Version classiqueVersion mobile

Boulogne et Thérouanne au temps de César

 | 
Hubert Le Bourdellès

Deuxième partie. Les hydronymes

IV. Des noms préhistoriques réels ou supposés

Texte intégral

1Certains noms ont pu être supposés préhistoriques, en vertu d’une tendance de la recherche au temps de A. Dauzat ou de H. Krahe. La critique a souvent rectifié des affirmations imprudentes. On retrouvera donc classés parmi d’autres d’époque gauloise des cours d’eau vieillis sans véritables preuves.

2C’est ainsi qu’on a supposé que le nom de la Calonne, aujourd’hui Clarence, était préceltique, formé sur une « base » préhistorique. Nous verrons qu’il faut abandonner cette affirmation de A. Dauzat. Nous verrons de même que les noms d’Aniona et de Mella doivent être considérés comme celtiques.

3Nous allons cependant discuter ici le cas de la Nave, parce que ce cas a été très généralement considéré comme préhistorique.

1. La Nave porte en réalité un nom celtique

  • 1 Pour une liste incomplète d’occurrences, cf. Dauzat 1960, Dauzat, Rostaing 1963, Dauzat et al. 1978 (...)

4Un cas difficile à évaluer est en effet celui de la Nave, petit affluent de la rive gauche de la Clarence, qui passe par Fontaine-lès-Hermans, Nédon, Ames, et Lillers. Malgré sa petite taille, ce cours d’eau attire immédiatement l’attention, quand on prononce son nom, car il est répandu à travers toute la France, intéressant de nombreux toponymes et hydronymes1. Citons seulement parmi les hydronymes la Fontaine de Nave et la Nave au Nord d’Autrans dans le Vercors, et la Nièvre, Neve sans « r » en 1267, affluent de la rive droite de la Somme, qui fait la limite entre l’Amiénois et le Ponthieu, dans la zone où passe la voie romaine Amiens-Boulogne, ou encore la Nièvre éponyme d’un département actuel, qui comporte un suffixe.

5Les auteurs se partagent sur l’âge de ce mot. A. Dauzat se contentait de le qualifier de préceltique, E. Nègre le considérait comme indo-européen préceltique, comme H. Krahe. Assurément la diffusion du mot en Europe occidentale pousse vers cette opinion : en Allemagne avec la Nava attestée par Tacite (Histoires 4, 70), aujourd’hui la Nahe, et aussi la rivière nommée en polonais la Nawa, et en lithuanien Nova. Mais le problème n’est pas si simple. La documentation fournie par J. Hubschmid oblige à une autre réflexion.

6Le toponyme nava/nave est très répandu en Espagne, moins fréquemment comme hydronyme, bien plus le mot y est resté vivant au sens de « combe, vallée encaissée ». De même le toponyme nava/nave se trouve souvent en Italie du Nord. Cette zone de diffusion montre un mot celtique. De plus J. Hubschmid propose de reconnaître la présence du mot et de son origine dans deux langues celtiques différentes : le mot indo-européen nav- = navire, aurait pu se retrouver en celtique par comparaison avec le sens de « vallée ayant la forme d’une coque de navire », comme le gréco-latin cymba = barque se retrouve dans la française « combe ». On remarque en effet dans les langues celtiques à la fois nau = navire en irlandais, et noe = auge en gallois, objet ayant la forme d’une coque. Nous ne retiendrons guère cet argument, puisque la comparaison n’est pas identique.

  • 2 Pour les attestations en France, cf. Nègre 1990, nos1057, 1083-1090 et 1406. Pour la datation par l (...)

7Quoi qu’il en soit, il reste que cette Nave appartient manifestement à une série très étendue sur les territoires celtisés de toponymes signifiant « combe, vallée encaissée », d’où sont venus un certain nombre de noms de cours d’eau. Il faut donc renoncer à y voir une relique d’un âge plus ancien2.

2. Un nom en -apa/-apia dont l’âge préhistorique est fort douteux ? Est-il celtique ?

8Nous mettrons en réalité dans un âge plus récent Guemps, qui appartient à une série en -apa. L’école allemande de toponymie a beaucoup insisté sur les noms composés en -apa/-apia, considérés comme indo-européens préceltiques, appartenant à une langue du Nord-Ouest : Nordwestblock, décelables entre Oise et Weser, dont le deuxième terme indique l’eau.

