Version classiqueVersion mobile

Boulogne et Thérouanne au temps de César

 | 
Hubert Le Bourdellès

Première partie. Prolégomènes

I. Introduction : une recherche toponymique

Texte intégral

1Nous présentons une tentative pour montrer une image neuve de la Morinie au temps de César. Certes on va nous objecter : peut-on dire du neuf sur ce peuple gaulois, alors qu’un historien connu a rassemblé ce que l’archéologie permet de dire, en deux livres qui méritent tout éloge ?

  • 1 Delmaire 1976 et Delmaire 1994.

2La Morinie reste pourtant une cité mal connue, si nous nous plaçons à l’époque de César. Le général ne nous fournit que les détails relatifs à ses campagnes militaires : sa situation vis-à-vis de la Bretagne, ses révoltes, la fuite de ses habitants dans les forêts et marais, alors qu’ils n’ont pas d’oppida. Aucun nom d’habitant ou de gouvernant n’apparaît, pas plus que de lieu, sinon celui du Portus Itius, point de départ vers la Bretagne en 54, et vraisemblablement déjà en 55. L’archéologie, avec les deux synthèses des découvertes publiées par R. Delmaire1, montre la présence humaine par des objets, mais peu de constructions. La numismatique désigne une zone d’échanges commerciaux avec la Bretagne, mais sans qu’on puisse prouver de façon certaine l’émission de frappes locales. Tout cela nous laisse perplexes, et nous pouvons juger que la Morinie n’a pris une certaine importance que sous l’Empire, lorsque Boulogne est devenue le grand port de passage vers la Bretagne, relié directement à Rome par une des grandes voies de l’Empire. En disant cela, nous oublions que la Morinie a fourni des contingents importants à deux grandes révoltes gauloises contre le conquérant romain. Tout cela est donc peu clair, et nous fait réclamer des informations complémentaires.

1. Étendue de la collecte des toponymes

  • 2 Loisne 1907.

3Pour ce faire, nous choisirons dans l’ensemble des noms de lieux et de cours d’eau de la Morinie ceux qui paraissent pouvoir donner des renseignements sur l’époque en question. Comment récolter ces noms ? Disons tout de suite que, pour la collecte des toponymes ou hydronymes, nous nous sommes en principe limités à ceux pour lesquels une forme ancienne pouvait être établie, presque toujours par une attestation médiévale. Celle-ci, lorsqu’elle existe, est présentée par le recueil de A. de Loisne2, dont il faut vérifier parfois les données de formes anciennes.

  • 3 Les séries de noms de lieux-dits ou de ruisseaux les plus faciles à mettre en évidence, sous leur f (...)

4Cependant certains lieux-dits ou ruisseaux peuvent avoir des noms attestés seulement de nos jours, mais contenus dans des séries dont la celticité ne fait pas de doute et, dans ce cas, nous devons en tenir compte3.

2. Utilisation des noms

5Nous croyons que la toponymie peut apporter des renseignements nouveaux, si elle est bien menée, ce qui ne veut pas dire, comme on le croit souvent, par l’étymologie, démarche pleine de pièges.

  • 4 Grenier 1934, p. 688.

6Comment donc procéder ? La toponymie peut déceler le caractère celtique d’un lieu, et par là le dater. C’est ce que disait déjà A. Grenier dans un livre encore si utile, qui énonçait le principe appelant à distinguer les sites gaulois des sites gallo-romains par la toponymie4 : « un nom ancien correspond à un site occupé à l’époque gauloise ». Mais cette formule n’est pas toujours applicable simplement. Les difficultés de l’appliquer dans une région à l’histoire aussi troublée que le Pas-de-Calais sont grandes, car un toponyme peut y être préhistorique, préceltique, celtique, romain, saxon, franc, roman, mais cette difficulté ne doit pas faire renoncer à découvrir la celticité d’un mot. Or, il existe une méthode de contrôle. Il ne faut pas oublier en effet que la nature d’un toponyme apparaît de manière à peu près sûre, lorsque l’on peut le placer dans une série : pour les noms de lieu de cette étude nous verrons des séries celtiques apparaître. On obtient par là un contrôle d’autant plus serré que la série est importante, et répandue sur un vaste territoire. La celticité du mot apparaîtra ainsi dans les cas favorables. Mais une deuxième question se montre, que la formule un peu simple de A. Grenier oubliait. La permanence de la langue celtique en Gaule a fait émerger des toponymes celtiques ou demi-celtiques sous l’Empire, comme évidemment Augustodunum > Autun, qui célèbre l’Empereur Auguste, avec un deuxième terme de composé celtique.

