : Tournehem > Hem n’est pas douteuse. Finalement ce cas d’hydronyme celtique avec substitution moderne est exemplaire, encore qu’il nous manque une donnée, la date d’apparition de la forme moderne Hem.

5.2. Autres petits cours d’eau du Nord au Sud

  • 28 Dans Cartulaire de Saint-Bertin, 800.
  • 29 Cf. Lebel 1956, no 631 ; Dauzat et al. 1978 ; Delamarre 2001, s.v. « uidu- ».

22Profitons pour commencer l’examen de cette petite série d’une attestation ancienne assez claire. Le Bras de Bronne, petit affluent de la Canche qui passe à Aix-en-Issart, avant de porter ce nom germanique de Bronne, fréquent dans le Pas-de-Calais, a été désigné par un nom celtique. On ne peut hésiter en effet à découvrir l’origine celtique d’un nom à suffixe -acum présenté par le texte suivant : Ascio in pago Tervanense super luvium Widolac28. On y retrouve un autre dérivé de widu = bois, dérivé connu par la Vesle, dans la Marne29. Nom d’autant plus intéressant que nous avons un autre indice de la présence d’un bois dans ce secteur, qui est l’appellatif Essart porté par l’agglomération principale traversée par ce cours d’eau. Ceci montre suffisamment que même de petits cours d’eau ont été dénommés à l’époque gauloise, avec des noms que nous pouvons souvent récupérer.

  • 30 Pour Dilgia, cf. Cartulaire de Sithiu cité par de Loisne 1907, p. 55. Pour l’utilisation toponymiqu (...)

23Avec un résultat différent nous pouvons également retrouver le nom antérieur du Bléquin, affluent de l’Aa à Lumbres, qui tire son nom actuel du village Bléquin, toponyme germanique. Mais l’hydronyme ancien est connu directement : Dilgia en 867. On rappellera que la racine celtique delg-, a été employée en toponymie30, mais avec quel sens ?

  • 31 Cf. Cartulaire de Sithiu et Cartulaire de Saint-Bertin cités par de Loisne 1907, p. 179.

24Nous n’avons pas à nous occuper du canal de Guînes qui se nommait Waconingawala en 807 et Wasconingawala en 80831. Cette dénomination est manifestement germanique.

25Nous avons déjà parlé d’un affluent de la Liane, l’ancienne Sidena celtique, devenue l’Edre.

26De même ne revenons pas sur un affluent de la Canche, la Tena celtique devenue par un effet d’analogie la Ternoise. Et pas plus sur un autre affluent de la Canche, la Divina ou Divonna devenue Dordogne par appellation populaire.

  • 32 Cf. Vincent 1937, no 18 et Lebel 1956, no 112.
  • 33 Indication de l’année 800 dans Vincent 1937, no 18, à rectifier sans doute Capronio.

27Un affluent de la Canche, la Planquette, porte un nom dérivé du village de Planques, au canton de Fruges32. Mais on sait qu’elle est nommée jadis dans la localisation suivante : in Fressinnio super fluvio Capriuno33. Ainsi le village actuel de Cavron-Saint-Martin conserve le souvenir du nom ancien de cette petite rivière. Mais l’origine de ce nom reste obscure.

  • 34 Cf. Lebel 1956, no 115.

28Un processus analogue se voit à propos de la Créquoise, autre affluent de la Canche, nommée ainsi d’après le village de Créquy, au canton de Fruges. Mais le nom ancien de cette rivière, Bleuencia en 104234, se retrouve près du confluent à Beaurainville grâce au moulin de Bleuance, que son suffixe ferait penser comme une formation celtique.

29Ainsi ces petits affluents ont probablement tous portés des noms celtiques. La germanisation se voit plutôt au Nord, ce qui est attendu.

Notes

1 L’appellation Mine d’Or vient du folkore local, qui a retenu la découverte prétendue de paillettes d’or sous Napoléon. La carte de Cassini dit ruisseau du Nain. Nous ignorons l’origine de cette appellation. Serait ce une déformation graphique de Nant = vallée, ruisseau, dénomination gauloise maintenue dans toute la toponymie française, et en particulier par Namps-au-Mont et Namps-au-Val dans la Somme ?

2 Nous citons la carte de l’Institut géographique national, mais il faut peut-être corriger en Font Charnier = fontaine du cimetière ou Fond Charnier.

3 P.-H. Billy, « Toponymie française et dialectologie gauloise », Nouvelle Revue d’Onomastique 35-36, 2000, p. 87-93.

4 On rapproche irlandais sam, gallois haf = été. Cf. Delamarre 2001, p. 225 ; Meyer-Lübke 1992, nos 8081a et 7628a.

5 Cf. Loisne 1907, Zummertun, Zoumertun, 1305.

6 Sur les composés allemands, cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, II, col. 932.

7 Sombrefia vers 1070 selon Gysseling 1960.

8 Cf. Hogan 1910, s.v. ; nous ne discutons pas le problème d’une « base » Sab/sav auquel on a souvent mêlé les noms en sam-. Cf. R. Schmittlein, Revue internationale d’onomastique 15, 1963, p. 133-149. Nous ne discutons pas plus la question de la Sabis de César, qui serait peut-être la Sambre.

