Version classiqueVersion mobile

Boulogne et Thérouanne au temps de César

 | 
Hubert Le Bourdellès

Deuxième partie. Les hydronymes

V. Un nom générique celtique pour les confluents : condate

Texte intégral

  • 1 Cf. Nègre 1990, nos 2088-2105, qui ne cite pas Condete, pas plus que Dauzat, Rostaing 1963. On ne (...)
  • 2 Le meilleur exposé de cette phonétique germanique se trouve dans Poulet 1997, p. 51-52, mais l’aut (...)

1On sait que les noms génériques rencontrés en hydronymie sont ceux des accidents du cours des eaux : source ou fontaine, embouchure, courbe, confluent, pont, port. Nous en trouvons peut-être un d’origine celtique en Boulonnais avec Condette, anciennement Condeta en 1112. Ce nom fait probablement partie de la très grande série des Condé, Condat, etc., issus de Condate atesté dans l‘Antiquité, et dont le sens de « confluent » n’est pas douteux1, mais la majorité de ces mots est passé en roman avec accent pénultième, d’où Condé, Condat, etc. Cependant une position antépénultième celtique de l’accent explique Condes attesté, par exemple, en Haute-Marne. Mais ce sont des faits de phonétique celtique ou romane. Pourrait-on ici alléguer la phonétique germanique de Saint-Omer et du Boulonnais, qui agit sur les mots gallo-romains comme sur les germaniques ? Elle joue de deux façons : ou bien elle garde un accent pénultième qui préserve l’avant-dernière syllabe avec maintien de la consonne terminale comme pour Blandiacum > Blendecques, ou bien avec remontée de l’accent fait disparaître cette avant-dernière syllabe avec maintien de la consonne terminale, comme pour Clariacum > Clarques. Le premier de ces phénomènes accentuels suit à expliquer Condette à partir de Condate2. On objectera à cette explication que cette phonétique est démontrée sur les mots en -acum, mais non sur d’autres, objection peu recevable si l’on sait qu’une loi phonétique ne connaît pas d’exceptions, si les circonstances sont égales.

2Pourquoi à cet endroit ce mot qui signifiait « confluent » ? Il est bien difficile de dire s’il s’agit du ruisseau d’Ecames qui draine les eaux de la forêt d’Hardelot à l’Est et les emmène vers la Liane, ou du lac d’Hardelot dit des Miroirs qui reçoit les eaux de la même forêt à l’Ouest, et les emmène à la mer par le ruisseau de la Becque. À tous égards de petits cours d’eau, de petits confluents que le mot pourrait rappeler.

  • 3 Cf. Vincent 1937, no 238 et Condedo > Cond près Coblence ; cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, I, co (...)

3On voit assez que retrouver ici le mot générique celtique n’est pas impossible, mais sans espoir de preuve décisive. Une difficulté supplémentaire est que nous ignorons l’histoire du mot, en particulier l’époque à laquelle ce mot qui n’est pas passé dans les langues romanes a cessé d’être vivant. Mais rien n’empêche de penser que le mot, attesté par ailleurs en Grande-Bretagne par les Itinéraires antiques et probablement aussi en Allemagne soit ancien en toponymie3.

4Nous avons voulu citer cet exemple seulement probable, pour montrer la complexité des problèmes.

Notes

1 Cf. Nègre 1990, nos 2088-2105, qui ne cite pas Condete, pas plus que Dauzat, Rostaing 1963. On ne peut penser à la division administrative condita qui ne se voit dans le Haut Moyen-Âge qu’à l’Ouest et au Sud-Ouest de la Gaule : cf. M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, 418-781 : essai sur le phénomène régional, Thèse de Doctorat, Université de Paris 1, 1976, I, p. 144 et J.F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus vol. 8, Leyde, 1976, p. 240. Dernier avatar probablement d’un gaulois candetum = centaine.

2 Le meilleur exposé de cette phonétique germanique se trouve dans Poulet 1997, p. 51-52, mais l’auteur ne dit rien de Condette.

3 Cf. Vincent 1937, no 238 et Condedo > Cond près Coblence ; cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, I, col. 1755.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search