7La considération de la série doit nous servir en second lieu à dater le toponyme dans une relative mesure, puisque les séries toponymiques gauloises se sont restreintes sous la domination romaine. Nous formulerons le principe suivant : si le nom de lieu ou de cours d’eau totalement celtique est largement utilisé à travers la Gaule, à plus forte raison aussi en Allemagne et en Grande-Bretagne, on peut présumer son âge gaulois. Ainsi Bononia attesté par Boulogne-sur-Mer, en Gaule Cisalpine, et en Pannonie, sans parler de Bonna > Bonn en Rhénanie, doit désigner des lieux d’âge gaulois. Admettons de prudentes réserves, car la persistance de la langue gauloise sous l’Empire laisse penser que certains mots celtiques pourraient avoir été implantés tardivement, ce que l’on supposera avec vraisemblance de certains des nombreux Condate = confluent, origine des nombreux Condé, Candat, même si ce mot n’est pas passé dans les langues romanes.

8En outre la série peut parfois renseigner sur la fonction du toponyme dans l’histoire : c’est ainsi que la série des Thérouanne nous montrera une origine hydronymique. Cette recherche par la série est importante avant tout pour les hydronymes sacrés portant un nom évoquant ce caractère. Mais d’autres cas peuvent apparaître, comme à Boulogne, où il est important de savoir grâce aux séries distinguer les deux lieux portant des noms celtiques différents.

9On remarquera que dans cette revue de méthode nous n’avons pas parlé d’étymologie. On ne peut y échapper, mais il faut la traiter avec prudence, puisque la langue gauloise est mal connue et que l’on est souvent obligé d’essayer de comprendre un mot gaulois par comparaison avec les langues celtiques médiévales ou modernes, ou par des dérivés français supposés. Les pièges de la phonétique et de la sémantique ne manquent pas à ce niveau : il suffira de compter les tentatives étymologiques depuis trois siècles sur le Portus Itius de César. C’est pourquoi un contrôle par la méthode des séries est indispensable.

10La toponymie a une autre vertu, qui est d’apprendre à identifier les sites nommés par les textes ou l’épigraphie. Mais souvent ces sites restent cachés derrière leur dénomination antique non identifiable, parce que la dénomination a changé au cours du temps. C’est un cas fréquent dans la Morinie, puisque les occupants germaniques ont été grands pourvoyeurs de noms nouveaux : on sait par exemple que l’Agnona est devenue dans leur bouche l’Aa. Remonter le temps dans ces cas n’est pas toujours aisé, s’il manque un indice. C’est malheureusement une partie de son travail où le toponymiste est livré au hasard de la découverte d’un indice favorable, ou bien doit avoir le courage de rester dans un stade bien affirmé d’hypothèse.

11Nous nous efforcerons donc de discerner la celticité des noms de lieux et de cours d’eau, et la fonction qui paraît s’en dégager. Ces opérations demandent un tri sévère pour déterminer cette celticité.

3. Le tri dans les strates successives

12Les hydronymes constituent l’élément le plus durable dans l’onomastique du paysage et posent plus que d’autres des problèmes de chronologie.

3.1. Strate préceltique

  • 5 H. Krahe, « Struktur der alteuropäischen Hydronymie », Abhandlungen der Mainzer Akademie der Wissen (...)

