Version classiqueVersion mobile

Rouge Hugo

 | 
Stéphanie Boulard

V. Le tout-à-l’égout

Le tout-à-l’égout

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Paris sanglant, au clair de lune
Rêve sur la fosse commune
Victor HUGO

– Sire, dit le ministre de l’intérieur a Napoléon, j’ai vu hier l’homme le plus intrépide de votre Empire.
– Qu’est-ce que cet homme ? dit brusquement l’empereur, et qu’est-ce qu’il a fait ?
– Il veut faire une chose, sire.
– Laquelle ?
– Visiter les égouts de Paris.
Cet homme existait et se nommait Bruneseau.
Victor HUGO

Morceaux. Qui nous submergent. Nous envahissent. Je pense à ces lignes de Rainer Maria Rilke : « Or voici ce qu’il nous faut, vois-tu, porter ensemble bribes et morceaux, comme s’ils étaient le tout1 ». L’écriture se constitue, se construit, sur des brèches, des vides, qui demeurent comme autant de fragments. Comme si tout poème ne pouvait être nécessairement que dédié à Orphée. Comme si l’écriture ne pouvait être, par définition, que fragmentaire, constituée de ruptures, de failles, construite sur des « bribes et morceaux », sur des « tas de pierre », comme les appelle Victor Hugo. Il s’agit, ensuite, po...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search