  • 3 Premières rélexions en faveur de l’origine celtique : K. Müllenhof, Deutsche Altertumskunde, Berlin (...)
  • 4 Cf. proportion germanique indiquée dans l’article de H. Dittmaier (cf. note précédente). Les compos (...)

9Mais beaucoup de difficultés se présentent dans l’examen des composés avec -apa/-apia3. Constatons surtout la difficulté du problème. On a voulu le résoudre en partant de la forme celtique du nom de l’eau aba germanisée en apa. Mais il existe bien des composés préceltiques et prégermaniques comme Arnapa > Erft, affluent du Rhin près de Bonn. Contentons nous donc de ce qui est visible, l’existence d’un suffixe -apa de différentes strates, ce qui pose des problèmes de chronologie et de phonétique bien délicats. Admettons, faute de mieux, un suffixe de substitution qui s’est imposé dans le domaine celtique, puis germanique4.

10Pourtant cette formulation permettrait de comprendre un peu les composés en gan/m-apia, toponymes désignant des confluents, comme Guémappe sur le Cojeul près d’Arras. En Morinie, au milieu du lacis de canaux dans la plaine côtière de l’Aa, se trouve Guemps. La forme du Cartulaire de Sithiu en 826 : Ganape, ne laisse aucun doute sur le deuxième terme du composé. Le premier terme du composé est inanalysable par le germanique. On écoutera donc ceux, comme A. Carnoy, qui voient une origine celtique à partir de *genu = bouche, dont les dérivés Genava = Genève et Genua = Genova, Gênes se comprennent bien par l’idée d’embouchure. Mais ce n’est qu’une hypothèse étymologique.

11Ce qui est certain en tout cas est que les composés gan-apia mutés souvent en gam-apia se voient dans le domaine picard, et aussi en Wallonie, comme le montrent les Jenefe, Genappe, Jemappes, Jemeppe. Cette considération géographique soutient fortement l’idée d’un hydronyme celtique.

12Allons même plus loin : le mot apparaîtrait comme une caractéristique belge, ce qui serait important pour fixer la nature ethnique des Morins. Preuve délicate, certes, puisqu’elle dépend d’un raisonnement sur un mot en -apa/-apia, donc d’une série sur laquelle la controverse n’est pas éteinte. Mais nous verrons en terminant que l’hydronymie en fournit d’autres plus solides.

3. Un hydronyme préceltique reconstitué : Orna, qui serait la Canche

  • 5 Selon les indications de Förstemann, Jellinghaus 1916, II, col. 447.

13Voici pourtant un hydronyme préceltique probable, mais qui restera toujours hypothétique, puisqu’il n’est pas attesté directement. Nous verrons dans notre chapitre des ports que le Locus Hornensis attesté vers 400 par la Notitia Dignitatum se retrouve aujourd’hui dans la Pointe de Lornel, sur la partie Nord de l’embouchure de la Canche, à côté d’Étaples, car c’est la seule concordance possible de toutes celles qui ont été envisagées. D’autre part cet adjectif dérive d’un nom de cours d’eau Orna attesté plusieurs fois dans l’Est de la Gaule et en Allemagne. Nous trouvons surtout la rivière Orna attestée chez Venance Fortunat à la fin du visiècle (Carm. 10, 9, 3), affluent gauche de la Moselle, et non loin de là, une autre Orne ou Ornain, probablement ancienne Odorna, affluent droit de la Marne. On ajoutera l’Ornava ancien nom de cours d’eau à Orenhofen près de Trèves5.

  • 6 Ainsi l’Arne affluent de la Suippe dans le département de Marne et l’Arne affluent du Doubs, l’Arno (...)

14Ces rivières, dont le nom ne doit pas être confondu avec celui des anciennes Olina comme l’Orne de Caen, n’ont pas d’explication celtique. Il est vraisemblable que leur nom a subi une alternance a/o connue dans leur région, et que ce nom appartient à la série de cours d’eau en arn- présente ailleurs6.