13Il va de soi que les noms de cours d’eau remontant au delà de la période gauloise sont difficiles à définir. Nous admettrons volontiers avec H. Krahe l’existence d’une couche indo-européenne préceltique, sans pourtant oser dire avec cet auteur qu’elle serait relativement facile à discerner par ses racines et ses suffixes5. Car il est souvent bien difficile de prouver ce caractère, comme la nature « préceltique » de bases dont A. Dauzat emprunta le concept à l’école italienne. Il est rare que l’on puisse montrer la substitution par un mot celtique d’un mot préhistorique. Ce fut le cas de l’Arar dont le nom subsistait au temps de César et a disparu à l’époque gallo-romaine en faveur d’une déesse Sauconna = Saône, qui porte un nom celtique, selon une grande probabilité.

  • 6 Dauzat 1960, p. 137-139.
  • 7 Cf. Delamarre 2001, s.v. « Isara ».
  • 8 Une autre difficulté est que l’accord n’est pas fait sur la couche archéologique correspondant aux (...)

14Dans d’autres cas la démonstration reste délicate. On voudrait qu’un suffixe -ara soit préhistorique, parce qu’il serait sorti du mot Ar de rivières préceltiques. Mais il est évident que les Gaulois ont utilisé ce suffixe dans Iscara > Ischer, qui contient le mot celtique isca = eau6. Cependant la démonstration en faveur de la celticité ne peut être donnée que si l’usage et l’appartenance de la racine ou du thème sont bien établis. Ainsi Isara > Oise, Isère, Yser, Isar, n’est pas clairement gauloise, mais peut être préhistorique, car le mot contient un élément is- indo-européen, que les langues celtiques ne contiennent pas sûrement7. Nous verrons qu’en Morinie les hydronymes supposés préceltiques nous obligeront à des discussions longues et sans conclusions définitives, mais qui ne favorisent pas toujours la thèse préhistorique8.

15On a voulu aussi que les hydronymes en -apa appartiennent à cette couche chronologique. L’école allemande de toponymie a en effet beaucoup insisté sur les noms composés en -apa/-apia, considérés comme indo-européens préceltiques, appartenant à une langue du Nord-Ouest : Nordwestblock, décelables entre Oise et Weser, dont le deuxième terme indique l’eau. Nous retrouverons ce problème avec la localité Guemps, dont nous placerons l’étude dans les hydronymes, et trouverons une forte probabilité celtique pour ce nom. Ce qui prouve le danger de qualifier de préceltique ou préhistorique les mots obscurs parce qu’ils sont obscurs.

3.2. Strate celtique

  • 9 Il faut noter ici que les adjectifs celtiques en -ac- donnent déjà des toponymes en -acon/acum à l’ (...)

16Pour l’âge celtique qui, bien entendu, nous intéresse plus que d’autres, nous prendrons deux précautions. Tout d’abord, de façon à assurer la celticité de notre étude, nous entrerons les mots étudiés dans des séries toponymiques celtiques connues, et ne négligerons pas la comparaison avec les langues celtiques modernes. De plus, nous récuserons le témoignage de mots gaulois très employés, qui ont pu subsister à l’époque gallo-romaine. Mais les critères sont malaisés à manier. Si le nom Isques vient du nom de personne Icci (us) + acum, le composé désigne une propriété avec un nom de propriétaire qui, bien que gaulois, a formé un composé gallo-romain, comme tous les noms de ce genre. Dans ce cas, Isques ne nous intéresse pas. Mais si ce nom de lieu est formé sur isca = eau, il peut être ancien et même receler le nom gaulois de la Liane. Nous verrons qu’on ne peut choisir9, et qu’il y a même encore une autre possibilité. Il est difficile de donner une règle générale ; disons cependant que l’on peut considérer comme gaulois les toponymes qui sont spécifiquement de langue gauloise et répandus si possible dans les terres celtiques d’Europe, si bien qu’on ne puisse y voir des créations d’âge gallo-romain.

17Les mots latins d’époque gallo-romaine ne peuvent gêner l’étude, car ils se voient aisément, comme dans Estrée et Estréelles sur la grande voie d’Amiens à Boulogne, aboutissements romans de strata (via).

