Version classiqueVersion mobile

Rouge Hugo

 | 
Stéphanie Boulard

IV. Notre-demoiselle

1. Dame oiselle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je crie : « Une étoile ! Une Femme ! Elle tourne ! Elle vit ! »
Helene CIXOUS

Image 10000000000001D400000210669F43B6362EAE1F.jpg

Victor HUGO

Dansons, dansons, sinon nous sommes perdus !
Pina BAUSCH

Qu’est-ce donc que la danse ? Depuis que Socrate a posé la question, elle ne finit pas de résonner. Ce sont les poètes qui en parlent le mieux. Ainsi Mallarmé et Valéry. Et peut-être avant eux, Hugo. Pourtant Notre-Dame de Paris ne se présente pas au premier abord comme un récit dont la question centrale est la danse. Même si l’on sait que la Esmeralda est une danseuse, on aurait peut-être tendance à ne considérer sa danse que comme un ornement. Ce que Hugo aurait certainement voulu éviter, lui qui, en bon « maître de ballet », a donné à sa figure une cohérence, déployant une pensée où la danse est le matériau du livre.

Toujours est-il que, sur le point de suivre les pas de la danseuse Esmeralda, c’est un passage de Valery qui me vient à l’esprit. Dans ce texte où il tente de saisir ce qu’est l’état de danse :

« La plus libre, la plus souple, la...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search