Version classiqueVersion mobile

Boulogne et Thérouanne au temps de César

 | 
Hubert Le Bourdellès

Deuxième partie. Les hydronymes

Les hydronymes

Texte intégral

1. Position de la question

1N’oublions pas que notre but est de faire parler la toponymie ou l’hydronymie pour obtenir des renseignements sur les Morins à l’époque césarienne. Or l’hydronymie des Morins, comme de la plupart des peuples gaulois, est partagée de nombreuses strates séculaires. Que l’on songe à l’environnement d’Aire-sur-la-Lys où l’on voit confluer la Lys celtique, le Maldicq et la Laquete germaniques, la Liauwete romane, et le Canal de Neuf-Fossé d’origine médiévale, sans parler de la Melde celtique qui conflue dans la Lys un peu plus loin à Thiennes. Voilà une difficulté.

  • 1 Lebel 1956, p. 62, 65, 276 et Vie de Berthe de Blangy, AASS, 4 Juillet. On ne peut accorder crédit (...)

2Il y en a une autre. C’est que l’hydronymie est un domaine où la créativité populaire, et partant la déformation, se sont exercées plus qu’en toponymie. En voici un exemple en Morinie analysé par P. Lebel. Ce savant a fort bien indiqué que la rivière Ternoise porte un nom déformé, par attraction du nom de la région traversée. Elle s’appelait au Moyen-Âge Tena, selon la Vie d’une religieuse de Blangy-sur-Ternoise1. Certes la vie de cette sainte n’est connue que par une copie tardive : cependant l’indication peut être contrôlée. Ce nom se retrouve en effet dans le village de Teneu attesté en 1157, devenu Teneur attesté en 1545. On est donc en droit de postuler un toponyme *Tenavo dérivé du nom de la rivière, comme la Selle a engendré le village de Saleux dans la Somme au Sud d’Amiens. On ne peut donc douter de l’authenticité de ce nom de rivière Tena, ou Tenna, même si l’origine de ce vocable reste obscure.

  • 2 Cf. édition de Haigneré 1881, p. 198.
  • 3 Cf. Dauzat et al. 1978.
  • 4 Cf. Nègre 1990, no 1067.
  • 5 Sedena en 1147, selon Dauzat, Rostaing 1963, s.v. « Séderon, Seyne ».
  • 6 Cf. Lewis, Pedersen 1961, p. 182-183.

3Autre déformation. Une petite rivière a gardé son nom celtique, mais déformé, l’Edre, affluent de la Liane, qui entoure Samer et donne son nom à un hameau Lesdres. Une charte de Samer de 1193 nous donne le nom ancien de Sedena2. C’est la forme ancienne Sidena en 659, du Senain devenu Serein, affluent de l’Yonne3, c’est également la forme ancienne Sedana en 853 de la Saâne fleuve côtier de la Seine-Maritime4. Et l’on voit que ce nom a pu passer à des noms de lieux comme à Seyne, dans les Basses-Alpes5. Ce mot passe pour préhistorique, mais la présence du thème set/sit avec voyelles allongées dans Sitomago, lieu antique en Grande-Bretagne, montre assez qu’il s’agit d’une formation celtique. On la rattachera bien entendu à une formation signifiant longueur6.

4Malgré ces renouvellements et déformations, les noms de cours d’eau sont parfois conservés à tel point qu’ils constituent la seule trace de langues préhistoriques ; mais un renouvellement se constate, même aux époques modernes. Sera-t-il nécessaire de traverser toutes ces strates ?

2. Les strates

5Nous avons indiqué dans l’introduction les différentes couches que nous devons rencontrer.

6N’oublions pas pourtant que c’est la couche gauloise qui nous importe le plus. Rappelons ici ce que les recherches celtiques ont montré à ce sujet depuis deux siècles. Les Gaulois attachaient une importance notoire à leurs cours d’eau, avec leurs sources et rivières sacrées, leur fonction de frontières entre cités, et leur participation à la désignation des agglomérations situées dans leur environnement. C’est la raison pour laquelle l’analyse de cette question des eaux est indispensable pour comprendre la vie d’un peuple gaulois.

Notes

1 Lebel 1956, p. 62, 65, 276 et Vie de Berthe de Blangy, AASS, 4 Juillet. On ne peut accorder crédit à l’affirmation de A. de Valois = Valesius, Notitia Galliarum, Paris, 1675, p. 545 : « Le Ternois a Terna flumine cognominatus ». Delmaire 1976, p. 131, a voulu reprendre cette interprétation.

2 Cf. édition de Haigneré 1881, p. 198.

3 Cf. Dauzat et al. 1978.

4 Cf. Nègre 1990, no 1067.

5 Sedena en 1147, selon Dauzat, Rostaing 1963, s.v. « Séderon, Seyne ».

6 Cf. Lewis, Pedersen 1961, p. 182-183.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search