  • 10 Sur cette question, voir M. Gysseling, « Genèse de la frontière lingistique de la Gaule », Revue du (...)

18Nous devons maintenant essayer de nous donner une vue pas trop inexacte de la toponymie germanique, très importante dans cette région, puisque cette région fut germanophone jusqu’à la Canche, et même au delà avant la lente remontée de la langue romane au cours du Moyen-Âge10.

3.3. Strate germanique, conditions générales et dates d’implantation

19Il est très important pour notre étude de savoir quand a commencé la toponymie germanique du Pas-de-Calais, en raison de mots dont l’origine n’est pas claire.

20La vraisemblance est que les Germains n’ont imposé de noms sur le sol, qu’à partir du moment où ils en furent les occupants, mais cette condition a pu se produire assez tôt. Nous pensons que le premier exemple documenté de germanisation se voit sur une terre occupée par les Francs au milieu du ve siècle, à l’affaire du Vicus Helena. Ce vocable germanique, qu’on retrouve dans la bouche du Rhin Helinium, et dans l’embouchure de la Liane, anciennement Elna, correspond vraisemblablement à la rivière Elnon et à la localité Elnon-Saint-Amand. Ce fait ne peut étonner, puisque les Francs occupaient déjà depuis un certain temps le territoire des Ménapiens. Nous savons en effet par Ammien Marcellin (17, 8, 3) que le César Julien, au milieu du ive siècle, vainquit les Francs, mais leur abandonna la Toxandrie, qui formait une bonne partie de la Ménapie.

21Qu’en était-il dans d’autres parties de l’Empire Romain ? Un texte littéraire, le Panégyrique de Constance Chlore prononcé en 297 (Pan. lat. IV, 21), se félicite de l’installation de colons germaniques qui cultivent des terres restées vides : l’auteur cite des Francs chez les Nerviens et Trévires et des « barbares » non autrement désignés chez les Ambiens, Bellovaques, Tricassins et Lingons.

22Mais vers la côte maritime qu’en était-il ? Retrouve-t-on ces colons, en fait des colons militaires appartenant aux armées régulières romaines ?

3.3.1. Le problème saxon et le problème du Litus Saxonicum

  • 11 La date du document est controversée. Même si l’on suppose que tous les renseignements contenus ne (...)

23Sur le littoral de la Manche, la question de l’occupation germanique précoce est liée à la question du Litus Saxonicum. La Notitia Dignitatum rédigée vers 400, répertoire officiel des fonctions et des effectifs civils et militaires de l’Empire, contient des renseignements sur les lieux des côtes de la Manche dans le cadre d’une défense du Saxonicum Litus11. Mais de quoi s’agit-il ? On a souvent interprété ce terme comme montrant la nécessité de défense des côtes contre les attaques saxonnes. Ce sens est plausible, car ces attaques ont commencé très tôt. Ammien Marcellin (27, 8 et 28, 5) nous apprend en effet qu’en 368 les Romains durent lancer une campagne contre des pirates francs et saxons, en 370 contre des pirates saxons. Ce qui signifie que ces Saxons se manifestèrent sur les côtes bien avant l’expédition triomphante en Grande-Bretagne des trois peuples Angle, Jute, et Saxon, que Bède place traditionnellement en 450.

  • 12 Cf. Lot 1915.
  • 13 Cf. texte grec et traduction anglaise dans les Classiques Loeb, malheureusement sans commentaire hi (...)

24Mais un autre sens, plausible également, apparaît aussitôt : c’est celui d’une implantation saxonne précoce sur ces côtes. Beaucoup d’historiens ont protesté contre cette dernière interprétation, comme F. Lot12. Mais elle gagne du terrain… Assurément les documents écrits favorisent une date un peu plus tardive pour cette implantation. Ainsi les installations saxonnes à l’embouchure de la Loire dont parle Grégoire de Tours (Hist. Fr. 2, 18 et 19) pour le milieu du ve siècle. Plus tard encore l’affirmation de Procope, très vague, il est vrai, (Guerres VIII, 20)13 indiquant pour le vie siècle que les Francs laissaient les Angles, les Frisons, et les Bretons, « s’établir dans la partie de leur territoire qui paraît plus déserte ». Cela correspond bien au vie siècle, alors que les Francs ne faisaient rien du côté de la Frise, et que les Saxons avaient encore les mains libres sur la Manche.

