Version classiqueVersion mobile

Rouge Hugo

 | 
Stéphanie Boulard

IV. Notre-demoiselle

2. La question verte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On ne sait plus que la « rosée de mai », ou « émeraude des philosophes », est verte.
FULCANELLI

« Qu’est ce que c’est que ce mot-là d’abord ? c’est de l’égyptiaque ! » (NDP, IV, 56) « Égyptiaque », voilà ce qui d’entrée vient définir, cerner, marquer le nom de la Esmeralda. Question de bord, d’entame ou d’exergue, on ne saurait passer le seuil de la fiction sans longtemps l’ignorer, l’intrigue s’étoilant de ce mystère. Or, tout de suite, on a un nœud, car d’entrée de jeu ce nom sonne faux, c’est de l’égyptiaque, de la fausse Égypte. Et le lecteur, qui n’a de cesse que le récit ne lui livre le fin mot de l’histoire ou le mot de la fin, n’a donc d’autre choix que de rentrer dans le jeu de l’intrigue. Car de toute évidence l’auteur n’a pas l’intention de passer aux aveux. De l’indécence de tout dire. On reconnaîtra sans peine l’une de ces manies hugolienne de lancer l’appât. La question va, comme par ricochet, résonner dans les pages du livre. Un mystère succède à un autre.

D’emblée, donc...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search