Version classiqueVersion mobile

Rouge Hugo

 | 
Stéphanie Boulard

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Épée signifie pensée.
Victor HUGO, 3 février 1866

« C’est une erreur de croire que l’idée n’a pas de couleur », écrit Victor Hugo. L’écrivain le sait mieux qu’un autre, qui engage la couleur dans la chair du texte. Pour une autre alchimie du verbe. C’est l’alphabet tout entier (les lettres, les voyelles, les noms) qui participe de ce qui s’énonce. Dès la Préface de Cromwell, Hugo sort la couleur de sa contingence. Il l’engage dans l’écriture, qui vient faire ainsi un pendant aux dessins. Et non pas seulement pour en colorer son style, mais pour l’inscrire dans un système symbolique et métaphorique complexe. Si l’idée a une couleur, celle que nous pouvons voir, qui se tresse au cœur du texte, dont nous pouvons suivre la trame et le tracé, c’est l’idée de rouge. Le rouge, loin d’être une couleur dominante dans les dessins de Hugo, envahit paradoxale ment la langue, et devient en tant que tel une vision haptique – spectacle de théâtre, pôle d’attraction, signe politique. Le rouge affecte...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search