Version classiqueVersion mobile

Rouge Hugo

 | 
Stéphanie Boulard

VII. H

1. L’ombre du nom

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cré nom !
Charles BAUDELAIRE

MADAME BLINVAL. Qu’est-ce que c’est que l’auteur ?
LE GROS MONSIEUR. Il n’y avait pas de nom à la première édition.
Victor HUGO

« Comment peut-on avoir un rapport amoureux avec des noms propres1 ? » Voilà la question que (se) posait Barthes. Question centrale, tant par son sujet que par sa formulation : elle questionne le désir d’écrire, le rapport érotique de l’écriture aux noms propres et, avec cela, le principe même de la constitution de l’œuvre. C’est que Roland Barthes, qui a pourtant la passion du romanesque, sent, à ce sujet, une « résistance » tenace dans l’incapacité qu’il a lui-même à inventer des noms propres. Et donc, par conséquent, à écrire un roman. À cette résistance, se lie la question du désir, car il avoue, malgré cela, avoir une « très grande envie » d’en inventer. Or, l’objet de son désir reste insaisissable. Il n’écrira donc pas de roman. Car n’est-ce pas de là, de l’onomastique, tout naturellement, que surgit ainsi la fiction, et donc l...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search