  • 14 G. Bellanger, Cl. Seillier, Répertoire des cimetières mérovingiens, Arras, 1983 ; Cl. Seillier, « T (...)

25En réalité des installations de colons militaires saxons sont attestées beaucoup plus tôt par l’archéologie. Il faut ici utiliser les articles de synthèse publiés par Cl. Seillier sur le sujet. En se fondant sur les objets dans les cimetières découverts à Vron et Waben, cet auteur pense pouvoir faire débuter une implantation de militaires saxons vers 370 en Ponthieu pour garder le Litus Saxonicum. Elle y dure au ve siècle. En Boulonnais cette implantation apparaît plus tard, mais dure jusqu’au vie siècle14.

  • 15 Liste de noms de ce type en Boulonnais, et d’équivalents en Grande-Bretagne dans A. de Loisne, « Co (...)
  • 16 Cf. Vincent 1937, no 334-339.

26Finalement la toponymie nous montre une population anglo-saxonne probablement au vie siècle. On connaît la présence en Boulonnais, autour de Boulogne, de toponymes saxons analogues à ceux de la Grande-Bretagne, du type Audincthun qui est dans l’île Aldington. Ce sont des noms composés, dont le premier terme est un nom de personne germanique, souvent suffixé en -ing pour indiquer la filiation, et un second terme -thun, ce que l’on retrouve en Grande-Bretagne avec des noms en -ton, variante non accentuée de l’anglais tun > town, comme dans les nombreux lieux nommés Newton ou de nombreux noms en -ington15. Leur masse indique assez qu’ils n’ont pu s’implanter avant l’effondrement de l’influence romaine ; leur forme, si proche de celle de Grande-Bretagne, montre une population venue de l’île, vraisemblablement à la fin du ve siècle et pendant le vie siècle. On ne saurait dépasser cette date car, plus tard, la très forte implantation franque jusqu’à la Canche à partir de Clovis, mais guère avant, explique les phénomènes germaniques de la toponymie que le Boulonnais partage avec la Flandre française ou la Flandre belge. Ainsi les noms en -inga-heim comme Leulinghem près de Boulogne, Verlinghem près de Lille16, ou encore Alveringhem dans la province Ouest-Flandre de Belgique.

27Nous avons discuté longuement cette question de l’implantation germanique précoce, car on en verra l’importance à propos de deux toponymes boulonnais. Nous voyons qu’il faut distinguer l’époque des colons militaires et celle des implantations massives. On comprendra plus loin l’importance de cette discussion, quand il s’agira d’évaluer la possibilité d’un toponyme classique précoce.

3.3.2. La deuxième couche germanique en Boulonnais : les Francs

28Au début du ve siècle les tribus franques et leurs rois sont encore loin du Boulonnais, même si des colons militaires d’origine franque sont présents dans l’Empire. Les Francs Saliens ont été établis en 358 par Julien dans la Toxandrie, dans la partie Nord de la Ménapie, du côté des embouchures des grands fleuves (Ammien, 17, 8, 3). Mais la dynastie de Mérovée a fini par occuper Tournai.

  • 17 Cf. H. Le Bourdellès, « Le problème linguistique dans l’affaire du Vicus Helena », Revue du Nord 66 (...)

29On ne doit donc pas s’étonner que le premier toponyme franc attesté à une date précise soit relatif à l’affaire du Vicus Helena en 446, racontée dans un poème de Sidoine Apollinaire. Les Francs, dans leur poussée vers les Atrébates, subirent une défaite au Vicus Helena, où les Romains bousculèrent une noce. Nous avons situé l’épisode sur la rivière Elnon, à Elnon-St-Amand, hydronyme caractéristique des Francs, que Pline (Hist. nat. 4, 101) indiquait comme le nom. d’une bouche du Rhin, et qui est devenu aussi le nom de la Liane : Elna17.