9 Cf. Lebel 1956, no 116 et 271. Pour les hydronymes à cas régime féminin en -an, voir p. 196 et ch. XI.

10 Cf. Nègre 1990, nos 3556, 3027, 22125, avec formes anciennes. Nous ne discuterons pas les interprétations de A. Dauzat, puis de P. Lebel, enfin de E. Nègre, qui n’ont pas vu la série.

11 Voir Vincent 1927, no 9, avec formes anciennes.

12 Selon Förstemann, Jellinghaus 1916, II, col. 675.

13 Cf. Loisne 1907, s.v. ; J.-A. de Foucault, « Notes de toponymie et de topographie en Calaisis », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie 19, 1957-1962, p. 491-497, montre le rapport de tous ces noms.

14 Vimina en 696 pour la Vimeuse, Vemena au viiie s. pour la Wamme, Wimena au xiie s. pour la Wümme, Wimenowe en 1197 pour Winau, cf. Förstemann, Jellinghaus 1916 et Lebel 1956, no 435.

15 Delamarre 2001, p. 192, suivant des considérations étymologiques, pose une origine celtique.

16 Cf. Loisne 1907, s.v., atestation de 1305 de Selake, du xviie s. pour Le Lacq.

17 W.P. Schmid, « Baltische Gewässernamen und das vorgeschichtliche Europa », Indogermanische Forschungen 77, 1972, p. 1-18.

18 On le vérifie par l’irlandais loch, cornique et breton lagen.

19 Noms français de ce type dans Lebel 1956, nos 401-402, noms flamands dans Förstemann, Jellinghaus 1916, s.v. « Lake ».

20 Cf. Nègre 1990, nos 2159-2164, et pour l’explication linguistique cf. J. Vendryès, « Mélanges italo-celtiques », Mémoires de la Société linguistique de Paris 13, 1905-1906, p. 388.

21 Cf. Lebel 1956, no 421 et 429. M. Roblin, Le terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque. Peuplement et défrichement dans la Civitas des Parisii (Seine, Seine-et-Oise)2, Paris, 1971, p. 482 : « Hydronymie de la région de Senlis », voudrait rattacher ce nom à une prétendue série Eaulne. Mais P. Lebel montre bien la série Helina, il explique aussi la forme actuelle par agglutination de l’article roman. On trouve Leanne en 1252 pour désigner le hameau de Lianne en Alincthun, sur le fleuve.

22 Cf. Gysseling 1960.

23 Morlet 1985, p. 382, l’explique à partir d’un nom de personne hypocoristique d’origine germanique Iso, ce qui est plausible phonétiquement, mais interdit par la large diffusion du toponyme sur la Gaule.

24 Cf. Carnoy 1949, p. 344 ; Förstemann, Jellinghaus 1916, s.v. « Isca ».

25 Cf. Delmaire 1976, p. 100. En fait selon Loisne 1907, Aqua Funna xiie s., d’après A. Desplanque, « Chartes de l’abbaye de la Capelle », Annales du Comité flamand de France 9, 1867, p. 330-381. Puis Vonna dans Lambert d’Ardres au xiiie s., Historia comitum Ghisnensium, MGH SS 24, p. 568, qui nomme d’autres courants de la plaine de Bredenarde : Nelei fontes = riv. de Nielle, Reveria.

26 Cf. Lebel 1956, no 632 et Delamarre 2001, p. 268. Autre exemple de la série : Veaune, dans Dauzat et al. 1978, s.v. « Vesle ».

27 Cf. Nègre 1990, no 5945. On peut remonter jusqu’en 696, comme le montre Lebel 1956, no 632, moyennant une légère correction.

28 Dans Cartulaire de Saint-Bertin, 800.

29 Cf. Lebel 1956, no 631 ; Dauzat et al. 1978 ; Delamarre 2001, s.v. « uidu- ».

30 Pour Dilgia, cf. Cartulaire de Sithiu cité par de Loisne 1907, p. 55. Pour l’utilisation toponymique, cf. Delamarre 2001, p. 116, qui cite Delgovicia donné en Grande-Bretagne par l’Itinéraire d’Antonin.

31 Cf. Cartulaire de Sithiu et Cartulaire de Saint-Bertin cités par de Loisne 1907, p. 179.

32 Cf. Vincent 1937, no 18 et Lebel 1956, no 112.

33 Indication de l’année 800 dans Vincent 1937, no 18, à rectifier sans doute Capronio.

34 Cf. Lebel 1956, no 115.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search