Version classiqueVersion mobile

Rouge Hugo

 | 
Stéphanie Boulard

VI. L’argot de Hugo

L’argot de Hugo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

– Ainsi soit-il, dit le poète. Je consens. Je suis truand, argotier, franc-bourgeois, petite flambe, tout ce que vous voudrez. Et j’étais tout cela d’avance, monsieur le roi de Thunes, car je suis philosophe ; et omnia in philosphia, omnes in philosophia continentur, comme vous savez.
Le roi de Thunes fronça le sourcil. – Pour qui me prends-tu l’ami ? Quel argot de juif de Hongrie nous chantes-tu là ? Je ne sais pas l’hébreu. Pour être bandit on n’est pas juif. Je ne vole même plus, je suis au-dessus de cela, je tue. Coupe-gorge, oui ; coupe-bourse, non. […]
– Je vous demande pardon, monseigneur. Ce n’est pas de l’hébreu, c’est du latin.
Victor HUGO

La langue de Victor Hugo ne parle pas ainsi :

« Pourquoi suis-je si belle ?
Parce que mon maître me lave1. »

La langue de Hugo, elle, n’est pas propre. Elle déraille. Elle subvertit. Elle est minée d’échos souterrains, d’ombres, d’énigmes. Les images qu’elle utilise font surgir l’étrangeté et la différence. Car elle ose parler argot. Une langue...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search