30Mais cette époque correspond à la fin du ve siècle. On voit bien par là qu’il faut se garder de découvrir une prolifération de toponymes germaniques dès les débuts du ve siècle. C’est la raison pour laquelle les toponymes locus Hornensis et Marcis donnés par la Notitia Dignitatum au début du ve siècle nous poseront de difficiles problèmes.

4. Mise en valeur de l’analyse toponymique : étymologie et fonction du toponyme ou hydronyme

  • 18 Older 1896 et Delamarre 2001.

31Notre projet étant de tirer parti de l’analyse toponymique, il faut comprendre ce que l’on cherche et comment. Il va de soi que nous voulons dépasser la simple curiosité d’une étymologie. Néanmoins il est souhaitable d’en posséder une solide. N’insistons pas sur la méthode dans ce domaine, elle est connue, depuis les mots signalés par les auteurs antiques, jusqu’à la comparaison par les langues celtiques modernes. Rappelons seulement qu’il existe deux grands recueils de vocabulaire gaulois incorporant la toponymie : celui fort ancien de Holder assez peu critique, mais très abondant, et celui de Delamarre qui fournit très justement les séries nécessaires18.

32Nous pensons en effet qu’une méthode des séries, permettant une large comparaison entre des mots identiques sur le sol ou dans l’eau, doit nous amener la fonction désignée par le nom du toponyme ou de l’hydronyme. Qu’entendons-nous par là ? Il s’agit de bien plus que le sémantisme du mot défini par un dictionnaire de langue. La fonction au sens particulier que nous donnons à ce terme est la valeur singulière entre d’autres que les inventeurs d’un nom de lieu ou de cours d’eau ont choisi de pérenniser. Cette fonction, si on la découvre, doit donc dire quelque chose sur l’histoire ou les représentations mentales de l’époque.

33Quelles sont les fonctions perceptibles par l’analyse ? Annonçons déjà ici certains de nos exemples :

  • fonction classificatrice : elle concerne surtout les noms de cours d’eau, qui forment des séries spécifiques souvent très étendues ; on le verra à propos des Canche.

  • fonction descriptive : nous montrerons que toutes les Canche sont caractérisées par un cours comportant de nombreux méandres. Le mot dérive d’une famille de mots celtiques relative au bord des roues.

  • fonction géographique : toutes les Bononia ou Bonna se trouvent au pied de collines, ce qui correspond à un mot irlandais et à un mot gallois qui signifient « base ».

  • fonction religieuse : elle concerne, avant tout, les noms de cours d’eau qui recevaient très souvent chez les Gaulois une appellation sacrée.

  • fonction historique : certains noms, en dehors de leur sens premier, acquièrent une fonction historique en raison de leur liaison avec des événements. Ainsi les Cersiaci désignent la communauté du Boulonnais formant un pagus. La disparition de ce nom au début de l’Empire doit avoir une signification historique, dont nous aurons à parler.

5. Espoirs de réussite

  • 19 M. Roblin, Le terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque2, Paris, 1971, et Le terroir de (...)
  • 20 Voir la série d’ouvrages consacrés au noms d’origine gauloise, Lacroix 2003 = La Gaule des combats,(...)

34Nous n’avons pas caché les difficultés qui apparaissent dans l’étude toponymique de la Morinie, la plus grande venant de ce que le territoire n’a pas d’origine linguistique homogène. Néanmoins on peut rappeler ici que ce type d’étude a souvent amené des résultats importants ; nous prendrons seulement comme exemple deux livres de M. Roblin19, bien qu’ils décrivent une période ultérieure, et, si l’on préfère, ceux de J. Lacroix20, qui utilisent l’onomastique pour décrire la civilisation gauloise.

