Version classiqueVersion mobile

Rouge Hugo

 | 
Stéphanie Boulard

III. L’impie-œuvre

L’impie-œuvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le monstre est-il un monstre ? Nous l’ignorons.
Victor HUGO

Non, personne n’est hors du rêve. De là son immensité. Qui que nous soyons, nous avons ce plafond sur notre tête.

La rêverie est la vapeur de la pensée.
Victor HUGO

Quel phénomène plus monstrueux qu’une tête de monstre qui nous prend par surprise ? Le monstrueux hugolien, s’il nous bouleverse, c’est qu’il a cette manière à la fois abrupte et irrévocable, prémonitoire, de nous avertir de quelque chose de plus monstrueux encore. Dans l’élan de son apparition, le monstre arrive toujours la tête la première. Or, l’un des moyens de donner corps au monstre, n’est-ce pas de lui donner une figure ? Et d’attirer l’œil du spectateur-lecteur à s’interroger sur cette tête qui fait question ? L’apparition du monstre, et a fortiori d’une tête de monstre, est toujours surprenante, brutale. Et avec chaque tête de monstre, c’est le visage effrayant de la Gorgone archaïque qui refait surface, celle qui ramène avec elle, le masque de la terreur, l...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search