  • 7 Sur Arar voir Dauzat 1960, p. 118 et 131-141 et Lebel 1956, no 641. Liste de cours d’eau en ar-, ar (...)

15On sera donc tenté de rattacher le nom que nous étudions à la très vaste série des hydronymes en ar- dont l’âge préceltique ne peut faire de doute, si l’on regarde le remplacement bien connu de Arar par la celtique Sauconna > Saône7.

16Cette présentation reste une hypothèse, puisque, encore une fois, le nom Orna n’apparaît pas directement. Cependant elle est vraisemblable pour deux raisons, l’importance de la série Arna/Orna, et le fait bien documenté de la substitution de noms dans l’hydronymie. Ce serait donc le seul exemple non discutable dans le territoire qui nous occupe d’un cours d’eau au nom préceltique, premier nom de la Canche.

17Un résultat suffisamment intéressant pour que nous n’allions pas plus loin en demandant s’il s’agit d’un élément d’une couche préceltique, ou plutôt d’une couche pré-indo-européenne, comme on le penserait en rangeant dans cette série le fleuve italien de l’Arno.

18Mais nous devons considérer l’alternance a/o comme étant d’âge celtique, puisque nous la retrouvons dans le cours d’eau Somara < Sombre à côté de Samara, le fleuve qui est aujourd’hui la Somme. L’analyse des cours d’eau Orna a donc une conséquence pour notre étude sur la période gauloise : leur localisation correspond au territoire belge. Nous en reparlerons en conclusion.

Notes

1 Pour une liste incomplète d’occurrences, cf. Dauzat 1960, Dauzat, Rostaing 1963, Dauzat et al. 1978, et Nègre 1990, s.v.

2 Pour les attestations en France, cf. Nègre 1990, nos1057, 1083-1090 et 1406. Pour la datation par l’indo-européen préceltique, voir Krahe 1950, p. 247-266. L’article fondamental est celui de J. Hubschmid, « Esp. nava, basque naba, frioul. nava. Mots d’origine pré-indo-européenne ou gauloise ? », Revue Internationale d’onomastique 4, 1952, p. 3-22.

3 Premières rélexions en faveur de l’origine celtique : K. Müllenhof, Deutsche Altertumskunde, Berlin, 1887-1900, II, p. 227 sqq. Krahe 1950, p. 247-266, soutient la théorie du Nord-Westblock préceltique. En faveur de l’origine germanique : H. Dittmaier, Das Apa-Problem, Untersuchung eines westeuropäischen Flussnamentypus, Bibliotheca Onomastica 1, Louvain, 1955. Liste des composés en -apa/-apia dans Lebel 1956, nos 389, 440-446, 603 ; Förstemann, Jellinghaus 1916, I, col. 170-171 ; Nègre 1990, no 1020.

4 Cf. proportion germanique indiquée dans l’article de H. Dittmaier (cf. note précédente). Les composés germaniques ont une liste dans A. Bach, Deutsche Namenkunde, Heidelberg, 1954, II, nos 183 et 424. Un mot germanique en -apa se remarque avec la Venepe sur la Basse Colme, en Flandre occidentale, car il contient l’élément germanique fen = marais. Cf. Förstemann, Jellinghaus 1916, I, col. 448.

5 Selon les indications de Förstemann, Jellinghaus 1916, II, col. 447.

6 Ainsi l’Arne affluent de la Suippe dans le département de Marne et l’Arne affluent du Doubs, l’Arnon affluent du Cher, et bien d’autres comme l’Arnapa > Erft dont nous parlons plus haut. Une explication à partir d’un mot préceltique urna ne paraît pas possible en raison du manque d’exemples sûrs. L’Ourne de Nîmes, Urnia dans l’Antiquité selon l’inscription de la fontaine de Nîmes, pourrait avoir un nom aquitain.

7 Sur Arar voir Dauzat 1960, p. 118 et 131-141 et Lebel 1956, no 641. Liste de cours d’eau en ar-, arn-, dans Nègre 1990, no 1021. On ne peut soutenir la germanité de cours d’eau en ar-, arn-, comme fait Lebel 1956, nos 390-391. D’autre part on doit prendre garde que Dauzat ne distingue pas assez la racine hydronymique préhistorique ar et le suffixe hydronymique celtique ara.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search