Notes

1 Delmaire 1976 et Delmaire 1994.

2 Loisne 1907.

3 Les séries de noms de lieux-dits ou de ruisseaux les plus faciles à mettre en évidence, sous leur forme moderne, sont celles qui figurent dans la liste des Toponymes de France.

4 Grenier 1934, p. 688.

5 H. Krahe, « Struktur der alteuropäischen Hydronymie », Abhandlungen der Mainzer Akademie der Wissenschaten und der Literatur. Geistes-und Sozialwissenschatliche Klasse 5, 1962, p. 287-342.

6 Dauzat 1960, p. 137-139.

7 Cf. Delamarre 2001, s.v. « Isara ».

8 Une autre difficulté est que l’accord n’est pas fait sur la couche archéologique correspondant aux Indo-européens préceltiques. La vision d’une culture homogène des « champs d’urnes » qui leur correspondrait est aujourd’hui discutée, cf. Kruta 2000, p. 536.

9 Il faut noter ici que les adjectifs celtiques en -ac- donnent déjà des toponymes en -acon/acum à l’époque de l’indépendance, mais, semble-t-il, sans connaître la formation avec nom de propriétaire : Bagacum = Bavay, Bebriacum cité par Tacite, Benacus = lac de Garde cité par Virgile, Eboracum = York cité par Orose, Meduacus = Brenta cité par Pline.

10 Sur cette question, voir M. Gysseling, « Genèse de la frontière lingistique de la Gaule », Revue du Nord 44, 1962, p. 5-37.

11 La date du document est controversée. Même si l’on suppose que tous les renseignements contenus ne concernent pas des situations synchroniques pour tout l’Empire, il n’empêche que l’organisation ici décrite pour le Litus Saxonicum correspond à une situation sur les côtes de la Manche vers l’an 400, avant l’évacuation de la Bretagne par l’armée romaine. Cf. A.H.M. Jones, The Later Roman Empire, 284-602, Oxford, 1964, t. 3, App. II.

12 Cf. Lot 1915.

13 Cf. texte grec et traduction anglaise dans les Classiques Loeb, malheureusement sans commentaire historique valable.

14 G. Bellanger, Cl. Seillier, Répertoire des cimetières mérovingiens, Arras, 1983 ; Cl. Seillier, « Tombes de transition du cimetière germanique de Vron », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz 36, 1989, p. 599-634 ; Cl. Seillier, « Céramique de type anglo-saxon du cimetière de Waben », Bulletin du Musée des Antiquités nationales 21, 1989, p. 83-89. Cl. Seillier, « La présence germanique en Gaule du Nord au Bas-Empire », Revue du Nord – Archéologie 77, 1995, p. 71-78 ; St. Curveillier, J. Lefebvre, Cl. Seillier (éd.), Actes du 2e colloque archéologique du Calaisis, Calais, novembre 2000. Bulletin historique et artistique du Calaisis 175, 2002.

15 Liste de noms de ce type en Boulonnais, et d’équivalents en Grande-Bretagne dans A. de Loisne, « Colonisation saxonne dans le Boulonnais », Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France 66, 1906, p. 140-160. Le principe de datation de H. Ehmer, d’après la date du phénomène phonétique de l’umlaut nous paraît douteux, mais il admet le vie s. : H. Ehmer, Die sächsischen Siedlungen auf dem Französischen Litus Saxonicum, Studien zur englischen Philologie 92, Halle, 1937, passim.

16 Cf. Vincent 1937, no 334-339.

17 Cf. H. Le Bourdellès, « Le problème linguistique dans l’affaire du Vicus Helena », Revue du Nord 66, 1984, p. 351-359.

18 Older 1896 et Delamarre 2001.

19 M. Roblin, Le terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque2, Paris, 1971, et Le terroir de l’Oise aux époques gallo-romaine et franque, Paris, 1978.

20 Voir la série d’ouvrages consacrés au noms d’origine gauloise, Lacroix 2003 = La Gaule des combats, Lacroix 2005 = La Gaule des activités économiques et Lacroix 2007 = La Gaule des dieux.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search