Version classiqueVersion mobile

Rouge Hugo

 | 
Stéphanie Boulard

I. Dame guillotine

2. Portrait de l’artiste en guillotineur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il nous est né, depuis peu d’années, une machine, l’honneur de notre époque, qui, chaque jour, étonne notre pensée et effraie nos yeux. Cette machine, avant un siècle, sera le pinceau, la palette, les couleurs, l’adresse, l’habitude, la patience, le coup d’œil, la touche, la pâte, le glacis, la ficelle, le modelé, le fini, le rendu. A. J. WIERTZ

Nous, les Français, nous avons l’histoire, la mémoire et l’image de la guillotine en tête.
Jacques DERRIDA

« – Ça ira très bien », dit M. Crosnier à Victor Hugo à la chute du rideau de la première reprise de Marion de Lorme en 1831, ajoutant : « Je vous conseille seulement de guillotiner beaucoup de têtes ». Hugo ne comprenant pas, semble-t-il, la remarque du directeur du théâtre de la Porte Saint-Martin, ce dernier lui expliqua qu’il avait remarqué que « le mot tête était répété trop souvent » (VHR, IV, 1200). Trop de têtes. Ou le mot de trop. À lire Victor Hugo, en effet, on se rend compte que la tête ou, plutôt, les têtes, occupent dans son ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search