Version classiqueVersion mobile

Rouge Hugo

 | 
Stéphanie Boulard

VII. H

2. Signé Hogu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un nom propre déjà n’en est jamais un, seul et simple vocable, s’il décrit toujours, sous l’articulation d’une phrase et d’une scène, une économie multiple de lieux, d’instance et de fors.
Jacques DERRIDA

On dit des écrivains qu’ils mangent leur père comme les crabes font.
Pascal QUIGNARD

Filiation

Le 29 mars 1837, Hugo adresse à Louis-Philippe quelques vers faisant suite au poème À l’Arc de triomphe, lui rappelant qu’un nom manque aux architraves de l’Arc et qu’il n’est pas « de ceux qu’on flatte en oubliant leur père » (Port., V, 935). Entendez que de ne pas voir le nom de son père sur le « mur sublime », d’y pressentir comme le vertige d’un effacement, lui fait décider de défier le processus de disparition et de faire ainsi du nom du père le destinataire principal du recueil des Voies intérieures. Comme si l’écrivain pouvait suppléer au triomphe du monument de pierre par l’auréole du monument de papier. Probablement devinera-t-on quel fut l’enjeu du parti-pris singulier qui engagea le...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search